+ vous?



 

Partagez | .
 

 Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Sam 2 Oct - 6:41
    Le temps passe si vite quand on a du plaisir. La journée avait été chargée pour la jeune Poufsouffle, surtout pas en manque d’émotions. Elle avait eu des tonnes de travaux à finir et n’avait pas pu parler à grand monde, dans toute la journée. Les cours avaient été tout bonnement épuisants, mais il faisait bien que l’on soit vendredi, pour relaxer, prendre le temps de bien reprendre tout ce que l’on avait assimilé pendant la semaine, se coucher un peu plus tard qu’à l’habitude. Oh, comme il était bon de veiller un peu avec quelques amis et des proches, seulement pour s’amuser ou pour le fait de se dire que l’on pouvait, maintenant, se le permettre puisque demain, tout ce qui s’annonçait, c’était la grâce matinée. Enfin, ça, c’était pour plusieurs. Elsa, elle, se réveillait toujours dans les six heures et demie, même la fin de semaine. Elle avait comme un cadran interne qui l’empêchait de dormir plus tard. Mais bien ! Ce n’est pas ce qui la rendait malheureuse ! Après tout, elle pouvait ainsi profiter par moments du lever de soleil, et par d’autres moments, de l’entrée en scène des autres Poufsouffles, quand elle restait dans la salle à attendre, caressant doucement Cream, sa petite chatte Ragdoll, ou en faisant ses devoirs !

    Elle trouvait toujours amusant de voir descendre les jeunes Jaunes et Noirs, parfois toujours en pyjama, bâillant à en avaler toutes les mouches de la pièce et se frottant l’œil d’une main fatiguée. Les observer comme ça pouvait lui en faire apprendre beaucoup plus sur ses condisciples. Elle ne ratait jamais un moment de leur dire un beau bonjour, de leur demander comment avait été leur nuit, et parfois se lancer dans de longues discussions sur les rêves avec eux. Beaucoup aimaient bien discuter avec elle, par la cause de son imagination débordante et sa joie de vivre qui ne s’effaçait jamais, même tôt le matin. Ça, et son hyperactivité qui ne cessait jamais. Bah ouais, on parle d’Elsa, quoi, pas de n’importe qui ! Mais ses moments préférés du matin, c’était quand sa sœur, ou Drake, se réveillaient enfin. Alors, elle les accompagnait dans la Grande Salle pour le petit-déjeuner qui était toujours des plus extraordinaires, puisque souvent, chaque discussion était unique et très entraînante. Tellement que même certains autres condisciples de la maison venaient alimenter les feux de celle-ci. Ah, que de plaisir…

    Et en parlant de Drake, ce matin-même, ils s’étaient donné rendez-vous le soir, vers huit heures, à la Salle sur Demande, au septième étage du château. C’était bien évident qu’Elsa avait hâte comme ce n’était pas possible. Elle en avait même parlé à sa sœur, pendant la journée, avec son enthousiasme débordant. Evy, quant à elle, n'avait que levé les yeux au ciel avec un signe négatif de la tête, un sourire amusé sur le coin des lèvres. La jeune Rosefield ne savait pas trop ce qu'elle avait voulu dire par là, mais bon. Et maintenant que le moment était arrivé, elle ne tardait pas du tout. Elle ramassa vite fait sa baguette, son étui de guitare et tout ce qu’elle avait de besoin avant de filer à toute allure vers cette fameuse salle. En montant les marches, gambadant, elle ne pouvait s’enlever de la tête le visage souriant de son meilleur ami, qu’elle avait bien hâte de retrouver. Elle s’enfargea dans une des escaliers, comme toujours, avant de continuer sa route toujours en sautillant de joie, l’étui bien sur son dos, rebondissant quelque peu. Elle arriva alors devant le couloir, et pensa très fort à ce qu’elle voulait faire. La grande porte apparut soudainement devant ses yeux. Avec un regard à gauche, à droite, à gauche, à droite… Et encore à gauche, elle fut certaine que personne d’autre ne l’avait suivi. Il ne restait qu’à attendre Drake. Alors, elle mit sa main sur la poignée et l’ouvrit.

    En rentrant dans la pièce, Elsa referma doucement la porte derrière elle, dans un bruit qui résonna dans celle-ci pendant quelques secondes. Elle fit glisser son étui de guitare de son épaule et fit tomber celui-ci par terre, à l’entrée de la salle, qui était éclairée de plusieurs lanternes allumées dans lesquelles brillait un feu chaleureux. L’éclairage était doux, il faisait du bien de le sentir comme ça. Elle eut un grand soupir, fermant les yeux quelques instants avant de s’avancer vers le milieu de la salle, où trônait un grand piano à queue, noir, dans toute sa grandeur. Un large sourire éclaira le visage de la Poufsouffle, en le voyant. Ah, ce qu’elle adorait cette salle ! Le fait de s’y retrouver était tellement bien. Et puis la soirée qui l’attendait et qui arrivait à grands pas avait tout pour être réjouissante. Elle s’approcha du grand piano, de son noir dans lequel se reflétait la fine lumière orangée des lanternes. En passant près, elle caressa sa texture, douce, comme s’il n’avait jamais été usé. Elle savait pourtant que beaucoup venaient ici pour faire comme elle ; cette salle, c’était une amie qui avait parlé du fait qu’il y avait un piano. Et il était ancien, il ne datait pas d’hier. Il avait peut-être cinquante ans. Plus ou moins. On en voyait plus, des comme ça. Comme s’il était sculpté différemment. On aurait dit que chaque détail, finement sculpté, avait sa propre personnalité, sa propre vie. C’était magnifique.

    Et combien de fois la jeune Elsa s’était amenée dans cette salle pour retrouver la magie de cet instrument ? Ce n'était certainement pas une chose nouvelle. Elle eut un de ses moments de contemplation, sans bouger, restant totalement immobile face à cet objet Moldu des plus brillants. La musique était un art que personne ne pouvait comprendre d’un seul regard. Il fallait chercher loin, dans chaque note, chaque intonation, pour y voir l’émotion ressentie en jouant la pièce. Il fallait se rentrer dans ce que la mélodie racontait, il fallait laisser bercer chaque parcelle de son corps pour bien comprendre. Seul un artiste pouvait ressentir ces pulsions, celles qu’il y a à travers chaque coup donné sur la touche d’un piano, ou celles derrière chaque grattement de corde d’une guitare. La musique est la fenêtre de l’âme.

    Celle par laquelle il faut chercher pour cerner chaque personne.

    Parce que chaque mélodie a sa propre contenance. Chaque symphonie est unique, et chaque air contient l’Émotion. Que celle-ci soit blanche, grise ou noire. Elle trouva le devant de l’instrument et ne prit pas de temps à s’asseoir sur le petit banc devant les notes blanches. La Jaune et Noir y passa ses doigts, inspectant minutieusement chaque touche. Elle joua quelques notes pour s’assurer que le piano fût bien accordé, et eut l’agréable surprise qu’il le soit. C’était bien, tout ça. L’atmosphère parfait. Il y avait aussi quelques sofas, qui avaient l’air bien confortables, éparpillées un peu autour de la salle. On aurait dit un salon. Mais vide. Les notes jouées résonnaient dans la salle dans un écho incessant, relaxant. Un autre soupir, avant qu’elle ne se lance dans un air qu’elle avait composé, doux, envoûtant. Ce genre d’airs qu’on entendrait dans une pièce instrumentale, sans aucune parole. Et comme de fait, elle n’en rajoutait pas, ne faisait que se concentrer sur les touches qu’elle accrochait, délicatement, d’une main d’experte, d’une main qui avait fait dix ans de cours dans la matière.

    Le cliquetis de la grande poignée, comme celui d’une porte que l’on déverrouille, se fit entendre parmi les notes jouées. D’un coup, la jeune femme arrêta de jouer, laissant ses doigts reposer sur un dernier accord, levant le regard sur l’entrée, d’où l’ouverture se faisait de plus en plus grande. Son sourire s’agrandit en voyant cette tête qu’elle connaissait si bien apparaître dans la salle, refermant la porte derrière lui. Elle se leva, avant de se mettre à courir vers lui, s’arrêtant à quelques pas, marchant les derniers, serrant le jeune homme dans ses bras fortement, toujours avec cet énorme sourire, mais avec un air serein au visage.


      « Contente de te voir, Drake. » Murmura-t-elle.


    Peut-être était-ce la pièce. Peut-être était-ce l’atmosphère. Mais la jeune Rosefield n’était que rarement aussi calme qu’elle ne l’était en ce moment.


Well, you can't get what you want
But you can get me.


Dernière édition par Elsa D. Rosefield le Ven 15 Oct - 2:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christabella I. Lockwood
Nombre de chapitres écrits : 2352
Sang : Sang-pur
Supporter de : Le Seigneur des Ténèbres
© avatar, icon, signature : © Pitchounette
Date d'inscription : 30/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Dim 3 Oct - 4:10
    Ce matin là, Drake c’était réveillé difficilement. Il avait eu de la difficulté à s’endormir et son sommeil était agité. Il avait fait un cauchemar. Il se retrouvait à la lisière d’une grande forêt avec Elsa où des monstres sanguinaires les entouraient. Sa meilleure amie était derrière lui. Ils n’avaient aucune défense. Pas de baguette, rien. Les monstres humanoïdes avaient une peau écaillée, rouge et noire. De grandes jambes et de grands bras les faisaient paraître plus grands. Des pics pointus parsemaient leur colonne vertébral en entier. Ils avaient de grandes dents tranchantes qui donnaient froid dans le dos et de grosses griffes aux bouts de leur doigts.. Le ciel était rouge sang. Même s’il n’y avait aucun nuage, des éclairs faisaient rage partout autour d’eux. Soudainement, l’un des monstres couru vers nous et prit Elsa avec lui en se dirigeant vers la forêt. Elle se débattait en criant alors que lui, pour une raison ou pour une autre, j’étais enchaîné au sol. Drake la regardait s’éloigner de plus en plus et son cri, devenant de plus en plus lointain, l’enrageait. Il ne pouvait pas crier. Il ne pouvait rien dire du tout. Seulement la regarder s’éloigner. La regarder partir sans pouvoir rien faire. L’écho de son cri retentissait dans sa tête. C’était comme une torture continue. C’était trop dur à supporter. Les créatures se rapprochaient de lui. Elles l’entouraient comme une meute de loup entourant sa proie. Le plus gros se rapprocha de Drake. Il lui sentit tout d’abord le visage puis, grogna en crachant de la salive sur lui. Le monstre lui mordit le cou violemment puis....


    Il se réveilla en sursaut. Regardant autour de lui, se préparant à voir ces monstres sanguinaires autour, mais... Rien. Ce n’était qu’un cauchemar. Comme tous les autres qu’il avait fait. Est-ce que ces rêves désagréables voulait dire quelque chose en particulier ? Peut-être qu’il avait peur de la perdre...Ou peut-être qu’il s’en faisait trop et que tout ça ne voulait rien dire du tout, mais bon. Drake était resté longtemps dans son lit en regardant le plafond avant de se lever. Il pensait à sa journée. Qu’allait-il faire aujourd’hui ? Quelles conneries Elsa et lui allaient-ils encore faire ? D’autres questions lui tournaient en tête, mais celles-là, il ne pouvait y répondre. Drake ne savait pas pourquoi, mais il avait un mauvais pressentiment à propos de cette journée. Et il avait tord. Ce matin même, en se levant, le Poufsouffle c’était rendu à la salle commune et avait parlé avec Elsa, comme d’habitude. Tous les deux avaient décidés de se rencontrer au soir dans la salle sur demande pour jouer de la musique. Drake était très excité à l’idée de se retrouver avec Elsa pour jouer de la guitare ou de la regarder jouer du piano. Quoi de mieux que de se retrouver avec la personne que l’on aime le plus en faisant une des choses que l’on adore ? La musique avait toujours fait partie de la vie de Drake et d’Elsa. Plus jeunes, ils jouaient ensemble de la guitare. Aussi, lorsque l’envie lui prenait, Drake regardait Elsa jouer du piano. Il avait toujours aimé le son que cet instrument faisait, mais n’avait jamais été très bon pour en jouer. Bref... Drake avait pensé à ce moment toute la journée. Elsa, Elsa, Elsa. Il n’avait que ce nom en tête. Tellement qu’il ne fit même pas attention à ce qu’un Serpentard lui lança comme remarque. Sa meilleure amie prenait vraiment toute la place dans sa tête. Et il fallait dire que, depuis un bon moment, elle ne s’en allait jamais. Pendant la journée, Drake avait commencé à composer une chanson qu’il comptait continuer ce soir avec Elsa. Il l’avait trouvé en ne grattant que quelques accords puis, en ajoutant des notes ça et là.


    Le moment était arrivé. Il serait huit heures dans une dizaines de minutes et Drake n’avait pas prévu de faire attendre Elsa. Il rangea sa guitare dans son étui, prit sa baguette et fit sûr qu’il n’avait pas oublié la feuille sur laquelle était marquée la chanson qu’il avait commencer à composer. Il se dirigea vers la salle sur demande en souriant. En montant les marches, le Jaune et Noir s’arrêta un moment. Il repensa à une de ces centaines de fois où Elsa s’était enfargée dans ces escaliers et où tout le monde croyait qu’elle s’était fait mal. Bien évidemment, elle s’était relevée rapidement en faisant savoir à tout le monde qu’elle allait bien. Cette Elsa était beaucoup moins fragile qu’elle en avait l’air ! Il fallait le dire, personne ne l’aurait pensé.


      « Aaaahhh Elsa... Ton attitude hyperactive va te tuer un jour ! »


    Lui dit-il, même s’il savait qu’elle ne pouvait pas l’entendre.


    Drake arriva devant le couloir et demeura immobile. Il savait qu’Elsa devait déjà l’attendre de l’autre coté. Elle qui était toujours à l’avance partout. Sans le savoir pourquoi, Drake sentait son coeur battre plus fort. Pourquoi ?... Il n’en avait aucune idée. Qu’allaient-ils faire une fois à l’intérieur ?
    Peut-être que l’on va....... Des images perverses de lui et d’Elsa apparurent dans sa tête. Ça serait trop beau, mais bon. On ne sait jamais ! Il pensa fort à ce qu’il voulait faire (et non, ce n’est pas ce que vous pensiez tous) : jouer de la musique. La porte apparue et après s’être assuré que personne ne l’avait vu, il tourna la poignée et entra dans la salle. Dès qu’il eut fermé la porte, il vit sa meilleure amie avancer vers lui en courant. Il la serra dans ses bras


      « Content de te voir aussi, Elsa. » Répondit-il.



    Elle était étrangement calme. Drake en était surpris. Habituellement, ça aurait été un genre de ‘’DRAAAAAAAAAAAAAAAAAKE !!!!’‘ Mais là, c’était tout à fait le contraire. Drake lui fit un sourire.


      « Tu es très calme comparée à d’habitude. Ça fait drôle de te voir comme ça. » Lui dit-il en riant.


    Drake examina la salle. L’ambiance était belle. Une très bonne ambiance pour.......... Jouer de la musique, voyons, qu’est-ce que vous pensiez ? Les lumières donnait un effet relaxant. C’était peut-être ça qui la rendait aussi calme. Ça ne serait pas surprenant. Drake alla s’asseoir sur l’un des sofas, sortis sa guitare de son étui et montra la feuille de la musique qu’il avait créée à Elsa.


      « J’ai commencé à écrire une chanson... Je ne sais pas trop quoi rajouter. Tu veux m’aider ? Lui demanda-t-il, sourire au lèvres. »


    Il savait qu’elle ne pourrait dire non. Tous les deux aimaient beaucoup trop composer des chansons ensemble, que ce soit guitare/guitare ou guitare/piano. Drake ne pouvait s’empêcher de regarder... Un peu plus bas que ses yeux. Il ne s’y risquait pas plus qu’une demie seconde par peur de se faire prendre. Même s’il savait qu’Elsa était un peu... Naïve, il ne voulait pas prendre de chances. Le Jaune et Noir regarda le grand piano à queue qui se trouvait au milieu de la pièce. Il était magnifique. Plus tard, il demanderait sûrement à Elsa d’en jouer. Le son de cette instrument était tout simplement magique. Il pouvait transporter n’importe qui dans un autre monde en quelques secondes. C’était vraiment une merveille musicale. Drake regarda Elsa avec le même sourire. Il allait profiter de cette soirée le plus possible...... De la manière qu’il le pouvait ! Encore d’autres pensées perverses lui traversa l’esprit.... Peut-être que l’atmosphère calme allait la pousser à le faire ?!... Drake, arrête de penser à ça et concentre toi sur ta musique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Lun 4 Oct - 4:32
      « My hands are searching for you
      My arms are outstretched towards you
      I feel you on my fingertips
      My tongue dances behind my lips for you
      »



    Drake… Son meilleur ami de toujours. La personne qui, chaque jour, embellissait ses journées autant que sa sœur. Bon, un peu moins que sa sœur, mais il était quand même super super super super super… Important dans sa vie ! Avec qui ferait-elle de la course jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus marcher ? (Enfin, encore, ça serait plus lui…) Avec qui pourrait-elle parler tard dans la nuit jusqu’à ce qu’elle s’endorme ? (Nan, faut pas déconner, ce serait pas elle, ce serait lui…) Avec qui pourrait-elle passer du temps à faire ses devoirs quand sa sœur n’était pas là jusqu’à ce que sa main soit trop douloureuse pour continuer d’écrire ? (Erm… il serait plus celui à qui ça ferait ça...) Et surtout… Avec qui jouerait-elle de la musique jusqu’à ce qu’elle tombe d’épuisement ? (En fait, ça serait plus lui… encore une fois, évidemment !) C’EST DRAKE, BIEN ENTENDU ! Qui d’autre pourrait prendre sa place ? Personne, voyons ! Personne ne pouvait prendre cette place qu’il avait prise et qui occupait une grande partie de son cœur depuis bien des années, déjà ! Cette amitié était bien évidemment une qui devait durer, qui ne pouvait pas se terminer comme ça, sans rien dire ! Elle était beaucoup trop attachée à lui pour même penser à quelque-chose de si horrible ! Jamais elle ne pourrait lui refuser quoi que ce soit, c’était bien vrai, elle l’aimait beaucoup trop pour lui faire du mal. Surtout qu’elle le connaissait très bien, et qu’elle savait dans l’état pitoyable que ça pourrait le mettre… Et le voir souffrir, c’était une des pires tortures que le monde ait pu inventer. Le voir souffrir, c’est comme une tonne de dagues dans le corps, qui transperce le plus profond de notre âme. Ça perturbe, oh, ça, oui !

    Bref. Là, elle lui donnait le plus gros câlin de sa vie, sans pour autant lui faire un Bone-crushing-hug-de-la-mort-qui-tue. En fait, c’était plus un câlin affectif du Tu-m’as-manqué-même-si-on-s’est-vus-ce-matin-et-je-voulais-absolument-te-donner-un-câlin-parce-que-je-t’adore. Et bien évidemment, elle avait ce gigantesque sourire sur le visage, un sourire ravi avec cet air serein, tandis que cette joie de vivre qui l’animait lui brûlait les entrailles parce qu’elle était totalement heureuse de le voir. En fait, elle était tellement contente que ses genoux semblaient vouloir la lâcher pour la laisser tomber direct, là, devant lui. Mais bon, tout le monde connaît Elsa et son grand je m’en foutisme d’où j’ai mal, évidemment. Donc elle ne se concentrait que sur ce gros câlin mêlé à la chaleur corporelle de Drake, qui semblait relativement plus élevée que la sienne. Elle eut une grande inspiration, sentant l’arôme du jeune homme, avant de soupirer longuement. Pour une raison ou une autre, ça faisait extrêmement de bien de le retrouver, et de pouvoir enfin jouer de la musique avec lui. La dernière fois remontait à quand même assez longtemps, alors fallait bien en profiter. Ouais, en profiter comme il le fallait, de ce temps ensemble. Et après un commentaire qui le fit rire autant qu’elle, d’un petit rire relativement calme qui ne la connaissait pas du tout, il la lâcha, après ce long moment, se dégageant doucement de son étreinte pour ensuite aller s’asseoir sur un sofa, avec sa guitare, cette guitare qu’il apporte partout où il va. Il était vrai qu’elle était calme, mais elle-même, un peu confuse, ne comprenait pas trop pourquoi. La Jaune semblait bien calme de l’extérieur, mais Drake ne voyait pas cette tornade d’énergie qui régnait en elle, ça, fallait le dire ! Elle fit un petit sourire en coin à cette pensée, avant de prendre sa guitare à son tour et de s’approcher de lui, assis sur le sofa qui était le plus près du grand piano au milieu de cette salle de concert vide.

    Elle sortit de son grand étui noir sa guitare favorite, celle que ses parents lui avaient offerte à son anniversaire, quelques années auparavant. Sa toute nouvelle guitare, bien qu’elle fût assez vieille, avait vécu une tonne de passes dans lesquelles la jeune Rosefield était passé. C’était elle, qui, comme une amie à qui on racontait sa vie, avait vécu avec elle ses plus grandes peines et ses plus grandes joies, avec son cousin le piano, qui, lui, loin dans cette grande maison qu’était la demeure Rosefield, ne pouvait que savoir ces histoires pendant les vacances et pendant l’été, quand elle revenait à la maison, avec sa jumelle, dans la demeure familiale. Minutieusement, elle inspecta son instrument pour être bien certaine que tout était en ordre. Elle fit quelques accords, pinça ses cordes une à une, les accorda comme il le fallait, avant de jouer une ballade de deux secondes et demi et un millième, ravie.


      « Voilà, je suis toute prête, maintenant ! »


    Sa déclaration fit un nouvel écho dans la pièce, mêlé à un petit rire encore une fois. Bien qu’elle soit inexplicablement calme en ce moment, elle ne pouvait pas pour autant enlever ce ton joyeux qui la caractérisait tant. C’était Elsa, après tout, et on ne peut pas changer cette petite boule d’énergie qui ne s’éteint jamais ! C’est à ce moment que le jeune homme sortit une feuille d’on ne sait trop où, afin de la montrer à notre grande gamine qu’était Elsa. Après avoir écouté ce qu’il avait à dire, elle prit la feuille et lit tous les accords qui étaient dessus, les interprétant dans sa tête et leur donnant un air, puisqu’elle ne savait pas trop sur quel air Drake tentait de l’emmener avec ça. Elle créait un peu le sien avec ce qui était marqué, quoi. Et avec ce petit rythme qu’elle se mettait à avoir dans sa tête, elle lut toute la feuille avant de prendre sa guitare, toujours sur elle, regardant la feuille et se mettant à jouer ce qui y était inscrit. Sûrement que le jeune homme embarquerait avec elle pendant qu’elle jouait. Elle répéta avec lui, donc, pendant quelques minutes avant de fermer ses yeux noisette et de partir sur un autre rythme, semblable, comme la fin d’une mélodie. Un grand sourire éclaira alors son visage, qui était pendant un bon moment concentré sur ce qu’elle faisait, donc très calme.

      « Oh, je crois que j’ai trouvé ce qui irait bien avec, regarde, regarde ! »


    Sa voix était joyeuse et surprise, tandis qu’elle jouait cette partie qu’elle venait de composer plusieurs fois, ouvrant grand ses yeux pétillants de joie, sa tête se laissant aller au tempo de la musique qu’elle jouait, que Drake suivait. Son regard se posait alors sur le visage de son meilleur ami, sur ses yeux d’un bleu ciel hypnotisant, si bleu que c’était très facile de se perdre dedans pour ne pas en revenir. Et pendant qu’il se concentrait sur cette nouvelle mélodie, elle se demandait à quoi d’autre il pouvait bien penser. Elle changea doucement sa mélodie, tentant de s’adapter avec un tout autre rythme, pour donner l’Effet de deux guitares jouant un air différent. Elle souriait, de son air songeur, loin, elle aussi, dans ses pensées, comme si maintenant elle regardait le vide qui se plaçait entre elle et lui, vide profond et infini.

      « This fire rising through my being
      Burning, I'm not used to seeing you

      I'm alive, I'm alive...
      »


    Ses mains arrêtèrent de danser sur les différentes cordes de sa guitare, cessèrent de jouer de profonds accords. Elle laissa sa guitare accotée sur le sofa dans lequel elle était, celui qui faisait face à Drake, et se leva, pendant que lui continuait de jouer. Elle se mit à danser doucement, sur l’air de la mélodie que son ami continuait de jouer, cette ballade douce et lente sortie tout droit de cet univers d’Imagination. Ses yeux étaient fermés, elle était totalement emportée, bougeant doucement les bras d’un côté, levant la tête, ses longs cheveux d’un noir de jais ondulant à chaque mouvement, dans une vague lente et gracieuse. La jeune Pouffy’ fit un tour sur elle-même, avant de s’asseoir sur le banc du piano, un sourire plus que rêveur au visage. La salle était merveilleuse, l’ambiance l’était tout autant. Elle eut un autre soupir de bien-être, retournant son visage vers son meilleur ami, avec ce sourire serein.


      « Cher Musicien, vos créations sont plus que sublimes, j’adore composer avec vous et vous aider dans vos œuvres plus qu’exquises. »


    Sa voix était lancée avec un certain accent de bonne famille, comme si elle jouait un rôle, un certain rôle. Elle pencha doucement la tête à gauche tout en le regardant, toujours assis sur ce sofa, à l’autre bout de la pièce, tandis qu’elle était dos au piano pour l’observer. Il avait l’air bien calme, lui aussi. Mais lui, ce n’était que chose normale. Et le moment, celui dans lequel ils se dévisageaient, semblait durer pendant des minutes éternelles.

    Ce qu’elle adorait ce genre de moments.

      « And I can feel you all around me
      Thickening the air I'm breathing
      Holding on to what I'm feeling
      Savoring this heart that's healing
      »
        All Around Me - Flyleaf


ALL AROUND ME. *Lacey sort*


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christabella I. Lockwood
Nombre de chapitres écrits : 2352
Sang : Sang-pur
Supporter de : Le Seigneur des Ténèbres
© avatar, icon, signature : © Pitchounette
Date d'inscription : 30/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Mar 5 Oct - 3:36
    La lumière des lampes était si douce, si... Relaxante. Elle donnait à ce moment un coté magique que Drake n’oublierait jamais. Ça faisait tellement du bien de se retrouver seulement tous les deux. Et quoi de mieux que de jouer de la musique ? C’était parfait. Drake n’avait pas été aussi bien depuis un bon moment. Il avait complètement oublié tous ses problèmes, devoirs, autres préoccupations et n’importe quoi d’autre qui n’aurait pas rapport à sa meilleure amie. Comment rendre cette soirée encore mieux ? Drake ne pourrait pas dire. Un flash lui traversa l’esprit. Il se vit entrain d’embrasser sa meilleure amie. Il resta figé un moment. Pourquoi pensait-il à ça ? Il chassa cette image de son esprit pour le moment en regardant Elsa venir vers lui. Son coeur battait de plus en plus vite. Ça faisait depuis quelques mois que son coeur battait la chamade dans sa poitrine alors qu’Elsa approchait et qu’une fois à coté de lui, il se calmait. Comme cette fois là. Lorsqu’elle sortie sa guitare, Drake eut un sourire. Elsa adorait sa guitare. Elle était toute joyeuse avec elle et voir Elsa sourire faisait le plus grand bien à Drake. Ses sourires l’avaient déjà sorti d’une dépression qu’il avait faite à cause d’une remarque trop blessante lancée par une Serpentard plus vieille que lui. C’était comme si.... Ses sourires avaient un pouvoir guérisseur sur le Poufsouffle. Et justement, celui qu’elle avait en ce moment le faisait sourire à son tour.

    Après lui avoir montré la feuille de son début de composition à Elsa, elle se mit à la jouer et Drake la suivit. Ils jouaient en parfaite harmonie. Comme une seule personne. C’était beau à voir et à entendre. La suite qu’elle avait trouvée marchait parfaitement. Comment n’avait-il pas pu y penser ? Une chance qu’Elsa était là ! Pendant que Drake jouait, il tomba dans la lune comme il le faisait toujours. Emporté par la musique qu’Elsa et lui avait inventés, il était perdu dans ses pensées. Il ne voyait qu’Elsa... Elle prenait toute la place dans sa tête. C’en était étrange. Pourquoi occupait-elle autant de place dans sa tête ? Elle qui avait été si présente tout au long de sa vie. Comment s’en serait-il sorti sans elle ? Dans ses moments les plus durs, elle était toujours là. Lorsqu’il avait besoin de parler, de réconfort ou juste d’avoir beaucoup de plaisir et de rire comme un mongol, elle était là aussi. Son odeur lui parvint aux narines. Elle sentait bon... Comme une fleur qui venait d’ouvrir ses pétales. C’était ce que Drake sentait. Une fleur. Ou ça lui ressemblait drôlement. Dans tous les cas, son odeur lui plaisait et faisait que cette soirée soit encore meilleure.

    Alors qu’Elsa se levait, Drake continuait de jouer leur chanson. Elle donnait à l’ambiance de la pièce un autre atout qui rendait encore plus beau ce moment magnifique. Lorsqu’Elsa se mit à danser doucement, les yeux fermés avec un sourire au lèvres, Drake ne pouvait détacher son regarde d’elle. La manière qu’elle dansait l’hypnotisait. Il n’avait même plus besoin de regarder son manche de guitare pour savoir les accords qu’il devait faire. Ils venaient tout seul. C’était un automatisme. Ce n’était pas pour rien que Drake était un artiste. Il n’avait de besoin que de quelques minutes pour s’habituer au rythme d’une chanson, aux changements d’accords et à la vitesse qu’il fallait pour jouer chaque notes. Un sourire s’installa sur la bouche du Jaune et Noir. Elsa n’avait jamais été aussi calme que depuis un très long moment. Même s’il y avait toujours cette petite boule d’énergie qui se cachait et qui allait sûrement exploser dans la soirée, voir Elsa dans cet état de calme et de sérénité en était... Un privilège. Rare seraient ceux qui pourrait la voir comme ça. Probablement que si Drake allait dire ça aux gens qui la connaissait, ils ne le croirait pas. Et il fallait dire que c’était assez normal. Elsa était très bien connu pour son hyperactivité et son optimisme. Elle saluait tout le monde qui passait ou presque. La manière avec laquelle elle s’était adressée à lui le fit sourire. Arrêtant de jouer, il s’adressa à elle du même ton.


      « Et bien je vous remercie, ma chère amie. Je dois dire que votre petite touche à ma chanson m’a bien plu ! J’adore aussi composer avec vous. Que diriez-vous de me jouer une chanson avec ce magnifique instrument qui se trouve derrière vous ? Cela me ferait du plus grand bien. »


    Un grand sourire au visage, il regardait les yeux noisettes d’Elsa. Ses yeux si beaux... Beaucoup de personnes trouvent que les yeux bleus ou verts sont les plus magnifiques, mais Drake avait toujours trouvé que des yeux noisettes c’était tout simplement... Merveilleux. Pendant qu’elle trouverait une chanson à jouer sur le piano, Drake pensait déjà à ce qu’il allait faire pour accompagner Elsa. Il la laisserait commencer toute seule au début puis, lorsque le moment serait le mieux choisi, il embarquerait avec elle. Le Poufsouffle avait déjà hâte de la voir jouer. D’entendre cette mélodie si douce qu’il aimait tant. Le son que le piano faisait avait toujours été l’un de ses préférés, après la guitare bien sur. C’était dommage qu’il n’avait jamais été très bon pour en jouer. Il aurait aimé composer des chansons au piano avec elle aussi. Mais bon... Il fallait dire qu’au moins, il était bon à son instrument préféré et qu’il était capable d’improviser avec n’importe quel autre instrument. Que serait le monde sans musique ? Un monde ennuyant et dur. La musique donnait de la couleur à la vie. Elle changeait des vies. Aidait des gens dans le besoin. Redonnait le sourire à ceux qui l’avait perdu. Sans musique, le monde tel qu’on le connaît serait différent. Déjà dans la période du Médiéval il y avait de la musique. Ce qu’Elsa et Drake faisaient, c’était simplement ajouter du bonheur à leurs vies. Il fallait dire que cela marchait à merveille. Il ne fallait que les regarder pour le voir.

    Le temps semblait s’être arrêté. Les deux Poufsouffles se regardaient depuis un moment et ce moment ne semblait jamais vouloir s’arrêter. Pourquoi, tout d’un coup, ils ressentaient ces émotions là envers Elsa ?... Peut-être pas tout d’un coup, mais ils n’avaient jamais aussi fort que ça. Est-qu’il était... Tombé amoureux de sa meilleure amie ? Encore un flash. Ils s’imaginaient entrain de s’embrasser encore une fois. Dans cette salle, sur le sofa qu’il était assis. Cette pensée fit battre son coeur de plus en plus fort. Drake ne savait trop que penser. Si ses sentiments envers Elsa étaient réels, alors peut-être que... Peut-être qu’elle aussi, elle les avaient. Il faudrait qu’il s’en assure avant de lui en parler. Leur musique lui tournait dans la tête. Elle résonnait comme un écho continu. En même temps, il essayait de trouver ce qui pourrait bien aller après. Quelques notes ? Une autre guitare qui partirait en canon avec la première ? Il allait bien trouver plus tard. Ou sinon, Elsa l’aiderait encore. Il faudrait qu’ils se retrouvent plus souvent seuls, tous les deux. Ces moments tranquilles étaient grandement appréciés. Il fit un autre sourire à Elsa. Un sourire remplit d’amour cette fois. Il ne fallait espérer qu’elle aille les mêmes sentiments pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Jeu 7 Oct - 2:52
    Il régnait un drôle d’atmosphère dans la salle sur demande, en ce beau soir. Une ambiance chaleureuse, mystérieuse à la fois. C’était relaxant mais à la fois si bon qu’elle ne semblait même pas s’en rendre compte, assez pour en faire quoi que ce soit. Drake restait là sur le canapé, toujours dans son coin, tandis qu’elle, dos au majestueux piano, l’épiait toujours, prise dans une transe de quelque sorte, comme ailleurs. Elle laissait ses pensées vagabonder dans les méandres de son esprit, dans tous les recoins, un air toujours aussi calme au visage tandis qu’elle bouillonnait de l’intérieur. Elle se laissait bercer par la douce mélodie du silence qui venait de s’installer. La Jaune et Noire l’entendit par la suite répondre sur le même ton qu’elle, et le regarda d’un air amusé face à ce qu’il lui disait. Cependant, le silence qui régnait étant si doux à ses yeux, elle le laissa durer encore quelques secondes, dans lesquelles elle tenta de lire dans ses pensées, seulement en regardant ses yeux.

    Il était tellement loin dans celles-ci qu’il était très facile de s’y perdre, de tomber dans une nouvelle transe, visiter pendant un moment les étoiles. Ses yeux, ils pétillaient d’une certain quelque-chose qu’elle ne saurait expliquer. Sachant lire sur les visages à la perfection, elle ne pouvait que voir sa joie, celle qu’ils partageaient tous deux en étant ici, dans cette salle, éclairée par milles bougies. Elle regardait alors ses traits, son sourire, rêveur, ses cheveux, toujours aussi bien coiffés. En fait, elle adorait sa coupe, et adorait jouer dans ses cheveux. C’était un des trucs qu’elle adorait faire, soit pour le déconcentrer ou simplement pour le faire rire, par moments. C’était de bons moments, passés avec lui, et même avec sa sœur et lui. Parce qu’il fallait le dire, ils étaient souvent ensemble. Elle se demandait alors ce que sa jumelle devait être en train de faire en ce moment. Sûrement qu’elle lisait, soit dans la grande bibliothèque de Poudlard ou qu’elle lisait, dans son lit à baldaquin, à côté du sien, dans le dortoir. Peut-être faisait-elle ses devoirs ? Qui sait ?

    Bon, allez, Elsa, réveille-toi et cesse de te poser dans tes pensées comme un oiseau se poserait sur une branche pour y chanter doucement. Concentre-toi un peu sur ce que tu viens de dire, sur ce silence chaleureux, sur ses yeux, aussi beau qu’un ciel bleu et ses traits si harmonieux. C’était bien, de ressentir une joie mutuelle. Par contre ce qui était plus qu’étrange, c’était comment elle semblait calme en ce moment. On aurait cru que ce n’était pas Elsa, mais Evy, qui se tenait devant Drake, comme ça, sans bouger, avec un sourire songeur aux lèvres. C’était une drôle pensée quand on se disait que la jeune femme, elle, n’était pas du tout portée sur la musique mais bien sur le dessin. Personne ne pouvait les différencier, seulement, alors il faisait bien drôle de voir la jeune Rosefield agir comme sa jumelle, en un peu plus excitée.

    De retour de son voyage au plus profonds de ses pensées, elle n’eut aucun mal à distinguer les traits qui changèrent subitement chez Drake, après son propre moment de réflexion intense qui avait duré, semblerait-il, plusieurs minutes dans lesquelles les deux adolescents n’avaient su quoi faire, quoi dire. Elle eut un air de stupéfaction face à son visage, son sourire, qui semblait totalement différent qu’à l’habitude. Et pendant de longues secondes, elle resta là, hébétée, à le regarder. Tout cela était tellement étrange qu’elle ne savait trop comment le décrire, dire ce qu’elle percevait en lui, comme cette flamme chaleureuse qui brûlait doucement dans le pétillement de ses yeux. Elle finit par lui rendre son sourire, un sourire sincère, calme, serein.


      « Avec plaisir. »


    Sa voix ne fut pas plus qu’un simple murmure, presque inaudible, qui résonna dans la pièce, tel le vent sifflant dans les feuilles en émettant une douce chanson. Elle se retourna alors vers le fameux instrument, plaçant minutieusement ses mains sur chacune des touches, prenant une grande respiration, sentant la musique couler dans ses veines. Plusieurs secondes s’écoulèrent avant qu’elle n’expire, fermant les yeux, laissant affluer les notes par dizaine, ces notes formant une mélodie douce et à la fois enjoué, dans un air loin d’être complexe mais avec tellement de notes qu’il était facile de s’y perdre, de se savoir transporter. Transporter ailleurs dans le lointain de notre pensée, avec ce sentiment envoûtant qui nous emmène sans que l’on puisse faire quoi que ce soit. Elle était si concentrée sur ce qu’elle jouait qu’elle n’entendait qu’à peine Drake jouer de sa guitare ; peut-être n’en jouait-il pas, après tout, et ne faisait qu’écouter. Ce qu’elle jouait, elle le sentait, ça l’inspirait, ça faisait vibrer chaque partie de son âme avec les vibrations des cordes du piano. Elle adorait ce sentiment. Elle esquissa alors un sourire. Avec tout cela, elle pouvait sentir le regard de son meilleur ami, dos à elle, qui la regardait, sans savoir s’il portait plus attention à elle qu’aux notes qu’elle jouait, s’il regardait ses mains danser sans cesse sur l’instrument au lieu de simplement qu’écouter. Elle ne pourrait jamais le savoir.

    Les minutes s’écoulèrent, tombèrent en centaines de secondes, avant qu’elle ne ralentisse la cadence des notes, que la mélodie s’adoucisse avant de disparaître dans un decrescendo bien réglé. Elle prit une autre grande respiration avant de se retourner vers Drake, toujours avec ce même sourire aux lèvres. Elle ne pouvait traduire son expression, son visage. C’était comme si tout cela était nouveau, même si souvent, dans les temps qui couraient, elle le voyait le porter sans plus comprendre. Pendant quelques secondes, la jeune Rosefield regarda autour d’elle. C’était un endroit magique. Un endroit où tout pouvait se réaliser. La salle avait tellement de visages différents qu’il était difficile de discerner lequel était le bon. La Poufsouffle avait entendu de plusieurs que cette salle pouvait prendre plusieurs aspects, dont deux qu’elle connaissait très bien. Cet aspect-ci, bien évidemment, mais aussi un autre, que l’Armée de Dumbledore utilisait souvent, quand les rencontres de la troupe se faisaient dans le secret de tous ceux n’y étant pas admis.

    Cependant, elle avait une peur bleue de ces rencontres, malgré tous ses bénéfices et le bien que ça faisait d’apprendre à se défendre, en particulier parce qu’un certain Serdaigle y était aussi en tant qu’agent double … Cette simple pensée lui fit avoir un de ces gros frissons avec un visage horrifié. Savoir le secret que portait Noah Cahill, et ne pas en parler, ca la rongeait de l’intérieur. Mais elle savait qu’elle ne devait rien dire : Sa vie en était le prix, un prix abominable qui la tuerait d’un simple coup de baguette, d’un simple Avada Kedavra. Elle baissa les yeux, réprimant un sourire résigné. Elle ne devait pas se sentir comme ça, pas maintenant. Il fallait qu’elle enlève cette pensée de sa tête, qu’elle fasse comme si de rien n’était, juste pour ce soir, juste pour ne pas gâcher le moment. Elle ne devait pas tomber. Non, elle devait se relever. Mais pourtant, pendant un court moment, elle ne pensait pas que ce serait aussi difficile. La belle aux cheveux de nuit leva la tête et regarda de ses yeux noisette le jeune homme, en lui offrant ce sourire résigné et un grand soupir.


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christabella I. Lockwood
Nombre de chapitres écrits : 2352
Sang : Sang-pur
Supporter de : Le Seigneur des Ténèbres
© avatar, icon, signature : © Pitchounette
Date d'inscription : 30/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Ven 8 Oct - 5:46
    Drake ne pouvait lâcher son regard d’Elsa. Elle avait de si beaux yeux noisettes que c’en était presque irréel. Même lorsqu’elle se retourna pour jouer de ce magnifique instrument du nom de piano, il ne la lâcha pas des yeux. Et oui, ce n’était pas dur à voir que Drake était amoureux de sa meilleure amie. Depuis combien de temps ? Un mois ? Un an ? Ça, personne ne pouvait le dire. Peut-être que cela faisait des années qu’il l’aimait, mais qu’il ne l’avait tout simplement pas remarqué. Il fallait dire qu’elle occupait beaucoup de place dans sa tête et qu’elle ne la quitterai probablement jamais. Il tenait beaucoup trop à elle pour ça. Drake souhaitait de tout son coeur qu’elle ressente les mêmes sentiments envers lui. Le Poufsouffle avait encore le même sourire aux lèvres, mais maintenant, il fermait les yeux, se laissant bercer par les douces notes que sa meilleure amie jouait. C’était si beau... Si mélodieux... Est-ce que son amour envers Elsa amplifiait le fait qu’il adore la musique qu’elle faisait ? Peut-être, mais il restait qu’elle l’émerveillait avec sa musique. Elle avait vraiment un talent pour ça. Même si Elsa était peut-être un peu... Maladroite, lorsqu’elle se forçait à quelque chose, elle y mettait tout son coeur.


    Notes après notes, Drake se faisait emporter dans un autre monde. Il rêvait éveillé. Les notes qu’Elsa jouait le remplissait de bonheur. C’était tout simplement magnifique. Il ouvrit les yeux pour la voir jouer. Il aimait beaucoup regarder comment elle faisait pour faire danser ses doigts sur les touches du piano. Comme il aurait aimé pouvoir en jouer... Mais pour une certaine raison dont il ne connaissait pas l’existence, Drake n’était tout simplement pas bon pour en jouer. De ce fait, il ne pouvait que regarder Elsa faire, même s’il aurait aimé allé la rejoindre pour jouer avec elle. Elle baissa la cadence et fini dans un doux decrescendo avant de se retourner. Elle avait... Quelque chose de différent sur son visage. Drake, qui avait gardé le même sourire remplit d’amour, savait lorsque quelque chose n’allait pas avec Elsa... En fait, pas mal tout le monde le savait. Même si cela n’arrivait pas souvent, elle passait de la Elsa joyeuse que tout le monde connaissait à une Elsa triste. Et c’était ce qu’elle avait sur son visage. Une expression triste. Qu’est-ce qui n’allait pas ? Est-ce qu’elle savait pour ses sentiments ? Non... Il ne le savait même pas lui-même avant ce soir. C’était complètement impossible qu’elle le sache. Il fallait lui redonner le moral ! Ils n’allaient pas briser cette atmosphère si parfaite, voyons. Drake regarda autour pour trouver quelque chose qui pourrait la faire rire, sourire et changer les idées qu’elle avait dans la tête, quelles qu’elles soient. Il entendit un autre soupir venant d’Elsa et se demanda si elle s’ennuyait. Encore là, Drake rejeta cette idée. Ils avaient eu bien trop hâte à cette soirée tous les deux et c’était impossible qu’elle s’ennuie. Même lorsqu’ils ne se parlaient pas, ce qui était très rare vu la capacité d’Elsa à sortir n’importe quel sujet n’importe quand, les deux Poufsouffles adoraient rester ensemble. Comme deux inséparables, ils ne pourraient vivre l’un sans l’autre. C’était contre-nature.


    Les crépitements du feu dans le foyer étaient les seuls bruits que l’on entendait. Il régnait un calme agréable, mais étrange en même temps. Il fallait vite trouver une idée pour la faire rire. Drake regardait un peu partout sans trop savoir ce qui pourrait la faire sourire. Ils avaient déjà joué un peu de guitare, de piano aussi, qu’est-ce qu’ils pourraient faire ? Le Jaune et Noir n’avait pas envie de lui demander ce qu’elle avait. Pas ce soir. C’était leur soirée et il ne fallait pas la transformer en une soirée remplie de pleurs. Ce ne serait plus ce que Drake avait voulu. Et probablement qu’elle ne voudrait pas en parler non plus. Les deux Poufsouffles avaient appris, au fil des années, qu’ils pensaient pas mal de la même manière. Alors... Elle devait sûrement se dire aussi qu’elle ne voulait gâcher cette soirée avec ça.


    Soudain, son regard se posa sur une armure qui se tenait là, debout sur son socle, une épée dans la main et un bouclier dans l’autre. C’était une armure médiéval comme il y en avait beaucoup dans l’école. Une idée traversa l’esprit du Jaune et Noir. Et si... Drake jeta un coup de baguette sur l’armure qui s’anima. Elle débarqua de son socle et vint vers les deux amis. Drake se leva, s’avança vers Elsa, lui prit les mains et la leva du banc sur lequel elle était assise. Alors que l’armure s’installait, Drake emmena sa meilleure amie dans la partie la plus ouverte de la salle, à quelques pas. L’armure déposa son arme et son bouclier par terre, s’assis sur le banc, se ‘’craqua les doigts’‘ et commença à jouer.



      « M’accorderiez-vous cette danse, Mademoiselle ? » Lui dit-il, sourire aux lèvres.



    Il passa ses doigts entre les siens et son coeur augmenta la cadence. Calme-toi.... Ce n’était pas le moment d’avoir une crise de coeur voyons ! Drake regardait Elsa de haut. Il fallait dire qu’elle ne mesurait qu’un mètre et cinquante-huit centimètres ! Assez petite, mais ce n’était pas pour autant qu’elle était fragile ! Bien au contraire. Elsa avait endurée beaucoup plus de blessures en s’enfargent, en tombant, ou en se cognant la tête partout que n’importe qui ! Elle était même probablement plus solide que Drake. Il commença à danser. Le Jaune et Noir s’était toujours bien débrouiller pour danser, même s’il n’avait jamais vraiment pris de cours. Le Poufsouffle regardait Elsa dans les yeux, le même sourire que tout à l’heure au visage. Les deux meilleurs amis se donnaient très souvent des câlins, mais c’était la première fois qu’ils dansaient ensemble. Ça fait drôle de les voir comme ça. Qu’aurait-dit Evy si elle les avait vu ? Elle rirait probablement... Mais bon. C’est vrai que de les voir danser, c’était amusant.


    L’armure se trompa sur une note et arrêta. Drake la regarda et lâcha un rire. Ces armures vivantes n’étaient pas des musiciens nés, il fallait dire ! Cette dernière repris là où elle s’était trompé. Certes, ce n’était pas ce qu’Elsa avait joué, mais c’était assez acceptable pour pouvoir danser dessus. Drake n’avait jamais été aussi proche d’Elsa pendant autant de temps. Il sentait son doux parfum naturel et cela le faisait frissonner de bonheur. Elle sentait bon. C’était tellement agréable de l’avoir aussi près de lui comme ça. Il sentait des papillons dans son ventre. Toutes ces signes lui faisait vraiment voir qu’il était tombé amoureux d’elle. Il n’y avait plus aucun doute possible. Ça ne l’étonnait pas trop. Beaucoup de personnes pensaient que Drake et Elsa formaient un couple, comme ils étaient toujours ensemble. Bien sûr, Evy était avec eux aussi, mais les deux meilleurs amis étaient très proche l’un de l’autre. Et Drake ne souhaitait qu’une chose : qu’ils le deviennent encore plus. Les deux adolescents n’avaient pas arrêtés de danser. Main dans la main, Drake regardait ses yeux noisettes. Ceux qui disait qu’il avait de beaux yeux n’avait pas regardé aussi profondément dans ceux d’Elsa comme il le faisait souvent puisqu’il en avait jamais vu des plus beaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Ven 8 Oct - 22:15
    Comme de fait, face à son visage résigné et à son air de plus en plus triste et apeuré pour une raison qu’il ne connaissait pas, et qu’il ne connaîtrait bien jamais, Drake s’était tendu. Il était bien rare de voir Elsa dans cet état, surtout avec son meilleur ami, surtout devant une telle perspective de bonheur qui se présentait à eux en ce moment. Il semblait même un peu inquiet. D’une manière, c’était bien normal qu’elle soit ainsi portée à être dans un tel état en pensant à sa propre mort, si elle disait quoi que ce soit, et de l’autre côté, au château qui courait en ce moment un grand danger, tout le monde à l’intérieur n’en étant pas épargné. Ce genre de plans maléfiques venant de la part de Noah ne faisait qu’effrayer la Poufsouffle, surtout en voyant ce qu’il avait écrit sur ce papier. Ces plans était plutôt sadiques, et il était vrai que mêlé à ce que Voldemort voulait, la domination du monde entier, l’immortalité, le pouvoir, ne pouvait que l’effrayer. Que serait ce monde s’ils tombaient tous dans son règne ? Une telle monarchie mondiale les tueraient certainement tous, ou les laisseraient vivre dans la terreur et dans l’angoisse à chaque jour, chaque heure, chaque minute et chaque seconde. Elle aurait tant aimé se confier au jeune homme, tout lui dire ce qu’elle avait sur le cœur, ne plus rien cacher de la sorte… Mais elle ne pouvait pas. Si elle faisait une telle chose, peut-être que lui aussi périrait sous la baguette du Serdaigle. Ou d’autres mangemorts…

    Et dire qu’ils avaient tous pensé que c’était la fin de cet épisode morbide dont leurs parents avaient été victimes, dont tout le monde avait été victime. Son regard se posa par terre, elle ferma les yeux en inspirant, expirant en douceur en les rouvrant lentement. Allez, il ne fallait pas penser à ça maintenant. Il fallait rester super enjoué, penser à autre chose et passer un bon moment avec Drake, puisque rares étaient les fois où ils se retrouvaient seuls comme ça à parler et à jouer de la musique dans la plus grande joie du monde. Il ne fallait pas qu’elle vienne tout gâcher avec ses larmes et ses angoisses. Il fallait qu’elle les laisse de côté. Juste pour le moment. Pour quelques heures encore. Quelques belles heures en bonne compagnie ne feraient pas de mal.

    Elle entendit soudainement un certain bruit métallique, venant de l’autre bout de la grande pièce qu’était la Salle sur Demande et l’apparence qu’elle avait prise. Confuse, puisque le bruit continuait de plus belle, elle leva la tête pour remarquer une des armures, solennelle, qui s’avançait vers elle à pas militaires, une épée dans une main, une armure dans l’autre. Mais avant qu’elle n’ait pu se poser maintes questions, elle sentit ses mains se faire agripper par celles de Drake, qui la hissa hors de son banc de piano en l’entraînant à l’autre bout de la salle, près du foyer, où il y avait un grand espace libre entouré de canapés quelques mètres plus loin. Il courait presque pour l’emmener là, et elle se sentit faire un tour sur elle-même avant qu’elle ne pose son regard dans le sien, souriant, et elle, confus. Sa voix, comme joyeuse d’avoir trouvé le moyen de la faire sourire, lui posa alors une question, qui la fit sourire à son tour et qui lui fit oublier ses soucis, qu’elle laissa bien évidemment derrière elle et loin de ce plancher de danse improvisé par son meilleur ami.

      « Mais certainement, cher monsieur. »


    Elle sentit ses doigts s’entrelacer dans les siens avec une douceur qui était dans ce cas presque irréelle, étrange. Ils se mirent alors à danser, dans toute la grâce du monde, sous la musique que l’armure qui lui avait volé sa place au piano jouait. C’était une petite ballade, rien de trop compliqué, avec un air tout de même joyeux qui apportait au même moment une certaine douceur. On pouvait cependant entendre le cliquetis des bouts de métal dans cette symphonie, ce qui faisait bien rire la jeune Elsa, qui se laissait tourner et danser sous le bruit de la musique, ses mains entrelacées dans celle de Drake, si douces. Elle baissa les yeux pour regarder ses mains dans les siennes, les serrant un peu plus fort, peut-être bien inconsciemment, avant de remonter son regard vers les yeux de son meilleur ami, qui regardaient les siens, dans un certain silence qui ne laissait presque pas voir la musique. Ils souriaient. Ils aimaient ce moment ensemble, à danser, là, sur cette piste, avec la musique jouée par une simple armure animée du château de Poudlard, une vieille armure qui comme toutes les autres avaient peut-être des centaines d’années. Depuis combien de temps se cachait-elle dans la Salle sur Demande ? Personne ne pouvait vraiment le savoir.

    La Poufsouffle se posait peut-être trop de questions idiotes dans des moments comme ça. Et pendant qu’ils tournaient lentement sous le bruit de cette musique, elle ne cessait de ressentir d’étranges pulsions qu’elle n’arrivait qu’à peine à comprendre, qu’elle ignorait, laissant place à sa joie qu’elle avait d’avoir un ami comme Drake, qui réussissait toujours à lui faire oublier ses tracas comme en ce moment, de sa manière qu’elle adorait. L’armure fit une fausse note avant d’arrêter, et elle suivit le rire de Drake face à l’armure décontenancée qui tentait seulement de jouer correctement. Elle reprit par la suite et eux reprirent leur pas de danse improvisés avec toute la joie du monde les enveloppant. Elsa riait. Elle riait de son petit rire enfantin et heureux, tout en dansant, dansant et dansant. Comme si tout le malheur qui s’était abattu sur elle s’était envolé, d’un seul coup, d’un seul souffle. Elle respirait le bonheur, expirant toute ses craintes, toutes ses émotions négatives, pour le fait d’être avec lui et de passer du beau temps comme ça, juste à danser, le plaisir le plus simple au monde, l’amitié la plus forte, le lien le plus uni.

    Les cliquetis de l’armure se firent plus bruyants soudainement et Elsa regarda celle-ci, qui tentait de jouer du mieux qu’elle le pouvait, mais qui, visiblement, n’y arrivait pas. Sa balade faisait de moins en moins de sens, à cette pauvre armure ! La jeune femme émit un autre petit rire avant de prendre la parole.


      « Ooh, mais allez, ce n’est pas si compliqué que ça ! Tu peux faire mieux, l’armure, parce que là ça devient grave ! »


    Avec ses paroles, moqueuses mais qui revenaient à être une grande blague autant pour l’armure que pour Elsa, qui faisait un grand sourire joyeux tout en disant ça, l’armure arrêta de jouer pour les regarder, en quelque sorte, puisqu’elle n’avait pas d’yeux. Elle haussa alors ses grandes épaules en émettant un bruit de métal qui se frôle, levant en même temps les mains pour signifier un peu ‘mais j’essaye, moi !’ avant de continuer à jouer, sous les rires de la jeune Jaune et Noire qui reprirent tandis que la balade semblait un peu mieux jouée soudainement. L’ambiance était superbe. Et dire qu’ils ne faisaient pas ça souvent. Pendant un moment, la jeune Rosefield pensa à sa jumelles e demandant ce qu’elle pouvait bien faire. Sûrement qu’elle regretterait, quand ils revenaient, de ne pas avoir eu autant de plaisir qu’eux en ce moment !


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christabella I. Lockwood
Nombre de chapitres écrits : 2352
Sang : Sang-pur
Supporter de : Le Seigneur des Ténèbres
© avatar, icon, signature : © Pitchounette
Date d'inscription : 30/09/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Mar 12 Oct - 1:31
    Le visage triste d’Elsa ne plaisait pas à Drake. C’était comme une torture. Pourquoi était-elle triste ? Qu’est-ce qu’elle avait en tête ? Est-ce qui lui était arrivé quelque chose ? Peut-être fallait-il lui en parler.... Non. Pas ce soir. Ce soir était un des soirs où ils allaient rire comme des fous. Et c’était ce qui se produisait en ce moment. Drake était heureux d’avoir fait rire et sourire Elsa. Il était très bon pour ça, en fait. Il adorait la faire rire. Son sourire était chaleureux et contagieux. Comme en ce moment, Drake riait avec elle. Les deux Poufsouffles dansaient, s’arrêtaient lorsque l’armure se trompait et recommençaient. Quelques blagues par rapport à la performance de l’armure ne faisait que les faire rire encore plus. Ils étaient si heureux tous les deux, à danser comme ça. La petite ballade de l’armure était passable. Elle se débrouillait assez bien il fallait dire.... Pour une armure. Tout allait bien en ce moment. Les deux Jaunes et Noirs étaient synchronisés et souriants. Ce n’était pas la première fois que les deux meilleurs amis dansaient ensemble, il fallait dire ! Ils avaient déjà dansé pendant le bal de Noël. Drake se remémora ce moment avec Un grand sourire au visage. Ils avaient tellement eu du plaisir à danser. Ça faisait drôle de le faire sans la grosse musique ni tous les autres qui dansaient autour. Seulement les deux meilleurs amis du monde. Drake ne pensait à rien d’autre qu’Elsa en ce moment. Elle occupait complètement sa tête.


    Puis, soudainement, Elsa fit un faux pas. Son pied s’était retrouvé là où Drake comptait mettre le sien et il s’enfargea dans celui-ci. Drake tomba et, les mains entrelacées dans celles de sa meilleure amie, l’emporta avec lui par terre. La position qu’ils s’étaient retrouvés était assez.... Gênante. Drake, couché sur le dos, avait emporté Elsa avec lui dans sa chute qui s’était retrouvée... Par-dessus lui. Le coeur de Drake battait tellement vite que l’on aurait dit qu’il voulait sortir de sa poitrine. Et en parlant de poitrine... Il avait celle d’Elsa collée contre lui.... Ouais. Des pensées perverses lui traversèrent la tête. Il se voyait déjà entrain de.... Woah, Drake, calme toi. Les Poufsouffles se regardaient tout droit dans les yeux sans rien dire. Cette fois, ce n’était pas des pensées perverses, mais il eu un flash où elle se penchait vers lui pour l’embrasser. Peut-être l’avait-elle fait exprès ? Bon okay, Drake, c’est Elsa. Si elle s’enfarge et tombe, que ce soit avec où sans quelqu’un d’autre, elle ne le ferait jamais exprès. Une longue minute passa comme ça. Sans qu’ils ne bougent. L’armure avait arrêté de jouer. Se demandant ce qui se passait, elle s’était retournée pour les regarder avec quelques bruits métalliques qui l’accompagnaient à chacun de ses mouvements. Le silence régnait encore une fois dans la pièce. Seuls les crépitements du feu dans le foyer se faisaient entendre. Drake regardait encore une fois profondément dans les yeux d’Elsa. Ses cheveux noirs lui tombaient sur le visage. Ses beaux cheveux... Il avait envie de les caresser du bout de ses doigts. Ils avaient étrangement encore les doigts entrelacés. Puis, Drake commença à rire. Il riait et riait. Pourquoi ne pourrait-il pas rire ? C’était tout simplement drôle. La chute qu’ils avaient fait ensemble, les minutes de silences qu’ils avaient passés à se regarder sans rien dire, l’armure qui les ‘’regardait’‘ en se demandant ce qui se passait et la position... Suggestive dans laquelle ils se retrouvaient. Il y avait de quoi rire ! Drake en avait mal au ventre. Ils se relevèrent lentement tout en riant. L’armure les regardait d’un air perplexe. C’était amusant. Que pourraient-ils faire maintenant ? Drake avait encore le goût de jouer de la guitare. Alors...



      « Viens, on va s’asseoir ! »
    Lui lança-t-il, avec un sourire.


    Drake pris la main de sa meilleure amie et ensemble, ils se dirigèrent vers le sofa où ils étaient un peu plus tôt et s’assirent dessus. L’armure avait repris sa musique alors que le Jaune et Noir prenait sa guitare, un grand sourire aux lèvres. L’armure animée commença à jouer quelque chose de... Familier. Comme s’il l’avait déjà entendu quelque part. Hmmm.... Pense Drake, pense. Mais oui ! Elle essayait de jouer ce qu’Elsa jouait il y a quelques minutes de cela ! Elle voulait probablement les impressionner. Drake eu un grand sourire. L’armure se trompait souvent. Elle se mettait la main au front presque tous les vingts secondes, toute découragée.


      « Allez ! Tu es capable. Tu vas l’avoir. Il faut juste un peu plus de pratique ! »
    Lui dit-il, en essayant de l’encourager.


    Il s’était mit à jouer sans s’en rendre compte. Ça lui arrivait souvent lorsqu’il avait sa guitare dans les mains et qu’il ne faisait rien. Comme si son subconscient le forçait à jouer. Il continua ce qu’il était inconsciemment entrain de faire. Drake pensa à Evy. Elle aussi, elle était une de ses amies très proches. Comme il l’avait connu en même temps qu’Elsa et qu’elles étaient presque toujours ensemble, il avait appris à la connaître tout autant qu’Elsa. Que faisait-elle ? Entrain de dessiner, sûrement. Drake avait toujours aimé les dessins qu’Evy faisait. Il l’avait toujours trouvé très bonne dans ce qu’elle faisait. Le Poufsouffle s’imaginait ensuite les deux jumelles une à coté de l’autre. Il avait toujours eu de la difficulté à les différencier, quand Elsa ne courait pas partout ou quand elle ne lui sautait pas dans les bras en le faisant presque tomber par terre. En fait, personne ne pourrait le dire. Si elles auraient le même caractère, personne ne pourrait dire qui est Elsa et qui est Evy. Drake s’imagina Elsa toujours calme. Ce serait trop bizarre... Un sourire se forma sur son visage encore une fois. Il aimait beaucoup mieux sa petite Elsa surexcitée qu’il aimait tant. Ça ne voulait pas dire qu’il n’aimait pas Evy et bien au contraire, il l’aimai beaucoup, mais Elsa.... C’est Elsa ! Qui d’autre aurait la force de se relever après s’être enfargé trois fois dans les escaliers en une seule journée ? Qui aurait l’énergie de parler jusqu’à trois heures du matin jusqu’à ce qu’il ne reste plus personne à qui parler ? Ouais. Ça, c’est Elsa. Drake repensa au visage triste d’Elsa d’un peu plus tôt. Est-ce qu’elle allait bien ? Il devrait lui en parler la prochaine fois qu’ils se verraient. Pour l’instant, c’était une session de guitare ! Que pourraient-ils jouer ? Hum... Une idée lui vint en tête ainsi qu’un autre sourire. Drake commença à jouer une chanson qu’il avait écrite avec Elsa il y a de cela très longtemps. Mais c’était une de leur chanson préférée. Ils avaient tout deux leur partie à jouer. Drake faisait les notes tandis qu’Elsa faisait les accords. Ils inversaient les rôles à partir d’un certain moment et ainsi de suite. Drake adorait jouer cette chanson avec Elsa. Ils savaient exactement quoi faire et quand le faire. Les deux meilleurs amis parlaient d’un peu de tout. Des devoirs qu’ils avaient, des trucs qu’ils pourraient faire dans les jours qui suivaient, etc.


      « Alors, qu’est-ce que tu as fais de ta journée, ma chère amie ? »



    Quoi de mieux que de compter sa journée à ses amis ! Surtout qu’il en avait passé une assez bonne vu qu’il avait été de bonne humeur du matin jusqu’au soir. Oui, c’était parce qu’il avait eu hâte toute la journée à cette soirée, mais bon. Drake sentait qu’Elsa allait lui compter sa journée à la vitesse de la lumière... Attention, il fallait se concentrer ! Mais non, c’est une blague. Drake était tellement habitué de l’entendre parler comme une folle qu’il n’avait même plus besoin de mettre toute sa concentration sur ce qu’elle disait. Aaaaahh Elsa... Tu resteras toujours ma préférée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rika N. Winfield
Nombre de chapitres écrits : 767
Sang : Mêlé
Date d'inscription : 14/08/2010
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Ven 15 Oct - 2:33
    Tout en dansant, en ayant beaucoup de plaisir avec Drake, il était normal que la jeune femme ne puisse s’empêcher de rire. Et en plus, ce qui était encore plus entraînant, c’était que Drake riait avec elle, tandis qu’ils étaient main dans la main, dansant du mieux qu’ils pouvaient sous la ballade de l’armure enchantée. Tout se passait totalement bien, sans trop de folies ou quoi que ce soit, ni de maladresse…Jusqu’à ce que la jolie Rosefield ne place pas son pied au bon endroit et que Drake, suivant un peu sa maladresse, se prenne le pied dans le sien et qu’il trébuche pour soudainement vaciller et chuter, entraînant la Poufsouffle dans sa chute magistrale vers le sol. PAF ! CE fut le seul truc que l’on put entendre avant que la chère armure, confuse, n’arrête de jouer sa balade, tandis que les deux jeunes gens se regardaient yeux dans les yeux pendant un grand moment de silence. Drake semblait le plus confus, tandis qu’Elsa, suivant son regard, ne savait pas trop si elle devait s’excuser comme une folle ou bien partir dans un fou rire face à la stupidité du moment et de leur maladresse commune. Il y eut un de ces longs moments de silence interminables qui durent pendant trop de secondes pour que l’on puisse les compter d’une manière exacte.

    Et bon, ça dura si longtemps qu’elle ne se souvenait même plus de ce qu’ils avaient fait pour se retrouver là. Ça, c’était jusqu’à ce que son meilleur ami s’esclaffe d’un rire entraînant, brisant le silence qui s’était intégré dans la Salle sur Demande sans que personne ne puisse faire quoi que ce soit pour l’en empêcher. Ce rire qui brisait la glace étrange formée eut le même effet sur Elsa, qui se mit à rire elle aussi de cette situation plutôt étrange dans laquelle ils étaient. D’une manière, c’était bien vrai. Comment ne pas rire à la situation ? C’était peut-être pas la première fois qu’ils dansaient, la première étant au bal de l’Année dernière, dans lequel il n’y avait eu aucun faux pas mes beaucoup de rires comme cette fois, mais c’était bien la première fois qu’ils faisaient une telle chute et qu’ils tombaient dans une telle position ! Habituellement, fallait le dire, Elsa s’arrangeait pour le faire tomber autrement, quoi. Elle le percutait tellement vite parfois, juste pour lui donner un câlin, que les deux se retrouvaient par terre, comme ça, de la même manière. À la pensée de ces moments-là, elle ne put s’empêcher de rire encore plus qu’elle ne le faisait en ce moment. Elle se dégagea alors des doigts de Drake, se relevant avec lui, tandis qu’ils continuaient de rire sous les regards, si on pouvait dire cela comme ça, de l’armure qui avait cessé de jouer depuis un bon moment déjà.

    Drake s’exclama soudainement en disant qu’ils allaient s’asseoir, lui prenant la main et l’emmenant sur son canapé pendant qu’il reprenait place sur le sien, dans une course folle pour se rendre à l’autre bout de la salle, dans laquelle Elsa trébucha presque encore une fois, mais sans tomber pour autant pour cette fois. Pour cette fois, j’ai bien dis. Elle eut tôt fait de s’asseoir sur le canapé, reprenant sa guitare, tandis que Drake donnait le conseil de la pratique à l’armure, découragée, qui tentait de reproduire la douce mélodie qu’elle jouait quelque temps plus tôt. Elsa était quand même toute une virtuose, après avoir joué tant d’années de cet instrument magique. La pratique était la clé de toutes les énigmes après tout. Elle avait toujours ce grand sourire au visage quand elle entendit Drake se mettre à jouer de sa guitare. Des notes longues et paisibles, comme s’il ne s’en rendait pas compte, ce qui était tout compte fait marrant. Elle tenta de l’imiter et de jouer la même chose que lui sur un autre ton, en harmonie, avant qu’il ne le remarque et qu’il change complètement de mélodie.

    Un grand sourire apparut sur les lèvres de la Jaune et Noire en entendant ce qu’il jouait. Cet air, elle ne le connaissait que trop bien. Elle attendit trois temps avant d’embarquer à son tour sur la partie qu’elle était sensée jouer, en harmonie encore une fois avec Drake. Cette mélodie était une composition qui datait de très longtemps mais qu’ils adoraient jouer ensemble, parce que c’était leur préférée de tout les temps et aussi parce qu’il n’y avait pas le temps de s’ennuyer avec tous les accords qu’ils devaient jouer. Elsa bougeait la tête au rythme de la musique jouée, souriant, regardant Drake avec son air joyeux qu’elle avait toujours. Elle était beaucoup moins sereine maintenant, ce devait être parce qu’ils étaient tombés, ou qu’elle avait économisé trop d’énergie pour rester aussi calme. Ils parlèrent alors de tout et de rien tout en continuant de jouer de cette mélodie incessante et qui durait plusieurs minutes, car on pouvait la recommencer du début assez facilement. Ils arrêtèrent alors de jouer quand la mélodie s’arrêta, et Elsa attendit un moment.

    À la question de son ami, Elsa déposa sa guitare rapidement sur le sol, un air sidéré au visage, avec un grand sourire aux lèvres, se levant d’un bond avec un
    « OH!! » sonore qui résonna dans toute la pièce et qui fit taire l’armure d’un seul coup.

    « TU DEVINERAS JAMAIS CE QUI S’EST PASSÉ ! » Toute énervée qu’elle était, elle accentuait tout ce qu’elle disait de mouvements, battant presque des bras comme un oiseau en ce moment, elle continua alors son récit. « Evy était tellement bizarre ce matin ! Elle m’a regardé avec un air vraiment étrange quand je lui ai parlé de toi ! Et après il y a Cream qui jouait avec Cassie… » Elle ponctua ses phrases par un petit moment de tournage sur elle-même, comme pour signifier l’étourdissement du moment, avant de continuer. « ELLES ONT SAUTÉ SUR EVY ! » Avec ses mains, elle mima les chats qui sautaient sur Evy en imitant même le petit bruit de ‘PANG’ que ça avait causé. « Evy a tellement eu peur ! Tu aurais dû voir son visage ! C’était une expression comme ça : » Elle fit alors un visage tout surpris pour imiter sa jumelle, ce qui laissait très bien à Drake la chance de l’imaginer ainsi puisque son visage était exactement le même. Elle se mit alors à rire, tout en finissant de raconter son histoire. « Elle était tellement confuse, la pauvre, que ça lui a tout pris pour revenir à elle ! Pauvre Evy, il faut croire que les chats ne lui portent.. Ouuaaahhh ! » Encore étourdie de son moment de tournage, elle perdit pied et trébucha sur l’étui de guitare de Drake, juste à côté de son canapé, pour finalement lui tomber dans les bras, sur sa guitare. Ils étaient presque nez-à-nez, encore une fois.

    Il y eut un long moment de silence dans lequel la jeune femme n’eut pas la force de se relever. Son regard, perçant, contemplait le sien, tandis que ses entrailles lui brûlaient, la lave d’un volcan coulant dans ses veines, comme si elle s’effondrait en cendres doucement, dans cette atmosphère différente, étrange. La confusion voilait son esprit comme un drap, l’empêchait de comprendre ce qui lui arrivait. Et là, tout comme ça, si près de lui, elle pouvait sentir son souffle contre ses lèvres, contre son visage. Il y avait tant d’émotions incompréhensibles qui rôdaient dans son esprit, tellement de pensées des plus étranges qu’invraisemblables, qu’elle ne pouvait même mettre la main dessus. Jamais le fait de n’avoir été si près de quelqu’un, comme maintenant, ne l’avait atteint à ce point. Son cœur, impuissant à ces pulsions, succombait aux chocs, se laissant bercer par ses propres battements qui ne cessaient de s’accélérer. Elle le sentait, dans sa cage thoracique, bondir sans vouloir se calmer, sans vouloir prendre compte de sa confusion, de celle qui la clouait sans qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit. Sa respiration étrangement accélérée, irrégulière, mais inaudible, traduisait sa stupeur. Les doux effluves, ce subtil parfum que dégageait Drake, ne cessait de lui faire tourner la tête d’une manière démesurée, plus que quand elle s’était étourdie à tourner en rond.

    Aucun mot, pensait-elle, n’arrivait à décrire ce parfait moment de confusion. Rien de ce qu’elle pouvait faire n’apaisait ces étranges pulsions, ces pensées s’emparant petit à petit de son âme, de ses mouvements, tous ses gestes sous l’emprise de cet étrange sentiment. Ses yeux parcouraient les siens, cherchant l’énigme enfouie au plus profond de ce bleu si beau, si merveilleux, mystérieuse mer de désirs refoulés ; Elle n’y comprit rien, ne pouvant comprendre. Le silence régnait. Un silence saint. Elle ne tenait plus compte de rien autour, seulement de lui, d’elle; eux. Elle était tentée de se rapprocher plus, encore plus, sans même pouvoir savoir pourquoi, sans comprendre cette transe dans laquelle elle était pongée tête première. Non… Elle n’y comprenait rien. Et son regard confus scrutait toujours celui de son meilleur ami, comme si lui pouvait comprendre, mieux qu’elle, ce qu’elle ne pouvait voir. Doucement, elle approcha son visage du sien, poussée par ces pulsions incontrôlables qui la guidaient sans merci. C’est avec une douceur infinie que ses lèvres, tremblantes, effleurèrent les siennes ; À ce moment, elle se figea sur place, se reculant soudainement, les yeux ronds comme des billes.

    Un profond choc se fit sentir au niveau de son cœur et sa respiration se stoppa. Elle se dégagea du canapé sur lequel elle était, avec lui. La jeune femme se recula, confuse, presque affolée. La Pouffy’ n’y comprenait rien. Rien du tout. Et bien que tous ses membres en demandaient plus, elle continuait de reculer, tremblante, elle faisait un signe de négation de la tête, toujours aussi déconcertée. Elle ne prit pas la peine de reprendre sa guitare, et, sans pouvoir dire un seul mot, Elsa recula vers la porte et l’ouvrit, s’éclipsant en courant dans les couloirs, toujours aussi confuse, toujours aussi décontenancée, laissant derrière elle son meilleur ami, pour lequel elle ressentait étrangement quelque-chose, sans savoir ce que c’était.

    Même si le doute du moment lui donnait une bonne idée de ce qui se passait…


Well, you can't get what you want
But you can get me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é   Aujourd'hui à 7:11
Revenir en haut Aller en bas
 

Le reflet de ma pensée { Drake | t e r m i n é

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un visage est le reflet d’une pensée ? Maelyn
» Les yeux sont le reflet de l'âme -- Petite Pensée
» Le reflet du passé [Terminé]
» La résurrection de Walter C Drake dans la douleur
» Renom et honneur du marine Walter C Drake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-