+ vous?



 

Partagez | .
 

 L'amour à sens unique [William ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: L'amour à sens unique [William ♥]   Ven 8 Juil - 16:59
&
    Emily se leva en sursaut ce matin-là, réveillée par un cauchemar qui l’avait terrifiée. Elle marchait dans les couloirs de Poudlard en pleine nuit, cherchait quelque chose mais sans savoir quoi, et alors qu’elle ouvrait la porte d’un placard à balais pour voir si ce qu’elle cherchait avec tant de vigueur ne s’y trouvait pas le plus grand des hasards pas, un énorme python lui sautait dessus, sortant du noir d’un coup. Elle se débattait contre la bête durant plusieurs minutes, essayant de lui attraper la tête pour ne pas se faire mordre, mais alors qu’elle pensait réussir à l’attraper, le serpent évitait sa main et la dernière vision qu’elle eut avant de se réveiller fut celle du python la bouche grande ouverte sur le point de l’avaler.

    Elle mit quelques secondes à se remettre de ce cauchemar, la respiration saccadée et les yeux ahuris. Emily attrapa son réveil dans un geste hâtif et constata, dépitée, l’heure. Il était cinq heures du matin, un samedi, alors qu’elle s’était imaginé la veille se levant après une grasse matinée bien méritée. C’était réussi… En plus de ça, la Gryffondor était aussi réveillée que si elle n’avait pas dormi depuis une semaine. La notion même de noèse semblait avoir disparu de sa vie tant elle avait du mal à réfléchir.
    Après plusieurs minutes à essayer de se rendormir, Emily décida de se lever et d’aller prendre une douche bien froide histoire de se réveiller une bonne fois pour toute.

    Une fois sous la douche, elle ouvrit le robinet d’eau froide à fond, mais rien ne coula. Elle scruta le pommeau de douche avec l’envie de l’arracher puis donna un coup dedans, énervée. D’un coup, l’eau se mit à couler et elle poussa un soupir de soulagement. Si même une pauvre douche était contre elle aujourd’hui, la journée s’annonçait sympa !
    L’adolescente passa une bonne demi-heure sous l’eau glacée, profitant de la solitude que lui offrait l’heure avancée et lorsqu’elle sorti de la douche, elle se sentait beaucoup mieux qu’avant qu’elle ne la prenne.

    De retour dans son dortoir, la jeune femme attrapa une veste légère et décida d’aller lire dans la salle commune histoire de passer le temps et d’attendre que le reste de ses camarades se lèvent, notamment Seth et Elliyöt ou même Aiden, pour aller déjeuner avec eux dans la Grande Salle.
    Alors qu’elle lisait une histoire presque passionnante de moldus, elle s’endormit subitement sur son livre.

    Par chance, le cauchemar ne vint pas détruire son somme, mais ce fut un bruit dans la salle commune qui la réveilla. Emily ouvrit les yeux d’un coup et s’étira avant de regarder autour d’elle ce qui venait de la tirer de son sommeil.
    Le soleil semblait s’être levé étant donné que la salle commune était allumée d’une lumière naturelle qu’était celle du soleil.
    Son regard se posa alors sur William, et un immense sourire étira ses lèvres. Le voir à son réveil était quelque chose qu’elle adorait définitivement. Elle se leva et se rapprocha de lui pour le prendre dans ses bras, et alors qu’elle allait l’embrasser, elle ne remarqua pas la tête dépitée du garçon et leurs lèvres se touchèrent doucement.

    Emily pensa alors subitement qu’elle devait être mal coiffée, et elle s’écarta de lui pour s’attacher les cheveux.

      « Ca fait au moins quatre jours qu’on s’est pas vus ! Plus jamais ça hein, tu m’as trop manqué ! »


    La Gryffondor s’approcha de la fenêtre et regarda le Parc de Poudlard, étonnée de le voir illuminé par le soleil alors que quand elle s’était endormie plusieurs heures auparavant, il pleuvait énormément et tout était sombre.
    Toujours sans regarder son amour –elle espérait en fait qu’il se rapproche d’elle lui-même-, elle s’intéressa à ce qu’avait pu faire celui qu’elle aimait alors qu’ils ne s’étaient pas vus.
    Ce n’était pas dans leurs habitudes de se séparer aussi « longtemps » et elle souhaitait donc des explications.

      « Qu’est-ce que tu as fais pendant tout ce temps, Chéri ? »


    Un petit sourire étirait ses lèvres. Le sourire de l’innocence et de l’insouciance qui allait rapidement se transformer en grimace.




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William D. Sylvester
Nombre de chapitres écrits : 847
© avatar, icon, signature : Avatar : HerSunshine. | Tumblr
Date d'inscription : 22/02/2009
Chocogrenouilles : 6
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Ven 8 Juil - 18:26

    William avait l'espoir que la mémoire lui reviendrait dans ses rêves. Mais tu parles. Quedal. Il ne faisait que des rêves stupides ou des rêves typiques des mecs. Mais jamais ce qu'il voulait. Il y a quelques jours, il avait été retrouvé par la professeur de Divination, Winnyfield Y. Lindell. Il se souvenait de la fin de la cinquième année, Ombrage et tout le tralala mais après... Trou noir. Il ne se souvenait de RIEN. Il se sentait faible, vulnérable. C'était quelque chose qu'il ne supportait pas. Comment pourrait-il être un héros s'il avait oublié toute une année ? Une année de dure labeur où il avait appris plusieurs sorts. Il devait forcément y avoir une raison. Il ne pouvait pas avoir perdu sa mémoire comme ça.

    Ça l'agaçait. Il était sur les nerfs. Il n'adressait la parole qu'à très peu de personnes alors qu'il était d'habitude du genre à saluer tout le monde. À moins qu'une personne n'ait des informations, elle pouvait aller se faire voir. Il n'avait pas besoin de soutien, juste d'un peu d'aide, même si c'était dur à avouer.

    Il s'était levé un peu plus tôt, son réveil ne devait sonner que dans trente minutes. Bah, tant pis hein. Poussant les couettes tout en soupirant, il regarda son torse. Il y avait des égratignures. Ainsi que sur ses bras. C'était ça qui le laissait penser qu'il avait dû se passer quelque chose, qu'il n'était pas juste tombé dans les escaliers. Il se passa une main dans ses cheveux décoiffés puis se leva pour aller se préparer. Douche et tout le tralala. Il ne s'habilla pas complètement. Il n'enfila que son pantalon et sa chemise. Il mettrait sa cravate, son pull ainsi que sa robe de sorcier plus tard. Ne voulant pas se coltiner ses camarades qui allaient se réveiller en grognant dans vingt minutes, il décida de descendre.

    La salle était vide. Ah non pardon. Presque vide. Une tête blonde était là et il la reconnaissait. Pourquoi sa perte de mémoire ne lui avait pas rendu service en lui faisant oublier cette sale blondasse ? Quitte à perdre la mémoire, autant qu'il y ait un avantage ! Mais le pire c'était qu'elle était souriait et qu'elle n'avait pas l'air de se moquer. Ça avait l'air d'être ... Sincère ? Elle devenait folle ? Elle se levait, se rapprochait, et... LE PRENAIT DANS SES BRAS ? WTF ?! Par le slip de Merlin ! Qu'est-ce qu'il se passait ?! Mais il s'excitait pour ça alors que le pire arrivait. Elle l'embrassa. Elle l'embrassa.... Il cauchemardait, hein ? Il restait complètement abasourdi. Il n'en revenait pas. Mais quelle créature l'avait piquée ? Elle avait bu une potion des Weasley ? En tout cas c'était beurk. Il s'essuya la bouche avec sa main d'un air dégouté alors qu'elle lui tournait le dos. Ah nan, c'était dégueu. Beurk. Beurk. Beurk. Ça lui rappelait la fois où en Irak il avait vu quelqu'un manger un gyrin. Oui oui, quelqu'un en avait vraiment mangé, c'était archi dégueulasse ! Un dinar la bestiole, et les gens avaient l'air d'aimer ça. Rah, il en avait des frissons rien qu'en y repensant. 'Fin là c'était surtout parce qu'il avait eu le malheur d'être embrassé par cette Bradsburry de merde.

    Il lui avait manqué. Nan mais qu'elle arrête sa blague c'était pas drôle. Si elle profitait de sa perte de mémoire pour lui faire croire quelque chose c'est qu'elle était vraiment encore plus une connasse qu'il ne l'avait pensé. Elle méritait juste de se faire défigurer par un scroutt à pétard. Quoiqu'elle était déjà assez moche comme ça la pauvre (il ne pense ça que parce qu'il l'aime pas bien sûr, parce que sinon ..). Il comprenait qu'elle pu succomber à son habitus mais ce n'était pas réciproque. Il n'aimait rien chez elle.

    « Qu’est-ce que tu as fais pendant tout ce temps, Chéri ? » ..... Naaaan.... Elle venait de l'appeler "Chéri" ?! Il était incapable de dire quoique ce soit tellement il ne comprenait pas ce qu'il se passait. Elle se payait sa tête, c'était obligé. Il avait envie de vomir. Elle l'avait pris dans ses bras, l'avait embrassé et voilà que maintenant elle l'appelait "chéri". S'il avait eu une corde à sa disposition, il se serait déjà pendu.

      - C'est une blague ? Si tu cherches à me faire vomir t'es bien partie.


    Dit-il d'un air dédaigneux. Il avait enfin retrouvé l'usage de la parole. Il lui en avait fallu du temps.

      - Je savais que t'étais blonde et que t'avais donc énormément de mal à utiliser ton "cerveau", enfin encore faudrait-il que t'en aies un, mais là faudrait que t'arrêtes la drogue.


    En fait il commençait à se poser des questions et avoir un peu peur. Il n'avait pas compris la dernière fois lorsqu'il avait trouvé une photo d'elle sur sa table de chevet puis une autre dans le livre qu'il lisait et dont il n'avait d'ailleurs plus aucune souvenir non plus. Mais pourquoi est-ce qu'il avait eu une photo sur sa table de chevet et en marque de page ? Pourquoi est-ce que maintenant qu'il la voyait elle l'embrassait et l'appelait chéri ? .. Nan.. Impossible. Dans ce cas, s'il était sorti avec elle, pas étonnant qu'il soit devenu amnésique, il s'était lancé le sort lui-même pour ne plus la supporter !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Mar 19 Juil - 13:55
    Elle n’avait pas fait attention au fait qu’il n’avait pas souri en la voyant comme il en avait l’habitude, tout comme elle n’avait pas remarqué l’absence de flamme dans son regard. D’ordinaire, lorsque William posait son regard sur elle, Emily se sentait la plus belle, la plus aimée, et elle avait l’impression que rien ne pouvait l’arrêter tant qu’elle sentait ce regard sur elle, comme une ultime protection.

    Mais lorsque la voix de celui qu’elle aimait retentit dans leur salle commune, elle sentit immédiatement que quelque chose n’allait pas, et lorsqu’elle fit volte-face, elle eut l’impression qu’on lui jetait un seau d’eau froide à la figure. Tout dans l’attitude de William lui rappelait les temps qui précédaient leur réconciliation. Elle reconnut l’expression de colère, presque de dégoût qu’il arborait souvent lorsqu’il la regardait autrefois, et ses paroles eurent l’effet d’un poignard qu’on lui plantait en plein cœur.
    Elle eut l’impression d’un retour en arrière immédiat, sans préméditation, comme s’il avait oublié leur réconciliation, leur amour, leur histoire. Leur serment. Et elle eut envie de crier, de déplorer les efforts tant accomplis pour enfin cesser la guerre qui les avait si longuement séparés, elle eut envie de partir en courant et de s’enfermer avec à ses côtés des bouteilles d’hydromel, d’absinthe ou de tout autre alcool susceptible de lui faire oublier ce qu’elle venait de voir et de réaliser.

    Emily fronça les sourcils et se rapprocha sans un mot vers William. Ne perdant pas espoir qu’il veuille blaguer et qu’il se mette soudainement à rigoler en la prenant dans ses bras en lui disant qu’il rigole et que jamais il ne penserait quelque chose comme ça, mais elle eut beau scruter son visage, aucune faille ne lui indiquait qu’il blaguait. Oh non, au contraire, il était très sérieux.

      « T’es sérieux là ? Tu as un trou de mémoire d’un an ou t’as simplement décidé de tirer un trait sur ce qu’on a vécu pendant ce temps-là ?


    Elle avait toujours eu peur que cela finisse comme ça un jour. Leur rapprochement lui avait toujours paru rapide, très rapide et peut-être trop rapide. D’un coup, toute la haine qu’elle avait ressentie envers lui s’était transformée en un amour tellement puissant qu’il lui était arrivé de se demander lequel des deux entre Seth et William elle aimait le plus. Au début de leur idylle, l’adolescente s’était même demandée s’il ne jouait pas un jeu avec elle uniquement pour avoir un autre sujet sur lequel se moquer d’elle, mais elle s’était rendu compte au fil du temps de sa sincérité et rien ne semblait plus pouvoir les séparer. Ils avaient passé l’année passée collés l’un à l’autre, partageant tout et n’importe quoi. Ainsi, elle devait posséder deux albums photos remplis de petits films d’eux deux dans le parc, rigolant et s’embrassant, dans la salle commune, de partout. Elle aimait sceller les instants qu’ils passaient ensemble et avait pour habitude de regarder ses albums plusieurs fois par mois. Elle avait même conservé la centaurée que William lui avait offerte dans un grand élan romantique, et l’avait collée dans un album. Sous la fleur désormais séchée, elle avait écrit « Et en plus, il est romantique ! ».

    A ce souvenir, Emily se souvint même du fait que du temps où ils se détestaient, elle avait toujours ressenti une certaine attirance envers lui. Quand elle le voyait, elle se sentait d’une concupiscence qu’elle ne se connaissait pas, et bien qu’elle ne se l’était jamais avoué, elle se rendait compte de plus en plus que s’ils s’étaient tant aimés, ce n’était finalement pas un hasard.

    L’adolescente revint sur terre et sentit les larmes monter. Elle avait l’impression de le perdre, de l’avoir perdu, et la sensation d’un amour à sens unique lui brisait le cœur. Perdre tous ses remparts face à un homme qui en plus vous déteste, c’était comme lui tendre un couteau et lui dire « vas-y, je t’en prie, je suis à toi ». Elle n’avait même pas envie de se battre à nouveau contre lui.

    D’un geste furieux de la main, elle essuya ses yeux humides, ne s’autorisant pas à pleurer devant lui, puis elle plongea son regard dans le sien.

      « William, si c’est une blague t’as intérêt à me le dire tout de suite parce que sinon faut vraiment qu’on parle. »


    Elle essayait vraiment de garder son calme et de ne pas lui montrer qu’elle était blessée, mais elle sentait bien que malgré tous ses efforts, sa voix tremblait en fin de phrase.




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William D. Sylvester
Nombre de chapitres écrits : 847
© avatar, icon, signature : Avatar : HerSunshine. | Tumblr
Date d'inscription : 22/02/2009
Chocogrenouilles : 6
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Dim 7 Aoû - 15:12
    " T’es sérieux là ? Tu as un trou de mémoire d’un an ou t’as simplement décidé de tirer un trait sur ce qu’on a vécu pendant ce temps-là ? " William fronça les sourcils. Bon ben apparemment elle n'était pas au courant de la nouvelle. Il soupira puis regarda un instant ailleurs. Avoir perdu la mémoire était pour lui un énorme signe de faiblesse. Vu qu'il ne se souvenait pas d'avoir vécu une histoire d'amour intense avec elle il ne pensait pas pouvoir lui faire confiance. Lui dire ou pas ? De toute façon elle finirait bien par l'apprendre. William savait très bien qu'à Poudlard les nouvelles allaient vite. Il reposa une nouvelle fois les yeux sur elle. Elle avait l'air sincère et même carrément déroutée. Il s'était toujours dit qu'elle était une très mauvaise comédienne alors elle ne devait surement pas être en train de mentir. Enfin elle disait quand même quelque chose qui le perturbait "ce qu'on a vécu". Pardon ? Ce qu'ils ont vécu ?! Eh bien ils avaient dû s'insulter encore et encore. Si oublier ça était une perte bah purée... Mais non, ça devait être autre chose. Elle n'aurait pas cet air la si ça n'avait été que des insultes. Et puis elle l'avait embrassé quoi.

    - Ce qu'on a vécu ? ...

    Il avait presque peur de la réponse. Bon ok, il n'avait jamais voulu l'avouer mais il l'avait toujours trouvé très belle et c'était bien une chose qui l'énervait encore plus chez elle. Mais... Comment est-ce qu'ils auraient pu en venir au point d'être ensemble ? Beurk. Il en avait presque des frissons rien qu'en y repensant. Même drogué à la bénédictine, il n'aurait jamais pu avoir envie de la toucher. Il était plus perdu qu'autre chose et il avait envie de tout savoir. De comprendre. De rattraper le temps perdu. Alors pouvait-il être, ne serait-ce qu'une minute, à son écoute ? Pouvait-il seulement lui faire confiance dans ce qu'elle allait dire ? La voyant essuyer les larmes qui devaient surement lui monter aux yeux il baissa un court instant les yeux. Bon ok, elle était sincère, il s'était vraiment passé quelque chose. Alors il releva la tête pour croiser son regard. Bon allez William, sois gentil un court instant. Après tout, elle peut peut-être t'aider. Elle avait plus l'air inoffensive qu'autre chose. Il commença à déboutonner sa chemise. Il n'allait pas lui faire un strip tease, juste lui montrer les égratignures qu'il avait sur le torse.

    - Le professeur Lindell m'a retrouvé comme ça dans les couloirs. Je ne sais pas ce qu'il m'est arrivé. La dernière chose dont je me rappelle c'est la fin de l'année dernière. Mais bon, rien ne me prouve que ce n'est pas toi qui n'ait pas fait ça. Peut-être que c'est ta faute et que pour que je ne t'accuse pas, tu mens. Tu veux me faire croire qu'on était proches. Mais, comment penses-tu sincèrement que je vais gober ça ? Je te hais plus que tout, Bradsburry. C'est bien ton genre, ça. T'es une vraie salope, une garce. T'aurais bien été capable de me faire ça dans le seul but de me manipuler, de me nuire.

    Il s'approcha d'elle doucement, la fixant dans les yeux.

    - Mais je te promets que si j'apprends que c'est bien toi, ce dont je ne doute pas, tu feras moins la fière après.

    Il la ferait souffrir comme jamais il ne l'avait fait auparavant. Il n'aimait pas frapper les filles, ou les provoquer en duel mais elle... Elle était l'exception. Il voulait la gifler, lui éclater la tête contre un mur. Bon malheureusement il ne le ferait pas, mais ça ne l'empêchait pas d'en avoir envie. Il n'aimait vraiment rien chez elle. Que ce soit son caractère, son sourire ou encore son odeur. Il était à la limite de se balader avec un aérosol pour l'en aspirer et ne pas sentir son odeur dès qu'il la croisait. Mais nan, il ne le ferait pas. Il ne voulait pas dépenser de l'argent pour elle, même pas un gallion. Il était trop fesse-mathieu parfois pour faire ça, surtout pour elle. Et dire qu'il était bien loin de se douter qu'il lui avait déjà fait pleins de cadeaux l'année dernière... Lorsqu'il était amoureux, surtout amoureux fou comme il l'avait été avec Emily, il était du genre à toujours vouloir faire plaisir, à couvrir de cadeau. Autant dire que la blonde n'avait pas échappé à la règle.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Mer 10 Aoû - 2:03
      "Le professeur Lindell m'a retrouvé comme ça dans les couloirs. Je ne sais pas ce qu'il m'est arrivé. La dernière chose dont je me rappelle c'est la fin de l'année dernière. Mais bon, rien ne me prouve que ce n'est pas toi qui n'ait pas fait ça. Peut-être que c'est ta faute et que pour que je ne t'accuse pas, tu mens. Tu veux me faire croire qu'on était proches. Mais, comment penses-tu sincèrement que je vais gober ça ? Je te hais plus que tout, Bradsburry. C'est bien ton genre, ça. T'es une vraie salope, une garce. T'aurais bien été capable de me faire ça dans le seul but de me manipuler, de me nuire. Mais je te promets que si j'apprends que c'est bien toi, ce dont je ne doute pas, tu feras moins la fière après.


    L'adolescente recula sous le coup des mots. Elle ne put retenir la grimace de dégoût qui faisait écho à ce même sentiment qui envahissait alors chaque parcelle de son être. Non seulement il ne la croyait pas, mais en plus il l'insultait, lui rappelant douloureusement l'époque de leurs haines respectives. Mais le pire restait quand même l'idée que ce qu'il racontait était la pure et simple vérité.
    Emily fixa pendant une dizaine de secondes qui lui parurent une éternité le torse de William, essayant de se convaincre que tout ça était réel. En essayant de se convaincre que tout le temps qu'ils avaient mis à transformer leur haine en un amour puissant n'avait finalement servit à rien, si ce n'est lui infliger la souffrance qui brisait son cœur en morceaux.
    L'adolescente n'arrivait pas à refluer les vagues de souvenir qui s'emparaient d'elle, comme pour lui dire de profiter une dernière fois de ces moments de pur bonheur car ils lui glissaient des doigts. Car les photos qu'ils avaient autrefois pris ensemble ne se transformeraient qu'en feuilles de papier vierges, dénuées de tout souvenir. Les traces rougeâtres qui cinglaient le torse du Gryffondor rappela étrangement à la jeune femme la fois où ils s'étaient livrés à une bataille de nourriture.

    Ils étaient tranquillement assis dans le parc, il faisait beau, et les deux amoureux avaient décidé de manger dans l'herbe à l'abris des regards indiscrets. Après avoir un peu grignoté, ils s'étaient livré à l'occupation principale des jeunes couples : s'embrasser. Emily suivant son instinct (et surtout sa libido), avait alors entrepris de détacher la chemise de son petit-ami, histoire de profiter de son torse bien foutu de plus près. Puis une idée gourmande s'était emparée d'elle, et c'était discrètement qu'elle avait attrapé de la confiture pour l'étaler sur le torse du Gryffondor, dans l'unique but de la lécher. Un truc sensuel qu'elle avait toujours voulu tester. Mais William n'avait pas du comprendre toute l'étendue érotique de la chose, car avant qu'elle n'ait pu s'approcher de la confiture, Emily avait reçu de la purée sur le nez. Il lui avait fallu plusieurs secondes pour comprendre ce qui venait de lui arriver, et après qu'elle ait réagit au quart de tour, les deux adolescents étaient partis dans une bataille de nourriture aussi enfantine que drôle. Une fois tout le stock alimentaire épuisé, la Gryffondor n'avait eu sous la main qu'un pamplemousse qu'elle avait lancé sans hésitation sur William afin d'avoir le dernier mot. Mais alors qu'elle pensait qu'il le rattraperait, le jeune homme n'avait rien vu venir et s'était pris le fruit en pleine figure. Il avait alors fallu que la jeune femme se confonde en excuses -elle culpabilisait réellement- et lui propose d'aller se réconcilier sous la douche pour que l'incident soit oublié (même si elle doutait aujourd'hui encore sur la véracité de la douleur de William à ce moment là, persuadée qu'il n'avait que simulé dans le but d'une réconciliation pas très chaste).

    Refusant de se laisser attendrir par ce qui n'était qu'un souvenir déchu et décidant d'agir en fonction du William qu'elle avait en face d'elle (un garçon fort prétentieux et insultant), Emily ne se laissa pas démonter et planta son regard dans celui du garçon.

      "Tu crois vraiment que j'aurais supprimé ta mémoire alors que l'année que tu viens d'oublier est celle qui a vu naître notre amour? Et puis dans quel but te supprimerais-je la mémoire, hein? Faut évoluer mon pauvre William, sors de ta période néolithique et arrête d'être aussi têtu, bordel! Faut que je fasse quoi pour te convaincre? Que j'appelle tous nos amis pour qu'ils témoignent? Que je.. Oh bah tiens, regarde par toi même!"


    Elle plongea sa main dans son sac en bandoulière et en ressorti une photo dont l'état témoignait du fait qu'Emily la gardait toujours sur elle. Le papier était plié au milieu lorsqu'elle ne rentrait pas dans sa poche, et les bords de la photo étaient légèrement usés.
    La jeune femme posa un regard attendri sur le William de la photo, puis la lui tendit avec conviction.

    Spoiler:
     

    Avant qu'il ne la prenne, elle put apercevoir la phrase qu'il avait lui même écrite au dos de la photo : " Mon coeur, mon être et mon âme te sont fidèles à jamais. Je t'aime". Immédiatement, elle hoqueta sous la réalisation d'un élément qui mettait leur deux vies en jeu. Sur un élément qu'ils avaient déclenché ensemble, alors qu'ils étaient convaincus que leur amour ne s'éteindrait jamais. Qu'il ne pouvait pas s'éteindre.
    Oui, mais ils n'avaient pas pris en compte la possibilité, aussi infime était-elle, que l'un d'entre eux perde la mémoire.
    Dans des circonstances plus qu'étranges.

    Les mains de la jeune femme furent agitées de tremblements incoercibles, et elle eut besoin de s'asseoir pour reprendre contenance avant d'annoncer à William ce qui serait certainement le terreau d'une nouvelle engueulade.

      "Je... J'imagine que tu n'as aucun souvenir du serment inviolable qu'on a fait...?!"


    Elle eut l'impression de s'être lancé dans l'exercice périlleux qu'était la montée d'un pas-d'âne, ce genre d'escalier avec des marches très larges mais peu hautes, le genre d'escalier qu'elle détestait par l'irrégularité des pas qu'il entraînait.
    Emily n'osa pas regarder l'expression de celui qu'elle aimait lorsqu'elle prononça les mots "serment inviolable".




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William D. Sylvester
Nombre de chapitres écrits : 847
© avatar, icon, signature : Avatar : HerSunshine. | Tumblr
Date d'inscription : 22/02/2009
Chocogrenouilles : 6
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Mer 10 Aoû - 23:25
    "Tu crois vraiment que j'aurais supprimé ta mémoire alors que l'année que tu viens d'oublier est celle qui a vu naître notre amour? Et puis dans quel but te supprimerais-je la mémoire, hein? Faut évoluer mon pauvre William, sors de ta période néolithique et arrête d'être aussi têtu, bordel! Faut que je fasse quoi pour te convaincre? Que j'appelle tous nos amis pour qu'ils témoignent? Que je.. Oh bah tiens, regarde par toi même!"
    Naître notre amour... Avait-il bien entendu ? Parce que s'il avait bien entendu, il pensait vraiment au suicide. Il ne lui répondit pas, la regardant fouiller dans son sac. Il n'était même plus en colère contre elle. Il était juste perdu. Il voulait comprendre ou mieux, se réveiller de ce cauchemar. Elle lui tendit alors une photo. Il la prit sans lui lancer un seul regard mais releva immédiatement la tête vers elle lorsqu'il vit la photo. C'était lui. En mode niais. Elle avait une photo de lui dont il n'avait aucun souvenir dans son sac. Il ne pouvait plus nier. Elle ne mentait pas. Elle n'avait rien trafiqué. Certes, il l'avait toujours trouvé très idiote mais il savait très bien au fond de lui que si jamais elle disait vrai, elle n'aurait pas été lui effacer la mémoire. Il ne savait même pas quoi en penser. Il la détestait, il le savait. Il en était persuadé. Mais comment accepter qu'il ait pu être, pendant un an, amoureux fou d'une fille qu'il pensait détester. Comment tout reprendre ? Il ne savait même pas s'il en avait envie. S'ils avaient tenus un an tous les deux c'était que forcément ça avait dû être super. Il n'avait jamais tenu aussi longtemps avec une autre fille. Il fixait la photo. Une photo ne prouvait rien. Mais pour penser ça c'était qu'il était vraiment de mauvaise foie. Puis, il tourna la photo. Il y avait quelque chose d'écrit, et avec son écriture en plus : "Mon coeur, mon être et mon âme te sont fidèles à jamais. Je t'aime.". Il en ressentit des frissons. Il l'avait aimé. Il avait été fou amoureux de cette fille. Cette fille à la fois magnifique mais aussi laide lorsqu'il était énervé contre elle. Il n'avouait jamais ses qualités. Préférant se dire qu'elle était nulle et laide alors qu'en réalité il la trouvait plus que belle. Il était à court de mots. Il se passa une main dans les cheveux.

      - Comment ? ... Comment est-ce qu'on a pu passer à ça ? On se déteste. On passe notre temps à s'insulter, se rabaisser. C'est... Impossible.


    Mais alors là. s'il s'était attendu à ça ... Un serment inviolable. Il comprenait qu'elle se soit assise pour le lui annoncer parce qu'il se demandait vraiment comment il avait pu rester debout en apprenant la nouvelle. Un serment inviolable. Un truc qui porte bien son nom. Un truc de merde. Mais pourquoi avait-il été si stupide à en faire avec Elle ?! Il s'assit juste en face de la blonde. Il n'était plus question de l'insulter.

      - Il consiste en quoi, ce serment ?


    Il voulait savoir ce qu'ils s'étaient jurés pour savoir si ça valait la peine de se jeter par la fenêtre. Il l'avait dit en regardant sa photo, essayant de se faire à l'idée. Il avait un air grave, pas content du tout. William avait envie de déchirer la photo mais à la place, il la posa sur la tabla de salon qui les séparait. Il se prit la tête entre ses mains, ayant plus que du mal à s'y faire. Il n'avait vraiment aucun souvenir. Rien ne lui revenait. Il n'avait jamais rien voulu d'elle, à part la gifler, lui faire bouffer son sourire de garce. Sauf que là, il s'était apparemment mis à tout aimer chez elle. Il avait dû aimer la toucher, sentir sa peau nue contre la sienne, son odeur, son sourire, ses yeux ou encore la voir dès qu'il ouvrait les yeux le matin. En même temps, comment pouvait-il se douter qu'il aurait pu finir par gâter de cadeau et d'amour la fille qu'il avait le plus détesté ? Comment pouvait-il se douter qu'il avait passé les meilleurs moments de sa vie avec cette blondasse ? Ça avait pourtant eu un côté pratique ce serment. Il avait pu avoir une confiance totale en elle. Elle ne l'aurait jamais trompé sans prendre le risque de mourir. Ce n'était pas un pariage, il n'y avait pas de droit d'égalité de possession sur elle. Il était le seul à la posséder. Bon et aussi son frère mais elle n'allait pas le tromper avec lui. Malheureusement pour lui, il avait oublié l'un de ses moments préféré avec Emily :

    Ils étaient chez lui. Il possédait une petite télé - l'avantage d'avoir une mère moldue - et ils regardaient un film à l'eau de rose. Pour pouvoir être ensemble, ils avaient échappés au repas de famille et avaient pris une pizza ainsi que du sancerre, un vin français des bords de Loire. Sauf qu'avec Emily, c'était quasi impossible de regarder un film en entier. Remarque avec lui aussi lorsqu'elle était là. Il finissait toujours par avoir envie de l'embrasser ou aller plus loin. Mais sur ce point, elle était pire que lui. Alors qu'il venait de finir sa part de pizza, il sentit une main se glisser sous son t-shirt. Il ne pouvait jamais lui dire non. Alors ils laissèrent tomber le film ainsi que leurs vêtements. Il avait par contre été très gêné lorsque le lendemain, au petit- déjeuner, sa mère lui avait demandé d'insonoriser la pièce la prochaine fois et que son père lui avait fait un clin d’œil. Il avait ensuite eu le droit au "j'espère que tu te protèges, vous êtes un beau couple mais vous êtes trop jeunes pour avoir des enfants". Ce n'était pas le genre de conversation qu'il aimait avoir au réveil. Ou même le genre de conversation à avoir avec ses parents. Pauvre lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Mar 23 Aoû - 1:51
    Elle attrapa la photo lorsque William la reposa sur la table qui les séparait et ne put s'empêcher de la regarder une nouvelle fois. Elle avait l'impression que de voir cette image de lui la gonflait; lui insufflait une quantité innombrable de stéroïdes, de vitamines, et qu'elle pouvait aller courir dans un champs et compter les pâquerettes sans en avoir honte. Ce fut avec une pointe de regret qu'Emily rangea la photo dans son sac, déterminée cependant à ne pas passer pour l'amoureuse déchue dont le cœur était brisé et qui serait loque jusqu'à la fin de ses jours. Surtout que si elle voulait le reconquérir, elle devait passer outre ce drame et repartir d'un nouveau pied.

    Elle ricana doucement puis planta son regard dans celui de William. Elle avait toujours aimé le vanner (un peu comme elle aimait vanner Constance, mais dans une autre dimension), que ce soit quand ils se détestaient ou lorsqu'ils s'aimaient. C'était plus fort qu'elle.

      "Y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, mmh?"


    Emily le gratifia d'un regard lourd de sous entendu, un sourire amusé flottant sur ses lèvres, puis lorsqu'ils abordèrent la question du serment, l'expression de son visage changea du tout au tout. Comme si on venait de la mettre au défi de résoudre une énigme en quatre secondes, elle devint plus sérieuse que jamais et sembla se concentrer.
    En réalité, elle encaissait.
    Le poids de la réalité.

    Ils étaient jeunes, beaux et amoureux lorsqu'ils avaient fait ça. Une simple connaissance avait accepté de les aider à prêter serment puis lorsqu'ils en avaient eu fini, Emily avait modifié la mémoire de l'adolescent qui les avait aidé pour qu'il ne se souvienne pas de ce qu'ils venaient de faire. Cela devait rester secret jusqu'à ce qu'ils décident de divulguer l'information. Ils n'avaient pas compris qu'ils venaient de s'engager dans une promesse qui dépassait de loin l'entendement.
    Ils n'avaient pas réfléchi à l'ampleur de leur acte ni à ce que cela signifiait en cas de rupture. En fait, ils n'avaient pas réfléchi à une rupture. Après tout, comment auraient-ils pu anticiper qu'une personne tierce viendrait se mêler à tout ça et enlever une année de souvenirs de la tête de William? Qu'ainsi, en revenant à lui-même, il aurait tout oublié de leur amour, de leurs promesses, du serment? Ils n'auraient jamais pu.
    Elle soupira, puis inspira profondément. Consciente que ce qu'elle allait lui répondre ne lui plairait pas. Etant un homme, William aurait encore plus de mal à avaler ça. Mais Emily pouvait peut-être compter sur le fait qu'il n'était pas un vaishya et qu'il ne chercherait pas à la revendre pour l'affront qu'elle avait commis (...).

      "On s'est juré fidelité..."


    L'adolescente n'osa pas lever les yeux vers lui, et pensa même à partir en courant tellement elle craignait sa réaction. Déjà qu'il était persuadé de la détester, avec ce qu'elle venait de lui avouer, elle risquait sa vie.

      "... Ce qui signifie que si l'un de nous deux couche avec quelqu'un d'autre, on crève. Moi ça me dérange pas, mais bon."


    Mais bon. Toi tu me détestes et l'idée seule d'avoir une relation sexuelle avec moi doit te donner la nausée, quoi. C'est bête. Tu vas devoir faire un effort, coco. Une vie sans sexe n'est pas une vie pas vrai?

    Elle toussota, se morigénant intérieurement pour ce qu'elle venait de penser, puis la jeune femme posa enfin son regard sur celui qu'elle aimait. Cela la tuait de le regarder, d'être près de lui mais de ne pas pouvoir le toucher ni l'embrasser. Elle n'osait pas bouger, ne voulant pas passer pour un stomoxe volant autour de sa proie. Peut-être que si elle agissait comme s'ils étaient de simples amis, il comprendrait au fur et à mesure qu'elle n'était pas aussi détestable que ce qu'il pensait. Puis lorsque ce stade serait passé, elle pourrait à nouveau le séduire. Lentement mais surement.
    C'était horrible. Et Emily se posa la question de comment elle pouvait réussir à tenir alors que celui avec qui elle jurait fidélité quelques mois auparavant avait... disparu.

    Ne souhaitant pas parler éternellement du serment inviolable (quoiqu'elle n'était pas sûre qu'il arriverait à changer de sujet maintenant qu'il venait d'apprendre qu'il devrait faire des efforts s'il voulait que sa libido soit repue), elle fit mine de réfléchir.

      "Une idée de qui aurait pu te faire ça ?"




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William D. Sylvester
Nombre de chapitres écrits : 847
© avatar, icon, signature : Avatar : HerSunshine. | Tumblr
Date d'inscription : 22/02/2009
Chocogrenouilles : 6
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Mer 24 Aoû - 13:36
    "Y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, mmh?" William leva un regard noir vers elle. Et puis ce sourire amusé.. Il lui ferait bien bouffer. Il n'était pas d'humeur et tout ce qu'elle trouvait à faire c'était se moquer de lui ? Dire qu'il était un imbécile ? Le Gryffondor préféra ne pas répondre, jugeant que ce n'était pas le bon moment pour partir dans une énième dispute.

    En effet, il préférait savoir ce qu'ils s'étaient jurés. C'était déjà dur à assimiler, cette histoire de serment. Il avait du mal à croire qu'il avait pu être stupide à ce point. Au point de faire ça avec elle, cette blondasse qu'il avait détesté dès son premier jour à Poudlard. On ne pouvait pas passer de la haine à l'amour comme ça. Elle avait dû le droguer, c'était obligé. Mais avec un peu d'espoir, ils s'étaient jurés une connerie du genre ne plus jamais porter quelque chose de vert, ne plus manger de friandises de Bertie Crochue, ne plus aller chez Zonko. 'Fin une chose faisable quoi.

    "On s'est juré fidélité... Ce qui signifie que si l'un de nous deux couche avec quelqu'un d'autre, on crève. Moi ça me dérange pas, mais bon." Il la fixa. Longuement. Comme s'il s'attendait à ce qu'elle se mette à sourire, qu'elle lui dise : "mais nooon, je rigoole !". Allez Emily, dis quelque chose de bien pour une fois dans ta vie. Pour une fois, ne pourri la mienne. Mais non. Rien de tout de ça. Il inspira un grand coup, se passa une main dans les cheveux. Il ne pourrait plus jamais toucher une fille. Oui parce qu'elle ne comptait pas comme une fille, elle comptait comme de la merde. Hors de question qu'il la touche.

      - J'te crois pas. Si c'était vrai, ça ne te dérangerais pas de plus pouvoir faire quoique ce soit, toi qui fait partie des putes de Poudlard et qui aime se faire tourner.


    Allez tiens, prends ça dans ta face. Il entendit un "salut" et se retourna. Il ne se rappelait plus du nom de la fille, mais il lui répondit. Puis, une idée lui vint en tête. Il lança un coup d’œil à la blondasse qui lui faisait face, ne répondant pas à sa question, puis se leva. Il s'approcha de la jeune fille. Il savait qu'il la connaissait, elle avait un an de moins que lui, il avait juste un peu de mal à se rappeler de son prénom. Il passa une main au niveau de son cou et alors qu'elle commençait une phrase pour lui demander ce qui le prenait, il déposa ses lèvres sur les siennes. Au tout début, rien. Mais juste une seconde après, il fut pris d'une horrible douleur. Cette douleur était indescriptible tellement elle était forte, aucune comparaison ne pouvait être faite. Il avait mal partout, il pouvait la ressentir sur chaque parcelle de son corps : sa tête, ses jambes, son xiphoïde, son ventre. Partout. Il aurait encore préféré se prendre un endoloris, ou se faire piquer par une xylocope. Il tomba et se recroquevilla au sol. La Gryffondor, paniquée, quitta la salle commune en courant.

    Une fois la douleur passée, il resta un moment au sol, le temps de reprendre ses esprits. Elle ne lui avait malheureusement pas menti. Il avait bien été amoureux d'elle (rien que d'y penser ça le dégoutait) et il avait été assez stupide pour lui jurer fidélité. Il se releva difficilement. Il n'avait pas refermé sa chemise. Il avait son propre xyste chez lui et s'entrainait assez souvent alors il n'avait pas trop honte de son corps. Il avait l'impression d'être vidé de ses forces et ses pensées étaient toutes tournées vers Emily. Comme par hasard. Elle avait eu raison mais il avait trop de fierté pour l'avouer. À la place, il posa son regard sur la blonde pour voir si elle aussi elle venait de vivre ça. À en voir la tête, on dirait bien que oui. Il avait envie de lui demander si elle allait bien mais il se surprit lui-même. Depuis quand il s’intéressait à sa santé ? Il détourna le regard et alla se positionner près de la fenêtre pour regarder dehors, ne s’intéressant pas à elle. Elle pouvait être en train de se vider de son sang parce qu'en tombant elle s'était cogné sur la table basse ou inconsciente, il ne bougerait pas le petit doigt. Enfin pas tout de suite.

      - Il faut trouver un moyen de l'annuler. Peut-être que si l'un de nous deux meurt, ça libère l'autre. Dans ce cas, ça ne me dérangera pas de te pousser du haut de la tour d'astronomie.


    Il avait l'espoir que le serment puisse s'annuler. C'était stupide, mais c'était ce lui permettait de ne pas se ruer sur Emily pour la tuer ou encore ce qui l'empêchait de se suicider tout de suite. D'ailleurs il venait de penser à quelque chose et le pire, c'était que ça venait de le faire sourire. Mais arrête William, c'est Emily, ton ennemie merde !

      - Ton frère a dû adorer ça ...


    Il imaginait bien Seth en colère parce que sa sœur avait fait l'erreur de faire un serment inviolable avec un mec qu'elle avait détesté un an plus tôt. William espérait même qu'Emily avait passé un sale quart d'heure. Il se retourna enfin pour pouvoir la regarder.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'amour à sens unique [William ♥]   Aujourd'hui à 5:23
Revenir en haut Aller en bas
 

L'amour à sens unique [William ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» Un amour à sens unique
» SOS RPG[à sens unique]
» Troc à sens unique [Alvaro]
» Tiffany Bell - L'amitié c'est comme l'amour, ça ne marche pas à sens unique !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-