+ vous?



 

Partagez | .
 

 Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}   Mar 20 Déc - 4:44
« Quoi elle nous a vu ?
Ça va c'était juste un baisé de rien du tout.
Ça ne lui donne pas le droit de faire pareil.. »

Je posa mon regard sur le cadran de ma montre qui affichée 08h00 du matin. J'étais allongé dans mon lit, les yeux entrouvert. Mon épaisse couette remonter jusqu'à ma lèvre supérieur. Humm. Vous connaissez tous cette sensation de ne pas vouloir se lever, rester couché pendant encore ne serrait-ce l’espace de deux minutes. Deux minutes, c'est déjà ça. Mais il fallait que je me motive. J'eus une petite pensée pour ma sœur, Emeraude devait sûrement dormir a cette heure la, elle n'avait pas cours aujourd'hui, moi non plus d'ailleurs. Mais j'avais mon programme comme toujours. Je jeta le haut de ma couverture a mes pieds, sans pour autant me lever, je m'étira de tout mon long, baillant la bouche grande ouverte dans un bruit.. bien agaçant pour ceux qui dormait. Ça allait peut être les réveiller mais.. rien a foutre. Enfin, je me mis assis en posant un orteil sur le sol. OUH ! Gelé ! Il fallait s'y attendre, un peu comme tout les matins. Le sol froid des cachots était la seul chose que je détestais. En prenant mon courage à deux mains, je m'élança vers les douches, entièrement nu, avec ma serviette sur l'épaule. Honnêtement, je n'avais rien à cacher, et encore moins à envié ceux de mon dortoir.

Ahh la douche. C'était une autre raison pour laquelle j'aimais bien me lever tôt. Je l'avais pour moi, rien que pour moi pendant un bon petit moment. Mais attention, n'allez pas croire que je me lave dans les douches commune. Hein hein. Salle de bain des préfets ! Pourquoi prendre le bidon quand on peut avoir le luxe ? ... Bien ce que je me disait. Je me fis couler un bain, bien chaud, bien moussant. Bientôt, la salle de bain deviendrait un sona. La vapeur se dégager abondement, tant mieux, j'allais me payer un nettoyage de la peau gratuit. Après avoir fait trempette pendant plus de vingt minutes, je ressortit avec une peau de.. vieux. Ah oui oui, je posa un regard furtif sur mes doigts, tout fripé, vieilli de au moins soixante ans. Mais rien de grave, j'avais l'habitude après. Cinq minute d'attente et j'étais comme neuf.

08h40. Je descendis au cachot, serviette autours de la taille, je rejoignis mon dortoir afin de m'habiller en conséquence, j'allais aller courir comme a mon habitude. Jogging noir et débardeur noir, c'était amplement suffisant malgré la température hivernal qu'il faisait à l’extérieur, mon corps allait vite être en surchauffe, de plus, le froid aidait à améliorer l’endurance alors. GO ! Je sortit du châteaux au pas de cours, pour rejoindre le lac et entamer des tours pendant une heure et demi. L'air glacial brûlait mes poumons, me donnant l'impression d'être rongé de l'intérieur a chaque inspiration. Quelques pompes et abdos et je pouvais rentrer me faire un bon festin a la table des Serpentard. Mais avant j'étais bon pour une deuxième douche. Re-vingt minutes, et re-peaux de vieux.

Je me dirigea vers la grande salle quand je vis Emeraude sortir des cachots, c'est sans attendre que je partis lui dire bonjours. D'un pas calme et détendu, je marcha vers elle, les mains dans les poches.

- Quand viendra le jour une tu ne dormir pas comme une masse ? La journée appartient a ce qui se lève tôt. Comment vas tu ? Heu.. Je voulais te dire de m'apporter a manger vers 10h00, je serais dans la salle abbandonné.

Je partis dans la grande salle m'asseoir en bout de table. Mandy s'assit a côté de moi, comme d'habitude.. elle était lourde des fois, mais je ne me lassais pas de la faire tourner en bourrique. Je lui vola un baiser, une envie soudaine, elle devenait folle a chaque fois, puis la minute d'après elle se prenait un vent.. monumental. Enfin, jouer avec les autres était de famille apparemment. Mais je n'appréciais pas trop, même pas du tout que Emeraude se risque a des jeux de séduction, elle pourrait s'accrocher à un garçon et ça m'obligerait a commettre un meurte... Je quitta la table assez vite pour retourner a mes activité. M’entraîner a la magie noir dans la salle abandonné, j'avais des objectifs, et il fallait que je bosse pour les atteindre.

Ah l'Ambition. Un si petit mot, causant autant de dégât. Tellement de crimes sont commis tout les jours à son nom, tellement d'homme se sont élevé au rang de maître grâce à elle, mais tellement d'homme se sont rabaisser à l'état de cadavre à cause d'elle, les hommes laissé pour mort dans le sillage sombre et désert de l'ambition n'est que le reflet de la réussite des hommes qui en sont sortit victorieux en réussissant à atteindre leurs objectif. Oscar Greenwolder disait : '' L’ambition est un sentiment extrêmement noble. Ce qui la pervertit, c’est l’obsession ''. Ce sage sorcier avait raison. Car je suis obsédé.. obsédé par mon ambition. Je serais capable de tout, capable de faire n'importe quoi, et n'importe quand pour arriver a mes fins. La vie n'est qu'éphémère, et contrairement certain fou.. je ne crois pas à la vie après la mort. J'ai lu quelques par '' Contemplez-vous souvent la complexité de la vie ? ''. Quelle complexité ? Il y a d'un côté les forts, et de l'autre les faibles. Les forts sont ceux près a tout pour arriver a leurs fin. Les faibles sont les autres. Je suis un fort. Et je fais ce qu'il faut pour le rester.


Dernière édition par Jared C. Leighton le Ven 23 Déc - 1:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
B. Rose Hampton
Nombre de chapitres écrits : 336
Sang : Sang-Pur bien évidemment!
Supporter de : Cox's Family, Alyssa, MSSSSS
© avatar, icon, signature : icons: kat signature: belzébuth
Date d'inscription : 02/08/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}   Mar 20 Déc - 15:16
The scars of your love remind me of us
They keep me thinking that we almost had it all
The scars of your love they leave me breathless
I can’t help feeling


Elle ouvre les yeux doucement. Un léger soupire de contentement s'échappe de ses lèvres pulpeuses et un léger sourire satisfait se dessine alors. L'eau lui caresse la peau doucement. La mousse la chatouille légèrement. Elle aurait très bien pu y rester toute sa vie dans ce bain chaud. Elle y était si bien qu'elle s'était endormie. Il régnait un silence dans la salle de bain des filles de Serpentard. Personne n'était venue la déranger. Il faut dire qu'il était encore tôt et que le dimanche, beaucoup de monde faisait la grasse matinée. London en avait profité pour prendre un bon bain le temps que tout le monde se réveille. Cela faisait près d'une demi-heure qu'elle était là et elle aurait très bien pu continué à y être si seulement une petite brune n'était pas venue la voir, encore un peu endormie, encore un peu dans les vappes avec cette chemise de nuit et cette lettre à la main. Elle la tendit à London qui l'a prise. Une fois l'autre jeune fille partie, London regarda la lettre. Elle ne connaissait que trop bien cette écriture-là. Elle ne connaissait que trop bien ces boucles dans les F et dans les L. Elle ne connaissait que trop bien cette écriture parfaite, grâcieuse, magnifique. Une moue apparut sur ses lèvres. Elle devait s'y attendre après tout. Elle devait se douter qu'ils finiraient pas leur envoyer une lettre. Ca avait été comme ça durant toutes les années où elle était ici à Poudlard. Pour cela changerait-il aujourd'hui?

Mais London n'ouvre pas la lettre. Elle la pose sur le côté. Elle avait envie de finir de prendre un bain tranquillement et ne pas se soucier de ce qu'elle pourrait lire dans cette lettre. Elle resta un long moment comme ça, à ne rien faire, à apprécier l'eau sur sa peau, la mousse qui la chatouille un peu. Et au final, quand elle entendit les premières filles se lever, elle se décida enfin à lever le camp. Elle sortit alors sur bain, passa une serviette autour d'elle et partit s'habiller dans le dortoir commun.

Bon nombre de filles se levaient. London ne fit pas bien attention à elle et arriva enfin à son lit de balbaquin. Elle sortit alors son uniforme de Serpentard. Elle mit ses sous-vêtements de dentelle noire, glissa ses collants noirs le long de ses jambes fines et douce, enfila sa jupe un peu courte, boutonna son chemisier blanc en laissant un ou deux boutons libres au niveau de sa poitrine, fit sa cravate, mit un gilet noir, enfila alors ses escarpins à talons haut noirs. Elle passa une main dans ses cheveux qu'elle laissa libre. Enfin, elle mit un peu de rouge sur ses lèvres, sur ses yeux, un peu de noir autour de ses yeux. Elle était prête pour aller prendre un petit déjeuner dans la Grande Salle. Elle récupéra alors la lettre qu'elle n'avait pas encore ouverte qu'elle glissa dans sa poche et enfin, sortit.

Ses pas résonnaient dans les cachots. La jeune fille de spetième année émergea alors des cachots sombres quand elle tomba sur son frère. Une petite lueur apparue dans son regard et la voilà de bonne humeur. C'était toujours ça quand il était là, quand elle le croisait dans un couloir. Il la rendait heureuse, il la rendait gaie. Ils se dirent bonjour et elle lui sourit tendrement, passa une main dans ses cheveux avec tendresse. Et il s'adressa alors à elle, lui demandant de lui rapporter à manger dans la salle abandonnée, à dix heures. London acquiesa de la tête. Il lui ordonnait quelque chose, elle excutait. Comme toujours.

Jamais elle n'avait eu l'idée de lui tenir tête. Jamais elle n'avait eut l'idée de lui dire non. Non, jamais cette pensée ne lui avait traversé l'esprit parce qu'elle était persuadée que sans lui, elle n'était rien. Elle était persuadée que c'était lui qui la rendait plus belle, lui qui la rendait plus forte. Elle était totalement à lui, et être éloignée de lui, lui avait toujours fait énormément mal. Jared n'est pas seulement son frère. Il était tout.

Il finit par se diriger vers la Grande Salle et elle le suivit. Elle s'assit à la table des Serpentard avec ses camarades. Elle mangea une clémentine, prit une tartine ou deux mais à vrai dire elle n'avait pas très faim. Elle ne cessait de penser à cette lettre qu'elle n'avait toujours pas ouverte depuis ce matin. La lettre était toujours dans sa poche. London fronça les sourcils. Elle entendit alors un rire aiguë et son regard se posa alors sur son frère et.... cette fille. Il venait de l'embrasser et elle rigolait comme une bécasse. London regarda la scène. Elle savait que son frère la prenait pour une imbécile, mais si ça pouvait le rendre heureux. Elle n'avait jamais rien dit sur ses fréquentations de filles. Il faisait ce qu'il voulait après tout.

Là non plus London n'avait jamais rien dit, n'avait jamais homis le moindre grondement face à cette obsession de Jared. Il voulait qu'elle reste la gentille Emeraude qu'il avait toujours connu. Il ne voulait pas qu'elle soit souillée par les hommes, elle lui appartenait. London avait essayé de faire entrer des amants dans sa vie à elle. Mais son frère s'en était toujours mêlé avec beaucoup d'entrain, n'hésitant parfois pas à défigurer le pauvre prétendant pour lui faire peur. Mais London n'était jamais tombée amoureuse d'un homme, ils n'avaient été que des marionnettes dans son ascendance au pouvoir. Et elle savait que les hommes étaient un atout majeur pour le pouvoir. Elle avait apprit avec le temps qu'elle pouvait obtenir ce qu'elle voulait d'eux. Il suffisait juste de dire les mots qu'il fallait qu'elle le pense ou qu'elle ne le pense pas.

Alors quand elle vit cette scène, elle ne ressentit rien d'autre que de la pitié pour cette fille qui ne comprenait rien. Son frère finit par s'en aller et London retourna dans ses pensées. Il fallait qu'elle lise cette lettre. Elle avait repoussé le moment trop longtemps, il était temps à présent. Elle glissa alors sa main dans la poche de son gilet et en sortit la lettre. Elle la retourna, apperçut le sceau des Leighton. Elle déchira alors le cahet et déplia la lettre pour la lire.

    Mes chers enfants,

    J'espère que tout va bien à Poudlard et que vous vous portez bien. Votre père et moi souhaitons vous voir pour les vacances de Noël. Comme d'habitude nous vous attendrons à la gare de KingCross.

    Nous vous embrassons.


Votre mère



London regarda un long moment la lettre. Une vague de colère déferla en elle. "mes ches enfants", "nous vous embrassons". Et c'est ça génitrice qui disait ça! London avait envie de rire. Elle n'en croyait pas un mot. Sa mère ne l'avait jamais aimé. Sa mère l'avait laissé s'écraser contre les rochers ce jour de printemps alors qu'elle avait huit ans. Sa mère ne l'avait jamais aimé, et ça n'était pas avec ces mots doux, cette soudaine tendresse qui n'en paraissait pas moin fausse à London que Pippa Leighton allait commencer. London serra légèrement la lettre entre ses mains. Elle ne voulait pas les voir. Elle ne voulait surtout pas voir sa mère. Surtout pas elle. Cela faisait un long moment qu'elle ne discutait plus avec elle. Les deux femmes se jaugeaient en silence, assises l'une en face de l'autre. London avait aimé sa mère mais aujourd'hui, elle la détestait. Elle ne voulait plus rien à voir à faire avec elle. Pippa Leighton n'avait jamais aimé sa fille. Elle avait tout de suite vue en celle-ci une rivale de taille. Elle se devait de l'écraser à tous prix, quitte à la laisser se tuer sur les rochers en pleine mer sous les yeux de son mari et de son fils tant adoré.

London se calma alors. Il fallait qu'elle en parle à son frère. Elle se leva alors, prit deux ou trois choses à manger pour lui et se dirigea vers la salle abandonnée. La lettre ouverte était dans sa poche. Elle progressait dans les couloirs de son pas félin. Ses talons claquaient sur le sol. Elle monta les escaliers, tourna dans un couloir, puis dans un autre. Elle arriva enfin devant la porte de la salle abandonnée. De toute évidence, son frère était déjà arrivé depuis un petit moment. Elle toqua, ouvrit la porte, la referma derrière-elle. Elle ne regarda pas tout de suite son frère. Elle semblait encore contrariée de cette lettre répititive qui arrivait toujours en cette période pour que la "famille Leighton se retrouve". Elle posa alors les deux ou trois choses qu'elle avait prit pour lui à table et balança la lettre sur la table sans dire un mot. Puis, elle s'approcha de la fenêtre défoncée et regarda dehors.

Non. Elle ne voulait pas y aller.


The Monster

i’m friends with the monster that’s under my bed get along with the voices inside of my head you’re trying to save me stop holding your breath and you think i’m crazy yeah, you think i’m crazy well, that’s not fair wo oh wo oh… well, that’s not fair wo oh wo oh… no, i ain’t much of a poet but i know somebody once told me to seize the moment and don’t squander it cause you never know when it all could be over tomorrow © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}   Ven 23 Déc - 3:26
Jared avait toujours détesté les escaliers de poudlard, il se disait : pourquoi ne pas installer un système de cheminé.. c'était pas si bette après tout. Il s'appuya sur sa jambe droite pour monter la dernière marche et tira une fraction de seconde la langue en prenant la direction tu couloir de droite, plus loin, il tourna à gauche et la salle était la. Jared tomba devant une porte mal foutu, entièrement noir, faite en bois d'ébène, mais trop fine pour résister à un quelconque sortilège, le bas de la porte faisait la grimace, il y avait des trous, des fentes, un peu comme la façade d'un nid de souris, Jared soupira et poussa la poignet de la porte qui s'ouvrit dans un grincement insupportable le faisant grimacer à chaque visite dans cette salle. Il rétracta un œil et serra les dents en fermant son visage. Il détestait ça, tout comme il détestait les personnes qui frotter leurs couverts contre leurs assiettes, ça le crisper et lui donner des frissons, arg les frissons, il les haïssait.

Jared avança d’abord une jambe, puis l'autre, ce n'était que la deuxième fois qu'il venait s’entraîner ici, et il se méfier toujours au cas ou ce caveau prévoyait de s’effondrer sur lui. Il était tellement piteuse états. Jared progressait dans la grande pièce en se dirigeant vers la table situé à la droite de la fenêtre toute ''défoncé''. Il passa son doigt sur le coin de la table, et le mit devant son visage grimaçant à l'image de la poussière bientôt noir qui cachait son doigt.

* Wahou. Ça fait combien de temps qu'ils n'ont pas nettoyé cette pièce. Un siècle j'imagine. C'est plutôt rassurant. Au moins j'ai la preuve que personne ne vient jamais ici. Je pourrais en faire mon ''QG' multifonction'' : M’entraîner, torturer les prétendants d'Emeraude, ramener mes conquêtes, faire des petites soirées. Humm, intéressant. *

Á ses mots, un sourire se dessina sur les lèvres de Jared. Il passa sa main dans les cheveux en regardant autours de lui, et sortit sa baguette pour nettoyer tout se bordel d'un geste de la main. La poussière disparue, les meubles se remirent droit.. seul la fenêtre resta comme tels. Jared n'avait que faire qu'elle soit cassé ou non, la salle restera bien aéré au moins. Il prit la table en mains puis la tira au milieu de la salle, à l'aide de sa baguette il déplaça les meubles afin de les collés aux murs de la salle, les livres qui était par terre prirent place sur les étagères, ainsi Jared avait fait un mur a la mode d'une bibliothèque.

* Jared ? Tu es un artiste... Je remplacerais ces livres de fillette pas des livres de magie noir plus tard. M'enfin ! Passons au chose sérieuse. Ou est mon sac. *

Jared tourna sa tête un peu partout à la recherche de son sac. Qu'il ne trouvait d'ailleurs pas. Il fit un accio, et le sac sortit de derrière une ranger de bouquins. Voilà qui expliquer tout. A l'intérieur se trouver des bougies, ainsi qu'une sorte de chapelet avec des têtes de mort à la place des boules. Il disposa les bougies sur la table, posa le ''chapelet'' (ou pas), sur la table, et enleva sa cape de sorcier afin de la disposer devant la fenêtre, le noir favoriser l'efficacité du rite. Jared revint vers la table, et alluma les bougies en passant sa baguette par dessus avant de les faire l'éviter dans l’espace en leurs faisant prendre une forme en cercle. Jared inclina la tête vers le bas et ferma les yeux, tout en pointa sa baguette et le chapelet qu'il tenait dans l'autre main au milieu des bougies, tout en répétant une incantation jusqu'à qu'un résulta se fasse sentir.

- Diu in, mente dus dormientes. Diu in, mente dus dormientes. Diu in, mente dus dormientes...

Du latin? Je confirme. Une langue assez difficile, mais très utile étant donné que la plus part des sortilège sont dans cette langue puisqu'il date de l'ancien aaancien régime. Cela voulait dire, “lève toi, âme qui dort depuis fort longtemps”. Au bout de la dixième répétition, Jared entendit comme un courant d'air. Il posa son regard sur la vue qu'offrait la fenêtre sur la forêt, et les arbres ne bougeait pas. Jared se remit en position et continua de répéter la phrase, les armoires commençait à trembler, les bouquins à tomber, il y avait une présence dans cette salle, une seul, plusieurs aurait fait bien plus de dégât, l’armoire serait tombé et les livres voleraient dans tout les sens. Une présence dans un lieu voulait dire, un mort. Et Jared voulait l'appeler, l'invoquer, certain fantôme se trimbalent dans poudlard vous allez me dire. Oui. C'est vrai. Mais d'autre esprit sont bloquaient dans le lieu où ils ont rendu l'âme, ils ont appelé les esprits craintifs. Pourquoi? Parce que pour sortir, ils doivent avoir un contact le “vrai monde”, et ils doivent obéïr a ses contacts, ce sont un peu des poltergeist, mais pas indépendant. Si ils n'ont plus de contact, ou d’hôte si on entre dans les termes approprié, ils sont alors invité à retourner bien sagement dans leurs catacombe pour le reste de l’éternité, jusqu’à trouver un nouveau contact. Ou du moins, jusqu’à qu'un nouveau contact vienne a eux. Ces contacts sont ceux qui se servent d'une forme de magie appelé nécromancie, les plus puissants arrive a ramener les morts, pour en faire des morts vivant, pour défendre un horcrux. Jared en était au premier stade: apprendre à invoquer un esprit, et il ne contait pas s'arrêter là.

- Bonjours. Dit Jah sur un air supérieur.
- Tu es mon hote ?
- Je l'aurais était pendant une fraction de minute.
- Quoi ?! Ne me renvois pas je t'en sup.. !

Plus rien. Jared avait coupé le contact. Il avait lu que le contact entre l'ésprit et son hote, était.. bah l'ésprit justement. Si vous coupez les liens, il repartira immédiatement. Soudain, quelqu'un toqua a la porte. Ca ne pouvait être que sa première femme. Emeraude. Il étteignit les bougies, rangea le “chapelet” et retira sa cape de la fênetre pour laisser passer la lumière. Ne sachant pas quoi en faire, il l'étendit a la fênetre et resta en chemise, pantalon etc. Bref, vous l'aurez compris. Sous ses apparences d'écolier, Jared avait la classe. Comme toujours.

- Entre beauté ! Tu sait très bien que ton visage est un régale pour mes yeux.

Emeraude entra et referma la porte derrière elle. Malgrès le compliment de Jared, ses lèvres ne bougèrent pas d'un millimètre. Visage fermé, regard fixe, corps pas décontracté et surtout.. démarche agréssive et pas sexy. Jared savait que ça n'allait pas, mais pour quelle raison. Il fronça les sourcils et fixa Emeraude.

- Un garçon.. ? Comment il s'appelle ? Dit il d'un ton sec et agressif.

Elle déposa sur la table quelque bricole a manger comme Jared lui avait demandé, cette sœur était la meilleure. Puis elle jeta une lettre sortit tout droit de sa poche, elle l'avait balançé comme ci c'était de la merde, Jah se doutait bien qu'elle contenait une chose déplaisante. Il posa une moitié de fesse sur la table en laissant une jambe a terre. Il béqueta un gateau et prit la lettre en main.

    Mes chers enfants,

    J'espère que tout va bien à Poudlard et que vous vous portez bien. Votre père et moi souhaitons vous voir pour les vacances de Noël. Comme d'habitude nous vous attendrons à la gare de KingCross.

    Nous vous embrassons.


Votre mère


Jared avala de travers et toussa a la vu de se mot. De cette “INVITATION”. Il écarquilla les yeux, et ouvrit a demi la bouche, Jah avait prit un air dégouté. Des souvenirs lui revint en mémoire quand il posa les yeux sur SA Emeraude.

- Putain d'enfoiré de merdeuse. Cette vielle chiasse a du culot! Et putain non qu'ont va pas se pointer à leurs noël à la con ! Et je suis sur que tu me contredira pas. En faite j'ai bien envie de ramener mon cul pour faire manger l'invitation a Pippa la pipe. “Votre mère”. Dit il en prenant la voie d'une mongole et en bougeant sa tête grimaceuse. (une belle imitation de Pippa la pipe comme il avait l'habitude de l'appeler). Elle pourra attendre longtemps a la gare. Mais pour qui se prend telle au juste ? Elle a cru qu'ont allaient oublier si vite se qu'elle t'as fait ? * Elle a cru que j'allais oublier que c'est une né moldu qui a souillé mon sang et celui de ma soeur. Un jours je te tuerais Pippa.*

Jared ne manquait pas de vulgarité, au ça non. Mais les mots sortait de sa bouche avant même qui n'ait le temps de les prononcés. Lucky tirait plus vite que son ombre. Jared insulté plus vite queee?.. que n'importe qui disons.

- Un jours ont leurs fera payer. On devrait peut être y aller et pousser Pippa du haut d'une colline que-ce-que tu en pense ? Dit il avait le sourire.

Sa colère était redescendu aussi vite qu'elle montait. Il s'approcha de sa sœur qui lui tournait le dos en regardant la fenêtre. Il s'approcha et se colla a elle en lui faisant un bisous sur la joue.

- Lève moi cette mauvaise mine d'enterrement de ton visage. Lui chuchota t'il au creux de l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas
B. Rose Hampton
Nombre de chapitres écrits : 336
Sang : Sang-Pur bien évidemment!
Supporter de : Cox's Family, Alyssa, MSSSSS
© avatar, icon, signature : icons: kat signature: belzébuth
Date d'inscription : 02/08/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}   Sam 24 Déc - 0:14
Jared avait cru que c’était un garçon. Cette phrase la fit sourire doucement. Elle le connaissait bien. Elle savait qu’il ne supportait pas ça, qu’il ne supportait pas qu’un garçon la touche. Elle ne parlait pas beaucoup de garçons avec lui. En fait, il arrivait toujours à se débrouiller pour savoir avec qui elle sortait, quelles étaient ses fréquentations. Rien ne lui échappait. Rien du tout. Il était l’œil de lynx. Il était partout autour d’elle. Elle se demandait s’il savait pour ses soirées peu catholiques dans les cachots avec Caleb de Ladres. Elle imagina sa réaction. Elle avait couché avec un né moldu. Il n’hésiterait certainement pas à lui refaire le portrait s’il le souhaitait. Mais London ne voulait pas que Caleb se fasse défigurer par son cher frère. Elle tenait à ce garçon et elle le savait, il lui apportait une aide dont il ne se rendait pas compte. Elle pouvait se venger de Diane la traîtresse. Elle pouvait se venger de cette fille qui lui avait menti. De cette sang de bourbe. Mais Caleb était bien plus que ça, bien plus qu’un simple coup régulier. Il était un ami, un confident muet comme une tombe. Elle savait qu’elle pouvait lui faire confiance. Elle était désolée du fait qu’il soit contraint à rester manger les restes avec les nés-moldus. Oh bien entendu elle ne le montrait pas, restait parfaitement de marbre quand elle le voyait. Mais elle regrettait qu’il soit un né-moldu malgré tout. Il aurait pu être quelqu’un. Il aurait pu.

Ce sourire disparut bien vite de ses lèvres car déjà, cette lettre la contrariait. Elle désirait brûler cette lettre. Elle le désirait de toutes ses forces. Si encore c’était leur père qui leur avait écrit, elle aurait pu accepté, parce que malgré la froideur de son père, elle l’aimait. Malgré le fait qu’ils n’aient jamais été réellement proche, elle l’aimait. Oh bien entendu, elle le détestait pour le scandale qu’il avait causé, pour s’être marié avec leur chère mère. Mais il restait son père malgré tout. Bien entendu Delcan Leighton n’écrivait jamais à ses enfants. Oh que non. Il laissait sa femme s’en charger. Delcan Leighton était occupé à autre chose. Delcan Leighton vivait une belle vie dans son grand manoir. Malgré tous les scandales, il continuait à vivre comme un dandy. Comme si rien ne c’était passé. Il recevait des gens très importants dans le manoir et ne s’occupait plus de ses enfants depuis qu’ils étaient rentrés à Poudlard. Oh bien sûr, il regardait beaucoup le parcours de ses enfants et si quelque chose ne lui plaisait pas il le faisait savoir.

La réaction de Jared ne se fit pas attendre. Il s’étrangla presque en lisant la lettre. London ne le regardait toujours pas. Son regard émeraude observait le parc enneigé. Elle ne voulait plus penser à ça. Elle ne voulait pas aller chez ses parents pendant les vacances. Elle ne voulait pas redevenir Emeraude, la petite fille de ses parents si parfaite, à leur image. Elle ne supportait plus cette ambiance chez elle. Elle ne supportait plus sa mère et son père. Elle avait l’impression d’étouffer et il lui fallait sortir. Pourtant, elle aimait tendrement le grand jardin qu’ils avaient. Elle aimait tendrement aller sentir les roses qui poussent, les lys qui s’élèvent, toucher l’herbe fraiche. Mais c’est tout ce qu’elle aimait chez elle. Même sa chambre l’étouffait.

Jared se mit alors à insulter leur mère, à insulter leurs parents. London ne réagit pas. Ses sourcils étaient froncés. Elle savait qu’il n’aimait pas ça non plus. Elle savait que malgré l’amour que lui avait donné leur mère, il ne l’avait accepté. Parce que Jared avait toujours été le préféré de Pippa Leighton. Pippa avait essayé de lui donner tout l’amour du monde. London n’a jamais rien eu. Pourtant, London a tout fait pour bien se faire voir de sa mère, pour avoir ne serait ce qu’un regard, une caresse sur la joue ou même un câlin. Mais Pippa n’avait jamais voulu donner une tendresse à sa fille. Elle n’avait jamais sauvé sa fille et ce fut ce jour-là à la mer que London comprit réellement qu’elle devait abandonner. Qu’elle n’aurait jamais ce qu’elle désirait.

Jared dit qu’il ne voulait pas y aller. Jared rappela alors ce jour-là, quand elle avait huit ans à la mer. Il n’avait pas besoin de le rappeler. Ca cicatrice s’en chargeait déjà. Ca cicatrice, elle la détestait. Elle détestait cette fine ligne blanche qui marquait un défaut de son corps. Il lui arriver de se regarder dans la glace et de la suivre des yeux. Il lui arrivait de la contempler. Parfois Jared passait un doigt sur cette cicatrice quand elle était en maillot de bain l’été. Elle avait toujours détesté qu’il fasse ça, mais elle ne lui avait jamais dit. Elle détestait qu’il touche du doigt cette imperfection. London détestait l’imperfection.

Elle n’ajouta rien à ce qu’il disait. Il était lui aussi en colère. Elle n’était donc pas la seule à ne pas vouloir y aller. Elle se sentait rassurée. Parce que s’il avait désiré y aller, elle serait venue avec lui-même à contre cœur. Jared proposa de pousser Pippa dans le vide. London ne répondit pas, ne sourit pas. Elle n’avait jamais souhaité tuer sa mère. Elle savait qu’elle le regretterait malgré tout. Elle savait aussi que Jared ne pensait pas ce qu’il disait. Si seulement elle savait….

Des bras l’entourèrent doucement. Une tête se posa sur son épaule et des lèvres chaudes se posèrent sur sa joue. London se détendit automatiquement, le contact de son frère avait toujours eu quelque chose de rassurant et profondément reposant. Il lui demanda d’enlever cette mine d’enterrement. Elle lui caressa alors doucement la main et sa colère disparut aussitôt. Elle se tourna alors vers lui, passa une main sur sa joue et lui sourit doucement.

    LONDONJe t’ai apporté à manger comme tu me l’as demandé. J’espère que ça t’ira.



The Monster

i’m friends with the monster that’s under my bed get along with the voices inside of my head you’re trying to save me stop holding your breath and you think i’m crazy yeah, you think i’m crazy well, that’s not fair wo oh wo oh… well, that’s not fair wo oh wo oh… no, i ain’t much of a poet but i know somebody once told me to seize the moment and don’t squander it cause you never know when it all could be over tomorrow © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}   
Revenir en haut Aller en bas
 

Apporte moi à manger tu veut ? {Emeraude}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» Duvalier veut-il redevenir président?
» Que Veut Hamas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-