+ vous?



 

Partagez | .
 

  Nul ne sait combien douce est la vengeance de celui qui a reçu l'injure [Elijah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
B. Rose Hampton
avatarNombre de chapitres écrits : 336
Sang : Sang-Pur bien évidemment!
Supporter de : Cox's Family, Alyssa, MSSSSS
© avatar, icon, signature : icons: kat signature: belzébuth
Date d'inscription : 02/08/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Nul ne sait combien douce est la vengeance de celui qui a reçu l'injure [Elijah]   Mar 24 Avr - 15:32

I want Revenge
ft Elijah & London

    Et elle se dirige vers la table des Serpentard, le sourire aux lèvres. London Leighton n’a qu’onze ans pourtant, elle possède déjà une certaine beauté envoutante. Ses longs cheveux blonds sont tressés et son uniforme des verts et argents est impeccable. Elle voit son frère plus loin qui se trouve juste à côté d’une jeune fille de la même année que celui-ci. London décide alors de s’asseoir en face de son frère. La jeune fille sourit à celui-ci dont le visage s’éclaire. Elle entreprend alors de se servir quand son regard s’arrête sur l’autre fille brune. Elle aussi est impeccable dans ses vêtements. Elle semble porter fièrement le blason des Serpentard. London sait exactement qui elle est. Qui ne connait pas Alyssa Carter ? A peine fut-elle arrivée ici, à Poudlard, que London en avait déjà entendue parler. Elle était connue pour être relativement étroite d’esprit envers tout ce qui n’appartenait pas à sa maison. Et puis London savait très bien que cette fille était une sang-pure qui était fière de l’être. Une lumière apparut dans l’œil de la demoiselle. Elle croisa un instant le regard de son frère et ils se comprirent immédiatement. London reporta son attention sur Alyssa et lui dit alors poliment : « Bonjour ! Tu es bien Alyssa Carter n’est-ce pas ? » Alyssa acquiesça de la tête et lui répondit : « En effet, et toi tu es ? » London se redressa alors : « Je m’appelle London Leighton, je suis la sœur de Jared… » Et puis, il y a ce rire. Ce rire immonde qui éclate et qui provient de sa bouche à elle. Alyssa Carter rit et London s’interrompt ne comprenant pas vraiment pourquoi elle a un tel fou rire. Elle n’aime pas ce rire, il l’horripile. Elle pose un regard interrogateur à son frère qui lui fait comprendre qu’il ne sait pas plus qu’elle et London attend patiemment que la Serpentard finisse de rire. « Leighton ? Comme un certain Delcan Leighton ? Tu es sa fille n’est ce pas ? » Elle rigole encore, cette fois méchamment. Jared serre les poings sur la table. London ne quitte pas Alyssa des yeux. « Dis-moi ? Qu’est ce que ça fait d’être la fille d’un raté qui a sabordé sa future carrière de ministère de la magie et qui a épousé une sang-de-bourbe pour femme ? Franchement, tu fais pitié ! Je te plains ma pauvre ! » et son rire recommence. Le visage de London est resté de marbre. Elle encaisse les coups sans rien dire, elle n’a toujours pas détaché son regard de cette fille qui ose la prendre de haut. Jared fulmine et serre étroitement les poings. London finit par retourner à son assiette sans rien dire. Alyssa s’en va toujours en rigolant. London ne mangera pas ce soir, elle n’avait plus faim. London regardera son assiette toute la soirée sans rien dire, de marbre. Pourtant, derrière ce masque de froideur, une colère immense se déchaine en elle. Une colère terrible monte encore et encore. Et ma haine finit par prendre la place. Voici le commencement de la vengeance. Et ça ne faisait que commencer.


    Son regard vert se noie dans les flammes jaunes de la cheminée. La Salle commune est bruyante autour d’elle, pourtant, London n’y fait guère attention. Elle se concentre sur les flammes, pensive. Un sourcil blond se frise doucement, sa bouche se tord légèrement. Elle réfléchit encore et encore. Elle n’entend pas les gens qui travaille, les gens qui rigolent qui s’insultent. Elle n’est obsédée par une seule et unique chose : la vengeance. Vengeance. Une colère sourde vit en elle. Depuis ce jour-là dans la Grande Salle, elle n’a pas oublié. Elle n’a jamais oublié ce rire immonde. Elle n’a pas oublié ces remarques monstrueuses. Elle n’a jamais oublié l’humiliation qu’elle a subit. Elle n’oubliera jamais. C’est ancré dans sa peau, marqué au fer rouge. Et à chaque fois qu’elle y pense, sa colère se réveille, sa haine se déchaine, sa conscience assoiffée de vengeance réclame une tête. Sa tête à elle. Alors à partir de ce moment-là, le cerveau de London ce met à travailler. Il travaille, cherche, fouille encore et encore pour trouver la faille. Pour trouver le truc qui ferait tomber Alyssa Carter. Elle cherche tant bien que mal. Elle cherche jusqu’à en être épuisée, mais elle est encore et toujours déterminée. Déterminée à trouver, à détruire ce qui a été une humiliation, celle qui lui a rappelé de qui elle venait, ce qu’avait fait son père, de quel famille provenait sa mère et surtout qui la mettait dans le même sac que le reste de sa famille. Et ça, elle ne pouvait pas le supporter. Elle ne leur ressemblait pas. Elle n’était pas comme eux. Elle n’était pas son père qui détruisait toutes les valeurs de la famille, toutes les valeurs que lui avait inculqué M. Leighton, le chef de la famille. Ellen, elle ne sabordait pas sa future carrière, ne se laissait pas bêtement avoir par des jeux d’argent. Elle était bien plus intelligente, bien plus perspicace et méfiante. Elle, elle n’était pas une née-moldue, elle ne laisserait jamais son enfant s’écraser sur les rochers parce qu’elle était trop lâche et qu’elle n’avait jamais aimé sa fille qui lui faisait de l’ombre. Elle, elle ne passait pas son temps à aspirer à une existence tranquille. London, elle, voulait la grandeur, voulait le pouvoir, voulait tenir le monde magique au creux de sa main. Elle n’aspirait qu’à ça, ne voulait que ça. Elle était faite pour cela. Non, décidément, Emeraude London Queen Leighton n’était pas comme ses parents.

    Elle réfléchissait encore et encore, jouant avec la bague que lui avait offerte son frère quelques années plus tôt. Il devait bien y avoir quelque chose. Elle devait bien avoir fait une erreur, elle avait bien dû dire quelque chose qui la compromettrait. London cherchait, cherchait encore et encore. Personne n’est infaillible, même pas elle. Alyssa avait bien dû laissé quelque chose derrière elle, un tout petit quelque chose qui la remettrait en cause. Rien qu’une toute petite chose et London en ferait quelque chose de grand, quelque chose d’énorme, quelque chose de suffisamment grand pour faire douter de la préfète en chef de Poudlard. Elle avait déjà fouillé dans son passé, elle avait déjà tout décortiqué. Les Leighton étaient des fouineurs, ils cherchaient, creusaient pour trouver le détail, la petite chose qui compromettrait tout. Ils avaient accès à beaucoup de choses grâce à l’influence que leur père avait eu jadis. Et comme Delcan Leighton ne pouvait rien refuser à sa douce Emeraude, elle avait tout ce qu’elle voulait savoir sur tout le monde. Elle étudiait toutes les pièces très méticuleusement, avec soin. Elle ne devait laisser strictement rien au hasard. Son frère l’aidait souvent pour ce genre de chose mais il y mettait beaucoup plus d’entrain quand il s’agissait de l’affaire Carter. London avait aussi souvent soutirés des informations à des gens proches de de celle-ci et parfois elle avait quelques pistes mais finissait par les mettre de côtés les jugeant peu compromettante voir inutile. Pourtant, elle les gardait dans un coin de sa tête juste au cas où.

    Ce soir-là, comme beaucoup d’autre soir, elle continuait à réfléchir à tout cela, ne faisant strictement pas attention à ce qui se passait autour d’elle. Les heures passèrent et au fur et à mesure la salle commune des Serpentard se vida. Elle n’avait pas vu son frère de la soirée, mais pour l’instant, elle avait totalement oublié son existence car beaucoup trop concentrée sur son but. Sa bague roulait entre ses doigts fins. Son regard fixait toujours le feu qui au fur et à mesure que le temps avançait s’éteignait doucement et consommait les grosses buches. Au final, elle ne se rendit même pas compte qu’elle était quasiment seule dans la pièce. Cela faisait donc trois heures qu’elle était perdue dans ses pensées sans s’accorder une moindre pause. Il ne fallait surtout par qu’elle se relâche, elle travaillait trop dur pour tout abandonner. Elle y passait toute sa scolarité et s’il le fallait, elle y passerait toute sa vie, dû-t-elle y laisser son dernier souffle.


The Monster

i’m friends with the monster that’s under my bed get along with the voices inside of my head you’re trying to save me stop holding your breath and you think i’m crazy yeah, you think i’m crazy well, that’s not fair wo oh wo oh… well, that’s not fair wo oh wo oh… no, i ain’t much of a poet but i know somebody once told me to seize the moment and don’t squander it cause you never know when it all could be over tomorrow © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nul ne sait combien douce est la vengeance de celui qui a reçu l'injure [Elijah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP Clos] Tout vient à point à qui sait attendre [PV : Uridan Sangried & Chïra Ovenstey]
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Combien de sp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-