+ vous?



 

Partagez | .
 

 Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Jeu 2 Juin - 19:22
Hier, ça avait été tout simplement horrible ! Nelson savait quand même bien parler. En fait, Nelson utilisait la parole très souvent. Pour entretenir ses amitiés. Entretenir oui, car si on cesse de se parler, de demander des nouvelles de l’autre, on perd son ami tout simplement. Il a beaucoup d’amis, il parle donc énormément. Et même, il est sociable et sympa, alors il parle aux gens qu’il connaît de loin aussi. Bon ok, pendant les cours il ne se sert pas énormément de sa voix parce que bon … Il était pas très doué, il avait pas la réponse, donc ça servait à rien de lever la main pour raconter de la merde. Mais il utilisait sa voix tous les jours et à longueur de temps ! Pour les filles, pareil. Comment leur écarter les cuisses ? Il fallait savoir leur parler, avoir les mots qui leur font baisser la garde. Bref, la voix de Nelson, sa parole, c’était sacré. C’était presque le centre de sa vie. Voilà pourquoi ce qui lui arrivait constituait un drame, un grand drame !

Nelson ne pouvait plus parler. Il pouvait toujours utiliser sa voix, mais plus comme avant ! Il était obligé de chanter, ou de déclamer un poème. Sa voix était devenue une sorte de … théâtre, concert et autre choses artistiques. Il disait toujours ce qu’il avait envie de dire, mais il devait se débrouiller pour que ça fasse des rimes. Sinon, aucun son ne sortait de sa bouche. Résultat ? Il passait pour un imbécile c’était affreux ! Hier pour demander la brioche au petit déjeuner, il avait insulté Caleb de bosh alors qu’il avait rien contre les allemands. Il avait même pas pu expliquer ce qui se passait. Mais bon, il supposait que plus tard dans la journée le Serpentard avait du comprendre que quelque chose ne tournait pas rond étant donné que tout le monde se comportait bizarrement, différemment. Un truc ne tournait pas rond et les rares personnes qui semblaient normales ne savait pas ce que c’était. Il espérait juste que d’ici peu, les choses allaient se rétablir parce que c’était horrible. Même dans ses rêves il parlait en rimes ! Autant dire qu’il avait mal dormi, imaginant parfois qu’il portait un costume de théâtre …

Nelson venait de quitter le sommeil. Il était légèrement redressé dans son lit, jetant un regard autour de lui. Visiblement, certains du dortoir d’avaient pas dormis dans la chambre. En même temps, il en avait vu se gratter l’oreille avec la jambe … Il soupira, désespéré par tous ces trucs qui se succédaient à Poudlard. Il n’avait pas mis son réveil. De nombreux profs étaient atteins et il y avait peu d’élèves en cours. Tout était perturbé et Poudlard vivait au ralenti ça c’était certains. On était jeudi. Il allait sans doute envoyer une lettre à ses parents pour expliquer ce qui se passait. Il espérait aussi que le Ministère était au courant et travaillait sur une solution. Il posa les pieds par terre et commença à chercher des fringues sur le sol – jonché d’affaires – car il ne pouvait pas se rendre en boxer dans la grande salle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Jeu 2 Juin - 20:54
    Horrible, tout simplement horrible. Même catastrophique, épouvantable. Tous les mots qui pouvaient caractériser l'horreur était parfait pour dire l'ampleur des dégâts qui se passaient à Poudlard. Les élèves et les professeurs étaient extrêmement bizarres. Quelque chose ne tournait pas rond chez eux. Ils leur manquaient quelque chose dans le cerveau. Ca touchait tout le monde, personne n'était épargner à leur plus grand malheurs. Evangelina elle aussi elle était bizarre. Depuis des semaines, elle éprouvait des envies de suicide, des envies de se faire du mal. Et bizarrement ça ne touchait pas que physiquement mais moralement aussi elle avait besoin de se faire du mal. C'était étrange, d'habitude elle ne ressentait pas ce genre de « besoins » mais là elle en avait besoin, comme si c'était vital pour elle. Ça lui faisait vraiment peur. Non pas qu'elle avait peur de soi-même, mais ne pas pouvoir résister à ses pulsions, ça donnait un peu la chair de poule. Elle ressentait toujours un frisson quand elle voyait les marques qu'elle avait sur les bras ou sur les jambes. Pour le moment, elle n'avait rien tenté d'autre. En fait, à chaque fois qu'elle voyait un objet pointu ou un objet qui semblait faire du mal, elle l'utilisait. Même si elle voulait résister, au bout d'un moment elle le faisait, comme-ci elle était obligée. Et quand ça ne lui faisait pas assez mal, elle continuait encore et encore jusqu'à ce que ça la pique, jusqu'à ce qu'elle est mal et qu'elle pleure. La Serpentarde en avait tellement marre de vivre ça. Le pire dans tout cela, c'est qu'elle n'était pas la seule, -oh ba non sinon ça serait pas drôle-, pleins d'autres élèves vivaient cela. Bon certes, quand elle les voyait elle remarquait bien qu'eux ils ne vivaient pas tous le même « délire » qu'elle, mais certains oui et certains non. Les autres eux ils vivaient autre chose, elle avait même aperçue la dernière fois une élève qui jouait à la marelle. A la marelle quoi ! Le truc que les enfants jouer quand ils ont deux ans ! En plus, cette élève semblait super bien s'amuser. Ça faisait peur ces choses-là. En plus, Evangelina été fatiguée, elle n'en pouvait plus.
    Autrefois elle adorait Poudlard mais depuis, elle détestait ce château. Un château auparavant si dynamique, si joyeux été devenu triste, où la terreur régnait presque en maître. Dans les couloirs on ne pouvait percevoir que de la pitié et des élèves devenues « dingues ». Ça semblait si pathétique, vraiment pathétique.

    La jeune femme n'osait plus sortir de son dortoir, de peur de voir des personnes « folles » ou de voir un objet susceptible de provoquer en elle une folle envie de se faire du mal, de voir du sang couler sur elle. Surtout qu’elle n’était pas fan du sang, voir le sang en abondance la répugnait vraiment, alors imaginer la scène. Mais c'était comme ça une envie ou une force intérieure chez elle voulait qu'elle fasse cela, elle n'y pouvait rien. Qui sait peut-être qu'un jour ça se calmera, d'ici là elle devait subir ce démon qui la rongeait petit à petit et donc elle était faible, sans défense. Pourtant, elle devait sortir, parce qu'être enfermer dans son dortoir ce n’était pas toujours la classe. Alors quelque fois elle sortait -pour aller manger et autre-, mais elle n'allait que très peu en cours car les professeurs eux aussi avaient quelques symptômes. Tout le monde avait donc des symptômes, des symptômes qui faisaient peur tellement ils étaient étranges.

    Le jour était levé, surement depuis quelques heures, la Serpentarde n'en avait aucune idée. Elle ne s'était pas pressée pour se lever, tellement elle était bien dans son lit. Surtout qu’elle n’avait pas vraiment faim. L'appétit lui manquait. Mais, elle était quand même descendue dans la grande salle pour voir qu'est-ce qu'il y avait de bon à manger ce matin. Pleins de bonnes choses ça c'était sûr. Elle ne s'attarda pas trop, tellement l'envie de se faire du mal en voyant quelques objets était insupportable. Elle remonta à la salle commune des Serpentards. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle allait faire. Trouver une occupation en ces temps, devenait dure. En plus de cela, les personnes présentent dans la salle commune ne s'étaient guère arranger depuis, ils étaient toujours aussi bizarres. Fatiguée et lasser de ça, elle décida de se promener. Justement, pour oublier cela elle se dit que peut-être faire un tour dans le dortoir des garçons était une bonne idée. Non pas qu'elle s'attendait à y voir quelqu'un mais que peut-être cela allait lui faire penser à autre chose. Le plus c'était que les filles avaient le droit d'entrer dans le dortoir des garçons alors que les garçons eux n'avaient pas le droit d'entrer dans le dortoir des filles, si ce n’était pas cool ça. Elle monta les escaliers. Elle croisa quelques garçons et certains la regardait étrangement comme-ci ils étaient prêt à lui sauter dessus. Elle fit comme-ci de rien était et continua à regarder si elle voyait quelqu'un qu'elle connaissait dans un dortoir. Puis en passant à côté d'un dortoir, elle vit Nelson assis par terre avec des fringues sur le sol. A son plus grand étonnement -et à son plus grand plaisir- d'ailleurs. Elle n'avait plus besoin de chercher quelqu'un d'autre maintenant. Rien que de voir le Serpentard, ça lui avait donné envie d'aller le voir. Ça faisait tellement de temps qu'ils ne s'étaient pas parlé tous les deux. Elle, elle ne cessait de penser à leur nuit ensemble et espérait un jour qu'il y en ait une autre. Peut-être que cette fois-ci il ne l'ignorerait pas. Evangelina entra dans le dortoir et fit un sourire en le regardant. Ha qu'est-ce qu'il était beau et sexy. On pourrait croire que rien que le fait de le voir fasse du mal à la jeune femme vue que cela faisait du temps qu'ils ne s'étaient pas adressés la parole. Et oui en effet ça faisait du mal à la jeune femme mais maintenant elle n'avait plus peur d'avoir mal, non car elle recherchait cette sensation.


    « Salut Nelson... Ça fait... longtemps qu’on s’est pas parlé... »

    Quelques « blanc » s’entendaient quand elle lui parla. A vrai dire elle mourrait d'envie de lui parler mais elle ne savait pas trouver les mots justes, elle avait un peu peur de sa réaction en fait (et elle était un peu gênée).Tout en disant ces quelques mots, elle le regardait dans les yeux. Ça lui avait manqué de ne plus voir ces si beaux yeux bleus.

    « T'es toujours aussi sexy. Même en boxer. » dit-elle en regardant son boxer et en esquissant un sourire en regardant les vêtements éparpillés.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Ven 3 Juin - 16:48
Nelson cherchait un foutu jean qui lui appartenait. C’était une chambre typique de garçons, des fringues partout, un bordel monstre. Nelson était pas particulièrement ordonné avec ses affaires, mais comme on pouvait le constater en jetant un regard circulaire à la pièce : il y avait bien pire. On trouvait même d’autres choses dans le tapis d’affaires qui jonchaient le sol, des choses de nature indéterminée, et on préférait d’ailleurs pas savoir c’que c’était. Parfois même on retrouvait de la nourriture. Là par contre c’était vraiment dégueulasse et Nelson gueulait un peu. Parce que bon, imaginez un peu le bazar que ça devient si on ramène ses encas dans la chambre ! C’est déjà assez le bordel comme ça, ça sert à rien d’empirer les choses.

Alors qu’il était concentré dans sa recherche, Ev’ entra dans la pièce. C’était vraiment dégueulasse ça. Les filles peuvent aller dans le dortoir des garçons, mais les mecs par contre, ils ont pas le droit d’aller dans celui des filles ! C’était un peu considérer les mecs comme des pervers ou des voyeurs, alors que franchement, des filles dans ce genre là y en a aussi. Surtout à Serpentards, c’est un peu la réunion des salopes de Poudlard. Mais bon, si c’était Ev’ ça allait. C’était pas le genre de fille qui allait chercher à foutre la merde ou leur faire des sales coups. Mais il resta un moment à la regarder, méfiant. C’est vrai, il avait vu tellement de gens péter un câble qu’il ne savait pas si elle aussi était atteinte par l’étrange phénomène. Surtout qu’il touchait pas tout le monde de la même façon et que certaines personnes avaient des trucs vraiment flippants. Elle semblait assez normal. Enfin, en regardant bien elle semblait mutilée aux bras. Bon, si jamais elle était vraiment bizarre, il ne préférait pas trop en parler, ni l’énerver. Il est vrai que depuis quelques temps, il l’ignorait un peu. Il était pas toujours très cool avec celles avec qui il avait couché. Sans doute une mauvaise habitude qu’il était en train de prendre. En tout cas aujourd’hui, pas question de l’ignorer, pas question de la contrarier. On ne sait jamais. « Salut Nelson... Ça fait... longtemps qu’on s’est pas parlé... ». Nelson eut presque envie de rigoler, mais seul un sourire apparu sur ses lèvres. Si seulement elle savait ce qui lui arrivait avec sa voix, c’était plutôt comique du coup. Il se décida enfin à parler, il allait pas pouvoir le cacher bien longtemps de toute façon.

« Oh tu ne vas pas être déçu,
Il semblerait que je sois touché,
Par un mal inconnu,
Dont je suis paralysé. »


IL rigola. Bah ouais, il se foutait un peu de lui-même. Faut avouer que c’est comique de le voir galérer comme ça, à faire 15000 phrases en rimes pour dire un tout petit truc. Mais bon, il en rigolait là mais, c’était quand même chiant à la longue, et il espérait que ça n’allait pas durer longtemps. « T'es toujours aussi sexy. Même en boxer. ». IL sourit légèrement. Et bah, même avec un château sans dessus dessous, elle perdait pas le nord. Il se dit que finalement, il n’avait pas besoin de son jean et laissa tomber sa recherche, se relevant. Bon, elle avait vraiment l’air calme, et pas dangereuse. Restait le mystère des marques sur ses jambes et ses bras. Il était pas trop du genre à s’en faire, mais bon là fallait avouer que c’était inquiétant, voir carrément flippant. Il regarda un moment les marques en question avant de demander, toujours avec le même handicap.

« Sur tes jambes et sur tes bras,
Il y a des marques ici et là. »


Ca faisait pas très crédible dit comme ça mais c’est pas comme s’il avait vraiment le choix. Il ne posait pas de question claire, mais en faisant remarquer qu’elle était mutilée, c’était une manière d’engager le sujet et d’avoir quelques explications. Il l’obligeait pas non plus à lui dire, mais si elle avait un problème, il y avait d’autres moyens de le gérer plutôt que de se faire mal comme ça. Mais si jamais elle allait mal, il allait pas non plus la laisser se taillader. Ca faisait un peu de mal au cœur de se dire que certaines personnes allaient tellement mal qu’ils en arrivaient là. Pourtant, il avait l’impression qu’avant l’apparition des symptômes la veille, elle avait plutôt l’air d’aller bien. C’était peut être lié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Ven 3 Juin - 20:44
    Le dortoir des garçons était vraiment... digne de garçons en fait. Il y avait pleins de choses qui traînait par terre. Des vêtements et des choses magiques. On dirait que les garçons ne connaissaient pas le rangement. Par rapport aux filles qui eux étaient plus ordonnés. Aucune affaire ou autre truc bizarre ne traînait dans leurs dortoirs, quoique quelquefois dans certains dortoirs on pouvait retrouver des chambres vraiment pas rangés. Mais, bon tout le monde ne peut pas être ordonné. C'était bien dommage quand même, un peu de propreté ça faisait pas de mal. En tout cas ça n'étonna pas Evangelina quand elle rentra dans le dortoir de voir pleins de vêtements sur le sol. Comment pouvait-on trouver ses affaires dans un bordel pareil ? Cela était une question qu'il fallait vraiment se poser. M'enfin, elle n’était pas venue là pour se poser des questions de ce genre. Après tout il faisait ce qu'il voulait. Elle n'était pas du tout là pour juger, c'était eux qui vivait là alors elle s'en moquait. La seule chose de vraiment positif dans les dortoirs des garçons c'était que tout le monde pouvait venir comme ils voulaient -c'est-à dire les filles-. Quoique même si ce n’était pas la première fois que la jeune femme venait ici, c'était tout comme. D'habitude, elle trouvait ça idiot de venir dans le dortoir des garçons, surtout que eux s'imaginait tout de suite des trucs. Mais, là on pourrait dire que c'était diffèrent. Elle avait besoin de se changer les idées, de parler à quelqu'un. Elle voulait tout simplement oublier son symptôme.

    Bref, elle vit que Nelson la regardait méfiant. C'est vrai après tout, il avait raison de se méfier quoique non en fait elle ne comprit pas pourquoi il lui jetait ce regard. Quoiqu’au fond ça se comprenait un peu. Avec les différents phénomènes qui se produisaient à Poudlard, c'était normal d'être toujours un peu sur ses gardes. N'importe qui pouvait disjoncter à tout moment. Mais, la Serpentarde elle n'était pas comme ça. Non pas du tout. Même si l'épisode de « la cage » l'avait un peu affectée, elle considérait que c'était derrière elle. Mise à part ce sentiment qu'elle ressentait et qu'elle commençait vraiment à détester. En tout cas, là elle se sentait bien. C'était cool, qu'elle est trouvée Nelson. Au moins comme ça, elle allait pouvoir parler avec lui. Parce que ne plus parler avec une personne avec qui vous avez couché c'est assez exaspérant. Ca fait comme-ci la nuit n'avait pas été importante et que c'était une nuit parmi tant d'autre. Peut-être que oui, mais partager un moment intime avec quelqu'un c'était quand même fabuleux.

    Après qu'elle lui est parlée, elle aperçut un sourire se dessinait sur ses lèvres. Tiens, ça faisait longtemps qu'elle ne l'avait pas vue sourire comme ça. Quand elle l'entendit parler, elle ne put s'empêcher de rigoler. Elle ne se fichait pas de lui, non pas du tout ; mais l'entendre parler en rimes c'était tellement drôle. Même si ce n'était guère sa faute d'avoir ce symptôme-là. En effet, elle n'était pas déçue. La jeune femme ne s'était pas attendue à ce qu'il parle comme ça. Mais elle trouvait que cela lui rajoutait du charme. -du charme qu'il avait déjà bien entendue- Elle l'entendit rire aussi. Au moins, il semblait trouver amusant ce qu'il lui arriver. Quoique que ça devait être pénible à la longue. Le regardant toujours, elle vit qu'il abandonna la recherche de ce qu'il recherchait et se releva. Evangelina remarqua que Nelson avait vu les marques qu'elle avait sur son corps. Il lui fit remarquer.


    « Sur tes jambes et sur tes bras,
    Il y a des marques ici et là. »


    Elle regarda ses bras et ses jambes juste avant de se lever. Qu'est-ce qu'elle était bête. Elle n'avait pas pensé à se couvrir les bras et les jambes, surement trop absorber par l'envie de se faire du mal. En tout cas maintenant elle ne pouvait plus cacher les marques qu'elle avait, c'était trop tard. Elle fit une moue assez triste, elle qui croyait qu'elle allait pouvoir oublier cela, voilà que le jeune homme l'avait remarquée. Non pas qu'elle ne voulait pas lui dire pourquoi elle avait ça, mais, c'est qu'elle avait une autre idée en tête la jeune femme. Au contraire, se confier à Nelson, c'était la plus belle chose qu'aurait pensé Evangelina. Elle se mit face à lui et le regarda d'un air assez innocent.

    « Ça te donne un côté super romantique, de parler en rimes comme ça. »

    C'était plus fort qu'elle, fallait qu'elle lui dise. Elle n'arrêtait pas de dire qu'il était « sexy » « beau », c'était tellement plus fort qu'elle, qu'elle sans rendait même pas compte. La vert et argent avait besoin de le draguer. Ne lui demandais pas pourquoi c'était ainsi. Elle ne pouvait pas résister au charme fou du jeune homme, elle le trouvait trop craquant point barre ! Elle n'avait pas oubliée qu'il y avait vu ces marques, ha ça non elle allait lui dire -patience-. Remarquant un lit (pas fait), elle alla s'assoir dessus.

    « Ah oui ces marques là... En fait depuis plusieurs semaines, je ressens l'envie de me faire du mal. J'ai besoin de me mutilée, d'avoir mal. C'est plus fort que moi, j'arrive pas à ne pas me faire ça. Je comprends pas ce qui m'arrive. Mais bon tant que je suis avec toi, je pense que ce sentiment va passer. »

    Ah oui si seulement ce sentiment pouvait passer. Si seulement. Evangelina espéra cela vraiment. Elle regarda toujours Nelson, toujours assise sur le lit à quelqu'un dont elle ne connaissait pas le nom d'ailleurs.

    « Au fait euh il est à qui ce lit ? C'est le tien ? »

    On s'en foutait un peu en fait. Mais bon vue qu'elle était là avec lui, elle avait le droit de lui demander ça non ? Puis elle lui sourit. N'allait pas croire qu'elle avait des idées derrière la tête, pas vraiment en fait. Elle se demandait juste ça comme ça, sans arrières pensées -bien entendu-.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Sam 4 Juin - 19:30
Elle rigola à son tour en l’entendant parler comme ça. Bah au moins, son symptôme faisait rire et ne faisait pas peur. Et puis vu ce qu’il avait pu voir dans les couloirs … Il était loin d’être le pire. Lui, il était encore maître de ses actes et de ses sentiments. D’accord, c’était chiant. Mais au final, même si ce qu’il disait prenait une forme comique, ça restait ce qu’il voulait dire. Il en avait vu certains se prendre pour des animaux, autant dire qu’il n’était plus maître de leurs corps. D’autres pleuraient sans cesse, et criaient presque. Ils ne maîtrisaient plus leurs sentiments. Finalement, si on faisait un bilan global de la situation, il s’en tirait quand même vachement bien. Et puis, il était pas si mauvais que ça pour trouver comment dire ce qu’il voulait de façon lyrique. « Ça te donne un côté super romantique, de parler en rimes comme ça. ». Il grimaça légèrement. Heuu ouais mais le romantisme c’était pas tellement son truc. Bon, quand il était avec une fille, ce qui faisait parti de son passé, il était quand attentif et sympa, mais bon de là à faire des trucs de niais. Nan pas question, c’était passé pour un abruti et devenir d’une lourdeur sans nom. Surtout qu’il savait même pas s’y prendre. L’emmener au bord de l’eau, allumer des petites bougies, et lui offrir un bijoux avec un petit cœur dessus ? Très peu pour lui. Il répondit.

« Au moins cette fois,
Ça me fait passer pour ce que je ne suis pas. »


Elle en revînt aux marques dont il avait parlé. Des marques inquiétantes. Il pouvait pas vraiment éviter le sujet. Imaginons il ignore ce qu’il voit, il la laisse partir et demain, en première page de la gazette du sorcier, il apprend qu’elle s’est suicidée. C’est glauque quand même. Il avait une certaine responsabilité, étant témoin des marques. C’était pas une position cool, mais c’était comme ça. Mais rapidement, ses soupçons se confirmèrent. « Ah oui ces marques là... En fait depuis plusieurs semaines, je ressens l'envie de me faire du mal. J'ai besoin de me mutilée, d'avoir mal. C'est plus fort que moi, j'arrive pas à ne pas me faire ça. Je comprends pas ce qui m'arrive. Mais bon tant que je suis avec toi, je pense que ce sentiment va passer. ». Il n’y avait aucun doute sur l’origine de ce besoin de se faire du mal. C’était ce qui le faisait parler comme ça, c’était ce qui les faisait se comporter comme des animaux, c’était ce qui les faisait pleurer à longueur de temps. Il n’y avait plus aucun doute sur la situation, quelque chose n’allait pas. Il aurait bien essayé de trouver la cause mais tout seul, et sans aucune piste, difficile de débuter l’enquête. Il la regarda.

« C’est étrange ce qui nous touche,
Ca me paraît bien louche,
Mais si ça ne va pas,
Tu peux rester avec moi. »

Il n’avait rien à faire de toute façon. Il n’allait pas aller en cours, de toute façon il y avait même pas cours. Le temps était comme suspendu. Pourtant, il y avait toujours de la nourriture sur les tables le matin … Ca voulait sans doute dire que les elfes de maison n’étaient pas touchés par le phénomène. Mais aucune nouvelle de Rogue, personne ne savait si lui aussi souffrait d’un étrange mal. Il espérait que non, car c’était son taff de s’occuper de ce bazar. Et il avait plutôt intérêt de le faire rapidement parce que sinon, il pourrait bien y avoir des morts, et même des viols ! Certains pétaient vraiment les plombs et étaient méconnaissables. Et c’était même pas de leur faute. En tout cas, il fallait agir vite, un point c’est tout. Que Rogue se démerde, chaque mauvaise chose qui arrivait à Poudlard, c’était de sa faute. De près ou de loin.

Elle s’éloigna pour aller s’asseoir sur un lit. Evidemment, c’était le sien. Et évidemment, comme il venait tout juste de se lever, il n’était pas fait. Il avait pas tellement honte, c’était pas vraiment un réflexe de faire son lit dès le lever comme ça. Et sincèrement, la moitié de l’année, le lit n’était pas fait. C’était une perte de temps. Et puis pour le redéfaire le soir même, fallait vraiment en vouloir pour s’acharner à vouloir le faire chaque matin. « Au fait euh il est à qui ce lit ? C'est le tien ? ».

« Oui en effet,
Sens comme il est frais. »

Bah ouais, il lavait souvent ses draps. C’était peut être un mec, mais il avait une bonne hygiène de vie !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Dim 5 Juin - 0:26
    Elle avait changée. Ils avaient changés. Eux, elle, eux tous avaient changés. Depuis la mort d’Albus Dumbledore c'est le chaos. Même si on le savait déjà, cela ne fait qu'empirer. Ça devient pire de plus en plus. Comment est-ce possible ? Le mal venait, le mal voulait vaincre. Ce qui expliquait peut-être cela. Mais y avait-il un peu d'espoir ? Etait-ce possible qu'un peu de bien régné ? Peut-être. Pour le moment, ça ne faisait qu'empirer. Tout le monde croyait en l'espoir, un peu d'espoir ça fait pas de mal ça. Alors, oui Evangelina Grims avait changée. Avant « la cage » elle était normal, c'était toujours ce genre de filles qui ne faisait plus gaffe aux sentiments jugeant que la vie était trop courte pour ça. Mais maintenant, ça avait changée. Elle prenait enfin conscience que si la vie était trop courte c'était pour profiter des belles choses et non pour saboter sa vie. Comme quoi tous ces phénomènes pouvaient des choses positives. Il restait toujours ce mal qui l'envahissait. Ce mal dont elle ne savait l'origine. Lui il n'avait pas changé. Plus les jours, les semaines, les heures, les minutes, les secondes passées plus il continuait à prendre du terrain. N'est-ce pas horrible ? Le pire dans tout cela c'est qu'elle ne pouvait rien faire. Strictement rien faire. Donc oui la vie à Poudlard avait changée. Complétement changé. Plus rien n'était pareil. Tout le monde se comportait bizarrement et il ne savait pas pourquoi. Mais quelle était la raison de ce mal-être ? Quelque chose d'étrange était liée à cela. Quand est-ce que ça allait être révéler ? Un jour peut-être, un jour où on n'allait pas s'y attendre. Qui sait.

    Evangelina regardait toujours Nelson. Elle ne se lassait jamais de le regarder. Elle ne remarquait pas beaucoup de changement chez lui, mise à part qu'il semblait prendre conscience des phénomènes et qu'il voulait peut-être changer son image. -on sait jamais hein- Il avait de ces yeux, des yeux vraiment ensorcelants. On pouvait limite s'y perdre dedans tellement ils étaient envoutants. Puis, elle l'entendit répondre à ce qu'elle venait de dire quelques minutes plus tard sur le fait qu'il parlait en rimes.


    « Au moins cette fois,
    Ça me fait passer pour ce que je ne suis pas. »


    Bon sur ce coup-là il n’avait pas tort. C'est vrai que ce n’était pas son genre de dire des choses romantique comme ça. Mais bon il fallait un début à tout. Elle eut un sourire aux lèvres quand elle l'entendit dire qu'il se faisait passer pour ce qu'il n'était pas, pour une fois. Elle ne dit rien, elle ne préférait rien dire. C'était mieux comme ça. Sinon elle allait encore lui dire qu'il avait l'air romantique et elle n’avait pas envie de le vexer. Tout sauf le vexer en fait. Puis, elle vit qu'il la regarda. Ah oui ces vrais les marques, il ne voulait pas lâcher l'affaire hein. Mais, bon ça ne lui dérangeais pas qu'il voit ces marques. Pas qu'elle voulait obligatoirement en parler mais elle n'était pas contre non plus surtout que c'était avec lui quoi.

    « C’est étrange ce qui nous touche,
    Ca me paraît bien louche,
    Mais si ça ne va pas,
    Tu peux rester avec moi. »


    C'était vraiment gentil ce qu'il disait. Ça touchait la jeune femme. C'est vrai que cela devenait de plus en plus en étrange ce qui touchait tout le monde. Si seulement quelqu'un pouvait résoudre ces mystères oui si seulement. Mais bon pour le moment c'était un mystère pour tout le monde. Personne n'était épargné. Oui ça n'allait pas. Oui elle voulait rester avec lui. Elle était sûre que ça allait passer.

    « C'est plus qu'étrange oui. Faut que quelqu'un résouds ça. Je suis même pas sûr que Rogue s'y préoccupe. C'est gentil de bien vouloir que je reste avec toi. »

    Elle était à la fois contente d'être là avec lui, elle ne voulait pas quelque-chose gâche ce moment. Ça faisait tellement longtemps qu'elle avait envie de lui reparler, que là c'était normal que ça fasses autant plaisir. La Serpentarde était toujours assisse sur un lit. Bien évidemment c'était celui du jeune homme, et évidemment qu'elle s'était assisse dessus. Mais elle lui avait demandé car elle n'était pas vraiment sûre non. Vous vous rendez compte si elle va sur un lit d'un mec inconnu qu'à des symptômes bizarres ? Ça serait moche, horrible quoi.

    « Oui en effet,
    Sens comme il est frais. »


    Elle le regarda amusée par sa dernière parole, puis elle rigola. Cette phrase était bien censée à faire rire non ? En tout elle ça la faisait rire. Elle s'allongea alors sur le lit et sentit ses draps (dit comme ça, ça fait con mais bon xD) . Ils sentaient un parfum inconnu, mais qui sentait bon en tout cas. Il devait bien dormir la nuit dis donc. Toujours allongée sur son lit, elle lui adressa un regard.

    « J'avoue il est frais. Ça doit pas être commun des gars qui lavent leur draps comme ça.
    Euh dis ça te dérange pas que je sois allongée comme ça sur ton lit ? »


    Fallait toujours demander c'était mieux. On ne sait jamais, qui sait. Juste à côté d'elle -sur la table de chevet- elle aperçue un objet. Ouah un objet tranchant. Cette objet refaisait surgir en elle son symptôme. Malheureusement pour elle. C'était plus fort qu'elle, Evangelina ne pouvait s'empêcher de se faire dès qu'elle voyait un objet capable de lui causer ça. Elle ne pouvait pas vaincre cela, elle en avait vraiment marre. Mais, elle se sentait obligée de le faire. Elle tendit donc la main vers l'objet en question...

    « Il coupe cet objet ? »

    C'était vraiment une question stupide. Mais quand on voulait ce faire du mal, on se moquait un peu des questions qu'on posait. Surtout qu'elle voulait vraiment se faire du mal, se couper avec ça. Elle espérait quand même que le vert et argent n'allait pas lui laisser se faire ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Mar 7 Juin - 17:43
« C'est plus qu'étrange oui. Faut que quelqu'un résous ça. Je suis même pas sûr que Rogue s'y préoccupe. C'est gentil de bien vouloir que je reste avec toi. ». Ce n’était pas l’avis de Nelson. Rogue était peut être un traite, mais il était loin d’être un imbécile. La preuve, il avait berné tout le monde depuis des années. Et surtout, il avait berné Dumbledore, ce qui le rendait plus dangereux que jamais. Le château dans cet était pouvait l’affaiblir auprès des familles de sangs purs, puisque tout le monde, donc tous les sangs, étaient touchés par le phénomène. Ces familles étant le soutien principal du régime de Voldemort et donc de ses pions, il ne pouvait pas se permettre de les mettre en colère. Ce serait prendre un trop grand risque. Ensuite, même les professeurs, donc potentiellement les Carrow, étaient atteint par le syndrome. Ca affaiblissait donc les partisans du régime, et donc le régime. Et puis sans compter que le château s’était arrêté dans le temps. Les cours étant perturbé, la fonction première de Poudlard était chamboulée. Sans enseignement, le château perd de son intérêt, et les parents d’élèves pourraient d’ici peu se révolter contre cela. Enfin, personne ne sait comment fonctionne ce phénomène. Comment il se transmet, d’où il vient, de quelle manière il agi dans l’organisme. Si ça se trouve, ça pouvait empirer. Ou alors ça pouvait s’étendre et toucher les populations environnantes. Laisser quelque chose d’inconnu vivre comme bon lui semble, cela paraissait être un trop grand risque pour que Rogue ne s’en occupe pas. A ce qu’on disait, il ne sortait plus de son bureau. Peut être qu’il songeait que le phénomène fonctionnait par contamination et qu’il serait plus utile non atteint. Nelson en était persuadé. S’il était enfermé toute la journée, c’est qu’il faisait des recherches. Et puis si ça se trouvait, il n’était même plus à Poudlard. Si ça se trouvait, d’ici peu le château serait isolé et mis en quarantaine jusqu’à ce que la situation redevienne normale. Quoi qu’il en soit, Nelson était persuadé d’une chose.

« Ce n’est pas dans son intérêt,
D’ignorer les faits,
Il pourrait perdre sa fonction,
Et ruiner ses ambitions. »


Elle était allongée sur son lit. Nelson décida de finalement prendre un truc dans sa valise. Il l’ouvrit et attrapa un jean histoire de pas rester toute la matinée dans cette tenue. Il l’enfila rapidement mais ne ferma pas les boutons tout de suite. Il soupira. C’était un vrai bordel. Normalement, il aurait du rentrer chez lui pendant les vacances, et donc être obligé de ranger sa valise. Pour deux raisons : afin que toutes ses affaires rentrent dedans, et pour éviter que sa mère ne tombe dans les pommes. Mais avec cette maudite histoire de « Cage », ça ne s’était pas passé ainsi. Résultat, ça n’avait jamais été autant le bordel. Mais il avait vraiment pas le courage de ranger pour le moment. « J'avoue il est frais. Ça doit pas être commun des gars qui lavent leur draps comme ça. Euh dis ça te dérange pas que je sois allongée comme ça sur ton lit ? ». Il sourit tout en la regardant. Qu’est ce qu’il pouvait sortir comme connerie juste pour faire ses foutues rimes. Au moins, il était sûre de s’améliorer à l’orale, et probablement en expression écrite aussi. « Il coupe cet objet ? ». Il regarda l’objet en question pendant un moment. Elle ne demandait pas ça par hasard, mais il eut besoin de quelques secondes pour se rappeler qu’elle s’était mutilée à cause du phénomène qui frappait le château. Il décida finalement se s’avancer, comprenant ce qu’elle voulait en faire. Il attrapa l’objet et le lança sur un lit à l’autre bout de la pièce. Y avait pas beaucoup de trucs dans ce genre dans le dortoir, heureusement parce que s’il fallait cacher 15 000 objets, il en avait pour la matinée. Il s’assit sur le lit, dos à la Serpentard, puis tourna la tête pour la regarder.

« Ici il n’y a pas d’objet tranchant,
Mais juste moi et le firmament. »


Et oui allez savoir pourquoi il disait ça, mais en tout cas ça le faisait sourire. Il racontait absolument n’importe quoi, mais bon puisque c’était le seul moyen de parler. Après tout ce n’était pas si terrible, et pas si difficile si les phrases ne devaient pas forcement être logiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Ven 10 Juin - 19:38
    Le mal. Avoir mal. Avoir mal encore et encore. Ne ressentir que cette sensation d'avoir mal intérieurement comme physiquement. N'être que le propre jouet de soi-même. Evangelina était exactement ça. Elle n'était que le pur objet de son âme qui ne voulait que se faire du mal. C'est dur à admettre le fait que l'on se fasse du mal parce que l'on se sent obliger et qu’on a besoin d'avoir cette sensation. Même si au plus profond d'elle même, la jeune femme ne voulait plus de cette sensation, mais -malgré elle- c'était comme-ci elle était possédée. Possédée par une force invisible, une force qu'elle seule pouvait ressentir à l'intérieur de son cœur, à l'intérieur de son âme. Le pire, c'était quand elle se « réveillait », elle ne comprenait pas vraiment ce qui lui été arrivée, elle savait que c'était elle et elle seule qui s'était fait cela mais elle ne savait pas pourquoi. Ça lui faisait peur, terriblement peur. Ne pas savoir comment ses cicatrices, ce sang était venue sur elle -de quelle manière-, cela avait de quoi la terroriser.

    Le dortoirs des garçons voilà précisément le lieu où se trouvait la jeune femme depuis maintenant de longues minutes. Ça sentait vraiment l'odeur des garçons. La typique odeur des garçons surtout. Quoi qu'à force on finisse à s'y habituer -cela dépendait des garçons en fait-. Quand elle été arrivée ici, elle s'était dit qu'elle serait vite repartie, qu'un garçon lui aurait dit de s'en aller mais non elle était bel et bien là encore. Ce qui n'avait pas de quoi lui déplaire, non loin de là. Peut-être était-ce parce qu'elle était avec la personne qu'elle voulait être ou peut-être parce qu'elle voulait se changer les idées. C'était juste tout simple, il n'y avait pas d'autres explications possibles, seule cette explication l'a l'était, il n'y avait qu'elle pour le savoir. Parler avec lui, entendre sa voix ou plutôt réentendre sa voix. Elle avait beau se sentir un peu mal, cela lui faisait vraiment plaisir. Elle ne s'était jamais reposée la question de savoir pourquoi après leur nuit ensemble il l'avait ignoré, pourquoi il avait fait semblant de ne pas la connaître. La raison été qu'elle connaissait un peu son comportement et qu'elle savait que ce n'était pas le genre de gars à avoir une relation sérieuse. Elle profitait donc de chaque moments -celui là- qu'elle passait en sa compagnie, car elle ne savait pas, elle avait peur que ça se reproduise jamais.
    La jeune femme revient à la réalité quand elle entendit Nelson.


    « Ce n’est pas dans son intérêt,
    D’ignorer les faits,
    Il pourrait perdre sa fonction,
    Et ruiner ses ambitions. »


    Il n'avait pas tort, c'est vrai que ce n'était pas dans son propre intérêt à lui d'ignorer les faits, que Rogue savait qu'à tout moment il pouvait perdre sa fonction et qu'être un mangemort ne l'immunisait en rien du tout. Elle fit un petit et faible sourire. Elle savait qu'il avait raison, il avait toujours raison. C'était une des choses qu'elle aimait bien chez lui c'était qu'il avait cette capacité à dire des choses intelligentes, pas comme certaines personnes qui eux ne réagissaient guère de cette manière. De toute manière le directeur Severus Rogue était intelligent, il avait démontré cela avec le fait qu'il y a un temps personne ne savait si il était du côté de Dumbledore ou de Voldemort, il avait berné tout le monde. Il était vraiment rusé, son poste de directeur de Poudlard il le méritait amplement. Et peut-être que ce sera lui qui trouvera un remède à ces diverses choses bizarres qui se passaient à Poudlard, au fond tout le monde été touchés. Les Carrow n'y avait pas échappés, eux des dures à cuir, eux qui se croient supérieur été maintenant réduit au fait d'être et de ressentir les mêmes sentiments que tout le monde. Elle approuva ensuite d'un mouvement d'un tête. Elle ne savait pas quoi répondre d'autre. De toute manière elle n'était pas venue ici pour parler d'un directeur qu'elle n'appréciait pas spécialement mais pour une toute autre raison.

    La Serpentarde qui été à présent complétement allongée sur le lit du jeune homme, vit qu'il prit un truc dans sa valise. Elle se demanda d'abord ce qu'il pouvait bien prendre, puis vit qu'il prit un jean ce qui se révéla être une bonne idée. Elle remarqua qu'il ne ferma pas les boutons de son pantalon, elle n'y prêta pas plus attention que cela. Elle croisa son regard, et ressentit comme un frisson qu'il l'envahit. Quand elle vit qu'il lui avait fait un sourire, elle sentit son cœur battre un peu plus fort que d'habitude. Elle ne savait guère ce qu'il lui arrivait. Certes, elle voulait remettre le grappin sur lui, elle voulait espérer à quelque chose de plus avec lui, autre qu'une bref histoire d'un soir. A cet instant, elle ne pouvait pas dire qu'elle était amoureuse de lui, non pas elle qui a peur du grand amour, mais, elle n'était pas non plus insensible à son charme.
    Quand elle lui demanda si l'objet qu'elle avait aperçue coupé, elle vit qu'il le fixa quelques instants pour ensuite le balancer sur un lit voisin. Il l'avait empêcher de se mutiler. Au fond d'elle même une partie de son âme était triste de ne pas pouvoir se faire du mal, de ne pas pouvoir faire pleurer la jeune femme. Mais, elle essayait de ne pas y faire gaffe, car elle savait que le vert et argent venait en quelque sorte de la sauver. Elle n'avait pas besoin de cela, même si elle été possédée par un mal inconnu. Si elle voulait vraiment répondre à cette pulsion qui lui ordonnait de se faire du mal, elle n'avait qu'à rouvrir les plaies déjà causés par ce mal en question. Mais, elle ne le fera pas, elle qui avait déjà peur du sang, ne voulait pas que « ce démon » la pousse à faire cela. Avant que Evangelina ne puisse remercier le jeune homme pour ce qu'il avait fait, elle remarqua sa présence sur le lit -de dos-, il tourna la tête pour la regarder avec ses yeux où l'on pouvait se perdre dedans tellement cela semblait profond, angélique, envoutant.


    « Ici il n’y a pas d’objet tranchant,
    Mais juste moi et le firmament. »


    Elle le regarda dans les yeux (elle semblait se noyer dans ses magnifiques yeux bleus). Il avait une âme de poète. Quand elle entendait ces mots, elle avait l'impression que cela sortait d'un poète romantique alors que ce n'était que lui, Nelson. Elle lui fit un sourire. Ses paroles, ses gestes, son sourire, ses yeux, tout avait de quoi plaire à la jeune femme. Mais -aller savoir pourquoi- maintenant c'était mentalement qu'elle voulait se faire du mal. Alors, elle se disait que-ci elle espérer quelque chose de mieux, de plus sérieux avec lui ça marcherais. N'était-elle pas folle pour penser cela ? Sans le quitter une seule seconde, une seule minute des yeux, elle posa sa main sur la sienne. Elle n'attendait rien du tout, elle ne voulait pas qu'ils finissent au lit ensuite, non elle préférait penser à l'impossible.

    « Cela me convient parfaitement. N'avoir que toi et le firmament me convient très bien. Surtout toi. »

    Elle se sentit stupide en lui disant ces paroles. Depuis le temps qu'elle essayait de lui reparler, de retenter quelque chose avec lui, là elle pouvait. Alors pourquoi s'en priverait-elle ? Pourquoi ne lui dirait-elle pas franchement ? Oui pourquoi. Instinctivement, Evangelina regarda autour d'elle. Il n'y avait qu'eux deux dans le dortoir, rien qu'eux deux. Elle pouvait alors se confier vraiment à lui, lui dire ce qu'il lui pesait sur le cœur. Cela ne pouvait peut-être pas se ressentir, mais dans son esprit c'était une réelle torture. Une torture de ce dire qu'elle et son cœur allait peut-être avoir mal, que peut-être avoir peur de l'amour avait raison d'elle, qu'elle allait redevenir comme avant, que ce monstre en elle-même allait la dévorer. A présent, elle regardait par terre, il n'y avait rien par terre, mais elle, elle le trouvait fort intéressant. Et d'une voix à moitié chargé d'émotions et qui se voulait hésitante elle dit :

    « Tu sais, j'ai souvent pensée à cette nuit que nous deux nous avons passé ensemble et je ne peux m'empêcher de me dire que j'ai ratée quelque chose, que peut-être c'était trop rapide pour que l'on couche ensemble. Et à cet instant présent, là, je m'entends penser que j'aimerais ré-avoir une seconde chance avec toi... pour peut-être un jour espérer être à tes côtés... »

    Ça voix resta en suspens quelques instants avant la fin de sa phrase. Elle ne souffrait pas d'un symptôme de vérité ou autre. Le fait de dire ces paroles, la faisait un peu souffrir. Elle ne savait pas quelle serait la réaction du jeune homme, qu'est-ce qu'il allait répondre. Elle redoutait cela. Elle avait peur d'avoir vraiment mal intérieurement. Quelques secondes après, elle osa le regarder comme-ci ce qu'elle disait était ce qu'il avait de plus réels.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Mar 21 Juin - 15:41
Nelson continuait de raconter tous pleins de trucs stupides, juste pour pouvoir parler. Quand on y pense, c’était un bon moyen de s’améliorer en prose. Pas de chance pour toi Nelson, y a pas de cours de littérature à Poudlard ! Au moins, avec quelques rimes, il allait peut être pouvoir gratter des points dans la forme pour les rédactions. Parce que bon, si on se fiait uniquement au contenu, c’était pas glorieux. Bon tout ça pour dire, que peut être son symptôme allait être bénéfique finalement. Mais pour cela, il faudrait encore que les cours reprennent un jour et que donc, tout le gros bordel de Poudlard se termine enfin. En gros, y en avait encore pour un sacré bout de temps. Fallait pas être un géni pour comprendre que la situation était hors de contrôle, et que ni Rogue, ni le Ministère ne savait comment gérer cette grosse galère.

« Cela me convient parfaitement. N'avoir que toi et le firmament me convient très bien. Surtout toi. ». Elle se moquait plus trop de lui maintenant. En fait, on aurait dit qu’elle communiquait en message codé, qu’elle essayait de dire un truc mais que ça sortait pas directement. Elle faisait beaucoup d’allusions au fait d’être bien avec lui, de se sentir bien à ses côtés. Mais bon, il notait pas vraiment. Aussi prétentieux que ça puisse paraître, elle n’était pas la première à lui dire ce genre de chose. Mais bon, il avait tendance à ignorer ce genre de phrase. Bah ouais, déjà parce qu’il était pas trop du genre à dire ça, et en plus il avait pas non plus envie de faire penser à ces filles qu’il voulait rester avec elles. Après si c’est pour qu’elles lui fassent des crises « arrête de la mater », « j’t’interdis de me tromper » « j’veux plus que tu la vois ». Elles voulaient pas l’enchaîner non plus ? Non mais fallait le dire hein. Et puis peut être qu’elles pourraient lui passer la bague au doigt, et prévoir un mariage dans 6 mois, un appart’ dans 8 mois et un gosse dans un an. Nan mais y a pas de problème, et puis bon, pour aller plus vite, passez-lui la corde au cou dès maintenant. C’était pas du machisme, ça s’appelait être jeune et profiter des dernières années de liberté. Après, travail, impôt, crédit, femme, enfant, la retraite, la mort. La vie passait tellement vite qu’il fallait pas en perdre une seule miette, si c’était pour avoir des regrets sur son lit de mort c’était pas la peine. Et puis les filles aujourd’hui, fallait les voir ! Des hystériques, elles en venaient même au main parfois, juste pour un regard, pour un sac, ou pour un mec. Les hommes, eux ils se frappent une fois et puis c’est bon, c’est passé. Non les filles elles se font une véritable guerre, des coups bas à la volée ouais. Ca faisait peur. Ils en discutaient souvent, le dernier gros scandale, X a couché avec Y alors qu’Y sortait avec Z, alors du coup Z veut défoncer X. Nan mais ça devenait des scénarii à la con où on s’y retrouvait même plus. Alors s’accrocher à une fille ? Pas question.

Et bah, il était pas vraiment au bout de ses peines. « Tu sais, j'ai souvent pensée à cette nuit que nous deux nous avons passé ensemble et je ne peux m'empêcher de me dire que j'ai ratée quelque chose, que peut-être c'était trop rapide pour que l'on couche ensemble. Et à cet instant présent, là, je m'entends penser que j'aimerais ré-avoir une seconde chance avec toi... pour peut-être un jour espérer être à tes côtés... ». Ha … Bon, réfléchir, réfléchir assez vite pour éviter de laisser un trop gros blanc. Ce qu’il pouvait éventuellement faire, c’était tenter un petit truc et puis voir si ça fonctionne. Il voulait pas lui faire de la peine, surtout avec le symptôme qu’elle se tapait. Et puis, avant ça le gênait pas d’être en couple. Ca durait quelques mois, c’était sympa, et puis quand ça s’essoufflait et ben ça se terminait. Il pourrait juste refaire une petite expérience, histoire de se reposer un peu, et puis d’ensuite repartir de plus belle. Nan mais il pensait déjà à après là ? ET bah ça commençait bien dit donc. Bon en tout cas sa décision était prise, il pouvait donner une chance à Ev’. Elle était pas méchante.

Bon, pourquoi pas.
Ca ne me parait pas,
Une si mauvaise idée que ça.


Il tourna la tête vers elle et lui fit un petit sourire. Au moins, il aurait quelqu’un sur qui compter pendant l’événement étrange qui les touchait tous. Parce qu’il avait pas tellement envie de discuter à des gens qui étaient devenus fous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Sam 25 Juin - 2:36
    Il avait de ces yeux, des yeux magnifiques. Voir plus que magnifique, incroyable, des yeux dont il est impossible de se détacher. Evangelina était justement en train de les regarder. Elle ne détachait pas son regard du sien et elle pouvait rester ainsi des heures. Quoique non pas des heures car à un moment, elle allait en avoir un peu marre. Bref c'était une façon de parler. Toujours allongée sur le lit, elle attendit la réponse du jeune homme. Elle avait peur de ce qu'il allait dire. Elle avait juste bêtement peur. C'est compréhensible, quand on dévoile limite ses sentiments à une personne qui est un peu connu pour les nombreuses conquêtes qu'il collectionne et à une personne qui réfléchit avec autre chose qu'avec sa tête, il y avait de quoi se sentir mal à l'aise. Et pourtant s'était ainsi. Quelques minutes passèrent sans pour autant laisser un gros blanc. Mais, la jeune femme devenait limite impatiente. Était-ce les symptômes qui lui causaient cela ? Elle n'en avait aucune idée, mais outre le fait que certaines de ses pensées divaguaient toujours sur le moyen de se faire du mal elle essayait de penser à autre chose. Cette autre chose, tout naturellement, c'était l'amour. L'amour ce sentiment qu'elle avait bien souvent rejeté du fait qu'elle avait une peur bleue de s'engager étant donné qu'elle avait souvent été déçue. Le grand amour elle en avait peur, elle avait peur d'être déçue de la personne avec qui elle partagerait cet amour que toute personne désire. De plus, maintenant elle se voyait être attirée par une personne avec qui elle avait passé une nuit. Ça pouvait paraître étrange, mais, au fond d'elle même elle se disait que ça valait le coup d'essayer, que les raisons de l'amour lui disait que peut-être elle n'allait pas être déçue, que peut-être ça marcherait. Voilà-en quelque sorte- comment la Serpentarde est arrivée à dire à Nelson qu'elle voulait avoir une seconde chance avec lui, pour pouvoir un jour être à ses côtés. Elle le vit vaguement qu'il réfléchissait. Elle pensait au pire, elle se voyait déjà en train de se faire du mal pour oublier cette épisode de sa mémoire. Mais cela ne se passa pas comme elle l'avait imaginée..

    « Bon, pourquoi pas.
    Ca ne me parait pas,
    Une si mauvaise idée que ça. »


    Elle vit qu'il tourna la tête pour lui adresser un petit sourire. A cet instant, la jeune femme fut très contente, ce fut difficile pour elle de ne pas lui sauter au cou pour l'embrasser. Elle lui rendit son sourire, toute conquise. Elle espérait qu'il soit quand même sincère. En effet, elle n'avait pas très envie qu'il croit qu'elle va être possessive envers lui, -cela n'est point son genre- ou qu'il croit d'autre trucs. Quant à elle, elle espérait qu'elle n'allait pas être déçue et qu'elle allait connaître le véritable amour, même si elle n'y pensait pas plus que cela.

    « T'es sérieux ? J'ai.. nous.. j'ai une seconde chance avec toi ?
    Ouah depuis le temps que j'attends ça si tu savais. »


    Sous le « coup de l 'émotion » elle se mit à en perdre ses mots. C'était stupide, carrément stupide. Son franc parler avait parlé. Elle se remit à regarder le sol. Qu'est-ce qu'il pouvait être sale par rapport à celui des filles. Ça se voyait bien que c'était un sol de garçons. Puis, elle le regarda de nouveau, avant de fermer les yeux. Qu'est-ce qu'elle était bien sur ce lit. Les yeux toujours fermés, elle dit :

    « J'espère que cette fois ça sera plus sérieux, enfin je veux dire pas comme la dernière fois.
    J'ai vraiment envie que ça marche entre nous deux et.. et voilà. »


    Elle n'avait pas d'objet tranchant à sa possession. Pas d'objet pour se faire du mal. Elle n'avait que ses paroles. Le fait de désirer de cette manière, à un moment ça peut faire du mal et c'est peut-être ce qu'elle recherchait comme les autres personnes qui se comportaient bizarrement dans l'enceinte de Poudlard. Instinctivement, Evangelina se mit à chercher quelque chose sur le lit, ce n'était pas bien difficile de savoir ce que c'était, mais elle espérait aussi tomber sur la main de Nelson pour pouvoir sentir ses doigts entrelacer les siens.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   Jeu 7 Juil - 12:51
C’était sans doute à cause de toute ce qu’il se passait qu’il avait répondu ça. C’est vrai qu’il avait pas vraiment eut envie de se remettre avec quelqu’un, la vie de libertin c’était assez agréable. Pas de responsabilité, pas d’attache, pas de « tu m’as même pas parlé aujourd’hui », pas de « ch’ui grosse non ? » et surtout pas de « mes cheveux sont catastrophiques ». Mais là, avec cette horreur qui tombait sur le château, on se sentait quand même assez isolé. Comment savoir lesquels sont encore conscients et lesquels sont capables des pires folies ? Il en avait vu certains, d’habitude tellement pacifistes, se mettre à en frapper d’autres avec une hargne et une force inquiétante. Alors du coup, c’était important d’avoir un soutien « normal ». Après, ce soutien pouvait prendre plusieurs formes, là ça en avait pris une des plus inattendue. On ne savait pas combien de temps le phénomène allait toucher Poudlard. Peut être quelques heures, peut être quelques jours. Peut être quelques semaines, peut être plusieurs mois. De toute évidence, ils étaient dans un incertitude constante et effrayante, l’inconnu paraissant sombre et dangereux.

Ev’ semblait visiblement espérer se mettre avec lui depuis un moment. Nelson esquissa un léger sourire, ça faisait du bien à son égo de savoir qu’il était convoité. A qui ça ne plairait pas ? En tout cas, il venait de prendre un engagement. Peut être pas aussi fort qu’elle l’espérait, parce qu’il l’aimait bien mais il était pas amoureux non plus. Et puis comme c’était assez soudain, dans des circonstances particulières, personne ne savait comment ça allait se passer. Au moins, ils n’allaient pas se sentir seuls pendant cette mésaventure. Elle lui prit la main, et il la laissa faire. Au moins, c’était ça de gagné. Ils allaient probablement passer la plupart de leur temps dans cette chambre étant donné la dangerosité du château, et inutile de préciser l’activité majeure des futurs jours. En tout cas, c’était une habile stratégie pour les deux jeunes élèves de s’allier dans l’épreuve qui s’annonçait, et qui risquait d’être très éprouvante.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue ▬ Chapitre 6. Discussions en rimes [ PV Ev' ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» #INTRIGUE ▬ Des couloirs à perte de vue...
» #INTRIGUE ▬ Serais-tu claustrophobe ?
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» CIVET DE SANGLIER ET SALADE DE RIMES
» Résumé de l'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-