+ vous?



 

Partagez | .
 

 [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Dim 27 Nov - 20:03
Un petit moldu, deux petits moldus, trois petits moldus... c'est fou ce qu'on s'emmerde ici...

Installer dans son fauteuil, les jambes étalées sur le bureau qui lui faisait face, Amycus s'amusait à lancer des fléchettes avec sa baguette sur des cibles représentant des moldus qu'il avait eu l'occasion de torturer et/ou de tuer. Il souriait ce remémorant ces moments qu'il avait tant apprécié. Depuis qu'il était cantonner dans cette fichue école, Amycus se sentait morose. Certes, les élèves étaient tellement stupides, innocents, inconscients, pereux, et inutiles qu'il se faisait une joie de les prendre pour jouet de distraction mais ce jeu le lassait et il aurait voulu une nouvelle distraction comme la Cage.

Ah la cage...

Le voila reparti dans sa mélancolie. La cage, oui, ce fut un moment magique. Il avait tellement rit. Voir ces petites choses pleurer, crier, demander leurs mères et enfin s'engueuler. Qu'est ce qu'il avait aimé les taquiner de sa baguette et les entendre hurler. Ce fut beau. Oui. Un vrai tableau. D'ailleurs il aurait dû en faire une photographie ou un film afin de revoir encore et encore ces moments jubilatoires et passionnants. C'est là qu'il avait pu voir la vrai personnalité de tout ce peuple inférieur, et il en avait appris, des petites choses, sur eux. Chacun d'entre eux.

Il aurait aimé que cela dur plus longtemps mais évidement il avait fallu qu'un bouffon probablement pro-êtres-inférieurs- vienne les libérer. Cependant, Amycus lui devait un grand moment de fou rire et de pure délectation. Grâce à cet inconnu, les Carrow avait dû chercher son identité et pour cela trouver des témoins. Le jeune Noah, quel enfant docile, leur avait donné une information des plus merveilleuses qui allait leur permettre de s'amuser un peu comme au bon vieux temps. La nuit au hangar à bateaux fut tout simple magique. certes, elle aurait pu l'être un peu plus si Amycus n'avait pas perdu son paris avec sa sœur mais cela n'avait pas non plus gâché le spectacle. Sa sœur avait fait preuve de beaucoup d'imagination.

c'est ça !

L'homme se redressa sur sa chaise et imagina à toute vitesse une activité qui pourrait l'amuser puis se leva et sorti de la salle pour entrer en collision avec Aaron OAKEN. Ce petit rien du tout qui était un serpentard mais ne semblait pas du tout le mériter. Amycus ne le supportait pas. A son âge lui même était beaucoup plus actif que cette larve, combien de 1ere année avait-il enfermé dans les placards? Hum.

Petite merde ! Degage du passage..!

Le mangemort lui lança un regard noir puis regarda le jeune Aaron s'éloigner. Cela lui donna une nouvelle idée. Il allait sélectionner au pif des élèves. Le premier fut Aaron. Suivi de la sale gryffondor Holly Carpenter qui fut la seule dans le couloir à le regarder puis vint Raiponce MacCanner qui discuter avec un poufsouffle dont le nom lui échappait. Amycus s'arrêta devant un groupe et demanda une lettre à une bébé-serdaigle qui s'empressa de cracher un K tout en regardant Keith L. Williams qui fut de ce fait noter dans sa liste.

Amycus !
Oui Alecto?
Aurais-tu vu London?
Non

Amycus s'éloigna et nota la jeune London Leighton à sa liste se disant que la demoiselle allait surement le faire bien rire. Le mangemort entendit à ce moment là quelqu'un rire ce qui était inadmissible: rire ici? une autre personne que lui? Mais il y avait des suicidaires dans le coin. Il tomba alors sur Théa Jenkins et Judy Murray qu'il s'empressa d'envoyer voler contre un mur avant de repartir sans rien dire. Pas besoin de mot avec ces êtres inférieurs.

Il arrivait bientôt au bout de son périple lorsqu'il vit Heaven Nott tout d'abord puis Edmund Lufkin et James Dorrington. Amycus avait un problème avec Heaven qui ne semblait pas être en parfait accord avec les Carrow et elle lui avait demandé d'agir avec elle comme il agissait avec le autre. Voila une bonne occasion de lui montrer quelle était le meilleur côté dans cette histoire. Lufkin n'était rien aux yeux d'Amycus contrairement à Dorrington qui s’avérait être une personne très intéressante à mettre dans sa poche.

Une fois à la bibliothèque, le bel homme de mangemort sélectionna plusieurs livres et ressortit de la salle non s'en prendre plusieurs parchemins. Tout en marchant, les livres à ses troussent, Amycus dicta à sa plume ce qu'elle devait noter sur chaque parchemin. Une fois les messages notés, il les envoya par hiboux aux personnes concernées.

Je crois que j'ai enfin trouver un jeu amusant... pour moi du moins...

Un sourire sadique illumina son visage alors que ses yeux se posèrent sur chaque personne qu'il avait sélectionné ne leur présageant rien de bon.

Voici ce que présentait ses missives:

Chose insignifiante que tu es, te voila convié à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester en vie.
Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
Prépare toi bien.
Am. Carrow


***************************************************

20h10 Amycus sortit de la forêt et espera, pour eux, qu'ils étaient tous bien là.

Revenir en haut Aller en bas
William D. Sylvester
Nombre de chapitres écrits : 847
© avatar, icon, signature : Avatar : HerSunshine. | Tumblr
Date d'inscription : 22/02/2009
Chocogrenouilles : 6
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Dim 27 Nov - 20:45
    Et voilà une nouvelle journée à Poudlard l'école de dépressifs qui s'annonçait. Y avait pas à dire, l'école n'était plus ce qu'elle était. À l'époque de Dumbledore, il était fréquent de voir des élèves s'amuser dans le parc, rire dans les couloirs et jouer au Quidditch. Maintenant, avec les Carrow, il n'y avait plus rien de tout ça. Keith arrivait à comprendre les deux parties. Les Carrow avaient été éduqués comme ça et ils étaient comme ça. Pour eux, c'était normal. Keith faisait preuve d'empathie et ne leur en voulait pas énormément. Il n'était pas bien placé pour les juger. Même si pourtant, il préférait l'ambiance d'avant, bien évidemment. Il comprenait aussi les nés-moldus qui étaient rabaissés encore plus bas qu'un elfe de maison. Ils n'avaient pas choisi de l'être et pourtant, ils en subissaient les conséquences. Keith les comprenait aussi, il comprenait leur rébellion. Cependant, il ne savait pas pour qui être, alors il préférait rester neutre.

    Il s'était habillé, en tenue d'école bien sûr, puis avait été manger et sa journée de cours pouvait commencer. Au courant de la journée, il reçu un hiboux qui n'annonçait vraiment rien de bon: "Chose insignifiante que tu es, te voila convié à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester en vie.
    Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
    Prépare toi bien.
    Am. Carrow
    "
    Oh oh... Keith fronça les sourcils. Il ne savait pas si c'était un piège ou alors vraiment un délire du Carrow. Il ne lui avait jamais posé de problème mais le Gryffondor s'en méfiait quand même. Sauf que ce qui était bien, c'était qu'il adorait les défis. Il s'en lançait très souvent à l'époque où son frère était à Poudlard. Il avait toujours tout fait pour être le meilleur et c'était ce qui lui avait permis de se forger et d'avoir un but : être toujours le meilleur.
    Le reste de la journée passa, laissant Keith intrigué.

    Il arriva cinq minutes en avance. Il avait enfilé deux pulls afin d'avoir chaud et des chaussures qu'il avait rendu imperméables grâce à un sort, il ne voulait pas avoir les pieds trempés à cause de la neige. Il s'était donc bien couvert : bonnet, gants, écharpe. Il avait bien évidemment pris sa baguette avec lui. Il attendait en étant aux aguets, s'attendant à tout avec Amycus. Lorsque ce dernier sortit de la forêt, il croisa les bras et se concentra sur lui pour écouter ce qu'il avait à dire.




Dernière édition par Keith L. Williams le Dim 27 Nov - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Dim 27 Nov - 21:34
        Le songe d'une nuit d'été


    Voila le livre que James c'était remit à lire depuis qu'il avait parlé avec Harmony. La belle Griffondor qu'il avait abordé dans la grande salle commune, avec l'aide de Raiponce, avait parlé avec lui de cet ouvrage de type moldu. Depuis ce moment, il avait tout fait pour se procuré ce livre. Bien qu'il connaissent déjà l'histoire par-coeur, revoir la reliure dorée du livre lui avait donné envie de le relire. Il était là, assis sur un banc non loin d'une fenêtre sale qui laissait passer un seul et unique rayon de la lumière dans l'enceinte de l'école. Ce dernier servait à James, grâce à cela il pouvait lire tout en laissant son corps dans l'ombre des murs. Voila la position qu'il préférait, en retrait, pouvoir voir sans être vu, ne laissait paraître qu'une main et son livre. Ainsi, il était plus facile pour lui d'analyser les comportements de chacun. Dire qu'il ai une préférence pour la psychologie n'était pas vrai, même si ce n'était pas totalement faux, il commençait simplement à penser que certains moldus avaient le même comportements que les Serpentards. Toujours en bande, à embêter les autres, les martyrisés, les frappés, les réduire en moins que rien. Dans le monde moldu, cela existait également. C'était la son interrogation du moment. Elle aura probablement disparu demain matin, comme toutes les autres qu'il avait pu avoir. Même si cela n'avait rien avoir avec le contenu du livre qu'il lisait, il gardait ça dans un coin de sa tête, pour y penser dès qu'il aurait un temps de libre. Plongé dans sa lecture, James fut cependant attiré par le bruit d'une marche frénétique qu'il connaissait bien. Le professeur Carrow. Il lança un petit regard en sa direction et James remarqua qu'il l'avais remarquait. C'était la première personne depuis des heures qui avait tourné la tête vers ce petit coin d'ombre. Ce professeur, bien que ses méthodes n'étaient pas les meilleurs était cependant l'un que James apprécié le plus. Certains pensaient que ce n'était pas normal qu'un Serdaigle puisse " avoir de l'affection " pour un tel professeur. Cependant James le connaissais sous un autre jour. Le professeur repris sa marche, se dirigeant manifestement vers le premier étage.

    Quelques temps plus tard, un hiboux vint sans bruit et se posa juste à côté de James. Il transportait un message venant de Amycus. Il ne fallut pas beaucoup de temps à James pour prendre connaissance de ce qui était écrit dessus. Sans perdre de temps, il se leva de son coin tout en saisissant sa baguette. Maintenant, dans le château, tout les Serpentards utilisaient leurs baguettes à tord et à travers. En même temps, avec le favoritisme, ils ne craignaient rien. Alors, James ne se priva pas d'utiliser la sienne sur ce moment. Il utilisa un sort informulé pour rendre un petit sachet sans fond. Il y déposa tout ce dont il n'avait pas besoin puis il le donna à son chat égyptien, qui était son animal de compagnie. Ce dernier partit ensuite avec le sachet attaché autour d'une patte. Jusqu'au retour de James, son chat allait être le gardien de ses affaires. Il avait bien entendu gardé sa baguette mais aussi ses gants. C'est tout ce dont il avait besoin pour sortir en dehors de l'école. Habitué à s'habiller chaudement, il pouvait y aller sans repasser par sa chambre.

    James pris le chemin de la cabane et peut de temps après, arriva à la cabane d'Hagrid. Il n'était pas le premier, bien qu'il soit en avance. Un Griffondor était déjà là. Il ne savait rien de ce dernier et pour le moment, il n'avait aucune raison de chercher à en savoir plus sur ce dernier. Il attendait, les bras dans ses manches, elles même dans ses poches, que tout les élèves conviés soient là et qu'Amycus ne commence le cours.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Dim 27 Nov - 23:14
L'hiver était rapidement arrivé sur Poudlard. Depuis quelques jours déjà, la neige avait envahi tout le parc sans exclure le moindre petit brin d’herbe. La Forêt Interdite paraissait moins terrifiante sous le manteau de poudreuse blanche sur ses arbres ténébreux, mais Aaron était sûr qu’à l’intérieur, il ferait toujours aussi sombre. Non il n’y a jamais mis les pieds, il n’est pas suicidaire. Premièrement se faire attaquer par une acromentule est chose commune dans le cœur de la Forêt et deuxièmement, se faire chopper par un des Carrow ou n’importe quel autre professeur du même genre est tout aussi mortel. En gros il faut être complètement malade pour vouloir s’y aventurer. Tout bien réfléchi, il y a bien une troisième raison. Vu qu’il ne fait pas loin de moins un ou moins deux degrés dehors, les élèves de Poularde gèleraient sur place s’ils y restaient trop longtemps. Enfin bref, ce n’est pas du tout conseillé d’aller dans la Forêt Interdite dans ce froid de canard écossais.

Mais dans la salle commune de Serpentard, ce n’est pas ce petit groupe de verts et argents qui se plaindraient de ce froid hivernal. Bien au chaud au pied d’un feu de cheminée chatoyant, ces premières et deuxièmes années de la maison des verts se donnaient à cœur joie en faisant une partie de bataille explosive. Parmi ces jeunes élèves, un élève s’en démarquait. Emmitouflé dans une couverture polaire noire, il ne semblait pas très enthousiaste à jouer aux cartes. Un peu rêveur, il semblait ailleurs. Il jeta un coup d’œil à sa montre puis se leva en annonçant :

- J’abandonne, je vais dîner.
- Mauvais joueur Aaron, lui lança une brunette aux yeux malicieux.

En ne lui adressant pas le moindre regard, le jeune garçon se débarrassa de sa couverture puis attrapa sa cape d’hiver, son bonnet, ses gants et son écharpe au porte manteau en sortant de sa salle commune. Il passa sa cape de laine par-dessus ses épaules puis noua le lacet autour de son coup. En gardant le reste de ses affaires dans sa main, Aaron Oaken se dirigeait d’un pas rapide vers la Grande Salle. En remontant vers les Grands Escaliers, il croisa quelques Serpentard qui lui ébouriffèrent au passage ses cheveux bruns qui se retrouvèrent bientôt parfaitement en bataille. Agacé, il passa une main rapide dans ses cheveux tout en continuant de marcher. Il tourna alors discrètement les yeux pour regarder plus en détails ces Serpentards qui semblaient de dernières années. Comme d’habitude.

Arrivé à destination, le jeune garçon s’installa à l’extrémité de sa table. Trouvant son bonheur dans un plat de frites faites par les elfes de maison, il s’en contenta. Prenant au passage une pomme bien rouge qui passa dans son champ de vision, il ressortit rapidement de la salle à manger alors qu’un hibou fonçait droit sur lui. Surpris, il se baissa par réflex voyant très bien que ce volatile fonçait droit sur lui. Mais aucun choc, juste un bruissement d’ailes lorsque le grand-duc se posa au sol. Toujours aussi abasourdi, le jeune élève de première année se détendit alors et hésita à prendre la lettre qui lui était apparemment adressée vu l’entrain du hibou. Aaron s’accroupit pour saisir la petite lettre où figurait son nom en écriture manuscrite. Il se releva alors et vit l’oiseau repartir en sens inverse sans rien exiger de plus.

- Ben alors tu l’ouvres cette lettre ?!

En sursautant, Oaken put facilement croiser le regard d’un Serpentard beaucoup plus âgé et plus grand que lui qui rigola alors de bon cœur avec ses amis.

- Qu’est-ce que t’en as à faire que je l’ouvre ou non ? Ce n’est pas tes oignons, lâche-moi deux secondes Middleton.
- Oh toi !!

Tout à coup, ce grand balèze de Sixième année se mit sur ses jambes en fixant droit dans les yeux Aaron qui recula immédiatement. En fourrant la lettre dans sa poche sans même avoir prit la peine d’en lire son contenu, il jugea utile de sprinter immédiatement avant de se faire démembrer. Sous les rires des autres élèves des quatre maisons du Château, Aaron sortit le plus vite qu’il pu de la Grande Salle pour se diriger dans la cour extérieure. Sans oser se retourner, il continua de courir à la même vitesse en descendant vers le Hangar à Bateaux. Il dévala les escaliers de pierre pas assez grands pour que deux personnes les descendent côte à côte puis se jeta derrière l’arbre le plus proche en reprenant sa respiration. Apparemment, l’adolescent n’était plus à ses trousses vu qu’il remontait vers le Château d’un air dégoûté. Soulagé, le jeune étudiant se laissa tomber au sol puis sortit la lettre de sa poche. En arrachant le parchemin l’enveloppant, il déplia enfin cette lettre à son nom :

Chose insignifiante que tu es,
te voila convié à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer
au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester
en vie.
Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
Prépare toi bien.
Am. Carrow

Devenant petit à petit blanc comme la neige autour de lui, Aaron leva alors les yeux vers le lac noir face à lui. La nuit était déjà tombée et il avait apparemment rendez-vous avec l’homme qu’il redoutait le plus dans ce Château. Magnifique soirée, non vraiment.

- Vu la situation, je n’ai pas le choix.

Soufflant un bon coup, il rebroussa alors chemin pour se rendre à la tour de l’horloge où il put emprunter le pont suspendu. Ayant senti le froid geler ses oreilles, il eu préféré revêtir son bonnet aux couleurs de sa maison ainsi que son écharpe et ses gants gris de laine bien chaude. Ainsi habillé, il put sans encombre se diriger vers la cabane d’Hagrid le garde-chasse avec néanmoins une énorme angoisse germant en lui. Dans la nuit noire, il voyait à peine devant lui. Préférant ne pas tomber nez à nez avec un Scroutt à Pétards, il prononça un bref lumos lui permettant de voir au moins à un mètre devant lui. Distinguant vaguement la cabane du garde-chasse devant lui, il aperçût également un Serdaigle et un Gryffondor qui semblaient aussi congelés que lui.
Pourquoi étaient-ils là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Lun 28 Nov - 15:19
    Refermant ses ongles acérés sur le pied d’un petit chandelier d’argent bruni, Raiponce souleva la flamme du cierge jusqu’à sa sa longue cigarette blanche. La panthère n’eu qu’à inspirer deux fois sur l’élégant cylindre de papier, pour faire rougeoyer le tabac et commencer à sentir la douceur de la nicotine anesthésier pour un temps sa dramatique mauvaise humeur. Reposant son briquet improvisé sur une des nombreuses étagères de la pièce, la grande brune se mit ensuite déambuler en fumant dans le dédale d’étagères et de miroirs composant l’architecture torturée de la grande salle sur demande qui avait prit pour modèle, un de ces anciens thermes romains que l'on pouvait trouver dans le monde moldu en Italie. Sur son passage où se mêlait à l’odeur caractéristique de la fumée, les puissantes fragrances du parfum dont elle avait enduit son corps, les torches dansantes, déformaient, et grossissaient son ombre majestueuse. La panthère foulait le sol de ses pieds nus, avançant à l’instinct et au hasard, jusqu'à atteindre le fossé pierreux emplit d'eau chaude et dont les effluves caressaient doucement ses narines. Entre ses doigts, un petit bout de papier reçu peu de temps auparavant par hiboux. Le jeune femme n'avait pas encore prit le temps de lire ce dernier, elle comptait le faire lorsqu'elle serait dans son bain, tout en fumant délicieusement sa cigarette. Non pas que la Princesse était une fumeuse, elle ne fumait qu'une fois par mois, elle appelait cela "son moment de détente mensuel".
    Tranquillement, Raiponce se glissa dans l'eau chaude en prenant soin de ne pas mouiller sa tête et ses mains. Elle soupira de contentement et éteignit sa cigarette dans le cendrier d'or qui se trouvait près du bain. Délicatement, elle déplia le parchemin et se mit à le lire.
    Chose insignifiante que tu es,
    te voila convié à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer
    au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester
    en vie.
    Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
    Prépare toi bien.
    Am. Carrow
    Un verre de cristal, une bouteille de vieux vin rouge, une table basse en ébène. Voluptueusement, sensuellement, la belle sortit de son bain et usa de la magie afin que son peignoir embrasse son corps nu. Elle se sècha rapidement et s'installa confortablement dans un fauteuil de velours couleur émeraude avant de se saisir du verre cristallin et d'y verser une dose raisonnable du liquide alcoolisé, son péché mignon. Une goutte vermeille coula le long du menton de la Princesse. Son index l'essuya gracieusement avant de la porter à ses lèvres. Un sourire mauvais courba sa bouche à la moue enfantine. Raiponce reposa la fiole de cristal parfait sur la table de bois d'ébène. Le mot, il représentait un défi lancé par ce méprisable Amycus Carrow.
    La Serpentarde fronça ses sourcils délicats, pensant un instant à un piège. Elle ne risquait rien de toute façon. Sa mort ferait sans doute écho et sa famille toucherait une fortune, serait à l'abri, son but atteint malgré sa mort. Que demander de plus qu'une famille qui s'épanouit ? Un sourire narcissique se glissa sur son visage lorsqu'elle remarqua son reflet dans le miroir qui se tenait devant elle.
      RAIPONCEIncendio !

    Le petit morceau de papier brûla paisiblement. C'est si doux la brûlure, si chaud et si réconfortant. Voilà une manière de s'éteindre quelque peu chaleureuse. À cette pensée, Raiponce fit entendre un rire cristallin avant de se lever afin de remettre sa nuisette et de retourner dans son dortoir. Une tenue adéquate serait la bienvenue, pourquoi ne pas insérer quelques folies, fourrures ? Froufrous ? Robe ? Raiponce se glissa gracieusement et silencieusement dans les couloirs pour enfin pénétrer dans la Salle Commune Serpentarde.
    Un sourire aux quelques élèves, maintenant habitués à la voir se promener légèrement vêtue en dehors des heures de cours et la vipère s'isola face à son placard dans lequel un tiroir caché contenait les habits des plus luxueux, faits à la main par des elfes de maison.

    * * *

    Avec toute l'aristocratie d'une élégance maîtrisée, la jeune femme s'engagea sur le chemin menant à la bordure de la forêt. Vinrent d'abord se poser sur les pavés, les talons effilés d'une paire de cuissardes de cuir blanc, ornées des ondulations d'un serpent de fil d'argent aux prunelles de diamant, dont les anneaux s'entortillaient délicatement autour du galbe des jambes moulées par les bottes montantes. Là où s'arrêtaient les revers de ces dernières, le regard enchanté du spectateur parvenait à saisir le hale satiné d'une cuisse à peine révélée, et bien vite masquée par la légèreté d'une courte robe pull de la même teinte hivernale. En guise de couvre-chef, un béret de laine à la française. Des perles naturelles en boucle d'oreille, aux gants de soie ; partout ce n'était qu'élégance. Raiponce se sentait très à l'aise habillée ainsi, bien plus à l'aise que dans ces robes qu'on se devaient de mettre pendant les cours. Ses vêtements n'étaient certainement pas d'origine moldus, fabriqués dans le monde magique, ils étaient digne des meilleurs couturier de ce monde aux milles fantaisies.
    Elle fit usage de multiples enchantements afin d'éviter d'éventuelles traces de boue ou même d'eau. Ce serait un vrai dilemne, elle n'en serait que plus dégoutée de voir le visage de ce Carrow. Elle prit donc son temps et s'affaira, sur ses cuissardes puis sa robe, ses bijoux, en allant jusqu'à ses cheveux et ses ongles nacrés. Elle glissa ensuite sa baguette dans sa botte.
    Elle leva enfin la tête, admirant toute cette neige qui recouvrait le paysage, là où se dressait une monstrueuse forêt sombre se trouvait maintenant une floppée d'arbres recouverts de chantilly. Raiponce sourit et pressa ses épaules contre ses joues avant de se mettre en marche pour l'endroit.
    C'est alors qu'elle s'arrêta en chemin, se demandant si le jeu en valait vraiment la chandelle, si c'était une mascarade ? Un guette apen ? Tant pis, elle aviserai une fois sur place, l'heure n'était pas aux cogitations, bientôt, elle serait fixée.
    Une fois sur place, elle vit des visages plus ou moins connus, deux qu'elle connaissaient particulièrement bien pour avoir eu affaire à eux à plusieurs reprise. Complètement gelés. Elle distingua Aaron, le petit protégé de la jeune demoiselle, James l'éternel Serdaigle et un Gryffondor dont elle ne semblait pas connaître de nom. Sur un certain sens, elle fut soulagée de savoir qu'elle n'était pas seule ici, elle n'était cependant pas totalement sûre qu'ils étaient là pour la même chose qu'elle. Elle resta de marbre bien que dérangée par les claquements de dents du jeune Aaron, elle ne bougea pas ne cilla pas et n'adressa même pas un regard ou une parole à ces gens qu'elle connaissait pourtant que trop bien. Trop facile, pensait-elle, merci Polynectar. Se méfier de tout ce dont était capable les Carrow et leur Brigade. S'ils voulaient lui parler, qu'ils le fassent. Même le regard presque appeuré du petit Aaron lui resta indifférent.


Dernière édition par Raiponce J. McCanner le Mer 30 Nov - 17:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Lun 28 Nov - 17:52


    Il ne lui avait fallu qu’une minute d’inattention pour que le pire se produise. Rire... Et pour quelque chose de totalement insignifiant, complétement inattendu, avec une inconnue, lui avait attiré le courroux d’Amycus Carrow. Il ne manquait vraiment plus que ça. Elle qui débutait tout juste son ascension se faisait déjà mal voir par l’un des chefs. Meurtrie contre le mur, honteuse et paniquée, Judy eut beaucoup de peine à réprimer ses larmes. La rouge et or tourna les talons sans un regard pour la serdaigle avec qui elle avait partagé quelques instants de joie plus tôt. Cette béquasse venait de la compromettre dans la Brigade, c’était inacceptable. Judy Grace Murray n’avait pas à subir ce genre de traitement, elle faisait tout pour la Brigade depuis qu’elle y était entrée… Pour dire vrai, elle devait se démener trois fois plus que les autres pour prouver sa fidélité étant donné ses relations passées et la maison à laquelle elle appartenait. Mais cela ne la dérangeait pas vraiment, la brune savait qu’un jour cela finirait par payer et que les Carrow se rendraient compte de sa valeur. Ses rapports constants à Alecto sur les agissements des Gryffondor faisaient déjà leur petit bout de chemin, elle en était certaine.

    Pourtant, devant le message du frère de cette dernière, Judy se mit sérieusement à douter. Comment osait-il ? « Chose insignifiante » Vraiment ? Sa vision des choses ne tarderait pas à changer sitôt le jeu commencé, parole de Murray. S’il y en avait bien une qui mourrait d’envie de faire ses preuves, c’était elle. Cette fois-ci, pas d’échappatoire possible, les mots ne la sauveraient pas de la violence qui, apparemment, serait maitresse ce soir. Qu’à cela ne tienne, Judy était prête à se salir les mains, si nécessaire. Les pourparlers pouvaient rester au château, seuls sa baguette et ses meilleurs sorts l’accompagneraient en cette nuit pas comme les autres. Poussant le vice, elle cacha quelques fioles dans ses habits, on était jamais trop prudent. Puis, à l’aide de différents sorts, elle assura autant sa sécurité que son confort. Une fois chose faite, la brune se noua les cheveux et enfila de grosses bottes noires. Estimant qu’elle était prête et se rendant compte que l’heure tournait même si elle était encore relativement en avance, la belle prit la direction de la cabane d’Hagrid.

    Après une douzaine de minutes de marche, Judy arriva finalement à destination. Ne souhaitant pas se mêler aux autres élèves qu’elle considérait d’ors et déjà comme des ennemis, elle s’appuya contre un tronc. En retrait, elle était néanmoins assez proche et visible pour être remarquée par qui serait attentif. De plus, elle avait ainsi le loisir de les écouter parler sans être obligée de dire quoi que ce soit. Même si, connaissant le personnage, elle ne pourrait s’empêcher de lâcher quelque remarque acerbe pour se démarquer et faire croire une certaine supériorité. Mais qu’importe, car pour l’instant le stress l’emportait sur le flot d’émotions qui se battaient dans son esprit. Pourvu que Carrow vienne vite et leur explique rapidement les règles de son petit jeu, qu’on en finisse une fois pour toutes. D’un coup d’œil, elle jaugea ses adversaires, non sans un rictus mauvais. Tous les moyens étaient bons pour se rassurer… Mais l’était-elle réellement ?

Revenir en haut Aller en bas
B. Rose Hampton
Nombre de chapitres écrits : 336
Sang : Sang-Pur bien évidemment!
Supporter de : Cox's Family, Alyssa, MSSSSS
© avatar, icon, signature : icons: kat signature: belzébuth
Date d'inscription : 02/08/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Mar 29 Nov - 23:12
Un bruissement d’aile. London s’arrête de travailler. Elle pose sa plume pleine d’encre, regarde juste devant elle. Elle regarde le hibou qui lui fait face. Qui venait la déranger pendant qu’elle faisait ses devoirs ? Elle ne reconnaissait pas l’hibou de son frère, ni celui de ses parents. Elle hésite un instant, se demande si c’est bien importer de regarder ça maintenant. Elle juge le hibou longuement qui lui tend une patte nonchalante. Et puis finalement elle tend son bras, défait la lettre, l’ouvre et la lit.

Chose insignifiante que tu es, te voila convié à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester en vie.
Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
Prépare toi bien.
Am. Carrow

Elle regarde un long moment la lettre sans sourciller. Amycus Carrow son très cher professeur de Défense Contre les Forces du Bien, lui envoyait ce morceau de parchemin. Elle n’en croit pas ses yeux. Il ose lui envoyer ça, à elle, la digne héritière des Leighton. N’a-t-il toujours pas confiance en elle ? Comment ose-t-il ? Elle fulmine, elle rage, elle explose à l’intérieur. Le morceau de parchemin se froisse dans sa main et elle n’en fait plus qu’une boule de papier. Elle est en colère. Le hibou s’en va, la laissant alors de nouveau seule devant son travail et cette lettre qui lui lance un défi. Cette évidence résonnait en elle comme une évidence. Il la testait, elle le savait, le sentait. Il la testait et elle devait relever ce test. Elle devait lui montrer qu’elle n’était pas ses parents, qu’elle n’était pas une traitresse, une impostrice. Non. Elle savait qu’elle pouvait l’éblouir, le subjuguer de sa force, de son ambition, de sa beauté, d’elle. Elle était London Leighton après tout, rien ne lui faisait obstacle. Elle relevait toujours les défis. Alors elle relèverait celui-là, parce que son honneur, sa fierté, parce qu’elle était remise en question. Et elle ne le supportait pas. Elle ne supportait pas qu’il doute d’elle de cette manière. Il n’avait pas le droit.

Elle l’admire. Elle admire Amycus Carrow bien qu’elle n’aime pas réellement ses méthodes. Il était le professeur parfait et son charme ne la laissait pas indifférente. Alors qu’il doute d’elle, c’était pire que tout. Et un instant, elle se mise à le détester de toutes ses forces, de toute son âme. Elle lui montrerait qui elle était. Elle lui montrerait qu’on ne doute pas d’Emeraude London Queen Leighton. Un sourire apparait sur ses lèvres pulpeuses. Elle lui montrera.

Il est bientôt l’heure d’aller à son rendez-vous. Elle ouvre sa malle, prend un cardigan noir avec son écharpe verte. Elle a les cheveux attachés en une queue de cheval, un maquillage léger qui fait naturel, juste son rouge à lèvre rouge ressort. Elle a mis des cuissardes noirs qui filent le long de ses fines et longues jambes. En dessous le cardigan, il y a un pull vert émeraude qu’on entrevoit un peu. Des perles de cultures en boucles d’oreilles. Son regard se pose sur la glace. Elle est simple ce soir, elle ne veut pas faire d’étincelle, elle ne veut pas de feux d’artifices. Elle sait les faire toutes seules, comme une grande et elle sait que sa simple présence à de l’importance. Et puis elle s’attend à tous avec Amycus Carrow.

Elle met ses gants noirs et sort du dortoir des filles. Elle croise son frère qui la regarde passer. Leur regard se croise et elle lui dit : « Ne t’inquiète pas, je réussirais ». Et il la regarde sortir de la pièce. Dans les cachots, son pas résonne. Elle ne perd pas son temps, file jusqu’à la cabane de Hagrid. Le froid est tenace et malgré tout, elle ne peut s’empêcher d’avoir froid. Mais elle ne s’en préoccupe pas et finalement, arrive à l’endroit où elle doit être. Il y a déjà du monde. Keith, James, Aaron, Raiponce et Judy. Elle les regarde tous et sourit de ses dents blanches à ses deux amies sans réellement prêter attention au deux autres. Puis son regard chercha alors le maître de cérémonie, celui qui les avait tous conviés, mais il n’était pas encore là.

Alors elle attendrait.
Et elle était prête.
Prête relever son défis.
Prête à lui montrer qui était London Leighton.


The Monster

i’m friends with the monster that’s under my bed get along with the voices inside of my head you’re trying to save me stop holding your breath and you think i’m crazy yeah, you think i’m crazy well, that’s not fair wo oh wo oh… well, that’s not fair wo oh wo oh… no, i ain’t much of a poet but i know somebody once told me to seize the moment and don’t squander it cause you never know when it all could be over tomorrow © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Mer 30 Nov - 19:42
Il était quinze heures lorsque Théa fut propulsée contre un mur sans bien savoir ce qui était à l'origine de sa punition. Elle était alors bien sagement en train de rire avec Judy Murray, une Gryffondor de septième année quand Amycus Carrow s'en prit soudain à elle d'une violence inouie. Qu'était donc devenu Poudlard ? Qu'advenait-il de cette école qu'elle avait tant chérie, qui l'avait suivie au fil de son évolution ? Les deux jeunes filles s'étaient douloureusement relevées, massant systématiquement leurs membres endoloris. Elles échangèrent un regard empreint de stupeur et d'inquiétude avant de partir dans des directions opposées.

Le soir parvint sans montrer patte blanche, il devait être un peu moins de dix-huit heures lorsqu'Opium franchit la fenêtre du dortoir avec empressement. La magnifique chouette entoura la lampe de bureau de ses serres tout en poussant un houloulement anxieux. Son bec retenait une note griffonée sur un parchemin abimé. Surprise, Théa l'ouvrit tout en jetant un regard curieux à Opium. Voici ce qu'elle découvrit avec effroi :
Chose insignifiante que tu es, te voila convié à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester en vie.
Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
Prépare toi bien.
Am. Carrow

Merde alors ! Carrow ne s'était pas contenté de la jeter contre le mur, il avait également décidé de la punir, ce qui signifiait très certainement une mort imminente ! Théa regarda sa montre : il lui faudrait partir de bonne heure, Carrow ne tolérerait certainement aucun retard, et il était suffisament sadique pour s'y rendre à dix-neuf heures et la violenter pour n'importe quel motif à la mord-m'en-le-noeud.

Théa s'était replongée dans son travail, elle s'aperçut à dix-neuf heures trente qu'elle n'avait pas été fichue de tenir sa résolution de partir en avance. Très en avance ! Elle s'empressa d'enfiler son uniforme pour la seconde fois de la journée et se rua à l'extérieur en courant, vérifiant consciencieusement que sa baguette était bien à ses côtés. Le pire était sûrement à craindre, la jeune femme était terrifiée.

Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir qu'elle n'était pas seule devant la cabane d'Hagrid. Comprenant que Carrow avait certainement monté une punition collective pour remédier à son humeur massacrante du jour, la jeune femme se dirigea vers le seul Serdaigle présent. Elle ne le connaissait pas, mais elle était ineluctablement rassurée par sa présence. Au moins, elle ne serait pas la seule de sa maison à souffrir ce soir. Mais qu'allait-il se passer ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Dim 4 Déc - 12:25
Chacun à sa manière on se répète que nos choix sont les bons, que seul ce qui nous semble juste l’est. On a tous une personnalité qui nous est propre, on est défini par notre côté rebelle, insolent et provocateur ou alors par notre côté gentil et attentionné. Les gens ne voient pas le juste milieu des choses, c’est dommage pour eux, car certaines personnes sont prêtent à ignorer leurs défauts face à leurs qualités. Heaven ne se baladait pas naturellement, aujourd’hui, elle n’avait pas que ça à faire. On la longtemps regardée de la tête aux pieds, se demandant ce que cette jeune fille de sang-pur faisait avec ce regard défiant les plus grands. C’est plus fort qu’elle, elle reste turbulente et déteste qu’on la commande. Bon, cette fois elle s’y était engagée de son plein grès, il fallait bien qu’elle se décide. Non seulement elle est froide parfois, mais ses sentiments se bouleversent en elle, elle est aussi très attentive. On croit qu’elle va vous bondir dessus alors qu’elle peut tout aussi bien vous prendre dans ses bras. Ses pas résonnaient sur le sol, elle avait fais attention aux alentours, avant que qui que ce soit ne se rende vraiment compte qu’elle, la Serpentarde, la Nott, allait avec eux dans le chemin de la souffrance – ou de la justice, ça dépend de votre humeur poète.
La majorité était arrivé, mais Hell avait décidé de ne pas venir dans les premiers, comme si elle avait peur d’être en retard… non, en fait elle était là parce qu’elle devait se tester. Elle-même avait du mal avec ses propres sentiments. Vous connaissez les Carrow, pas besoin de vous faire un dessin, certains les adorent par leur côté tyrannique alors que d’autres les détestent pour la même chose. Mais pourquoi l’humain est si compliqué ?
Le Carrow l’avait prévenu, et elle avait reçu comme tous les autres la « petite information » qui procurera tant de plaisir à celui qui l’a envoyé… Heaven ne doutait pas qu’elle lui rendait un plaisir en arrivant, une âme de plus à martyriser. Mais elle doutait tout de même de sa volonté, elle avait beau lui avoir dis qu’elle voulait être traitée comme les autres il avait bien l’idée de la faire rentrer dans son camp. Que choisir ? Certains fuient tout simplement la facilité, et décident de s’opposer alors que la sécurité s’offre à elle…

Avant de partir, Heaven passa devant le miroir du dortoir. Elle resta là à se contempler, mais ses yeux étaient tout de même dans le vide, cherchant un regard familier. On lui avait souvent dis qu’elle avait le regard téméraire de sa famille, mais pour elle : elle était la différence même. Pour elle, la facilité n’a d’équivalent que la lâcheté. Sa main passe nonchalamment sur sa joue, comme si elle ne reconnaissait pas cette jeune fille dans le miroir. Puis, revenue enfin à la réalité, son flot de pensées se dissipa, sa main droite tomba contre sa hanche, Hell se précipita devant la fenêtre ; la main gauche saisissant toujours un bout de papier qu’elle avait négligemment froissé. Quelques lumières étaient allumés au loin, elle devait y aller. Sois brave. Ses parents ne seraient pas fiers d’elle, ni son cousin d’ailleurs, mais peu importe après tout. « Allez au diable ! » pensa-t-elle. Dans un mouvement majestueux, elle remit sa cape en place, toujours aussi parfaite en apparence : sa mèche rebelle en place, un mascara délicat et un regard glacial. Pourvu qu’aucune de ces personnes ne la démasque, pourvu que personne n’arrive à la faire sourire. Si on arrivait à montrer ce côté d’elle, tout le monde pensera qu’elle est comme eux et qu’elle pourra arrêter d’idolâtrer Voldemort, mais on ne peut pas enlever des années de bouchage de crâne suivie d’une fascination à en perdre la raison.

Arrivée enfin au lieu de rencontre, elle arriva dans un bruit s’approchant du silence, ses pas se fondant dans le décor. De nombreux visages familiers s’étendaient devant la Nott, certains apeurés d’autres sûrs de soit. L’une de ses pires ennemies était parmi elles, elle le sentait, Heaven le vit à son regard remplis de reproche et de doute – comme si elle ne savait pas dans quoi se mettait Hell, en quoi s’engageait-elle ? Son camp, jusque là personne ne pouvait le deviner. Dans les couloirs, on se doutait que beaucoup de serpentards restaient à la solde de Voldemort, soit ils le criaient haut et fort soit ils restaient dans l’ombre. Mais Heaven interrogeait tout le monde, car elle, elle avait décidé de ne pas faire parti de ces deux catégories. Devant la cabane d’Hagrid, une agitation anormale se propageait. On avait beau avoir un peu d’appréhension, ça ne changeait rien, les sorciers parlaient. Des murmures, des dizaines de chuchotements remplissaient les environs, presque inaudibles. Heaven s’approchait, n’accorda pas un regard aux personnes autour d’elle. Elle sentait leur regard s’enfoncer en elle, comme des milliers de petites flèches teigneuses. Bien entendu, elles la piquaient moins que d’habitude, il s’agissait là plutôt de surprise. Et n’oubliez pas, on dit que la meilleure défense contre un ennemi est l’attaque mais Heaven avait une devise encore plus adéquate : la surprise. Avant même qu’ils ferment leur bouche béat, elle les aura poignardé dans leur béatitude. Si la vie n’était pas compliqué, tout serait insignifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Dim 4 Déc - 14:44
Ah les Carrows. De fidèle mangemorts qui, comme tous les mangemorts, jouaient au plus fort et à « celui qui fait la loi » mais qui allaient lécher les pieds pouilleux de leur maitre dès qu’il le leur demandait. Comment pouvait-on être assez stupide pour avoir autant envie de grandeur et se résigner à ce genre d’actes répugnants ? C’était une chose qui la dépassait. Avoir les mêmes convictions qu’un chef et lui obéir, d’accord, mais se prosterner devant lui ? Ne pas avoir envie de révolte lorsqu’il en exécutait ou torturait parce qu’il était de mauvaise humeur ? Mais ils étaient quoi au juste ? Des gentils petits toutous ? « Assis ! Attaque ! » Tsss.

Lorsqu’elle croisa Amycus Carrow, Holly l’observa passer à ses côtés, sentant ses doigts dans sa poche, touchant sa baguette, la titiller. Il eu un regard étrange en la voyant, mais elle n’aurait su dire pourquoi. D’ailleurs, peut-être était-ce son imagination, mais elle cru y déceler de l’amusement. Quoi que ça ne l’étonnerait pas. Il était de notoriété commune qu’Amycus Carrow s’amusait des rebellions des élèves. Elle n’y donna pas plus de crédit et retourna dans sa salle commune pour commencer ses devoirs en attendant l’heure du repas. Elle devait aussi nourrir son chat Machin, qui le lui rappela d’ailleurs fort bien lorsqu’elle traversa le tableau de la Grosse Dame. Miaulant et ronronnant il vint se glisser entre ses jambes, manquant de la faire chuter. Elle râla, pour la forme, et lui servit sa ration de croquette.

Deux heures plus tard, elle pénétra dans la grande salle et s’installa pour dévorer son repas. Elle observa du coin de l’œil un petit Serpentard se faire courser par un de ses camarades et eut un léger sourire. Oui, elle était sadique, surtout quand ça concernait des Serpents. Qu’ils se tirent donc dans les pattes, ça ne fera que leur ouvrir la voie. Elle commença à engager la conversation avec sa sœur Caimie qui venait de s’installer en face d’elle lorsqu’une chouette hulotte se posa presque dans on assiette. Après un léger sursaut, elle fronça les sourcils. Du courrier ? A cette heure là ? Pourtant plus personne ne lui écrivait de l’extérieur depuis que tout le courrier était fouillé… Elle détacha précautionneusement la lettre du volatile, et le laissa s’envoler.

Chose insignifiante que tu es, te voila conviée à un jeu épique. Tu as enfin la possibilité de montrer au maître que je suis ce dont tu es capable et si tu es digne de rester en vie.
Ce soir, 20h précise à la cabane de l'autre abrut* d'Hagrid.
Prépare toi bien.
Am. Carrow


Un sourcil sceptique se leva au dessus de son œil droit en lisant cela, et elle tendit la lettre à sa sœur qui tentait de la lui arracher des mains depuis cinq minutes. Celle-ci eu un léger rire et demanda :

« C’est une blague ? »
« Ça y ressemble en tout cas... »
, répondit Holly en souriant également.
« Montrer au maitre que je suis… , c’est pas sérieusement lui qui a écrit ça ?! », continua Caimie en approchant le parchemin de ses yeux, comme si elle pourrait mieux y déceler le mot « BLAGUE » en plein milieu. « Je savais que les frangins avaient une case en moins, mais là on dirait l’œuvre d’un petit garçon ! »

Elle reposa la lettre sur la table et lança à Holly un regard sérieux.

« Je crois qu’il essaye de te faire peur… »

Elles se regardèrent sérieusement pendant deux secondes puis explosèrent de rire. Ce n’était pas tant qu’Amycus ne leur faisait pas peur. Au contraire : ce type était fou, et il n’y avait pas plus effrayant que quelqu’un comme lui. Aucune compassion, aucune pitié, et qui trouvait le meurtre normal et utile. Le meurtre de n’importe qui d’ailleurs : enfant, adulte ou vieux. Mais cette lettre reflétait bien le simple d’esprit qu’il était et, contrairement à lui, elle était plus comique qu’effrayante. Après un petit moment qu’il leur fallut pour reprendre leurs esprits, Caimie demanda à sa sœur si elle comptait y aller.

« Je sais pas trop… Si son jeu épique, c’est de me priver de baguette et de me faire courir dans la forêt pendant qu’il me lance des sorts mortels, ça ne me plairait pas trop… En même temps… Je n’ai pas l’impression que ce soit une lettre personnelle. Je pense qu’il l’a envoyé à d’autres. Ça doit être un de ses trip… »
« Mouais… Dis plutôt que tu ne veux pas te dégonfler ! »
« Je pense que je serai plus en danger en n’y allant pas. »
« Pas faux… D’ailleurs, tu mettrais peut-être Maya et moi en danger en même temps. Tu devrais y aller ! »


Holly sourit. Typiquement Caimie. Mais elle avait touché un point faible. Hors de question de mettre sa famille en danger parce qu’elle avait la frousse de ce qui pourrait l’attendre là-bas. A 19h45, elle prit donc la direction de la cabane d’Hagrid où elle arriva dix minutes plus tard. Comme elle le pensait, elle n’était pas la seule convive. Elle repéra surtout le petit Serpentard qui avait fui sa table quelque temps plutôt, Raiponce (elle lui lança un regard sceptique mais hocha la tête pour la saluer) et Keith à côté de qui elle se plaça. Elle avait une dent contre lui depuis le début de cette année : d’abord, elle s’entendait plus avec son jumeau qui n’était malheureusement pas revenu cette année, et il avait décidé de ne pas avoir d’opinion sur ce qui se passait en ce moment, ce qui l’agaçait au plus haut point. Ne rien vouloir faire, ok, s’il avait trop peur après tout. Mais ne pas avoir d’opinion ? C’était quoi ? Une taupe ? Mais bon, de tous les gens présents, c’était le seul qu’elle pouvait un temps soi peu considérer comme un allié. Oh, il y avait bien l’autre Gryffondor de son année, Judy, mais Holly avait des boutons dès qu’elle s’approchait trop d’elle…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Mar 13 Déc - 21:42
Le mangemort sorti de la foret et jeta un regard noir sur toute l'assemblée. Il remarqua immédiatement que le serdaigle Lufkin n'était pas présent et eut un large sourire jubilatoire; il aurait dû venir car la contre partie sera loin d'être amusante. Amycus s'approcha encore de quelque pas et posa ses yeux sur chaque élève tout en souriant de ce sourire que personne n'apprécie, ce sourire qui frémir, ce sourire qui n'engage rien de bon, ce sourire que tout le monde a fini par comprendre au fil du temps. Ce n'est pas un sourire chaleureux ni charmeur bien qu'on pouvait le croire que premier abord, non ce n'était pas du tout ça et on pouvait le deviner en lisant bien dans ses yeux et sa gestuelle.

Vous avez tous compris que ce n'était pas une convocation optionnelle, enfin tous sauf Lufkin mais lui, je m'en chargerai plus tard... Bien ! On va jouer à un petit jeu, le but sera de me ramener un certain nombre d'objet, vous aurez tous une liste car je sais O combien vous n'avez pas de mémoire. Bien sur ce ne sera pas une simple chasse au trésor, attendez vous à croiser des trolls, des amis elfes de maisons, des épouvantards, et autres gentilles et adorables bestioles. Vous serez par équipe. Quoi d'autre? Ah oui il n'y aura pas assez d'objets pour tout le monde donc faudra aller vite et éviter de perdre du temps, sacrifiez votre compagnon s'il le faut. Vous risquez même de vous croiser et de devoir vous battre équipe contre équipe et évidemment il est possible que j'intervienne et que je fasse mumuse.

Il les regarda une nouvelle fois tous individuellement puis se tourna vers la forêt d'un coup de baguette il fit apparaitre différentes "trous" à la lisière de la forêt qui se démarquaient tous d'une lumière de couleurs variantes. Puis, après un second mouvement de baguette il fit apparaitre des noms à côté de chaque entrée.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...    Aujourd'hui à 12:00
Revenir en haut Aller en bas
 

[Collectif "cours Am Carrow] petit jeu très divertissant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A vendre: petit chaton très mignon
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Un cours vraiment très particulier
» [En cours - Conte] Petit Chaperon Rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-