+ vous?



 

Partagez | .
 

 Petites nostalgies { Lucas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Petites nostalgies { Lucas   Jeu 4 Juil - 3:45
Que faire? Son après-midi s’annonçait long. Comme quoi les samedis et les dimanches, ou les jours fériés, chez les Aurors, n’étaient parfois pas des parties de plaisir, de travail supplémentaire ou de traque de mages noirs. Aderyn avait bien sûr ses propres occupations – outre l’Ordre du Phénix, elle avait ses propres malfrats à traquer, sous un autre nom, presque sous une nouvelle identité. Elle s’était attachée à se faire passer pour une autre, passée maître dans l’art du déguisement, de la métamorphose. Ça avait toujours resté une de ses forces, après tout. Elle n’avait guère abandonné sa chasse, son but. Après deux ans, seulement, elle pouvait finalement dire qu’elle se sentait plus en paix avec tout ce qui s’était passé. Son but, qui avait été de venger feu sa marraine, s’était rapiécé – maintenant, son seul, son unique but consistait à finir ce qu’elle avait commencé. Changer, apprendre à pardonner, aider. Elle repense à cette ex-Mangemorte, à comment elle avait vu en elle quelque-chose de bon, malgré tout – compris ce que Sally voyait alors qu’elle avait lu ses mémoires.

Se promenant dans Londres, comme si elle avait eu quelque-chose à faire, un travail à accomplir, la musicienne se retrouve après un moment sur le Chemin de Traverse. Comment mieux passer son temps qu’en faisant un peu de lèche-vitrine, sans rien acheter? Ce qu’il y a de mieux, c’est la connaissance des lieux – le fait que l’on peut voir, partout ici, des sorciers accourir de chaque coin de l’Angleterre. Le Chemin est tout de même très long. À pied, en faire le tour peut prendre une heure, si ce n’est pas plus quand l’endroit est plus achalandé. Peut-être, ici, trouverait-elle un sorcier qu’elle connaissait, avec qui elle pourrait avoir une longue conversation. Qu’importe qui ce serait ; l’Auror était tout de même une gentille créature sociable!

C’est après quelques minutes de marche qu’elle se retrouve devant une boutique vendant en quantité des friandises de toutes les sortes. Curieuse, la demoiselle s’arrête un moment, ses yeux scrutant l’intérieur de par la vitrine. Elle y croise plusieurs friandises colorées émettant des couleurs différentes. Quelques-unes semblent même sauter sur place. Elle sourit. Et soudainement, son regard croise une boîte rouge qu’elle ne pourrait méprendre pour une autre. Le nom de la friandise hante ses pensées alors qu’elle distingue l’emballage, de loin. Les Dragées Surprise de Berthy Crochue semblent l’appeler. Elle reste longuement devant la vitrine, ses yeux se posant interminablement sur la mystérieuse boîte. Devait-elle rentrer? Devait-elle rebrousser chemin? Décisions, décisions! Aderyn regarde autour d’elle, son regard se posant à gauche, puis à droite furtivement, fugitive d’yeux quelconques qui pourraient se poser sur elle. Qu’y avait-il de mal? Absolument rien, décide-t-elle, alors qu’elle tourne le dos à la vitrine pour finalement entrer dans la boutique.

La clochette sonne à son entrée. Parmi une foulée de jeunes sorciers la Barde paraît plus âgée, mais pas plus enjouée. Son sourire caractéristique reste permanent sur ses lèvres alors qu’elle gambade presque vers la boite, la ravissant de son perchoir. Elle se souvient – pour rire, elle et Sally revenaient souvent à cet endroit, seulement pour acheter de ces dragées et en manger ensemble, avec d’autres friandises. Elles s’échangeraient les meilleures et les pires, les goûtant tour à tour, riant en cœur quand une faisait un drôle d’air en se rendant compte de ce qu’elle venait de goûter. Un sourire nostalgique prend part sur ses lèvres alors qu’elle marche vers le comptoir alors que d’autres regardent encore – incertains de quelle friandise serait la meilleure. Avant d’y arriver, son regard croise une chocogrenouille. Elle n’hésite que quelques secondes avant d’en prendre une, continuant sa route vers le comptoir. Elle salue le marchand avec un sourire empli d’entrain, avant de repartir avec quelques mornilles en moins dans ses poches.

Et encore, elle marche dans le Chemin de Traverse. Décidément, sa journée n’allait pas être aussi sans vie qu’elle ne l’aurait cru. Elle soupire. Il n’aurait manqué qu’une personne pour rendre le tout parfait – mais cette personne était depuis maintenant trois ans loin, trop loin pour pouvoir rire avec elle de ces choses si simples, si merveilleusement simples. Elle aurait aimé qu’elle puisse être là, en sachant que tout cela n’allait pas etre aussi simple. Tout doit finir un jour, non? Son temps viendrait, autant que le sien était venu – et autant que celui des autres viendrait tout aussi vite. Puisqu’il commence à pleuvoir, elle décide de se trouver un endroit quelconque où arrêter. Sur son chemin se trouve un des nombreux cafés du Chemin de Traverse – un qui semble relativement calme comparé à ce que pourrait être les autres, plus près de Gringott’s ou du Chaudron Baveur. Elle s’était tout de même éloigné des plus grands points de rencontre de plusieurs. Quand elle ouvrit la porte du café, il semblait très peu peuplé. Il y avait quelques sorciers buvant insouciamment un thé, d’autres parlant sur une table éloignée de la pluie et du beau temps. Aderyn ne voit personne qu’elle connait.

Elle décide simplement de commander une biéraubeurre au bar, retournant avec, par après, sur l’une des tables située à gauche de celui-ci. Seule? Oui – on pouvait dire cela ainsi. Elle avait souri à quelques sorciers rentrant sans les connaître, mais mis à part cela, n’avait pas nécessairement eu l’idée de faire la conversation avec eux, qui semblaient pris dans leur contemplation de la Gazette du Sorcier ou dans une conversation d’eux-mêmes. Avec un sourire enfantin, la Barde ouvre la boîte de Dragées surprise, en ressortant au hasard une friandise à l’allure rougeâtre.

    « Oh, ça fait si longtemps! »


Elle soupire, tournant et retournant la friandise entre ses doigts, un sourire distant aux lèvres. ‘Cerise, fraise?’ Une voix répétait dans sa tête. Puis, un rire. ‘Homard, pomme pourrie, steak saignant?’ Elle rit. Elle l’avait entendu combien de fois, cette comptine? Ça avait été si répétitif – trouver des noms de saveur, parfois bonnes, parfois mauvaises. Elle prend une bouchée, faisant presque aussitôt une grimace plutôt comique alors qu’elle croque, puis avale, sortant par la suite sa langue, buvant une gorgée de biéraubeurre pour faire passer le mauvais goût

    « Urk! Sang de gobelin, définitivement sang de gobelin. », chante-t-elle, secouant la tête, puis riant doucement.


Ce petit jeu lui avait définitivement manqué.


It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Ven 5 Juil - 1:25
Les stages  au Ministère n'étaient guère de tout repos. Cependant Lucas restait fermement accroché à son emploi d'Auror en formation. Quelque part, fallait-il se demander si ça n'était pas pour en mettre plein la vue à sa mère? Car depuis qu'il avait quitté le nid familial, la vie n'avait jamais eu l'air aussi compliquée. Mener une vie d'adulte, sans forcément y avoir été préparé, c'était un défi au quotidien pour Lins qui s'y était plongé depuis quelques mois déjà. Néanmoins, il persistait. En tant qu'ancien Gryffondor et Valiente, il se devait bien de continuer à demeurer courageux. Lucas n'avait pas froid aux yeux face à ses peurs et ses difficultés. La preuve, depuis sa sortie à Poudlard, il avait eu un penchant très ambitieux pour devenir Auror. Le jeune homme se voyait déjà, acquérir une tonne de titres honorifiques, bien que parfois, il rêvait plus loin qu'il ne le pouvait se permettre.

Mais s'il restait autant accroché à devenir Auror et rien d'autre, c'était bien pour montrer à sa mère, cette séparation qu'il avait maintenant par rapport à l'Ordre du Phénix. Non, il n'haïssait pas ce groupe. Après tout, durant son heureuse enfance, il était fréquent qu'il se joigne à sa mère pour se rendre au 12 square Grimmaurd à Londres, pour jouer avec les enfants d'autres Aurors parfois. Mais son opinion au sujet de cette société secrète avait pris une toute autre couleur désormais. Exaspéré qu'ils ferment les yeux sur les menaces imminentes que représentaient le club de la Rose Noire, il s'était juré de jamais appartenir à un tel groupe. Et être Auror et Résistant, représentait sa seule source de valeur à ses yeux. Sinon, il n'était rien.


Ce jour-là, un samedi ou un dimanche, quelque chose dans ce genre-là, en tout cas une journée assez ensoleillée pour un congé, Lucas regardait la télévision moldue dans son appartement.  Jamais il ne se séparerait du monde des moldus. Sa famille venait de là-bas, donc il ne se permettrait jamais d'omettre ce détail. En revanche, ce qui se passait au journal télévisé l'exaspérait au plus haut point. 1999, décompte avant le prochain millénaire et les moldus semblaient se soucier d'une éventuelle fin du monde. 

* Quel bande de naïfs tout de même. Leurs prophètes ne sont rien d'autres que des imposteurs, franchement, ils devraient avoir honte..Si seulement les sorciers pouvaient remettre leurs idées à place à ceux-là *

Il était vrai qu'avec des experts en divination que l'on trouvait, bien qu'exceptionnellement, dans le monde des sorciers, on s'assurait grâce à eux de ce qu'il relevait du destin de l'univers entier et des prophéties en général. Et jusque maintenant, personne encore n'avait signalé quoi que ce soit similaire à une apocalypse. Désespéré, il coupa la TV, prit sa veste et sortit de l'appartement. En chemin, il croisa le Chaudron Baveur et se dit que déambuler dans le Chemin de Traverse lui serait bénéfique, surtout si son père n'était pas trop débordé à l'animalerie magique, ils se permettraient de passer un peu de temps précieux père et fils. Bien que Lucas ait mis un terme à sa relation avec sa maman, cela ne l'empêchait pas de rester tout à fait lié au reste de sa famille.

Le jeune homme revisitait un peu, de ses yeux perçants, chaque vitrine du Chemin de Traverse. Dire qu'il y avait 7 ans déjà, il se promenait dans cet endroit merveilleux pour se fournir afin de débuter ses études à Poudlard. Tout à coup, à travers une fenêtre qu'il avait regardé ni plus ni moins, sans grande attention, il la fixa plus attentivement, se rendant compte qu'une personne familière se trouvait de l'autre côté. Lucas traversa dès lors la rue, en s'excusant légèrement de déranger le flux de sorciers qui marchaient tout droit, puis ouvrit la porte du café et scruta la salle d'un air vif.

 « Urk! Sang de gobelin, définitivement sang de gobelin. »

Il sourit lorsqu'il reconnut Aderyn et marcha de façon précipitée pour la rejoindre mais une main lui barra la route. Un serveur, suivi de son carnet de note volant, lui demanda :

« Et vous, ça sera quoi?»

« Un thé, s'il vous plait, dose maximale de lait et de sucre.», répondit-il hâtivement avant de la rejoindre.

Elle semblait légèrement joyeuse, comme si la bièraubeurre lui avait été d'une grande aide pour la faire rire ainsi. Il s'assit près d'elle.


«Hey ! Ca va? Ca fait du bien de se voir en dehors du boulot.»

 
Revenir en haut Aller en bas
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Lun 15 Juil - 20:48
Prise dans son jeu, la sorcière ne remarque qu’à peine la porte qui s’ouvre alors qu’elle sourit, les yeux fixés sur la boîte de friandises. Tout cela rapportait dans un coup de vent maintes mémoires lui étant chères. Elle prend une autre gorgée de sa bièraubeurre, essuyant ses lèvres par la suite, consciente de la jolie mousse blanche qui pouvait les hanter. Le café se remplissait doucement de gens – plus qu’à l’habitude, spéculait-elle, considérant la fine bruine qui emplissait le dehors. Le temps lui semble plus gris, les conversations plus alimentées. L’odeur de brioches et de scones emplit l’air comme la délicieuse odeur de café. Ça faisait du bien de sortir en plein jour, de ne pas avoir à se cacher, à traquer, ne serait-ce qu’une seule fois.

Une brise passant devant son visage, suivi d’une chaise glissant doucement d’un bruit doux lui annonça de la présence de quelqu’un près d’elle. La Barde n’eut pas la chance de relever les yeux; la voix s’adressant à elle au même moment que la chaise se poussait avec hâte lui donna un très bon indice sur la personne qui était venue la rejoindre. Un bref regard, ses prunelles se posant sur son visage, furent assez pour qu’elle en ait la certitude. Elle relève la tête, croise son sourire, son regard. Elle n’était donc pas la seule à avoir bonne mine, paraît-il. Avec un rire amusé se reliant à la hâte avec laquelle l’ex-Gryffondor s’était assis, elle prit à son tour parole.

    « Lucas! Contente de te voir. Je vois que tu te portes bien! »


Le sourire d’Aderyn est plus radieux à ce moment. Elle est contente de voir quelqu’un – n’était-ce pas là la raison de son escapade hors de son antre? Et puis, de voir quelqu’un de bonne humeur ne faisait que rendre le tout plus appréciable. Le fait qu’il soit tout souriant était quelque-chose d’honorable – Le cheminement d’Auror devait de loin être un des plus difficiles chez les Sorciers. Après avoir passé plusieurs tests de personnalité, de force, de déguisement, de métamorphose, les élèves se devaient de montrer une grande force d’esprit. Il n’y avait ainsi rien à voir avec la Police Magique, qui avaient eu aussi un entraînement, mais beaucoup moins intensifs. Les pommes pourries se faisaient plus fréquente dans celle-ci que dans la force des Aurors après tout.

    « Je suis en pleine forme! » Fait-elle bombant un peu le torse alors qu’elle s’étire, ses bras hauts dans les airs. Ça ne dure pas plus que deux ou trois secondes, cependant. Elle repose ses bras sur la table, prenant la boîte de friandises et la tendant vers le Résistant. « Hé, tu veux une dragée? J’en ai acheté une grande boîte, mais c’est toujours plus agréable de partager. »


Le thé de Lucas ne tarde pas à arriver, le serveur le déposant sur la table avec un sourire chaleureux. Les employés semblaient tous de bonne humeur. Ça faisait du bien de voir tout le monde sourire, après tout ce temps à se méfier de tout le monde. Son attention se reporte sur le sorcier devant elle. En-dehors des petites occasions où ils se voyaient au Ministère, il était très rare pour Aderyn de revoir l’ex-Gryffondor. Ils se saluaient par moments, de leur bouche sortant des bonjours, des sourires se dessinant, mais rien de plus.

    « Les cours ne te donnent pas trop de fil à retordre? La dernière année est la plus difficile. Ouf! Je me souviens quand je faisais mes cours… La fatigue qui me prenait en fin de journée était toujours exécrable. »


De ce qu’elle avait entendu de sa mère, Lucas avait quitté la maison pour avoir une plus grande indépendance – mais il y avait quelque-chose de plus profond aussi. La raison de sa soudaine démission à l’Ordre du Phénix pour le plus grand bien en avait intrigué plus d’un – et bien que la Musicienne avait cherché à comprendre, elle ne s’était pas penchée plus qu’il ne le fallait sur le sujet. Évidemment, il devait y avoir un lien avec la soudaine émergence de deux groupes distincts. L’Ordre se penchait sur le problème que causait le Vendeur de Potions, comme surnommé, par rapport à la Rose Noire. Bien qu’elle tente d’investiguer, de voir ce qui est vrai dans tout ce bordel, il est dur de distinguer les deux groupes. Lucas aurait peut-être eu des réponses à lui donner face à ses interrogations, mais là restait encore des spéculations. L’Ordre du Phénix ne s’était pas encore penché totalement sur le problème, gardant tête basse pour l’instant, alors que certains de ses plus jeunes membres semblaient joindre l’avis des insurgés. Tout cela restait flou. Et bien que Lucas puisse avoir quelques réponses, ici n’était pas le meilleur endroit pour parler de telles choses. Elle devrait garder ses interrogations pour elle-même, jusqu’à un certain point.


It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mar 16 Juil - 16:04
Aderyn ne contenait point sa joie. Elle en débordait. Ca serait dommage de gâcher autant de dynamisme et d'humeur joviale. Maintenant l'époque s'était adoucie depuis la chute du Lord. Bien qu'évidemment, un nouveau complot se préparait dans l'ombre, les gens essayaient de ne pas se tracasser à ce sujet, juste fermer les yeux et jouir de ce temps fortement agréable qui, tout le monde savait, aurait peut être prochainement sa fin. Lucas débordait moins d'enthousiasme, sans pour autant être dramatique, bien sûr, mais allez savoir pourquoi. Peut être demeurait-il l'un des rares à garder les pieds sur Terre?

 « Lucas! Contente de te voir. Je vois que tu te portes bien! »

«Et toi donc ! Tu viens souvent ici ?»

Ca n'avait rien d'une question extraordinaire mais ça pouvait devenir intéressant. Après tout, il n'avait jamais réellement connu Aderyn, et donc il s'agissait ici, de leur première conversation privée. Peut être y aurait-il des révélations..


 « Je suis en pleine forme!  Hé, tu veux une dragée? J’en ai acheté une grande boîte, mais c’est toujours plus agréable de partager. »

«Avec joie ! »

Tandis qu'il saisit une légère poignée de dragées, toutes aussi colorées les unes que les autres, et tout autant mystérieuses car on ignorait chaque fois sur quel goût on allait tomber, le serveur daigna à apporter sa tasse de thé, qui avait viré du vert thé normal, au vert pâle, sans doute à cause du lait. Il la laissa néanmoins de côté, au cas où il devrait faire passer un mauvais goût d'une dragée qui fonderait dans sa bouche. La première était au fraise, malgré sa couleur verte kaki. En revanche, la bleue fut aux tripes et il se dépêcha de pestiférer :

« Beurk. Goût tripes.  »

 « Les cours ne te donnent pas trop de fil à retordre? La dernière année est la plus difficile. Ouf! Je me souviens quand je faisais mes cours… La fatigue qui me prenait en fin de journée était toujours exécrable. »

« Hm? Oh non, ça va encore, tu sais. En plus, c'est bien que je puisse me concentrer que sur ça. Je ne participe pas à l'ordre, ça m'arrange bien. Sauf ton respect, si toi tu y es.  »
Revenir en haut Aller en bas
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mer 17 Juil - 19:52
    « Non, je ne suis que de passage. » Elle pose son regard sur le café. C’était tout de même un bel endroit. Si elle avait à revenir, sûrement passerait-elle ici une nouvelle fois. Pourquoi pas ? En faire une sorte de tradition lui ferait du bien, la sortirait de son quotidien, lui donnerait un semblant de vie sociale en-dehors de l’Ordre. Qui sait qui elle croiserait à sa prochaine escapade ? « Je me sentais un peu seule, alors je me suis dit que d’aller dans un endroit peuplé me remonterait le moral. » Elle repose son regard sur le jeune homme, toute souriante, dynamique. « Ça a fonctionné! »


Il est toujours intéressant de se poser des questions via les dragées surprise. Bien que la plupart ne soient pas dites, les saveurs, même les plus écœurantes, se sont vues prises des noms par rapport au goût qu’elles inspiraient aux autres, devenus vite populaires par la suite. Quand le jeune homme mentionne une aux tripes, elle ne peut s’empêcher de laisser s’échapper de ses lèvres une exclamation dégoûtée. Elle sort la langue, rit un peu face à son expression, avant d’en prendre une à son tour. Bleuet. C’était déjà cent fois mieux que sang de gobelin!

    « Oh, ne t’inquiète pas, je n’y vois aucune offense. L’Ordre a tout de même sa part de boulot; mais à force de vivre dans cette ambiance toute ta vie, ce n’est pas nécessairement ça qui me gardait à terre. »


Non, loin de là. La Barde avait toujours su se garder occupée. Avec ses pratiques de violon et de danse, deux disciplines qui demandaient beaucoup de temps, d’effort et de concentration. Rajouter cette partie cruciale de son existence à l’Ordre du Phénix, à ses études, aux entraînements intensifs et aux moments passés avec Sally, elle ne trouvait pas beaucoup de temps pour dormir, la rendant facilement épuisée au bout de quelques mois.

Enfin, il était vrai que si on ne se concentrait que sur ses études, en comparaison, ce n’était rien, mis à part les heures perdus en sommeil et en étude. Lucas avait sûrement d’autres occupations. Pendant un instant, la musicienne pose ses yeux sur le thé de Lucas, sur ses yeux. Elle n’y voyait aucune trace de fatigue. Mais bon; c’est la fin de la deuxième année, la troisième année viendrait bien vite avec des heures plus longues et des travaux plus acharnés.

Elle connaissait la routine. Si elle s’était fait passer pour une septième année, seulement deux ans plus tôt, cela voulait dire que Lucas n’en était qu’à la fin de sa deuxième. Bon, c’était stupide de sa part d’avoir pensé ça, aussi, mais tout de même; l’entraînement d’un Auror restait compliqué même dans les premières années d’entraînement.

Sa partie préférée avait toujours été la partie ‘déguisement’. Étant prodige en métamorphose, ça avait été facile, amusant. Son imagination avait toujours repoussé les limites de ce cours, pour ce qui était des visages, des vêtements. Personne ne l’aurait reconnu.

Sa main entre à nouveau dans la boîte de dragées surprise. De celle-ci en ressort une dragée de couleur bleuâtre, tournant un peu sur le vert d’une drôle de manière qu’elle ne pourrait totalement identifier comme turquoise. Elle fronce les sourcils. La prochaine étape de son inspection de la friandise l’amène à remarquer de petits picots mauves en son sein. De quelle saveur pouvait-il s’agir? Incertaine – parfois, une dragée de la couleur bleu pouvait goûter la fraise – elle détermine que celle-ci n’a peut-être pas la meilleure couleur pour sembler appétissante. Trop jolie ? Oui, totalement. Il ne faut pas juger un livre par sa couverture, et il ne faut certainement pas juger une dragée par sa couleur! Elle l’apporte doucement à sa narine, inhalant l’odeur sucrée de celle-ci, sans en déterminer sa provenance. Elles sentent toutes la même chose, après tout, si non pourquoi seraient-elles appelées ‘Dragées surprise’? Elle pose son regard sur Lucas un instant, avant de le retourner vers la sucrerie. Le sourire qui était momentanément disparu de son visage revient aussitôt alors qu’elle repose une nouvelle fois son regard de tanzanite sur le jeune homme.

    « Hé, Lucas… » Fait-elle, d’un ton jovial, malicieux. « Pense vite! »


Au même moment que sa dernière phrase est dite, d’un mouvement de poignet expert, la dragée se voit lancée dans le visage du jeune homme à une vitesse ahurissante.


It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mer 17 Juil - 21:46
« Non, je ne suis que de passage. »

« Ah, ben on est deux alors. C'est la première fois que je viens ici.»

Lucas avait simplement croisé la devanture de ce café et s'y était posé, bien entendu après s'être aperçu que Aderyn se trouvait à cet endroit, mais de coutume, il ne se rendait pas dans ce genre de lieu à la sociabilité très élevée. Certes, il adorait les grands rassemblements où l'on pouvait rencontrer une multitude de sorciers et sorcières, mais plus dans le côté " chic ". Car les pubs et les cafés lui inspiraient une sorte de mauvaise augure, de plus, il ne tenait pas vraiment l'alcool et n'appréciait pas particulièrement son odeur. Il pensait toujours que ces lieux restaient fréquentés par des ivrognes, des paresseux ou d'autres incapables dans le genre. En scrutant d'ailleurs la salle, Lins observa d'un oeil discret, un couple qui se disputait à une table et la conversation s'agitait davantage que le ton montait. Les deux tourteraux semblaient s'émousser et leurs visages devenaient violacés, leurs gestes de plus en plus brusques. Si seulement, Lucas avait déjà le loisir de pouvoir sortir avec quelqu'un..


    « Je me sentais un peu seule, alors je me suis dit que d’aller dans un endroit peuplé me remonterait le moral. Ça a fonctionné! »

« Et heureusement ! L'ambiance n'est pas trop mal, au Ministère, mais qu'on puisse se voir en dehors du boulot, c'est mieux. Déjà même au Ministère, on se voyait à peine.»

L'ex-Gryffondor n'avait pas de doute, sur le fait que le point de vue de chacun se déformait selon le contexte dans lequel il situait. Et dans le fait de pouvoir rencontrer ses collègues, autrement que dans le milieu professionnel, ça avait tendance quelque part à détendre plus facilement.


    « Oh, ne t’inquiète pas, je n’y vois aucune offense. L’Ordre a tout de même sa part de boulot; mais à force de vivre dans cette ambiance toute ta vie, ce n’est pas nécessairement ça qui me gardait à terre. »


«Oh tant mieux, tant mieux. De toute façon..j'imagine que ma démission au sein de l'Ordre n'est pas rester secrète et que ma mère n'a pas tenu sa langue, la connaissant, il y a certainement eu des fuites de toute façon.»

Au fond de son coeur, il détenait toujours aussi intense qu'au premier jour, cette rancoeur amer et acharnée contre sa mère, le jour où leur première dispute a éclatée. En 18 ans. Jamais encore ça ne s'était produit. Ce fut un débat historique dans l'histoire de la famille Valiente en tout cas. Généralement pourtant, la bonne humeur y prenait place, mais lors de cette soirée-là, jamais encore l'atmopshère n'avait été aussi irrespirable.



    « Hé, Lucas…»

Tandis qu'il s'ôtait de cette pensée sombre qui lui restait de sa mère, Aderyn l'interpella avec un sourire malicieux auquel Lins n'accordait pas grande envie mais y faisait tout de même attention.


    « Pense vite! »


Les yeux grands ouverts, Lucas eut une fraction de seconde peut être pour voir un projectile de dragée se propulser devant son nez, et une autre fraction de seconde pour taper avec sa main et dévier sa direction.

« Désolé. Je n'ai pas l'étoffe d'un attrapeur, d'ailleurs au Quidditch j'étais batteur, pour la petite histoire.»
Revenir en haut Aller en bas
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Jeu 18 Juil - 5:01
    « Woah! »


Le projectile, aussitôt intercepté par Lucas, fait un ricochet, revenant vite-fait vers la Barde, qui, d’un mouvement sec de la tête, l’évite de justesse. Elle se retourne juste à temps pour voir celle-ci faire un arc gracieux dans les airs, vers la table derrière. Un ‘Plouf!’ confirme sa peur.

La dragée descend doucement dans le verre translucide au liquide doré, émettant de jolies bulles bleutées, avant de toucher le fond. L’Auror pose ses yeux azurés sur le sorcier derrière elle, regardant sa tasse, puis lui offrant un regard désapprobateur. Elle sent ses épaules remonter, son cou descendre plus près de son torse, comme pour se protéger; elle était plutôt un peu honteuse de ce qu’elle venait de faire.

    « Je suis vraiment désolée… » Fait-elle simplement, un sourire sincère, gêné, au visage, alors que ses joues s’emplissent doucement d’une teinte rougeâtre.


Le sorcier lève les yeux au ciel, puis soupire bruyamment, sans passer de commentaire – il semble avoir lâché prise. Semblerait-il qu’il ne trouvait pas là une raison de se lever, de gueuler et de faire toute une scène. Définitivement, elle aura vu pire dans la Grande Salle à Poudlard. Doucement, théâtralement, elle retourne son regard vers Lucas, un sourire amusé prenant place sur ses lèvres alors qu’elle pousse d’un rire discret, les yeux tournés vers le côté, vers le sorcier derrière. Que l’ex-Gryffondor soit complice de sa bêtise ou pas, elle s’en fichait un peu. Ç’avait été marrant; elle n’allait pas en faire tout un plat. Son rire s’évanouit après un moment, alors qu’elle considérait ce que Lucas avait dit un peu avant qu’elle commence ses simagrées.

Comme elle, Lucas avait été toute sa vie plongé dans un monde d’Aurors et de membres d’Ordre du Phénix. Mais elle, plus âgée, n’avait jamais réellement parlé à celui-ci, jusqu’à récemment, où, à sa sortie de Poudlard, il avait commencé à s’impliquer au sein de l’Ordre. La complicité des Valiente était bien connue, cependant, et le ressentiment qui avait déteint sur la mère de Lucas lors du départ de celui-ci était quelque-chose d’anormal. Face à cette anormalité, la normalité du fait que tous se sont posé des questions était venue assez vite. Ça faisait combien de temps, depuis qu’il était parti? Quelques semaines, quelques mois?

Aderyn avait du mal à concevoir quelque-chose du genre. Même si elle ne vivait plus chez ses parents, elle avait tout de même une très grande complicité envers eux – envers sa famille, même. De rester si longtemps à l’écart pour une dispute – était-ce ce qui s’était passé? – lui semblait étranger. Bien sûr, il lui était arrivé d’avoir des désaccords, mais… Pas à ce point. En parlant de dispute… Semble qu’un couple, quelque-part dans le café, soit en grand désaccord. La danseuse leur accorde un regard en biais, avant de reporter son attention sur Lucas.

    « Mais plus sérieusement… Qu’est-ce que tu veux dire par là? Ta mère n’a pas tenu sa langue? Le fait que tu as quitté l’Ordre n’a pas été un très grand secret – tu venais toujours, auparavant, et à te voir disparaître comme ça… Le lien était vite fait. » Elle marque une petite pause avant de continuer, posant son regard sur sa bièraubeurre, puis sur Lucas. Elle semble déjà plus sérieuse, moins joyeuse, même. Son air semble presque inquiet. « Elle m’a pas toute l’air dans son assiette, depuis, tu sais. Tu lui as reparlé? »


Elle se sait entrer en un sujet qui peut être un peu aride. Pourtant, c’était l’une des nombreuses choses qui la tracassait – elle était curieuse, oui, mais aussi, un peu préoccupée par la situation.


It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Jeu 18 Juil - 15:03
Finalement, il aurait dû être attrapeur. Car capturer directement cette dragée aurait certainement épargner les conséquences qui suivirent. Celle-ci fit un arc dans les airs et rebondit dans la tasse d'un sorcier derrière Aderyn. Celui-ci afficha un air mécontent suite aux éclaboussures qui suivirent, tandis que la demoiselle se montra craintive face à lui et lui procura une excuse d'une voix peureuse, avant de se rembourer, le nez sous ses vêtements, comme si elle avait entendu crier une alerte à la bombe. Lucas, lui, tentait de retenir prisonnier le rire de joie qui lui tenaillait les entrailles, se résumant à un bref sourire aux lèvres. Mais Aderyn, bien que son visage ait été comparable à un feu rouge, ne s'abstint pas de rire alors que le jeune homme en face avait tout mis en oeuvre en se gondolant pour ne pas le faire.

Mais dans les secondes qui suivirent, la bonne rigolade s'estompa rapidement. Aderyn semblait s'être plongée dans un tout autre registre de songes auquel Lucas n'avait pas idée encore. C'est seulement lorsqu'elle ouvrit la bouche pour lui en parler qu'il eut sa petite idée.



    « Mais plus sérieusement… Qu’est-ce que tu veux dire par là? Ta mère n’a pas tenu sa langue? Le fait que tu as quitté l’Ordre n’a pas été un très grand secret – tu venais toujours, auparavant, et à te voir disparaître comme ça… Le lien était vite fait. »


Les yeux de Lucas oscillèrent sur le côté. Il était véridique qu'il ne pouvait nier cette évidence que sa place au sein de l'Ordre avait tout de même eu son poids, même s'il était infime. Au cours de son existence, il avait fini par marquer l'esprit d'une majorité de personnes en ce groupe. Dommage, dans sa tête, il aurait préféré l'inverse pour se donner à une facilité, pour une fois.

 «  Je n'avais pas envisagé ce scénario. Au fond, j'aurais pensé plus facile, autant pour les autres que pour moi, qu'ils m'aient oublié. Mais on n'oublie jamais rien, on vit avec, je suppose.»

 « Elle m’a pas toute l’air dans son assiette, depuis, tu sais. Tu lui as reparlé? »

Personne ne lui avait encore aborder le sujet de sa mère de cette façon. Autant ça le rendait grognon, autant ça le touchait dans son coeur, mais il avait trop sa fierté d'espagnol pour le montrer, ça.

« Non. Je m'en porte très bien. Tant pis pour elle. Elle a voulu faire sa catégorique, avec son ton de supérieur qui croit emprisonner tout le monde. Je l'ai remise à sa place et ça s'arrête là.»
Revenir en haut Aller en bas
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mar 23 Juil - 8:10
Pourquoi tant de frustration? Elle ne sait pas ce qui est arrivé. La raison de cette dispute lui est inconnue, et pourtant, pour qu’il ait quitté l’Ordre, elle a le sentiment que ce doit être légèrement en rapport avec une décision faite par celle-ci. Elle ne peut en être sûre, après tout. La dernière décision prise par l’Ordre, il y a de cela quelques semaines à peine, avait été de ne rien faire, de rester vigilant. Certains membres semblaient en accord avec les révolutionnaires – d’autres, moins. Elle était, comme plusieurs, indécise.

Mais là n’était pas le sujet de conversation. Face à la déclaration d’Aderyn à propos de sa mère, Lucas semblait s’être renfermé. Un air strict avait atteint son visage. Ce qu’il disait semblait être non-négociable. La Barde en reste surprise, choquée, même. Elle reste plusieurs secondes figée dans une expression de totale stupéfaction, ressassant ce qu’il venait de déclarer quelques fois dans sa tête.

Vraiment?

Comment pouvait-il être si sans-cœur? Il avait toujours adoré sa mère. Ça se voyait. Pourquoi décidait-il d’un coup d’oublier tout ce qu’elle a fait pour lui, oublier tout cet amour pour une simple dispute? La Galloise ne peut simplement pas le croire. Il voulait la laisser souffrir seulement pour une affaire de fierté? Pour une simple altercation? L’ex-Poufsouffle l’avait bien vu. Elle avait vu Caroline souffrir face à l’absence de son fils – elle l’avait même vu regarder l’endroit où il s’assoyait habituellement avec un air presque… Presque…

Ugh. Non. Elle ne peut simplement prendre ça, ne rien faire.

    « Ça s’arrête là? Lucas, tu ne peux pas juste… Faire ça. »


Elle secoue sa tête, toujours avec ses yeux rivés sur lui, une expression consternée au visage.

    « Tu ne peux pas abandonner un membre de ta famille pour une simple dispute. Pour si peu… Tu ne sais jamais quand ils vont partir… Et quand ils le font… »


Son regard se pose ensuite sur la boite de dragées. Elle ne laisse qu’un court silence entre ses paroles, ne laissant pas nécessairement le temps à Lucas de répondre.

    « De les laisser partir sous de mauvais termes... »


Elle serre la boîte entre ses deux mains, le regard distant, les sourcils froncés. Les images de sa marraine, de son sourire lui reviennent en tête aussi sinueusement que le plus doux des poisons, s’infiltrant si doucement. Elle ferme les yeux. Retiens tes larmes, ma belle.

    « Ne fais pas cette erreur. Tu as encore du temps avec elle. Ne le gaspille pas pour ça. » Elle relève le regard, le posant sur lui. Peut-être avait-elle quelques larmes obscurcissant son regard. Elle sent ses yeux devenir humides, mai rien de plus. Pour l’instant. « Je t’en prie, ne fais pas ça. »



It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Lun 29 Juil - 17:56
Sa mère n'avait plus le blason qu'elle portait habituellement à ses yeux. C'était une femme qui fermait les yeux sur ce que son fils avait voulu réellement, dans le but de son simple interêt. Et le fait qu'elle n'ait pas digérée son opposition le rendait malade en prime. Il avait tant attendu d'elle plus de compréhension. Ce n'était pas comme s'il avait exprimé qu'il détestait l'Ordre, ce n'en était guère le cas d'ailleurs, mais leurs actions ne l'avaient pas emballé et leur organisation non plus. Peut être que ce qui le dérangeait se comptait sur les doigts d'une main, mais Lucas accrochait à ces éléments une importance rationnelle. Puis, ce n'était pas si complexe à comprendre qu'il ne veuille tout simplement pas rejoindre cette société secrète là. Il avait espéré d'ailleurs rester en bons termes, même si les objectifs et projets de l'Ordre lui déplaisaient, il ne s'opposait pas à eux pour autant. Les seuls malfrats contre qui il avait une dent, c'était la Rose Noire. Ce clan si infime, dont les avis étaient partagés sur les raisons de son existence , continuait de lui sembler vicieux, malveillant, terriblement mauvais pour l'avenir qui allait subsister dans le monde des sorciers.

« Ça s’arrête là? Lucas, tu ne peux pas juste… Faire ça. »


Mais à force de montrer son indignation, sa colère pour sa mère, Lucas s'exaspérait de voir les réactions des gens de l'Ordre et Aderyn était une personne qui s'ajoutait en plus à la liste. Il ferma les yeux, pris par le désespoir. Sauf ses proches, personne ne soutenait ou ne comprenait son ressenti. Il ne daigna même pas à répondre à la jeune femme Auror, se massant le crâne pour essayer d'atténuer cet amas de déception sur déception vis-à-vis des réactions des autres.


« Tu ne peux pas abandonner un membre de ta famille pour une simple dispute. Pour si peu… Tu ne sais jamais quand ils vont partir… Et quand ils le font… »

« Non ! Aderyn, ne fais pas comme les autres, ne me dis pas que tu crois que cette une simple dispute ! Elle avait toute sa valeur pour moi cette dispute. J'attendais de ma mère une énorme ouverture d'esprit, de compréhension, une absence de critique même, et elle a fait tout le contraire de ce que j'espérais.»

Lucas reprit du souffle. C'est à peine s'il avait remarqué qu'il ne respirait plus pendant qu'il s'était exprimé sur les raisons de son agissement.


 « De les laisser partir sous de mauvais termes... »

« Et pourquoi? Pourquoi c'est moi qui devrais aller la voir d'abord? Elle s'est énervée la première, c'est une chose que j'accepterais, mais qu'elle n'ait pas daigné à m'accepter dans mes buts et mes projets, ça je vais pas le tolérer, si c'est ma mère et qu'elle m'aime soi-disant, comme elle l'a dit tous les jours depuis que je suis né, pourquoi faudrait-il que je gâche ma vie à faire ce qu'elle me demande si ce n'est pas ce que je veux? C'est ça l'existence? Laisser les autres diriger ta vie ? »

Lucas n'avait toutefois pas pris un ton coléreux à travers ces paroles. Il les avait énoncées sans aucune fureur, plutôt sur un ton philosophique et perplexe, avec quand même une légère pointe de rancune saupoudrée dessus. Il arqua un sourcil en la regardant, avant d'osciller du regard vers la vitrine et de porter son attention à ce qui se passait dehors. Une maman disputait son garçon parce qu'il avait fait tomber sa sucette par terre. Ce n'était pas sa faute s'il ne l'avait pas fait exprès. Et désormais le garçon pleurait. Puis entendant la voix d'Aderyn s'élever dans le murmure, avec des trémolos qui s'y mélangeaient légèrement, il la découvrit, les yeux humides, peut être prête à pleurer car cette histoire la bouleversait.

 « Ne fais pas cette erreur. Tu as encore du temps avec elle. Ne le gaspille pas pour ça.  Je t’en prie, ne fais pas ça. »

« Mais...Aderyn..S'il te plait. » dit-il en séchant ses larmes avec le bout de ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mar 20 Aoû - 8:30

S’était-elle mise à pleurer? Les larmes s’étaient-elles mises à tomber de ses joues? Peut-être bien que si. Elle ne l’aurait qu’à peine remarqué. Ses yeux bleutés sont toujours fixés dans les siens, comme si ce simple fait pouvait l’aider à faire son point, comme si son regard pouvait lui faire comprendre toute la souffrance qu’il pouvait s’apprêter à vivre. Le métier d’Auror est une chose dangereuse. Il devrait le savoir. Par Merlin, il devrait être au courant que sa vie et celle de sa mère sont même à ce moment dans une balance fragile, malgré la menace des Mangemorts partie, malgré toute la panique du monde Sorcier évanouie. Il y a toujours quelque-chose qui règne, quelque-chose qui n’attend que le bon moment pour surgir, sauter sur sa proie. Une boule dans la gorge l’empêche d’avoir faim, encore, de même penser à manger une seule des dragées dans la boîte entre ses mains. Ça devient sec sans l’être. Ça devient vil, comme un poison s’engouffrant en elle. Il y a tant de pensées qui volent dans son esprit, des pensées affreusement douloureuses. Une élégie continue de jouer, s’engouffre en elle. C’est peut-être ça que Lucas a vu. C’est peut-être ça qui a stoppé sa tirade.

Et alors qu’il s’approche, la supplie, essuie une des larmes qu’elle a ignoré, ne sachant aucunement qu’elle tombait sur le coin de son œil, elle semble se raidir, ses yeux se fermant, d’autres larmes surgissant, s’échappant. Elle s’éloigne quelque peu, secouant la tête.


    « Non… Non, tu ne comprends pas. Arrête. »


Elle repousse sa main, délicatement, plus délicatement, même, qu’elle ne l’aurait voulu. Elle est frustrée. Elle est attristée. Il semble se morfondre, plonger dans une profonde rancune qui n’a pas lieu d’être. Peut-être tout cela n’est pas qu’une simple dispute. Que pourrait-elle dire de plus? Il a peut-être raison. C’est plus profond.

C’est souvent plus profond, du point de vue de celui qui le vit.

Mais encore, ça ne vaut pas la peine. Ça ne vaut jamais la peine.

Semble-t-elle plus frustrée qu’elle n’est triste ? Non. Sa voix est remuée de tremblements, ses mains le montrent tout aussi bien. Elle le coupe dans son élan, continuant dans sa tirade, sans interruption.


    « Tu ne sais même pas ce qu’elle ressent, elle! Je l’ai vue, Lucas, ta mère. Je l’ai vue se morfondre et penser et ressasser. Je l’ai vue tenter de s’expliquer à elle-même une rationalité quelconque. Elle a peur de se faire rejeter si jamais elle fait les premiers pas. Elle a peur, parce qu’elle t’aime, et tu le sais, et tu t’entêtes! Je le vois dans la manière que tu me regardes quand je te parle de ça. Tu t’entêtes, tu remets la faute sur elle, sans voir son point. C’est malsain. Tout simplement malsain. Veux-tu réellement terminer tout ça pour une simple mésentente? Qu’une personne soit adulte ou pas, tu ne peux simplement partir sous un coup de tête en ne voyant pas son point! »


Elle ferme les yeux, tente de stopper une nouvelle fois les larmes. Ses mains se serrent sur la boîte avec plus d’insistance, comme si ce simple geste pouvait y changer quoi que ce soit. Qu’espérait-elle? Que sa douleur parte d’un seul coup? C’était sot de penser ainsi. Ça faisait tellement mal, d’un coup. N’avait-elle pas fait son deuil, déjà? Elle aurait aimé.

Qu’est-ce que Sally aurait fait dans une telle situation?

La même chose. Elle aurait fait la même chose. Elle aurait tenté de renouer le lien brisé entre deux pairs. Elle aurait tenté de ramener la paix entre leurs deux âmes. Elle ne serait pas restée là, à être témoin de la dérision, sans agir.

Elle serait son héritage vivant. Elle serait celle qui continuerait ce qu’elle a commencé. Ne se l’était-elle pas déjà jurée?


It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Lun 26 Aoû - 13:41
Il n'allait tout de même pas la supplier de cesser de pleurer et de sombrer dans le chagrin. Lucas n'avait rien d'inhumain. Pas au point tel qu'il laissait ses amis s'apitoyer dans l'abattement. Et voir Aderyn avoir le bourdon, s'affligeant sur cette relation électrique entre sa mère et lui, c'était loin d'être dans ses espérances.

« Non… Non, tu ne comprends pas. Arrête. »

Elle paraissait encore plus attristée, sa main, qu'il avait étreinte, lâcha même la sienne. De surcroît, le fait que son regard soit dans le vide et indique qu'elle demeurait en pleine réflexion ne le soulageait pas davantage.

« Mais qu'est-ce que je ne comprends pas, Aderyn?»

Lucas appréhendait la façon dont elle lui demandait de s'arrêter avec une certaine fureur mélangée à la tristesse. Il venait de s'exprimer sur tout ce qu'il avait ressenti avec sa mère mais cela n'avait visiblement pas plu à Aderyn qui n'approuvait pas dans le même sens que lui. Pourtant, il avait vécu cette querelle avec sa mère, il l'avait regardé droit dans les yeux, en train de lui hurler dessus, le ton plein de colère. Comment pouvait-elle alors ne pas saisir le sens de ce qu'il disait?


« Tu ne sais même pas ce qu’elle ressent, elle! Je l’ai vue, Lucas, ta mère. Je l’ai vue se morfondre et penser et ressasser. Je l’ai vue tenter de s’expliquer à elle-même une rationalité quelconque. Elle a peur de se faire rejeter si jamais elle fait les premiers pas. Elle a peur, parce qu’elle t’aime, et tu le sais, et tu t’entêtes! Je le vois dans la manière que tu me regardes quand je te parle de ça. Tu t’entêtes, tu remets la faute sur elle, sans voir son point. C’est malsain. Tout simplement malsain. Veux-tu réellement terminer tout ça pour une simple mésentente? Qu’une personne soit adulte ou pas, tu ne peux simplement partir sous un coup de tête en ne voyant pas son point!

L'ex-Gryffondor se demanda soudain si sa mère avait été capable de manipuler les autres autour d'elle pour se victimiser elle. Une personne si admirable autrefois, elle n'aurait tout de même pas osé.. Mais cette soudaine prise de défense de la part de son amie Auror pour sa mère le chamboulait quelque peu. Et le pire dans tout cela, c'était sans doute qu'il doutait de plus en plus de sa mère. Mais dans son for intérieur, il n'approuvait pas ses propres pensées. Sa mère, une manipulatrice, ce n'était pas son type. Et il l'aimait trop pour vraiment concrétiser un tel avis sur sa propre mère.


« Son point ?! Son point ?!! Mais tu le connais son point ! Je serais complètement fou selon elle de rejoindre les Resistants, voilà ce qui cloche pour elle ! Et évidemment, il faut continuer à maintenir le flambeau, à faire partie de l'Ordre comme le reste de sa famille. Ben voyons ! Tu parles d'un point de vue. Je suis majeur, je peux enfin faire ma vie comme je le veux, mais non, elle, elle pense pouvoir encore diriger ma vie. Mais en quelle langue faut lui dire ?! Ca serait ma faute de pouvoir construire la vie que je veux ? C'est de ma faute si le moment est venu pour moi de me libérer de mes chaînes? »
Revenir en haut Aller en bas
Aderyn H. Westley
Nombre de chapitres écrits : 1067
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 29/06/2012
Chocogrenouilles : 1
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mer 28 Aoû - 20:52

Alors qu’il parle, Aderyn essuie de nouvelles larmes, reculant, se redressant sur son banc. Elle est droite; elle fronce les sourcils, la bouche entrouverte, la tête quelque peu penchée. Aderyn le regarde droit dans les yeux. Elle ressent sa fureur, tout ce qu’il voulait extérioriser depuis, peut-être, quelques mois déjà. Elle se tait. Elle écoute, tout au long de sa tirade, sans rien dire, en analysant chaque parcelle de son discours, inspirant, soupirant. Ses lèvres finissent par former une ligne droite neutre, lors de la fin de ses paroles. Elle n’ose qu’à peine reprendre sa biéraubeurre pour en boire une nouvelle gorgée.

Elle le fait tout de même, ne serait-ce que pour que sa gorge soit moins serrée. Elle l’éclaircit, donnant à Lucas un sourire affligé.


    « Je suis désolée. J’ai laissé mes émotions prendre le dessus, je t’ai dit mon point sans voir le tiens. » Elle soupire. N’était-ce pas là exactement ce qu’elle lui avait reproché? Elle laisse s’échapper un petit rire, continuant.



    « Les conflits de famille m’affligent. » Elle secoue la tête. « Après en avoir perdu des membres, c’est normal, j’imagine. Je ne voudrais pas que quiconque quitte un proche dans de mauvais termes. Et même si vous ne parlez pas nécessairement de ce problème… Ce serait peut-être possible de faire la paix. De laisser ça derrière. De parler en adultes – de mettre tout sur la table. Si tous deux décidez de ne pas vous énerver, de rester calmes… Je ne vois pas ce qui pourrait mal tourner. »


Liberté. De voler de ses propres ailes et de se libérer de ses chaînes – le vœu de tout être humain, quel qu’il soit. Aderyn. Aderyn signifie ‘oiseau’, en gallois. Ses parents lui ont donné ce nom tout simplement pour faire ces métaphores, semblerait-il. Pour lui dire que tous ses choix seraient acceptés, quiconque aspirait-elle devenir. Elle sait que ce n’est pas de même pour tous. Elle soupire.


    « Puis… Je n’ai rien contre la Résistance. La plupart des membres de l’Ordre, non plus, sauf peut-être les plus vieux. Mes parents... Ta mère. Seulement… je suis d’avis qu’il faut plus de preuves tangibles, quelque-chose sur quoi se baser. En étant à la fois dans l’Ordre et Auror, on apprend à balancer entre les deux. Je peux t’assurer que je fais de mon possible pour vous donner raison. »



Ça, parmi tant d’autres occupations. S’il ne faut aucunement laisser place au doute, laisser place à une autre décadence, Aderyn fait son possible pour mettre tout en place, pour aider, qu’importe ce qui se passera. Il faut qu’il comprenne – qu’il comprenne que ce ne sont pas tous les membres qui ont le même avis sur ce qui se passe.


It's just a spark, but it's enough to keep me going.
And when it's dark out, no one's around,
It keeps glowing.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Mar 3 Sep - 0:06
En se rendant compte tardivement que les larmes d'Aderyn avaient du mal à disparaître de leur conversation, Lucas se sentit soudain mal à l'aise de s'être emporté de cette façon, même s'il n'avait ni tapé du poing, ni crié dans le café. Ce sentiment qui lui remettait immédiatement les pieds sur Terre, lui faisait part d'une impression de revenir à la réalité et de prendre conscience de tout ce qui passait autour de luI. Adeyrn continuait de pleurer et même si elle séchait ses larmes, le jeune homme aux yeux verts ne pouvait pas s'empêcher de gigoter un remord en lui.

« Je suis désolée. J’ai laissé mes émotions prendre le dessus, je t’ai dit mon point sans voir le tiens. »

« Mais qu'est-ce que je ne comprends pas, Aderyn?»

Il aurait du se donner plus de mal à vouloir mieux la comprendre plutôt que de vouloir s'exprimer sur la rage qu'il avait retenu contre sa mère, depuis que celle-ci avait vu son petit fils tel un oisillon s'enfuyant de sa cage.


« Les conflits de famille m’affligent. » Elle secoue la tête. « Après en avoir perdu des membres, c’est normal, j’imagine. Je ne voudrais pas que quiconque quitte un proche dans de mauvais termes. Et même si vous ne parlez pas nécessairement de ce problème… Ce serait peut-être possible de faire la paix. De laisser ça derrière. De parler en adultes – de mettre tout sur la table. Si tous deux décidez de ne pas vous énerver, de rester calmes… Je ne vois pas ce qui pourrait mal tourner. »

« Grmblrr...Mffr..Mouais. 'Pourrait se faire»

Bien que la suggestion de la jeune femme soit tout de même une des meilleures solutions pour que Lucas puisse renouer lien avec sa maman, ce dernier n'était guère enchanté par cette idée. D'ailleurs il arrivait à peine à la digérer, c'est dire.


« Puis… Je n’ai rien contre la Résistance. La plupart des membres de l’Ordre, non plus, sauf peut-être les plus vieux. Mes parents... Ta mère. Seulement… je suis d’avis qu’il faut plus de preuves tangibles, quelque-chose sur quoi se baser. En étant à la fois dans l’Ordre et Auror, on apprend à balancer entre les deux. Je peux t’assurer que je fais de mon possible pour vous donner raison. »

Lins haussa les épaules et fit quelques mouvements de la main, histoire de minimiser quelque chose.

« Oh c'est rien tu sais. Ne vous donnez pas tant de mal pour nous, on se débrouille très bien, à qui veut le croire ou non. Moi j'ai pris mes précautions pour l'avenir des sorciers en rejoignant ce camp, et oui, j'étais à fond dedans, donc pas vraiment soucieux des preuves. Mais soit, en tout cas, ne vous coupez pas en dix pour nous, on fait avec les critiques, tu sais.»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Petites nostalgies { Lucas   Aujourd'hui à 7:09
Revenir en haut Aller en bas
 

Petites nostalgies { Lucas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lucas di ke Aristide ekri sou fo nom lan entenet la ,
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» PETITES COURGETTES RONDES FARCIES AUX PIGNONS DE PINS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-