+ vous?



 

Partagez | .
 

 Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Sam 28 Mai - 13:56

« Il y a des gens dont le regard vous améliore. C'est très rare, mais quand on les rencontre, il ne faut pas les laisser passer. »

    Tout se bousculait dans la tête d’Evangelina. Elle ne savait plus ce qu’elle devait penser ou non. Pourquoi tout devenait si compliquer ? Alors que cela aurait pu continuer à être aussi facile. Elle aurait pu continuer à avoir sa petite vie de Serpentarde arrogante, mais, non à la place il a fallu que des satanées mangemorts débarquent à Poudlard et sèment la panique partout où ils passent. Comme la plupart des gens c’était tout naturellement que la jeune femme s’était dit qu’ils n’allaient sûrement faire que acte de présence ou un autre truc de ce genre, mais, loin de s’imaginer toutes les atrocités qu’ils ont désormais commis. Elle pensait encore et encore à cela, elle aurait bien aimé ne pas être présente ce jour-là mais de toute manière cela était un peu obligé qu’elle aussi subisse cela. Depuis des semaines, son esprit ne cessait de penser. Penser. Penser encore et encore. Quelques images revenaient dans son esprit, c’étaient celles de la cage. Cette cage où elle avait passé des jours et des jours atroces, ce qui l’avait profondément abîmée -que ce soit physiquement ou moralement-. Bien entendu, comme toutes les personnes qui avaient aussi subis cela, elle essayait de ne plus y penser, mais c’était plus fort qu’elle malheureusement, quoique en ce moment elle avait d’autres pensées. C’était comme ça encore et encore que le soir elle ne s’étonnait pas de rêver de cette pièce où elle et les autres élèves avaient été enfermés comme de vulgaires personnes. Ce matin quand elle se réveilla, ce fut un réveil dur. Elle en avait un ras-le-bol, oui un ras-le-bol de tout en fait, ce qui l’ennuyait profondément. Croisant un rayon de soleil, elle se leva en ne faisant pas encore gaffe aux autres filles de son dortoir qui se réveillaient. Elle passa directement dans la salle de bains et n’y ressortit que vingt-minutes plus tard. Bizarrement aujourd’hui, elle se moquait complètement de son apparence, elle y était allé à la vite, se disant que cela ne servait pas à grand-chose. Quand elle marcha dans les couloirs, elle ne remarqua que les élèves étaient étranges (encore plus étranges que d’habitude). Se disant que c’était peut-être parce que c’était le matin, elle ne s’y attarda pas, surtout que des pensées sombres commençaient à l’envahir. En effet quand elle prit son petit-déjeuner la jeune femme ne put s’empêcher d’essayer de se faire du mal avec tous les objets présents sur la table, elle n’avait aucune raison de pourquoi elle faisait ça. Elle cherchait juste à se faire du mal sans raison particulière, comme si elle en avait besoin. Ensuite, elle alla en cours, et là encore elle remarqua le comportement bizarre des élèves qui en plus de cela ne pouvait s’empêcher des rumeurs. Evangelina n’échappait pas à ce genre de rumeur, elle s’en moquait un peu. Mais, quand ça parlait beaucoup d’elle et que en plus de cela les élèves se comportaient étrangement, cela pouvait la faire rire. Oui, pouvait car aujourd’hui elle n’avait pas le cœur à rire, pas du tout ; au contraire elle tirait une tête triste où on voyait bien que quelque chose n’allait pas. D’ailleurs il n’y avait qu’à voir les élèves du château, ils avaient tous des comportements bizarres, elle ne savait pas ce que c’était et elle commença à ressentir un besoin d’être seule. Il fallait qu’elle prenne l’air, oui comme ça peut-être que toutes ces pensées allaient partir. Et c’est ce qu’elle fit, sauf que ces pensées ne partirent pas pour autant, non au contraire elles étaient toujours omniprésentes. Voyant le peu de monde qui était présent vers le lac, elle y alla. C’est d’un pas vif qu’elle y alla comme si elle était pressée. L’eau du lac était claire, elle semblait si pure, si innocente, on aurait bien envie de se baigner dedans si seulement il ne faisait pas si froid. Au lieu de s’asseoir au bord de l’eau, la Serpentarde décida de rester debout et de se pencher vers l’eau. Elle posa donc ses pieds sur le bord et se balança. Cela lui importait peu de tomber, même si au fond d’elle-même elle n’avait pas vraiment envie. D’habitude elle n’avait pas ce genre de comportement, mais, là c’était bizarre, c’était comme-ci elle ne contrôlait plus du tout une partie d’elle-même. C’était étrange comme sensation, mais cela semblait lui parcourir une sorte de plaisir. Ses yeux commencèrent à légèrement briller à cause des petites larmes qui montaient dans ses yeux bleus. Et ce qui devait arriver, arriva : en effet elle tomba par terre à force de se balancer dangereusement. Elle fut si surprise que le choc lui semble rude, elle tomba donc complètement sur le dos dans l’herbe. Puis, elle ressentit une douleur au niveau du dos. Mais qu’est-ce qui lui arrivait donc ? Elle ne le savait point, mais alors point du tout. C’était horrible comme sensation, que le mot aie ne pouvait même pas être prononcée. La raison était que déjà c’était stupide de dire aie quand on est conscient de ses actes, quand on sait ce qu’on fait, mais que seule le fait de faire souffrir peut vous apporter un sentiment de bonheur. Cela était un peu ce que ressentait la jeune femme, mais elle n’arrivait pas à mettre des mots ou des phrases sur cela, impossible. C’était donc dans l’herbe, allongée, perdue, ressentant une sensation qu’elle pensait un jour ne jamais avoir à ressentir que Evangelina se trouvait à ce moment-là.


Dernière édition par Evangelina Grims le Dim 31 Juil - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Jeu 23 Juin - 19:12
    Une pièce noire. Des élèves. Des murmures. Des cris. Des disputes. Des pleurs. Des gémissements. Des soupirs. Le désespoir.
    L’image d’une centaine d’élèves qui se réveillent, entassés les uns sur les autres. L’image d’Alyssa Carter qui quitte la Cage. L’image du corps d’Arthur Powell qui gît sur le sol, inerte. La panique. La colère. La peur. Le désespoir.
    Tout ça lui revenait à l’esprit. Lorsqu’elle dormait, lorsqu’elle voyait ceux qui avaient été enfermés avec elle, lorsqu’elle avait un moment de libre. Tout le temps. Alors elle étudiait. Elle se donnait à fond sur ses cours, jusqu’à s’en rendre malade. C’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour ne plus penser à ça. Ses notes s’amélioraient, certes. Mais sa vie sociale était au plus bas. Elle évitait les gens, comme s’ils avaient la peste. Tout le monde lui demandait si elle allait bien, ce qu’il s’était passé dans la Cage, comment c’était d’être enfermé. Et ça, elle ne pouvait plus le supporter. Alors elle se cachait derrière ses bouquins et essayait de faire comme si tout allait bien.


    Mais en réalité, je n’allais pas bien. Pas bien du tout. J’essayais tant bien que mal de le cacher, mais ça ne servait à rien. Je ne sortais pratiquement pas de ma Salle Commune, si ce n’est pour me rendre à mes cours ou pour aller emprunter des livres à la bibliothèque. J’étais une sorte d’ermite. Et, les rares fois où je sortais, j’essayais à tout prix d’éviter ceux qui étaient avec moi dans la Cage. Ils me rappelaient trop de mauvais souvenirs. Mais le pire dans tout ça, c’était le fait de voir que certains semblaient aller bien. Ils continuaient leur vie, parlaient avec des gens, certains riaient même. Je ne comprenais pas. Ils semblaient être si forts, être capables de surmonter tout ça. Mais moi je n’étais pas forte. J’essayais de me battre, mais je ne pouvais pas. Je n’y arrivais pas. J’étais faible. Et ça me tuais.
    __

    Ce jour là, Cassidy décida tout de même de sortir prendre l’air. Elle venait de passer la journée assise sur un des fauteuils de la Salle Commune des Poufsouffles, la tête plongée dans ses bouquins. Il y avait d’autres élèves autour d’elle, mais ils savaient qu’il ne fallait pas lui parler, au risque de subir les foudres de la jeune fille. Lorsqu’elle avait tourné la tête vers la fenêtre, elle avait aperçu un petit rayon de soleil qui transperçait les nombreux nuages qui recouvraient le ciel. Elle s’était alors dit qu’il était temps de sortir, qu’elle ne pouvait pas rester enfermée toute sa vie.

    Je me dirigeai alors vers la sortie, laissant mes affaires derrière moi. J’avais tellement envie de sortir, de prendre l’air, que je ne pris même pas la peine de mettre une veste. Mais à peine avais-je eu le temps de descendre une marche d'un des nombreux escaliers qui menaient jusqu'au Hall d'entrée, que je sentis tous les regards se poser sur moi. Ils semblaient durs, comme s’ils me jugeaient, comme s’ils me reprochaient quelque chose que j’avais fait. Quoi, ils n’allaient quand même pas me blâmer parce que je ne sortais jamais, parce que je jouais les ermites et que je restais seule, dans ma bulle, si ? A vrai dire, je ne savais pas. Mais tous ces regards sur moi m’inquiétaient. Ils commençaient vraiment à me faire peur, et je me sentais de plus en plus mal. Il fallait que je m’isole à nouveau. Le plus vite possible. Mais où aller ? Je ne pouvais pas retourner dans ma Salle Commune, il y avait bien trop de monde. Je ne pouvais pas non plus rester ici, en plein milieu des escaliers et entourée par des centaines de paires d’yeux qui me fixaient. Je me sentais tout à coup oppressée. Il fallait vraiment que je sorte d’ici, maintenant.

    Sans le savoir, Cassidy venait de développer un des symptômes que la malédiction avait déjà causé à de nombreux élèves. Au fur et à mesure que le temps passait, elle devenait paranoïaque. Pour elle, tous les gens qu’elle croisait lui voulaient du mal. Bien sûr, c’était faux. Mais elle ne le savait pas. Elle ne se rendait pas compte qu’elle avait changé, que son comportement avait changé, et qu’elle était devenue tout aussi étrange que la plupart des élèves. Elle avait désormais peur que l’on s’en prenne à elle, s’il bien qu’elle décida de s’enfuir. Elle avait d’ailleurs crié « Non, laissez-moi tranquille ! » avant de prendre ses jambes à son cou.

    J’avais réussi à fuir. J’avais parcouru le château en courant, et personne n’avait pu m’atteindre, personne n’avait pu me faire du mal. A présent, je me dirigeais vers le Lac, le seul endroit qui me paraissait sûr. Il n’y avait qu’une personne présente, allongée dans l’herbe. Elle semblait inoffensive, pas comme les autres personnes que j’avais croisées jusqu’à présent. Il fallait que j’aille la voir, que je lui demande de me venir en aide. Je ne pouvais pas me protéger toute seule. J’étais trop faible et j’avais bien trop peur.

    La jeune fille dévala alors la pente en courant, jusqu’à arriver près de la personne qui pourrait peut-être l’aider. La jeune fille allongée dans l’herbe s’avérait être Evangelina Grims, une Serpentarde avec qui elle avait eu des différents dans La Cage. Elle lui avait d’ailleurs présenté ses excuses dans la Grande Salle, une fois qu’ils étaient tous sortis. Cass’ n’avait rien dit et l’avait prise dans ses bras, jugeant que ce n’était pas le moment de parler de ça. D’ailleurs, le moment n’était toujours pas arrivé, et n’arriverait certainement pas aujourd’hui. Cassidy était donc arrivée près d’elle en courant telle une hystérique, lui avait limite sauté dessus et l’avait secouée en criant :

      « Evangelina ! Il faut que tu m’aides ! »


    La jeune fille ne sembla pas réagir tout de suite. Assise sur elle, je la regardai un moment. Elle semblait... Bizarre. A la fois triste et heureuse. Comme si elle n’arrivait pas à se décider sur le sentiment à ressentir. Bizarrement, je ne ressentais pas de la peur envers elle. Non, pour le moment, je m’inquiétais pour elle. D’un geste un peu hésitant, je caressai sa joue, comme pour vérifier qu’elle était toujours là, avec moi. Et, d’une toute petite voix, je demandai :

      « Evangelina… Est-ce que ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Lun 27 Juin - 18:23
    Elle n'était même pas consciente qu'elle possédée un symptôme. Combien de personnes savaient qu'elles avaient développés un des nombreux symptômes qu'il pouvait y avoir ? Peu de personnes. Très peu de personnes savaient en effet qu'elles avaient cela. Mais, il y avait de quoi se poser des questions quand on voyait des élèves qui ne se comportaient pas comme d'habitude, soit parce qu'il se prenait pour une autre personne ou alors se mettait à pleurer à chaque mot de travers. On pouvait alors penser que c'était à cause du fait que la vie à Poudlard devenait de plus en plus dures à cause des nombreux phénomènes qui se passaient, à cause des Carrow, à cause de certaines élèves et tout pleins d'autre trucs. Mais, c'était faux ! Comment pouvait-on croire de telles choses alors que c'était presque pire que cela ? Bref c'était ainsi. Evangelina avait beau réfléchir, penser à ça, cela ne changerait à rien. Ce n'était même pas à elle de s'occuper de cela. Hors de ses pensées, elle était toujours près du lac, allongée par terre comme une perdue. Tout ce qu'elle savait c'est qu'elle avait mal au bas du dos. Si elle avait été dans son état normal, elle aurait pensé qu'elle se casser quelque chose, mais là à cet instant elle s'en moquait un peu en fait. Tout ce qu'il lui importait été de souffrir, de se faire du mal. Tant qu'elle avait mal c'était parfait. Quoiqu'elle sans rendait compte, quelquefois elle se demandait même comment était-elle arrivée à se faire ces marques qu'elle avait sur les bras ou sur les jambes. Puis, au fur et à mesure elle n'y faisait plus attention, tellement elle en avait. Elle se disait, alors, que c'était à cause du fait des mangemorts ou un autre truc de ce genre. C'était tellement plus simple de rejeter la faute sur les autres que sur soi-même.

    La jeune femme était encore présente près du lac, toujours allongée, elle ne pensait à rien en particulier. Elle avait les yeux rivés sur le ciel, il était étonnement beau aujourd'hui, même si il faisait un peu froid en cette saison. Elle était bien, elle ne savait pas encore qu'elle allait l'être moins bien tout à l'heure. Il y avait peu de gens près du lac. En même temps vue les symptômes de quelques personnes, il ne valait mieux pas qu'il s'y approche. Comme la Serpentarde, elle serait capable de se jeter dedans et d'aller retrouver les sirènes ou autre truc de ce genre. Elle ne savait pas de quoi elle était capable en même temps, c'était un peu une surprise à chaque fois. Elle espérait quand même qu'un jour cela s'arrête pour qu'elle puisse retrouver sa vie banale d'adolescente sans qu'elle est besoin de se faire du mal sans arrêt. Elle ne fit même pas gaffe aux personnes qui pouvaient passer ou à cette fille qui dévalait la pente en courant. Elle était tellement bien sur l'herbe, même si elle savait qu'à un moment où a un autre elle aurait besoin de trouver quelque chose pour se faire du mal, ou pas elle n'avait pas vraiment hâte, même si elle le faisait inconsciemment. Et là elle fut secouée par elle ne sait quoi. Cette personne lui avait sauté dessus comme une folle.



    « Evangelina ! Il faut que tu m’aides ! »

    Elle leva enfin la tête, reconnaissant cette voix. Elle savait qui c'était, enfin elle le voyait. C'était Cassidy, une fille avec qui elle a avait eu quelques altercations dans la cage, car la Serpentarde s'était moquée d'elle, elle ne se souvenait plus très bien. A vrai dire, elle préférait oublier tous les événements qu'il avait pu se passer dans la cage, ça valait mieux. Après -bien entendue-, elle s'était excuser mais c'était lorsque qu'ils étaient sortis et ce n'avait guère été le moment. Et là même si elles auraient voulu reparler de cela, ça n'aurait toujours pas été le bon moment. Comme-ci de rien n'était, elle était devant elle. Aucun mot ne sortit de la bouche de la jeune femme, elle se demandait ce qu'il lui arrivait. Pourquoi est-ce que la Poufsouffle lui avait sauté dessus de cette manière. Elle était atteinte de quelque chose ou elle avait juste perdue la tête ? Bien sûr qu'Evangelina voulait bien l'aider, mais l'aider pour quoi ? Elle avait loupée un épisode là ou quoi ? Elle la regarda limite interloquée mais toujours avec le sentiment d'être heureuse et triste à la fois, elle n'arrivait vraiment pas à se décider. La surprise fut presque amplifier quand elle vit que Cassidy lui caressait la joue. Elle se demanda d'un coup, si son amie allait vraiment bien. Elle entendit quelque chose, la Poufsouffle dit quelque chose d'une petite voix :

    « Evangelina… Est-ce que ça va ? »

    La concernée la regarda toujours aussi surprise et un peu sous le choc qu'elle l'eut secouée de cette manière-là. Les gens deviennent de plus en plus fous à Poudlard c'était un fait. Ne bougeant pas, là laissant toujours sur elle, elle mit sa main sur la sienne et hésita à lui crier dessus en lui demandant qu'est-ce qu'elle avait. En fin de compte, elle opta plus pour une solution gentille, qui se devait de rester gentille car au fond elle ne savait pas ce que son amie avait réellement.

    « Putain Cassidy, ça va pas de me secouer comme ça ou quoi ? … Euh ouais bon bref je vais très bien et toi ? Tu es sûr que ça va ? Je veux dire c'est quoi ton problème pour me secouer comme ça ? T'es pourchassé par je ne sais quoi ? Ou c'est juste que tu voulais me voir ? »

    Sans raison apparente, la jeune femme qui était limite dans le flou total, la bombardait de questions. Elle avait vraiment envie de lui dire « dégage » ou « passe-moi ça » ou d'autres trucs. Mais bon, elle préférait ne rien faire pour le moment, elle voyait bien dans les yeux de son amie que celle-ci n'allait pas très bien non plus, et certes elle voulait bien l'aider si elle voulait, si en plus ça lui faisait du mal elle n'en serait que plus enchantée. Car oui, le symptôme était toujours présent dans son esprit et elle n'allait pas faire que ça. D'un geste brusque, elle se détacha de Cassidy qui tomba à terre. Sans se préoccuper de la malheureuse, elle alla vers le lac.

    « Ça doit être classe de nager là-dedans, d'aller à la rencontre du monstre là. Ça doit être une belle mort au fond de l'océan. »

    Elle regarda le lac en disant ses paroles. C'est vrai qu'il était beau. Enfin quoique beau c'était peut-être un adjectif trop fort. Elle se retourna vers son amie. Elle espérait qu'elle ne lui avait pas trop fait peur ou un truc comme ça, même si elle se sentait bizarre, elle ne voulait pas la faire fuir.


Dernière édition par Evangelina Grims le Mar 12 Juil - 0:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Sam 2 Juil - 23:54
    Evangelina mit quelques temps à lui répondre et, l’espace d’un instant, Cassidy crut qu’elle l’avait perdue. Comme si son âme avait été transportée dans un autre monde mais que son corps était resté ici. Cassidy continuait de la fixer, un peu inquiète pour elle. Bon d’accord, elles n’étaient pas de grandes amies mais elle n’avait jamais détesté la jeune fille, malgré toutes les choses qu’elles aient pu se dire lorsqu’elles étaient encore dans la Cage. Puis Evangelina posa sa main sur la sienne. Peut-être en signe d’apaisement, comme pour lui dire de ne pas s’inquiéter. Elle ne savait pas vraiment, mais ça la rassurait. Elle s’était toujours préoccupée des autres, faisant parfois passer leurs sentiments après les siens. S’ils allaient mal, elle voulait pouvoir leur venir en aide et se sentait mal à son tour quand elle ne pouvait rien faire. Cela pouvait être considéré comme une qualité mais aussi comme un défaut. En effet, il y a des fois où elle aurait mieux fait de ne rien faire. Parfois, quand on se mêle de la vie des gens, on s’en prend plein la gueule. Et là, c’était un peu le cas :

      « Putain Cassidy, ça va pas de me secouer comme ça ou quoi ? … Euh ouais bon bref je vais très bien et toi ? Tu es sûr que ça va ? Je veux dire c'est quoi ton problème pour me secouer comme ça ? T'es pourchassé par je ne sais quoi ? Ou c'est juste que tu voulais me voir ? »


    Elle ne l’avait pas prononcé d’un ton méchant, mais suffisamment dur pour que Cassidy ne le prenne pas très bien.

    D’où elle se permettait de parler comme ça elle, hein ? Moi j’essayais de l’aider, c’est tout ! Et elle, elle m’envoie balader, comme si j’étais une vendeuse par téléphone moldue à qui on raccroche au nez. Franchement, elle a vraiment été méchante sur ce coup là. Qu’elle compte même plus sur moi pour que je lui pardonne ce qu’elle a dit, parce que là elle peut toujours rêver !

    La jeune fille se mit alors à pleurer, visiblement très vexée par ce que venait de dire Evangelina. Le symptôme commençait peu à peu à faire effet sur elle sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle était soudainement devenue très susceptible, ce qu’elle était beaucoup moins d’habitude.

      « Mais… Moi je voulais juste t’aider et… Non mais c’est bon hein, c’est tout le temps moi qui m’en prend plein la gueule ! J’en ai marre, les gens n’ont qu’à crever si c’est ça. Tout le monde se fous de ce que je peux ressentir… »


    Bien vite, la peur reprit le dessus sur la susceptibilité, et Cassidy confia ses craintes.

      « Et c’est eux là, ils me regardent bizarrement… Ils me veulent de mal, j’en suis sûre. J’ai peur ! Oh Evangelina, ils me font si peur ! »


    Les larmes continuaient un peu à couler et la vision de la jeune fille se troubla, si bien qu’elle ne vit pas le visage du jeune homme qui parla.

      « Cette fille est folle » dit-il.


    Cassidy essuya les gouttelettes qui s’échappaient de ses yeux et se tourna à nouveau vers la Serpentarde avant de se pencher vers son oreille. Si elle n’avait pas eu la tête aussi bas, Evangelina aurait put apperçevoir une lueur de folie apparaitre dans les yeux de la jeune fille.

    « J’suis pas folle, tu le sais hein ? C’est eux, ils me veulent du mal, ils se sont ligués contre moi. Ils veulent me faire croire que je suis folle, que j’ai besoin d’aide, tout ça pour que je me laisse approcher. Mais je ne suis pas tombée dans leur piège, s’ils croient pouvoir m’atteindre comme ça, ils se trompent ! Toutes les deux on sait très bien que je suis aussi saine d’esprit que toi. Il nous faut un plan d’attaque, il faut les arrêter. C’est eux qui sont fous, pas moi, c’est eux ! Dis, toi tu me crois hein ? »

    Les émotions de Cassidy se mélangeaient, si bien qu’elle ne savait même plus ce qu’elle éprouvait. Elle pouvait passer de la peur à la rage comme de la susceptibilité à la folie. Ce symptôme lui faisait complètement perdre l’esprit.

      « Mais réponds moi ! »


    Aïe ! Non mais elle est folle cette fille ! Elle se lève tranquille sans se préoccuper de moi. Hey, j’étais un peu SUR TOI tu vois ! Mais non, elle s’en fiche, elle se lève et me fait tomber mais c’est pas grave, c’est normal. Même pas pardon ni rien. Et la voilà qui se dirige vers le Lac et se met à me parler, comme si de rien n’était.

      « Mais t’es tarée ! »


    Elle se retourna alors vers moi et me regarda. Elle ne m’avait toujours pas répondu, hein. Non mais arrête de me regarder comme ça, tu me fais peur ! Et là, le déclic. Elle était avec eux ! Elle me voulait du mal elle aussi, c’est pour ça qu’elle essayait de détourner la conversation !
    Je commençai à nouveau à avoir peur, mais j’étais aussi énervée qu’elle soit contre moi, qu’elle ne m’aide pas à les arrêter. Je m’étais levée et me trouvais à présent à environ un mètre d’elle.

      « Crève-y, démon ! »


    Je l’avais alors poussée dans le Lac. Si elle trouvait ça si classe et beau d’y mourir, qu’elle y meurt ! Là au moins, elle ne pourrait plus me nuire.
    Soudain, je sentis quelque chose me chatouiller l’avant bras. Je tournai alors la tête en direction de celui-ci et aperçu, à ma plus grande surprise, une fourmi qui m’était sûrement montée dessus lorsque j’étais tombée.

      « AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! »


    Cassidy prit soudainement peur en voyant la fourmi. Il fallait à tout prix qu’elle s’en débarrasse avant qu’elle ne lui fasse quelque chose. Elle se mit alors à gigoter et à sautiller dans tout les sens, si bien qu’elle tomba à son tour dans le Lac.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Mar 12 Juil - 0:43
    Quand elle la regardait elle voyait bien que son amie n'était pas dans son état normal. Même si ce n'était pas ses affaires et qu'elle n'avait donc aucune raison de s'en mêler, un soupçon de curiosité ne pouvait que se mettre en place, face aux événements de ces derniers temps à Poudlard. Alors quand elle voyait la jeune femme la secouée violemment puis se mettre sur elle de cette manière-là, il y avait de quoi s'énerver. L'énervement mêlé à l'incompréhension totale, ainsi qu'une envie irrésistible de se faire du mal ; c'était exactement ce que ressentait Evangelina. Elle ne pouvait comprendre ce qu'il se passait, pourquoi son amie se comportait d'une façon bien étrange. Après que la Serpentard eut dit ce qu'elle pensait sur le fait que celle-ci débarque sans crier gare, Cassidy se mit à pleurer. Puis, elle dit quelque chose qui n'était guère audible à cause de ses pleurs. Elle voulait juste aider la jeune femme, elle s'en prenait tout le temps plein la gueule, elle en avait marre car tout le monde se moquait bien de ce qu'elle pouvait ressentir. La jeune femme la regarda, un mélange de surprise pouvait se percevoir dans son regard mais elle ne put dire grand-chose étant donné que la Poufsouffle avait recommencé à devenir paranoïaque. Elle était persuadée que certaines personnes lui voulait du mal, elle en était sûre, elle ne cessait de lui dire qu'elle avait peur. Les larmes ne cessait de couler sur ses joues et Evangelina eut bien du mal à ne pas lui mettre une gifle pour que celle-ci arrête de croire des choses qui se révéler être fausse. Pas très loin d'eux, il y avait un jeune homme, il semblait observer la scène des deux jeunes femmes et dans une parole très audible pour elles deux, il dit que cette fille était folle. C'était facile de savoir de qui il parlait et la réaction de la jeune femme ne se fit pas attendre. Elle reprenait son « discours » sur le fait qu'elle n'était pas folle, que c'était eux qui voulait lui faire du mal. Elle lui demanda même si elle la croyait. Sauf que dans la tête de la jeune femme c'était le chaos, elle ne savait pas si elle devait la croire, ou si elle devait lui dire qu'elle s'en moquait ou que non personne ne voulait du mal. Alors, elle ne dit rien. Le silence restait la meilleure solution face à cette question qui semblait déconcertante. Quand elle s'était levée, elle n'avait même pas fait gaffe que la Poufsouffle lui crier qu'il fallait qu'elle lui réponde. Elle s'en moquait. Elle n'était pas en mesure de répondre à cela, en tout cas pas pour le moment. Alors à présent elle se trouvait là, face à ce lac. Cet immense lac qui se trouvait au centre de la verdure du parc. Elle entendit les vagues paroles de Cassidy. Mais, elle était trop occupée à se dire si c'était une belle mort quand on allait au fond du lac. Et ses yeux se posèrent maintenant sur son amie. Elle la vit qu'elle se leva et la regarda d'un air apeuré. La jeune femme lui aurait bien demandé pourquoi est-ce qu'elle avait peur. Il n'y avait rien à craindre, enfin ça elle ne le savait pas -ne sachant elle-même ce qui lui arrivait. Elle ne pensait à aucun mal, juste à vouloir l'aider vue que quelques minutes plus tôt elle lui avait demandé de l'aide. Mais apparemment, ce n'était plus d'actualité. En effet, sans qu'Evangelina ne s'en rende compte, la jaune et noire l'avait déjà poussée dans le lac en disant crève démon. Elle avait manquée quelque chose c'était sûre et certain. Elle qui rêvait d'être dans le lac, y était à présent. Trempée jusqu'au aux os. Remontant à la surface, elle eut juste le temps de voir Cassidy qui, ayant peur d'une fourmi et se mettant à bouger dans les sens, tomba dans le lac. A cet instant la jeune femme se dit que c'était bien fait pour elle, qu'elle n'avait pas à la faire tomber. Sans dire un mot et ayant toujours un peu d'incompréhension dans l'esprit, elle nagea jusqu'à son amie. Elle ne savait pas qu'elle lui faisait peur. A vrai dire, c'était bien la dernière chose auquel elle pensait ; en effet, là elle préférait comprendre qu'est-ce ce qui arrivait à la jeune femme. Vue qu'elle se trouvait dans l'eau et que son envie de se faire du mal était encore présente, elle savait déjà ce qu'elle allait faire. Elle réalisa soudainement que dans l'eau c'était assez difficile de se faire du mal, elle était persuadée que chaque gestes susceptibles de la blesser et donc de ressentir une douleur, allait s'avérer compliquer étant donné qu'elle se trouvait dans un milieu liquide. Mais bon il fallait bien un essaie à tout. Elle n'était pas encore arrivée vers la jeune femme, qu'elle décida de plonger son l'eau. Une grande bouffée d’oxygène avait été prise avant qu'elle n'aille sous le lac. A présent, elle était dans le milieu marin, complètement dans le milieux marin. Elle essaya de se faire au lac sombre, dont le soleil caché derrière ses nuages tel un mois d'automne, ne réussissais à faire un peu de lumière. Elle aurait pu très bien utiliser sa baguette, mais disons qu'elle n'en avait pas très envie. Une fois qu'elle se fut bien habituée -enfin un peu-, elle continua à nager vers Cassidy. Puis toujours sous l'eau, ne se doutant pas à quoi penser son amie, quelques bulles remontèrent à la surface. Sans prévenir, et en espérant que celle-ci ne l'es point vue, elle lui attrapa les deux jambes pour ainsi la mette sous l'eau elle aussi. A cet instant, elle se moquait assez du fait que ses cheveux allaient être complètement mouillés, ses vêtements aussi. Elle la regarda dans les yeux, en lui tenant le poignet. Elle n'était pas de nature violente mais là la Poufsouffle l'avait profondément agacé à croire que tout le monde lui voulait du mal et surtout de l'avoir traité de démon. Elle le sortait d'où ce nom ? C'était pas un démon, enfin ça elle ne le savait pas ; ce qu'elle savait c'était qu'elle était une élève comme les autres à ses propres yeux. Alors, elle lui mit une baffe, puis une autre. Elle la lâcha pour remonter à la surface. Après avoir repris son souffle, elle décida de remonter la jeune femme, et c'est ce qu'elle fit.

    « Non mais franchement c'est quoi ton problème Cassidy ? C'est n'importe quoi là ! Les gens ils ont rien à faire, ils ont leur propre problème alors tu crois qu'ils vont s'amuser à te faire du mal ? Comme ça, car ils savent pas quoi faire ? Non mais c'est toi la tarée ouais ! »

    Evangelina était à présent rentrée dans une colère, où à cause de son symptôme elle voulait à présent se faire encore plus de mal. Elle n'hésita pas à dire à la jeune femme ce qu'elle pensait réellement, elle voulait juste que celle-ci arrête de croire tout et n'importe quoi. C'était pour son bien, oui exactement c'était pour son bien. Pendant un moment, elle chercha du regard quelque chose qui pouvait la blesser. Le monstre du lac ce n'était qu'une légende, elle ne l'avait jamais vue de ses propres yeux tout comme les sirènes ou les strogulots alors elle ne pouvait guère compter sur eux. Essayant de retrouver son calme et en ramenant ses cheveux en queue de cheval, elle ne put s'empêcher de dire :

    « Tu veux que je t'aide à quoi exactement ? Je ne vois pas en quoi je peux t'aider. D'ailleurs, j'ai autre chose à faire tiens. T'as pas un couteau ou un truc de ce genre par hasard ? »

    Elle avait dit ces paroles sans la regarder, sauf qu'elle ne savait pas que ces paroles pouvaient à tout moment terrifier son amie. Elle trouva enfin le couteau qu'elle avait dans sa poche, elle ne savait pas comment il été arrivé dans sa poche mais ce qu'elle savait c'est qu'il était à elle vue qu'il était à l'endroit où quelques instants plus tôt elle était. Sauf, qu'elle ne bougea pas, elle regardait autour d'elle avant de reposer son regard sur Cassidy, qui au fond restait une bonne amie.

    « Dis, tu m'en veux pas, j'espère ? Pour les baffes.. que je t'ai mises sous l'eau. C'était pour que t'es les idées plus claires vois-tu. »

    Un petit sourire se dessina sur ses lèvres en disant cela.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Dim 31 Juil - 4:58
    Plouf !
    Et la voilà tombée dans le Lac. C’était malin. L’eau était vraiment glacée. Et sale aussi. Des algues, des feuilles mortes et quelques solides non identifiés flottaient à sa surface, de quoi écœurer la jeune fille. Casssidy se mit à trembler de tous ses membres tandis qu’elle regardait son amie remonter à la surface. Elle n’avait visiblement pas réussit à se débarrasser d’elle. Et, plus elle la voyait, plus elle avait peur d’elle. Au plus profond d’elle, elle savait qu’Evangelina n’allait pas lui faire de mal. Mais la paranoïa prenait le dessus, elle n’était plus capable de réfléchir correctement.


    Eh merde, elle est toujours là, elle ! Comment je vais faire ?! Oh non, elle s’approche de moi… Vite nage, nage ma vieille, elle te rattrape ! Mais allez, traaaace ! Putain qu’est ce que t’es lente, c’est pas possible ça ! J’aurais du prendre ces fichus cours de natation que Maman voulait tant que je prenne… Comme quoi, ça peut toujours servir. Et puis on avait quand même les moyens pour en prendre. Papa n’était pas un chiffonnier, et à l’époque ils voulaient faire ce qui était le mieux pour moi. Maintenant… Ca reste à voir. De toute façon je m’en fiche, je ne veux plus leur parler. Mais bon, heureusement que Papa m’a apprit à nager ! J’aurais pas eu l’air conne à me noyer au milieu du Lac. Ca lui aurait bien fait plaisir, à l’autre. Peut-être que si je lui lance des trucs, elle va s’arrêter. Je m’arrêtai alors, me retournai et pris la première chose qui me venait sous la main : des algues. Je lui en lançais alors à la figure sans m’arrêter. Tiens, prends toi ça dans la gueule ! Tu mériterais de crever au fond de ce Lac sale traitresse ! Je croyais que tu voulais qu’on s’entende, bah là c’est râpé ! Ouais, râpé comme les carottes râpées. D’ailleurs si j’en avais je t’en jetterais à la figure ! Avec du citron, pour que tes yeux brûlent ignoble sorcière. Avec une pêche en dessert. Ouais, je mangerai la pêche et ensuite je te jetterai le noyau dessus. Ca doit bien faire mal ça.

      « Laisse-moi tranquille ! M’approche pas ! »


    Mais à peine avais-je eu le temps de lui crier ceci qu’elle avait déjà disparue sous l’eau. Alors ça y est, elle s’était noyée ? VICTOIRE ! J’entamais une petite chorégraphie complètement ridicule, une sorte de mélange entre la danse égyptienne et la danse des canards. Si ma mère me voyait, elle me dirait plutôt de prier pour sauver ma peau au lieu de danser. Certaines personnes continueraient sûrement d’essayer de me nuire. Mais moi je ne croyais pas à ses mensonges. S’il y avait vraiment quelqu’un là-haut, il n’aurait pas laissé les Carrow nous enfermer dans la Cage. Il ne nous aurait pas laissés dans cette pièce, à attendre la mort. Je n’y croyais pas. Ma mère aurait sûrement été choquée face à cette irréligion, mais je me fichais de ce qu’elle pouvait penser. Les gens autour de moi me regardaient bizarrement, mais à vrai dire je m’en fichais. Ils n’étaient pas normaux. Ils agissaient tous bizarrement, et ensuite ils essayaient de me faire croire que j’étais folle. Mais je ne l’étais pas ! Ils n’auraient pas Cassidy Eléanore Perkins comme ça. Ah ça non !
    Soudain, je vis des bulles apparaitre près de moi. J’eu un mouvement de recul. Qu’est-ce que c’est que ça encore ? Tandis que j’approchai ma tête de l’eau afin de voir la source de ces bulles, quelque chose m’attrapa les deux jambes et me tira dans les profondeurs du Lac. AHHHHHH ! Aidez-moi, au secours ! J’essayai de me débattre mais quelque chose me tenait à présent par le poignet. Je commençai à nouveau à avoir peur, si bien que je n’osai pas ouvrir les yeux. J’allais très certainement mourir dans ce Lac. Je le savais. Car j’essayais tant bien que mal de me dégager de la poigne de la chose - je doutais que ce soit une personne qui me tenait, sans résultat. De plus, je commençai déjà à manquer d’air et utiliser ma baguette pour faire quoi que ce soit ne me venait même pas à l’esprit.
    Soudain, je sentis quelque chose effleurer ma joue. J’ouvris alors les yeux. ELLE. C’était ELLE. Et elle n’effleurait pas du tout ma joue. Non, elle me giflait ! LA GARCE. Bien sûr, je ne pouvais pas ressentir la douleur que procurait une vraie gifle puisque nous étions dans l’eau. Mais ça restait une gifle. Et en voilà une autre ! Elle est bien gonflée l’autre. MAIS SORTEZ MOI DE LA ! J’essayai à nouveau de me dégager en bougeant dans tous les sens. CRACK. Aouuuuuuch ! Evangelina me tenait toujours par le poignet qui, vu la douleur que je ressentais, était cassé. J’aurai voulu crier de toutes mes forces tellement je souffrais, mais sous l’eau c’était pratiquement impossible. Tout ce que j’avais réussi à faire c’était de me vider du peu d’air qui me restait. Mon « amie » remonta à la surface, tandis que moi je restai là, sous l’eau. J’allais mourir aujourd’hui, je le savais. J’allais me noyer. Ils avaient gagnés, ils m’avaient eu. Ils m’avaient tuée. Je me sentais déjà partir. Mon corps allait sans doute reposer à tout jamais dans les profondeurs du Lac. Et eux, ils iraient dire que c’était un accident. Que j’étais tombée dans le Lac et que je m’étais noyée. Et tout le monde les croirait. Bande de… Et les autres, je les voyais déjà dire « Pauvre petite. Si seulement elle avait su nager ». Mais JE SAIS NAGER, D’ACCORD ? C’est ELLE. C’est EUX. Je ne peux pas les laisser faire, les laisser dire. Je ne peux pas. Et pourtant… Je ne pouvais rien faire. C’était la fin.

    Alors que Cassidy se croyait condamnée, Evangelina la remonta à la surface. Elle inspira une grande bouffée d’air avant d’essayer de reprendre son souffle et de réguler les battements de son cœur qui cognait à toute vitesse contre sa poitrine. La jeune fille essaya de reprendre peu à peu ses esprits, et ne comprit pas tout ce que son amie venait de lui dire. Elle venait quand même d’échapper à la mort, ce n’était pas rien. Sa tête tournait tellement qu’elle dut fermer les yeux un moment. Lorsqu’elle les rouvrit, elle vit le visage d’Evangelina déformé par la colère. Elle n’aimait pas du tout l’attitude de Cassidy, elle la croyait folle. Chacune ne savait pas que l’autre était atteinte d’un symptôme. Personne ne semblait le savoir d’ailleurs. Et c’était bien ça le problème. A tout moment, quelqu’un pouvait mettre sa propre vie ou celle d’un autre en péril. Et il se pourrait bien que, si cela arrive, personne ne réagisse. Mais revenons à Evangelina. Celle-ci ne semblait plus s’intéresser à Cassidy. Non, elle cherchait quelque chose. Un objet qui pourrait lui servir pour se faire du mal. Mais la Poufsouffle ne le comprit pas.

      « Quoi, un couteau ? Pour quoi faire ? Tu veux en finir, c’est ça ? Tu veux me tuer ? Avoue-le ! Essayer de me noyer ne t’as pas suffit ? Ne m’approche pas ! Je ne te laisserais pas faire, pas cette fois ! Tu ne m’auras pas ! »


    La jeune fille se sentit à nouveau terrifiée. Elle était en danger. Evangelina allait essayer de la tuer, une nouvelle fois. Enfin ça, c’est ce qu’elle croyait.
    Elle s’éloigna le plus possible de la jeune fille quand elle vit que celle-ci avait sortit un couteau d’une de ses poches. Le pire, c’était le sourire qu’elle arborait à présent. On aurait dit une psychopathe. Comment pouvait-elle croire une seconde que Cassidy ne lui en veuille pas ? La jeune fille avait déjà essayé de la tuer. Non seulement elle n’allait pas lui pardonner, mais en plus cette fois elle allait se défendre. Quitte à tuer son amie. Aux yeux de Cassidy, c’était soit Evangelina, soit elle. Quoiqu’il en soit, quelqu’un allait mourir cette après-midi. L’une d’entre elles devait mourir. Et elle ferait tout pour que ça ne soit pas elle.
    La Poufsouffle s’approcha alors de la verte et argent et, sans dire un mot, lui prit le couteau des mains. Evangelina ne semblait pas avoir résisté. Peut-être n’avait-elle pas réalisé ce que son amie était sur le point de faire ? Cassidy la regarda. Au fond d’elle, elle avait peur. Peur de ce qu’elle allait faire. Elle ne le voulait pas mais elle se sentait obligée. Comme si son symptôme la contrôlait totalement. Une voix dans sa tête lui disait que la meilleure solution était de tuer sa camarade, qu’une fois qu’elle serait morte tout s’arrêterait. Cassidy regarda Evangelina, une lueur de folie dans les yeux. Elle murmura alors, comme pour elle-même :


      « Il faut que je le fasse. Tout ira bien. Ensuite, tout s’arrêtera. »


    La jeune fille poignarda alors son amie. Elle venait de commettre l’irréparable. Elle venait de commettre un crime. Et au lieu de s’enfuir ou de crier à l’aide, elle restait là, en face d’Evangelina, et la regardait se vider de son sang. Cassidy Perkins, 16 ans, une fille gentille et studieuse, venait de tuer quelqu’un. Une de ses camarades de classe. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle ne ressentait rien en ce moment même. Elle se contentait de la regarder. Peut-être n’avait-elle même pas conscience de ce qu’elle venait de faire. Après tout, c’était son symptôme qui la contrôlait à présent. Il l’avait totalement envahit. L’avait rendue folle, hystérique, colérique et susceptible. Qui sait de quoi elle était capable à présent ? Peut-être allait-elle tuer d’autres gens. Ou même se tuer elle-même. Peut-être qu’elle se mettrait à avoir peur d’elle-même tout à coup. Peut-être même qu’on l’internerait à Ste Mangouste. Elle ne savait vraiment pas.
    Evangelina continuait à se vider de son sang. Celui-ci se rependait à présent autour de Cassidy. Sa tête tourna soudainement - à cause de son manque d’oxygène de tout à l’heure où à la vue de tout ce sang, on ne saura pas vraiment, et la jeune fille s’évanouit. Cassidy eu juste le temps d’apercevoir quelqu’un courir vers le Lac en ordonnant d’aller chercher de l’aide, puis le trou noir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé   Aujourd'hui à 23:53
Revenir en haut Aller en bas
 

Have you thought life was a kiwi ? | Cassy ♥-Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» life is a joke ? DAWN. (Terminé)
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-