+ vous?



 

Partagez | .
 

  Intrigue ▬ Chapitre 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alyssa Carter
avatarNombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Jeu 27 Jan - 22:46
    Alyssa ne répondit pas à Nelson. C'était pas le moment, elle devait vite aller s'enfuir avant que les Carrow et leur Brigade débarquent. Brigade qu'elle rejoindrait très prochainement d'ailleurs. Elle se frayaitu n chemin parmi tous les imbéciles présents lorsqu'il fit soudainement très froid.

    - Bah bravo, avec vos conneries on nous a coupé le chauffage.

    Dit-elle en râlant plus pour elle-même que pour les autres. Elle vivrait pas sans chauffage longtemps, frileuse comme elle était. Un cris se fit entendre et paniquée, elle se tourna très rapidement. Des détraqueurs venaient d'arriver. Ah non non non non non ! Pas eux ! Ils étaient affreux ! Elle se tourna une nouvelle fois, mais pour s'enfuir. Le patronus elle ne savait pas le faire et de toute façon, elle fuyait presque toujours le combat, préférant sauver sa vie. Elle donna des coups de coudes et de hanches à tout ceux qui la gênaient, elle en attrapa un par le col pour le jeter plus loin accompagné d'un "mais dégage !". Sa vie était la plus importante. Mais alors elle aperçut Alan, puis elle pensa à Nelson. Mais c'était pas vrai ! Elle n'était pas là pour faire le héros, elle n'en était pas un, loin de là. Elle fut soulagé un court instant en voyant Katelyn emmener Alan avec elle. Bon, en voilà de sauvé, ou pas. Il restait Nelson, qu'elle n'arrivait pas à retrouver.

    - Nelson !!

    Peut-être qu'en l'appelant il allait apparaitre. On était dans un monde de magie après tout nan ? Nan. Pas pour ça. Elle se sentait triste. Et, elle ne savait pourquoi, elle repensait au jour de la mort de Dumbledore. La mort de Dumbledore en soit, elle s'en fichait. Mais c'était qu'il avait été tué par Rogue, son Dieu. Celui pour qui elle avait lutté plusieurs années en le défendant. En s'en prenant à quiconque disait qu'il était un mangemort. Elle se rappelait très bien....

    Come on let's go back in time...

    Ce soir là, elle faisait sa ronde, tranquillement. Elle n'avait chopé personne mais bizarrement, ce soir, elle s'en fichait. Elle n'avait pas croisé Rogue et c'était agaçant. En général, lors de ses rondes, elle faisait toujours tout pour le croiser. Juste pour pouvoir lui faire un sourire et avoir l'espoir que, sachant qu'ils étaient seuls, il la plaquerait contre le mur pour l'embrasser et ensuite l'emmener dans ses appartements. Mais ça n'était jamais arrivé. Et ça n'arrivera jamais. Mais alors, le tout dernier instant de joie qu'elle aurait grâce à lui arriva. Il était là. Sexy. À chaque fois qu'elle le voyait, elle se demandait pourquoi il ne plaisait pas à la gente féminine. Elle était la seule du château à le trouver aussi sexy. Pourtant, regardez-le. Avec sa démarche, sa cape, ses cheveux au vent. Miam. En plus, elle voyait qu'il ouvrait sa bouche. Il allait lui parler. Il allait engager la conversation avec elle. Oh oui chéri, emmènes moi dans tes appartements. Allons manger du chocolat ensemble.

    Rogue : Carter, retournez dans votre dortoir immédiatement.

    Alyssa fronça les sourcils. Nan mais oh ! Tu vas te calmer là ! Comment tu me parles mon bébé d'amour ? On est entre nous, pas la peine de vouloir faire celui qui est froid. Elle était vexée, triste même, qu'il lui parle comme ça. Elle était la chouchoute, la seule qui avait le droit à un minuscule sourire de 1,2 millimètres à la fin de ses cours et voilà qu'il lui parlait comme ça. Et n'évoquons même pas le bal, sinon le RP va faire trois cents pages.

    - Oui monsieur.

    Répondit-elle froidement et en levant le menton pour le snober, vexée. Mais il était déjà reparti. Bah t'excuses pas surtout !

    Elle continua tout de même sa ronde. Pour la première fois de sa vie, elle refusait de lui obéir. Le temps passait, et elle le recroisa accompagné de Drago et de mangemorts derrière lui. Ils ne pouvaient pas la voir car elle était très bien cachée. D'ailleurs, elle ne bougea pas de sa planque pendant très longtemps. Rogue. Avec des mangemorts. Rogue était un mangemort. Son monde s'écroulait. Elle ne comptait plus le nombre de fois où elle l'avait défendu avec acharnement pour... Rien. Elle tremblait. Elle ne voulait pas l'admettre. Elle entendait des cris, des gens qui jetaient des sorts mais elle n'y alla même pas. Elle retourna dans les cachots pour aller dans son dortoir, priant pour s'être trompée. Elle verrait demain.

    Elle avait mal dormi, en fait, elle n'avait dormi que deux heures. Elle pensa tout d'abord à Rogue, à ce qu'elle avait vu la nuit dernière. Elle avait quand même l'espoir d'un mauvais rêve, ou d'une mauvaise interprétation. Elle passa sous la douche, se prépara puis sorti de la salle commune. Les gens étaient choqués et parlaient tous de la mort d'Albus Dumbledore. Mais aussi de Rogue le mangemort. Elle avait l'impression que tous les regards étaient tournés vers elle. Comme s'ils se moquaient tous d'elle et qu'ils disaient : "Tu vois ! On avait raison ! Ton Rogue adoré n'est qu'un mangemort !". Elle évita la foule et retourna à son dortoir rapidement. Malgré tous les efforts de Madison pour la consoler, Alyssa restait attristée. Toutes ses années de fantasme étaient gâchées.

    Les vacances étaient passées. Elle devait retourner à Poudlard pour une huitième année. Et bien sûr, histoire d'enfoncer le couteau dans la plaie, Rogue était Directeur. Officiellement reconnu en tant que mangemort. Super...

    ~

    Alyssa secoua la tête. Fallait arrêter de penser à ça. Pourtant, elle avait les larmes aux yeux. Mais détraqueurs de merde ! Barrez-vous ! Elle devait trouver son cousin.

    - Nelson ! Nel.. son...

    Elle n'avait plus aucun sentiment de joie en elle. Elle voulait lutter mais c'était impossible, ils étaient trop forts. Elle tomba au sol, elle était comme vidée. Elle ne faisait plus attention à rien, de toute façon, elle ne pouvait plus.




Dernière édition par Alyssa Carter le Sam 26 Fév - 2:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Jeu 27 Jan - 23:31
Le furet sorti de ma baguette avais finis par disparaître, je l'avais fais jair deux fois, mais c'était fini, j'étais vidée. Plus aucun son ne sortais de ma bouche, c'était comme si j'avais été figée. Figée à un endroit qui ne semblait plus être le mien. Il faisait de plus en plus froid et les détraqueurs étaient de plus en plus nombreux. C'était évident, ils voulaient notre peau, autant eux que la Carrow, que les Mangemorts, que Voldemort. Nous n'étions que des pions ils nous menaient ou bon leur semblait. Nous n'étions pas assez fort, pas assez entrainé. Même ceux qui faisait partie de l'armée de Dumbledore ne réussirait pas à faire le poids. Je ne comprenais pas pourquoi ils s'en prenait à des adolescent, à des enfants pour certains d'entre nous. Ils ne voulaient pas que le bien triomphe, voilà ou ils en étaient. Mais de la à nous envoyer c'est satané bestioles il ne fallait pas déconner. Reprenant mes esprits je me concentrais en pointant ma baguette sur un des détraqueurs, ils étaient la à nous tournoyer autour comme des vautour autour de leurs proie. N'arrivant pas à dire quoique ce soit j'essayais de jeter se sortilège mais rien n'y faisais. Je pensais à tout ce qui me rendais heureuse, tout ce que j'aimais et ce pour quoi j'étais la. Encore une fois de la vapeur jaillit de ma baguette, allez un effort, s'il te plait. Un nouveau mouvement de baguette, un nouveau souvenir, le furet qui s'élançait comme si il voulait sauver sa propre vie. Je tremblais de tout mon corps, je n'allais pas tenir longtemps, je ne pouvais plus. Je me sentais mal, ma tête tournoyais et j'étais incapable de me recentrer. Je sentais cet air glacial qui emplissait mes poumons à chaque respiration, cet air qui n'allait pas tarder à me glacer de l'intérieur. Je regardais mes camarades, certains étaient en pleine possession de leur moyens, d'autres n'arrivaient plus à faire face. Le fait est que les gardiens d'Azkaban ne nous rendait pas de petite visite tout les quatre matins, nous n'étions pas préparé à cela. Heureusement me direz-vous, mais à quoi servait les défenses contre les forces du mal ? Même si ce cours avait été tourné à une sorte de pièce de théâtre ridicule. Ma respirations ce faisait plus difficile, j'avais l'impression que mon cœur n'allait pas tarder à cessé de battre. Abaissant ma baguette en fermant les yeux j'entendais les voix de mes proches, celle de ma mère lorsque la sienne était morte, la vue de celle-ci sur son lit de mort, une mort qui n'avais jamais était élucidée. Mon grand père qui n'avait était que l'ombre de lui même après cela, sa disparition, plus de nouvelles de puis des années. A cet instant je me sentais presque chanceuse de ne jamais avoir assisté à la mort de quelqu'un, que personne de ma famille ne se soit fait tuer. Mes oreilles bourdonnaient, mon cerveau allait exploser. Je lâchais ma baguette en me sentant tomber en arrière, ma tête contre le sol du hall, les cris de certains d'entre nous, son visage, son sourire, mais même ça ne m'aidais plus. Je ne sentais plus rien, je n'avais plus envie de rien, je voulais juste que cette créature en finisse le plus vite possible. Qu'elle me tue, que je ne ressente plus jamais rien. C'était à mon tour de partir, je ne pouvais même pas bouger ne serait-ce que mon petit doigt. Je voyais ma baguette à quelques centimètres de ma main, j'étais incapable de faire quoi que soit alors que le détraqueurs se nourrissait littéralement de moi. « Non.. » Murmurais-je. Puis plus rien, le vide total.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Ven 28 Jan - 21:41
Persuadé que les élèves allaient bientôt venir à bout des créatures qui étaient en train de les encercler, Nelson prit confiance en lui. Mais, ce fût de très courte durée, car il avait été bien naïf de croire que le Ministère n’enverrait que quelques détraqueurs pour venir à bout d’une rébellion qui ne les enthousiasmait pas. La grande porte s’ouvrit brutalement, et alors un nuage noire de créatures tout droit sorties de l’enfer prit possession des lieux. Combien ils étaient ? Impossible de le dire, mais ils était nombreux. Plusieurs dizaines de toute évidence. Et comme si, quelques secondes auparavant la situation n’avait été qu’un jeu d’enfant, désormais la force déployée par les agents du Ministère étaient multipliées peut être par dix, ainsi que par le nombre de détraqueurs présents. Mais … Comment on pouvait envoyer des créatures si ignobles sur des jeunes, certains n’avaient même pas 15 ans ! Une chose était sûre, la guerre était déclarée entre les élèves et les mangemorts du château. Et la bataille, vu la situation, allait être remportée par les mangemorts. Et 1-0. Nelson commença à sentir son poignet trembler, comme si son patronus commençait à perdre de sa force. C’était le contraire, les détraqueurs en avaient pris et son patronus ne suffisait plus à le défendre. Il posa son autre main sur son poignet, pour maintenir sa baguette en direction des monstres. Il grimaça, la force opposante était trop forte pour maintenir le sort. Mais pas question de flancher, pas question d’être aussi faibles face à ces enfoirés. Il n’osait même pas détourner le regard, pour chercher sa sœur, ou Alyssa, ou Alan. Toute sa concentration, toute sa force étaient tournées vers eux. Mais soudain, il sentit quelque chose tomber à ses pieds. Il y jeta un rapide regard et la peur commença à se lire dans ses yeux. C’était un élève, probablement un quatrième année, qui avait succombé aux créatures. Et soudain, il prit conscience que ce n’était pas le seul à avoir craqué face aux détraqueurs, mais que c’était aussi le cas de bien d’autres. Il avait peur, il était courageux c’est vrai, mais ça ne voulait pas dire surréaliste. Il prenait conscience que la rébellion n’avait aucune chance, que personne n’était assez puissant pour repousser tous les détraqueurs. Peut être même pas Potter. Il avait été stupide de croire qu’ils pouvaient agir comme ça, si spontanément, sur le coup de la colère et l’envie de vengeance. Mais d’un autre côté, il ne regrettait pas d’avoir pris position. Il se serait senti honteux de ne pas l’avoir fait. Un de ses amis était mort, un de ses professeurs et un autre de ses camarades. Il n’aurait pas pu rester les bras croisés.
Il sentait sa force quitter son corps alors que ses pensées s’assombrissaient. Son souvenir de la naissance de sa sœur se transforma en cauchemard. Le corps si petit d’Amber se décomposa sous ses yeux horrifiés, alors que sa mère criait la perte de son enfant à en devenir folle. La pièce, si claire il y a quelques instants, avaient pris des tons noirâtres et lugubres. Tout avait basculé en quelques secondes à peine. Il n’arrivait plus à s’accrocher à son souvenir heureux, à cette famille dont il était si fière. Ses genoux flanchèrent, le faisant doucement tomber au sol. Sa girafe, si noble et fière, baissa les oreilles comme si elle aussi était terrifiée. D’un mouvement lent qui sentait encore l’opposition, elle s’approcha de la baguette du Serpentard tout en rétrécirent. Tout comme la lumière qu’elle émanait. Nelson essayait de garder ses yeux ouverte, la baguette tendit, mais il ne pouvait pas. Il n’y arrivait plus, il n’avait plus la force, plus les pensées nécessaires. Sa baguette s’abaissa d’un mouvement rapide, alors qu’il tomba au sol, à la merci des assaillants. Son corps se vidait de toute pensées positives. Son âme était comme déchirée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 0:26
    Heaven se sentait cruellement gelée par la morsure des mauvais souvenirs. Le filet s'amenuisait. D'autres remontaient à la surface... et Nott... Nott la hantait, grignotant le peu de forces qu'il lui restait. Après lui, son père ne cessait de revenir, comme dans ce mauvais rêve qu'elle avait fait, dans un couloir, près d'Alyka. Le fin fil de lumière argentée s'éteignit brutalement. Et puis sa mère, et puis son enfance, et puis Teddy... Et puis Heather, ou encore ces nuits d'angoisses lorsqu'elle était en deuxième année, quand les ténèbres du sommeil ne l'emmenait qu'au pays des cauchemars.
    La jeune fille se roula un peu plus en boule sur le sol, prostrée, offerte aux dangereuses créatures. Sa poitrine la brûlait, son sang ne circulait plus, elle allait mourir... mourir ?

    Comme si cette considération pouvait la réchauffer, elle sentit son coeur repartir, de nouveau se mettre à battre et distribuer de l'énergie là où elle en avait besoin. Elle chercha à prononcer un son, mais il ne sortit pas, sa langue était engourdie, et cela lui rappelait les sortilèges de langue-de-plomb. Toutefois, elle était consciente de ne pas être sous le sort, les Détraqueurs par leur seule présence la paralysait.

    Heaven se redressa vaguement, et murmura quelques mots sans aucun sens, juste pour se donner du courage.

    - Sper... Spero... Spero patro...

    Le brouillard l'étouffait. Le brouillard l'achevait. Le brouillard s'emparait d'elle et des faibles germes d'un courage qui n'aurait jamais dû naître.

    - Sper... Spero Patro... Sper... Sp... s...


    Nott ? Pourquoi penser à Nott ? A quoi bon ? On pensait à quelqu'un que l'on aimait... non, à un souvenir heureux lorsqu'on devait produire un patronus ? Alors pourquoi se tournait-elle résolument vers Nott, instinctivement ? Ce n'était pas comme si elle l'aimait ... hein ?

    Le souffle court, les membres faibles, Heaven s'affaissa brutalement sur les pavés froids.

    - Spero... patro... num.

    Un filet de fumée se faufila du bout de sa baguette, dans une vague forme de rapace, vers le Détraqueur le plus proche. Puis il se résorba, tandis qu'Heaven - qui réalisait qu'elle n'avait pas la moindre idée de ce qui pourrait la rendre heureuse, réellement, suffisament pour créer un patronus corporel - sombrait dans l'inconscience.

    Avec une dernière pensée pour Théo, et une image brève d'un futur dans lequel elle porterait une tenue de Quidditch d'une couleur étrange. Théo, debout, à côté d'elle, beau, grand, toujours aussi fin malgré sa taille, tenant un livre de runes à la main... et un soleil radieux... parfait pour voler.

    Il est dommage de penser que jamais elle ne se souviendrait de ce rêve flou, abstrait, mais si elle s'en était souvenu, peut-être n'en aurait-elle que plus souffert...

    L'univers s'effondrait, comme un château de cartes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 4:23
Les mots d'Alan, ses paroles cherchant à dissuader les autres élèves de mener une insignifiante rébellion ne suffisaient pas. Ils étaient tous teigneux et têtus, tous sans exception et c'était regrettable à dire mais à l'instar de Nataniel de Teddy et du professeur Sturridge, il y aurait des têtes présentes dans la foule que l'on ne reverraient plus jamais. Certains élèves inconscients des risques allaient mourir. Ils étaient trop fougueux et impétueux aveuglés par une haine et une violence qui leur ferait défaut. Il y a un an Alan serait tombé dans le panneau de l'impulsivité, mais pas cette année, non plus maintenant c'était fini. Le 5ème année Alan Carter avait laissé place à un jeune homme plus réfléchi, plus lucide et plus calculateur que jamais. Le Serpentard était rentré dans la cours des grands et avait une plus grande maturité n'en déplaise à ses cousins et cousines qui le considéraient toujours comme le petit cousin dont l'avis n'était pas forcément le plus intéressant. Il devait reconnaître que s'il n'était pas tout le temps crédible aux yeux de sa famille c'était entièrement de sa faute. C'est lui qui avait emprunté la voie de la bêtise, de la gaminerie et de la facétie, il ne l'avait pas totalement quitté simplement quelque peu délaissée. Ses blagues, ses farces et son attitude immature avaient exaspéré plus d'un Carter. Il en avait embêté des personnes à commencer par Alyssa et Nelson. Alan n'avait peut-être jamais été le plus apprécié de cette grande famille mais il avait été comme ça et on ne pouvait plus changer cela. En revanche lui avait changé et le jugement que l'on pouvait porter à son égard pouvait changer également. Il était convaincu qu'aujourd'hui les paroles qu'il venait de prononcer témoignaient de ce changement, la preuve qu'il n'était plus le même et qu'il pouvait être prit au sérieux à présent, qu'il n'était plus un gosse. Il espérait qu'Alyssa et Nelson en prennent conscience.

Dans le foule peu de monde semblait bouger, ses mots n'avaient donc eu aucun impact? Merde quoi il avait essayé de sauver des vies qu'il ne connaissaient parfois même pas. En temps normal jamais il n'aurait essayé de sauver des Gryffondor, des Serdaigle et des Poufsouffle d'une mort atroce. Là il l'avait fait mais sans résultat. Tant pis pour eux s'ils étaient trop bête. Seul deux Serpentard semblèrent quitter la foule. Bien sûr les Gryffondor étaient bien trop "courageux" pour refuser le combat. L'intelligence des Serdaigle les emmenaient sûrement à réfléchir sur la tyrannie et le despotisme mit en place par les Carrow. Leur cerveau ne pouvaient sans aucun doute cautionner cela. Quant aux Poufsouffle, leur soif de justice et de loyauté les obligeait à réclamer la fin de ce régime autoritaire injuste. Alan avait dit ce qu'il pensait, libre à ceux qui voulaient mourir de rester. De toute manière le jeune garçon n'était pas venu pour cela il devait se rendre dans les serres pour administrer une potion à sa plante bolivienne et retailler un peu ses épines. Le jeune Serpentard jeta un œil à sa cousine l'incitant à dissuader Nelson. Alan descendit la marche et s'apprêtait à traverser de nouveau la foule pour rejoindre le silence et la tranquillité régnant dans les serres. Alors qu'il commençait à s'enfoncer dans la foule qui le regardait d'un mauvais œil suite à son intervention, un craquement sourd se fit entendre suivit de long râles, l'air devint plus glacé, des silhouettes noires encapuchonnées firent leur apparition survolant la nuée d'élèves... des détraqueurs.

Alan: Oh non non non non non, j'ai rien fait moi, je veux juste me rendre à la serre n°2.

Quelle ironie du sort, Alan était perçu comme un lâche refusant de se battre, néanmoins en faisant cette intervention orale il avait voulu sauver des vies. C'était plus héroïque que de foncer tête baissée dans un combat perdu d'avance au final. En voulant raisonner ces personnes pour les tirer de cette situation dangereuse il s'était lui même mis en danger et il ne misait que très peu sur ses chances de survit. Il n'avait jamais combattu de détraqueurs et ne savait pas faire de Patronus ce n'était pas le sort qui était le plus intéressant pour lui et par conséquent il ne s'était jamais appliqué à le réussir. Si seulement il était resté dans la salle commune. Sa plante aurait pu attendre une journée de plus finalement.

La panique l'avait emporté dans la foule, qui lançait déjà des sortilèges, d'autre élèves tombaient sous le coup des détraqueurs. Alan était à présent trop loin d'Alyssa et de Nelson pour les rejoindre, eux même devaient avoir été séparé.

Alan: Nelson...Alyssa! Dans la foule paniquée il vit son autre cousine Elizabeth. Beth... dit il en tendant une main de désespoir qui n'arriverait jamais à atteindre sa cousine.

Résigné, Alan se laissa aller dans la foule, les quelques Patronus mis en place par les élèves les plus brillants et les plus consciencieux le protégeait. Il avait déjà été largement plus courageux que ça défiant même les mystérieuses créatures de la forêt interdite l'an dernier. Cependant son courage avait foutu le camp pour laisser place à plus de réflexion et moins d'agissements fougueux. Alors qu'il était paumé, il tomba sur Katelyn Nott son ex petite amie. Dans une situation normale il ne savait pas comment il aurait réagit mais à ce moment la priorité était l'entraide. Ses sentiments envers Katelyn étaient très flous colère, haine, rancœur, amour, amitié c'était très confus. « Allez bouge Alan! On peut pas rester ici!» Le jeune Carter fut entraîné par Katelyn qui lui tira le bras pour essayer de rejoindre un coin moins bondé mais c'était impossible de se dépatouiller de cette foule abondante.

Alan: Cherches pas Katelyn on est foutu, il n y a aucune issue. Dire que j'étais là pour mon Omprocius Bolivarius. Je ne sais pas combattre ces choses.

Son amie ou son ennemie (?) le traînait toujours mais Alan ne se faisait pas d'illusions, il était difficile d'éviter tout ce monde, d'enjamber les corps inertes ou d'éviter de perturber ceux qui maîtrisaient le Patronus. Un second bruit assourdissant se fit entendre et un nombre impressionnant de détraqueurs pénétra dans l'enceinte du château. Un par un ceux qui maîtrisaient le Patronus lâchèrent prise face à tout ces détraqueurs et cette masse de désespoir qui grandissait tout comme le froid.

Soudainement Alan trébucha sur une jeune fille étendue sur le sol, cela eut pour effet de séparer sa main de celle de Katelyn. Sa tête se cogna contre le sol et son front fut légèrement ouvert, suffisamment pour laisser deux filets sang s'écouler. Dans toute cette cohue, Alan et Katelyn s'était un peu perdu de vue. Le jeune Carter se retourna puis recula sur ses fesses paniqué lorsqu'il vit un de ces horribles monstres s'approcher de lui. Ses yeux étaient écarquillé comme jamais. Tout à coup il fut stopper net, déjà le mur de pierre du hall? *Non...non...non*. Le détraqueur arriva sur lui approcha son visage encapuchonnée du jeune Serpentard qui se sentit vidé de tout choses bonnes. Seul un tas de mauvais souvenirs lui apparurent... des morts, des cris, des pleurs, des rires démoniaques, des cauchemars qu'il n'avait plus fait depuis deux ans, un loup garou et tout s'envola d'un coup, sa force, son envie déjà faible, ses espérances... Le sang dégoulinait sur son front pour venir colorer d'un rouge éclatant sa joue rosée.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 7:03
    Elle le tirait comme elle le pouvait. La foule était serrée et paniquée. Plusieurs exerçaient le sortilège de Partonus, mais Katelyn se disait qu'elle n'avait pas de temps pour le faire elle aussi. Il fallait partir, trouver une sortie. Mais Alan protestait. «Cherches pas Katelyn on est foutu, il n y a aucune issue. Dire que j'étais là pour mon Omprocius Bolivarius. Je ne sais pas combattre ces choses.» Devant cette réaction, Katelyn soupira. Non pas qu'elle était découragée, mais plutôt qu'elle savait que ce que disait Alan était vrai. Il n'y avait aucune issue. Les détraqueurs, ainsi que les Carrow, penseraient que les deux serpentards faisaient parti de cette rébellion, même s'ils s'y étaient rendu pour l'empêcher. Pour l'instant les détraqueurs n'attaquaient pas. Pour l'instant, se disait Katelyn. Pensée qui s'avérait plus que juste, car à peine Alan eût-il terminé de parler qu'un nouveau vacarme se fit entendre. D'autres arrivaient, et ceux-ci ne faisait pas semblant d'attaquer. La panique déjà des plus présente envahis la foule toute entière, ce qui incluait Katelyn. Peu à peu, les gens autour commençaient à faiblir, et à tomber. Une de ces personne qui avait faiblit sépara les deux verts et argents, puisque le Carter trébucha, échappant à la main de la Nott. La sang-pur eût à peine le temps de s'apercevoir qu'elle ne le tenait plus, d'apercevoir le sang d'Alan qu'elle l'avait déjà perdu de vue. Cette foule agitée l'empêchait de rester en place, non mais merde! Une personne qui s'effondrait sur le sol fit presque échapper la baguette à Katelyn. Si elle l'avait perdu, elle ne l'aurait probablement jamais retrouvée. C'est à cet instant qu'elle décida d'arrêter d'essayer de fuir. Elle resserra sa main sur sa baguette, puis se retournant, décida d'essayer d'utiliser son Patronus. Elle n'avait pas l'habitude de l'utiliser, et n'avait jamais réellement réussit à le produire correctement. Elle doutait bien ne pas pouvoir le réussir, surtout dans ce moment de panique, face à ces détraqueurs qui la vidaient peu à peu de sa joie. Elle devait s'accrocher à quelque chose. Un souvenir. Quelque chose. Un bon souvenir. Quelque chose. Allez! Rien de venait. Elle avait pourtant une vie heureuse. Pourquoi ne pouvait-elle pas trouver un bon souvenir? Un seul.

    La seule chose qu'elle croyait pouvoir la rendre heureuse, c'était un souvenir avec Adam. Un seul. Lorsqu'ils étaient un couple. Lorsqu'ils étaient heureux. Plusieurs souvenirs se bousculaient, mais un seul prenait le dessus. Son souvenir le plus récent avec lui. Le plus récent, et le plus douloureux. Elle pouvait revoir cette scène comme si elle s'était produite quelques minutes plus tôt. Leur séparation. Et alors que les détraqueurs la vidaient de sa joie, qu'elle avait inconsciemment baissé son bras, et par le fait même sa baguette, elle revoyait ce souvenir. Ce souvenir était difficile pour elle. Mais ce qui lui faisait le plus mal, c'était qu'elle avait l'impression que c'était le contraire pour Adam. Elle se tenait là, faible, alors que certains tombaient autour d'elle, et une larme qui commença à couler sur sa joue la ramena à elle. Devant elle, une de cette foule de créature s'attaquait à elle. Un souvenir heureux. Heureux. Un bon souvenir. Elle avait peu de force, mais elle persistait. Elle n'allait pourtant pas tenir encore longtemps. C'est alors qu'elle remonta à plusieurs années pour son souvenir. Alors qu'elle était toute petite. Ce souvenir, c'était la première fois où son père l'avait emmené à sa manufacture d'équipement de Quidditch. C'était loin, mais elle sentait que ça la rendait heureuse. Alors, elle éleva sa baguette pour finalement lancer son sortilège.

      «Sper...Spero Patronum.»

    Au bout de sa baguette, une lumière se laissa voir, mais qu'une simple fumée en sorti. Tout pour décourager la jeune héritière. Mais elle n'abandonnerait pas avant de tomber. Un autre souvenir. Allez! Cette fois, ce fût son premier cours de vol. La première fois où elle avait volé, là où elle avait attrapé la piqure et qu'elle avait décidé de devenir joueuse de Quidditch. Ce souvenir, il était fort. C'était ridicule pour plusieurs, mais c'était le souvenir qu'il fallait à la Nott pour réaliser son patronus correctement. Car cette fois, elle répéta le sortilège, et au bout de sa baguette sorti une grande lumière qui prit la forme d'un majestueux paon, la queue grande ouverte, qui se précipita sur le détraqueur. Celui-ci fût éloigné un moment, jusqu'à ce que le patronus ne disparaisse, ce qui signifia qu'une fraction de seconde. A nouveau, Katelyn allait tenter de l'éloigner. Mais d'autres s'en prenaient à elle. La sorcière était faible, bien trop faible. Dans une dernière lueur d'énergie, elle lança:
      «Spero Pat....»

    Puis plus rien. Elle s'effondra, comme les autres, sur le sol froid du hall d'entrée. Elle n'avait pas pu résister, alors que plusieurs tenaient encore. Lors de sa chute, elle eût une dernière pensée pour les Carrow, pour la certaine mauvaise interprétation de sa présence ici, pour ce qu'elle allait bientôt subir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 13:20
Seth n'avait rien vu venir. Enfermé dans sa bulle d'idéal, convaincu qu'un miracle bouterait les Carrow et leur suite hors de Poudlard, il n'avait pas pris en compte la folie meurtrière des Mangemorts. Maintenant, il était aux côtés des siens, des Résistants, prêt à se battre, à se venger. Les meurtres de Teddy, Nataniel et Sturridge ne demeureraient pas impunis, il en avait fait le serment. En ce moment, le jeune garçon n'avait plus rien à voir avec lui-même. Pas l'ombre d'un sourire ne se promenait sur son visage, pas une étincelle de malice ne brillait dans ses yeux. Les mâchoires crispées, le regard dur, il serrait de toutes ses forces sa baguette, à tel point que ses jointures blanchirent. Il attendait ce moment depuis longtemps.
Le Hall était bondé, et il n'y avait pas que des Gryffondor avides de vengeance. Nombre des Serpentard avaient répondu à l'appel - Seth aperçut notamment Alyssa et Nelson Carter à travers la foule. Ce n'était plus une affaire de Maison ou de sang, c'était bien plus que ça. S'ils voulaient triompher contre les Carrow, tous se devaient d'enterrer leurs rivalités. Le jeune homme eut aussi la surprise de constater que certains pro-Carrow se trouvaient parmi eux. La foule était dense, et Seth avait du mal à repérer Emily. Son Emily. Sa soeur. Ils s'étaient perdus de vue après qu'on soit venu les avertir du drame, à la bibliothèque, et maintenant, elle n'était plus là. Le coeur de Seth se retrouva pris dans un étau. En effet, les réflexions commençaient à fuser. Chacun donnait son avis sur la manière de gérer la situation, mais personne n'était en mesure de le faire. Ça virait au désastre
Alors, la porte de la Grande Salle s'ouvrit, et un vent glacial enveloppa Seth. « Détraqueurs ». Le blond se retourna, et vit avec horreur une dizaine de silhouettes macabres encapuchonnées se ruer dans le hall. Sans même avoir conscience de ses gestes, Seth leva sa baguette, et tandis qu'il prononçait la formule, l'image d'Emily et lui fêtant leur septième anniversaire leur revint. Ç'avait été une fête fantastique. Merveilleuse. Il devait y penser de toutes ses forces, de toutes ses...
    « Spero Patronum! »
L'Aigle royal fusa de sa baguette et entraîna la créature avec lui, et Seth inspira une grande bouffée d'air. Soudain, il entendit une voix féminine sur sa gauche, et, quelques secondes après le cri, le Rouge & Or put distinguer un Jaguar argenté bondir sur les créatures. Le coeur de Seth loupa un battement, et, poussant ceux qui étaient sur son chemin, se rua vers elle. Emily. Emily. Emily.
Autour de lui, les moins endurcis s'effondraient. Le reste des élèves se regroupaient inconsciemment, se faisant lentement encercler par les gardiens d'Azkaban. Un instant distrait, Seth ne se rendit compte que quelque chose clochait que lorsqu'il leva la tête. Un profond sentiment d'horreur s'empara de lui, et il dut faire appel à tout son sang froid pour ne pas hurler. Le plafond de Poudlard était entièrement obscurci par les Détraqueurs. Alors qu'il restait paralysé, il se sentit faiblir. Sa baguette commença a glisser de ses mains...
    « EMILY! EMILY! SPERO PATRONUM! »
Il venait de la voir, luttant tant bien que mal contre les fantômes noirs. Une incroyable poussée d'adrénaline s'empara de lui, et il repoussa ses assaillants avec une hargne sans pareille. Puis, haletant, Seth hurla le nom de sa soeur, quitte à se briser la voix. Il devait la retrouver. Il devait, il devait à tout prix la protéger. Elle était la raison pour laquelle il se battait, la raison pour laquelle il se levait chaque jour. Il voulait voir le bonheur et la paix briller dans ses yeux, et ce pour toutes les années à venir: il ne laisserait rien ni personne lui enlever ce qu'il avait de plus cher au monde.
Les séances d'entraînement de l'Armée de Dumbledore lui revinrent en mémoire. Penser à ce que l'on aime le plus. Se laisser submerger par un torrent de bonheur et d'amour afin de faire fuir les Détraqueurs. Produire le Patronus. Ne jamais dévier de son objectif: les repousser coûte que coûte.
La situation empirait. Désormais, ce n'étaient plus deux trois élèves qui tombaient sous les attaques des Détraqueurs, mais des étudiants par dizaine. De simples chiffons, des pantins dont on aurait coupé les fils et qui voyaient leur vie leur échapper. Seth comprit que seuls les plus brillants et les plus féroces combattants resteraient debout. Pourtant, pour une silhouette encapuchonnée repoussée, c'étaient trois autres qui revenaient à la charge. Ils ne s'en sortiraient jamais...
Seth n'avait plus le temps de penser à quoi que ce soit. Son esprit était entièrement accaparé par le Spero Patronum et la pensée d'Emily. Une pensée heureuse, un sort. Une pensée heureuse, un sort. Une pensée heureuse, un sort. Il ne cherchait pas à jouer les héros et à sauver les autres, car cela ne servait à rien pour le moment. Seth voulait juste se rapprocher le plus possible de sa jumelle et se battre à ses côtés pour la cause qu'ils épousaient de toute leur âme.
Revenir en haut Aller en bas
Oliver Webster
avatarNombre de chapitres écrits : 187
Sang : Préocupée
Supporter de : Grindelwald ; Ron ; Hermionne ; Drago ;
© avatar, icon, signature : CRIPSOW. (avatar) ; tumblr (sign)
Date d'inscription : 15/01/2011
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 14:34
Le sang à ses tempes affluait à un débit impressionnant. Sa vision d'ordinaire claire se troubla brièvement alors que résonnait dans sa tête les murmures persistant d'élèves déjà loin. Ce qu'ils redoutaient tous, et espéraient ne voir se produire venait d'arriver. L'ère Carrow avait fait ses premières victimes. Deux élèves et un professeur devaient être comptés dans le bilan. Oliver s'en vu choqué, incapable de se figurer la chose. Deux enfants qu'il avait côtoyé depuis tant d'années venaient de mourir par la main des mangemorts. Il ne les connaissait pas vraiment, au mieux c'était une silhouette qu'il pouvait visualiser s'il fermait les yeux et se concentrait bien. Quant au professeur, c'était également tragique, mais on pourrait croire à force que c'était les risques du métier. Oliver pensait qu'il aurait du s'y attendre – c'est ce à quoi il se serait attendu s'il lui même avait été amené à accepter un poste à Poudlard –. Un silence de mort avait envahi la salle commune des bleu et argent, et eux qui étaient d'ordinaire si calmes et réfléchis se mirent progressivement à réagir. Si on tendait l'oreille, on aurait entendu quelques-uns pleurer. Teddy était un né-moldu. Sa mort signifiait pour beaucoup une sorte de détonation qui allait provoquer une véritable épuration de gens désormais considérés comme des voleurs de magie. Des remous d'une autre nature firent simultanément leur apparition. Des gens commençaient à s'agiter, se levaient de leur chaise, scandant même quelques slogan que véhiculait l'AD au potentiels opposants des Carrows. D'un consensus tacite, la foule quitta la salle commune.

Sans vraiment être convaincu, il suivit la masse, le poing levé, révolté. Pour l'heure, il ne fallait pas rester assis. Ce n'était peut-être pas ce qu'il aurait été judicieux de faire, mais c'était mieux que rien, et puis la détermination pouvait parfois déplacer des montages. Oliver espérait que la contestation générale allait faire destituer une bonne fois pour toute les despotes illégitimes.
Le groupe arriva rapidement au grand hall. Apparemment, les serdaigles étaient les derniers représentants de Poudlard à ne s'être encore manifesté, tout le monde était déjà là. Dans la cohue général, il vit des têtes surplomber la masse hurlante. D'où il était, Oliver ne pu comprendre un traitre mot de ce qu'il se disait, cependant, il était content que des gens s'était porté volontaire pour mener la révolte. Sa surprise fut cependant que la plupart soient des serpentards n'ayant aucun lien avec l'AD. Personne n'avait semblé remarqué leur arrivé, concentrés à autre chose. Devant, l'annonce de directive s'était transformé en conseil de famille. Les carters presque au complet avaient pris les devant. Au fur et à mesure de leur conversation, le brouhaha ambiant décrût si bien qu'il pu enfin comprendre pourquoi ils avaient l'air de se disputer. Alan et Alyssa avaient l'air de vouloir convaincre Nelson – et plus largement tout le monde – que chercher des crosses aux Carrows était une mauvaise idée. Oliver était contre, bien que l'idée de la révolte improvisée ne lui convenait pas vraiment non plus. Plus le petit carter parlait, plus ses sourcils se fonçait. Il craignait réellement qu'il puisse convaincre grand nombre d'entre eux, chose qui ne devait se produire. C'est alors comme s'ils avaient pris conscience de la chose en même temps qu'Emily prit les devants. La détermination dans sa voix lui sembla plus convaincante que toute la babille d'Alan.

Oliver pensait sourire, mais il n'y arrivait pas. Quelque chose d'étrange se produisit. Il n'y arrivait pas. Rapidement, il se sentit triste et la motivation naissante commençait peu à peu à s'évaporer. Un « vlan » violent les alertèrent tous, et en un mouvement général, ils se retournèrent tous. Des spectres vaporeux nageaient dans l'air comme un poisson nageait dans l'eau. Oliver ne pu penser à autre chose que prendre la fuite. Le replis s'imposait.
Les premiers mouvement de foule se firent vers le font de la salle, tandis que de plus en plus de détracteur entraient en scène. Oliver avait sorti sa baguette. Il se sentait incapable de lancer un patronus convenablement, alors il tenta de faire reculer les détraqueur avec un simple charme du bouclier. Ça n'avait aucun effet sur eux, évidemment, mais au moins, cela lui permettait de protéger les plus jeunes qui ont eut le réflexe de s'entasser au milieux de plus grand. Ainsi, il pouvait les protéger de sorts jetés malencontreusement.
Les fantômes tourbillonnaient tout autour d'eux. Les patronus crées par les autres disparaissaient peu à peu.


He burns my skin, never mind about the shape I'm in • Blow a kiss at the methane skies, see the rust through your playground eyes. We're all in love tonight. Leave a dream where the fallout lies, watch it grow when the tear-stains dry just to keep you safe tonight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 14:35
    Depuis plusieurs mois maintenant, les mangemorts avaient pris le contrôle du monde magique. La vie, depuis, avait changé. Tant à Poudlard qu'ailleurs. Le monde magique n'était plus le même... Et même les moldus en subissaient désormais les conséquences. Face à tant de changements, beaucoup se rangeaient dans des camps. Dans celui des méchants, ou celui des gentils. Et moi, dans tout ça ? J'étais au milieu. Partagée entre les deux. Non pas que le mal m'attire, non, mais j'étais persuadée que me ranger du côté du bien ne changerait rien à la situation. Persuadée que rien ne pourrait changer. Qu'il ne s'agissait pas d'élèves comme nous, de « rebelles », comme aimaient à les appeler les mangemorts, qui changeraient la donne. D'autres personnes, en revanche, étaient persuadées du contraire. C'était notamment le cas de mon petit ami Elliyöt. Depuis la mort de Dumbledore, je le trouvais changé. Il était devenu plus mature, mais plus grave, aussi, en un sens. Tout cela l'avait changé. Il n'était plus le même. Il n'était plus ce jeune homme plein de naïveté, persuadé de la gentillesse de tous. Il avait, bien entendu, toujours ce côté idéaliste, toujours cette envie de bien faire les choses, et surtout de les faire changer. Il était comme un chevalier, persuader que son action rendrait le monde meilleur. Lorsque nous venions à parler de tout cela, nous n'étions jamais vraiment d'accord... Il connaissait mes positions, il savait que je n'avais pas envie de m'impliquer dans tout ça. Parce que j'avais peur des conséquences. Parce que je ne voulais pas mourir pour rien, ou perdre des êtres qui m'étaient proches, pour des idées qui ne seraient jamais entendues. Mais ça n'était pas par lâcheté, et plus par égoïsme... Un égoïsme qui ne concernait pas que moi, mais aussi et surtout mes proches... Mon petit ami, mais aussi mes amis. Je ne voulais pas qu'il leur arrive quoi que ce soit. J'avais peur que la mort ne les atteigne à leur tour. Je crois que c'était pour cette raison que je préférai rester en dehors de tout cela. Parce que j'avais l'espoir qu'en restant passive, les choses finiraient par s'arranger. J'y croyais sincèrement, jusqu'à aujourd'hui... Tout avait commencé quand j'étais partie dans mon dortoir, avec Nichole. Là, une de nos camarades nous avaient rejoint, et nous avait expliqué ce qui venait de se passer.

    « Carrow... Elle a tuée Sturridge, Chamberlain et Hopkins »

    Nous étions d'abord restées muettes, stupéfaites par cette nouvelle, puis, avant même que je ne lui en demande plus, avant même que j'ai prononcé le moindre mot, elle avait ajouté,

    « Certains élèves ont décidé d'en finir avec elle. Ils veulent que le ministère s'en mêle. Ils se sont tous réunis dans le hall, mais si vous voulez mon avis, ça va mal se terminer. Carrow ne les laissera pas faire. »

    Je poussai un soupir. Elle avait raison. Ils n'arriveraient à rien, c'était peine perdue. Des représailles étaient à attendre. Et pourtant... On ne pouvait tout de même pas tous rester les bras croisés, à attendre qu'un miracle se produise. Ni même laisser les élèves qui étaient partis se faire massacrer... J'hésitais. J'hésitais à m'en mêler. A les rejoindre. A les aider. Parce que moi aussi, j'étais révoltée par ce que cette femme avait fait. Moi aussi, j'étais révoltée contre tout ce qui se passait, ces derniers temps, dans le Château. Mais à côté de ça, j'avais peur. Peur que mon intervention soit inutile, que notre intervention ne mène à rien et que finalement, nous ne subissions que plus de représailles, que plus de morts ne soient à déplorer. Pourtant, la jeune fille en face de moi repris la parole, et ce sont ses mots qui me décidèrent à agir:

    « Ton copain... Elliyöt. Je crois qu'il est parti avec eux. »

    Il ne m'en avait pas fallu plus pour prendre ma baguette, et descendre précipitamment les escaliers. Arrivant dans la salle commune, je vis l'agitation qui se trouvait dans la pièce. Certains élèves avaient peur, d'autres étaient en colère, et d'autres encore sous le choc de la nouvelle. Et d'autres... D'autres quittaient la pièce pour rejoindre les autres et les aider. J'en faisais partie.

    Dans le hall, régnait une certaine agitation. Des élèves, de toutes maisons et de tous âges confondus se tenaient là, bien décidés à agir. Parmi ces derniers, je vis bien entendu mon petit ami. Il faisait d'ailleurs partie de ceux qui prenaient la parole. Chacun tentait de donner son avis, de s'organiser sur la marche à suivre. Prévenir les parents ? Cela aurait été inutile. Ils étaient trop loin pour nous être d'une quelque aide que ce soit, dans l'immédiat. Les autres professeurs ? Là encore, le temps qu'ils nous rejoignent, Carrow aurait vite fait de tous nous remettre à leur place. Et pour ce qui était du Ministère, ça n'était même pas la peine d'en parler. Si certains ne l'avaient pas encore deviné, le Ministère était corrompu, tout comme la direction de cet établissement. Sans quoi, il n'aurait jamais été autorisé que des mangemorts ne nous donnent des cours. La seule solution, malheureusement, c'était qu'on agisse seuls contre ces monstres. La question était maintenant de savoir si nous en étions capables. Officiellement, nous n'étions que des ados. Des gosses, pour certains. Réussirions nous à faire cesser toute cette histoire ? Très probablement pas. Mais on ne pouvait pas non plus laisser les choses continuer comme elles le faisaient. Parce que, maintenant, la situation avait empiré. Les vies d'innocents avaient été prises, et il fallait les venger. Leur rendre justice. Peu importe le prix. C'est à cet instant, lorsque cette pensée traversa mon esprit, que je compris enfin ce qu'Elliyöt avait tenté de me faire comprendre ces dernières semaines. A présent, je comprenais. On ne pouvait pas rester sans rien faire. Ca n'empêcherait pas les morts, bien au contraire. Il fallait se battre. Et puis, de toute façon, il était trop tard pour reculer. Comme d'habitude, j'avais réagit par instinct, sous le coup de l'impulsivité. Je n'allais certainement pas reculer, et me dégonfler, même si certains élèves présents dans la foule tentaient justement de nous dissuader d'agir.

    Rapidement, l'atmosphère changea. Le froid gagna toute la pièce, et il ne suffit aux élèves présent que de lever les yeux pour voir la dizaine de détraqueurs qui flottait au dessus de nous. Un frisson me parcouru l'échine toute entière. Avant même que j'ai eu le temps de réagir, tout sentiment de positif m'échappa. La joie, l'espoir, l'amour... Je les sentais disparaître, pour laisser ressortir les souvenirs les plus négatifs... Tous me revinrent en mémoire, de ce jour où j'avais appris les raisons pour lesquelles je n'avais pas de père, à ce jour où j'avais brisé le coeur d'Elliyöt. Dans ma tête, je revis son visage, son incompréhension, sa déception, sa tristesse... Et ce sentiment de trahison. Le souvenir de nos retrouvailles me revint aussi en mémoire, notamment ce moment où il s'était fait attaqué par l'une de ses créatures et où j'avais cru qu'il en mourrait. La douleur se fit plus grande quand je revis ce moment où il m'avait demandé de partir, après m'avoir dit que je n'étais « plus rien ». Fermant les yeux, je tentai de chasser tous ces souvenirs, de me raccrocher à de bons souvenirs. Il fallait que je pense à quelque chose de positif, il fallait que je me défende. Je devais penser à ma mère. A Elliyöt. A son amour, à la vie que nous aurions ensemble. Je devais penser aux mots d'amour qu'il m'avait dit, et non pas à toutes ces paroles qui nous avaient fait souffrir. Me concentrant la dessus, je rouvris les yeux, pointant ma baguette sur un détraqueur qui me faisait face, et je lançai :

    « Spero patronum ! »

    Un filet de lumière blanche jaillit de ma baguette et se transforma en une belle antilope qui, sans plus attendre, s'attaqua au détraqueur en question. Malheureusement, tout n'était pas terminé. Les autres détraqueurs, qui étaient à l'extérieur, entrèrent à cet instant. Ils étaient à présent des dizaines à flotter au dessus de nous, et les quelques patronus qui se trouvaient dans la pièce ne faisaient malheureusement pas le poids contre eux. Autour de moi, les élèves s'écroulaient, un à un. Nous étions tous au milieu de la pièce, et à la merci de ces immondes créatures dont la présence se faisait plus que sentir. Rapidement, à nouveau, tout espoir d'en venir à bout me quitta. Tout sentiment positif s'évapora. Je fermai les yeux, dans un vain espoir de réussir à penser à autre chose. Finalement, j'en fus incapable, et je m'écroulai au sol, vidée de toute capacité à ressentir le bien, à la merci, moi aussi, de ces créatures. Le froid me gagnait, le désespoir aussi. Et la seule certitude que j'avais à cet instant, c'était que c'était la fin. Pour nous tous. Seuls les plus forts s'en sortiraient, et je n'en faisais pas partie. C'était fini pour moi. Tout ce que j'espérais encore c'est qu'Elliyöt, que j'avais perdu dans la foule, s'en sortirait.
Revenir en haut Aller en bas
Sorrow C. Caldwell
avatarNombre de chapitres écrits : 1970
Sang : Sang-mêlé
Supporter de : La famille Cox
© avatar, icon, signature : signature: belzébuth icons: dragonborn
Date d'inscription : 22/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 15:28
    La chercher Encore et encore. Ne jamais cessé de perdre espoir. Espérer la trouver encore consciente. Où es-tu Lulvia ? Réponds-moi. Je la cherchais désespérément. Il ne fallait pas que je flanche, il ne fallait pas faiblir. Il ne fallait pas laisser le froid entrer dans mon esprit, ni le désespoir, ni ses souvenirs qui me font si mal. Il fallait que je me batte. Il fallait que je trouve la force dans mes souvenirs heureux. Il fallait que je la retrouve, ensuite, je pourrais me laisser mourir s’il le fallait. Mais ma mort serait plus douce à ses côtés. Je n’avais pas peur de mourir. Pas du tout, mais ce dont j’avais peur, c’est de ne plus la revoir. Allez fait un effort Elliyöt. Pense à elle. Pense à ce que vous pourriez faire plus tard. Oui, il fallait que je pense à ça. Il fallait que je puise dans mon amour infini pour elle. Il le fallait. Pour elle. Pour Nous. Pour notre futur. Alors je fermais les yeux un instant et me mis à respirer profondément, pour laisser échappé toutes mes angoisses. Je laissais l’amour envahir mon esprit, le visage de Lulvia y apparut et un léger sourire se dessina sur mes lèvres. Je rouvris les yeux et découvrit alors que mon Patronus était beaucoup plus brillant que tout à l’heure. Le goéland se battait toujours. Et soudainement, le froid me saisit. Je regardais autour de moi et je vis des dizaines de Détraqueurs rentrés dans la Grande Salle. Cette fois, ils passaient réellement à l’attaque. Cette fois j’eus beaucoup plus de mal à contenir ma joie, mon amour et l’espoir. Je regardais autour de moi. Tout avait l’air d’être apocalyptique. Des corps tombaient au sol. Les élèves s’évanouissaient de plus en plus. Je vis plusieurs personnes que je connaissais sur le sol. Mon cour chavira. Nous étions de moins en moins nombreux. Nous n’avions plus aucune chance. Et là, le froid s’empara de moi. Et là, mon patronus faiblit, son éclat devint moindre. Mon souffle s’accéléra. Il ne fallait pas que je pense à cela. Il fallait que je continue de penser à Lulvia. Et il fallait que je la trouve. Je fermais une nouvelle fois les yeux. Mes mains étaient crispées. Je tenais fermement ma baguette et je serais les dents. Encore un effort. Juste assez. Lulvia. Lulvia. Un once de chaleur me parcourut le corps et repoussait alors le froid intense. Et la lutte à l’intérieur de moi commençait alors. La glace et le feu menaient un combat acharné. Je luttais péniblement. Je rouvris les yeux. Il ne restait plus grand monde debout. Mon Patronus continuait à se battre. Il donnait des coups de griffes, de bec. Il venait facilement à bout de plusieurs Détraqueurs. Mais trois autres arrivaient après. Je vis le goéland se mettre à hurler et j’étouffais mon cris. Ca faisait mal. Le froid gagnait du terrain. Allez, ne lâche pas. Bats-toi. Et le feu repris alors le dessus. Je regardais de nouveau autour de moi. Je cherchais toujours parmi les gens, la fille que j’aimais. J’eus alors une idée. Je regardais mon Patronus et celui-ci se mit alors à se déplacer. Trois Détraqueurs le poursuivaient. Je suivais l’oiseau en évitant soigneusement de marcher sur les corps au sol. Je pensais toujours à Lulvia, je puisais dans notre amour, j’étais obsédé par cet amour. Je faisais en sorte qu’il ne s’en aille pas de ma mémoire, qu’il fasse partit de moi pour que je ne sois pas attrapé par les ténèbres. Je faisais un gros travail sur moi-même. Mon visage était concentré et crispé. Je tenais toujours ma baguette. Les Patronus autour de moi, s’éteignaient les un après les autres. Les gens continuaient de tomber. Je ne pouvais pas jouer les héros et sauver tout le monde. Je voulais retrouver Lulvia et me battre jusqu’à mon dernier souffle. De toute façon, nous n’avions aucune échappatoire. Carrow nous avait envoyé les Détraqueurs pour nous achever, pour réprimer notre rébellion. Je n’étais pas mécontent d’être venu me battre. J’avais fait mon choix. Je ne voulais pas laisser les mémoires de Nathaniel, Teddy et James être bafouée. Je savais que ça ne changerais rien au fait qu’ils soient morts. Mais ça m’aidait à pouvoir faire le deuil.

    Finalement, l’oiseau s’arrêta au milieu de ce nuage et décrivit un cercle. Je me précipitais vers l’endroit qu’il indiquait. Mon cœur fit un bon quand je découvris Lulvia allongée sur le sol. Je jetais un regard en l’air et vit la belle antilope s’éteindre pour finalement disparaitre. Le goéland continua à se battre contre les Détraqueurs qui l’encerclaient. Moi, je me précipitais vers ma bien aimée. Je m’agenouillais à ses côtés. J’étais inquiet. Je la prise dans mes bras et la berça doucement. Je voulais qu’elle se réveille. Je voulais qu’elle ouvre les yeux. Allez mon Amour. Ouvre les yeux. Allez. Je sentis le froid prendre possession de moi. Mon Patronus faiblit plus haut. Non, ne disparait pas. Pas tout de suite. Je posais alors mes lèvres sur celles si douce de la jeune blonde qui se trouvait dans mes bras. Réveille-toi mon amour. Je t’en supplie. Réveille-toi, où je me laisse mourir et je te rejoins. Je lui murmurais son nom dans l’oreille, je la suppliais d’ouvrir les yeux. Mais rien à faire. Elle ne réagissait pas. Je sentis les larmes me venir. L’espoir finit par disparaitre. Alors je vais me laisser mourir. Je vais m’endormir à ses côtés. Je la rejoindrais dans son long sommeil. Je jetais un regard au goéland. Celui-ci s’éteignit alors dignement. Il s’avouait vaincu. Il disparut et je me retrouvais seul parmi les ténèbres. Le froid et la peur me submergèrent. Je m’allongeais alors à côté de la Gryffondor que j’aimais tant. Je m’allongeais et caressais une dernière fois son visage. Je te rejoins mon Amour. Je te rejoins. Mes yeux se fermèrent doucement. Des images horribles s’imposèrent à moi, mais finalement, ça n’avait plus aucune importance. J'aurais agis en héro. Je m’endormais dans les bras de Lulvia. Et c’était le plus beau des sommeils.


Animal I have become

i can't escape this hell so many times i've tried but i'm still caged inside somebody get me through this nightmare i can't control myself so what if you can see the darkest side of me? no one would ever change this animal i have become help me believe it's not the real me somebody help me tame this animal © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily Bradsburry
avatarNombre de chapitres écrits : 756
© avatar, icon, signature : CERISE (avatar et signature)
Date d'inscription : 22/03/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Sam 29 Jan - 18:00
    Son jaguar avançait et les détraqueurs se cognaient contre le bouclier que l'animal entraînait avec lui. Emily regardait cet être combattre avec un mélange d'émerveillement et de peur qui agitait son esprit. La vision de ces êtres immenses, noirs et capuchonnés était terriblement effrayante et elle ne pouvait en aucun cas les ignorer, même si le faire lui aurait certainement évité une surchage de stress. Autour d'elle, elle devinait que d'autres élèves se battaient et avaient lancé le sort du patronus, car la salle se réchauffait toujours plus et la jeune femme sentait presque un sentiment de bonne humeur l'envahir tant le contraste avec le désespoir que créaient les détraqueurs était marqué. Ils pouvaient gagner si chacun y mettait du sien, et ils étaient en train de gagner du terrain!
    Elle était littéralement obnubilée par le spectacle qui se tenait devant elle et par ses pensées positives et elle n'entendit pas les grandes portes s'ouvrir sous l'afflux soudain de dizaines de détraqueurs. Ce ne fut que lorsqu'un élève s'effondra à ses pieds qu'elle réalisa. Soudainement, le petit cocon de chaleur que son patronus lui offrait ne lui parraissait plus aussi sécurisant et au contraire, devenait insignifiant face au nombre de détraqueurs qui s'acharnaient dessus. Son coeur accéléra et sa respiration devint haletante mais Emily mettait toutes ses forces dans son patronus auquel elle s'accrochait désespérément; il était son dernier espoir. Mais elle le perdrait bien rapidement.
    Une voix l'appella et elle ne mit pas une seconde à reconnaitre son frère. Elle tourna la tête et chercha sa tignasse blonde durant plusieurs secondes qui lui paraissaient une éternité. Enfin, elle le trouva. Il se battait avec une hargne insoupçonnée et se rapprochait d'elle petit à petit, malgré les élèves qui s'affaissaient en grand nombre et les détraqueurs qui semblaient toujours plus nombreux. Elle l'appela à son tour, criant son prénom comme elle criait au monde qu'il était son dernier espoir. Qu'il l'avait toujours été. Alors qu'elle avait fait un pas vers lui, elle sentit sa baguette trembler, et un immense désespoir l'envahir. Le jaguar avait perdu. Elle avait perdu; et était désormais à la merci de ces monstres noirs qui se mouvaient dans l'air avec une légèreté terrifiante. Leur aura s'étendit jusqu'à elle et son regard se voila, comme un parasite qui se serait propagé dans tout son être avant qu'elle n'ait eu le temps de se rendre compte de sa présence. Il était trop tard, n'est-ce pas? Ils avaient perdu et les quelques patronus qui restaient s'éteindraient tous bientôt pour laisser place aux gardiens d'Azkaban. Tout était fini, les Carrow gagneraient le hall et ils seraient tués par dizaines sous les sorts des mangemorts pour désobéissance. Tout était terminé, ses espoirs s'éventaient et elle avait presque envie qu'on mette fin à ses jours ici et maintenant. Après tout, à quoi bon combattre une cause perdue d'avance, à quoi bon risquer sa vie alors que se battre était dénué de sens face aux moyens dont disposaient les Carrow? Ils avaient largement sous-estimé leur influence et avaient récolté ce qu'ils avaient semés. La fin résonnait à ses oreilles sous forme de cris, de silhouette qui tombe.

    Elle allait quitter Seth, le laisser seul sur cette terre. Seul contre tous car il serait anéanti. Des yeux, elle regarda la silhouette de celui avec qui elle avait partagé son être et fit un pas vers lui. Seth. Elle devait le voir une dernière fois pour s'éteindre dans ses bras. Elle devait lui dire à quel point elle lui était reconnaissante de toujours avoir été là pour elle, à quel point elle lui devait la vie. Seth. Emily s'accrochait à l'image de son frère comme elle s'accrochait à la dernière once de lumière qui semblait vivre dans ce tableau d'apocalypse. Son regard croisa celui d'Oliver mais elle ne le remarqua pas car tout ce qui comptait était Seth. Uniquement Seth. Cela avait toujours été comme ça.
    Elle le laissait seul et n'avait finalement pas réussit à le protéger. Elle sentit ses jambes trembler et ses bras se tendirent vers son frère qui lui semblait aussi loin qu'il n'était proche. Un dernier pas, une larme qui coula le long de sa joue, et Emily s'évanouit au moment où de sa bouche elle murmurait un "Seth", comme un dernier appel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Dim 30 Jan - 1:05

SPERO PATRONUM!!!!!!!!!!

La voix de la belle avait résonné dans le hall et à l’instant son magnifique cygne avait apparu et c’était envolé à l’attaque des Détraqueur, les éblouissent de sa lumière, le regard noir, comme il ne la jamais soit concentrée à faire peur mettant toute sa force dans son sort, comme si tout autour ne soit plus, comme si elle avait été la seule dans ce hall, jamais elle n’ait connu ce sentiment en elle cette force, elle avait toujours été très forte en sortilège mais là…

Mais elle revint sur terre petit à petit, se sentent un peu faible, c’est que le sort puisez en elle toutes ses forces, et petit à petit sa concentration s’estompa, et elle lâcha son regard de son patronus pour chercher son frère du regard, elle distingua sa girafe avant lui, il était toujours debout, Alan également par contre elle ne voyait pas alyssa, mais elle fut obliger de retourner son regard sur son Cygne, elle respira un cou et augmenta l’intensité de son sort, ce qui l’affaiblit encore plus, elle le sentait, elle le savait elle ne tiendrait plus assez longtemps à se rythme là c’était tout simplement impossible même si sa rage l’avait envahie, elle essayer tant bien que mal à emplir son esprit de souvenir heureux, elle se remémorer dans s tête tous les moments qui lui permettait de tenir le coup souvent ce passant en boucle la même scène dans sa tête, mais au moment où elle pensait en avoir fini avec le détraqueur en face d’elle, la situation ce détériora c’est le cas de le dire.

Les portes s’ouvrirent dans un grand fracas et laissèrent entrer une voletais noir, des dizaines et des dizaines de détraqueur firent leur entrer, une vague de panique envahie la jeune femme, ils étaient fichues, ils ne pourraient rien faire face à tous ses détraqueur le ministère n’y était pas allé de main morte, comment pouvait-il envoyer ses créatures à des élèves, ils étaient ignobles et très vite la panique laissa place à la rage envers tout ce qui avait orchestré tout ceci, ces gens qui penser tuer des gens sans que personne ne dit quoi que ce soit, et bien ce n’était pas près d’arriver.

Mais comment voulait vous qu’une jeune femme, puisse pouvoir tenir le coup fassent à tout c’est détraqueur, elle lâcha de vous son cygne qui s’affaiblissez petit à petit, et ce qu’elle voyait lui fit froid dans le dos, déjà plein d’élève était tombé beaucoup trop affaiblit, elle prenait conscience de toutes les personnes qui étaient présentes, elle ramena son regard à son cygne et le redirigea vers tous les élève présent elle chercha du regard la seule personne qui lui importer, Nelson, mais elle ne le trouva pas tout de suite, la panique l’envahissent, elle tourna sur elle-même, et posa enfin son regard sur son frère qui malheureusement commençait à tomber à son tour, à ce moment sa respiration s’accélérait elle courut jusqu’à son frère la baguette toujours pointer sur les créatures, elle arriva juste au moment où celui-ci tomba à terre elle s’agenouilla à ses côtés…

- Non …non Nelson s’il te plait !!!

A ce moment là son regard devint des plus noirs, elle se releva et se retourna vers les assaillants, a ne s’attaquer pas à son frère sans conséquence et elle ne lâchera pas l’affaire ou du moins elle essayera, elle le protégerait jusqu’au bout jusqu'à ses dernières force…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Dim 30 Jan - 20:06
    J’étais dans ma salle commune quand j’ai appris la nouvelle. Une élève était arrivée en trombe à mes cotés, essoufflée. « Je... Elle… Morts, ils sont morts… ». Je ne compris pas ce qu’elle voulait dire, et les autres élèves présents non plus. « Quoi ? Qu’est ce que tu dis ? Qui est mort ? » Intervint un garçon. La jeune fille prit quelques secondes, le temps de reprendre son souffle, avant de parler à nouveau. « Carrow, Alecto Carrow. Elle… Elle a tué Mr. Sturridge, Teddy Chamberlain et Nataniel Hopkins… » Le silence s’installa bien vite et on pouvait apercevoir le visage de certains se décomposer. « Par Merlin, non… » Avais-je murmuré. Comme beaucoup d’autres élèves, je me précipitai en dehors de la salle commune. Je ne savais pas vraiment où j’allais, mais je sentais que quelques chose se passerait. Nous allions agir. Il le fallait.
    Je suivis la masse d’élève qui se dirigeait vers le hall d’entrée. Tout le monde s’était rassemblé là, au milieu, et les discours fusaient. Certains voulaient se révolter, montrer leur mécontentement face à l’attitude des Carrow. D’autres ne voulaient rien faire, comme si ils avaient peur d’eux, comme si ils avaient été de leur coté depuis le début. Lâches. Oui, ils étaient lâches. Nous aussi avions peur, j’avais peur. Mais je refusais de les laisser faire. Trois meurtres dans une école de magie, c’est inadmissible. J’allais me battre, quoi qu’il arrive.
    Me tournant dans tous les sens, je cherchai quelqu’un que je connaissais. Un proche, un ami, une connaissance. Personne. A part Nelson, je ne voyais personne. Ni Dena, ni Christopher, ni Jacob, Raphaëlle, ni Basile… Basile. J’avais récemment pris conscience des sentiments que j’avais pour lui. Cependant, je n’en étais pas sûre à cent pourcents. Je me demandais si je ne cherchais pas juste à me prouver à moi-même que j’avais oublié mon ex petit ami, que j’étais passée à autre chose. Je ne voulais pas lui faire de la peine. Je ne voulais pas le voir souffrir, le faire espérer pour rien. J’étais très attachée à lui et si je lui faisais de mal, je ne me le pardonnerais jamais.
    Tout à coup, l’atmosphère de la pièce se refroidit, tandis que je me retournai. Une bonne dizaine de détraqueurs se trouvait devant nous. M*rde. Nous étions dans la m*rde. C’est à ce moment là que la peur m’envahie vraiment. Je regardai autour de moi. Tout ce que je pouvais voir c’était les élèves, plus ou moins affolés, essayer de se battre contre ces créatures. Je ne savais pas quoi faire, ni comment m’y prendre. Je connaissais le sort du patronus, mais je ne savais pas le maîtriser. Il fallait penser à un souvenir heureux, c’est bien ça ?
    Un détraqueur se rapprocha de moi. Vite vite, un souvenir heureux. La rencontre avec mon ex petit ami, notre premier baisé, notre première fois… « Spero Patronum ! » Rien. Je fermai les yeux tandis que le détraqueur fonçait sur moi, et la joie ne fut plus.

    #Flash#

      « Je crois que je suis enceinte »
      « Je ne veux plus te voir »


    #Flash#

      « Papa, s’il te plait, dis quelque chose… »
      « Tu n’es plus ma fille, j’ai tellement honte de toi »


    #Flash#

      « Désolé mademoiselle, mais vous n’êtes pas enceinte »


    J’ouvrai les yeux. Non, je ne devais pas me laisser faire. Je pensai encore une fois au même souvenir, mais avec plus d’intensité.

      « Spero Patronum ! »


    Une seule et unique étincelle de lumière s’échappa de ma baguette.

      « Oh non, non, non, non »


    Le détraqueur me fit subir la même chose, toujours les mêmes souvenirs douloureux que j’essayai d’oublier, en vain. Cette fois, je tombai à genoux.

    « Stop, stop » murmurais-je. Je savais que ça n’allait avoir aucun effet, mais je n’en pouvais plus. Je ne voulais pas abandonner, je ne voulais pas les laisser gagner. Alors je réessayai. Un souvenir heureux, un souvenir heureux... Basile. En pensant à lui, mon cœur se mit à battre plus vite et je sus que c’était lui qui faisait mon bonheur. C’était lui qui savait tout de moi, qui était là pour moi, qui me supportait.
    Le détraqueur se rapprocha à nouveau de moi et je levai ma baguette. « Spero Patronum ! ». Une mésange à tête noire sortit de ma baguette et se dirigea vers la créature qui m’attaquait, la repoussant. J’avais réussi. En pensant à Basile, j’avais réussi à créer un patronus.
    A bout de souffle, je restai à genoux. Soudain, tout tourna autour de moi et je tombai en arrière. Avant de m’évanouir, je pris conscience d’une chose. J’aimais Basile.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatarNombre de chapitres écrits : 219
Date d'inscription : 15/11/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   Dim 30 Jan - 23:09
    La situation est particulièrement critique pour les élèves. Leur rassemblement les a rendu vulnérables, accessibles. Les détraqueurs n'ont aucun mal à affecter chacun d'entre eux et les faire sombrer dans le désespoir.
    Les corps tombent au sol un par un, comme un effet domino. On les croirait presque morts, avec cette expression de crainte, de malheur, affichée sur leurs visages. Le sentiment de révolte a laissé place à la peur.
    Les plus coriaces sont encore debout, la baguette pointée vers les créatures de l'enfer, déterminés à les repousser. Mais, comme il y a de moins en moins d'élèves encore conscients, de plus en plus de détraqueurs tentent de les faire chuter.
    Bientôt, c'est l'ensemble des créatures qui se concentrent sur les quelques élèves qui sont encore en action. Ils sont nombreux, des dizaines et des dizaines, extrêmement puissants. Comment de simples élèves pourraient-ils parvenir à les repousser ?
    L'espoir n'est plus. La pression est trop forte, impossible de leur résister plus longtemps. Les derniers élèves s'écroulent au sol, épuisés et sans plus une seule pensée positive. Le spectacle est déplorable, des corps les uns sur les autres, tapissant le sol du grand hall.
    Les Carrow peuvent enfin descendre, satisfaits que la rébellion soit éteinte. Mais que faire de tous ces élèves inopportuns ? Ils sont nombreux, et dangereux en quelques sortes. Il faut les contrôler.
    Une seule solution se présente aux mangemorts : l'enfermement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Intrigue ▬ Chapitre 2   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue ▬ Chapitre 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» #INTRIGUE ▬ Des couloirs à perte de vue...
» #INTRIGUE ▬ Serais-tu claustrophobe ?
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Résumé de l'intrigue
» Chapitre 1 : L'arrivée .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-