+ vous?



 

Partagez | .
 

 Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héroïne J. Cox-Cohen
Nombre de chapitres écrits : 527
Sang : Née-moldue et fière de l'être et si t'es pas content, je te *****
Supporter de : Aiden
© avatar, icon, signature : je sais pluuuuuuuss
Date d'inscription : 08/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Mar 23 Aoû - 12:22
    LIBREUUUH ! ON EST LIBRE ! JE SUIS LIBRE ! Ahah ! J’ai envie de rire, d’hurler de joie, de danser dans les couloirs, de faire la fiesta jusqu’à 8h du matin. YA PLUS DE SYMPTÔMES ! Ca vous donne pas envie d’hurler de joie vous ? Moi ouiiii ! Et puis en plus de ça, je suis plus enfermée dans la salle glissante avec cette sale plante de merde là, qui pétrifie tout de le monde ! Ouais, on l’a niqué la plante, maintenant, elle crève dans son trou et moi JE SUIS LIBRE ! Bon d’accord, c’est Wash qui a fait tout le travail, c’est Wash qui réussi à lui faire exploser la racine et c’est Wash qui a réussi à nous faire sortir d’ici. Bah oui ! FRANCHEMENT ! Vous pensiez que j’étais une pro de la baguette vous ! Nan mais vous avez fumés. Surtout que c’est Wash qui me donne des cours particuliers et je peux vous dire qu’il s’arrache les cheveux ! Bon, il en vient pas à devenir chauve mais c’est presque ça. ARGH ! Vous imaginez Wash chauve ?! HORREUR SACRILEGE ! Le pauvre, s’il pouvait lire dans mes pensées, je serais pas dans la merde… Comme d’habitude quoi. ENFIN BREF ! Pour revenir à nos moutons, Poudlard s’était débarrassé de ses symptômes qui faisaient chier le monde et le château avait cessé de se retourner contre nous. Je peux vous dire que c’est un grand soulagement de ne plus être une petite fille qui a fouttu le dortoir des Poufsouffle en champ de bataille, qui a fait des blagues aux Carrow, qui a décidé de faire des dessins sur les murs de Poudlard parce qu’elle trouvait ça jolie et qui a passé toutes ses soirées à vider le maquillage de tous les filles. Nan je vous jure, c’est une libération ! Ne plus jouer avec les tampax. Ne plus faire des avions avec des serviettes hygiéniques. Ne plus penser en petite fille. Ne plus marcher en petite fille. Ne plus rire en petite fille. Ne plus discuter en petite fille. NE PLUS ETRE UNE PETITE FILLE, UNE GAMINE, UNE MIOCHE TOUTE PAS BELLE AVEC DU CHOCOLAT PARTOUT AUTOUR DE LA FACE ! Bon ok, je vous l’accorde, ya pas tellement de différences avec moi aujourd’hui la Héroïne de 17 ans, mais quand même je suis bien UN PEU PLUS évolué qu’elle nan ? …. Le premier qui dit non je lui pête sa gueule compris ?

    Enfin bref, aujourd’hui, le château était en paix, tout le monde était heureux et blablablabla. AH NON ! CES CONNARDS DE CARROW ONT FOUTTU UN NOUVEAU REGLEMENT ! Nan mais c’est quoi ce bordel là ? HEIN !? ils se fichent de notre gueule ou quoi ces sals Scrout à Pétard. Faut vraiment les faire interner quoi. Nan mais ils ont vraiment crus que j’allais manger les restes des autres élèves ? Nan mais sérieux ! Ils sont débiles ou quoi ? Et puis la bibliothèque interdite ? Bon ok, je vais jamais à la bibliothèque mais c’est pas une raison ! Nan mais sérieux, ça devient n’importe quoi cette école c’est abérant.ABHERANT !

    Enfin là, je m’en fous un peu des sang-purs et de leur loi de merde. Pour l’instant, il y a un seul problème : Aiden. Il est introuvable. Je l’ai cherché de partout. INTROUVABLE ! Bon ok je le comprends aussi, à cause des symptômes il n’a pas eu un comportement très correcte avec moi. Il m’a quand même attaché sur le lit de l’infirmerie et fait des bisous de partout ! Il avait de la chance que j’étais une enfant sinon il s’en serait prit une mais comme jamais de sa vie. Enfin, c’était pas tellement de sa faute, il n’était pas vraiment lui-même. Et apparemment, d’après les rumeurs dans les couloirs il ne s’était pas arrêté là. Il avait essaye d’avoir Emily et des premiers années. D’ailleurs Emily elle est à côté de moi et on se demande bien où est ce qu’on va bien pouvoir le trouver pour le faire sortir de sa cachette. Il fallait qu’on le rassure qu’on lui dise qu’on était là pour lui. Surtout qu’il avait aussi violé Madison et ça, je savais très bien qu’il ne se le pardonnerait jamais.

    C’est alors que Constance passe près de nous, je me précipite vers elle et lui demande si elle n’aurait pas trouvé notre cher Serdaigle tout mou national. Elle me répond qu’il se trouve dans la salle abandonnée. MAIS BIEN SUR ! C’est le seul endroit où on ne pouvait pas le trouver. Je remercie ma chère Constance, prend la main d’Emily et la tire avec moi la faisant presque courir dans les couloirs. Je crois qu’Emily a bien eu du mal à me suivre, mais je m’en fou, moi je veux voir Aiden et son sourire. C’est tout ce qui m’importe. Nous sommes arrivés devant la salle abandonnée. Je m’arrête, reprend mon souffle et me tourne vrs Emily :

      HEROINE Il faut le faire sortir d’ici ! Moi je suis d’avis pour lui botter le cul ! t’en dis quoi ?


    En fait, je n’attends même pas sa réponse : Je vais aller lui botter le cul ! Ni une ni deux, j’ouvre la porte et entre dans la pièce en hurlant :

      HEROINE Allez Aiden arête de jouer à cache-cache! Je sais que quand on était gosse tu adorais ce jeu parce que tut e cachais toujours dans mon armoire de fringue et que je gagnais la partie, mais là c’est pas drôle ! Et puis t’as besoin de nous !


Counting Stars

lately i 've been, i 've been losing sleep dreaming about the things that we could be but baby, i 've been, i 've been praying hard said no more counting dollars we'll be counting stars yeah, we'll be counting stars i see this life like a swinging vine swing my heart across the line in my face is flashing signs seek it out and ye shall find
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Mer 24 Aoû - 0:54
    Alors qu'ils s'imaginaient que l'enfer de la Cage était terminé, les symptômes avaient fait leur apparition (avaient surtout fait des dégâts). Maintenant qu'ils pensaient l'enfer des symptômes révolu, le règlement contre les nés-moldus avait été publié par les Carrow. Bien que non concernée par le règlement car sang-mêlé, Emily connaissait des nés-moldus qui étaient réellement affectés par ça. Mais pour le moment, personne ne s'était plaint, et elle trouvait ça révoltant. Elle avait l'impression de se sentir plus concernée qu'eux; elle voulait aller se plaindre aux Carrow, voulait mettre en place des missions de l'AD pour ridiculiser ce règlement, voulait se révolter. Mais vu comment avait fini leur première révolte, en tenter une autre n'était certainement pas la meilleure chose à faire, n'est-ce pas?

    C'était honteux. Ecœurant. Quand elle voyait le règlement en question, elle avait subitement la nausée. C'était mettre les nés-moldus au rang de simples animaux. Non. Bien pire. C'était les réduire au néant. Ils n'avaient rien le droit de faire, et cela allait même jusqu'à manger les restes des autres élèves.
    Elle n'avait plus de symptôme. Alors pourquoi persistait en elle cette envie de tout casser? D'insulter tout le monde - les sangs-purs de la brigade surtout-? Cela n'allait donc jamais cesser?

    En parlant de symptômes, il y en avait un qui avait grandement trinqué. Et ce quelqu'un c'était Aiden. Il avait essayé de coucher avec elle, l'avait frappée et l'aurait violée si elle ne s'était pas violemment défendu. Pareil avec Héroïne, dans des circonstances différentes. Puis le drame. Aiden avait violé Lockweder. Emily n'avait pas de problème avec ça, autant le dire clairement. Pire, elle espérait que la Serpentard en serait choquée jusqu'à la fin de sa vie et qu'elle pleurait tous les soirs en pensant au suicide. Des deux, elle en était convaincue, la victime n'était pas Madison mais bel et bien Aiden.
    Lui qui était si timide (faire un câlin le rendait rouge écarlate), elle n'osait pas imaginer ce qu'il devait ressentir en ce moment. Il devait vouloir se suicider, quitter Poudlard, utiliser un sort pour oublier tout ça. Il avait besoin de réconfort, elle le savait.
    C'est pourquoi Héroïne et elle avaient décidé de le reprendre en main.

    Les deux jeunes femmes aimaient le Serdaigle incommensurablement, et elles voulaient autant l'une que l'autre qu'il comprenne que ce qui s'était passé n'était pas de sa faute. Qu'il avait subit une malédiction contre laquelle il était impossible de résister et que tous avaient fait des choses qu'ils regrettaient (plus ou moins) alors qu'ils étaient sous l'emprise du maléfice.
    Elle même avait du mal à se pardonner d'avoir à moitié castré le garçon.
    Mais après tout elle risquait sa vie. Argument recevable.

    Les deux amies marchaient donc dans les couloirs, espérant tomber sur Aiden grâce à un quelconque miracle -elles n'avaient aucune idée d'où le garçon pouvait se trouver. Se cacher.
    Heureusement, elles croisèrent Constance. Finalement c'était d'elle dont elles avaient besoin, pas d'un miracle.
    Emily voulait expliquer la situation à sa meilleure amie mais visiblement, elles n'avaient pas le temps, car Héroïne attrapa la main de la Gryffondor et l'entraîna à sa suite dans une course effrénée. Emily eut à peine le temps de faire signe à Constance qu'elle lui expliquerait plus tard, et elle suivit la Poufsouffle à un rythme soutenu. Héroïne courait si vite qu'Emily avait l'impression qu'elles étaient poursuivies par un monstre qui allait les bouffer si elles n'accéléraient pas la cadence. Comme si elles risquaient leurs vies si elles allaient à la salle abandonnée en marchant simplement, comme des personnes normales.
    Mais elle n'eut pas le temps de protester (elle n'était pas extrêmement sportive) que déjà elles se trouvèrent devant la porte de la salle.

    Emily fléchit les genoux et posa ses deux mains dessus en penchant le buste. Elle respira à grande goulées, s'excusant à son corps de lui avoir fait subir un traumatisme aussi violent qu'était le sprint qu'elles venaient de courir. Héroïne ne semblait pas hors d'haleine, et la Gryffondor la dévisagea quelques secondes en la voyant reprendre son souffle aussi rapidement.

      " Il faut le faire sortir d’ici ! Moi je suis d’avis pour lui botter le cul ! t’en dis quoi ?"


    Emily ouvrit la bouche pour répondre, mais déjà Héroïne avait ouvert la porte et était entrée dans la pièce. Des fois, elle avait l'impression que la Poufsouffle était comme Constance, mais niveau physique. Je m'explique: Constance parle tout le temps, Héroïne bouge tout le temps.
    Les deux débordaient d'énergie et cela faisait plutôt rire Emily qui profitait de ces moments de surexcitation pour respirer et se calmer. Elle attendit de pouvoir respirer normalement, passa une main nerveuse dans ses cheveux et entra à son tour.

    La jeune femme plissa les yeux pour les habituer à l'obscurité, puis elle chercha son meilleur ami dans la pièce. Elle l'identifia dans une silhouette qui se détachait vaguement du noir grâce à la lumière qui rentrait par la porte, puis elle acquiesça pour montrer qu'elle était d'accord avec Héroïne.

      " Et puis on a besoin de toi, sors de là."




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden J. Foster
Nombre de chapitres écrits : 1968
Supporter de : Harold Camping & Héroïne
© avatar, icon, signature : Shiya & fanpop & Tumblr
Date d'inscription : 08/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Mer 24 Aoû - 12:46
    Aiden n'avait jamais vraiment apprécié la solitude jusqu'à maintenant. D'habitude, il préférait être entouré de ses amis, de sa famille. Il aimait rire et passer du temps avec eux. C'était là qu'il se sentait bien. Ce temps était révolu. Il ne voulait plus voir personne, si ce n'est l'elfe qui lui apportait à manger. Il avait peur de voir du dégout dans le regard de ceux qui lui sont proches ou de la haine dans ceux qui étaient pro-Serpentard. Déjà qu'il n'était pas très ami avec ces derniers, mais après le viole de cette prostituée de Lockweder, il deviendrait l'ennemi numéro, pire que Potter encore. Au moins ici, il était en sécurité. Seule Constance savait où il se trouvait et il avait confiance en elle, elle n'irait pas le répéter.

    Il était fatigué. Lui le gros nounours qui adorait dormir ne le faisait quasi plus. À chaque fois, il se revoyait prendre la main d'Héroïne pour la mettre sur son entre-jambe. À chaque fois, il se revoyait frapper Emily. Il avait pleuré, vomi, s'était tiré les cheveux, avait voulu frapper la table mais s'était plus fait mal qu'autre chose. Il y repensait sans cesse. À Emily, Héroïne, Lockweder, les petites premières années. Il se remémorait les pleures de la Serpentard et de la Poufsouffle, ou l'air énervé et dégouté de la Gryffondor. À la limite, ce qui le dérangeait plus c'était pas d'avoir violé Lockweder, c'était d'avoir fait du mal à Emily. Et puis... Il l'avait embrassé... Il avait même touché ses fesses ! Mais le drame ! C'était horrible ! C'était le genre de chose qu'il n'aurait jamais fait en temps normal, étant bien trop timide et gêné, puis parce qu'il n'en avait pas envie. Si elle n'avait pas lutté pour qu'il n'aille pas plus loin, elle serait morte. Il avait faillit tuer Emily. Sa meilleure amie. Il ne se le pardonnerait jamais. Certes, le plus important était qu'elle était en vie mais il n'arrêtait pas de revoir sa poitrine (ça le gênait plus qu'autre chose), les moments où il l'avait touché, embrassé, frappé et le moment fatidique et horrible où elle l'avait... attrapé. C'était horrible pour lui. Déjà à cause de la douleur qu'il avait ressentie et qui est, à ses yeux, la pire douleur du monde, mais aussi parce qu'elle l'avait touché tout court. Et puis Héroïne, il avait été jusqu'à l'attacher à un lit pour pouvoir être tranquille et se la faire. Mais pourquoi avait-il fallu qu'il s'en prenne à elles ? Pourquoi les deux filles les plus importantes à ses yeux ? Et si... Et si c'était parce qu'il en avait toujours eu envie ? Non ! Surement pas ! Il n'arrêtait pas de se poser ce genre de questions. Plus il y repensait, plus il se dégoutait.

    Il commençait à s'endormir. Il allait rejoindre les bras de Morphée, mais il n'y resterait pas très longtemps. Juste le temps de revoir le passage de l'infirmerie avec Héroïne et il se réveillerait. D'où son manque de sommeil. Sauf qu'en fait, déjà qu'il avait du mal à rester dans les bras de cette divinité grecque, il fallait qu'on l'empêche : "Allez Aiden arrête de jouer à cache-cache! Je sais que quand on était gosse tu adorais ce jeu parce que tu te cachais toujours dans mon armoire de fringue et que je gagnais la partie, mais là c’est pas drôle ! Et puis t’as besoin de nous !" Oh nan ! Mais c'était pas possible ! Il allait tuer Constance ! Peut-être qu'il restait caché derrière la table elle ne le verrait pas. Il savait toujours bien se cacher, elle mentait en disant qu'elle gagnait toujours les parties de cache-cache. Il allait lui dire de dégager, qu'il n'était pas d'humeur à la supporter, mais une autre personne avec une voix très familière prit la parole : Emily. Nan nan nan et nan. Elles s'étaient mises à deux, c'était injuste. Son premier réflexe en entendant la voix de sa meilleure amie fut de serrer les jambes et de positionner ses mains au niveau de son entre-jambe, comme pour se protéger.

      - Je veux pas de vous. Sortez ou .. ou .. ou ... J'vous lance un sort !


    Dit-il tout en sortant sa baguette et en la pointant vers elles, main tremblante. Bien sûr, c'était pas comme s'il en était capable. Si elles se rapprochaient quand même il se mettrait plus en boule qu'autre chose. Intérieurement, il les maudissait un peu, ayant l'impression qu'elles s'étaient liguées contre lui. Ok elles avaient dû se dire qu'étant les deux plus importantes pour lui, il aurait besoin d'elles. Mais elles étaient aussi les deux avec qui il avait tenté quelque chose.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héroïne J. Cox-Cohen
Nombre de chapitres écrits : 527
Sang : Née-moldue et fière de l'être et si t'es pas content, je te *****
Supporter de : Aiden
© avatar, icon, signature : je sais pluuuuuuuss
Date d'inscription : 08/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Mer 24 Aoû - 19:18
    Moi j’ai bien envie de protester contre ces grosses citrouilles toutes moches qui dirigent cette école. J’ai pas peur d’eux vous savez. J’avais pas peur dans la Cage, quand ils nous ont enfermés. Non. Je n’ai pas peur de mourir. Moi, quand j’étais petite, quand j’ai déménagée dans la cité à Manchester, il y avait la mort à chaque coin de rue. On faisait un pas dans la rue, on était même pas sûr de rentrer chez soi le soir. A tout moment quelqu’un pouvait braquer une arme à feu sur vous et vous tirer dessus. Pan. Et c’est fini. Alors cette Cage comme ils l’appellent si bien, elle ne m’a jamais fait peur. Moi, j’ai jamais eu peur du noir. Et puis il y avait des gens que je connaissais, yavait Darcy, Emily, Seth le beau gosse, Elliyöt et pleins d’autres. Donc je n’avais pas été toute seule. La Cage c’était rien pour moi. Et les Carrow ne sont que des carrotes pourries qui bougent et font des claquettes…. Et joue aussi avec leur baguette pour me maltraiter. Mais je m’en fous, moi je suis plus forte qu’eux. Tous les soirs je prie pour qu’ils tombent dans les escaliers, se rompent le cou, se plantent les dents dans une marche et qu’on fasse la fiesta toute la nuit jusqu’à 15h du matin ! Ouais ça serait géant. Mais j’ai beau prier ça se réalise pas. Donc oui, j’ai bien envie de protester, et je proteste depuis le début, mais ya personne d’autre qui suit alors merde à la fin !

    N’empêche, c’était à cause d’eux qu’Aiden avait ça, qu’il était mal, qu’il avait fait ça. Nan, en fait c’était pas de sa faute, je connaissais Aiden. Il était (trop) doux comme un agneau, il se laissait (trop) faire, il rougissait (trop) quand une fille venait lui faire un câlin, il était (trop) timide. Il ne pouvait pas faire ça. C’était impossible. Même quand on était petit c’était le cas. Il se cachait toujours derrière-moi dés qu’il y avait un grand qui venait nous embêter –d’ailleurs, je leur cassais souvent la gueule aux grands- et quand il y avait Darcy aussi. Certes, je me doutais que comme tous les mecs il avait des besoins sexuels à assouvir –quoi ? Vous voulez plus de renseignement ? C’est un test c’est ça hein ? BAH NAN- mais de là à agresser sexuellement Madison Lockweder, ou même Emily ou moi. Non c’était pas possible. C’était la faute au symptôme et surtout aux Carrow. C’était de leur faute si Arthurl’imbécile avait ouvert cette saleté de boîte et je suis sûre même que c’était EUX qui avait mis CETTE PUTAIN DE BOITE dans la Cage ! C’est à cause d’eux que j’ai dû bouffer des frittes pendant UNE SEMAINE et que maintenant mon cul a empiré ! C’est à cause d’eux si Aiden a violé Madison. Ca aussi s’est courant par chez moi. Les filles se font violer par des salauds. Mais Aiden n’est pas un salaud. Aiden c’est le meilleur ami d’enfance, le souvenir, le petit bonhomme qui adorait jouer avec moi et qui se cachait toujours derrière-moi. A mes yeux, il ne sera jamais le violeur. Aiden, c’est tout ce qui me reste d’un passé heureux.

    Bon ok, j’ai un peu mentit… Aiden gagnait toujours les parties de cache-cache. C’est moi qui les perdaient à chaque fois…. Parce que je me cachais toujours dans la niche du chien….

    Bref, j’étais entrée et bien décidée à le faire sortir d’ici. J’aime pas le voir mal, je veux le voir sourire et rire aussi ! je regardais autour de moi pour voir où il pouvait bien se cacher. Et alors je le trouvais … juste derrière la table. Ah nan mais là c’est INADMISSIBLE ! Il a toujours gagné à cache-cache et là il se cache derrière une table ?! Mais il a le cerveau ramolli ou quoi –à mon avis il y a pas que ça de ramolli… ok c’est pas le moment faire ce genre de blague mais c’était trop tentant- ? Pff il me déçoit ! En tout cas, je voyais bien qu’il n’avait pas envie de me voir, de nous voir d’ailleurs. Et ça m’énervait. Ca m’énervait de le voir se cacher comme ça, ça m’énervait de le voir triste, ça m’énervait ses rumeurs de merde, ça m’énervait cette école de merde avec ses professeurs de merde et cette direction de merde, ça m’énervait de le voir comme ça. Mais il fallait que je me retienne. Il ne fallait pas que je pête un câble, ni que je me mette à faire des blagues de mauvais goûts sur lui ou sur tout autre chose molle. Pour lui. J’ai jamais été douée pour réconforter quelqu’un, jamais été douée pour les relations humaines, je m’y prends toujours comme un pied. Mais c’est Aiden, et il a besoin de moi, de nous. On était là pour lui et on avait besoin de lui aussi comme le disait si bien Emily. Il se tenait devant nous avec sa baguette à la main, nous menaçant de jeter un sort … et avec sa main au niveau de son intimité. Je regardais Emily. Je crois que s’il a cette main à ce niveau c’était pour se protéger d’elle. Je le regardais de nouveau. Droit dans les yeux. Et puis sans rien dire, je m’assis sur le sol. Les jambes en tailleur j’étais assise en face de lui et je le regardais droit dans les yeux.

      HEROINEJe ne partirais pas d’ici sans toi.


    Mon ton était ferme et déterminé.
    Je ne partirais pas sans lui.


Counting Stars

lately i 've been, i 've been losing sleep dreaming about the things that we could be but baby, i 've been, i 've been praying hard said no more counting dollars we'll be counting stars yeah, we'll be counting stars i see this life like a swinging vine swing my heart across the line in my face is flashing signs seek it out and ye shall find
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Ven 26 Aoû - 1:00
      " Je veux pas de vous. Sortez ou .. ou .. ou ... J'vous lance un sort !"


    Emily haussa un sourcil. Si la situation avait été différente, elle aurait regardé Aiden de haut en bas et aurait éclaté de rire en lui faisant comprendre que s'il essayait de leur faire peur, il ferait mieux de s'y prendre autrement. Mais elle ne fit aucune remarque, notant juste la main protectrice qu'il avait posté devant son organe génital. L'adolescente ne put retenir un rire gêné en repensant au moment où elle l'avait littéralement broyé. Sur l'instant, elle ne s'était pas rendue compte de la souffrance que cela avait du lui infliger pendant un moment (peut-être même avait-il encore mal), mais elle était persuadée qu'elle avait agit de la meilleure façon pour sa vie et celle de William. Certes, peut-être pas pour Aiden.

    Soupirant, elle regarda Héroïne s'asseoir en tailleur par terre en affirmant qu'elle ne bougerait pas sans lui. Au fond, Emily était d'accord avec son amie, mais elle se disait aussi que poser les fesses par terre et attendre qu'il se bouge était une mauvaise idée. Si il avait tant envie de les éviter, il aurait alors juste besoin de les enjamber et de partir de la pièce en courant.
    Lentement, l'adolescente s'approcha de son meilleur ami tout en le regardant bien droit dans les yeux histoire de lui faire comprendre qu'elle n'avait pas peur de lui. Ou de le mettre au défi de lui lancer un sort. Au choix.
    Lorsqu'elle fut à sa hauteur, elle posa sa main sur la baguette du garçon et l'abaissa lentement.

      "Aiden. T'as pas à t'en vouloir pour tout ce qui est arrivé. Nous, on t'en veut pas."


    S'il l'avait tuée, elle lui en aurait certainement voulu, mais comme c'était pas le cas, l'histoire était oubliée.
    N'étant plus vierge depuis un moment, l'adolescente avait le recul nécessaire pour savoir que ce qu'ils avaient fait n'était pas dramatique. Mais elle n'imaginait pas ce qu'elle aurait ressenti si Aiden avait été la première personne à poser ses mains sur elle. Elle n'imaginait pas ce qu'il pouvait ressentir. D'habitude, elle aimait le charrier lorsqu'il rougissait après un câlin ou un bisou, mais là, comment pouvait-elle lui faire comprendre qu'il ne devait pas s'en vouloir pour quelque chose qu'en plus il n'avait pas pu contrôler?

    Elle était persuadée qu'il s'en voulait à en mourir, et qu'il attendait juste que la mort vienne le chercher ici. Cela faisait des jours qu'elle ne l'avait pas croisé dans les couloirs, et elle comprenait maintenant pourquoi.
    Emily pointa très rapidement l'organe génital d'Aiden, et s'excusa à mi-voix de ce qu'il avait subit. Elle ne nota pas l'étrangeté de la réaction qu'avait eu le Serdaigle de se protéger ainsi. S'il la connaissait aussi bien qu'il ne le disait, le garçon aurait du savoir que si elle en était arrivée à cette extrémité c'était parce que c'était le nécessaire. Mais elle n'avait pas fait attention à ça, aussi elle n'ajouta rien.

    La situation pouvait paraître un peu étrange, dans le sens où les deux filles qui avaient faillit se faire violer étaient en train d'essayer de rassurer le presque violeur, mais Emily ne trouvait pas ça bizarre du tout. Elle était Emily, il était Aiden, ça s'arrêtait là. Le reste n'avait pas d'importance.
    Face à lui, elle sentait bien que son ami était sous tension. Ne cillant pas du regard, l'adolescente tenta de prendre un ton autoritaire.

      "Et ne t'avises pas de t'énerver contre Héroïne ou moi. On est là pour t'aider et parce qu'on t'aime, alors arrête de faire le déprimé et sors prendre l'air avec nous. J'suis sure que ça fait une éternité que t'es pas sorti de là."


    La jeune femme avait envie d'être gentille avec lui, de le prendre dans ses bras et limite de le bercer pour qu'il comprenne que ce n'était pas un drame et qu'il devait passer à autre chose pour aller mieux parce qu'il ne pouvait pas rester dans cet état là.
    Mais elle avait longuement réfléchit à comment elle se comporterait avec lui, et en se mettant à sa place, Emily s'était dit que si elle avait failli violer deux personnes qu'elle aimait énormément, la dernière chose qu'elle voudrait ce serait la pitié de ces deux personnes. Donc elle avait décidé de faire l'autoritaire, d'agir comme Héroïne en prenant les choses comme s'il s'agissait d'un acte banal.

    N'attendant pas la réaction de son meilleur ami, la Gryffondor fit demi-tour et appuya son épaule droit contre le mur, juste devant la porte d'entrée (de sortie?). Une fois postée, elle jeta un coup d'oeil à la Poufsouffle et passa une main dans ses cheveux courts.




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden J. Foster
Nombre de chapitres écrits : 1968
Supporter de : Harold Camping & Héroïne
© avatar, icon, signature : Shiya & fanpop & Tumblr
Date d'inscription : 08/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Ven 26 Aoû - 14:03
    Il ne voulait vraiment pas les voir. Il repensait déjà assez à ce qu'il leur avait fait alors si elles venaient le voir en plus, il ne ferait qu'y penser. C'était facile pour elles de venir et ici et de sortir tout un tas d'arguments pas convaincants juste pour qu'il sorte. Elles n'avaient pas fait ce qu'il avait fait. Elles ne pouvaient pas le comprendre. Il n'avait pas pour habitude de s'énerver, il était plutôt cool. Il n'avait même pas le souvenir de s'être énervé contre Emily. Bon Héroïne par contre, dans les débuts où elle ne voulait l'ignorer et qu'elle lui faisait la tronche, il avait fini par être énervé. Là, ça se reproduisait. Sauf que ce n'était pas pour la même raison. C'était plutôt parce qu'elles permettaient de lui dire que ce n'était rien, qu'elles restaient. Et si pour une fois dans leur vie, elles s’intéressaient à ce que lui voulait ? C'est-à-dire la paix, être seul. Héroïne n'avait pas l'air de le comprendre, mais faut l'excuser elle est légèrement retardée. Elle venait de s'asseoir en face de lui et Aiden regarda rapidement autour de lui pour trouver un moyen de s'enfuir et d'aller se cacher ailleurs. Poudlard était grand, il devait bien y avoir un endroit où il pourrait être vraiment tranquille jusqu'aux prochaines vacances où il rentrerait chez lui et ne reviendrait pas.

    Sa baguette était toujours pointée vers les deux filles. Il ne serait pas capable de leur lancer un sort mais il espérait que ça pourrait au moins les intimider et les convaincre de faire demi-tour. Mais non. Elles le connaissaient trop bien au point de savoir qu'il ne leur ferait jamais rien. Emily s'approcha de lui pour abaisser sa baguette. Il se laissa faire sans résistance. Il s'en voulait tellement de lui avoir fait vivre ça qu'il serait incapable de lui refaire quelque chose. Les deux jeunes femmes ne lui en voulaient pas. Comme c'était facile à dire pour elles. Elles n'avaient violées personne. Si déjà il rougissait à cause d'un câlin ou d'un bisou, imaginez un peu ce que ça donnait pour lui un câlin un peu plus poussé ? Rien que de les avoir embrassé, touché. Rien que de penser que la Gryffondor avait pu toucher son Aiden junior. C'était un drame. C'était très gênant. Il avait honte. Elles savaient très bien que tout ce qui était sexuel rendait Aiden très mal à l'aise. Puis qu'est-ce qu'il devrait dire pour Lockweder ? ... Pardon d'avoir été brutal et de t'avoir violé ? Pardon d'avoir fait une chose que je ne voulais pas ? J'aurai préféré mourir ou m'asseoir sur un scroutt à pétard plutôt que de faire ça ? Et ? Ça ne l'empêcherait pas lui d'y repenser mais en plus d'avoir tous les Serpentard qui voudraient sa mort.

    Il ne leur avait pas répondu. Il gardait le silence. Même quand son amie s'était excusé. Il ne lui en voulait pas de lui avoir fait ça. Elle avait sauvé sa vie, c'était normal. Mais la douleur l'avait plutôt marqué. Le maléfice du saucisson qu'elle avait fait ensuite aussi. Heureusement que le sort s'était annulé avant que quelqu'un le retrouve. Sinon là oui, il lui en aurait voulu. Héroïne restait assise en face de lui et il évitait son regard. Pendant ce temps, la blonde se dirigea vers la porte après avoir fini son discours. Il ne sortirait pas. Il se décida donc à prendre enfin la parole.

      - Ne pas m'énerver ?! Mais ... Mais .. C'est facile à dire pour vous ! Combien de fois dans votre vie vous avez faillit violer quelqu'un que vous aimez ? Combien de fois dans votre vie vous avez violé quelqu'un ?!


    Il devenait tout rouge et avait haussé le ton plus qu'il ne l'aurait voulu. Il ne regardait ni H ni Emily dans les yeux. Il préférait regarder le sol.

      - La... La première fois, c'est pas comme ça que ça se passe. Quand ... Quand on fait l'amour c'est que les deux le veulent et qu'ils s'aiment. Je déteste Lockweder, je voulais pas. Je voulais PAS ! Puis pourquoi vous restez là hein ? Qu'est-ce qui vous prouve que je ne vais pas recommencer ? Je ne veux pas sortir. Je ne veux pas voir les gens me dévisager et m'appeler le violeur. J'veux pas de la pitié des gens. J'veux pas risquer de représailles des Serpentard. Laissez moi là, je suis bien. Je suis désolé pour ce que je vous ai fait.


    Sa voix avait un peu dérouillée sur la fin parce qu'il sentait qu'il allait pleurer mais qu'il se retenait. Il releva les yeux. Son regard se porta sur Héroïne.

      - Partez, s'il-vous-plait.


    Il essayait de garder le peu de dignité qu'il lui restait pour ne pas pleurer devant elles. Il rangea sa baguette dans la poche intérieur de sa robe de sorcier, sachant très bien qu'il n'en aurait pas besoin.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héroïne J. Cox-Cohen
Nombre de chapitres écrits : 527
Sang : Née-moldue et fière de l'être et si t'es pas content, je te *****
Supporter de : Aiden
© avatar, icon, signature : je sais pluuuuuuuss
Date d'inscription : 08/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Ven 26 Aoû - 15:47
    J’allais m’énerver. La rage bouillonnait en moi. Elle s’infiltrait partout, partout dans mon corps et dans mes veines. Il m’énervait à rester comme ça, à s’apitoyer sur son sort. Les Carrow m’énervaient avec leur pseudo règlement de merde. Cette école me gonflait, cette vie me gonflait. Je fulminais intérieurement. J’avais envie de le secouer, de lui dire de se bouger le cul et d’aller tous les affronter. Je m’énervais, mais je ne bougeais pas. Il ne fallait pas que je cède à cette colère. Aiden prendrait peur, il s’énerverait lui aussi et on n’arriverait pas à le faire sortir d’ici. Il fallait que je me calme. Alors mieux valait que je me taise pour l’instant, pour le bien de tous.

    Emily se mit à parler et je l’écoutais sans rien dire. Elle avait raison. J’acquiesçais de la tête sans rien dire tout en regardant Aiden. Je donnerais tout pour retrouver son sourire et lui enlever cette tristesse infernale qui me donne envie de le gifler. C’est vrai quoi ! c’est chiant d’être triste. C’est nul ! J’avais envie de le gifler de le secouer pour qu’il ouvre les yeux. On s’en fou des autres, de ce qu’ils pensent, le plus important c’est le soutient de tes vrais amis. Putain mais Aiden réagis un peu merde à la fin !

    Emily était plus douce que moi. Elle savait comment s’y prendre avec les gens. Moi je me contentais de les secouer violemment pour les faire réagir. Et parfois ça ne marchait pas. A vrai dire ça ne faisait qu’empirer les choses. Alors je laissais faire Emily. Si elle arrivait à le faire sortir d’ici, je lui en serais très reconnaissante. Peut-être qu’il réagirait avec la douceur qui émane d’elle. Moi j’étais pas douce, j’arrivais pas à l’être et ça m’ennuyait de l’être. J’étais pas faite pour être douce. Moi, je rentrais dans le lard des gens et puis merde. Emily décida d’aller vers la porte pour l’inciter à sortir. Je la regardais faire toujours sans rien dire quand j’entendis la voix d’Aiden. Une voix qui tremblait sous la colère et le désarroi. Je n’aimais pas ça. Je l’écoutais lui aussi, débiter toute sa souffrance, tout sa colère aussi sur nous. Je ne le regardais pas. Je continuais à l’écouter et chaque phrase, chaque mot me mettait hors de moi. J’en ai marre, marre qu’il se laisse faire, marre qu’il se cache toujours derrière-moi, derrière les autres ou dans cette putain de pièce. Mais je comprenais ce qu’il voulait dire, la première fois avec quelqu’un c’était sacré. C’était important pour lui et pour moi aussi. Donc je comprenais. Mais était-ce vraiment une VRAIE première fois ? Il avait violé quelqu’un qu’il n’aimait pas, il n’avait pas été conscient de ce qu’il faisait. Il était sous symptômes, comme nous tous. Je savais qu’il s’en voulait à mort mais s’apitoyer ne résoudrait rien. Et ça m’énerve qu’il s’apitoie. Ca m’énerve.

    Je pose mon regard sur lui et il nous demande encore une fois de partir. Je le regarde droit dans les yeux. Et là, la colère éclate, brise tous mes efforts :

      HEROINEPutain Aiden, mais bouge ton cul un peu ! Putain mais arrête de vouloir tout le temps te cacher! Soit un peu courageux à la fin merde! On s’en fou du regard des autres ! J’en ai marre que tu te caches toujours derrière les autres, que tu te laisses faire, que tu te laisses persécuter. J’en ai marre ! Tu m’énerves ! J’ai envie de te secouer, de te dire de te bouger le cul et de leur montrer qui tu es Aiden ! Tu n’étais pas toi-même Aiden ! Tu étais sous l’emprise d’un putain de symptôme ! Et comme nous tous ! Tu n’as jamais été violent, tu n’as jamais été ce garçon-là qui m’a attaché sur ce lit ! Ni qui a essayé de violer Emily et encore moins celui qui a violé Madison. MAIS MERDE ! BOUGE TON CUL A LA FIN ! C’est fini, on a plus de symptômes, c’est ses putains de Carrow qui nous pourrissent la vie qui en sont responsable. Et tu sais ce qu’ils font quand tu t’apitoies sur ton sort ? Ils nous réduisent à l’état d’animaux ! Tu pleures parce que t’as violé une fille alors que t’étais même pas conscient de ce que tu faisais pendant que nous, les nés-moldus, nous les animaux, nous les moins que rien, on est obligé de regarder les autres manger à table et espérer qu’au moins qu’un de ses putains de sorciers daigne nous donner leur reste ! Et on s’en fou des autres, on s’en fou de ce qu’ils pensent ! On a peut-être jamais violé quelqu’un Aiden, mais tu as besoin de nous ! TU AS BESOIN DE NOUS ! Et on est là pour toi ! Ca fait des jours qu’on te cherche, des jours que je m’inquiète pour toi ! Et toi tu te caches, tu t’apitoies sur ton sort Aiden, et toi tu as pensé un peu à nous ? On vient ici pour te rassurer, te dire qu’on te pardonne, que tu n’es pas toi-même et toi tu nous dis que tu veux pas de nous, de partir ! Mais moi je veux pas partir Aiden ! JE VEUX PAS ! Je veux que tu te bouges le cul ! Je veux que tu t’appuies sur moi ou sur Emily ! ON EST LA MERDE ! On s’en fou des autres, les autres c’est des cons ! Les autres se ne sont pas tes VRAIS amis ! Parce que si ça avait été le cas ils seraient là à notre place !


    Je m’étais levée et j’avais crié tous ses mots que je pensais. Tous ses mots qui devaient sortir. La méthode d’Emily ne marchait pas alors tant pis, j’utilisais ma méthode. Et aussi surprenant que ça pouvait paraitre des larmes de frustrations coulaient sur mes joues. Des larmes de colère et de tristesse. je voyais leur visage étonnés de me voir pleurer, et moi aussi j'étais stupéfaite de pleurer. J’avais besoin de lui. De sa chaleur, de son sourire. Je voulais qu’il sorte de cette pièce glauque, qu’il affronte le monde, qu’il arrête d’être aussi soumis, aussi gentil. Parce que le monde était cruel. Le monde était moche. Le monde me faisait mal.

      HEROINEJ’ai besoin de toi Aiden. S’il te plait.


    Je le regardais droit dans les yeux. Ma voix dégageait cette sincérité qui ne pouvait tromper personne. J’avais besoin de lui. Et lui, il avait besoin de nous. Ca avait des intonations de prières, de supplice. J’ai besoin de toi.


Counting Stars

lately i 've been, i 've been losing sleep dreaming about the things that we could be but baby, i 've been, i 've been praying hard said no more counting dollars we'll be counting stars yeah, we'll be counting stars i see this life like a swinging vine swing my heart across the line in my face is flashing signs seek it out and ye shall find
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   Mer 31 Aoû - 16:47
    Malgré tout, elle le comprenait. Avant tout ça, Aiden était encore vierge et osait à peine prendre une fille dans ses bras tant il était timide, et Emily avait conscience que la première fois devait signifier énormément pour lui. Qu’il n’aurait jamais imaginé et voulu que cela se passe ainsi. Elle même avait préféré attendre d’être sûre qu’elle en avait envie avant de coucher avec un garçon, mais maintenant elle trouvait l’idée de ne coucher qu’avec quelqu’un qu’on aime paraissait absurde. Bon certes, elle avait juré fidélité à William, mais elle ne trouvait pas ça mal qu’une fille ou qu’un mec aie des coups d’un soir ou quoi, c’était même plutôt normal. C’était la vie quoi.

    L’adolescente allait s’énerver sur Aiden histoire de lui remettre les idées en place, mais Héroïne s’en chargea avant elle et certainement d’une manière plus efficace. Au début, Emily fut surprise que son amie s’énerve autant, qu’elle en pleure et qu’elle crie ainsi, mais en écoutant ses paroles, elle acquiesça d’un mouvement de la tête en silence. C’était vrai. Tout. La Gryffondor n’était pas concernée par le nouveau règlement contre les nés-moldus et elle avait tendance à oublier que certains de ses amis mangeaient les restes. Qu’ils étaient traités comme des animaux. Voire pire. Elle inspira profondément et n’ajouta rien à la suite du monologue d’Héroïne, attendant quelques secondes qu’Aiden avale tout ça et qu’il comprenne le sens de ces mots.
    Aussi horrible que cela puisse paraître, Emily était persuadée que cette histoire de viol ferait le tour de Poudlard pendant une semaine ou deux puis s’envolerait. Tout le monde n’avait plus qu’une chose en tête : le règlement ; et même si les symptômes avaient blessés tant de monde, même si ces merdes avaient peut-être foutu la vie de quelques élèves en l’air, ils devaient tous se relever de cette horreur et passer à autre chose. Parce qu’un autre combat commençait. Ils ne pouvaient pas se permettre de se morfondre et de laisser leurs amis nés-moldus subir tout ça sans leur venir en aide. D’autant plus qu’étant sang-mêlée et donc absolument en dehors de tout ça, Emily était profondément convaincue qu’ils avaient la meilleure position pour agir. Personne ne leur prêtait attention, tout le monde ne pensait qu’aux sangs purs et aux nés moldus. On les avait oubliés, mais ils allaient en profiter.

    Après plusieurs secondes d’un silence pesant, Emily leva la tête qu’elle avait baissée et regarda son meilleur ami, une flamme nouvelle dans le regard. Elle n’avait pas pitié de lui. Elle était énervée contre lui. Enervée qu’il ne pense qu’à lui alors que pour elle la situation de Poudlard méritait d’oublier toutes les autres. Enervée parce qu’elle ne comprenait pas le fait qu’il se prenne pour un monstre alors qu’il avait juste subit une connerie de malédiction comme les trois quarts des élèves qui eux avaient accepté ça beaucoup plus facilement que lui.

      « Ça va Aiden, on comprend. C’est horrible de faire sa première fois comme ça, oui. Tu as honte, oui. Mais faudrait que t’arrêtes de déblatérer des conneries pareilles. Tu n’étais pas toi-même ces derniers temps, ok ? Et t’es pas le seul dans ce cas, parce que dans cette pièce on a tous subit un symptôme. Et honnêtement, tout le monde s’en tape de ce que t’as fais. Au pire, on va te vanner pendant deux semaines. La vie c’est pas un conte de fée et ça le sera jamais.»


    Plus tard, elle regretterait certainement ses paroles, se disant que le pauvre, après ce qu’il avait vécu il avait besoin d’affection et d’aide plutôt qu’on lui gueule dessus. Mais c’était trop dur pour elle de le voir comme ça parce qu’elle trouvait qu’il exagérait, d’autant plus qu’elles étaient là en train de lui dire qu’elles se fichaient de ce qu’il avait fait et qu’elles ne lui en voulaient pas. Il voulait quoi, qu’elles essaient de le violer pour qu’ils soient quittes ? Certes, Madison ne serait certainement pas aussi clémente qu’elles ne l’étaient et Emily s’attendait à ce que la Préfète use de son pouvoir et de ses… contacts pour se venger d’Aiden. Mais elle serait là, et elle le défendrait jusqu’au bout. Héroïne aussi, et certainement le reste de l’AD. Sauf que pour ça, il devait se battre avec eux. Emily n’était pas prête à risquer sa vie pour une loque qui se laissait marcher dessus. Au point où il en était, l’adolescente se demanda s’il n’était pas prêt à aller voir Lockweder à genoux pour la laisser se venger.

      «Héroïne a raison, arrête de te faire marcher dessus comme ça. Faut que tu comprennes que c’est la merde à Poudlard, que des personnes souffrent tous les jours…» Elle jeta un regard à Héroïne «… Et que ces personnes ont besoin d’aide, Aiden. Moi j’vais pas rester ici des heures à essayer de te convaincre de quelque chose que t’aurais du comprendre tout seul. C’est du passé. Remets-toi-en.»


    Elle fit craquer ses doigts –tic qu’elle avait depuis un certain temps et qui se révélait quand elle était énervée-, puis croisa ses bras sous sa poitrine. Son comportement pouvait paraître exagéré, mais elle qui se battait depuis le début avec eux pour leur liberté et l’égalité à Poudlard ne supportait pas qu’il soit comme ça avec ce qu’il se passait autour de lui.
    Il devait changer, et changer immédiatement.
    S’il refusait d’admettre ça, elle partirait.




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN   
Revenir en haut Aller en bas
 

Les amis sont toujours là ▬EMILY&AIDEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les vrais mariages sont toujours insensés
» « Les premiers sentiments sont toujours les plus naturels. » | Feat Wind ?
» Les ennemis de mes amis sont mes ennemis (Déa)
» Les amis sont la famille qu'on se choisit.
» Les amis sont comme des diamants. Précieux et rares. | Feat Stiles Stilinski

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-