+ vous?



 

Partagez | .
 

 Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maître du Jeu
Nombre de chapitres écrits : 219
Date d'inscription : 15/11/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Dim 30 Jan - 23:24
Chapitre 3 : L'enfermement.

« « La Cage », une très vieille salle, inutilisée depuis des années, et oubliée par le plus grand nombre. Située au troisième étage du château, elle est assez large, et de forme rectangulaire. Il y a deux énormes colonnes au milieu de la pièce, sur l’une d’elle se trouve une horloge en métal qui s’évapore lorsqu’on la touche. La pièce est en pierres, des pierres froides et abîmées par le temps. Les murs sont humides, certains laissent même couler de fins ruisseaux d’eau dont on ne connaît pas la provenance. Il n’y a pas de fenêtre, pas une seule. Quelques bougies permettent de distinguer les choses. On accède à la salle par une imposante porte de bois, épaisse de plusieurs dizaines de centimètres. Elle est celée par de nombreux sorts qui rendent impossible son ouverture. Une trappe a été dessinée dans le bois, pour faire passer la nourriture. Elle est soumise aux même sortilèges d’ouverture, maîtrisée par les seuls trois mangemorts du château. Il y a deux repas par jours, à 11H30 et à 19H30. Il y a toujours un Carrow qui surveille le passage de la nourriture dans « La Cage ». Le plus souvent, c’est du pain, et quelques fruits : pommes, poires, bananes, pêches. Il n’y a pas assez de nourriture pour dissiper la faim. Dans la pièce, du côté gauche, il y a une fontaine. C’est une fontaine d’environs un mètre cinquante de haut et de deux mètres de large. L’eau est renouvelable sans limite, et s’auto-nettoie. Elle est potable, donc saine. C’est la seule source dans la pièce. Elle permet de se déshydratée et de se laver. Il y a aussi un espace isolée$ par une fine porte de bois dégradée, qui donne sur une minuscule pièce sombre : des toilettes. C’est lugubre, sans lumière et sans fenêtre. Il y a des couvertures, mais dont le nombre est inférieur au nombre d’élèves. Ces derniers n’ont pas leurs baguettes, elles ont toutes été ramassées par les Carrow avant l’emprisonnement. Les journées sont longues, et cette vie en communauté, entassés les uns sur les autres, fait naître des conflits. »


Les rebelles ont été rassemblés dans « La Cage », ainsi que tous les élèves nés-moldus, qu’ils se soit révoltés ou non.
Tous les corps sont dans la pièce, encore évanouis et inconscients. Les baguettes ne sont plus là, elles ont été soigneusement retirées afin d’éviter toute magie dans cette prison.
Il n’y a pas d’adultes dans la pièce. La porte est close, et les bougies sont allumées. L’air est tiède, l’ambiance lugubre.
Les élèves commencent à se réveiller, peu à peu.


Dernière édition par Maître du Jeu le Ven 11 Fév - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Lun 31 Jan - 0:16

    Heaven rêvait qu'elle mourrait. Que l'air froid la prenait à la gorge, puis qu'elle suffoquait. Les ténèbres recouvrait le monde onirique ne laissant percevoir que le miroitement d'une surface d'eau lisse et glaciale. Presque blanche, elle émettait une lueur aveuglante. Intriguée, endolorie, Heaven voulait avancer son corps, mais de solides fers la retenaient prisonnière à un mur qui n'existait pas.
    Dans le miroir d'eau, d'abord flous, les contours d'un visage se précisèrent, et, dans une supplique muette, la bouche de Teddy commença à l'appeler à l'aide. Heaven se débattit, voulut se précipiter, puis elle remarqua soudainement les larmes de sang qui gouttaient au coin de ses yeux. Figée, terrorisée, la jeune fille cessa de bouger, immobilisée dans ce silence irréel.
    Teddy s'effaça progressivement, ombre d'un mort. A sa place apparut Théo, et Heaven voulut hurler.


    -

    La Serpentard ouvrit les yeux brusquement, le souffle court, recouverte d'une fine pellicule de sueur, la gorge serrée, le coeur battant.
    Elle tremblait d'horreur.
    Désorientée, il lui fallut plusieurs minutes pour comprendre où elle se trouvait. La pièce, plongée dans l'obscurité tamisée de quelques flammes vacillantes, l'intrigua d'abord. Faible, encore hantée par les Détraqueurs, elle tenta de se redresser. Le mal de tête la fit gémir brièvement. Affluant brutalement, les souvenirs la choquèrent au point qu'elle ne put plus respirer durant un instant, coinçant sa poitrine dans une douloureuse posture contractée. Son estomac semblait s'être pris un coup d'une rare violence, et au fond, peut-être avait-ce vraiment été le cas.

    Heaven les yeux papillonant à la recherche de repère, s'habituèrent rapidement au noir et elle distingua vite des silhouettes allongées, endormie. Certains visages, crispés dans l'angoisse, contrastait avec d'autre, quelque peu détendus par la fatigue et les soin du sommeil du juste.

    Elle se traîna - ses jambes étant encore trop faible - au corps qui se trouvait le plus proche d'elle. Elle reconnut vite Adam et se remit à respirer à peu près normalement. Cherchant à masquer au mieux sa panique, elle agrippa les épaules de l'adolescent et le secoua avec force.

    - Reveilles-toi... réveilles-toi, murmura-t-elle comme une litanie d'encouragement, comme une supplique. Allez Adam, réveilles-toi...

    Heaven était égarée, elle qui d'habitude était si forte, venait de perdre l'intégralité de ses repères. Tout ce qui avait toujours guidé sa vie n'était que l'apparence, que son image, que ses mots, que ce qu'elle laissait entrevoir d'elle. Mais, en cet instant, cela n'avait aucune importance, parce qu'elle savait bien qu'aussi belle qu'elle soit, cela ne changerait rien à la situation : elle était enfermée, et bien enfermée. Or une chose était sûre : on ne les laisserait pas s'échapper.

    Ses cheveux blonds épars sur ses épaules, ses yeux grand ouverts, toutefois, ne perdaient pas de leur charme. Heaven, même dans la peur, restait d'une magnificience majestueuse. Et, songeait-elle avec amertume, c'était bien la seule chose qu'elle ait jamais vraiment eu pour elle. La vie était cruelle de lui retirer son seul avantage dans la seule situation de toute sa vie où elle aurait vraiment voulu être armée pour vaincre.
    Car que lui avait réservé sa scolarité sinon peur à cause de son sang, dédain à cause de son sang, jalousie à cause de sa beauté, souffrance face à son orgueil ?

    Il allait falloir survivre, ici, Heaven le savait. Et elle savait aussi que les Mangemorts ne seraient pas leur plus grande menace et qu'ils en étaient parfaitement conscients. Le pire viendrait d'eux.
    Il venait toujours d'eux.

    Résolue, la jeune fille secoua Adam avec plus de vigueur.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Lun 31 Jan - 5:57
    Humide. C'était humide. Trop humide. Il faisait moins froid aussi. C'était trop différent. Son corps gisait toujours sur le sol dur, mais elle n'était plus dans le hall. Non. On l'avait déplacé. Tout comme on devait avoir déplacé les autres, ceux qui s'étaient révoltés. Tout c'était passé comme elle l'avait craint du moment où les Détraqueurs étaient entrés dans l'école. On se trompait. Katelyn n'avait pas ouvert les yeux et n'était que semi-consciente, mais savait qu'on s'était trompé. Il faisait trop humide pour qu'on ne l'ai pas envoyé avec les rebelles. Le sol était bien trop inconfortable pour qu'on l'ai séparé des autres. Elle n'était maintenant qu'une personne ne plus parmi tous ceux qui s'étaient révolté. On allait la traiter comme eux. Pour l'instant seulement. Elle savait très bien que pire l'attendait, elle. Les Carrows ne la traiteraient pas comme une simple révoltée. Ils la traiteraient comme une traitre, car au fond, c'est ce qui était le plus probable. Après tout, elle était présente lors de ce regroupement dans le hall. Elle faisait partie de tous ceux qui étaient tombés lors de l'attaque des Détraqueurs. Depuis le moment où elle avait lâché prise face aux détraqueurs, elle maudissait cette foutu révolte. Elle ne s'y était rendue, et maintenant elle était là. Mais pourquoi? Pourquoi personne ne pouvait savoir quels étaient vraiment ses intentions. Qu'elle était présente lors de cette assemblée pour défendre son parti, ou du moins empêcher tous ces idiots de se mettre dans la merde. C'était finit. Totalement foutu. Surtout pour la jeune Katelyn. C'est ce qu'elle se disait. C'est ce qu'elle croyait. Les élèves avaient déjà commencés à se méfier depuis qu'elle faisait partie de la Brigade, et maintenant, les Carrow eux même allaient lui en vouloir...

    Elle avait que très peu de forces, tellement que l'ont ne pouvait pas qualifier ça de forces. Ce n'était même pas assez pour qu'elle puisse ouvrir les yeux. Ce n'était pas assez pour qu'elle lutte contre la faiblesse qui l'emportait à nouveau...


      «Allez réveilles-toi bordel!»
      La voix d'Alecto résonna dans toute la pièce, ce qui eut pour effet de réveiller Katelyn dans un grand sursaut. Grand, en fait, il était supposé être grand. Elle se serait levée sans même s'en rendre compte, mais quelque chose lui en avait empêché. Des cordes, attachées à ses chevilles et ses poignets. Elle était solidement ligotée.
      «C'est quoi tout ça!?»
      «Ça? C'est de la précaution. Je n'aurais pas envie que tu tente de t'enfuir lorsque je m'amuse, tu comprends.»
      «Quoi!? Non! Non non, non! Ce n'est qu'un malentendu!»
      «Un malentendu, vraiment? Non, je n'y crois pas. C'est simple. La jeune Nott à décidé de se révolter, et par le fait même de nous trahir. Quand je t'ai vue parmi cette foule je me suis dit: Dommage, elle avait du potentiel malgré ses faiblesses.»
      «Tu...tu te trompes! Je n'y était pas pou...»
      «Tu sais quoi, je n'ai pas vraiment le temps de discuter. J'ai d'autres trucs à faire tu sais. Et puis tu m'as déjà pris beaucoup de temps à ne pas te réveiller comme ça. C'est de la chance pour toi alors. Ça sera rapide, mais toujours aussi douloureux.»
      Les yeux de la Katelyn s'emplissaient de peur. Cette fois, c'était vraiment la fin. Alors, elle commença à s'agiter.
      «Non t'inquiète pas, je vais pas te tuer. Simplement te faire regretter de t'être rendu dans ce hall...»
      La mangemort éleva sa baguette avant de lancer un:
      «Endoloris!»
      À peine la lumière rouge commença à tracer son chemin entre les deux sorcière que Katelyn se mit à hurler.


    Le hurlement de Katelyn résonna dans la pièce remplie de jeunes sorciers. C'était comme un mélange de hurlement de peur et de douleur, de quoi glacer le sang de n'importe quelle personne normale. Cette fois, elle se réveilla pour de bon. Paniquée, elle s'assurait qu'elle n'était plus dans cette salle en compagnie d'Alecto. Non. Elle s'était réveillée. Elle se trouvait dans une sombre salle, légèrement éclairée par des bougies. Il y avait un manque flagrant d'entretiens dans ce lugubre endroit, et ça paraissait. La majorité des corps étaient toujours sans vie. Elle cherchait quelqu'un d'éveillé. Derrière elle, elle entendit une voit qui disait: «Allez Adam, réveilles-toi...». Adam. Évidemment, elle s'en rappelait. Il s'était mêlé à tout ça. Et la voix, c'était Heaven. Elle ne s'en rendit pas vraiment compte sur le coup. Il faut dire qu'elle était encore nébuleuse, comme perdue. La Nott ne prit cependant pas trop de temps à revenir à elle, s'asseyant dans une position un peu plus confortable et sa passant les mains dans le visage pour ensuite leur faire terminer leur chemin dans ses cheveux. Son cœur, qui s'était affolé à cause de son rêve, commençait tranquillement à ralentir. Ses idées redevenaient plus claires, et bientôt elle aurait la force de se relever, de chercher ceux qu'elle connaissait. Il n'y avait personne vraiment dans cette foule qui ne lui importait à être aidé, sauf peut-être Adam. Mais elle allait laisser Heaven s'en occupé, contre son gré. Aller vers lui ne ferait qu'empirer les choses, prouver à la jeune serpentard qu'il ne l'aimait vraiment plus. Qui d'autre? La seule personne dont elle se souvenait avoir vu était Alan. Le seule qui avait été victime d'un mal entendu, comme elle. Elle commencerait par le chercher lui, lorsqu'elle se relèverait.


Dernière édition par Katelyn Z. Nott le Lun 31 Jan - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Lun 31 Jan - 12:36
Nelson avait mal à la tête, comme s’il s’était pris une mauvaise cuite. Un son résonnait, alors d’abord il crut à une espèce d’outil pour faire la cuisine moldue, ce que ces derniers appelaient couramment cocote minute. Et puis, le bruit glissa, changea, et se transforma presque naturellement en cri. Un cri strident de peur et de panique. Des yeux apparaissaient dans son esprit, déformé par l’horreur. Puis un visage les compléta, et il reconnut sa mère. Du sang coulait de son front, tandis que de multiples écorchures avaient changé son apparence. Puis elle ferma les yeux brutalement, comme si la mort l’avait frappée de plein fouet Nelson se réveilla en sursaut, se redressant d’un coup et se retrouvant assis, les mains posées au sol. Il lui fallut plusieurs secondes pour comprendre qu’il avait quitté le monde du cauchemar et rejoint la réalité, qui n’était pas plus gaie. Il plissa les yeux, ne reconnaissant pas les lieux dans lesquels il se trouvait. C’était sombre, glauque, et l’air, comme écœurante. Mais il baissa les yeux, pour constater les corps de ses camarades, de sa famille, de ses amis. Des rebelles, et même, des plusieurs nés-moldus. Soudain, il oublia toutes questions sur la pièce, et se leva d’un bond. Il n’était pas le seul à s’être réveillé, il reconnut plusieurs Serpentards, dont Heaven, près d’Adam encore inconscient, et de Katelyn. Il fut d’ailleurs rapidement surpris de la voir ici, une sang pure de grande famille. Mais il se reconcentra sur les siens. Il évita les personnes couchées, en reconnaissant plusieurs. May, Emily, Katie, Elliyöt, Enora … Beaucoup de Gryffondors, mais beaucoup de Serpentards aussi, et de Serdaigles, et de Poufsouffles. Il y avait de tout, histoire de rappeler que finalement, on était tous dans le même sac, peu importait les maisons, les sangs. On était tous embarqués dans la même merde. Il aurait voulu s’accroupir près de chaque personne, mais il recherchait sa sœur, son cousin et sa cousine. Il savait que Jasper n’était pas là, il était resté dans la salle commune et il avait bien raison. Car pas question qu’il prenne tant de risques à son âge.
Il repéra enfin sa sœur, encore inconsciente. Il s’agenouilla près d’elle rapidement et posa une main sur son front, tout en murmurant « Beth … ». Il caressa sa joue, dégageant les cheveux qui s’étaient aventurés sur son visage et soupira. Quel merdier. Il leva les yeux, et remarqua Alan & Alyssa, un peu plus loin. Il l’avait encore en travers de la gorge, ce que la préfète en chef avait dit. Et n’avait pas vraiment envie de lui parler. Mais ça ne l’empêchait pas de s’inquiéter pour elle. Il commença à se rappeler un peu, ce qui s’était passé. Les détraqueurs les avaient bien eut, étant trop nombreux pour que l’on puisse les repousser. Et maintenant, les voilà tous là. Une horreur, enfermer des élèves. Ca devenait n’importe quoi, une vraie dictature, un vrai problème psychologique même. Il s’attarda enfin sur la pièce qui leur avait été réservée. Une pièce sombre, éclairée par des bougies suspendues en l’air par magie. Une fontaine d’eau, super. Des couvertures dans un coin. Il n’y avait rien là dedans, est ce qu’ils allaient être nourris ? Ca allait durer combien de temps cette mascarade ? Et avaient-ils au moins le droit d’aller à l’infirmerie s’ils n’allaient pas bien ? Pas une fenêtre, une porte probablement fermée par des sorts. Ils étaient faits prisonniers dans leur propre château, leur deuxième maison. C’était affligeant. Ils étaient bien coincés.
Il espérait quand même que les choses allaient bouger dehors. De toute façon, la nouvelle allait forcement être ébruitée, et quand les parents apprendront ça. Il n’imagine même pas dans quelle fureur allaient être les siens. Enfermer les gens de cette manière, mais c’était tellement inapproprié, tellement déplacé. Surtout que certains n’avaient pas plus de treize ans, des gamins qui allaient être traumatisés à vie de cette expérience. C’est comme si tout s’effondrait. Là, il n’y avait plus d’espoir. Il pensa d’un coup à sa baguette, qu’il ne quittait jamais. Il passa ses mains partout sur son corps, pour la sentir, jeta un regard là où il avait été allongé et constata froidement et misérablement qu’il ne l’avait. On leur avait pris leurs baguettes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Lun 31 Jan - 21:26
Tout d'abord un mal de tête, le mal de tête que vous avez lorsque vous vous êtes bien bourré la tronche. Je n'arrivais pas à ouvrir les yeux, comme un poids sur mes paupières, comme si je n'étais plus maitre de mon corps. Un bruit incessant résonnait dans mes oreilles, je ne savais pas ce que c'était mais cela me rendait dingue. Passant mes mains sur mes membres endoloris je cherchait à tâtons ou est-ce que je pouvais bien être. M'avait-ils tuée ? Non j'étais bien vivante, je respirais. De manière plus que saccadée mais je respirais. Mes mains quittèrent mon corps, tout à coup ce fut froid, humide et froid. Ouvrant péniblement les yeux je ne vis rien, tout d'abord je crus que j'étais devenu folle mais non, j'étais dans une pièce sombre. Du moins je croyais que c'était une pièce, l'air était quasi irrespirable. Me levant péniblement je fus prise de vertige, ma tête allait exploser d'une minute à l'autre. Ouvrant les yeux je vis les corps de plusieurs élèves, d'amis par terre. Qu'est ce qu'il c'était passé, ou étions nous d'abord. Essayant de me recentrer je levais les yeux, les seules personnes éveillées étaient des Serpentards, une jeune fille que je ne connaissais pas et Nelson. Il était agenouillé près d'une jeune fille, je reconnus sa soeur, je l'avais déjà aperçue dans les couloirs de l'école. Je n'arrivais pas à bouger, je restais prostrée dans mon coin en restant contre le mur, si je bougeais maintenant j'allais m'effondrer. Je cherchais des élèves que je connaissais, Elliyöt était plus loin mais je ne pouvais vraiment pas m'avancer. En vérité je cherchais May, j'étais incapable de la retrouver, ma respiration j'accélérais encore j'étais tout bonnement incapable de me calmer. La chose qui m'affolait le plus c'était que nous étions tous la, étendu, peut être sans vie, piégé par des détraqueurs, par le ministère, par ses satanés Mangemorts. Combien de temps allions nous rester ici, comme ça, enfermé comme des bêtes. Je laissais mon regard se posé sur les murs de la pièce, rien qui ne signalait quelque chose de bon. Il y avait quelques bougies suspendus dans les airs, des couvertures dans un coin, rien de plus. Génial, cela promettait d'être génial. Le bruit que j'entendais depuis mon réveil était en faite des goûtes d'eau qui tombaient mollement sur le sol de cette pièce. Je distinguais la porte, inutile de vouloir me lancer à essayer de l'ouvrir, je savais que nous étions prisonniers, prisonniers de cette saleté. Mais merde ! Nous étions des élèves, de simples élèves il fallait arrêter ça. Ça devenait du pur délire. M'asseyant dans un coin en collant mon front contre mes genoux je fermais les yeux un moment. Qu'est ce qu'on allait devenir, qu'est ce qui allait nous arriver, pourquoi maintenant, pourquoi nous. Je voyais mes parents, heureux, ne sachant rien de ce qu'il ce passait. Ils n'allaient pas être au courant, le ministère n'allait sans doute pas ébruiter le fait que des élèves de Poudlard se retrouvaient enfermés dans leur propre école. Pire encore, les Mangemorts devaient bien se sentir hors de danger, ils allaient commettre leurs crimes impunément. Je n'arrivais pas à y croire, c'était improbable, c'était une véritable situation improbable. Me relevant doucement en passant mes mains sur mon visage je regardait Nelson avec sa soeur, ils avaient tous l'air si paisible, si... Vulnérable. « Pourquoi... » Murmurais-je en frappant mon poing contre le mur, m'acharnant comme une imbécile je sentais les larmes couler sur mes joues. « Putain mais qu'est ce qu'on fout la... » Murmurais-je à nouveau en me laissant glisser contre le mur.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Webster
Nombre de chapitres écrits : 187
Sang : Préocupée
Supporter de : Grindelwald ; Ron ; Hermionne ; Drago ;
© avatar, icon, signature : CRIPSOW. (avatar) ; tumblr (sign)
Date d'inscription : 15/01/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 1 Fév - 1:15
Le contacte de la pierre froide à sa nuque eut l'effet d'un électrochoc. Oliver inspira une bouffée d'air comme si c'était sa toute première. Il avait l'impression d'avoir étouffé et de respirer de nouveau. Sa gorge était sèche et une soif intarissable le prit subitement. Il se jeta alors instinctivement sur la fontaine qui se trouvait là devant sans se poser d'autres questions. Il plongea sa tête dans l'eau fraiche et clair. Il bu encore et encore le visage enfouit jusqu'à ce que ses poumons se soient complètement vidés. Il sortit de là, la respiration haletante, se laissant glisser le long de la sculpture massive. Il était dans un état assez bizarre. Il avait l'impression d'avoir couru jusqu'à s'en évanouir, vidée. Ses muscles allaient bien pourtant.

Sa mémoire était intacte. Il se rappelait de l'assaut des détracteurs, du triple homicide de Carrow et s'être fait aspirer d'une manière dont il n'aurait jamais pensé cela possible s'il ne l'avait pas vécu. Il avait conscience d'être passé à deux doigts de la mort, si bien qu'il se demandait bien pourquoi il était justement en vie. Rapidement, il jeta un coup d'œil aux alentours. Il reconnus ses camarades de batailles, tous allongés. Certains émergeaient à peine ou était encore évanouis. Oliver s'accorda quelques secondes les yeux fermé. Il avait été vidé de toute volonté, et il constata avec dépit toute la volonté qu'il fallait pour ne serait-ce que se tenir debout au lieu de resté là couché sur le sol. La salle était sombre, et il ne semblait pas la reconnaître. Il n'avait pas mis longtemps avant d'envisager l'hypothèse qu'on les avait enfermés. Au cachot ils étaient peut-être ? Pourtant il avait été suffisamment aménagé pour qu'aucune des salle qui le composait soit resté secret. Puis la pièce n'avait rien d'une salle de torture... « Quelqu'un a vu quelque chose et sait pourquoi on est là ? » lança-t-il à qui pouvait bien l'entendre, sans faire vraiment attention à son auditoire, les yeux fermés qu'il entrouvrait enfin à peine.

Sa tête ne bourdonnait plus. Ses idées s'étaient éclaircis, et l'eau qu'il avait bu commençait à être absorbée par son organisme. Il se leva alors avec difficulté, s'accoudant au rebord de la fontaine, et tenant sur des jambe flageolante qu'il avait surestimé. Il avait désormais une vue d'ensemble sur ses compagnons. Seulement l'obscurité ambiante faisait qu'il ne voyait pas vraiment plus loin que le bout de son nez. Il entendit des murmures inintelligibles par-ci par-là. C'était une situation de crise, il fallait trouver la meneuse. Emily était forcement quelque part ici. Il fallait s'assurer que tout le monde allait bien et ensuite chercher un moyen de sortir. Une attaque de détraqueur n'est pas anodine, et Oliver espérait sincèrement que personne n'ait succombé au baiser de la mort.


He burns my skin, never mind about the shape I'm in • Blow a kiss at the methane skies, see the rust through your playground eyes. We're all in love tonight. Leave a dream where the fallout lies, watch it grow when the tear-stains dry just to keep you safe tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow C. Caldwell
Nombre de chapitres écrits : 1970
Sang : Sang-mêlé
Supporter de : La famille Cox
© avatar, icon, signature : signature: belzébuth icons: dragonborn
Date d'inscription : 22/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 1 Fév - 12:09
    Ce fut un sommeil lourd, ponctué de cauchemars, mais le visage de Lulvia me revenait toujours. J’avais la tête lourde et je commençais à émerger de mon sommeil noir. D’abord, je sentis le froid du sol sur ma joue. Ce contact me donna des frissons. Je me doutais que nous n’étions certainement pas dans nos lits et que les Carrow nous réservaient une surprise de taille. Je n’arrivais pas encore à bouger mon corps mais j’entends des bruits et des voix autour de moi. Je n’arrivais pour le moment pas à identifier à qui elles appartenaient. Je réussi alors à ouvrir les yeux. Mes paupières étaient lourdes et j’aurais bien dormi encore un peu, mais il fallait que je sache où on était et surtout si Lulvia était toujours avec moi. La pièce était sombre. Je vis plusieurs corps à côté de moi. Plus loin, je vis Nelson près de sa sœur Elizabeth. J’espérais qu’elle aille bien. Bien que nous n’étions pas si proche que ça si ce n’est pour les nuits, je m’inquiétais quand même. Je restais un moment sans bouger, le regard dans le vide. Ma tête me faisait mal, mais ce n’était qu’une petite migraine qui allait sans aucun doute passé. C’était comme-ci j’étais passé sous un bus. Mon corps était tout engourdit et mon esprit encore un peu embrumer. Mais très vite, je retrouvais tous mes sens, la douleur de mes membres disparurent et ma migraine aussi. Je me relevais alors doucement et me frottait les yeux. Et puis je relevais la tête pour regarder autour de moi. Beaucoup de monde était encore inconscient, mais je pu voir que Nelson, Heaven, Oliver, Enora et Katelyn étaient déjà réveillés. Je fronçais un sourcil, Katelyn ? Elle était parmi nous ? C’était une blague dîtes moi hein. Je la regardais longuement. Je croisais alors un instant son regard. Je détournais finalement le mien pour chercher alors ma copine. Je me relevais alors et regardait autour de moi. Ca n’était pas évident de voir quelque chose là-dedans. Il faisait sombre, il n’y avait aucune fenêtre. J’entendis un bruit d’eau dans un coin. A l’évidence, nous étions pris au piège. Je soupirais. Je crois que je venais de comprendre. Carrow nous avait enfermé ici pour nous donner une bonne leçon, c’était évident. Et qui sait si nous sortirons un jour d’ici. Avec les trois Mangemorts à la direction de Poudlard, nous n’étions sûr de rien. J’enjambais alors plusieurs personnes. Et alors je l’aperçue au milieu de tous ses corps qui semblaient sans vie. Ses cheveux blonds étaient éparpillés un peu n’importe comment, elle était dans une position pour le moins inconfortable. Je devins alors vite inquiet. Pourvu qu’elle soit encore parmi nous. Je me précipitais vers elle en faisait à attention où je m’étais les pieds. Je m’agenouillais à côtés d’elle, appuyais mon dos contre le mur gelé et la pris dans mes bras. Sa peau était glacée, elle dormait encore. Je pris alors son pou pour constater qu’il était parfaitement régulier. Un poids se souleva de mes épaules. Elle était en vie c’était le principal. Je lui caressais alors les cheveux et le visage. Mon visage était inquiet. Je m’en voulais de ne pas l’avoir trouvé plus tôt et essayer de l’aider. Mais je crois qu’il était trop tard pour les remords. Je me penchais vers Lulvia et déposai un baiser sur ses lèvres froides. Je relevais alors la tête et j’entendis Oliver demander si quelqu’un avait vu quelque chose. Je fis non de la tête. A vrai dire, je crois que personne n’avait vu grand-chose. Les Détraqueurs c’étaient chargés de tous nous « assomer » pour qu’on puisse nous mettre ici. Je restais un moment silencieux avant de répondre : « Je crois qu’on nous a enfermé ici pour nous donner une leçon. C’est une façon de nous punir. Nous sommes coincés ici. Et ils ont bien prit soin de nous enlever nos baguettes en tout cas. Sans doute pour éviter qu’on ne trouve le moyen de sortir. » Je retrouvais alors le silence, méditant sur ce que je venais de dire. Je repris finalement : « Je crois que seuls les Carrow et Rogue ont le pouvoir de nous faire sortir de là. Mais avant qu’ils ne prennent cette décision, je pense que nous en avons pour un moment à rester ici. »


Animal I have become

i can't escape this hell so many times i've tried but i'm still caged inside somebody get me through this nightmare i can't control myself so what if you can see the darkest side of me? no one would ever change this animal i have become help me believe it's not the real me somebody help me tame this animal © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 1 Fév - 19:04
May fut réveillée par certains murmures autour d’elle, des murmures lointains, comme s’ils fessaient partit d’un de ses rêves, mais malheureusement pour elle, elle était bien réveillée. Elle se sentait perdue et ne voulait pas ouvrir les yeux, refusant de savoir ce qu’il pouvait bien se passer. Elle sentit une douleur montait le long de sa nuque quand son sommeil fut totalement évanouis, une douleur horrible, comme si quelqu’un l’avait frappé, tellement frappé qu’elle avait perdu connaissance. Qui avait pu lui faire cela ? Beaucoup de gens se dit elle immédiatement. Elle finit par ouvrir les yeux, elle n’arrivait plus à bouger son poignet encore fragilisé de la semaine dernière, à présent il devait être totalement cassé et la douleur ne fessait que de s’intensifier à chaque secondes. Elle se releva donc avec une seule main et remarqua qu’elle n’était pas seule. A demi allongée contre l’une des paroi de cet endroit froid et humide elle resta silencieuse ne comprenant pas pourquoi ni comment elle avait atterrit ici. Elle écouta ce que les autres pouvaient bien dire, et plus elle se concentra et plus elle comprit, c’était tellement évident, qui depuis quelques mois rendait la vie à Poudlard un véritable enfer, qui était tellement bête pour faire du mal à certaines personnes sans aucunes raison, juste à cause de certains préjugés totalement idiots, qui pensait avoir le droit d’enfermer des dizaines d’élèves dans une sorte de cave comme des animaux ? «Carrow … » Elle chuchota ce mot pour elle-même, comme pour bien se rendre compte que tout cela n’était pas un cauchemar et que ça se passait vraiment. Les pointes de ces cheveux étaient trempées à cause de l’humidité de cet endroit et tombées dans le creux de son dos, ce qui lui provoquait des frissons à chaque fois, et plus les gouttes tombaient plus elle avait froid, mais comment ne pas avoir froid dans cet endroit. C’était comme une grotte, éclairée par de simple bougie, aucunes sorties possibles, aucunes nourritures, aucunes baguettes, ils étaient pris comme des rats. May rapprocha ses genoux de son visage pour poser son menton dessus et continua de regarder ce qui se passait autour d’elle. Bien sur la panique régnait, avec une pointe d’hystérie pour certains ce qui était compréhensible après tout, personne ne méritait ça. Elle se concentra sur les visages qu’elles connaissait mais ne se rapprocha de personne, se sentant horriblement seule et perdue. Elle entendit la voix d’Elliyöt au bout de la salle. Un blanc s’installa, et May cacha son visage entre ces genoux.
« Je crois que seuls les Carrow et Rogue ont le pouvoir de nous faire sortir de là. Mais avant qu’ils ne prennent cette décision, je pense que nous en avons pour un moment à rester ici. »
D’un coup elle laissa échappé un rire nerveux, elle releva la tête et continua de rire doucement. Elle n’arrivait plus à contrôler son rire qui s’intensifier et posa sa main valide sur sa bouche pour qu’aucun sons ne sortent. Elle essaya de se calmer et sortit un « Désolé » et recommença à rire. La situation était totalement pathétique que ça la fessait rire, c’était tout elle, rire dans les pires situations. Enfermée dans un cachot humide et leur seule chance de sortir était que Rogue ou les Carrow se décident à les faire sortir, comment ne pas rire ? D’autre avait besoin de parler pour ne plus avoir peur, d’autre chercher des idées pour sortir, chercher ceux qu’ils aiment pour ne plus se sentir seuls ou taper contre les murs, elle, elle avait besoin de rire. Il y avait eu des morts, et elle avait peur d’être la prochaine sur la liste.

« On peut dire qu’on est foutus alors ». Dit-elle en reposant son visage sur ces genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Anaconda Lewis
Nombre de chapitres écrits : 479
Sang : Pleine d'espoir.
Supporter de : Griffith
© avatar, icon, signature : © psychotic mind © tumblr © johnny hallyday
Date d'inscription : 06/01/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 1 Fév - 19:36

Elle était allongée sur une surface froide et dure, à même le sol. Un liquide poisseux coulait de sa tempe, traçant un mince sillon rouge sur son visage. Elle respirait avec difficulté, semi-consciente. Le froid, la douleur, les ténèbres, la mort, la haine. Incapable de savoir si elle avait onze ou dix-sept ans, Anaconda gisait sur les dalles. Des larmes muettes coulaient de ses yeux, une tempête faisait rage dans sa tête alors qu'autour d'elle, tout semblait calme. Alors, où était-elle? Chez elle, laissée pour morte dans un couloir, après avoir été battue par son père, ou bien à Poudlard, abandonnée quelque part sans qu'elle n'en comprenne la raison? De toute façon, songea-t-elle avec amertume, quelle différence? Au fur et à mesure qu'elle reprenait ses esprits, la situation s'éclaircissait, et les souvenirs des dernières heures affluaient.

Tout avait commencé avec l'arrivée des Carrow au Château. Ces deux ordures s'étaient empressées d'instaurer leurs lois racistes et leur dictature. Les nés-moldus étaient rabaissés, les résistants traités comme des moins que rien. Elle les avait haï dès le premier jour. En outre, leurs noms ne lui étaient pas inconnus, elle les avait déjà croisé chez elle, rendant visite à son pourri de père et ses impressions s'étaient confirmés; le frère et la soeur étaient des malades. De grands malades. Anaconda avait essayé de se faire petite, de ne pas clamer trop haut ses opinions et son appartenance au clan anti-Vous-Savez-Qui. Elle se l'était jouée discrète, restant seule la plupart du temps, pour ne pas inquiéter ses proches et amis. Elle avait eu peur les nuits, son coeur lui criant de se rebeller pendant que sa raison prenait les devants et lui ordonnait de ne pas se mêler de la Résistance qui voyait ses rangs se grossir petit à petit. Alors, Anaconda Lewis s'était murée dans un silence effrayant, parce-qu'elle savait ce qui se passait: son pire cauchemar était en train de se reproduire. Dans son enfance, son père l'avait frappée, torturée et brisée à cause de son refus de joindre les partisans du Lord. À Poudlard, son avis n'avait pas changé et elle avait cru se trouver en sécurité. Il y avait Dumbledore, elle était Sang-Mêlée, avait des amis de tous types de sang et de toutes Maisons. Pendant un temps, la jeune fille avait même pu s'afficher ouvertement en tant que rebelle. Mais désormais, Dumbledore était mort et sa sécurité était plus qu'en péril.
Et ensuite... ensuite, tout était arrivé très vite. Cette ignoble et sadique crevure d'Alecto Carrow avait défié toutes les règles et tué deux des leurs. Deux personnes qui avaient été liées à Anaconda. Teddy Chamberlain, un de ses camarades de Maison, et Nataniel Hopkins, un Gryffondor avec lequel elle entretenait une relation ambiguë. Anaconda appréciait sincèrement les deux garçons, et l'annonce de leur meurtre - car c'était le mot, un meurtre de sang-froid - alors qu'elle était dans sa Salle Commune l'avait entièrement déstabilisée. Elle ne se souvenait plus si elle avait pleuré, simplement qu'une immense colère s'était emparée d'elle. La jeune brune s'était sentie trahie, blessée. De quel droit? Au nom de quoi avait-on le pouvoir de rayer de la surface de la terre deux êtres innocents?
Puis, il avait été question de se regrouper dans le Hall, de se révolter. Anaconda ne pouvait dire comment elle s'était retrouvée dans le Hall, entourée d'une masse d'élèves. Maisons et sangs confondus, unis pour une même cause: Alecto Carrow devait payer pour ses crimes.
C'était une initiative vaine. Que pouvaient faire de simples étudiants contre des maîtres Mangemorts? Rien. Strictement rien. Ils avaient envoyé les Détraqueurs, et... à partir de là, le Néant.

Anaconda se releva péniblement. Ses sanglots étouffés dans le noir lui rappelaient de façon saisissante son enfance, et un sentiment d'angoisse commençait à étreindre son coeur. Oui, les Détraqueurs s'étaient aussi acharnés sur elle. Elle aurait pu mourir, si Griffith Harftly n'avait pas été avec elle, dans son coeur, dans sa tête. Le seul à qui elle pouvait se raccrocher. Sa lumière dans les ténèbres, étoile brillante dans un ciel d'encre. Où était-il? Prisonnier, lui aussi ou pire? Ses souvenirs confus ne lui permettaient pas de se remémorer s'il avait fait parti du cortège des élèves en colère.
Elle ne voulait pas mourir tant qu'elle ne l'aurait pas revu. Elle devait l'embrasser une dernière fois, sentir leurs âmes fusionner et leurs coeurs battre à l'unisson. Il était tout ce qu'elle avait.

Elle tenta de se lever complètement, mais trop affaiblie pour tenir debout, s'effondra lamentablement au sol. Ses boucles brunes tombaient en désordre sur ses épaules, mais la Vert & Argent était à des lieues de se soucier de son apparence. Elle devait trouver quelqu'un. Soudain, un murmure se fit entendre à sa gauche. Une voix qu'elle pouvait reconnaître les yeux fermés.
    Allez Adam, réveilles-toi...
    Heaven? Heav, c'est bien toi?
Le coeur d'Anaconda fit un bond. Si c'était Heaven, elle était sauvée. Heaven était sa meilleure amie, pour ainsi dire.

Par pitié, s'il y a encore une justice dans se monde, permettez-nous de nous retrouver. J'ignore où est Griffith, j'ignore où je me trouve, mais je ne veux pas mourir seule. J'ai besoin d'elle. Heaven est mon dernier espoir...



« So I smiled and tried to mean it, to let myself let go
Cause it's all in the hands of a bitter, bitter man
Say goodbye to the world you thought you lived in »


présence aléatoire •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://weins-academie.forumgratuit.org/forum
Emily Bradsburry
Nombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 1 Fév - 23:11
    Endormie, Emily ne se sentit pas transportée avec les autres élèves dans ce qui serait leur prison durant plusieurs jours. Dans un sommeil sans rêve, la jeune fille était cependant secouée de sursauts dus à la sensation de terreur et de crainte dans laquelle tout son être était plongé. Sans savoir pourquoi, son instinct lui insufflait l’idée de grand danger et semblait tout faire pour qu’elle se réveille mais la Gryffondor était trop affaiblie par les détraqueurs pour sortir du sommeil semi-comateux dans lequel elle était plongé.
    Le temps passa et lorsqu’elle se réveilla en un grand sursaut, elle crut être dans un cauchemar. Autour d’elle tout était sombre et les quelques bougies qui diffusaient une faible lumière ne lui permettait que de voir les dizaines de corps des élèves allongés sur le sol dur et froid de la pièce dans laquelle ils se trouvaient tous. Effrayée, elle posa sa main au sol comme un réflexe pour attraper sa baguette mais celle-ci ne rencontra pas sa main. Rien par terre, rien dans ses poches. On lui avait prit sa baguette et elle comprit aussitôt qu’il en était de même pour tous les élèves présents. Leur seul moyen de défense leur avait été ôté et elle se sentit encore plus en danger qu’elle ne l’était.

    Emily se leva rapidement et observa l’endroit où ils étaient entassés. Une large pièce dénuée de toute fenêtre et vaguement éclairée par quelques bougies dont la flamme semblait sur le point de s’éteindre à chaque seconde. Il faisait froid, il faisait très froid et Emily chercha des yeux quelque chose qui aurait pu leur servir de couverture mais l’obscurité était telle qu’elle ne vit rien. Elle n’arrivait d’ailleurs pas à définir clairement la taille de la salle. Un bruit d’eau la fit sursauter et elle pivota vers le bruit : une fontaine assez grande délivrait de l’eau aux élèves. La jeune femme mourrait d’envie de se passer de cette eau sur le visage et de la boire pour avoir les idées claires et pour s’hydrater, mais elle craignait que le liquide ne soit empoisonné ou quelque chose du genre, donc elle ne se risqua pas à l’approcher tant qu’elle ne mourrait pas de soif.
    Au fur et à mesure qu’ils se réveillaient, les élèves découvraient avec horreur l’endroit dans lequel on les avait lâchement enfermés et certains poussaient même des cris de surprise. C’est à ce moment qu’Emily se rendit compte qu’elle était étrangement seule, qu’elle ne sentait pas la présence de son frère à ses côtés contrairement à d’habitude. La panique s’empara d’elle et sa respiration accéléra, comme si elle venait de remarquer qu’il lui manquait son air pour respirer, qu’il lui manquait sa lumière pour voir cette pièce autrement que comme une immense cage dans laquelle ils étaient tous enfermés. Et pour combien de temps ?

    La jeune femme oublia subitement ses membres douloureux et l’angoisse qui lui tiraillait les entrailles. Elle oublia les pleurs des élèves les plus jeunes, oublia les corps couchés sur le sol comme s’ils étaient tous morts et seule la motivation de retrouver son frère lui permit de marcher dans toute la salle. Emily parcourut la pièce entière, naviguant entre les allées de corps sans se rendre compte des visages qu’elle regardait car elle ne les voyait pas vraiment. Peut-être certains étaient même morts, peut-être leur âme avait-elle été avalée par les gardiens d’Azkaban elle n’en savait trop rien et ne voulait pas le savoir. Pas tant qu’elle n’était pas sûre que Seth était encore en vie.

    Lorsqu’enfin elle reconnut le visage de son frère, elle stoppa net sa marche et regarda, horrifiée, le corps inerte de Seth. Sous le contre coup de la fatigue et de la peur, ses jambes flanchèrent et elle tomba à genoux aux côtés de son frère. De sa main gauche, elle touche la chevelure blonde du garçon tandis que sa main droite caressait son visage endormi. Le sol étant gelé, la peau su garçon était froide aux endroits dénués de vêtement. Immédiatement, Emily pensa au pire et des larmes perlèrent sur ses joues.

      «Seth… Seth réponds moi ! Réveilles toi Seth… »murmura-t-elle tout en caressant et en secouant le visage de son frère«Allez Seth ! ‘Faut que tu te réveilles j’ai besoin de toi, j’ai besoin de toi ! »


    Elle secoua plus vigoureusement le torse de son frère, les larmes coulant de plus en plus abondamment à cause du stress, de l’incompréhension et de la peur immense qu’elle avait de ne plus retrouver son frère. D’avoir perdu celui qui était tout pour elle.

    Peu loin étaient Heaven et Anaconda qui elles aussi semblaient penchées sur un corps. Emily ne les avait pas vu, trop obnubilée par son frère qui ne se réveillait toujours pas…




Only one person can sometimes combine two others.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 1 Fév - 23:21
    Le désespoir, l'acharnement sur des innocents, le passage de la mort.. Tout cela était des mots bien trop faibles pour montrer la gravité de la situation dans laquelle le château de Poudlard se trouvait. Comment en était-on arrivés là ? Comment ce château autrefois si paisible et rassurant était devenue un lieu de terreur ? La cause ne pouvait être justifiée que par un seul groupe de personnes qui se nommait : les Carrow. Quoique le Directeur de Poudlard a quand même sa part de responsabilités là dedans. En conclusion, ceci est la faute a Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Tout est de sa faute, du début à la fin. Mais ceci peut aussi être de la faute aux deux Carrow qui se sont approprié de Poudlard avec leurs jugements complétements inutiles sur les différents sangs des sorciers. Ils se sont un peu crut les rois de ce château. Bref cela a quand même eut des répercussions importantes sur les élèves. Notamment depuis qu'un des Carrow : Alecto. à subitement tuée deux élèves. Les raisons sont presque inconnues à moins que ce soit à cause de leurs sangs. N'empêche ceci est inhumain de tuer des gens juste à cause de son avis a sois-même.
    Bien sûr, ce double meurtre a été dit comme inacceptable par bon nombre d'élèves qui ont décidé de se réunir dans le hall pour "essayer" de venger leur deux camarades. Bien entendu le coupable ne s'est pas montré et a décidés d'appeler des renforts pour l'aider au lieu de descendre dans le hall affrontez les élèves. Ses renforts étaient quand même des personnes puissantes puisque c'était des détraqueurs. Et d'ailleurs cela à très bien marcher puisqu'ils ont vite mis fins a tout ce chahut. Mais qu'est-ce qu'il s'était passé ensuite ?

    Evangelina ouvrit les paupières tant bien que mal. Elle sentit son corps qui était sur une face dure et froide comme du marbre. Où est-ce qu'elle se trouver ? La jeune femme n'en savait rien, il y avait eu un froid glaciale qui s'était emparée d'elle, quelque chose qu'elle détestait était venue vers elle et à partir de ce moment c'était le trou noir ; elle ne se souvenait plus de rien. Elle ressentit une violente douleur à la tête qui ressemblait plus ou moins à des maux de têtes. Elle se releva, une chose était sûre, elle était vivante, elle ne s'était pas blessée gravement. La Serpentarde se releva du sol, sa tête tournait un peu, elle mit donc un peu de temps pour comprendre l'endroit où elle se trouvait. Cela ressemblait à une immense pièce sombre, avec comme seule source de lumière des bougies ainsi qu'une fontaine et bien entendu des couvertures ; elle comprit vite que les mangemorts les avaient tous enfermés. Elle regarda les gens encore évanouis dans la pièce, certains venaient de se réveiller et elle reconnut Heaven E. Bridge, Nelson Carter, Katelyn Z. Nott et Anaconda Lewis ; des membres de la même qu'elle. Il y avait aussi quatre Gryffondors ainsi qu'un Serdaigle que la jeune femme connaissait juste de vue. Elle remarqua vite que certains d'entre eux étaient angoissés, paniqués parce qu'il se passait. La jeune femme aurait bien aimés allait vers certaines personnes pour les rassurer. Mais elle n'osa pas, non car, elle avait aussi besoin d'être rassurée, cela l'angoissait profondément de se retrouver dans cette pièce si obscure. Et sa tête qui recommençait a tournée, cela devenait presque pénible.
    Evangelina entendue des personnes qui parlent, certains à des personnes encore évanouies, et d'autres entre eux pour savoir les raisons de leur "enfermement". Et son regard se posa sur les personnes qui se trouvaient seules, deux Gryffondors chacune de leurs côtés, qui commençaient manifestement àêtre a bout. Mais la jeune femme n'alla pas les voir, non elle voulait méditer sur ça, enfin non pas méditer, disons plutôt que son objectif principal était de trouver des gens qu'elle connaissait, car elle s'inquiétait quand même.


    « Mais pourquoi nous bordel ! » dit-elle plus pour elle-même que pour les autres personnes autour.

    Après avoir prononcé cette parole, la Serpentarde alla vers le mur en face d'elle et se retient de frapper dedans car, elle savait que ceci ne servait a rien. Elle s'assoit au pied du mur, posa sa tête sur le mur froide. Et regarda les personnes évanouis. Il y avait bien une personne qu'elle connaissait, pourtant avec le peu de luminosité que produisait les bougies, la jeune femme ne voyait pas très bien tout les corps distinctement. Beaucoup de personnes avait déjà retrouvés la personne qu'il cherchait, et la jeune femme l'avait bien vue. Elle se disait que si tout le monde pouvait s'en sortir vivant alors ceci serait un miracle. Au moment où elle dit cela, une envie de dormir la prit, et son regard se posa obligatoirement sur la fontaine d'eau qui semblait pure, et potable ; la preuve un Serdaigle était juste a côté, mais la jeune femme ne sait pas s'il avait bu de cette eau ou pas. Alors elle n'osa pas aller boire de l'eau, même si l'envie était plus puissante que jamais, elle restait quand même sur ses gardes. Evangelina décida donc de rester assise contre le mur, et regarder cette pièce qui était a peine dramatique.





Dernière édition par Evangelina Grims le Jeu 3 Fév - 22:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mer 2 Fév - 11:15
    Le froid. C'était tout ce que je ressentais. Sous l'influence des détraqueurs, rien d'autre ne pouvait nous habiter, de toute façon. Le froid, le désespoir, tout autant de sentiments qui nous donnaient l'impression que plus jamais, non, la joie et le bonheur ne feraient partie de nos coeurs. Combien de temps étais-je restée inconsciente ? Je n'en avais aucune idée. Toujours est-il que, lorsque je repris conscience, le froid avait disparu. La chaleur m'enveloppait. Celle d'un corps, celle de mon petit ami, celle de l'amour. Ouvrant les yeux avec difficulté, je ne parvenais pas à savoir où j'étais, ni même avec qui. Peu importe l'endroit où nous étions, j'entendis des voix résonner, et celle d'Elliyöt, notamment, me sembla extrêmement proche. Je sentis également une main caresser mon visage avec douceur. Je posai ma main sur celle qui me caressait, et je reconnus celle de mon petit ami. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres. Je tentai de me redresser – bien que j'aie un peu de mal : j'avais l'impression d'être passée sous un train. Tout mon corps était engourdi, sans parler de la douleur que j'avais à la tête et qui ne semblait pas vouloir passer. Fronçant les sourcils, je poussais un soupir avant de me retourner en direction d'Elliyöt. Je posai mon regard sur lui. Il était en vie, et il avait l'air d'aller bien. Un soupir de soulagement s'échappa de mes lèvres tandis que je lui adressai un léger sourire. Passant ma main sur son visage, je posai mes lèvres sur les siennes pour lui donner un baiser. J'avais eu peur, vraiment. Parce que, dans la bataille contre les détraqueurs, je l'avais perdu de vue. Lorsque j'avais fini par abandonner, j'avais craint qu'il ne lui soit arrivé quelque chose. Je n'aurais pas supporté qu'il soit blessé, ou même mort. Je m'en serai très certainement voulu pour le reste de ma vie, pour avoir baissé les bras si facilement face à l'adversité, et pour ne pas avoir pu lui venir en aide.

    « J'ai eu tellement peur pour toi... »

    La peur, c'était bien ce qui m'avait habitée pendant la bataille. Ca, et le désespoir, bien entendu. Mais la peur elle aussi, avait été présente. Car la peur, qu'un jour Elliyöt ne finisse par me quitter, que la mort vienne me l'enlever, m'avait toujours habitée. Depuis le début de notre relation.
    Cette angoisse était apparue progressivement, à mesure que mes sentiments pour lui avaient grandis. Aujourd'hui, ça n'était pas pour rien qu'un épouvantard prenait la forme de son cadavre devant moi. Néanmoins, le principal, c'était qu'il soit sain et sauf, et qu'il aille bien. Et puis, nous étions ensemble. Ca, aussi, c'était important. Entremêlant nos doigts ensemble, je gardai sa main dans la mienne, comme pour me rassurer.

    « Où sommes nous ? Vous croyez qu'on est toujours à Poudlard ? »

    Où étions nous ? C'était une bonne question. Je n'étais pas sûre qu'Elliyöt et les autres aient la réponse à cette question. Je regardai autour de moi, et vis les corps de dizaines d'élèves éparpillés au sol. Avec la pénombre – les bougies présentes n'étaient pas suffisantes pour me permettre de bien tout distinguer – je n'aurais su dire qui était présent. Ce qu'il me semblait, en revanche, c'était que nous étions beaucoup plus nombreux que lors de la bataille... Alors quoi, les Carrow nous avaient enfermés avec les nés-moldus ? Ou ça ? Et surtout, qu'allaient-ils faire de nous. Instinctivement, je portai ma main à ma poche, pour en sortir ma baguette, mais je constatai avec déception qu'ils me l'avaient prise. Pas étonnant... Ces monstres nous avaient enfermé dans cette pièce humide, et sombre, et laissés sans baguettes. Les connaissant, ils avaient aussi dû nous enfermer dans un endroit isolé... Étions nous toujours au Château ? Je n'en étais même pas certaine. Je poussai un nouveau soupir. Cette situation ne me plaisait pas du tout. J'avais peur. Peur qu'ils nous laissent enfermés ici et qu'on ne ressorte jamais de cette pièce. Impossible. Les autres élèves finiraient bien par s'inquiéter, non ? Il y aurait bien quelques sang-purs qui auraient un peu de compassion pour nous, et qui informeraient quelqu'un de notre disparition ? Et puis, il y avait nos parents, aussi. Ils finiraient bien pas s'inquiéter pour nous. Peut-être que l'Ordre du Phenix serait alerté, et que ses membres et quelques Aurors viendraient nous sortir de cet enfer. Plusieurs scenarii me passèrent en tête, à vrai dire. Et dans tous, j'essayai de penser que l'issue de tout cela serait positive. L'espoir devait reprendre sa place dans nos coeur.

    Car, si plus tôt, nous avions baissé les bras, c'était parce qu'à cause des détraqueurs, tout espoir de sortir vainqueur de ce combat nous avait tous quittés, les uns après les autres. Nous nous étions tous écroulés, petit à petit. Parce que nous n'étions pas assez forts contre ces créatures, nous n'étions pas assez fort pour lutter contre les Carrow, et il avait fallu qu'en en arrive là pour tous le comprendre. Nous avions pensé que l'union ferait la force, qu'à plusieurs, nous réussirions à nous faire entendre. Au final, nous leur avions donné ce qu'ils voulaient. Ils avaient le pouvoir, ils venaient encore de nous le démontrer. Mais ce n'était pas une raison pour baisser les bras. Nous devions nous battre. Garder le moral. Même si, dans ces conditions, je le savais, ça serait difficile... Ma main se resserra automatiquement sur celle d'Elliyöt. Je posai mon regard sur les personnes réveillées. Parmi celles-ci, il y avait Nelson, à qui j'adressai un léger sourire. Les autres se réveillaient petit à petit, et au fil des secondes qui s'écoulèrent, les personnes qui se réveillaient cherchaient naturellement leurs proches, à la recherche d'un peu de réconfort. Que se passerait-il, une fois qu'ils seraient tous réveillés ? Pourrions nous nous supporter ? Impossible. Nous étions trop nombreux, et les conditions de détention dans lesquelles nous avaient enfermés les mangemorts étaient trop mauvaises pour qu'on puisse le supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mer 2 Fév - 16:07
Pulsation douleureuse
Coeur qui saigne
Solitude

Leurs regards se croisèrent. La même teinte, la même détermination y brillait. Il entendit son appel, désespéré, mais n'eut pas le temps d'y répondre. Comme au ralenti, il vit la main d'Emily s'ouvrir et laisser tomber sa baguette. Son jaguar s'évanouit peu à peu dans les airs, et un voile trouble tomba sur ses yeux. Seth la vit glisser lentement sur le sol, abandonnant toute résistance. Elle fit un pas vers lui, tendit les bras mais ne put faire plus. Elle tomba comme une poupée désarticulée, inconsciente, après un dernier regard, une dernière larme. Seth hurla, de rage et de désespoir. Emily. Emily. Emily! Il courut vers elle, sa rage décuplant ses forces, son Aigle transperçant les créatures avec fureur. Il se fichait bien de ce qui était en train de se passer autour de lui; il voulait simplement la rejoindre. Elle ne pouvait pas l'abandonner, pas maintenant... Il avait encore besoin d'elle. Sans se soucier des larmes qui roulaient sur ses joues, Seth s'agenouilla au près de sa jumelle, inerte. Las, il n'avait plus la force de repousser les Détraqueurs. Il devait se battre pour elle, mais à quoi bon? Les corps tombaient tous. Ils n'étaient peut-être qu'une dizaine à être encore debout, les plus vaillants, les plus forts, les plus heureux. Mais à quoi bon... sans Emily, plus rien n'avait de sens. Il se battait pour elle.
Alors, Seth laissa tomber sa baguette au sol, et son Patronus s'évapora dans les airs. Aussitôt, une marée de Détraqueurs vola en sa direction. Se sentant faiblir de façon considérable, la jeune garçon blond s'allongea aux côtés de sa soeur, lui serrant la main. Il voulait partir avec elle, comme elle. Où qu'elle aille, il la suivrait.
Puis, le regard émeraude du Gryffondor se voilât.
« J'arrive, Emily. J'arrive. »


La première pensée qui lui vint à l'esprit fut qu'il avait mal au dos. La seconde, qu'il crevait de faim. Puis, il réalisa qu'il ne pouvait plus ouvrir les yeux... trop faible. Un gémissement plaintif sortit de ses lèvres, malheureusement inaudible. Où était-il? Et surtout, où était Emily? Pourquoi n'était-il plus à ses côtés? Une douleur lancinante lui traversait le bras droit de parts en parts. Pourvu qu'il ne se soit rien cassé... Soudain, Seth sentit sa tête tourner. Épuisé, il retomba dans un sommeil sans rêves.

Les cris lui semblaient si lointains, presque irréels. Il avait l'impression qu'on le berçait, mais n'en était pas vraiment sûr. Seul la sensation du froid mordant contre sa peau lui assurait qu'il était encore en vie. Dans le coltar, mais en vie.
Ce fut l'évocation de son nom qui le fit réagir. Son nom prononcé d'une certaine manière. Cette façon imperceptible d'accentuer la première syllabe, et puis les intonations... on ne pouvait s'y tromper. Un poids énorme quitta les épaules du Rouge & Or. Elle l'avait retrouvé.
    « Seth… Seth réponds moi ! Réveilles toi Seth… Allez Seth ! ‘Faut que tu te réveilles j’ai besoin de toi, j’ai besoin de toi ! »
Ouvrir un oeil lui demanda un effort surhumain qu'il doutait pouvoir reproduire un jour, mais ce qu'il vit lui procura tellement de bonheur qu'il en oublia momentanément sa douleur. Ses longs cheveux blonds tombant sur ses épaules, sa peau de porcelaine et ses yeux vert pur... Une grimace voulant se faire passer pour un sourire naquit sur les lèvres du jeune blondinet. Emily était avec lui.
    « Bah alors, Emignonne, on s'inquiète pour son frérot? »
Sa voix était plus raque que dans ses souvenirs, mais peu lui importait. Elle était avec lui. Seth remarqua alors le regard désespéré d'Emily, puis ses larmes. Inspiration. Expiration. S'accrochant de toutes ses forces à elle, il parvint à se redresse et plongea ses yeux dans les siens. Il pensait l'avoir perdue, et elle s'était sans doute imaginée la même chose.
Alors, il la serra entre ses bras, dans une étreinte qui laissait espérer.
Tout n'était pas perdu.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Jeu 3 Fév - 0:14
Nelson mit bien Beth à plat pour ne pas qu’elle ait de douleurs musculaires lorsqu’elle se réveillera. Il jeta un coup d’œil aux couvertures qui traînaient dans un coin. Il décida à se lever et en pris une. Il nota au passage que visiblement, il n’y avait pas assez de couvertures pour tout le monde. Génial. Enfin bref, il rejoignit Beth afin de mettre doucement la couverture sur elle. Il la recouvrit bien, afin qu’elle n’attrape pas froid durant son sommeil forcé. Il fût attiré par un bruit, une personne qui s’énervait « Putain mais qu'est ce qu'on fout la... ». Il se retourna rapidement et reconnu Enora, qui semblait s’énerver contre le mur. Et là, le tilt. Ils étaient enfermés, complètement enfermés dans une pièce qui n’avait pas de fenêtre, pas une seule lumière naturelle. Et s’il y avait des claustrophobes ? Ca allait vraiment déraper et partir en live. Cette craint commença à le faire légèrement paniqué, il demanda alors « Enora, t’es claustrophobe ? ». Il était sérieux, il n’en savait rien, il ne savait pas qui l’était. Il commença à regarder partout, tous les élèves qui se trouvaient dans la pièce, réveillés ou non. Et si, parmi eux, un avait la phobie des espaces clos ? Comment allaient-ils faire pour gérer cela ? C’était flippant de se retrouver là. Comment allaient-ils se nourrir ? Se laver ? Et si quelqu’un tombait malade, comment faire pour le soigner ? Les questions se bousculaient dans la tête de Nelson qui réalisait dans quelles conditions de vie ils se retrouvaient. L’atmosphère était lourde et pesante, tandis que les gens commençaient à se questionner sur le pourquoi du comment. Que faisaient-ils ici ? Qu’est ce que c’était que cette salle ? Combien de temps allaient-ils rester ? Wow, une chose était sûre, personne n’était fait pour affronter ce genre de situation. Elliyöt nota d’ailleurs qu’ils n’avaient plus leurs baguettes. Nelson avait remarqué pour lui, mais maintenant il était sûr que personne n’en avait une. Ca aurait été utile.
« On peut dire qu’on est foutus alors », merci May pour ce cri d’encouragement. Il lui lança un petit sourire, vraiment sincère. C’était un sourire plus triste que joyeux, qui montrait un peur la perte d’espoir. Être enfermé, c’était vraiment horrible. Les gens commençaient à paniquer, comme Emily qui s’acharnait sur son pauvre frère, le secouant comme un shaker. Et bah, fallait avoir les intestins avec elle, parce qu’elle n’y allait pas de mains mortes. Et il se réveilla, enfin. Il devait pas se sentir bien, normal après un passage de shakingEmily. « Bah alors, Emignonne, on s'inquiète pour son frérot? ». Emignonne … Oh mon Dieu. C’est comme s’il appelait Beth Elimoncoeur. R-I-D-I-C-U-L-E. De toute façon ce mec, c’était une tare. C’était pas un cadeau de le savoir ici. Il allait encore faire des histoires, faire le grand frère qui ne veut pas qu’on approche sa sœur. Ben au moins, si il s’ennuyait, il savait comment faire pour mettre de l’action. Aller titiller le frère Bradsburry, l’énerver et tout. Voilà quoi, finalement c’était pas la mort non plus.
Lulvia demanda « Où sommes nous ? Vous croyez qu'on est toujours à Poudlard ? ». Hmm, excellente question, ils étaient ou ? Probablement dans un endroit méconnu, de toute façon Nelson ne connaissait pas de pièces sans fenêtre, enfin pas beaucoup. Et pas celle-là. Il répondit simplement « Ils n’auraient pas pris le risque de nous mettre dans une pièce connue des élèves. A mon avis, c’est une vieille salle, pas utilisée depuis un moment. ». Ca faisait bizarre de se retrouver là. Lulvia, sa première copine, Beth, sa sœur, Alan, son cousin, Alyssa, sa cousine, May, son ex, Enora, celle qu’il avait chauffé puis laissée en plan, Emily, celle qu’il cherchait, Seth, celui qu’il pouvait pas blairer, Elliyöt, son ami, Heaven, son amie aussi, Katelyn, qu’il avait pu chercher également, Ev’, un ex-coup, Oliversuperconnard, Ana ... Enfin bref, ça allait être joyeux. Et tous comme ça les uns sur les autres, les tensions pouvaient partir rapidement et le conflit émerger de nulle part. Déjà, il avait des comptes à rendre avec Alyssa qui avait attaqué ses parents, ce qu’il ne supportait pas. Seth, une étincelle et le feu partait. Et Dieu seul sait quelles autres histoires pouvaient se passer avec tout ce petit monde.
Revenir en haut Aller en bas
Evelyn R. Caulfield
Nombre de chapitres écrits : 347
Sang : J'SUIS UNE NÉE MOLDUE YO
© avatar, icon, signature : Pitchounette
Date d'inscription : 12/10/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Jeu 3 Fév - 1:08
    Que s’était-il passé ?

    Personne ne le savait, encore moins elle. Evelyn était prise dans une démence certaine à voir tout ce qui semblait se passer en ce moment. Déjà, elle ne voyait que du noir. Un noir profond, avec un certain gros mal de tête qui ne cessait d’apparaître et de disparaître comme l’aurait fait une lueur de bougie incertaine, vacillante. Elle était couchée sur un… Lit ? Enfin, si c’était un lit, c’était vachement inconfortable. Et en plus, c’était humide et mouillé. La préfète de Serdaigle grogna un peu face à son mal de tête, ne voulant pas se relever, même si elle devrait le faire, tôt ou tard, car évidemment, elle ne pouvait pas rester là, à attendre. Ses yeux se fermèrent plus fort sur ses paupières, ses mains se serrant en poing contre le sol étrangement humide et inconfortable. Oui, oui, le sol. Oublions les matelas, ça semblait totalement inexistant. Comme si elle était plongée dans un autre monde. Comme si elle n’était pas éveillée, dans le lit des dortoirs des septièmes années de Serdaigle, qu’elle était ailleurs, peut-être dans un rêve étrange, peut-être même dans un cauchemar. Ce qu’elle allait découvrir se rapprochait assez de la dernière option, même si elle était loin de savoir ce qui s’était vraiment passé. Sa mémoire à elle seule semblait elle aussi beaucoup trop floue pour qu’elle se rappelle de quoi que ce soit. Elle laissa s’échapper une nouvelle lamentation de douleur face à sa tête, qui ne cessait de se poignarder elle-même. C’est fou ce que ça peut être cruel, une tête. Urgh.

    Des voix résonnaient dans la salle. Parfois confuses, parfois d’un ton urgent. Urgent… Effrayé. Qu’est-ce qui se passait ? La Bleue ouvrit finalement les yeux pour découvrir un environnement lugubre, une fine lumière. Ses yeux prirent plusieurs secondes avant de s’habituer à la noirceur, qui était comme un gros brouillard au début jusqu’à ce qu’ils fassent l’ajustement. Elle était sur le côté, fixant un mur et des silhouettes sombres qui parlaient. Ces silhouettes étaient d’autres élèves. Elle prit appui sur son bras droit, se mettant tant bien que mal en position assise. On aurait dit que tous ses muscles étaient endoloris. Et sa tête… Elle soupira une nouvelle fois avant de mettre sa main, étrangement froide, sur son front. Elle referma les yeux quelques secondes avant de les rouvrir, fronçant les sourcils. Où était-elle ? Qu’était cet endroit lugubre qui sentait l’humidité à plein nez ? Si seulement elle aurait pu savoir. Cependant, elle restait dans l’ignorance.


      « Hmpf…. Où sommes-nous… ? »


    Sa tête lui faisait tellement mal que seulement réfléchir demandait un effort surhumain. Que s’était-il passé pour qu’ils se retrouvent ici ? Tout sembla soudainement s’éclairer : Elle revoyait la scène. Les élèves se révoltant. La mort de deux élèves, d’un professeur… Elle eut un frisson d’horreur juste à y repenser. Puis, les gens sortant de la Salle Commune tandis qu’elle tentait de faire garder le calme. C’était des Mangemorts, ils pouvaient tuer, rappeler des leurs. D’autres auraient pu mourir, elle avait tenté de raisonner plusieurs Serdaigles, sans réussir, tandis que d’autres étaient eux aussi restés derrière. Elle se souvient des silhouettes sombres et hostiles des Détraqueurs. Elle se souvient du flash de lumière. Puis, plus rien. Le noir total.

    Le néant.

    C’était horrible. Elle regarda autour d’elle, remarquant qu’il y avait nombre de Né-Moldus, quelques Serdaigles, aussi, s’étant révolté. Étaient-ils emprisonnés ? Avaient-ils des chances de s’en sortir ? C’était foutu. Peut-être allaient-ils mourir ici. Elle entendit cependant la voix de Nelson, un Serpentard qu’elle connaissait de vue, qui parlait d’une salle que personne ne connaissait. Dans Poudlard ? Se pouvait-il qu’ils y soient encore ? Mais comment ? Elle n’avait jamais vu cette salle… Et dire qu’elle avait cru presque tout connaître de cette école totalement incompréhensible… Elle resta assise quelques instants, tentant de reconnaître des visages. Quelques-uns semblaient encore évanouis. Cependant, la plupart étaient déjà éveillés et regardaient les alentours. Evelyn frissonna. Il faisait froid, c’était horrible comment il faisait froid. Étaient-ils ici parla cause de la révolte ? Ce pouvait être le cas. Mais comment en être certain ? Une chose était certaine : Les Carrow étaient certainement derrière tout ça, comme les meurtres des trois jeunes gens. Comme tout ce qui se passait depuis que l’école était commencée. Les Nés-Moldus comme elle n’avaient eu aucune chance dès le début. Pourquoi était-elle revenue… ? C’était une mission suicide, et voilà, maintenant, ils étaient emprisonnés ici, et ne pourraient jamais en sortir. Ils allaient les faire mourir au bout de leur faim,
    A bout de force. Ce serait horrible. Elle ne voulait pas finir comme ça ! Non, non, non ! Tout sauf ça ! Evelyn ne pouvait pas finir en pâté pour dragons, ce serait trop une fin tragique ! Et que ferait son frère, son pauvre frère ?

    Ooh, il devait tellement s’inquiéter ! Vraiment, cet endroit faisait de plus en plus peur à notre jeune Serdy, qui n’avait pas du tout l’air d’elle-même en ce moment. Son sourire était disparu, tout ce qui restait était cette moue terrorisée et dépaysée. Mais qu'est-ce qu'elle faisait là, elle ! il ne fallait pas s'inquiéter tant ! Il fallait se BATTRE ! Il fallait rester FORT ! Evelyn Rachael Caulfield, elle, elle n'était pas du genre à se sentir morte de trouille et totalement foutue ! Elle, elle se battait jusqu'au bout ! Elle devait rester forte ! Rester... Oui, oui, forte ! Et ne pas crouler sous le poids de ce qui se passait ! JAMAIS ! Pas maintenant ! Rester forte, forte, forte ! Comme une lionne ! GRRAWWRRH!!

    Et voilà. Elle tenta de se sentir un peu mieux en se disant ça, en se disant qu'ils sortiraient, d'une manière ou d'une autre, ils sortiraient. Elle eut un grand soupir, expirant son mal, se sentant plus confiante. Il le fallait. Mais un détail manquait... Il faisait tellement sombre, dans cette pièce… D’une main, Evelyn tenta de retrouver sa baguette dans ses poches, mais eut un choc en le voyant manquant. Les yeux grands ouverts, de terreur, car jamais elle ne quittait sa baguette, elle se leva d’un bond, fouillant toutes ses poches, regardant par terre d’un regard alarmé. Elle fit un petit cri qui ressemblait à celui qu’une souris ayant vu un chat ferait, si non d’une porte grinçant s’ouvrant. Bref, aiguë et presque inaudible, avant de suivre par des paroles toutes aussi effarées que son expression faciale.


      « Par Merlin ! Ma baguette ! Ils ont pris ma baguette ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Jeu 3 Fév - 1:54
Peu à peu les élèves se réveillaient les uns après les autres, j'entendais les remarques de certains, j'avais juste envie de les tuer les uns après les autres. Je détestais être enfermée mais alors lorsque c'était dans une pièce pareil avec des élèves que je ne connaissais pas ça n'allait pas le faire, pas le faire du tout. Me relevant en me tenant contre le mur je m'y adossais en essayant de reprendre mes esprits, je devais me canaliser ou j'allais péter les plombs ça n'allait vraiment pas tarder. J'entendis alors un Serdaigle qui fit une remarque des plus intéressantes, me tournant vers lui en passant ma main dans mes cheveux je faisais mon possible pour rester calme avant de l'exploser contre le mur. « Oui bien sur, on à tout vu ! Et on les à même aidé à nous enfermer, on c'est dit qu'on allait bien apprécier d'être la comme ça. » Lâchais-je d'une voix rauque, d'accord peut être que ça allait être eux qui allait finir par me tuer. J'étais déjà d'une humeur de chien alors que cela devait faire a peine vingt minutes que j'étais consciente de ce qu'il venait de nous arriver. J'entendis une voix connue, May était la, merci mon dieu il ne lui était rien arrivé, ce n'était pas sur qu'elle réussirait à me calmer mais c'était celle qui me connaissait le mieux. Me tournant vers elle en l'entendit rire je haussais les épaules en baissant la tête. Instinctivement je passais ma main sous ma jupe, plus de baguette. Pas de baguette, enfermée avec des gens que je n'appréciais pas forcément, et on ne savait pas du tout jusqu'à quand allez durer cette mascarade. Fermant les yeux quelques secondes j'essayais de me rappeler ce qu'il c'était passé dans le hall. Mais malgré les hurlements de ma mère rien ne me venait en mémoire. Satané détraqueurs, mais bordel c'était quoi cette blague, pourquoi est-ce qu'ils faisaient ça à des élèves. Mangemorts 1, élèves 0. Voilà ou on en était. Quand même, ils devaient se sentir bien en danger pour nous enfermer dans notre propre école, du moins j'espérais que nous étions toujours à Poudlard. Observant les élèves un à un un rictus apparus sur mon visage, j'avais remarqué une Serpentard, une fille qui passait son temps fourrée aux côtés de la Carrow, qu'est ce qu'elle faisait la devait y avoir erreur sur la personne. Secouant la tête j'essayais d'oublier que nous étions dans un espace clos. Mais le bon vieux Nelson me remis vite cette idée en tête. « Enora, t’es claustrophobe ? » me tournant vers lui je secouait doucement la tête, inutile de mentir, de toute façon cela devait déjà se voir à la manière dont je me tenais, limite prostrée, renfermée sur moi même. Je croisais les bras en m'asseyant à nouveau, collant mon front sur mes genoux j'essayais de calmer ma respiration. Il le fallait, je n'allais pas leur faire une crise d'angoisse, pas maintenant, pas ici. Je n'étais pas faible, je pouvais tenir le coup, peut importe le temps que cela allait prendre. Je ne craquerais pas, pas devant tout ses gens. C'était impensable. Un frisson me parcourut tout le corps, je priait pour que ce soit simplement le froid qui régnait dans cette pièce. Pas de crise, calme toi Enora, pas ici, tu peux pas. Personne ne savait que je pouvais avoir des problèmes comme ça, tout ça c'était psychologique et personne ne réussirait à me calmer. Peut être May, mais comme elle n'était pas au courant non plus ça n'allait pas vraiment aller. Cependant si il s'agissait de me claquer Nelson serait le premier au portillon. Oula, non, ne pas penser à lui, surtout pas, pas maintenant. Ma respiration se faisait de plus en plus saccadée, je me sentais faiblir mais il était hors de question que je montre un quelconque signe de faiblesse. C'était tout bonnement impossible. Frissonnant à nouveau je frottais mes bras pour essayer de me réchauffer, si j'essayais de me lever j'allais tomber dans les vappes, autant rester la comme une imbécile. Levant les yeux vers les autres jeune gens qui reprenaient peu à peu leurs esprits je commençais vraiment à me dire que les Mangemorts n'avaient rien dans le pantalon pour essayer de nous mettre hors course. Comme si leur très cher maitre avait peur de nous, la blague. Ce qui était sur c'est que la mère Carrow aurait passé un très mauvais quart d'heure. Sortilège impardonnable ou pas elle en aurait pris pour son grade. Oula Enora tu divagues, arrête de dire des bêtises, pensais-je une nouvelle fois en laissant tomber mon visage sur mes genoux. D'accord la ça n'allait pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Jeu 3 Fév - 18:37
May continua de regarder les gens autour d’elle, elle n’avait que ça à faire de toute façon. Mais à présent elle n’avait plus envie de rire, loin de là, elle ne savait pas depuis quand elle était enfermée ici, peut être quelques minutes, ou des heures, mais elle en avait marre. Malheureusement pour les gens qui devront la supporter dans cette pièce, ce n’était pas du tout le genre à prendre ces situations aux sérieux, il y avait eu des morts, mais ce qu’il l’inquiétait le plus c’était qu’il n’y avait rien à manger et que tout ceux qui l’entouraient semblait être au bord de la crise de nerfs, l’éclate totale. Il y avait de plus en plus de discussion, inutile pour la plupart, ce qui pouvait énerver les plus impatient d’entre eux car les discussions disaient à chaque fois la même chose « Réveille toi, tu vas bien ? Pourquoi on est ici ?».. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle était ici, mais ça l’énervait déjà. May vit Seth se faire secouer comme un bon cocktails par sa sœur, ce qui la fit rire une deuxième fois, au moins il était en vie, enfin si Emily ne l’avait pas secoué trop fort. Elle tourna la tête et croisa le regard de Nelson, il esquissa un sourire, mais il ne semblait pas sincère, il semblait avoir tout perdu, inquiet, May ne l'avait jamais vu inquiet comme ça. Chaque personne qui se trouvaient dans cette pièce semblait perdue, les plus courageux semblaient avoir perdus toute leurs force, la guerre était donc finie ? Et c’était eux les perdants ? Non ça jamais. Quitte à passer pour une folle, encore une fois, elle ne laissera pas ces amis dont elle a toujours était fière, perdre espoir. Mais il n’y avait rien à faire, enfermés, sans baguette, tous étant très faibles, ça n’allait pas être une partie de plaisir. Mais comment perdre espoir, ils étaient bien trop nombreux pour que leur disparition passe inaperçue. Les autres élèves de Poudlard allaient s’en rendre compte, les familles n’auront plus de nouvelles et commenceront a s’inquiéter, rien n’était perdu il fallait juste être patient. Tout dépendra de combien de temps qu’ils allaient être enfermés ici, ce n’est pas que les cours lui manque, loin de là, mais il faut dire qu’ils ne pourraient pas tous tenir ici bien longtemps. Il n’y avait pas de nourriture, pas de fenêtre, pas de sanitaire, non c’est sur ils n’allaient pas tenir. Les plus faibles allaient vite péter les plombs. Elle retoucha sa hanche pour voir si sa baguette avait vraiment disparue, et c’était bien le cas, ils avaient tout pris, enfin peut être pas tout. Elle mit sa main en dessous de son t-shirt et en sortit une barre chocolatée qu’elle avait caché dans son soutien-gorge pour le cours de potion. Elle le remit à sa place pour plus tard, pour quelqu’un qui en aurait plus besoin qu’elle. « Oui bien sur, on à tout vu ! Et on les à même aidé à nous enfermer, on c'est dit qu'on allait bien apprécier d'être la comme ça. ». May releva son visage à ses mots, elle se sentit soulager, sa meilleure amie était là et semblait aller bien, car si Enora remettait quelqu’un à sa place, c’est qu’elle avait les esprit clairs. Elle la chercha du regard et tomba sur elle. Mais elle ne semblait pas aller si bien que ça, elle la connaissait assez pour voir dés que quelques chose n’allait pas, bien sur, personne n’allait vraiment bien ici, mais en regardant Enora c’était diffèrent, elle semblait totalement paniqué, comme si dans les prochaines minutes elle allait éclater en pleurs. May se leva comme elle pouvait avec sa main encore valide, elle essaya de marcher sur personne, pour rejoindre son amie. Elle s’assit en face d’elle et lui prit sa main. Non elle n’allait vraiment pas bien. « Ferme les yeux et calme toi, ça va aller.. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Jeu 3 Fév - 19:53
Elizabeth seule, les couloirs déserts, aucun bruit juste ceux de ses pas sur le sol, seule une faible lumière lui permettait de se déplacer distinctement dans le couloir, elle avait l'impression qu'elle ne trouverait jamais la fin, puis d'un coup plus aucune lumière des ténèbres l'envahirent sans qu'elle puisse faire quoi que ce soit, elle se mit à courir, courir, courir le plus vite possible qu'elle pue, mais tout à coup elle trébucha et s'écrasa sur le sol, elle mit un temps à retrouver ses esprits et posa un regard sur ce qui l'avait fait tomber, aucun son ne sortit de sa bouche, seule ses yeux laisser transparaitre une déchirure, une peine, une grande tristesse, sous ses yeux se trouver son petit frère Jasper, sans vie, le corps mutilé, elle ne distinguer que du sang, elle s'avança rapidement vers lui, et elle ne put se retenir de crier, elle ne croit croyez pas, pas son frère, pas jasper, pas lui, elle posa sa tête sur le corps de son frère inerte et fondit en sanglots mais tout à coup un mal de crâne horrible la pris.

Elizabeth commencer à revenir à elle tout doucement, elle cligna des yeux plusieurs fois, elle avait un mal de tête abominable, comme si elle ait reçu un très très mauvais coup sur la tête, les yeux toujours clos, tout lui revint en tête, elle marchant dans le couloir, puis la foule d'élèves rassembler dans le hall, la nouvelle de la mort des trois personnes, puis l'attaque des dés traqueurs.
Le sol était froid, humide, elle ouvrit les yeux s'attendant à être éblouie par la lumière mais ça ne fut rien, il faisait sombre très sombre et aucune fenêtre n'était là dans cette pièce mauvais point très mauvais point tout ça, elle était passé d'une attaque à sa plus grande peur il ne manquait plus que son pour que sa journée soit complètement fichue, totalement perdue, elle s'assit et malgré le froid qui l'envahit une douce chaleur la recouvrer, elle avait une couverture.
Revenant tout doucement à ses esprits elle entreprit de voir qui était là dans la pièce si on pouvait appeler sa comme ça.

Bien sur tout les rebelles étaient là, en passant par son frère, née-moldus, et également quelque sang pur comme Katelyn.

Mais bien vite son angoisse refit surface en elle pourquoi il fallait que ça lui arrive à elle, pourquoi ne les avait-il pas mis dans une salle de classe illuminée et avec des fenêtres, ça aurait trop beau pour être vrai à vrai dire, comment allait-elle faire pour tenir le coup.
Elle replia ses jambes contre elle, et posa sa tête sur ceci, essayant de garder tant bien que mal son calme ce qui n'était pas très facile, cette pièce sombre, elle avait l'impression que les ténèbres l'envahissent, et sans qu'elle ne pue contrôler rien du tout une larme lui coula sur la joue, puis une deuxième et une troisième et tout un flot s'en suivirent, elle ne pue distinguer rien du tout de ce que les autres disez comme refermer sur elle-même, bloquer par sa peur et son angoisse.

Elle pue tout de même prononcez, pluton chuchoter une simple chose, un simple mot, un simple prénom, comme un appelle au secours

- Nel... Nelson...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Jeu 3 Fév - 20:04
    Froid. C’est ce que je ressenti au moment même où je repris conscience. Un froid différent que celui que provoque l’arrivée des détraqueurs. Étais-je toujours dans le hall d’entrée ? Le fait de sentir mon visage contre le sol dur et froid me laissait penser que oui. Pourtant, j’entendais quelques personnes hurler. Je ne comprenais pas ce qu’elles disaient, mais ça ressemblait à des cris de désespoir. Tous ces sons résonnaient dans ma tête. Ils avaient une telle amplitude que j’avais l’impression qu’elle allait exploser. Je voulais protester, leur dire de se taire, mais aucun son ne sortit de ma bouche. C’est à ce moment là que je me rendis compte que je ne respirais plus.
    J’ouvris soudain les yeux et pris une grande inspiration. L’air, qui était humide et donc presque irrespirable, me fit tousser. Je cru tout d’abord que j’étais devenue aveugle, mes yeux ne s’étant pas habitués au noir. Mais peu à peu, je distinguai des corps. Des dizaines de corps, tous allongés par terre, presque entassés les uns sur les autres. Si leur poitrine ne se soulevait pas à intervalle régulier, on aurait pu croire qu’ils étaient morts.
    Tandis que je me redressai, je regardai autour de moi. Quelques bougies allumées renvoyaient une très faible lumière dans la petite pièce. Il n’y avait pas de fenêtres, pas d’issues à part une grande porte qui semblait renforcée. Dans un coin - le seul que j’arrivais à voir, en dépit du manque de lumière - se trouvait une fontaine d’eau. Potable ou pas, je ne savais pas. D’instinct, je cherchai ma baguette. Pas moyen de la trouver. Elle n’était ni dans mes poches, ni par terre. Attendez, c’est quoi ce bordel ? Où est ce que je suis ?! Les événements de la veille – ou qui s’étaient déroulés quelques heures plus tôt, je ne savais pas vraiment – me revinrent à l’esprit, et je compris enfin. L’annonce du triple meurtre d’Alecto Carrow nous avait tous, ou presque, révoltés et nous nous étions regroupés dans le hall d’entrée afin de montrer notre mécontentement. Sur le coup, je n’avais pas fait le rapprochement avec les détraqueurs. Mais maintenant, tout devenait clair. Les Carrow, tels des lâches, avaient fait appel à ces créatures pour qu’elles nous attaquent et nous affaiblissent. Après quoi, ils nous ont enfermés ici pour nous donner une bonne leçon. J’étais furieuse. J’étais si indignée, ils me dégoutaient. J’avais vraiment envie de vomir. C’était inacceptable de faire subir une telle chose à des élèves. Nous étions ici, sans défense et bien trop nombreux pour que l’on puisse se supporter. En gros, nous étions dans la merde.
    Quelques personnes avaient déjà repris conscience et cherchaient à réveiller leurs proches. D’après ce que j’avais pu voir, je ne connaissais personne. Quelques visages me disaient vaguement quelque chose, mais je n’arrivais pas à me souvenir où je les avaient vus. Nelson était la seule personne que je connaissais vraiment et, comme par hasard, quelqu’un que je ne portais pas vraiment dans mon cœur. Cependant, je n’essayais pas d’y penser, ce n’était vraiment pas le moment.

    « Où sommes-nous ? Vous croyez qu'on est toujours à Poudlard ? »

    Je tournai ma tête en direction de la jeune fille qui avait parlé. Elle était dans les bras d’un garçon, sûrement son copain.
    C’était vrai ça, où étions-nous ? Sûrement quelque part où personne ne pourra nous trouver, une pièce inconnue de tous. Après, je ne savais pas si nous étions toujours à Poudlard. L’autre grande question était pour combien de temps étions-nous ici ? Trois jours, trois semaines, trois mois, trois ans ? Je ne savais pas non plus la réponse à cette question. Mais une chose était sûre, nous ne tiendront pas longtemps enfermés ici, les uns sur les autres.
    Et puis je pensai à autre je chose. Comment les Carrow allaient ils faire pour cacher notre absence au reste du monde ? Parce que la disparition de deux-trois élèves, oui ça peut arriver. Mais là, nous étions au moins une vingtaine ! Quelqu’un allait bien s’apercevoir de notre absence et venir nous chercher, non ? Je l’espérais vraiment. Mais au fond de moi, je doutais sérieusement que quelqu’un puisse nous retrouver.
    Dans un élan de motivation, on peut dire ça comme ça, je me levai rapidement. Mauvaise idée apparemment. En effet, la seconde qui suit, je me retrouvai à nouveau assise par terre. Mon mal de tête devint plus fort et tout se mit à tourner autour de moi. Je fermai les yeux, les mains de chaque cotés de mon visage, et attendais que ça passe. J’entendais vaguement d’autres élèves qui étaient plus ou moins dans le même cas que moi. Les sons recommençaient à résonner dans ma tête, je ne me sentais pas bien. Nous ne tiendrons pas longtemps, je le savais. Si tout le monde se mettait à angoisser nous étions, encore une fois, dans la merde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Ven 4 Fév - 5:48
    L'énergie revenait lentement à elle. En peu de temps, elle se leva pour aller à la recherche d'Alan comme elle l'avait prévu. Il gisait toujours sur le sol, endormi. Katelyn se mit à genoux près de lui, le secoua un peu, elle voyait bien qu'il était en vie. Après quelques tentative de le réveiller, elle laissa tomber. Et puis quoi? Il était en vie, ça ne servait à rien de presser son réveil. La jeune Nott se releva, puis alla s'asseoir sur le sol, adossée à un mur légèrement éloigné des autres. Peu à peu, ils se réveillaient, tous paniqués ou bien perdus. Tous se précipitaient vers les autres toujours inconscients. Réflexe naturel et compréhensible, mais Katelyn regardait le tout avec dégoût. Jamais au plus grand jamais elle n'aurait eu le même sentiment face à tout ceci. Elle comprenait bien. Elle venait tout juste de le faire avec Alan, bien que ses raisons étaient différentes que celles des autres. Et si sa petite sœur avait fait partie de ceux qui étaient prisonniers de ces murs, elle n'aurait pas attendu pour aller la rejoindre et tenter de la faire revenir à elle. Seulement, cette fois, c'était différent. Elle n'avait pas développé de haine nouvelle, simplement une peur et un désespoir qui se transformait en sorte de dédain. Les gémissements de certains laissaient croire qu'elle n'était pas seule à se sentir mal alaise dans tout ça. Mais ils n'en savaient rien. Là, elle était seule. Là, tous étaient contre elle, certainement. Seule. Injustement emprisonnée.

    D'où elle était elle pouvait assez bien entendre tout ce qui se passait dans la salle. Bon, okay, elle n'était pas des plus grandes non plus. Plusieurs dires, conversations, venaient à elle. Tous avaient la même signification. Tous revenaient au même.
    Où étaient-ils? Combien de temps allaient-ils rester là? Les Carrow étaient derrière tout ça. Réveille-toi. Putain. Ils étaient répétitifs. Katelyn trouvait ça irritant. La personne habituellement douce qu'elle était ne se sentait pas prête à endurer tout ça. Non. C'était trop. Surtout qu'au fond, elle se posait les mêmes questions. Alors qu'elle était emprisonnée là, qu'advenait-il de sa sœur? Leila! Et si les Carrow s'en prenaient à elle en attendant. Elle avait le même sang que Katelyn après tout. Théodore, son cousin. Caliopée, et puis sa sœur Clio, qui n'était qu'à sa première année à Poudlard. Elles n'étaient pas de la famille proche, mais elle restait de la famille.
    Et combien de temps allaient-ils rester emprisonnés ici. Dans cette froideur, cette humidité, cette insalubrité. Loin du soleil et de l'air frais. Katelyn était tout aussi inquiète que les autres. Surtout, le fait qu'elle soit là à cause de tous ces idiots qui avaient décidé de se révolter exacerbait le sentiment de rancœur qu'elle pouvait ressentir.

    Kate les écoutait obligatoirement parler, et tentait de garder en elle cette frustration qui voulait sortir. Ils semblaient tous si pathétiques. Si faibles. C'est donc Ça qui voulait s'opposer aux Carrow. Et elle les avait crus un instant. Un simple instant, avant que les détraqueurs ne fassent leur entré, elle y avait cru. Désolant, et stupide. Elle se retenait pourtant. Elle préférait s'éviter les ennuis.
    «Et on les à même aidé à nous enfermer». Alors là, Katelyn sentit un rire monter en elle. Enfin quelqu'un de perspicace! Elle ne voulait pas rire. Elle ne pouvait pas s'échapper ainsi. Surtout vu les circonstances. Et elle savait très bien que ce n'était pas elle. Ce n'était pas son genre de réagir ainsi, peu importe la situation. Mais c'était trop. Trop. Et cette peur qui la hantait n'aidait point. Cette exaspération. Un grand rire, un rire désespérée avec un extrait de désolation s'échappa donc de la bouche de la sang-pur. Celui-ci raisonna dans la salle. Elle ria un moment, puis entre quelques exclamations, elle tenta de dire quelque chose.

      «Évi-évidemment!», réussit-elle à dire entre deux rires.«Qu'est-ce que vous- que vous croyez!?». Elle marqua une pose, reprit son souffle avant pour calmer ses rires. Une fois fait, elle reprit.«Vous en êtes pathétiques. C'était quoi cette connerie!? Hein? Se rendre dans le hall pour se révolter? Pour faire changer les choses? Et bien, c'est réussit.»

    Elle se tût alors. Au début elle ne voulait pas en dire trop. Elle voulait éviter de se faire des ennemis. Le tout était sortit tout seul, alors c'était trop tard probablement...
    La jeune Nott commença ensuite à trembler. Pour quelle raison? Elle n'en savait rien. Elle tremblait, tout simplement. Par le froid? Par la peur? La rage? La solitude? Elle ne pouvait se décider...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Sam 5 Fév - 1:33
    La moitié des personnes présentes dans la pièce étaient réveillés. Ils restaient très peu de personnes encore évanouis. La pièce commençait à se remplir de plus en plus. Il y avait très peu de personnes seules, la moitié avait trouvés des proches. De plus on pouvait donc voir la distinction entre ceux qui rechercher des amies encore endormis et ceux qui ne rechercher personne. Et ceux là c'était des gens telles que Evangelina. Elle était encore assise contre le mur, et regarder encore les gens tranquillement. Cette situation de désespoir la faisait rigoler. Certes le fait qu'ils soit tous enfermées, les nées-moldues avec les sangs-mêlées, c'était pas marrant ; mais, le fait que chacun s'affole comme-ci cela allait changer quelque chose était marrant. Elle les voyait réveiller leurs proches ou encore les secouer pour qu'ils se réveillent ; et cela lui fit faire un rictus au lèvres. D'accord ils s'inquiétait tous pour leurs proches, leurs amies, mais, qu'ils les laissent se reposer. Enfin, sa c'était l'avis de la Serpentarde, donc c'était plutôt un avis négatif. De toute manière, elle, elle s'en moquait vue qu'elle n'avait aucun membre de sa famille présente dans la pièce, quand a un ami proche sa elle ne le savait guère, de toute manière pour elle si elle avait un proche présent ici, celui-ci se réveillerait vite et viendrait la voir. Mais elle s'en moquait.
    Le seule but principal pour le moment était de savoir où est-ce que tous les élèves se trouvaient exactement. Certes, ils étaient dans une pièce sombre, très peu éclairée, avec une fontaine a eau ; mais, est-ce que c'était toujours à Poudlard ? Puis d'ailleurs pourquoi il n'y avait que cette fontaine ? La jeune femme réalisa soudainement que mise a part les différents élèves qui se trouvaient dans la pièce, il aller aussi devoir faire face au manque d'hygiène. Il ne manquait plus que sa en plus se dit-elle. Les Carrow avaient alors tout fait pour que les élèves se sentent "désespérés", "anéantis". C'est bien de la cruauté sa ! Si ils croyaient qu'ils allaient arrêter la révolte avec sa, c'est qu'ils étaient bien optimistes alors. La jeune femme savait que personne ne pouvait rien y faire malheureusement.


    « Où sommes nous ? Vous croyez qu'on est toujours à Poudlard ? » Sa s'était la question que tout le monde se poser, et c'était une Gryffondor, que Evangelina ne connaissait pas, qui demandait cela.« Ils n’auraient pas pris le risque de nous mettre dans une pièce connue des élèves. A mon avis, c’est une vieille salle, pas utilisée depuis un moment. » Puis ce fut Nelson qui lui répondit. Quand la Serpentarde l'entendit dire cette réponse, elle ne put s'empêcher de sourire. Qu'est-ce qu'il était intelligent dis-donc ; c'est vrai que si ils auraient mis les élèves dans une pièce qu'ils connaissaient alors, ceci serait plus simple de "s'évader". La jeune femme fut contente de constater que le jeune homme garder quand même sa fameuse intelligence, et elle se demanda s'il l'avait vue, si il se doutait d'avance qu'elle allait essayer de le re-charmer comme avant. Mais cette question fut vite interrompue par une Serdaigle qui venait de se réveillée. La Serpentarde la reconnut de suite, elle l'avait déjà croisée dans les couloirs et dans certains cours vue que c'était aussi une septième année. « Par Merlin ! Ma baguette ! Ils ont pris ma baguette ! » dit Evelyn. Evangelina ne put s'empêcher de la regarder d'une expression étonnée, elle avait oublier de regarder si elle avait toujours sa baguette et manifestement si une élève ne l'avait pas alors personne ne l'avait. Elle regarda quand même dans la poche de son gilet mais, ne trouva rien. Donc, oui manifestement tout les élèves étaient désarmés, "sans défense". Elle soupira et appuya sa tête contre le mur, ce qu'elle regretta vivement car ceci lui fit ressurgir son mal de tête. Tout d'un coup elle entendit une Gryffondor s'énerver contre une autre personne :« Oui bien sur, on à tout vu ! Et on les à même aidé à nous enfermer, on c'est dit qu'on allait bien apprécier d'être la comme ça. » Ceci avait été dit d'une violence, que la Serpentarde se dit que si ils commençaient déjà à se taper dessus alors l'ambiance allait être vraiment chaleureuse. Bon, d'accord Enora paniquée, ce qui est compréhensible surtout quand il y a plein de tête inconnue comme cela. Mais, de là à crier sur quelqu'un pour des raisons étranges, il fallait oser. La Serpentarde qui jugeait cela inintéressant détourna vite son regard, car elle savait que-ci elle continuait de regarder dans l'autre direction, elle ne pourrait s'empêcher de répliquer.
    Elle regarda alors ses chaussures, qui étaient très abimées, ce "passe-temps" lui fit presque oublier ses maux de tête, et le fait qu'elle était entourée de gens dont la moitié lui été inconnue. Si sa se trouve, elle n'allait s'entendre avec personne, ce qui serait fort probable. Et si chaque personne paniquée chacun leur tour, alors là c'est sûr la jeune femme exploserait. Il n'y a pas de quoi s'affoler alors, pour elle il était hors de question de paniquer comme les autres personnes.
    Elle releva la tête quand elle entendit un rire, un rire pas commun du tout. Non, c'était un rire désespérer comme si la personne qui rigoler ne voulait pas rigoler. Elle se demanda qui si qui pouvait rire de cette manière là. Puis entre deux rires la personne disait :
    « Évi-évidemment ! Qu'est-ce que vous- que vous croyez !? »...« Vous en êtes pathétiques. C'était quoi cette connerie !? Hein ? Se rendre dans le hall pour se révolter ? Pour faire changer les choses ? Et bien, c'est réussit. » Evangelina n'eut plus aucun doute, elle reconnut cette voix c'était celle de Katelyn Nott. Sa chère ancienne amie Katelyn. Elle ne put s'empêcher de sourire à ce que la sang-pure venait de dire. Dans un sens elle n'avait pas tord, c'est vrai que c'était stupide de croire que des élèves pourraient battre les Carrow, ainsi que les mangemorts, et les détraqueurs ; en fait sa n'avait fait que empirer la situation. La Serpentarde vit la jeune femme grelottée. Pour quelle raison ? Elle l'ignorait. Seulement voilà, elle n'allait pas laisser passer ce que la sang-pure venait de dire, non ceci allait peut-être être un moyen de lui faire ouvrir les yeux sur le bon camp et de faire renaître leur amitié.

    « C'est que tu crois peut-être qu'on allait rester là à rien faire, les bras croisées en attendant que les Carrow commettre un autre crime ? Ils ont préférés appeler les détraqueurs au lieu de se battre, certes c'est leur choix ; mais en aucun cas c'était prévisible ! Tu dis qu'on est pathétique ? Mais j'y crois pas ! Tu es stupide ! Toi qui est une sang-pure qu'est-ce que tu fait- là ? T'es du côté du Carrow si je me rappelle bien, alors pourquoi t'es pas avec eux ? »

    Evangelina avait dit cela d'un ton glacial, son côté garce était sortit sans qu'elle ne le fasse exprès. Mais ce qu'avait dit son ancienne amie l'avait étonnée, et elle voulait lui faire montrer à quel point être du côté des Carrow c'était sa qui était stupide. Elle resta contre le mur, toujours assise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Sam 5 Fév - 14:24
Une belle gueule de bois, voilà ce qu'Alicia avait l'impression de vivre. La jeune fille n'était pas réveillée, mais déjà sa tête la lançait, sa bouche lui semblait pâteuse, et elle n'entendait autour d'elle que des bribes de conversations, de façon diffuse, d'ailleurs. La Poufsouffle n'avait pas pour habitude de boire trop, ni de boire tout court, mais ce qu'elle ressentait devait parfaitement coller avec l'état dans lequel on se trouve au lendemain d'une "cuite", comme dirait l'autre.
Peu à peu, tout de même, les sensations revenaient à la jeune fille. Et il aurait mieux valu que cela n'arrive pas. Elle sentait, du sol ou elle était allongée, l'odeur d'humidité et de vieillesse. Ses vêtements étaient eux aussi mouillés, et elle sentait poindre comme un début de nausée. Ses paupières, en revanche, étaient comme scellées, et quels que fussent les effort de la Pouffy pour les ouvrir, le noir était toujours omniprésent. Les autres sensations, elles, prenaient de l'ampleur, mais Aly ne parvenait toujours pas à comprendre si elle rêvait et, si non, ce qu'elle faisait dans un endroit pareil, humide et froid.
On bougeait, autour d'elle. On parlait aussi. Avec des voix inquiètes, fermes, moqueuses et fatiguées. Pourquoi tant de monde? Pourquoi tant de peur et d'inquiétude? Alicia tenta de se souvenir, les yeux toujours fermés.

Des cris. Qui annoncent la mort... La mort donnée par... Une personne qu'Alicia ne peut... Carrow! C'est la Carrow qui a tué deu... Trois personnes. Deux élèves et un prof. La colère monte, dans le cœur des élèves. On se rassemble. On gronde. On cri vengeance. Et rien ne se passe. Personne ne descend. D'autres élèves rejoignent ceux qui sont rassemblés dans le Hall. On informe. Et puis, c'est la peur qui envahit tout. Des formes noires, la détresse. Des souvenirs qui remontent, des douleurs enfouies. On arrache tout ce qu'il y a de bon en chacun... Detraqueurs! Le Ministère, les Carrow ont envoyé des Détraqueurs!
Et la masse noire s'abat sur la foule des élèves présents. Plus rien ne compte à part soi. Alicia voit des gens tomber, incante un Patronus, mais rien ne vient. Elle tombe, et comme dernière image, elle voit les plus forts de l'AD qui tentent de résister... Ca n'a pas du marcher.


Et maintenant elle est là, immobile, dans le noir et perdue au milieu d'autres. Il faut absolument qu'elle réussisse à ouvrir les yeux. Il en va peut être de la suite de sa vie. Elle concentre tout ce qu'il lui reste d'énergie à tirer sur se paupières et, miracle, ses yeux s'ouvrent... Inutilement. Pour ce qu'elle voit de la pièce, une grande salle en pierre, humide, noire, ancienne, bondée, la jeune fille se dit qu'elle aurait mieux fait de continuer à dormir. Enfin, à comater, puisque la phase dans laquelle elle était n'a réussi qu'à la fatiguer encore plus qu'avant.
Aly se lève un peu, s'appuie sur ses coudes et parvient tant bien que mal à revenir à la station debout. Les gens sont en majorité regroupés au milieu de la grande salle, non loin d'une fontaine en pierre. Ils débattaient, chacun avec un ton différent. Alicia s'avança, et, navrée d'avoir raté le début de cette... Conversation? se résolu à demander des explications. Mais à qui? Elle ne voyait personne qu'elle ne connut, sinon de vu et de su. Pas de Poufsouffles réveillés, surtout des Serpentards et des Gryffondors, les meneurs de la révolte. Alors, la cinquième année lança à l'unisson, mais d'une voix faible, pour ne pas être trop remarquée:

– Qu'est ce qu'il s'est passé? Ou sommes nous? Toujours à Poudlard?

Elle reprenait ainsi les questions de tout le monde. Quand un cri fut lancé, à juste deux ou trois personnes d'Aly, celle ci porta la main à sa poche. Mais, effectivement, sa baguette aussi avait disparue. Grognement. Le fait de se sentir désarmé était assez peu agréable, surtout dans une situation pareille. Mais, déjà, les gens réagissaient et avec assez peu d'altruisme, pensa Alicia en voyant une dispute se profiler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Dim 6 Fév - 13:35
Nelson tourna la tête vers la Serdaigle qui était en train de paniquer « Par Merlin ! Ma baguette ! Ils ont pris ma baguette ! ». Il comprenait parfaitement ce qu’elle ressentait. C’est vrai que pour un sorcier, ne pas avoir sa baguette c’était comme se retrouver nu. Et vulnérable. Elle fait parti de vous, c’est comme si c’était un membre de votre corps. C’est comme si c’était un bras supplémentaire, un bras plus puissant et plus utile. Nelson avait la sienne depuis 8 ans maintenant, alors se retrouver sans elle. Il était frustré, comme s’il n’était pas entier. C’était désagréable comme sensation. Il était resté calme en voyant qu’il ne l’avait plus, parce qu’il y avait plus important à ses yeux. Mais paniquer, oui il comprenait. Il connaissait cette élève uniquement de vue, elle s’appelait Evelyn s’il se rappelait bien. Alors il lui répondit calmement « Ils nous ont pris toutes nos baguettes. ». Ce n’était pas très rassurant, mais au moins elle n’allait pas chercher en vain quelque chose qu’elle ne pouvait pas trouver dans cette pièce froide et effrayante. Son attention s’était ensuite porter sur Enora, qui semblait être effrayée, énervée, et sans doute un mélange de beaucoup d’autres émotions, à l’idée d’être enfermée. C’est vrai que la pièce était vraiment terrifiante, sans fenêtre. Comment pouvait-on vivre dans le noir ? Et comment les choses allaient-elles se passer ? Comment allaient-ils manger ? Ils n’avaient aucune information, ils étaient juste là. Il posa une question à laquelle elle répondit par un signe de tête. Bon, si jamais elle avait cette phobie, l’avantage c’est que sa réaction était quand même assez calme. Il savait que certains claustrophobes étaient capables d’hurler, de se jeter contre les murs, enfin bref, de vraiment péter les plombs. Mais d’un autre côté, si elle se sentait vraiment mal dans cette pièce, est ce qu’elle pouvait avoir des réactions du genre, de l’asthme ? Parce que si jamais elle faisait une crise, il n’y avait RIEN pour l’aider à retrouver ses capacités de respiration normales. May s’approcha de la Gryffondor pour l’aider à se calmer. Au moins, Enora avait quelqu’un qui la connaissait bien pour s’occuper d’elle, c’était déjà ça. Mais il avait soulevé un point important. Et maintenant, il fallait en faire le recensement. Il prit donc une voix portante, pour que tout le monde puisse l’entendre « Y-a-t-il quelqu’un d’autre qui est claustrophobe ? Ou est ce que vous connaissez des personnes encore inconscientes qui le sont ? ». Ca allait être une priorité, car ces personnes allaient nécessiter d’une attention toute particulière. Mine de rien, et ne manière un peu anarchique, les chose se mettaient en place. Et inconsciemment, les élèves commençaient à organiser une petite vie qui allaient durer plusieurs jours. Mais ça, ils ne le savaient pas encore.
Mais il entendit un « Nel... Nelson... » juste sous lui. Il baissa la tête et vit que Beth était en train de se réveiller. Elle s’assit et se recroquevilla sur elle-même. Nelson passa son bras autour d’elle pour essayer de la rassurer. C’est vrai que c’était flippant de se retrouver là. Il ne pouvait murmurer autre chose que « Ca va aller. », même s’il n’en savait rien, et même si lui-même en doutait sérieusement. Ils étaient quand même prisonniers quoi. Il tourna sa tête vers la Nott alors qu’elle se tapait un fou-rire. «Évi-évidemment ! Qu'est-ce que vous- que vous croyez!? Vous en êtes pathétiques. C'était quoi cette connerie!? Hein? Se rendre dans le hall pour se révolter? Pour faire changer les choses? Et bien, c'est réussit.». Nelson eut envie de se laver et d’aller la frapper tellement ce discours l’énervait. Mais il n’en eut pas besoin, car Ev’ s’occupa de la remettre à sa place. C'est-à-dire, lui rappeler qu’elle aussi était enfermée, alors qu’elle était du côté des Carrow. Histoire de bien lui faire comprendre qu’elle n’était rien pour eux, et qu’elle allait finir tuer. Mais bon, si elle kiffait avoir une fin tragique, et bah qu’elle s’éclate. Lui préférait discuter avec ceux qui en valaient la peine, et qui croyaient encore qu’une société tolérante était possible. Comme cette jeune élève qui prononça ces quelques mots « Qu'est ce qu'il s'est passé? Ou sommes nous? Toujours à Poudlard? ». Il restait contre Beth, mais expliqua quand même brièvement la situation à cette nouvelle réveillée. Ils allaient sans doute se réveiller, pour expliquer à chaque nouvel élève conscient ce qui se passait. Il le faisait pour celle-ci « On est enfermés, probablement à Poudlard. ». Il lui adressa un petit sourire, même si pour le coup ça n’allait pas changer grand-chose. Impossible de rassurer les gens vu la situation critique.
Revenir en haut Aller en bas
Sorrow C. Caldwell
Nombre de chapitres écrits : 1970
Sang : Sang-mêlé
Supporter de : La famille Cox
© avatar, icon, signature : signature: belzébuth icons: dragonborn
Date d'inscription : 22/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mar 8 Fév - 21:48
    Peu à eu j’entendis des gens bouger. Les autres commençaient à se réveiller au fur et à mesure. J’entendis des voix autour de moi. A cause de la pénombre je n’arrivais pas à voir les personnes. Mais j’essayais de me familiariser avec les voix. Je reconnus alors celle de May. Mon cœur vacilla. Merde. Je l’avais complètement oubliée. Je tournais alors la tête vers elle. Une once d’inquiétude passa sur mon visage. J’aurais dû l’empêcher de venir… Non, en fait ça n’aurait strictement servit à rien. May était bien du genre têtu… et ça s’arrangeait pas avec le temps malheureusement. J’entendis ensuite quelqu’un tombé et puis d’autres voix. Moi, j’attendais patiemment que la belle Gryffondor aux doux cheveux blonds se réveille. Je m’inquiétais pour son état. J’espérais qu’elle n’ait pas de séquelles de notre rencontre avec les Détraqueurs. Et comme-ci elle avait lu dans mes pensées, je la sentie bouger dans mes bras. Je baissais la tête vers elle et retirais une mèche blonde qui la gênait. Instinctivement, je resserrais mes bras autour d’elle. Un nouveau poids s’enleva de mes épaules. Je laissais échapper un soupire de soulagement. « J'ai eu tellement peur pour toi... » Je lui souris doucement pour la rassurer et caressais sa joue doucement avant qu’elle ne m’embrasse. J’avais aussi eu peur pour elle. Mais le principal actuellement, c’est qu’elle allait bien et qu’elle était avec moi. Je ne comptais plus la lâcher d’une semelle. En même temps, vu là où on était, je ne risquais pas d’aller quelque part. Je regardais alors les autres. Je devinais alors la silhouette d’Anaconda. Anaconda, prendre partie ? Ca ne lui ressemblait que très peu et pourtant, elle était bien là avec nous. Et puis Nelson demanda à Enora si elle était claustrophobe. Je posais immédiatement mon regard sur la Gryffondor. C’était pas bon ça. Si elle était claustrophobe, elle ne tiendrait pas ici, surtout que nous ne savions pas combien de temps nous allions rester enfermés ici. May s’occupa alors immédiatement de sa meilleure amie. Il fallait qu’elle se calme. Elle devrait essayer de dormir, même-si ça n’était pas évident. Au moins, ses crises pourraient s’arrêter. Ou du moins, nous pourrions en éviter quelques unes. Les gens continuaient à se réveiller au fur et à mesure posant des questions. Malheureusement, nous n’étions pas plus avancés qu’eux.

    Et puis alors, il y eut ce rire. Il y eut ces phrases. Je me raidis immédiatement. Mes poings se serrèrent. Je lâchais Lulvia de peur de lui faire mal et je tournais la tête vers Katelyn. Mon Dieu, elle avait perdu une occasion de se taire. Je m’apprêtais à lui répondre quand j’entendis une voix. Un sourire apparut sur mes lèvres. Merci Evangelina. Si j’avais répondu, je crois que je me serais lever et lui en aurait collé une. Je crois que son intervention n’avait rien à faire là. A moins qu’elle soit suicidaire, elle aurait vraiment dû se taire. Elle n’avait rien à faire ici. La moindre des choses aurait été qu’elle se fasse toute petite. « Dans le genre intervention inutile Katelyn, c’était tout à fait ça. Tu as perdu une occasion de te taire. » La phrase était partie toute seule. Je ne pouvais pas m’empêcher de faire cette réflexion. Surtout à elle. Je n’arrivais pas à me la voir. Pourtant, j’avais toujours été très tolérant avec les gens. Mais avec Katelyn, c’était tout bonnement impossible. Bref, je ne devais pas m’arrêter sur elle. Ca serait trop lui donner d’importance. Je me levais alors, déposant un baiser sur le front de Lulvia et me dirigeait vers la fontaine. J’essayais de ne pas écraser les gens sur le sol. Il vaudrait mieux éviter les blesser. Finalement, je déchirais un morceau de ma chemise et trempais le tissu dans l’eau. Je l’essorais doucement et me dirigeais vers Enora et May assises un peu plus loin. Je m’accroupie à côté des deux jeunes filles, sourit pâlement à May pour lui faire comprendre que j’étais content qu’elle aille bien et posais le tissu mouillé sur le front d’Enora. « Tiens garde ça sur ton front. Tu devrais essayer de dormir un peu Enora. Comme ça tu auras moins de crises. Ou si tu n’y arrives pas pense à un endroit où tu te sens bien. » J’avais parlé d’une voix calme et chaleureuse. Dans cette pièce, nous étions tous dans le même bateau. Le mieux, c’était de tous s’entre-aider. Qui sait combien de temps nous resterions ici ?


Animal I have become

i can't escape this hell so many times i've tried but i'm still caged inside somebody get me through this nightmare i can't control myself so what if you can see the darkest side of me? no one would ever change this animal i have become help me believe it's not the real me somebody help me tame this animal © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Mer 9 Fév - 0:57
J'avais l'horrible impression que ma tête allait exploser, c'était une certitude. Je les écoutais tous avec un pâle sourire, j'allais finir par tomber dans les pommes si ça continuait comme ça. J'avais la tête qui tournais et j'étais l'incapacité de contenir ma respiration, je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivais, mes crises d'angoisse étaient peu fréquente et ce n'était ni l'endroit ni le moment. Tout le monde commençait à paniquer, inutile de rajouter une abruti qui vous fait une crise en plein milieu de tout ça. Je vis May se diriger tant bien que mal vers moi, esquissant un sourire en la regardant j'hochais la tête bêtement. « Ferme les yeux et calme toi, ça va aller.. » Me murmura-t-elle en s'asseyant à mes côtés. J'aurais bien aimé suivre ses instructions mais je savais que ça n'allais pas aller, rien ne pouvait aller. Nous étions enfermés parce que nous avions réclamer une sorte de justice, j'avais envie de sortir d'ici, de tuer quelqu'un. J'avais beaucoup trop d'émotions qui se bousculaient dans ma tête, en plus de la migraine que je me coltinais depuis une bonne vingtaine de minutes c'était génial. Relevant la tête vers mon amie je fermais les yeux quelques minutes, je devais me calmer, sinon je n'allais pas en sortir. « Je vais tomber dans les vapes je crois... » Murmurais-je en frissonnant à nouveau. Les élèves se réveillaient peu à peu, plus paniqués les uns que les autres, ça devenait vraiment flippant. On avait plus nos baguettes, dans une salle qui était Dieu sais ou et en plus de ça on ne savait pas si on allait être nourris. « Évi-évidemment ! Qu'est-ce que vous- que vous croyez!? Vous en êtes pathétiques. C'était quoi cette connerie !? Hein ? Se rendre dans le hall pour se révolter? Pour faire changer les choses ? Et bien, c'est réussit. » Relevant la tête en entendant la Serpentard qui était à la botte des Carrow, la fusillant du regard en serrant un peu plus la main de May pour me contenir je respirais profondément, histoire de ne pas lui sauter dessus et de l'achever de suite. Si je me souvenais bien elle s'appelait Katelyn Nott, c'était le genre de fille sois disant bon sous tout rapport, la petite fille à papa qui était à fond dans le délire de Voldemort, déjà que ça me donnait la nausée d'entendre son nom, avoir une fille qui était vraiment la dedans ça commençait vraiment à me prendre la tête. « Katelyn rend nous un grand service, ferme ta gueule. » Haussant un sourcil j'étais surprise moi même de la méchanceté de mes propos, sauf que la il fallait arrêter de prendre les gens pour des idiots, et d'abord pourquoi est-ce qu'elle était la ? Pourquoi on l'avait mise avec nous celle-la ? Je croyais que c'était le petit toutou de service. A croire que l'on c'était tous planté sur le pourquoi du comment. Je lançais un regard à Nelson avec un sourire timide, ce n'était pas la peine d'en rajouter il avait bien saisi le problème. Il prenait les choses en main avec un calme étonnant, remarquez c'était un garçon qui avait un énorme sang froid. Katelyn c'était attiré les foudres de tout le monde car ceux qui étaient à présent réveillés ne lui avait pas fait de cadeaux. Ce n'était pas quelqu'un de vraiment appréciée, mais la il fallait oser pour dire des bêtises comme ça. J'essayais de faire le vide dans ma tête, essayait d'oublier mon angoisse, mais de toute évidence mon corps me disait clairement qu'il allait craquer dans les minutes à venir. Frissonnant une nouvelle fois, je vis Elliyöt qui était avec sa petite amie, il avait l'air rassuré de voir que celle-ci allait bien. C'était une bonne nouvelle de voir ceux qui étaient à peu près dans un état normal. Le jeune homme se dirigea vers la fontaine et déchira un morceaux de sa chemise, je ne comprenais pas tout mais il fallais que je me focalise sur autre chose que mon état actuel. Il se dirigea vers moi en me tendant le tissus mouillé. « Tiens garde ça sur ton front. Tu devrais essayer de dormir un peu Enora. Comme ça tu auras moins de crises. Ou si tu n’y arrives pas pense à un endroit où tu te sens bien. » Murmurant un simple merci en levant les yeux vers lui je lui lançais un regard apeuré, j'avais conscience que je devais ressembler à une pauvre petite fille perdue. Dieu que je détestais ça, collant ma tête contre la pierre froide je fermais les yeux en passant le tissus sur mon front brûlant. A l'heure actuelle j'avais juste envie de mourir, une véritable envie simplement pour arrêter la douleur qui lançais dans mon crâne. « Si je fais un malaise, t'occupe pas de moi... » Dis-je à May avant de refermer les yeux, inutile qu'elle essaye de faire quelque chose pour moi, je me réveillerais bien toute seule, et si le cas était contraire tant pis. « Vous croye que les professeurs sont aux courant de ce qu'il nous arrive ? » Demandais-je en essayant de contrôler le tremblement de ma voix, c'était une question qui me titillait, si tel était le cas ils pourraient bien faire quelque chose pour nous non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20   Aujourd'hui à 7:06
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue ▬ Chapitre 3. Jour 1. 22H20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» HOROSCOPES DU JOUR
» Infos françaises du jour (prédictions) :
» mise a jour de la beta test

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-