+ vous?



 

Partagez | .
 

 Barbe Bleue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu
avatarNombre de chapitres écrits : 219
Date d'inscription : 15/11/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Barbe Bleue   Dim 25 Sep - 0:44
Barbe Bleue


• La femme de Barbe Bleue qui l'a conduit à sa perte semble ne jamais avoir existé. Vous vous trouvez dans une riche maison de campagne inhabitée dont la luxure et le faste sont impressionnants, et dont vous vous empressez de découvrir les moindres recoins. Vous pouvez utiliser la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaqueel I. Callahan
avatarNombre de chapitres écrits : 128
Date d'inscription : 07/09/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Barbe Bleue   Sam 8 Oct - 13:36
La journée se passait comme d'ordinaire... autrement dit d'un ennui à mourir. Les cours s’enchaînaient et Shaqueel n'avait qu'une hâte : regagner les cachots et sa salle commune pour se laisser lourdement tomber sur l'un des fauteuils, près du feu si possible histoire de faire remonter un peu sa température corporelle difficile à maintenir en ce mois de décembre. Le cours de métamorphose était usant pour lui, il n'arrivait à rien de toute façon alors il n'essayait même pas, se contentant de se moquer allègrement des erreurs de transformations de ses camarades ou bien de ses propres échecs. McGonagall était consternée comme à chaque fois de voir qu'il ne s'appliquait pas, elle qui a une méthode stricte ne devait pas comprendre comment il pouvait montrer tant de nonchalance. Clairement, Shaqueel attendait la fin du cours. Il y venait parce qu'il le fallait, mais dès qu'il pouvait l'esquiver en prétextant une blessure reçue durant le précédent match de Quidditch par exemple, il le faisait et restait tranquillement au lit. Aujourd'hui, il n'avait pas pu trouver d'excuse suffisamment plausible pour éviter le cours, il s'était donc difficilement extirpé du lit avec un grognement, s'était habillé grossièrement (un pan de sa chemise sortait de son pantalon et l'une des poches de celui-ci n'était pas bien rentrée), puis s'était dirigé vers sa salle de cours du pas traînant du condamné marchant vers l'échafaud.
Bon, n'exagérons rien, tout cela n'était pas si catastrophique, il y avait pire...comme par exemple la fouille surprise des Carrow juste à la sorti du cours de Métamorphose ! En quelques secondes, le couloir qu'il empruntait fut obstrué. Une bagarre ? Accident ? Non, les Carrow le bloquaient et prenaient un malin plaisir à vider le contenu des sacs, choisissant plus ou moins au hasard les élèves qui allaient envoyer en retenue... en sachant qu'avec eux les retenues n'étaient pas le simple nettoyage de la salle des trophées. Les sanctions étaient physiques, psychologiques, tout était fait pour rabaisser les résistants, d'ailleurs leur partisans avaient beau posséder en évidence des objets interdits ils ne partaient jamais en retenue. N'étant pas encore pris dans la foule, Shaqueel se hâta de s'extirper du couloir dès qu'il compris ce qui l'attendait, imité par quelques élèves qui cherchaient un échappatoire comme lui. En bloc, ils se ruèrent dans les escaliers histoire de changer d'étage et de s'éloigner au mieux de leur tortionnaires, mais dans la précipitation il y eu une bousculade et le sac de Shaqueel, toujours mal fermé à cause de sa hâte de sortir de cours, tomba et déversa son contenu sur les marches. L'un de ses livres rebondit et tomba ouvert sur la marche suivante...
C'est là que la journée si normale en apparence basculant dans un extraordinaire surprenant même pour des sorciers. En un éclair, comme s'ils avaient tous été aveuglés par une lumière fugace, le décors changea radicalement. Les marches n'étaient plus là, ce qui déséquilibra Shaqueel qui tomba assis par terre, ce qui n'était pas plus mal vu le choc qui l'attendait. Envolées les briques ternes de l'intérieur du château, disparus les escaliers capricieux, le livre tombé ouvert de son sac semblait les avoir comme aspirés dans une autre dimension. Un Portoloin ? Un transplanage ? Impossible... ou du moins très peu probable. L'explication viendrait plus tard, la première chose que fit Shaqueel fut d'observer l'endroit dans lequel il se trouvait à présent.

Du raffinement, de beaux meubles en bois vernis, un sol clair et propre dans une matière rappelant le marbre, tout respirait la richesse. Ils étaient visiblement dans un salon. Des fauteuils de velours rouges trônaient devant une cheminée immense et finement ornée. Il semblait que la table basse placée entre eux avait été cirée le matin même tant elle brillait. Pourtant, ce n'était pas l'odeur forte de la cire qui embaumait l'air mais une délicate senteur de fleurs, discrète et légère, apportant une fraîcheur à ce lieu si agréable. Sur les murs, les tableaux étaient immenses et au vu de l'ensemble du décors il ne devait pas s'agir de reproduction au rabais. Le plafond était haut et donnait une impression d'immensité d'autant plus importante. C'est les yeux écarquillés et la bouche entre-ouverte que Shaqueel laissait glisser son regard partout, ayant l'impression d'avoir trop de choses à détailler pour ses seuls deux yeux. Ce n'est qu'après de longues secondes de contemplation hors du temps que le Serpentard réalisa qu'il n'était pas seul. C'était rassurant, d'une certaine manière. Un mec et un fille étaient avec lui, dont l'un qu'il connaissait un peu, de vue, pour avoir été dans les mêmes cours.

"C'est quoi c't'histoire ?" fit-il à mi-voix, comme pour ne pas troubler cet étrange lieu.

Les deux autres n'en savaient probablement pas plus que lui, mais sait-on jamais...









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Barbe Bleue   Lun 17 Oct - 1:50
''Si l'on considère la conjoncture actuelle des choses, il est bien évident que...''

Une main s'abattit sur le radio-réveil. Silence. A qui est cette main ? Oh, mais c'est la mienne. Laquelle est-ce ? Laquelle a bien pu me faire cet affront de sortir de la couette et de sa douce tiédeur ? Ah, c'est toi, vermine ! Silence. Anna se roula en boule dans son lit et glissa la tête sous son oreiller pour fuir cette si difficile réalité du réveil. Non, mais non quoi ! Soupir. Sa respiration la berçait, tandis que sa poitrine se gonflait et se dégonflait. On aurait dit une pompe à matelas.

Elle était bien sous la couette. Mais, elle savait qu'elle ne pourrait y rester éternellement et on voyait déjà la culpabilité soulever un pli de sa couette afin que l'air glacé du matin s'y engouffre. Nonnn. Finalement vaincue, elle se laissa tomber sur le sol et machinalement se leva pour une nouvelle journée... Elle n'avait jamais aimer le matin. Elle préférait de loin la nuit et les histoires aussi nombreuses qu'insolites qu'elle lui permettait d'entrevoir, l'espace d'un instant. Elle préférait même ses cauchemars – avec toute la sueur et l'angoisse dont cela est synonyme – à cette sonnerie stridente, assez violente pour décontenancer un paresseux. Pauvre bête, songea-t-elle avec compassion avant de réaliser que ce n'était pas le paresseux dont la surdité était en jeu... Vexée, elle pesta après l'animal qui, dans sa contrée profonde ou sa cage de zoo, se fichait pas mal de ce que ce petit grain de riz parmi six milliards pouvait bien penser de lui. Sachant cela pertinemment, et même ne le sachant que trop, elle leva un poing en l'air et ses paupières s'entrouvrirent une seconde pour laisser passer un fugace regard de braise. Parce que même si son acte était stupide et vain, il avait le mérite de la défouler. Et puis de toute manière, ce n'était pas comme si elle était véritablement ''rationnelle''. Oui, disons-le comme ça...

Ffffr. Elle remonta son pantalon. Zip. C'était au tour de son immonde veste à capuche fourrée de fausse fourrure. Elle ne pouvait se résigner à la jeter. Les poches étaient partiellement emplies de terre et de graines en tous genres – germant de nulle part, tels des haricots magiques – elle était abîmée et certains endroits étaient plus clairs, mais elle aimait cette veste... Disons que c'était comme un de ces vieux objets dont on a oublié la provenance, et qui, pourtant, vous réchauffent le cœur à chaque fois que vous les touchez du bout du doigt, car si familiers... Enfin, elle attrapa son sac de cours, ou plutôt son ''fourre-tout'', et en sortit un Ipod jaune pétard. Ça aussi, elle aurait dû s'en défaire, elle ne pouvait tout simplement pas abandonner ce pauvre engin, avec ces si tristes écouteurs en forme de canards ; ils semblaient ''si tristes''. C'était son argument choc, elle en usait pour tout et pour rien. Car vous comprenez, que deviendraient-ils ? Peut-être que revendus, ils pourraient établir une autre vie, qui sait, à l'autre bout du monde... mais peut-être aussi qu'un gamin geignard les confondrait avec un morceau de rumsteak ou trouverait follement amusant de glisser le tout dans les égouts... Non, non, non. Pas question ! Elle préférait empiler les choses, en être peu à peu envahie, plutôt que de risquer l'impensable. Et oui, Anna, quelque part une vraie clocharde. Oh, c'est méchant, disons une fervente défenseuse des droits des détritus. Et sous son lit, le paradis des cochonneries : ''la SPA de l'inerte''.

Finalement, cette journée s'annonçait plutôt bien. Comme d'habitude, les mêmes cours, avec les mêmes personnes, dans les mêmes locaux, mais aujourd'hui était infiniment différent qu'hier parce qu'elle l'avait subitement décidé. C'était plus amusant et surtout, ça faisait très romanesque. Tout sourire, elle arpentait les couloirs pour se rendre à son prochain cours quand quelqu'un devant elle s'arrêta brusquement de marcher, ratatinant par la même occasion son magazine sur les bonsaïs. Elle voulut l'alpaguer, mais, prise dans une indescriptible tourmente, son magazine glissa par terre et sans qu'elle ne put rien faire pour sauver son bien, telle une tragédienne grecque, elle fut emportée par le courant. Mince, elle qui se faisait une joie d'arriver à l'heure pour changer...

Mais au lieu de tomber, comme elle s'y attendait, une intense lumière l'éblouit et en rouvrant les yeux, elle se vit soudainement dans un endroit bien étrange. Elle se pinça pour voir, mais non, elle ne rêvait pas et cet endroit, aussi somptueux que raffiné, n'était pas le cadre d'un de ces moments de veille qui peuvent ponctuer une journée comme les autres. Elle sursauta vivement. Quelqu'un avait parlé. Se retournant, elle prit presque peur en voyant qu'elle avait réellement de la compagnie, puis, rougissant de gêne, elle se rattrapa pour ne pas froisser l'inconnu.

''Euhm, euh, je ne sais pas vraiment...''

Triste réponse, n'est-ce pas ? Mais il faut ajouter à sa décharge que l'endroit était on ne peut plus mystérieux. Contemplant les yeux, elle eut soudain un éclair de génie.

''Peut-être que c'est un sort d'illusion et qu'au bout de ce couloir se trouve mon prochain cours...'', murmura-t-elle.

Songeuse, elle fronça les sourcils et voulut s'élancer au hasard. S'arrêtant net, elle se gratta le crâne. C'est que le sens de l'orientation et elle, ça faisait deux. Elle jeta alors son regard bleuté en direction de celui qui avait parlé plus tôt, et prit un air suppliant de chien battu.

Désolé pour le retard, je n'ai pas pu m'en occuper avant, mais je promets que ce sera plus rapide la prochaine fois ^^
Revenir en haut Aller en bas
Nolan D. Wooten
avatarNombre de chapitres écrits : 317
© avatar, icon, signature : (Avatar) hotmess (Icon) lyric llama
Date d'inscription : 26/06/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Barbe Bleue   Dim 20 Nov - 1:19
    Le coude appuyé sur la table, la tête posée sur la paume de sa main, Nolan écoutait le professeur McGonagall déblatérer sur les avantages de la métamorphose. Enfin, « écouter » est bien grand mot. Il attendait que l’heure passe. Il n’avait pas envie de faire le moindre effort aujourd’hui. Le jeune homme se lassait quelque peu de sa « mission ». Son espionnage n’aboutissait à rien, il ne se passait rien. Rien du tout. Il n’en savait pas plus sur l’AD que la Brigade. Et lui, il n’avait rien à dire à l’AD sur celle-ci. Rien n’avançait. Pourtant, il aimait tromper des gens, essayer de les manipuler mais plus le temps passait, et plus il se disait que peut-être il avait fait le mauvais choix. Peut-être que ce qu’il faisait ne servait à rien et que, tôt ou tard, il en paierai le prix fort. Ses inquiétudes se multipliaient de jours en jours, et jamais il ne s’était sentit si indécis. Il ne savait plus quoi faire. Alors il attendait. Comme toujours, il attendait que quelque chose se passe. Nolan savait qu’aujourd’hui, les Carrow avaient prévu de faire une fouille surprise. Peut-être que la situation allait se débloquer. S’ils trouvaient quelque chose de plus que suspect, il aurait sûrement quelque chose à faire.

    C’est alors que la sonnerie retentie. Tout le monde se dirigea vers la sortie et il ne parvint pas à se dégager de la foule. Mais quand celle-ci aperçu les Carrow, elle se dispersa et Nolan put se dégager. Dans la hâte, il heurta quelqu’un en dévalant les escaliers. Le sac de celui qu’il avait bousculé tombé à terre et il se sentit soudainement aspiré par l’un de ses livres. Puis le trou noir.

    Quand il ouvrit les yeux, il ne se trouvait plus dans les escaliers. Le sol était dur et glacé, comme celui de Poudlard. La pièce était très éclairée, ce qui l’étonnait étant donné que le seul éclairage dont le château disposait était uniquement alimenté par le feu. Cependant, en se redressant, il constata qu’il ne se trouvait plus à Poudlard.

      « Qu’est-ce que… ? »


    Il se tût devant le luxe de la maison dans laquelle il se trouvait. Du sol au plafond, tout était si classe et… cher. Le propriétaire de cette maison devait être riche, c’était sûr. Et d’ailleurs, qui était-ce, ce propriétaire ? Comment Nolan s’était-il retrouvé ici, dans la maison d’un inconnu ? Qu’était devenu Poudlard ?

    Des voix parvinrent à ses oreilles. Il n’était pas seul. En se relevant, il vit Shaqueel, un Serpentard de la même année que lui et Anna, une Serdaigle qui avait un an de moins qu’eux. Il les connaissait de vue, sans plus. Tous deux n’étaient ni dans l’AD, ni dans la Brigade, il ne savait donc pas ce qu’ils savaient ou même ce qu’ils pensaient de lui. Dans toutes les situations dans lesquelles il pouvait se trouver, il se méfiait des gens. Un seul faux pas, une seule mauvaise parole et tout pouvait tomber à l’eau. Son petit jeu, lui. Tout.
    Il entendit Anna parler d’illusion. A quoi bon ? A quoi cela servirait-il ? Et surtout, par qui aurait-elle été créée ? Les Carrow ? Non, impossible. Encore, la jeune fille était une née-moldue, alors ça pourrait se comprendre. Mais Shaqueel et lui… Mais LUI. Lui, il était avec eux. Il était leur agent. Il leur donnait des infos que personne ne pouvait leur donner. Ça devait être une erreur. Oui, c’est ça. C’était une erreur. Ou une mise à l’épreuve. Décidemment, il se posait vraiment trop de questions. Toujours des « Pourquoi ? » par-ci, des « Pourquoi ? » par-là, et jamais de réponses. Que des angoisses, des inquiétudes. Il fallait dire qu’il était méfiant envers tout le monde, même envers lui-même. En fait, la seule personne en qui il avait réellement confiance, une confiance aveugle, était Elladora. Mais elle n’était pas là.

    (Je suis vraiment, vraiment désolée du retard et de ce poste pourri. Je vous ai fait attendre pour rien, j'en ai bien conscience. J'essaierai d'être plus rapide à l'avenir. Encore désolée.)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaqueel I. Callahan
avatarNombre de chapitres écrits : 128
Date d'inscription : 07/09/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Barbe Bleue   Ven 25 Nov - 14:15
[No prob', j'suis à la bourre aussi xD Mais moins que toi *o* J'pensais pas XD]

Tout était beau et luxueux dans la pièce, trop beau, et trop luxueux. Où étaient passées les vieilles pierres du château ? Pourquoi l'odeur du vieux papier constituant les nombreux livres d'étude avait disparue ? Shaqueel n'y comprenait rien... mais lui, contrairement aux deux autres, n'était ni angoissé ni criblé de questions. Il trouvait ça... délirant, dans le bon sens du terme. Il était bloqué dans une troisième dimension !! Fini les cours !!

''Euhm, euh, je ne sais pas vraiment...'' avait répondu la jeune fille dont le prénom lui échappait, et d'ailleurs qu'il n'était même pas certain d'avoir un jour connu.

'Peut-être que c'est un sort d'illusion et qu'au bout de ce couloir se trouve mon prochain cours...'

Figé de terreur à une telle idée, le Serpentard se tourna vers elle en grimaçant, l'air profondément dégoûté.

"Tu rigoles ?!" fit-il en glissant un semblant de sourire dans cette grimace, comme pour se rassurer que cela n'était pas possible. "J'espère pas..." ajouta-t-il.

Visiblement, l'autre type (dont il tentait toujours de se souvenir du prénom) ne comprenait pas plus qu'eux le pourquoi du comment de cette histoire.
Comme pour se convaincre du fait qu'il ne rêvait pas et que tout ceci était bien réel, le Gipsy toucha la table cirée du bout du doigt. C'était solide, c'était dur, normal pour une table, rien d'étrange finalement, excepté le fait qu'ils venaient tout les trois de se faire aspirer ici.

"On aurait pu tomber plus mal, non ?" fit Shaqueel en essayant de dé-dramatiser la situation.

Un canapé en velours rouge l'invitait irrésistiblement... Il avança de quelques pas vers lui, le fixant avec l'expression d'un gosse s'apprêtant à faire une bêtise tout en étant parfaitement conscient de cela. Puis, exagérant volontairement ses mouvements, il se laissa choir dans le canapé avec un "aaaah" de plaisir, prenant la pause affalée typique de l'adolescent qui rentre des cours et qui semble tout aussi épuisé que s'il avait couru un marathon.

"J'sais pas chez qui on est..." commença-t-il en posant ses bras sur le haut du dossier. "...mais je vais très certainement leur demander de m'adopter."

Sans gênes ? Possible. Mais surtout sans arrières pensées et sans apriori, ce qui devenait, à ses yeux, une qualité très rare chez les gens, avec tout ses complots, ses volontés de domination d'un monde qui survivrait de toute façon à tout leur efforts... Stupidités.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
avatarNombre de chapitres écrits : 219
Date d'inscription : 15/11/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Barbe Bleue   Jeu 22 Déc - 16:24
• Des bruits de recherches se font soudain entendre dans les pièces voisines. Nul doute que la maison n'est pas si inhabitée que cela. Une voix grincheuse lance des choses incompréhensibles au loin. Peut-être bien que votre escapade a été remarquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Barbe Bleue   
Revenir en haut Aller en bas
 

Barbe Bleue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Barbe Bleu
» (M) Bûcheron dans "La Barbe Bleue" ? Sam Claflin
» Mokhy barbe de fer, ingenieur et alcoolique. [resolu]
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
» Gromin Barbe rousse [Soldat]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-