+ vous?



 

Partagez | .
 

 And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R. Ophélie Hampton
Nombre de chapitres écrits : 462
Sang : sang pur
Supporter de : le clan Hampton
© avatar, icon, signature : avatar by wooden heart.
Date d'inscription : 05/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Mar 4 Mar - 8:32

Raphaëlle Ophélie Hampton

The animals, the animals are trapped, trapped, trapped 'till the cage is full

Raphaëlle Ophélie, deux prénoms plutôt exotiques pour une jeune sorcière anglaise. Hampton, un nom de famille dont la réputation n'est plus à faire. Fille de Béatrice Hampton et Jean-François Lelac, elle est de sang pur. Avec ses seize printemps, elle est prête à voler de ses propres ailes, mais comme un oiseau en cage, elle reste en place, toujours belle et sage. Elle ne fait pas de vague ni de scène. Elle n'a jamais été le centre d'attention, étant l'enfant du milieu, celui qu'on aime, mais qu'on oublie. Celui qui n'est ni la fierté de la famille, le plus âgé, ni le joyaux précieux, le plus jeune.

Son patronus est une pieuvre, très représentatif de ses aspirations, de sa soif de connaissances. Explorer les mers, le ciel et ces grands espaces de par delà les océans, c'est tout ce à quoi elle se permet de rêver. Elle est une Hampton. Elle doit exceller. À l'instar de son patronus, son épouvantard est lui aussi aquatique. Il s'agit d'un kraken, une créature des fonds marins qui étend ses membres pour l'attraper et la noyer. Sa vie la submerge et elle se sent souvent suffoquer. Elle ne sera peut-être jamais assez bien pour mériter son nom de famille. Raphaëlle Ophélie, la fille qui n'était pas une digne Hampton.

Elle a comme confident son chat, Barnabas le Follet, nommé ainsi d'après une tapisserie du septième étage de Poudlard. C'est le seul être vivant qui est digne de connaître ses secrets, bien qu'ils ne soient pas nombreux ni bien méchants. Bien qu'elle soit issue d'une grande famille, elle se sent souvent seule. Heureusement, elle a appris à aimer ces moments de solitude, préférant parfois rester par elle-même plutôt que de s'entourer de ces gens qui jacassent et qui agassent.

Elle entame sa sixième année à Poudlard et ça ne sera pas une mince affaire. Le problème de sang, voilà un casse-tête qui lui faut résoudre. Sa pureté de sang n'emporte toutefois pas son vote du côté du seigneur noir. Elle se veut plutôt neutre, bien que plus sympathique à la cause des nés-moldus. Elle trouve déchirant de voir ses camarades de classe se retourner les uns contre les autres, mais son désir de concilier les gens la pousse à ne pas choisir de partie.

crédit: timeless [avatar] + you've got time de Regina Spektor [paroles et titre]
HISTOIRE
taking steps is easy, standing still is hard

Elle restait là, sans bouger.

On aurait dit une des statues de sa mère. Ces chérubins et ces fées qui parsemaient les jardins et le grand hall de leur demeure. Une poupée de porcelaine qu’on aurait oubliée là et qui, le regard fixe, attendait on ne sait quoi. C’était cette odeur qui la gardait captive. Son père avait offert des fleurs à sa mère le matin même et les effluves qui s’en échappaient entouraient la jeune fille. À cet instant, elle ne savait plus à quoi ça ressemblait de sentir l’air ordinaire. De toute façon, ça ne l’intéressait guère. Certains aiment la senteur des brioches tout droit sorties du four. D’autres ne jurent que par le parfum ou par l’argent, même s’il n’a pas d’odeur. Ophélie ne pouvait résister à cette douce fragrance qui lui remplissait le nez depuis dix bonnes minutes. Elle se trouvait comme en transe, prise dans un rêve, un songe qu’elle croyait réel. Elle se voyait dans un champ de tournesols, par une belle journée de fin de printemps alors que l’été est à nos portes et qu’on en profite pour sortir nos shorts et nos camisoles pour profiter du soleil nouvellement arrivé. Et elle dansait, tournoyait, virevoltait et se laissait même aller à quelques chants victorieux. Elle était libre, enfin.

« Raphaëlle Ophélie Hampton. »

La voix de son père l’avait extirpée de son beau rêve éveillé. Elle le voyait tomber, se fracasser en mille morceaux qu’on ne pourrait recoller. Elle savait que c’en était fini de son bel après-midi. Les bras tendus vers le sol, elle regardait tout autour d’elle, tentant vainement de rattraper ce qui restait de sa douce réalité parallèle qui la quittait peu à peu. Elle se sentait faiblir, pâlir dans ce monde qui n’était pas le sien. Ici, à Londres, il pleuvait averse, comme d’habitude. C’était une journée grise, monotone et sans fin. Une parmi tant d’autres.

« Qu’est-ce que je t’ai dit ce matin? Hein mademoiselle? Pas de flânage dans la maison. Tu m’écoutes quand je te parle? Vas donc t’occuper, jeune fille! »

Elle le fixait sans le voir, absente. Sa distraction n’avait pas échappé au banquier qui, habitué à voir tout en ordre, tiquait de la voir si amorphe et sans entrain.  Il ne supportait pas l’idée qu’elle passe ses journées à ne rien faire. Même à huit ans, on se doit de bosser dur pour en arriver où on veut dans la vie. Sa mère avait bien travaillé pour devenir historienne et son père, bien placé chez Gringnotts, s’était donné corps et âme pour en arriver là. Elle ferait de même. C’était dans son sang. Son sang pur de petit génie qui devait à son tour, après toutes ces générations de femmes fortes et oh combien resplendissantes de sagesse, de révolutionner son époque et forcer l’histoire à se rappeler d’elle comme d’un maillon fort de la grande famille Hampton, pas comme un rejeton qu’on délaisse. Celui qui n’a droit qu’à un petit écriteau dans ces vieux livres poussiéreux de famille qu’on ne ressort jamais car ils ne contiennent que ces noms d’ancêtres qu’on préfèrerait oublier.

Ses pas lourds et allongés la menèrent dans cette bibliothèque qu’elle connaissait déjà depuis plusieurs années. Toute petite, elle y venait pour que sa mère lui raconte des histoires. Souvent, elle la dérangeait dans son travail, mais jamais, pas une seule fois, Béatrice Hampton avait-elle eu l’air agacée ou dérangée par sa petite Ophélie. Cette petite tête rousse poussait la porte doucement, à la manière d’une souris, et marchait à petits pas sur la pointe des pieds, question de ne pas faire de bruit. Elle ouvrait grand les yeux et cherchait sa mère, une femme à qui elle devait sa tignasse d’un rouge vieillis, usé par la rouille et le temps. Elle mettait parfois cinq bonnes minutes avant d’apercevoir l’historienne, cachée quelque part, entre deux étagères de livres anciens ou à assise à son fauteuil de cuivre. C’était là où la vraie magie s’opérait. Elle y lisait ces livres sans images qui impressionnaient tant cette petite fille haute comme trois pommes. Ophélie se faufilait alors entre ces meubles immenses et trouvait celle qu’elle aimait tant. Puis, d’un coup furtif, elle attrapait ses vêtements, peu importe ce qu’ils étaient, et tirait dessus avec la force qu’elle possédait. Ces yeux se tournant vers elle à chaque fois qu’elle répétait son manège la rassuraient. Elle aimait tant sa mère. Et alors Béatrice disparaissait au fin fond de la bibliothèque qui, vu l’âge de la petite Hampton, paraissait infiniment grande et la retrouvait tout près du fauteuil avec un livre à la main. Au fil du temps, la mère avait compris les intérêts de sa fille et sélectionnait les bouquins les plus propices à développer son amour de la lecture et cultiver son savoir.

Il y avait bien ce livre, celui qu’elle allait chercher aujourd’hui. Un vieux manuscrit écrit à la main par un ancien sage de quelque communauté magique lointaine qui retraçait l’histoire de certaines familles de plantes communes et rares d’Angleterre et d’Écosse. Certaines servaient aux potions, d’autres vous donnaient un mal de ventre atroces alors que quelques-unes, plus terribles et heureusement, extrêmement rares, pouvaient causer votre mort. Une mort lente et douloureuse. Une mort qui effrayait la jeune Hampton, âgée de huit ans. Désormais, elle pouvait le lire seule et n’avait plus besoin de déranger sa chère mère alors qu’elle travaillait à ces ouvrages retraçant la généalogie de quelques grands sorciers désormais décédés, mais certainement pas oubliés.

Elle prenait toujours le même siège, au fond de la grande bibliothèque désormais bien moins impressionnante, et bouquinait jusqu’à ce qu’on la force à avaler quelque chose en compagnie de sa famille. N’allez pas croire qu’elle ne les aimait pas, au contraire. Elle les adorait et c’était réciproque. Toute la famille Hampton était reconnue pour ses liens tissés serrés et tout particulièrement cette cellule-là. Celle de Béatrice et Jean-François et des trois filles issues de leur union remplie d’amour et de respect. Les trois filles étaient d’ailleurs plutôt amies, surtout par nécessité au tout début. Avec les années, elles avaient grandi proche les unes des autres et s’appréciaient honnêtement. C’était notamment leurs âges rapprochés qui leur permettaient d’échanger si facilement.

CARACTÈRE
Votre citation

Décrivez-nous le caractère de votre personnage, ses qualités, ses défauts, ses envies, son but dans la vie, ce qu'il aime et ce qu'il déteste. Nous demandons un minimum de 300 mots soit environ une vingtaine de lignes.

Bonjour/Bonsoir!
Je suis une vieille du forum et voici mon nouveau bébé. En fait, c'est une refonte de Raphaëlle O. Westfield, pour ceux qui l'auront côtoyée avant que MS renaisse de ses cendres! J'arbore fièrement le visage de Sophie Turner (vivement la saison 4 de GoT) et je surkiffe les chocolatines!   


Dernière édition par R. Ophélie Hampton le Mar 11 Mar - 5:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow C. Caldwell
Nombre de chapitres écrits : 1970
Sang : Sang-mêlé
Supporter de : La famille Cox
© avatar, icon, signature : signature: belzébuth icons: dragonborn
Date d'inscription : 22/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Mar 4 Mar - 15:29
UNE HAMPTON Coeur

Bienvenue chez toi Coeur


Animal I have become

i can't escape this hell so many times i've tried but i'm still caged inside somebody get me through this nightmare i can't control myself so what if you can see the darkest side of me? no one would ever change this animal i have become help me believe it's not the real me somebody help me tame this animal © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madison Lockweder
Nombre de chapitres écrits : 5357
Sang : Pur
Supporter de : Voldemort, Drago, Rogue
© avatar, icon, signature : LilDay et tumblr
Date d'inscription : 16/07/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Mar 4 Mar - 17:59
Re-bienvenue  Sadique 1 .



Nouvelle rédactrice en chef du Journal de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden J. Foster
Nombre de chapitres écrits : 1968
Supporter de : Harold Camping & Héroïne
© avatar, icon, signature : Shiya & fanpop & Tumblr
Date d'inscription : 08/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Mer 5 Mar - 0:50
Rebienvenue parmi nous  Câlin d'amour 




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eärendil Y. von Schünberg
Nombre de chapitres écrits : 510
© avatar, icon, signature : © arwene
Date d'inscription : 07/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Mer 5 Mar - 1:39
jetebaise


Gone with the wind

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Ophélie Hampton
Nombre de chapitres écrits : 462
Sang : sang pur
Supporter de : le clan Hampton
© avatar, icon, signature : avatar by wooden heart.
Date d'inscription : 05/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Mar 11 Mar - 5:38
Merci à vous, les amours 456


The animals, the animals, Trapped, trapped, trapped 'till the cage is full, The cage is full, Stay awake, In the dark, count mistakes, The light was off but now it's on, Searching the ground for a bitter song, The sun is out, the day is new, And everyone is waiting, waiting on you, And you've got time.
 - You've got time, Regina Spektor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.   Aujourd'hui à 5:28
Revenir en haut Aller en bas
 

And everyone is waiting, waiting on you. And you've got time.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Waiting for the Grand BAYAKOU
» Waiting for the bus __ Amanda
» All boundaries are conventions waiting to be transcended Δ Nora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Fiches de Présentation-