+ vous?



 

Partagez | .
 

 Murmures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amber I. Simmons
Nombre de chapitres écrits : 3211
Sang : Mêlé
© avatar, icon, signature : © Pitchounette
Date d'inscription : 28/11/2008
Chocogrenouilles : 16
MessageSujet: Murmures   Dim 20 Mai - 11:24



MURMURES


Histoire :

Citation :
L'air semblait... immobile. Je pouvais percevoir les battements frénétiques de mon cœur affolé. Ma respiration saccadée témoignait de mon angoisse. Je sentais la peur envahir chacun de mes membres, les paralyser, comme si je n'avais été plus qu'une poupée commandée par une force invisible. L'humidité m'étreignait et je sentais un frisson d'effroi me parcourir l'échine. Ce lieu... paraissait tellement surnaturel. Ou peut-être l'était-il, en raison de cette chose qui errait dans les bois, tel un spectre. En vérité, je crois bien qu'il s'agissait d'un spectre, à la seule condition que spectre et esprit aient la même signification, ce dont je doutais. Il m'était difficile d'apercevoir quoi que ce fut à travers ces brumes si épaisses et, malgré tout, je décidai d'avancer. Il ne servait à rien de rester ici, à attendre que le temps passe. Mon amant me fuyait. Il avait trouvé bon de se réfugier au cœur des bois, là où il croyait désespérément que je ne puisse le trouver.

Encore sous le choc, hébété, j'ordonnai à mes jambes de se mouvoir. Je soulevai donc ma jambe gauche et lorsque mon pied se posa à terre, une branche émit un craquement sinistre sous mon poids. Ma deuxième jambe imita le geste de la première, je fis donc un pas, puis un deuxième, et un troisième... Le mouvement en devint automatique et je marchai avec lenteur, le regard hagard et mes yeux voilés par l'inquiétude qui se posaient à peu près sur chaque animal, chaque fleur, plante, tronc, branche, feuille... que je pouvais apercevoir.

Pourquoi fallait-il qu'une forêt soit si vaste? Je n'avais aucune chance de pouvoir retrouver mon amant... Oui, j'avais été surpris, horrifié... mais il ne pouvait rien y faire et moi non plus. Je lui avais pardonné. Pardonné de m'avoir révélé ce secret un peu tard, dans le seul but de me préserver. Cependant, maintenant que lui était là, il n'avait plus eu d'autre choix que de me révéler ce qu'il était exactement. Un esprit. Mon amant était un esprit. Autrefois un humain, mort pour des raisons qui me demeurent encore inconnues. Ma main caressa furtivement mon ventre. Il était possible d'y percevoir un léger arrondissement. En moi... grandissait un bébé. Il avait été la cause de mes doutes et craignant que je ne le quitte, mon amant avait préféré fuir le premier.

Je ne lui en voulais pas... Je ne lui en voulais plus. Reviens-moi, mon cher et tendre... N'aie crainte, car je resterai à jamais à tes côtés, surtout maintenant qu'un heureux événement se profile à l'horizon.

Extrait du Journal de Ludwig.

Citation :
Dès que mes yeux s'étaient plongés dans les siens, dès que nos regards s'étaient croisés... j'avais su que jamais plus je ne pourrais le quitter. A présent, je venais de trouver un but à ma vie... ou plutôt, à ma non-vie. Il était le seul être à pouvoir ainsi m'hypnotiser par la seule force de son regard. C'est pourquoi, par tous les moyens qui m'avaient été donnés, je l'avais attiré au sein de ce palais de luxure où j'en avais littéralement fait mon esclave, dans l'espoir de pouvoir faire naître en lui les sentiments que je ressentais à son égard. Et cela avait fonctionné à merveille, moi qui n'avais eu aucun espoir malgré ma détermination. Il ne nous avait fallu que d'une nuit pour qu'il prenne conscience de ses sentiments.

Nous avions ainsi vécu heureux et amoureux durant de longs mois, sans rien attendre de la Vie, en retour. Malgré cela, la Nature ne semblait pas en avoir décidé de la sorte et ce fut par accident... que je donnai la possibilité à un enfant métis de naître. Bien évidemment, cela avait éveillé les doutes de mon amant. Comment ce pouvait-il que lui, un homme, porte en lui le fruit de mes entrailles? Sans compter le fait que cette... cette chose, en lui, grandissait de manière tout à fait anormale.

J'avais senti le regard interrogateur et horrifié de mon amant se poser sur moi. J'y avais également décelé de la surprise et de la peur. Cette question tant redoutée avait alors franchi le seuil de ses lèvres. Bien sûr, cela n'avait été qu'un souffle presque inaudible, mais mon ouïe était aiguisée, alors il m'avait été facile de pouvoir l'entendre. "Qui es-tu?" Je ne pouvais plus lui mentir, je ne pouvais plus le lui cacher, alors je lui avais avoué ma réelle nature et il était resté figé sur place, les traits de son visage impassibles. Croyant que, à présent, il me haïssait, j'avais préféré m'enfuir...

... me réfugier au cœur de la forêt, endroit où il n'avait aucune chance de me trouver puisque ce lieu était trop vaste, mais surtout car j'y passais le plus clair de mon temps, appréciant de savourer la beauté de la nature.

Extrait du Journal de Carlisle.


Date de création : 07/11/2009
Date d'ouverture : 13/11/2009
Groupes trouvés sur le forum : [ Humains ] [ Esprits ]
Avertissements : Ce forum est de nature Yaoi, il est donc considéré NC-17 et ne convient donc pas aux âmes sensibles & homophobes.
Lien du forum : http://murmures.creeazaforum.com/forum.htm
Administration :

Admins :

Jim Harson

Venez vite nous rejoindre!



Could you remind me of a time when we were so alive?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Murmures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les murmures des disparus (PV Emhyr)
» Vent des Murmures - Magie elfique REFUSE
» 2x16 : "Murmures"
» [Dans le Désert de Murmures, ETAPE I]Pv.Nëya )
» Les hurlements de la chapelle des murmures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Autres-