+ vous?



 

Partagez | .
 

 {LIBRE} Une pastille de gerbe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: {LIBRE} Une pastille de gerbe ?   Mar 23 Aoû - 20:25
[Redynamisation du sujet :]

Une fine pluie ruisselait le long de la fenêtre du dortoir, tout près du lit de Théa. A travers les carreaux, la jeune femme pouvait constater que le ciel s'était paré d'épais nuages gris d'où se déversaient des millions de goutelettes froides. Tout juste douchée, vêtue d'une paire de collant cachée sous son jean et d'un épais pull marron-glacé, elle observait la météo en se frictionnant les bras. "Hum... Sale temps, mieux vaut rester au chaud aujourd'hui." se disait-elle. Peut-être que cela était dû à son tempérament de Serdaigle confirmée, mais elle adorait les temps maussades et gris qui lui trouvaient prétexte à rester enfermée dans le dortoir ou la salle commune, lovée dans un fauteuil confortable ou bien son lit, un livre passionant glissé dans ses mains.

C'était un samedi matin comme les autres, un jour de repos bien mérité après une rude semaine d'étude et de travail. Théa avait traîné un bref moment au lit mais s'était levée un peu avant neuf heures. De toute façon, elle n'était pas très grande dormeuse, encore moins avec un temps aussi intéressant que celui-là. Elle venait d'avaler une montagne de panecakes à la banane, comme elle le faisait presque chaque matin avant d'entreprendre toute activité, et avait descendu moins d'un demi-litre de jus de citrouille. Ce n'était pourtant pas un jour où elle allait se dépenser beaucoup, et jamais elle ne mangeait autant en temps normal. Mais elle était impatiente de vivre sa journée de paresse et de lecture ! Qui plus est, elle s'était réveillée avec une envie incontrôlable de sucrerie.

Elle se dirigeait vers la bibliothèque quand un violent orage éclata au-dessus de Poudlard. Elle regretta de ne pas s'être affublé d'un gilet bien épais en plus de son pull, ni même de son poncho en laine. Déviée par le vent, la pluie s'engouffrait dans les galeries, s'abattant sur les pauvres étudiants et glaçant Théa jusqu'aux os. Une fois devant le bâtiment elle poussa la porte avec avidité, ayant pour seule urgence de se mettre à l'abri. L'heure était encore matinale, peu d'élèves parcouraient les lieux. Théa, elle, se contenta d'errer entre les rayonnages à la recherche d'un quelconque ouvrage intéressant. Il fallait bien prévoir une occupation pour la journée !
Midi sonna, la jeune femme quitta la bibliothèque les bras chargés de livres. Six merveilleux ouvrages qu'elle allait dévorer en moins de deux jours. A l'extérieur la pluie s'était calmée et l'orage avait cessé. Pourquoi ne pas aller faire un tour à Pré-au-lard dans l'après midi histoire de se dégourdir un peu les jambes ? Acheter quelques friandises chez Honeydukes ne pourrait qu'agrémenter sa séance lecture devant la fenêtre. C'était décidé, elle s'accorderait deux ou trois heures pour flâner dans les rues de pré-au-lard à la recherche de délices à acheter. Puis il y avait la librairie aussi !

Emmitouflée dans un poncho couleur taupe, la tête engouffrée dans une capuche et les bras serrés contre la poitrine, Théa avançait tant bien que mal sous la pluie. Le vent lui renvoyait des centaines de gouttes dans le visage, certaines s'aventuraient jusque dans ses yeux verts. Oui, c'était un temps agréable... Pour quelqu'un qui se tient devant la cheminée avec une tasse de chocolat chaud dans les mains ! Heureusement la boutique de confiseries se profilait à l'horizon, plus que quelques centaines de mètres et elle pourrait se remplir la panse.
Du moins, elle aurait pu si le magasin n'avait pas été pris d'assaut par les étudiants glacés par la pluie ! Il y avait une queue interminable au comptoir, Théa n'eut pas le courage de pénétrer dans l'échope. Elle préféra marcher encore un peu jusqu'à la boutique des Weasley. Là-bas l'ambiance était toujours chaleureuse et bon-enfant. Ce serait sûrement agréable d'y faire un tour en attendant que Honeyduke désemplisse.

Elle tournait autour des oreilles à ralonge et des boîtes à flemme, examinant les Nougats Néansang et les pastilles de gerbe. Dans la boutique, de nombreux élèves se pressaient pour voir les nouveautés et tous les subterfuges qui leur permettraient de manquer quelques heures de cours. Ce n'était pas le genre à Théa d'utiliser de telles ruses pour manquer l'école, mais il était marrant d'explorer l'imagination Weasley. C'est alors que quelqu'un la bouscula sans ménagement, manquant de lui faire tomber la boîte de pastilles de gerbe qu'elle tenait dans les mains.
- Hey ! Tu pourrais faire attention où tu vas ! s'écria-t-elle sans grande colère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: {LIBRE} Une pastille de gerbe ?   Mer 24 Aoû - 9:03
Toute la nuit, les yeux grands, tu avais observé, à travers l'eau du lac qu'offrait les fenêtres des dortoirs des serpentards, ce temps humide. La fine pluie qui tombait n'était pourtant rien face aux larmes que tu avais échappées depuis ta sortie de la Cage. Mais tu n'en versais plus. La force te manquait, et tu mourrais peu à peu. Le manque de sommeil et de nourriture t'avais rattrapé une fois, tu t'étais retrouvée à l'infirmerie. Rien n'empêchait cette situation de se répéter. Car tu étais toujours aussi mal en point, déboussolée et détruite. Perdue quelque part dans un néant, dans un épais nuage de désespoir et de douleur. Tu n'avais plus rien de cette jeune femme fière, rayonnante et distinguée que tous connaissaient. Le poids que tu devais porter sur tes épaules était trop grand. Depuis la fin de ton emprisonnement, la seule chose de bien qui était venue à toi était la cessation des voix qui te hantaient. Lorsque la malédiction était tombée, tu avais enfin réussie à retrouver la paix, le silence dans ton esprit. Tu ne t'en réjouissais pourtant pas pour autant. Ton esprit était ailleurs. Il divaguait et te rongeait de l'intérieur. Quand donc allais-tu te réveiller ? Reprendre ta vie en main, redevenir une vraie Nott !? Ce nom que tu portais fièrement quelques temps plus tôt. Ce prestige qui t'était destiné n'était donc plus rien ? Qu'un vieux souvenir ? Tes idées ne prenaient même plus le temps de s'arrêter sur le sujet.
Les personnes qui tenaient encore à toi avaient même arrêté de croire qu'il était possible de retrouver cette ancienne Katelyn. Seuls quelques-uns continuaient de te retirer, de temps en temps, ne serait-ce qu'un sourire. Tes compagnonnes de dortoir avaient même cessées de t'en vouloir pour tes nombreuses crises de nerfs qui les réveillait tous dans la nuit. Même après si peu de temps, ça devenait habitude, ce qui n'annonçait rien de très joyeux.
Tu te retrouvais donc là, pour une énième fois, assise en boule sur ton lit à fixer l'eau verdâtre dérangée par la douce pluie de la journée. Les autres élèves étaient-ils déjà levés ? Aucune idée. De toute manière, cela t'importait peu. La seule chose qui t'obligeas à t'en apercevoir fût la voix de ta copine de dortoir qui s'adressa à toi. Les yeux vitreux, tu lui offris un bref regard.
    « Lyn, tu ne peux pas rester là. Viens, on va s'entrainer pour le Quidditch. Avec le temps qu'il fait, tu auras de quoi te réveiller un peu. Et puis je sais que tu adores ça, ça te feras du bien... »
Contrainte d'y aller face à l'insistance de ton amie, tu te levas, enfilant les premiers vêtements qui te tombèrent sous la main. Chose que tu n'aurais pas fait habituellement, tellement minutieuse et perfectionniste de ton apparence. Bien que choisi à l'aveuglette, ton habit gardait une classe relativement habituelle, bien qu'ils étaient adaptés au sport. Petit détail important, tu n'oublias pas de prendre la petite boîte émeraude couverte de petits diamants dans laquelle se trouvait le vif d'or que ton père t'avait offert lors de ton entrée dans l'équipe de Quidditch. C'était ça, être riche, mais aussi, avoir un père qui était à la tête d'une entreprise de confection d'équipement de Quidditch. Bref, tu empoignas celle-ci, manquant presque d'oublier ton nimbus 2001, et prit le chemin de la sortie en compagnie de ta copine. Dehors, la pluie tombait encore doucement lorsque vous chevauchiez vos balais et que tu laissas envoler ton vif d'or.
Par contre, au moment où celui-ci prit la fuite, la pluie commença à se faire battante, le tonnerre commença à gronder et des éclairs illuminaient par courtes séquences le ciel pratiquement noir tellement il était foncé. Aussitôt, ton amie remis les pieds au sol, alors que toi, gardais les yeux rivés vers la petite lueur dorée qui volait à une vitesse folle dans les airs. Pas question de le laisser partir. Sans écouter ses conseils, tu laissas derrière toi celle qui t'avais mené jusqu'ici pour aller à la poursuite de ton vif d'or. L'orage était fort, violent, mais les risques n'étaient pas si élevés, si on prenait le temps d'y penser. Les éclairs cherchent le moyen le plus rapide de retrouver le sol. Certes, tu étais bien loin de toucher le sol, ce qui réduisait grandement les possibilités de te faire toucher par un éclaire. Ayant oublié de t'attacher les cheveux, tu pus les sentir fouetter ton visage alors que tu pourchassais la petite balle dorée. Tu ne savais pas où tu te dirigeais. Tout ce que tu voulais, c'était rattraper cet objet qui était si précieux à tes yeux. Pour une fois depuis longtemps, tu ressentais enfin une étincelle de joie, de bien-être. Un sentiment oublié. Ce plaisir qu'était pour toi de voler. Ton rythme cardiaque accélérait, sans trop savoir si c'était l'activité physique ou la joie ressentie.

Or, les goutes d'eau qui frappaient ton visage se faisaient de plus en plus douloureuses et désagréables, difficiles à ignorer. Tu t'arrêtas alors, ayant perdu le vif d'or de vu et voulant reposer un peu ta peau qui criait au mal, constatant alors que tu te retrouvais au dessus de pré-au-lard. Te mordillant la lèvre inférieure, tu jetas un regard derrière toi. Non, elle ne t'avais pas suivi. Ou elle t'avait perdue de vue. La conclusion restait la même. Tu étais seule, loin du château. Tout en bas, tu vis un reflet de lumière, et n'hésita pas à foncer droit dessus. À peine deux pieds te séparaient du sol lorsque tu bifurquas, tes pieds se posant aisément sur le sol mouillé, dérapant pour finalement t'arrêter. Dans ta main, une petite boule métallique se reposant. Tu la rangea dans son étuis puis jeta un coup d'œil autour de toi. La pluie était légèrement moins forte mais l'orage était persistant. Pour l'instant, la meilleur idée était de trouver refuge quelque part. Devant toi, la boutique des Weasley. Sans te poser de questions, tu y entras. L'endroit était pratiquement vide, visiblement. Te baladant entre les rangées, ton balais en main, tu observais d'un œil distrait les nombreuses farces et attrapes. De retour à cette jeune sorcière détruite par un douloureux enfermement, tu les regardais presque avec dédains, l'estomac noué. Si ce n'était pas de ton impressionnant nimbus 2001, tu aurais même pu croire que c'était tes joues creusées et ta peau collée sur les os par le manque de nourriture, ainsi que tes imposantes cernes, qui avaient poussé un jeune sorcier à t'offrir une sucrerie, que tu pris distraitement. Incapable de le manger, tu le rangea dans ta poche.
Peu à peu, tu t'asséchas, retrouvant tes vêtements sèches et tes cheveux frisés, légèrement ébouriffés par l'humidité et ta séance de vol. À l'extérieur, le tout s'était calmé et les étudiants commençaient à faire leur entrée. Pâle, sentant la faiblesse venir à toi, tu voulus te tracer un chemin dans la petite foule. Trébuchant dans tes propres pieds, rasant par le fait même d'échapper ton balais, tu tombas sur quelqu'un d'autre. Difficilement, tu retrouvas ton équilibre. Te retournant, un peu perdue, vers elle, tu reconnus Théa Jenkins, serdaigle de même année que toi.
    « Oh eum.. Ah euh, oui, oui. Désolée... »
Tes yeux étaient à nouveaux vitreux, perdus. Déboussolée, tu te mordillas les lèvres sans trop savoir quoi dire de plus...


Dernière édition par Katelyn Z. Nott le Mer 24 Aoû - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: {LIBRE} Une pastille de gerbe ?   Mer 24 Aoû - 16:10
{ HS : la scène se déroule chez les Weasley car justement, Honeydukes étant rempli d'élèves Théa a préféré fuir la foule, sinon merci de ta réponse je commençais à me sentir seule ! }

Théa fixa une jeune femme aux cheveux dorés, pas plus grande qu'elle, dont le nom lui échappait malencontreusement. Elle savait pourtant avoir partagé de nombreux cours avec elle, sixième année oblige, mais sa mémoire ne parvenait pas à reformer correctement son prénom. Peut-être était-ce Kate ou bien Evelynn ? Elle ne savait plus. De toute façon, un nom n'était qu'un titre, et celui-ci finirait bien par lui revenir tôt ou tard. Théa fit face aux deux iris incroyablement bleus qui s'étaient posés sur elle tel un papillon égaré. La Serdaigle regretta un instant l'empressement avec lequel elle avait lâché son exclamation. Une bousculade pouvait arriver à n'importe qui après tout.

Soudain, comme une illumintation qui venait enfin éclairer le cerveau de Théa, le nom de la jeune Serpentard prima sur toutes ses autres idées en cours et vint se former sur le bout de ses lèvres. Katelyn Nott, étudiante plutôt assidue avec qui Théa n'avait jamais rien partagé de particulier. Dernièrement, la Serdaigle avait constaté quelques changements dans les attitudes de Katelyn, comme si celle-ci s'était enfin adonnée au lâcher-prise, délaissant un peu les figures de circonstances et les cérémonies qu'elle avait toujours parut prendre. Théa ne savait pas ce qu'il s'était passé, et sûrement que cela était une bonne chose. Surtout pour une fille issue de la brigade des Carrow. Elle n'était pas partisane des filles à papa trop imbues de leur personne pour prêter attention aux autres. Mais après tout, elle n'avait jamais rien partagé avec Katelyn, comment la juger ?

- Tu es Katelyn Nott, je me trompe ? Désolée de m'être montrée brusque, je pensais que c'était un garçon en train de chahuter avec ses amis. Quel sale temps pour sortir, pas vrai, et il y a tellement de queue chez Honeydukes que je n'ai même pas pu prendre ma dose de sucreries hebdomadaire !

Katelyn semblait perdue, son regard paraissait vide. Il était pourtant d'un beau bleu profond, qui fit presque jalouser l'émeraude des iris de Théa. Ses mots d'excuses étaient confus, presque tous sous forme d'onomatopés, un bagaiement incertain. La Serdy fronça les sourcils, mordillant à son tour ses lèvres un peu gercée par la température extérieure. Qu'est ce qui avait bien pu mettre cette fille dans cet état-là ? Elle n'avait jamais été du genre timide pourtant, tout cela surprenait Théa au plus haut point.

- Dis-moi, tout va bien ? lui demanda-t-elle d'une voix neutre.

Et elles se dévisagèrent à nouveau, deux chiens de faïence s'observant tour à tour, sans grands mots à s'échanger, sans grands points communs à partager. Deux étudiantes aux ambitions différentes, l'une optant pour le règne des Carrow, l'autre pour leur chute. L'une prête à se ranger dans les côtés sombres, que ce soit par choix ou pour sauver sa peau, peu importent les motivations seuls les résultats comptent, la seconde prête à verser son sang. Et pourtant, il n'y avait aucune haine, aucune antipathie, car par les temps qui couraient, chacun cherchait seulement à survivre. Le côté pour lequel lutter n'était qu'une question de morale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: {LIBRE} Une pastille de gerbe ?   Jeu 8 Nov - 16:58
Je suis partie faire une petite promenade à Pré-au-lard en solitaire, rien d'étonnant, être seule est devenu mon activité à plein temps... Je divague dans les rues, j'observe les magasins, les maisons, les cafés... Quel ambiance prodigieuse! Enfin... Se serait vrai si la moitié des boutiques n'étaient pas fermées et si la rue n'était pas pratiquement désertique. La réapparition de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, le chaos actuel dans toute la société sorcière, a des impacts sur cette ville. Je trouve mes parents bien fous de persister pour que je continue ma scolarité à Poudlard, alors bien même que je leur raconte ce qu'il s'y passe. Cette ambiance de ville vidée de sa population ne me dérange pas. J'apprécie même car là ou il n'y pas ou peu de personnes veut dire, en ces moments durs, qu'il est moins probable qu'un conflit dangereux éclate.

Je continue mon chemin, je m'arrête devant quelques vitrines... Puis je m'aperçois de quelque chose au loin. Je discerne et je m'écrie...


"La boutique de farces et attrapes des frères Weasley!"

C'est comme si cet endroit se trouvait dans une bulle à l'intérieur d'un monde parallèle, çà grouille de monde autour! Bien qu'à l'instant je m’aperçois qu'Honneyduke est encore deux fois plus plein, impénétrable. En fait une partie des consommateurs d'Honneyduke semble se déplacer vers le commerce des Weasleys pour la suite de leurs achats peut-être. Je précipite le pas. Normalement, en tant que première année, je ne peux pas venir à Pré-au-Lard mais la sécurité à Poudlard sur les venues et sorties a baissée. Les professeurs inquiets pour une partie, ce n'est pas le cas des Carrows et de leurs adeptes, en cette période, ont tellement l'esprit occupé qu'ils n'ont plus toute leur attention pour certaines tâches. Par conséquent, ils n'ont pas assez fait attention à moi, la sage Garance...

Voilà, je suis arrivée devant la boutique aux trésors! C'est la première fois que j'ai l'occasion de venir. Je suis au paradis! Je me sens tout de même un peu agacée par ce monde, mais qu'importe je n'en ai pas pour longtemps, je dois me dépêchée pour rentrer à l'école, évitée que ma présence ou mon absence ne soit remarquée. Je fais un tour vite-fait. C'est extra-ordinaire tout ce qu'il y a à voir. Cette nouvelle boutique offre tellement de tours de passe-passes amusants! Très intéressant pour une élève de première comme moi qui ne sait pas encore faire beaucoup de choses avec sa baguette magique.

Je me dépêche comme je peux, il y a tant de monde, je me faufile entre les gens tout en faisant bien attention de ne pas les bousculer pour qu'ils ne se retournent pas sur moi.

Sur mon parcours, j'achète plusieurs paquets de poudre d'Obscurité Instantanée du Pérou (permet de disparaître), de rêve éveillé (permet de rêver et s'évader provisoirement du quotidien et des tracas de la vie), de marques des Ténèbres comestibles (rend malade) et une paire d'Oreilles à rallonge (écoute à distance).

Je n'ai pas le temps de tout voir, je stresse, je passe à la caisse. Mes parents sont généreux en argent de poche et comme les occasions sont rare pour les dépenser, j'ai un petit pactole.

J’accours à l'extérieur, j'ai le pressentiment qu'il faut vite que je rentre à Poudlard, et là...

"PAF!"

Dans ma précipitation je n'ai pas aperçue deux demoiselles qui papotaient ensemble. J'ai fais tomber ma boîte et la boîte d'une des deux filles par terre, elles se sont ouvertes et ce qui était à l'intérieur respectivement de chacune c'est mélangé ensemble. Je me suis affalée sur le sol. J'ai écrasé la moitié de nos affaires. Les filles, elles sont restées debout, ce n'est pas mon 40 kg tout mouillé qui les a suffisamment déstabilisée pour qu'elles tombent. Je m'aperçois qu'une des filles est en sixième à Serdaigle, l'autre je ne la connais pas. Cette fille de ma maison, pour une raison qui m'échappe m’impressionne énormément et me fait peur. Je prends pêle-mêle mes affaires par terre, je suis très anxieuse, je prends des affaires à elle et j'en laisse à moi. Je mets tout ce que j'ai prit dans ma boîte, dix secondes après ma chute, je me relève. Je ne leur dit pas un mot, je ne les regardent plus et je m'encours pour rentrer à Poudlard, me voilà dans la rue à courir de toute mes forces comme une timbrée.


Dernière édition par Garance Earl le Jeu 8 Nov - 17:51, édité 4 fois (Raison : Je me suis trompée dans un détail que je dois rectifiée pour que cela soit cohérent avec le texte des autres.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: {LIBRE} Une pastille de gerbe ?   Aujourd'hui à 23:35
Revenir en haut Aller en bas
 

{LIBRE} Une pastille de gerbe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-