+ vous?



 

Partagez | .
 

 Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥   Dim 23 Mar - 5:51
Yeah, it’s electric.

Je n’aime pas les sessions d’étude. C’est long. C’est silencieux. Ça ne motive à rien. En fait, je n’arrive juste pas à faire mes devoirs. Je ne sais même pas je les ai mis où. Au pire, je crois qu’Omelette les a bouffés. Il bouffe vraiment n’importe quoi, ce chat!

… En fait, non, il ne mange pas tout. Il déteste les asperges. Je n’ai jamais compris pourquoi. C’est super bon, des asperges.

Mais en fait je crois qu’Omelette aime bien la texture des parchemins. La raison pour laquelle je n’ai pas emmené mes devoirs, c’est parce que … Non, ce n’est pas parce que je n’avais pas de motivation! Non! J’vous le jure! Pourquoi ne me croyez-vous pas? Je les ai perdus. Oui. J’ai perdu le parchemin! Ce n’est pas du tout parce que genre, Omelette s’est couché dessus et que j’ai décidé de ne pas chercher sous les bourrelets de mon chat bedonnant (il n’est pas obèse, de lui dire ça, ça le complexe,  alors j’atténue, voyez) pour voir s’il ne s’était pas couché dessus. Vous vous trompez. Et si vous ne me croyez pas, ben…

Enfin, je n’ai pas de menace à vous faire.

J’aurais vraiment aimé qu’Héroïne soit là, en fait. Ça aurait été bien. Les Cox, ils ont toujours quelque-chose à dire, quelque-chose d’intéressant à faire, quelque-chose qui redonne de la vie à la vie, quoi! Là, y’a juste quelques gens dans la Grande Salle. Il ne fait pas beau, dehors. On le voit, si on regarde en haut. Y’a de la pluie imaginaire qui tombe du plafond-pas-plafond. Y’a des nuages, et tout. La Grande Salle peut vraiment être dépressive, dans ces cas-là, c’est… Ouais, non, je n’aime pas ça du tout. Il y a de la pluie, on pourrait presque l’entendre, s’il y avait des fenêtres, claquer contre elles.

Tout ce qu’on entend, dans la salle, c’est les plumes qui griffonnent d’encre les parchemins, quelques soupirs d’incompréhension, des gens qui chuchotent, d’autres qui parlent tranquillement…

Et des ‘dings’ constants. Mais ces ‘pings!’ constants, ben, ils viennent de moi. Alors, je n’ai pas besoin de les compter, hein?

Je vous rassure, je ne suis pas devenue une caisse enregistreuse moldue dans la dernière semaine. Je suis juste en train d’accorder mon ukulélé. Vivian, à côté de moi, ne semble pas très intéressée par le fait que je sois en train de faire ça, mais m’endure.

Mais je m’ennuie, sérieux! J’en peux plus, de ce manque de bruit, il faut que je fasse quelque-chose je vais exploser, c’est horrible, tant de manque de conversation, tant de sons manquants! On se croirait aux funérailles vides de Miss Teigne (sans les bruits de Rusard et ses ronflements, euh, pleurnichements aigus) tellement c’est mort! Trop de silence m’intimide. Ce  n’est même pas une blague. Ça m’intimide! Comment Vivian fait pour être aussi concentrée sur son travail avec tant de silence?!

« … Yep. »

Je hoche la tête, regardant distraitement autour, les lèvres pincées, les joues rondes. Je viens de terminer d’accorder mon instrument et j’hésite. Le kazoo? Nah, pas assez amusant. Les tams-tams? Nah, trop rythmiques. Je vais rester avec mon ukulélé, je crois. Je fais un petit soupir en grattant un accord que je laisse résonner dans la salle. Il était tout doux, presque inaudible, mais il résonne quand même bien, et ça me fait sourire.

Je laisse mon regard planer dans le vide avant de le retourner vers mon amie d’enfance, qui n’a toujours pas réagi. Elle écrit vraiment vite, Vivian! Je plisse les yeux. Ces notions de Potions ont l’air vachement compliquées. Je devrais peut-être commencer à étudier avant d’être à la dernière minute.

« So. Anything new lately? »
v.f. : Alors. Rien de nouveau?

Vivian ne répond pas. M’enfin, c’te question est tellement inutile, quand tu y penses. Je suis toujours avec elle, alors de lui demander ce qui a de nouveau dans sa vie, c’vachement inutile!

« … Nice weather we have, outside, right? » Je n’ai pas l’air très sarcastique, mais c’est ce que je voulais.
v.f. : On a une belle temperature, hein?

« Urgh would you just shut up already? I’m fucking trying to study. »
v.f. : Urgh ta gueule! J’essaye d’étudier.

Moment de silence alors que je la regarde. Elle n’a pas bougé. Ses yeux sont toujours sur le papier, mais sa plume a arrêté de bouger. Hm. Pas bon, tout ça, pas bon du tout!

Je me met à gratter quelques accords et à former une ballade. Et puis, pensant très fort à des paroles, je me met à faire des ‘ouh’ et des ‘ah’, avant de trouver un truc qui a l’air consistant :

« Viviaaan, Viviaaan, trying to studyyyy… »
v.f. : Viviaaan, Viviaaan, essayant d’étudieeeeer.

Je continue de gratter quelques notes alors que Vivian elle-même vient renchérir mon couplet :

« If you don’t stop, I’ll go elsewhere. »
v.f. : Si tu n’arrêtes pas, je vais aller ailleurs.

… Sympa. Alors, je continue :

« In the silent room full of … Bullies? Poppies? Fairies? »
v.f. : Dans la salle silencieuse pleine de… d’intimidateurs? De fleurs? De fées-teurs?

Oh non. Y’a rien qui rime, Malheur! J’arrête de jouer, posant ma main sur les cordes pour qu’elles stoppent de résonner.

« Vivian, what do you think? »
v.f. : Vivian, tu en penses quoi?

« You’re annoying me. »
v.f. : Tu m’écoeures.

Je relève la tête, fait un petit sourire.

« Hey, it rhymes! » Mon visage s’obscurcit quelques secondes après. « Oh. »
v.f. : Hey, ça rime! … Oh.


Tiens, Vivian a relevé la tête vers moi! … Seulement pour se frapper le front de sa main en grognant. Elle  a marmonné un truc, mais je ne sais pas c’est quoi. Triste. Je devrais peut-être arrêter.

Mais je ne peux pas rester là à rien faire! Non mais!

En plus, c’est con, mais j’ai l’impression que…

AH! Tiens, y’a Florian là-bas! Est-ce qu’il me regarde? Pourquoi est-ce qu’il me regarde? C’est marrant, je ne lui ai jamais vraiment parlé, mais chaque fois qu’il me parle, on dirait qu’il m’évite et je ne comprends pas trop. Attend, je ne suis pas certaine. Peut-être que j’ai besoin de lunettes. Je ne sais pas. Peut-être? Mais il est loin, là-bas, à la table des Serdaigle. Je plisse les yeux. Je penche ma tête vers l’arrière. Hm! Je lui fais un signe de main pour le saluer, le bras haut-levé, énergiquement.


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian K. Dunst
Nombre de chapitres écrits : 16
Sang : Né-moldu
© avatar, icon, signature : Brownies ©
Date d'inscription : 22/03/2014
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥   Lun 24 Mar - 0:27


   
Yes, this love is electric ▬ Florian K. Dunst & Rika N. Winfield

   Session d'étude. Je trouve tellement que c'est inutile. Je n'ai pas besoin d'étudier pour bien réussir, il suffit tout simplement que j'écoute durant les cours, ce qui n'est pas bien compliqué puisque je n'ai pas vraiment d'amis. Évidemment, il y a toujours des perturbateurs comme les jumeaux Weasley qui ne cessent jamais de faire des farces aux professeurs lorsqu'ils ont le dos tourné, mais je fais semblant de ne pas trouver ça drôle et je replonge mon nez dans mes bouquins. Je suis trop sérieux...? Peut-être que oui, mais je n'ai pas besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Je ne suis pas dans le monde des Moldus où tout le monde connaît mon nom et souhaite être dans mes relations intimes. Ici Harry Potter prend toute la place possible et je suis qu'un simple étudiant. Je dois m'effacer, il y a des choses bien plus graves que cela dans le monde des sorciers comme par exemple la rumeur que Vous-savez-qui serait de retour parmi nous. Je ne sais pas qu'en penser... Je préfère ne pas y penser. De toute façon j'y arrive pas plus de trente secondes parce que ensuite je pense à elle. Je ne devrais pas, mais c'est plus fort que moi. Je ne crois pas lui avoir réellement adressé la parole, je ne suis même pas sûr qu'elle connaît mon nom même si nous avons quelques cours ensemble. Je suis persuadé d'être aussi invisible que la dame grise. Enfin... invisible... Elle ne l'est pas vraiment, mais quand on la croise dans les couloirs, on n'y porte pas plus attention qu'il le faudrait.

Huum... J'en étais où?

Je regarde la page jaunie de mon livre d'histoire de la magie. J'ai perdu des yeux la ligne que j'étais en train de lire. Je ne me souviens même plus ce que je lisais. Je crois que je lisais sans vraiment lire. Je suis troublé, perturbé par tout ce qui m'entoure malgré le silence qu'il y a dans la grande salle. Il n'y a pas beaucoup de gens, je crois? Je n'en suis pas persuadé tout simplement parce que mon regard vient de s'arrêter sur une jolie blonde assise à la table des Griffondor : Érika Winfield. Elle me fait rêver. J'adore la regarder sourire et gratter son ukulélé, sans parler du sourire qu'elle fait apparaître sur mon visage lorsqu'elle répond à une question d'un professeur, que la réponse soit bonne soit mauvaise. Je suis une grosse guimauve sentimentale, ça m'écoeure. Je ne suis que comme ça en sa présence. Je ne sais pas pourquoi elle et pas quelqu'un d'autre. Peut-être est-ce sa bonne humeur? Son énergie? Son manque de sérieux? Les gens sont trop sérieux dans la vie, moi le premier. Je suis ce qu'on me demande d'être, je me fonds dans la masse. Pas étonnant que mon patronus soit un caméléon quand on y réfléchit.

Je continus à la fixer. Elle parle avec une fille, une amie dont je ne connais pas le nom ou du moins qui ne me vient pas à l'esprit pour l'instant. La seconde blonde ne semble pas aimer particulièrement la tentative désespérée d'Érika pour avoir une discussion. Moi je donnerais tout pour qu'elle vienne me parler... Que je puisse lui répondre quelque chose d'intelligent ou de tout simplement l'inviter à sortir à Pré-Au-Lard. Elle continue à gratter les cordes de son instrument et je crois l'entendre commencer à fredonner quelque chose, je m'avance un peu la tête pour mieux entendre. Elle semble chercher une rime en « i ». Je souris puis je retourne à mon manuel d'histoire, mais mon regard s'arrête sur une ruée de lapins albinos qui se dirigent droit vers l'avant de la pièce.
       
     
   
▬ Full of bunnies...
V.f : Remplie de lapins...
Que je finis par dire pour moi même, les sourcils froncés d'incompréhension.


À Poudlard, jamais on ne s'ennuie. Il y a toujours une histoire à raconter, sauf que moi, je n'ai personne à qui le dire alors je me contente de relever les yeux en entendant la voix de la Griffondor qui semblait avoir trouvé une rime, en oubliant que je voulais étudier un peu. Elle me regarde. Elle me regarde? Pourquoi elle me regarde? Non, pourquoi moi je la regarde? Pourquoi je continue à la regarder alors qu'elle me regarde? Je dois arrêter! Je baisse immédiatement le regard vers mon livre que je place tout près de mon visage pour cacher mon teint qui doit sans doute tourner à la couleur d'une tomate. Je lève timidement le regard et je constate qu'elle m'envoie la main vigoureusement. C'en est presque effrayant tellement qu'elle la secoue de gauche à droite énergiquement. Mes mains trembles et je crois que mon cœur bat plus vite que la normale, qu'on appelle infirmière, je crois que je fais une attaque.  J'en échappe mon livre, je tente de l'attraper, mais je ne fais que le pousser avec mes doigts et il tombe de l'autre côté de la table.

Bravo. Pour ce qui est de sembler normal, c'est loupé. Ça peut toujours paraître pour de la maladresse? Bien sûr que c'est de la maladresse, Florian! Tu ne l'as sans doute pas volontairement lancer par terre! Je jette un coup d’œil à la blonde. Elle me regarde encore? Je ne suis pas sûr. Non, j'en suis sûr. Non en fait y'a pas qu'elle qui me regarde. Je suis sûr que tout le monde me regarde et qu'ils ont découvert mon secret. Je place mes mains sur mon visage et je respire profondément dans mes mains pour me calmer. Tu es un sacré parano, toi. Calme-toi et lève-toi pour prendre ton livre, ça fait trop longtemps, tu'as l'air d'un cinglé. Je regarde mon livre quelques instants et je me lève. Je fais le tour de la longue table en bois puis je le ramasse rapidement. Trop rapidement. Je sens mon corps basculer vers l'avant et je fonce dans quelqu'un. Je tombe à genoux, j'ai l'air d'un con. J'ai envie de m'enfuir, de me cacher, d'aller me coucher.

Il pleut dans la grande salle, c'est la preuve que je n'aurais pas dû sortir de mon lit ce matin.

© By Halloween sur Apple Spring

   


Dernière édition par Florian K. Dunst le Mar 25 Mar - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥   Mar 25 Mar - 17:48
Yeah, it’s electric.

« Hey, Viv, Florian is looking at us. » Je fronce les sourcils, puis baisse le bras, la tête penchée légèrement. « Well. was? »
v.f. : Hey, Viv, Florian nous regarde. Enfin, nous regardait?

Elle ne parle pas. Genre, pas du tout. Comme si elle ignorait tout ce que je venais de lui dire. Et moi, je suis là, à regarder Florian, qui nous regardait, puis à regarder Vivi, qui regarde son papier.

En fait, je ne sais même pas pourquoi je lui ai envoyé la main. Ça doit être parce qu’en fait, quand on me regarde, je me sens interpellée. J’ai des radars pour des yeux! Enfin, non, je suis seulement hyperactive et vu qu’il me regarde – enfin là il ne me regarde plus, je crois – ben je me dis que hey ça pourrait être intéressant d’aller lui parler, voilà! Surtout que Vivian, ben… Vivian est pas fun en ce moment, elle ne veut même pas m’adresser la parole, genre!

Oh! Vivian revit! Enfin, elle semble avoir compris ce que je viens de dire, parce qu’elle me regarde avec un air totalement dubitatif. Vraiment dubitatif, en fait, c’est à ne pas comprendre pourquoi elle me regarde comme ça. « … Us? Are you that oblivious ? » Hein, mais de quoi elle parle, elle? En quoi je suis inconsciente? Je ne comprends pas. Je ne comprends vraiment pas, yo. « … Of course you are. » Et là, elle soupire. Elle soupire? Je l’exaspère. Je ne sais même pas pourquoi. Enfin. J’ai une idée, mais je ne peux pas m’en empêcher, c’est juste… juste, euh. Ben, je ne comprends pas trop pourquoi Florian l’exaspère autant. Parce que genre, je sais pas, avec moi, il est gentil! Elle renchérit alors son propos, laissant son livre de côté pour ne serait-ce que quelques secondes. « Look, don’t bring him here or I won’t be responsible for any balls crushing. »
v.f. : Nous regardait? Est-tu si inconsciente? [...] Bien sûr, que tu l'es. [...] Écoute, ne l'amène pas ici, ou je ne serai pas responsable pour un écrasement de couilles.

Woah, okay, elle ne l’aime vraiment pas. Enfin, c’est vrai que parfois il est arrogant avec les autres et qu’il se croit vraiment beaucoup trop, mais si non, il a l’air gentil, je n’ai absolument rien contre lui, là! Je regarde toujours Florian, qui, lui, a l’air d’avoir vraiment froid – oui, vraiment! Il tremble, c’est vraiment intense!

« Oblivious to wh – oh! Look, he dropped his book! »
v.f. : Inconsciente à qu- oh! regarde, il a échappé son livre!

J’espère qu’il n’a pas mangé quelque-chose d’empoisonné ou qu’il n’a pas attrapé froid. Avec la pluie, dehors, et tout, ce n’est pas l’idéal. Vivian est retournée vers son livre. « Should I care? »
v.f. : Et je devrais m'en faire?

Woah, sa voix à elle seule aurait pu créer le froid intersidéral de la grande salle! Elle le déteste, c’est visible juste dans son ton, et pourtant, moi, je ne peux m’empêcher d’être intriguée par Florian. J’ai soupiré à mon tour, grattant quelques accords mélancoliques sur mon instrument, avant de regarder mon amie avec un air abattu.

« Gosh, Viv, you’re no fun. » Je m’indigne, secouant la tête de gauche à droite. « Can’t even have a decent conversation with you. It sucks. »
v.f. : Mon dieu, Viv, tu es implaisante! [...] J'peux même pas avoir une conversation décente avec toi. C'est pourri.

Je gratte trois accords rapides, me redressant sur le banc. Je ne vais pas en gratter d’autres. Je laisse s’échapper de mes lèvres un râle, levant ma tête vers le ciel et la pluie imaginaire de la Grande Salle. « Raaah, I just can’t stand sitting there doing nothing anymore, just try to understand! »
v.f. : Raaah, je n'arrive plus à être assise là à rien faire, comprend-moi!

« Hey, I told you I was gonna study and you decided to come anyways. » Non mais je suis venue pour te tenir compagnie, c’est quoi cette maudite affaire-là, là? Elle aime ma compagnie autant que j’aime la tienne, non? « Go see him if I’m too boring. »
v.f. : Hey, je t'ai dis que j'allais étudier et tu as décidé de venir quand même. [...] Va le voir si je suis si nulle.

…Voilà, voilà. Déception. Je ne peux même plus me tenir avec ma bonne amie. M’enfin, c’est pas grave. Elle sera bien plus intéressante une fois qu’elle aura fini cette foutue étude!

Si elle ne dort pas.

Dans un ‘Pffffff!’ bien sonore, sortant de mes lèvres pincées, je me lève. « Fiiiiine. »
v.f. : D'accooooord.

Empoignant bien solidement mon ukulélé, Vivian retournée dans son livre, je monte sur la table, saute pour descendre (non mais faire le tour c’est trop long, vous avez vu la longueur de ces trucs, bon sang?) et je répète le processus pour les autres tables séparant celle des Gryffondor de celle des Serdaigle. Et quand je viens pour aller où Florian est, ben, il n’est plus là! Il s’est évanoui! Genre, pouf, plus de Florian, comme s’il n’avait jamais existé. Pourtant, je suis CERTAINE qu’il était là! En plus, il ne m’a même pas dit bonjour! Est-ce qu’il m’a vu, lui dire bonjour? Peut-être pas. Peut-être qu’au fond, j’ai imaginé le fait qu’il me regardait! Pourtant, je suis CERTAIIIINE que ce n’est pas le cas.

Et alors que je viens pour me retourner, pour voir s’il ne s’est pas caché dans mon dos, ou je ne sais pas, BANG! On me percute sur le côté – assez vigoureusement! Ma réaction est non sans cri de surprise, sans collage nerveux d’instrument sur mon corps, sans trébuchage – mais je me suis reprise, j’ai réussi à survivre et à ne pas tomber!

Je me retourne donc, pour voir ce qui m’a aussi violemment coupé le souffle. Hein? Mais y’a personne! Mais ça ne se peut pas, ce n’est pas un fantôme qui m’a percuté, ça serait incohérent, inconcevable, incon…Conspiration? CONSPIRATION! C’EST UNE CONSPIRATION! Wait y’a du bruit en bas… Alors je baisse le regard… Et… Ah! Tiens, c’est Florian!

« Woah, just the person I wanted to see! That was a hard tackle you did there! I almost fell down! » Je laisse s’échapper un petit rire de mes lèvres avant de continuer, m’accroupissant pour me mettre à sa hauteur. « You okay? »
v.f. : Woah, justement la personne que je voulais voir! C'était tout un placage que tu as fait! Je suis presque tombée.

Il semble pas mal bafoué, le pauvre. Il tremble toujours et en plus il est rouge comme une tomate! C’est un peu contradictoire – habituellement, on est rouge quand on a chaud et on tremble quand on a froid! Il tient un manuel dans ses mains, tellement fort que ses jointures en sont blanchies. Le pauvre, il est de toutes les couleurs, quoi!

« Do you need some help? » Je lui tends la main. Les secondes passent. Elles sont IN-TER-MI-NABLES! Alors je n’attends pas : je lui prends la main, le tire vers le haut, je trébuche, en me reprenant, je le tire sur moi – il me percute, je me retiens avec un pied derrière. Miracle! Nous ne sommes pas tombés!
v.f. : Besoin d'aide?

« Oops. Haha, sorry about that. »
v.f. : Oups. Haha. Désolée.

Je me recule un peu et je lâche sa main. Sérieux, je suis une vraie tarée, y’a que moi qui va faire un truc comme ça. On m’a bien souvent reproché mon impulsivité… Je ne peux pas vraiment changer grand-chose à ça!


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian K. Dunst
Nombre de chapitres écrits : 16
Sang : Né-moldu
© avatar, icon, signature : Brownies ©
Date d'inscription : 22/03/2014
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥   Mer 26 Mar - 5:21


   
Yes, this love is electric ▬ Florian K. Dunst & Rika N. Winfield

   Je suis à genou comme un con. À genou alors que je suis persuadé que des gens me regarde. Que Rika me regarde. Je n'entend plus son ukulélé, elle à dû arrêter pour rire de moi et de ma chute. Je tente par tout les moyens de reprendre le livre que j'avais échappé à nouveau au sol, mais rien n'y fais. Chaque fois je l'échappe à nouveau. Mes mains trembles comme des feuilles qui ne veulent que tomber de l'arbre durant l'automne. Sauf que moi, je ne veux pas que mes mains tombent. J'en ai besoin... Pour me cacher le visage quand la gêne me prend. Elles aussi sont terriblement gênées et elles veulent se cacher, tout comme moi. J’entends finalement une voix. Je la reconnaît. J'hésite à lever le regard, mais je dois le faire quand même. Je réalise que mes oreilles ne faisaient pas erreur et que Rika est bel et bien la personne que j'ai percuté accidentellement. À moins que mes yeux se soient liés à mes oreilles pour que je crois que c'est la réalité? Je lui fais un sourire navré puis je secoue timidement la tête d'un signe affirmatif pour répondre à sa seconde question. Si je vais bien..? Bien sûr...

Je suis aussi perdu psychologiquement que ces pauvres lapins physiquement. Quand je suis en face d'elle, je perd tout mes moyens. Je finis par avoir la même capacité mentale qu'une carotte géante. Heureusement que je sache respirer, car sinon je serais sans doute entrain de faire le bacon sur le sol. Ça y est, je parle de nourriture. Pourquoi je parle de nourriture? J'ai peut-être faim? Oui, ce doit bien être ça qui se passe dans mon estomac pour qu'il se torde comme ça. Je dois avoir faim. Ou alors j'ai mal au cœur. Oui, je crois que c'est ça. Je crois que je vais tout simplement dégobiller sur les chaussures de la jolie blonde qui venait de m'aider à me mettre droit sur mes deux jambes. Sa présence allait me faire vomir, que c'est adorable..! Non, c'était pas elle qui allait me faire renvoyer mon petit déjeuner, c'était plutôt le stress d'être si près d'elle et le fait qu'elle m'aille touché. Jamais je n'avais osé le faire. Habituellement je m'enfuis toujours avant que le contact physique soit fait. Je dois faire de la fièvre, il se passe quoi pour que je me sente étourdis comme ça? Et, oh! Mais je viens de me rendre compte que je tiens si fort mon manuel que j'ai ai mal aux phalanges. Elles sont blanches.. Et je sens mes joues devenir rouges. Je suis un arc-en-ciel. Ça y est, je suis un arc-en-ciel avec l'intelligence d'une carotte! Si mes amis moldus me voyaient dans cet état, ils ne finiraient pas de rire de moi jusqu'à mes 50 ans.

Je dois me calmer.

Je recule légèrement et je me cogne le mollet directement sur le banc en bois de la grande table des Serdaigle. Je m'assois lourdement et je respire un grand coup pour tenter de reprendre mes esprits. Mais voyons Florian, t'es de pire en pire, c'est pas possible! Tu ramollis avec l'âge, tu fais pitié. Non, c'est pas vrai, je ne fais pas pitié, je suis simplement amoureux. Mais calme-toi, c'est pas possible, t'as l'air d'un schizophrène à te contre-dire comme ça! Je finis par lever le regard et je la fixe alors que je sens une perle de sueur imaginaire me couler sur le long de la mâchoire. Je dois répondre à sa question. Il me semble que cela fait une éternité qu'elle me la posé. Pourquoi je n'ouvre pas la bouche pour le lui dire?
       
     
   
▬ It's okay... I-I'm fine...
V.f : C'est correct... J-Je vais bien


Je glisse mes jambes sous la table et je lui tourne le dos pour ensuite ouvrir à nouveau mon manuel que je fis semblant de lire dans l'espoir que la Griffondor comprenne le message et qu'elle aille revoir son amie dont le nom ne me revient toujours pas à l'esprit. Après quelques secondes de fausse lecture, je me rend compte qu'elle n'a toujours pas bougé d'un poil. Je fronce les sourcils puis, sans lever le regard de mon livre puisque je sais très bien que je vais perdre toute assurance sinon, je l'invite à me rejoindre.
       
     
   
▬ I know this isn't the Gryffindor table, but if you want, you can sit in front of me...
V.f : Je sais que ce n'est pas la table des Gryffondor, mais si tu veux, tu veux t'asseoir en face de moi...


Je lève malencontreusement le regard et je perd à nouveau mon assurance habituelle.
       
     
   
▬Or on m... Next to me...
V.f : Ou sur m... À côté de moi.


N'aurait-il pas un sort pour faire disparaître quelqu'un à tout jamais, mais sans pour autant le tuer ou de l'envoyer dans un monde parallèle? Est-il possible d'avoir une cape d'invisibilité où je pourrais tout simplement vivre sous?

© By Halloween sur Apple Spring

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥   Mer 26 Mar - 20:55
Yeah, it’s electric.

Woah, en fait, Florian, il n’a pas l’air bien du tout. Ça devient de plus en plus évident, en fait. Il a l’air tout étourdi, il tremble, il est rouge, il est blanc, il imite un arc-en-ciel, quoi! Dans un jour de pluie, faut croire que, quelque-part, il doit y avoir un soleil pour qu’il soit ainsi. Ou, en fait, il est tout simplement malade et je me perds à nouveau dans mes fabulations. Le pauvre! Pourquoi il continue d’étudier s’il ne se sent pas bien? Il devrait aller se reposer, ou, du moins, tenter de faire autre chose! Les livres d’histoire, c’est connu, ça rend malade. MA-LA-DE! Alors il faut le tirer de là! Genre, il n’a même pas réagi quand je me suis excusé de l’avoir fait violemment percuter ma personne (et mon ukulélé) (au moins il ne s’est pas brisé) (mais c’est pas grave, je suis une sorcière, ça se répare facilement alors on s’en fout!)

Bon, en fait, je dis qu’il n’a pas réagi, mais ce n’est seulement que partiellement vrai. En fait, il a reculé, tout comme moi j’ai reculé, remettant de la distance entre nous deux, parce que, la distance, Vivian ne me le répètera jamais assez, c’est primordial (même si c’est agréable, être contre quelqu’un, le toucher, le poker, le câliner, quoi. Elle appelle ça des « limites personnelles ». En gros, ça ne veut rien dire, voilà.) Bon, j’imagine que, si pour elle, c’est primordial, alors ça doit aussi l’être pour les autres. Florian s’inclue probablement dans ces autres-là?  

En fait, peut-être qu’il ne veut juste pas me refiler son virus. C’est gentil de sa part, même si ça ne change pas le fait qu’il aurait probablement besoin d’aller voir l’infirmière s’il ne se sent pas bien!

Oh! Oh, le pauvre, il vient de se cogner sur la table! Ouille, ça a dû lui faire mal. Pourtant, il ne réagit pas. C’est vraiment étrange! Ouaip, il a vraiment besoin d’aller chez l’infirmière. En plus, elle a l’air hyper gentille. Je n’ai vraiment rien à lui reprocher, à celle-là, même si je regrette un peu le fait que Mme Pomfresh soit partie. Elle aussi, elle était bien gentille, bien qu’elle soit juste un peu trop habituée à son métier. Tellement habituée, en fait, qu’elle semblait manquer d’affection envers ses patients. C’est triste, vu comme ça! Même si, en fiat, je crois que le fait que je lui emmène Omelette qui avait mangé une mauvaise brioche n’était pas la meilleure des idées. Elle n’a pas l’air d’apprécier les animaux autant que les humains, quoi, ce qui est dommage, parce qu’Omelette, ben, c’est un chat multifonction hyper intelligent! … Enfin, son intelligence est discutable, mais on s’en fout, c’est un chat.

Oh! Florian arrive à me répondre! C’est à croire que tout le monde entend ce que je dis des années après que je l’aie dit. Y’a Vivian, toute à l’heure, qui n’a répondu qu’après un grand moment, et là, y’a Florian, qui me dit qu’il va bien.

Il va parfaitement bien, outre le fait que sa maladie empire, ses oreilles sont aussi rouges que son visage et j’ai l’impression qu’il va finir par briser son manuel à force de le serrer aussi fort. Je penche la tête, me gratte la tête un peu alors que Flo’ hyperventile, ou un truc comme ça. Sérieux, il ne va pas bien, et je le fais ressentir, le fait que je ne le crois pas, dans un ‘Hmmmm.’ bien sonore, restant plantée là alors qu’il me tourne le dos, se remettant à lire.

J’aurais peut-être dû partir. Mais Vivi est vraiment ennuyante et Florian semble de meilleure humeur qu’elle, même si, sérieux, là. Sérieux.

Je ne sais pas quoi dire, alors, « sérieux » suffira. Voilà. Je gratte quelques notes mélancoliques – oh, pourquoi personne ne veut de moi? Pourquoi, monde cruel, suis-je laissée à moi-même? – quand la voix de Florian retentit à nouveau. Il m’invite à m’asseoir et sa voix semble … Reeelativement normale, alors qu’il le fait. Il semble aussi avoir perdu de ses couleurs. Finalement, il n’est peut-être pas malade, mais …

Sérieux.

Alors qu’il relève le regard sur moi, je vois ses couleurs revenir et tout. C’est vraiment merveilleux, on dirait un caméléon! Mais il va pour parler et bang ça recommence!

À son commentaire,je ne peux m’empêcher de pouffer de rire, un tout petit rire, un poing sur la bouche.

« On you? Haha, wow, what a slip! You’re funny. »
v.f. : Sur toi? Haha, quel lapsus! Tu es drôle.

Et je m’installe à côté de lui, après, mon regard tentant d’analyser son visage.

« You sure you’re okay? You look like you’re having a bad, really bad fever! » Dans ces paroles, je pose mon poignet sur son front. Bon, il est rouge, mais en fait, son front en tant que tel n’est pas si chaud! C’est vraiment louche, comme truc. « Did you eat something weird recently? ‘cause I know house elves have been at weird things with food. »
v.f. : Tu es sûr que tu vas bien? Parce que tu as l’air d’avoir une vilaine fièvre!


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥   Aujourd'hui à 7:07
Revenir en haut Aller en bas
 

Yes, this love is electric | ♣ - Florian ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» Après sa promenade au parc [PV : Florian]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Rez-De-Chaussée :: La grande salle-