+ vous?



 

Partagez | .
 

 Into the Black Lake ٠ Part 1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Into the Black Lake ٠ Part 1.   Mar 23 Aoû - 19:32

N a r c i s s a & P o u d l a r d & M a n g e m o r t s

Pas d'aile, pas d'oiseau, pas de vent, mais la nuit,
rien que le battement d'une absence de bruit.

Eugène Guillevic






Les ténèbres étaient obscures, impénétrables, et tellement voraces. Bien que la température ne soit pas si fraîche que cela, Narcissa se sentait inexorablement happée par ce noir l’environnant, l’emprisonnant, l’asphyxiant. C’était une nuit semblable à celle l’ayant vue pénétrer dans la Forêt Interdite, à la poursuite d’une créature de cauchemar. Si les enjeux avaient légèrement changé, l’impression d’être prise au piège ne changeait pas.

L’heure fatidique avait sonné pour elle, comme pour tous les mangemorts à qui la mission de l’assister avait échu. C’était le soir où jamais, là où il faudrait briller, triompher, en aucun cas reculer ou seulement fléchir. Voldemort les attendait au tournant, la mère de famille en particulier, si bien que tout avait été organisé aussi précisément qu’une attaque du Ministère de la Magie. La Malefoy s’était refusée à demander textuellement de l’aide aux partisans plus aguerris qu’elle à ce genre de stratégie, son orgueil lui ayant fait fièrement relever le menton et tracer de sa propre main les lignes de leur plan. Si quelques conseils judicieux avaient été suivis, on pouvait réellement dire que la sorcière s’était investie au maximum de ses capacités de tacticienne, certes peu étendues et certainement risibles aux vues de l’expérience de certains, mais doublées d’une volonté que rien n’aurait su ébranler. L’instant fatidique avait approché, et la sorcière aurait presque donné n’importe quoi pour déjà être au lendemain de cette expédition, avec ou sans les cendres recherchées –plus avec que sans néanmoins-, pour que ce nœud à l’estomac se dissipe, et qu’au moins elle sache ce qu’elle valait vraiment. En si peu de temps, sa condition avait si radicalement changé ! Finis les réceptions, les dîners, les futilités habituelles dont une grande dame tirait son ordinaire avec bon goût et lassitude. Désormais au cœur de la tourmente, sur la brèche de jour comme de nuit, la magicienne se sentait à la fois terrorisée et animée d’une puissance qu’elle ne se serait pas crue capable de posséder. À la fin de tout cela, elle s’écroulerait sans doute, épuisée, vaincue par tant d’appréhension et de désir de réussir coût que coûte…

Poudlard n’était plus un problème à présent, et pénétrer par la grande porte du vaste jardin revêtit sans doute un goût de nostalgie que Narcissa s’interdit d’éprouver : il fallait demeurer concentrée, ne pas ressasser les souvenirs de ses années d’écolière, avant son mariage, avant tout ce qui lui tenait à cœur, avant ces douze coups de minuit aux allures de glas. Pour se donner du courage, tout en avançant vers les pelouses désertes, elle se dit que son fils avait dû effectuer ce périple un bon nombre de fois, à chaque rentrée, et pour se distraire après de longues journées de cours. Peut-être marchait-elle sur ses traces. Et comme poussée par un nouvel élan, la mère du Serpentard accéléra le pas, quelque peu galvanisée par la présence aussi invisible que fictive de son garçon à ses côtés.

En tant que chef d’équipe, mais également seule participante ne portant pas la Marque, Cissy était arrivée en avance, traînant à sa suite son balai, seul moyen de transport discret à sa portée. Cette vieillerie aurait sans doute fait pâle figure face aux bolides plus modernes, mais peu habile avec ce genre d’engins, elle avait préféré jouer la carte de la sécurité, et éviter d’apparaître au milieu de ses pairs comme une vulgaire débutante trop secondaire pour avoir la possibilité de se matérialiser en une traînée de fumée noire. Le gazon se ployait sans bruit sous sa longue cape noire, tandis que son regard passait successivement du lac, sa destination, au château. La forteresse, vue de l’extérieur et à peine éclairée par une lune blafarde, avait bien sinistre allure ; qu’importait, seule l’absence de fenêtres éclairées importait, signe que les Carrow avaient appliqué à la règle sa demande express de resserrer encore plus que de coutume la surveillance autour des élèves. Parmi ces rectangles sombres se trouvait le carreau donnant sur la chambre de Drago… Le savoir paisiblement endormi, son sommeil dénué de tout trouble, aussi innocent que sans défense, voilà qui redoubla encore la conviction de l’apprentie-meneuse. Ce qu’elle ferait, ce serait pour ce calme dormeur, pour qu’à son réveil, il ne court plus aucun risque vis-à-vis de la malveillance dont le sang manquait cruellement de pureté. Pour qu’il soit fier de son nom, fier de ses parents. Pour que son avenir soit meilleur. Etait-ce une erreur, une faute que de vouloir le meilleur pour son unique enfant, et de se donner les moyens de le lui offrir ?

L’eau immobile n’était même pas troublée par une hypothétique bise nocturne. Et tel un gigantesque œil, le lac sondait celle qui allait ordonner sous peu son éventrement par les forces du Mage Noir ayant d’ores et déjà mis la main sur le reste du domaine. Narcissa se souvent de cette vieille sentence, à propos d’abime et de spectateur, comme quoi celui qui regarde vers les abysses est lui aussi regardé en retour. Aussi salie de péchés soit-elle, les créatures vivant sous cette onde devaient être autrement plus infâme qu’elle. La comparaison avec ceux sur le point de surgir serait sans doute plus ardue à dresser. D’ailleurs, la belle se retourna : il était minuit, et les premiers mangemorts apparaissaient, fantômes drapés d’un noir encore plus sombre que celui de l’obscurité alentour. Plus que lors de leur première mission, Cissy remarqua qu’ils s’intégraient parfaitement à la nuit, l’épousant comme s’ils lui appartenaient ; une sensation qu’elle comprenait mieux à présent, pour commencer à la partager.


-Tout le monde est-il présent ?

Pas le temps pour les formalités, chacun aurait le droit de saluer les sirènes, les créatures voire même la mort au moment opportun. On la voulait dure, digne d’être une cheffe ? Voilà chose faite. Son équipe serait soudée autour d’elle selon son désir à quoi qu’il advienne, quoi que certains pourraient ne penser. Nul n’aurait le droit de ne pas être à la hauteur.

-Où est le garde chasse ? demanda-t-elle au premier mangemort s’approchant, posément et avec rigueur.

Cet homme, que dis-je, ce repoussant hybride mi-homme mi-bête, ce Jaymaël Edwards, serait celui qui les guiderait, sorte de chien savant de la fratrie aux commandes de l’établissement. Si son concours s’avérait être un plus non négligeable, donner dans la dentelle se trouvait loin d’appartenir au plan de bataille de la sorcière : aux côtés de ces tueurs glaciales, aucun faux pas ne devait ébranler leur association, cette relation de coordinateur à subordonné imposé par Vous-Savez-Qui. De ce fait, le pauvre employé déjà bien malmené obtiendrait un peu plus que le mépris vindicatif propre au Sang-Pur vis-à-vis des « inférieurs ». Bientôt tout serait en place, et jusqu’à la médiocrité de leur intermédiaire serait effacée par l’immensité de l’œuvre sur le point de débuter, retenant encore son souffle sous le regard acerbe des constellations.








Crédits :
Icon 1 : sylvie-tribut-astrologue
Icon 2 : Elorac75
Icon 3 : incapable.fr

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Into the Black Lake ٠ Part 1.   Dim 28 Aoû - 22:06
Ce soir, James comme à son habitude avait prit son diner assez tôt dans la soirée avant de partir se reposer dans le salon privé qu’il s’était fait aménager dans son manoir. A la lueur de la lune la demeure des Rokles, avait des allures fantomatiques. Elle était d’une pâleur extrême et cela était encore renforcé par le choix des deux époux de peindre la façade en noir. Le noir…La couleur que James appréciait le plus, car elle dissimulait tout aux yeux des gens. Dans l’obscurité personne ne peut voir quoi que ce soit sans une aide extérieure. Les ténèbres étaient un moyen propice de faire ce qui doit être dissimulé aux yeux du commun des mortels. Cette nuit allait, comme de nombreuses autres avant elle, servir les desseins des mages noirs. James avait été choisit pour effectué une mission à l’école Poudlard, il fallait qu’il se rende digne de la tâche qu’on lui avait confié. Mais, alors assit dans son fauteuil, le sorcier éprouvait une légère amertume. En effet, il n’était pas celui qui mènerait cette mission, malgré ces capacités qui lui avaient valus une place honorable au sein des gens de Voldemort, il n’avait pas été choisit et son orgueil était meurtrit par cette situation. Il l’était encore davantage en sachant que c’était Narcissa Malefoy qui était en charge de cette mission. Les Rokles et les Malefoy bien que tout deux liés par un même amour du sang-pur, se détestaient cordialement et ne s’en cachaient pas.

Mais la haine et la jalousie qu’éprouvait James à l’égard de cette famille, qui depuis 3 ans que le Seigneur des Ténèbres était de retour n’avait eu que des échecs à son actif, étaient très vite muselées par la peur. La peur que Lord Voldemort ne s’en prenne à James si sa rancœur venait à faire capoter cette mission. Alors non sans un certain mécontentement, il ne faisait qu’attendre, attendre l’heure du rendez-vous prêt du Lac Noir. Bien qu’il sache l’intérêt que représentait pour la cause de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, les cendres de cette monstruosité qui avait, pendant un temps, terrorisé Poudlard et le monde des sorciers. Il éprouvait un certain dégout concernant le lieu où ils devaient chercher ces restes. Le Lac Noir, cette étendue d’eau visqueuse, était repoussante au possible. Mais d’un autre côté, la perspective de pouvoir jouer avec les habitants de ce terrible endroit et de faire du mal à une forme de vie, ravisait le mage noir. Encore un soir où ses talents de magicien seraient démontrer leur potentiel.

Le trentenaire passa la soirée à lire un ouvrage sur la magie noire, qu’il avait acheté à un prix déraisonnable chez Barjow et Beurk. Mais on pouvait dire qu’il était distrayant et occupait l’esprit du sorcier dans un moment où, la rare patience qu’il possédait était mise à rude épreuve. Puis les heures passèrent et enfin minuit sonna sur la grande horloge du salon…L’heure était enfin venue. L’homme se leva alors doucement de son fauteuil, déposa le livre sur la table basse et finit son verre de whisky. Puis, pressant un peu plus le pas, il alla dans l’entrée et s’empara de sa canne et d’une cape de voyage avant de passer le pas de la porte principale de sa demeure. Là, après un bref regard à la Lune, il enfila sa cape et transplana vers la destination que nombre de ses collègues avaient pour but ce soir, le château de Poudlard.

Son voyage fut assez court, il eu à peine de le temps de remarquer la ville de Londres que déjà, il survolait la ville que les moldus nommait York. Enfin, il arriva au château. Ses tours illuminées déchiraient le ciel obscur de cette nuit de Novembre. En tournant légèrement la tête, le mage noir perçu une tâche blanche qui se reflétait sur la surface plane et calme, mais tout aussi noire du Lac portant le même nom. Comme il avait pût s’y attendre il n’était pas en retard, il était même parmi les premiers présents. Alors qu’il se posait sur l’herbe humide des rives du lac, une forme se détacha singulièrement à quelques mètres de lui. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaitre en cette dernière, la personne de Narcissa Malefoy. Tout de suite, le sorcier eu un rictus de colère avant de reprendre son calme. En l’observant, James ne pût reconnaitre que l’âge ne semblait pas avoir d’emprise sur elle et que malgré les années qui passent, elle semblait toujours aussi ravissante que la première fois qu’il s’était vu. Même si le chef des Rokles ne pouvait que haïr le nom qu’elle portait, il était également un homme qui n’était pas insensible aux charmes des belles dames et on pouvait dire que Narcissa Malefoy étaient une très charmante dame…Ce fait ne faisait d’ailleurs que renforcer encore un peu la jalousie que James éprouvait face à Lucius.

Mais sous ses airs de femme du monde, La dame cachait sans conteste une nature maléfique. Bien qu’elle ne porte pas la marque qui faisait d’un Mangemort un Mangemort, elle renvoyait une image de femme dure et froide, n’éprouvant que peu de remords et prêt à tout pour arriver à ses fins. James s’amusait des fois à la comparer à une certaine Madame Coulter, seule femme tirée d’une œuvre moldu à avoir vraiment fasciné James durant son enfance. Elle avait la même stature fière et sûre d’elle, le même timbre de voix avenant et ne portant pas à la méfiance. Mais gare à celui qui se laisserait prendre en ses griffes, car jamais il ne pourrait en sortir…Après quelques instants tout les mages noirs conviés semblaient être là et la dame demanda pour la forme si tel était bien le cas. Mais en regardant autour de lui, James aperçu que son cher ami Jaymaël n’était pas présent…Il ne pût effacer le sourire sur son visage lorsque Narcissa remarqua elle aussi son absence.


-« Où est le garde chasse ? »

-« Hum…Je crois qu’il a dû mal à se remettre du traitement que je lui ai infligé la dernière fois que nous nous sommes rencontré…Enfin rassures-toi Narcissa je l’ai laissé entier…Il ne va sûrement pas tarder à trainer sa carcasse ici.. »

Des rires s’élevèrent dans l’assistance tendit que James lui se remémorait les souffrances qu’il avait occasionné au jeune garde-chasse.

Revenir en haut Aller en bas
Jaymaël Edwards
Nombre de chapitres écrits : 433
Sang : ???
Supporter de : /
Date d'inscription : 19/01/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Into the Black Lake ٠ Part 1.   Sam 3 Sep - 17:14
La journée avait débutée comme n'importe quelle autre. Après la terrible épreuve qu'il avait vécu, Jay' avait tenté de reprendre un rythme quotidien usuel et tranquille. Ce fut difficile. Les images de la nuit qu'il avait passée avec James et Alyssa restaient tellement encrées dans son esprit que dès qu'il se relâchait un peu, dès que son attention quittait sa tâche, elles défilaient devant ses yeux, lui masquant tout le reste. Il souffrait d'y penser, il s'en voulait tellement... Mais comment changer le passé si ce n'est en agissant dans le présent ? Le garde chasse se sentait quelque peu différent, on ne se relève pas si facilement d'une torture aussi intense, surtout si celle-ci s'est appliquée au mental autant qu'au corps. D'un naturel fragile, Jay' avait pourtant pris sa décision : il ne souhaitait plus être dépendant des Mangemorts, ne plus être un pion ou un vulgaire chien, là uniquement pour leur servir. Comme fait exprès, comme s'il était surveillé nuits et jours, ce fut au moment exact où il choisissait son camp qu'il eut la visite de James, une visite peu amicale. Il n'aurait peut-être cédé... si Alyssa n'avait pas été mêlée à toute cette histoire. Le mal personnifié voit les faiblesses des Hommes, et James a rapidement compris que s'il voulait avoir quelque chose du garde chasse, la potion qui lui permet d'éviter la transformation en loup ne suffisait plus, c'est la jeune fille qui régnait seule dans son coeur qui devenait le centre du chantage qu'il subissait.

C'est avec des sentiments amers que commença la journée du garde chasse qui, depuis cette histoire, se tuait littéralement à la tâche en espérant ainsi s'empêcher de trop réfléchir. Pourtant, ni le potager, ni l'hypogriffe dont il s'occupait depuis un mois maintenant, ni même ses balades dans la forêt ne suffirent à lui ôter les images terribles qu'il avait en tête. Des solutions ? Il croyait en avoir trouvé... mais il s'était trompé.

Pourtant, il était loin d'en avoir terminé avec cette histoire, tout cela ne faisait que commencer. Il y avait eu le nouveau règlement des nés-moldus, leur interdisant toujours plus de choses, qu'il subissait lui aussi car il n'était pas professeur, simplement un membre du personnel dont le poste n'est que très peu réputé, voire assez mal vu. Certains élèves ne se gênaient pas pour en abuser, mais il les ignorait sans mal, il avait assez de préoccupations comme ça. Alyssa s'était éloignée... Cela l'attristait bien plus qu'il ne saurait jamais l'exprimer, mais il ne pouvait également s'empêcher de penser que les choses étaient mieux ainsi. Il ne devait pas être égoiste et songer à son bien être avant tout, or près de lui elle était en danger, James le lui avait suffisamment prouvé. Se rassurer en disant qu'elle était en sécurité loin de lui ne l'empêchait pas de souffrir de son absence, et c'est ce vide également qu'il tentait de combler maladroitement avec son travail.

Son coeur n'avait pas fini de trembler, car vers la fin de la matinée, un message lui parvint. Une lettre ne présageait jamais rien de bon pour lui. C'est la gorge sèche et les mains fébriles qu'il déplia le morceau de parchemin sur lequel un seul mot était écris : "minuit". Dans le plus beau des rêves, ce mot proviendrait d'Alyssa, un rendez-vous pour s'expliquer, pour que le garde chasse puisse s'excuser, tout lui dire... Mais ce message ne provenait pas d'elle. La marque des ténèbres avait été apposée en filigrane au coin inférieur droit du parchemin. Jay' sentit soudain son corps s'alourdir et la peur changer chacun de ses muscles en coton. Ainsi donc, ce qu'il redoutait le plus depuis qu'il était en poste à Poudlard allait se produire ce soir, à minuit... Mais qu'allait-il devoir faire ? Etre ainsi dans le flou le plus total l'angoissait, et il imaginait déjà le pire. C'est avec une certaine rage qu'il roula le papier pour le jeter dans sa cheminée. Cela le défoulait, exprimait un refus qu'il ne pourrait jamais exprimer autrement... mais c'était aussi vital. Que dirait-on si l'on trouvait un document comportant la marque des ténèbres dans sa demeure ? Il le regarda brûler lentement, rêvant qu'un jour peut-être sa servitude forcée disparaisse de la même façon.

Le reste de sa journée fut nettement ternie par cette nouvelle. L'avantage, c'est que la torture et Alyssa le hantaient un peu moins. Il regarda le jour décliner progressivement avec la même peur qu'un condamnée qui allait voir sa vie s'arrêter en même temps que le jour. Son travail en fut troublé et il se tailla à deux reprises, manqua de casser l'un de ses outils et renonça à la taille minutieuse de certains plants du potager tant ses mains tremblaient. La journée terminée, ce n'est pas avec le soulagement habituel qu'il regagna sa cabane, mais avec le stress intense de savoir qu'il n'allait non seulement pas dormir, mais aussi servir à quelque chose qu'il ignorait complètement. Les minutes trainaient, Jay' tournait en rond comme un animal sauvage que l'on aurait privé de sa liberté et de ses grands espaces, le feu crépitant ne le calmait pas, et la lumière à l'extérieur disparaissait peu à peu. Que tout cela se termine... vite. Voilà la seule chose qui l'importait.

Enfin, minuit approchant, il se demanda où il devait se rendre. Probablement nulle part, puisque rien ne lui avait été précisé. Il attendit donc dans sa cabane, jusqu'au moment où quelques bruits légers se firent entendre au dehors. Un souffle, comme un balai, des voix... Ca commençait. Jay' prit une grande inspiration et chercha au fond de lui le courage de faire ce qu'on allait lui ordonner, quoi que ce fut. Il le trouva avec l'image d'Alyssa, dans son sourire autant que dans ses paroles parfois tranchantes. Lentement, il se leva, passa une veste dans laquelle il avait glissé sa baguette magique, puis ouvrit la porte, redoutant ce qu'il allait voir.
Effectivement, la première personne sur qui ses yeux tombèrent fut James et le garde chasse retint l'expression de colère qui pourtant souhaitait modifier les traits de son visage. Il resta de marbre. Avec lui, une femme, très belle, mais d'une beauté que Jay' qualifierait volontiers de "dangereuse". Un poison, un venin... on ressentait chez elle une aura particulière qui inspirait la méfiance presque qu'autant qu'un certain respect.

Ayant retenu les règles qui s'appliquaient désormais aux nés-moldus, Jay' approcha mais resta silencieux, attendant simplement d'éventuelles instructions.



Entre chien et loup je demeure, entre clair et obscur je me meurs, entre bon et mauvais je me leurre.

♥ Peu l'habitude des liens, mais ils sont .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Into the Black Lake ٠ Part 1.   Aujourd'hui à 12:02
Revenir en haut Aller en bas
 

Into the Black Lake ٠ Part 1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Black Camel pénètrent dans cité des plaisirs!
» New codex black templar
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» Départ d'anthoni

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-