+ vous?



 

Partagez | .
 

 Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Mer 21 Juil - 0:55
    «... pourtant, Caroline se précipita vers la sortie, le cœur au bord des lèvres. Un marteau cognait dans sa tête et elle sentit le monde tourner autour d'elle. Elle ne savait pas ce qu'elle avait fait pour mériter ça. Si elle avait su... Si elle avait su que tout irait de travers, elle serait partie avant que tout cela empire. Quelques minutes avant qu'elle arrive à l'entrepôt...»

    Je levais le regard de mon livre et regardais ma montre. J'observais l'aiguille rouge tourner lentement, passer de point en point, parfois de point en chiffre. J'avais l'impression que je devais faire un truc important aujourd'hui, mais cela m'échappait. Je me remémorais ma première nuit en compagnie d'Elliyöt. Notre premier baiser échangé, nos premières caresses... J'avais été si heureuse ! Comme si j'avais atteint mon premier pic de bonheur. C'était encore une nouvelle expérience pour moi. Je savourais encore les instants qui passèrent dans ma tête. Tout ça, ça se bousculait dans ma tête. Ca voulait dire une chose : je devais faire partager ça avec quelqu'un. Quelqu'un en qui j'avais réellement confiance. Le choix de la personne ne se fit pas dire. Enfin, en réalité, il y en avait trois. Mais sur les trois, il y en avait une à qui je devais absolument parler.
    Je me levais d'un bond, laissant tomber sur mon lit le livre que j'étais en train de lire. Puis, je sortis du dortoir en courant, dévalant les escaliers. Je passais en vitesse devant des élèves qui me regardaient bizarrement et sortis tout aussi vite de ma Salle Commune. Je me devais de trouver Diana et de lui raconter ce que je ressentais. C'était elle, ma meilleure amie. Je lui confiais tout. Tous mes états d'âme, tous mes ressentis, toutes mes craintes. Je parcourais les couloirs, espérant qu'elle y trainait. En même temps, un week-end, elle ne pouvait pas restée coincée dans sa Salle Commune. Je savais qu'elle avait besoin de sortir, pas besoin d'être douée pour savoir ça. Je la vis plus loin, dans un couloir. Je me dirigeais donc tout naturellement vers elle et je lui pris les mains dès que je le pus.


Danaé ♣ « Diana, faut absolument que je te raconte quelque chose ! Je crois que ça va prendre des heures. Donc, j'espère que tu n'as rien à faire tout de suite ni dans les heures à venir car, crois-moi, ça va être long. »

    J'esquissais un immense sourire avant de l'entraîner un peu plus loin dans le couloir, dans un endroit où on pourrait s'asseoir sans à avoir à se relever toutes les cinq secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Mer 21 Juil - 15:42
"Fasse le ciel que nos amours et nos joies augmentent avec nos années !"
Citation William Shakespeare ; Othello, II, 1 - 1604.


Des adolescents qui courent à en perdre haleine, des regards échangés en cachette, des sourires, des mots, des cris de joies, des larmes, des moments de nostalgies, de simple coup de blues, ou de grandes peines. Dans un coin des amoureux s’embrassent et se tiennent la main : sentiments et sensations. Des promesses d’amitié éternelle faites sous un saule pleureur. L’innocence de la jeunesse, la vie tranquille des élèves d’une école assez étrange, mais féérique. Tous au fond sont heureux, mais au loin quelque chose se préparait, l’ombre et la lumière allait se rencontrer. Le regard perdu à l’horizon, Diana se demandait quel serait son rôle dans l’avenir incertain. Elle n’était qu’une élève et elle rêvait de quitter l’école pour vivre sa vie. Plus qu’un an dans ce château, elle avait hâte ! Mais en même temps elle savait qu’elle ressentirait un grand … un énorme vide ! Elle devrait quitter des personnes en qui elle a confiance, et suivant les désirs de chacun, personne ne pouvait dire s’ils seraient amenés à se revoir un jour. La jeune fille quitta les bords du lac, pour retourner traîner dans les couloirs, autant profiter de chaque instant que nous offre la vie. Carpe Diem et viva la vida. La belle Serpentard traversa le hall d’entrer la tête haute, tout sourire, mais au font très pensive. Elle avait la tête dans les nuages … Elle ne faisait pas vraiment attention à ce qui l’entouré, ni aux élèves qui préparaient un mauvais tour, ni aux commères qui lançaient des rumeurs délirantes, ni même à ce garçon de première année les bras chargés de bouquins de magie qui s’apprêtait à lui renter dedans … BAM ! PAF ! Les ouvrages scolaires firent un petit planage avant de s’éparpiller au sol. Cul à terre, Diana tenta de comprendre ce qui venait de se passer. Face à elle un première année de Poufsouffle, qui venait de se rendre compte qu’il était face à une fille de la maison verte et argenté. Il se lança dans un bafouillage d’excuses sens queue ni tête, priant au plus profond de lui-même qu’il ne s’en prendra pas plein les dents. Le pauvre gamin était tellement apeuré qu’un simple « bouh » à ce moment là l’aurait fait fuir. Autour d’eux d’autres élèves ricanaient aux éclats. La belle brune se leva d’un bond et prit une voix autoritaire :

- Vous avez un problème ?! Foutez le camp bandes d’idiots ! N’essayez pas de vous frotter à moi, ou ça va aller mal ! Alors du balai ! Débarrassez moi le plancher !

Le ton était sans appel, et tous se turent pour s’en retourner à leurs occupations. Fière d’elle Diana laissa apparaître un petit sourire hautain sur son visage. Elle fixa le petit garçon apeuré toujours au sol, les mains devant son visage, attendant une punition sévère d’une furie. Il tentait encore de sauver sa peine :

- Je jure que je ne l’ai pas fait exprès, j’y voyais rien, j’étais pressé … Je suis vraiment désolé …

Tandis qu’il continuait de pleurer, Miss Hawkins rassembla les bouquins qu’elle empila aux pieds du première année. Elle l’attrapa lentement par le menton pour qu’il la regarde en face, il l’a fixa près à prendre un coup :

- Je ne vais pas te frapper, ni quoi que ce soit du même genre …

Le visage de l’enfant sembla s’apaiser, mais il restait toujours sur ses gardes. Les deux se levèrent et Diana posa les livres entre les mains du garçon. Elle lui fit signe de partir sans un mot, il fit un signe de tête et reprit son chemin. Avant de s’engouffrer dans un couloir, il l’a regarda et lui adressa un petit sourire avant de disparaître parmis les élèves. Un pouffement de rire, elle se retourna et vit deux bécasses se moquer, qui faisaient des messes basses sur elle. Ni une ni deux, la brune pointa sa baguette vers elles :

- Aguamenti !

En deux secondes les deux furent trempées jusqu’aux os. Et avant qu’elles ne puissent lancer des injures :

- Bloclang !

Diana leur jeta un sort qui colla leur langue à leur palais. Avec un rire cristallin, la Serpentard s’engouffra dans un autre couloir, laissant les deux commères complètement déboussolées ! Il fallait avouer que ça fait du bien de remettre des personnes à leur place ! Elle continua à avancer parmi les élèves quad soudain, elle entendit qu’on l’interpellait. Elle se retourna, et se retrouva face à face avec Danaé, sa meilleure amie, sa confidente, sa sœur de cœur … La personne en qui elle avait le plus confiance, et cette même personne qui une fois loin créera un grand vide dans le cœur glacé de Diana. La belle blonde tout sourire entraîna son amie dans un coin tranquille, esquissant un sourire immense et toujours aussi radieux. Ça fait toujours chaud au cœur de voir ses proches heureux. Elles s’assirent toutes deux sur un banc, et la Serpentard sourit à sa meilleure amie :

- Calme-toi Danaé, tu vas me donner le tournis si ça continue, dit-elle en riant aux éclats.

Diana reprit son sérieux :

- Allez maintenant dit moi ce qui se passe d’incroyable dans ta vie, je crois que j’avais un cours sur les moldus, mais ils se passeront de moi pas vrai !!!! Ils ont l’habitude de ne pas m’y voir au fond ! Alors je suis tout ouïe et à ton entière disposition !

Elle lui sourit s’apprêtant à boire chaque parole qu’elle lui servirait. Elle adorait ses moments tranquilles avec Danaé, c’était un temps pour se sentir bien et ne plus penser à rien, qu’à être heureuse à deux …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Ven 23 Juil - 2:31
    Diana m'entraina vers un banc. On s'assit dessus, en ignorant bellement les regards choqués des autres élèves qui voyaient une Poufsouffle et une Serpentard parler, comme si de rien n'était. En fait, les gens étaient toujours choqués quand je leur disais qu'une de mes meilleures amies était à Serpentard. Pour eux, cette maison, c'est le mal incarné, les forces maléfiques en puissance, tout ça parce que le Seigneur des Ténèbres provenait de cette maison là et pas d'une autre. Que de préjugés, que je dis. C'est comme ceux qui pensent qu'une amitié fille-garçon, ça ne marche jamais. Et d'après-vous, comment fait-on pour tomber amoureux ? On est ami avec notre moitié avant, non ? Enfin, toujours est-il qu'on nous regardait bizarrement et moi, je m'en fichais royalement. Je n'allais pas non plus cesser de fréquenter Diana juste pour ces préjugés, quand même !
    Je la regardais, une lueur espiègle dans le regard, un sourire immense sur les lèvres. J'espérais que, grâce à cette lueur, grâce à ce sourire, elle allait deviner ce qui se passait. Ou tout du moins, elle allait deviner qu'il y avait quelque chose de super qui s'est produit. Peut-être penserait-elle que je m'étais réconciliée avec mon père, ce qui n'est pas faux en un sens. Ou, peut-être, si elle s'en souvenait, elle devinerait bien ce qui se passe. De toute façon, elle allait le savoir, sans avoir à deviner. J'allais tout lui dire. Je me mis à cheval sur le banc, pris une grande respiration avant de me lancer dans mon monologue.


Danaé ♣ « Tu te souviens de ce gars dont je t'avais parlé il y a quelques mois ? Celui qui avait rompu avec sa copine et que j'ai réconforté alors que je ne le connaissais pas ? Tu t'en souviens, hein ? »

    Toujours le sourire collé sur mon visage. Je ne m'en départissais pas. C'est comme s'il était désormais gravé sur mon visage à tout jamais. Comme un masque qui durera l'éternité. Figé dans le temps. Comme une peinture sur une paroi d'une grotte préhistorique. Enfin, je n'irais pas jusque là non plus, mais pour certaines personnes, ça devait être la première fois que je souriais autant et que mon sourire était aussi large. En même temps, il y avait de quoi. Je poursuivis mon discours.


Danaé ♣ « Figure-toi qu'il y a quelques temps, j'étais dans la volière et il est venu. Enfin, on ne s'était pas donné rendez-vous. Une simple coïncidence. Et on a flirté. Puis, on a eu cette discussion sur le véritable amour. On a tous les deux craqués. Moi plus que lui. La relation que j'ai eu avec Cies m'a bouleversé, tu dois t'en souvenir, non ? Je n'ai pas pu retenir mes larmes et il est venu me consoler. Lui aussi avait vécu une rupture douloureuse. Il m'a proposé qu'on fasse un bout de chemin ensemble. Enfin, j'ai accepté. Juste comme ça, tu vois. Puis, alors que je faisais ma ronde dans Poudlard, je l'ai retrouvé dans la Salle sur Demande. Complètement anéanti. J'ai essayé de le réconforter, comme je le pouvais. On s'était fait la promesse, tu vois, et puis, il a commencé à parler de son enfance, de sa vie ratée, si je peux dire ça comme ça. Et ça m'a fait penser à tout un tas de choses pas gaies. Et, pour oublier, j'ai bu. Oui, tu m'as bien entendu, j'ai picolé. Et j'ai été bourrée. Alors, ne me demande pas ce qui s'est passé ensuite. Je me souviens juste qu'au matin... »

    Je m'arrêtais de parler là. Elle allait deviner, sachant que je me mettais à rougir. Et, la connaissant, elle aurait voulu savoir. Alors, je n'aurais pas pu lui cacher. Je détournais le visage, et vis un petit troisième année nous regarder avec de grands yeux. Je le fixais du regard, mais je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire au gamin avant de lui dire un « allez, file » qui signifiait clairement « je ne suis pas méchante mais méfie-toi quand même ». Je me levais, tournais plusieurs fois sur moi-même et je m'arrêtais. J'avais bousculé quelqu'un. Je lui dis, d'une voix chantante, un pardon. Puis, je me tournais vers Diana et, en croisant mes bras au niveau des poignets et en entrelaçant mes doigts, je sortis quelques mots.


Danaé ♣ « Je suis heureuse. Je suis heureuse et ça me suffit. Tu sais, j'aurais bien aimé prendre une année sabbatique, me reposer, on va dire, mais là, c'était comme un coup de poignard en plein cœur. On s'y attend pas. Ça a frappé à la porte, j'ai ouvert, j'ai reçu. C'est... C'est si soudain ! Enfin, voilà l'histoire. Maintenant, tu sais pourquoi je suis dans cet état. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Ven 23 Juil - 17:36
C'est comme un arc en ciel en pleine nuit
Comme le soleil et un ciel bleu en Normandie
Comme un western sans indiens
Comme une mamie sans son chien

On a jamais vu ca
Pourtant ya lui et toi
(Modern Love : Jamais vu – Alexandra Lamy, Stéphane Rousseau)

L’enthousiasme que dégageait Danaé fit rire la Serpentard aux éclats. Tous les élèves qui passaient dans le coin les regardaient d’un air dubitatif comme s’ils avaient affaire à deux folles ! Mais Diana ignorait complètement ce qui se passait autour d’elle, sa meilleure amie était heureuse, et amoureuse, il n’en fallait pas plus pour la brune pour être de bonne humeur. Elle serra la Poufsouffle dans ses bras et lui fit face en souriant.

- Alors comme ça Miss Danaé de Chysellos est amoureuse. Ma meilleure amie est amoureuse !!! D’Elliyöt Caldwell, n’est-ce pas ? C’est bien comme ça qu’il s’appelle ?? Oh Danaé, je suis si contente pour toi !!!!

Miss Hawkins marqua une pause pour vraiment bien réalisé, contemplant sa camarade qui ne tenait pas en place !

- Je ne t’ai jamais aussi souriante et aussi excitée depuis que je te connais. Il te fait vraiment beaucoup d’effet le Gryffondor.

Diana s’y attendait au fond. Un enthousiasme pareil venant de Danaé ça ne pouvait être que ça ! Ou ça aurait pu être une réconciliation avec son père aussi, mais ce regard c’était celui de l’amour. La jolie blonde pétillait de bonheur, ses yeux étaient plein d’étoiles … Même Cies n’avait pas rendu Danaé dans un tel état. Et la vert et argent était certaine qu’en écoutant bien elle pouvait entendre le cœur de son amie battre à une allure folle. Toutes les pensées sombres de Diana disparaissaient comme effacer d’un coup de baguette magique. Elle n’avait plus peur d’arriver en fin d’année, elle savait que quoi qu’il arrive Danaé serait heureuse, c’était le plus important. Elle ne pensait même plus à cet horizon sombre et maléfique, ni aux années futures faites d’ombre et d’inconnue. Elle vivait la joie présente de Miss de Chysellos. Une bonne fin d’année s’annonçait, tout se passait à merveilles. Rien ne pouvait leur faire de mal. Elles étaient jeunes, rêveuses, ambitieuses. Et Pour Danaé on pouvait même ajouter amoureuse ! Alors que demander de plus en cet instant ? Aussi, Diana sortit sa baguette :

- Orchideus ! Avis !

Une orchidée apparut ainsi que de petits moineaux. La belle brune glissa l’orchidée dans la chevelure blonde de son amie tendit que les oiseaux virevoltaient au dessus de ses cheveux d’or. Un sourire radieux se glissa sur le visage de Diana qui contemplait l’œuvre de son petit pouvoir. Les moineaux sifflaient un air d’amour.

- Pour la plus belle amoureuse de ce château, et du monde magique qu’est Poudlard, qui m’a été donnée de rencontrer et connaître à mon grand plaisir.

Elle lui fit un clin d’œil amical :

- On dit que l’orchidée est la fleur de l’amour, et je te l’ai mis côté gauche, côté cœur.

Elle eu un petit sourire malicieux, et se leva en tirant Danaé dans ses bras pour la serrer dans ses bras. Elle était tellement contente pour elle qu’elle ne savait plus quoi dire. Vous y croyez vous ? La plus grande pipelette de Serpentard perd la parole face au bonheur d’une amie ! L’idée la faisait bien rire. Danaé était comme un rayon de soleil qui illuminait tous ceux qui l’entourait. Elle réchauffe le cœur et rassure les esprits vagabonds. Si seulement Diana pouvait dire tout ça à son amie. Elle n’était pas vraiment douer pour exprimer ses sentiments, alors elle opta pou un peu d’humour, même si elle savait pertinemment qu’elle ne pourrait jamais faire sourire plus que ça –soit dit en passant si Danaé souriait plus ce serait inquiétant !!!- .

- Bon il va falloir que je trouve ce Gryffondor pour lui dire que s’il te brise le cœur, il aura une Serpentard sur le dos !

Je me dépêchais de rassurer Danaé :

- Je rigole, si je lui dis ça il va fuir ou se moquer de moi ! Diana soupira. Han je sais même plus quoi te dire, à part que je suis vraiment contente pour toi. Je souhaite de tout cœur que ça dure à jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Mar 27 Juil - 15:43
_« Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement. »_
Bouddha



    Je ne sais pas si ma bonne humeur était contagieuse. J'ai dû refiler le virus à Diana. Parce qu'elle aussi semblait heureuse de me voir heureuse. Tellement heureuse que je la soupçonnais de vivre ma vie à ma place. Mais, elle ne le pouvait pas. Elle se contenta de me serrer dans ses bras en esquissant un sourire. Elle se souvint du nom, malgré l'orthographe peu facile. Elle me posa une question mais comme elle avait continué de parler, je n'avais pas répondu sur le coup. Cependant, elle marqua une courte pause après. Je lui fis un grand sourire et dis d'une voix calme :


Danaé ♣ « Tu sais, tu peux prendre ta respiration, si tu veux. Tu n'es pas non plus en face de ton idole. Et oui, c'est bien lui. Et... »

    Comme elle continuait de parler, je me tus. Je l'observais. Elle me regardait. Encore. Comme ça, Elliyöt me faisait beaucoup d'effet ? Je ne dirais pas le contraire. Dès que je le voyais, c'est mon cœur qui partait dans une danse effrénée au rythme de la musique de mes pensées. Dès que je le voyais, c'est mon corps en entier qui désirait courir vers lui pour me jeter dans ses bras. Dès qu'il me parlait, j'étais directement hypnotisée par sa voix. Je buvais la moindre de ses paroles. Dès qu'il me touchait, je frémissais. Au début, je n'avais rien laissé paraître. Je me contentais juste d'écouter la musique de loin, de sentir la cadence rythmée de mon cœur tout en essayant de l'ignorer. Quand je me couchais et que je pensais à lui, je m'imaginais alors lui parlant sans rougir, le regardant sans douter de moi. Mais là, j'avais pu me coller à lui sans avoir honte, j'avais pu l'embrasser sans douter de moi. J'avais pu passer une nuit collée à lui sans sentir mon cœur battre à tout rompre contre ma poitrine. Parce que mon cœur avait explosé. Explosé de joie. Explosé de bonheur. Explosé d'amour. Mille morceaux qui sont répandus un peu partout. Mille morceaux de joie.
    Je regardais la Verte et Argent, une lueur d'espièglerie dans les yeux. Je baissais la tête, rougissante. Je tripotais un pan de tissu de mon pull. J'avais laissé ma robe dans ma chambre. Lavée et pliée sur mon lit. Quand même, je n'allais pas laisser une robe imbibée de vin ( bon elle avait séchée entre deux ) et qui sentait fort ce breuvage telle qu'elle était ! Même si j'aurais voulu la conserver en l'état d'après la soirée qu'on avait passée, je n'aurais pas pu parce que je n'aimais pas porter des vêtements sales. Bon, d'accord, j'ai d'autres robes dans mon sac, mais pas une trentaine quand même ! Et puis cette robe... J'aimerais la porter tout le temps mais j'aimerais ne pas l'user. Enfin bref, sur ces pensées, je relevais la tête et lançais un regard toujours espiègle et rougissant à Diana.


Danaé ♣ « Si tu savais, Diana, si tu savais... Jamais je n'ai connu ça. Jamais. Avec mes ex, ce n'était pas pareil. On se contentait juste de se montrer comme ça et basta. Je n'avais jamais osé franchir ce cap. Et puis là... Enfin, il m'a rendu heureuse car, grâce à lui, j'ai l'impression de naître une seconde fois. J'ai l'impression que mes problèmes antérieurs seront plus faciles à régler. J'ai l'impression d'exister enfin. »

    Je me pinçais les lèvres et levais le regard au plafond. J'observais la poussière virevolter dans un rayon de soleil. J'observais une toile d'araignée qui devait être fraichement tissée. Je sentis une chaleur me monter aux joues tandis que je baissais la tête pou voir un flot d'élèves passer à côté de nous et être totalement indifférents à mon bonheur surhumain. J'aurais voulu crier ma joie au monde entier, j'aurais voulu qu'ils sachent tous combien je suis heureuse. Mais je n'en avais pas le courage. Parce que j'aimerais être tranquille dans ma bulle avec lui sans qu'on vienne me demander toutes les cinq secondes si je sortais bien avec. Je ne le ferais pas parce que je sais qu'il s'en chargera. Et je ne le ferais pas parce que je n'aurais pas le courage d'affronter tout le monde. Je revins sur le visage de la Serpentard. Elle venait juste de prononcer la formule pour faire apparaître des fleurs. Une orchidée apparut dans sa main.


Danaé ♣ « Diana... Tu sais que c'est pas la peine d'en faire toute une histoire ! Enfin un petit peu, mais je commence à croire que c'est toi la plus heureuse de nous deux. Non, va pas penser que tant d'attention de ta part, ça me met en rogne, mais... Bref, faudrait que je te le fasses rencontrer un jour, histoire que tu juges s'il est digne de moi ou pas, bien que j'ai déjà pris ma décision. »

    Elle glissa la fleur du côté gauche de ma tête. Je me mis à soupirer, d'un air exaspéré, même en écoutant ses explications. Puis, elle me tira vers elle et me serra dans ses bras. Je ne savais que dire. Les mots venaient à me manquer parce que... Parce que ma meilleure amie était aussi heureuse que moi et que cela me suffisait pour être de meilleure humeur encore. Je passais mes bras autour de ses épaules et la serrais à mon tour. Je ravalais la grosse boule qui se formait dans ma gorge. Tant de gaieté me donnait envie de pleurer. Mais je me retenais. Si j'avais dû le faire, je l'aurais fait beaucoup plus tôt. Puis, Diana parla. Elle souhaitait trouver Elliyöt et lui dire que s'il jamais il venait à me faire mal, elle serait là pour lui faire tâter du bâton. Je souris à cette pensée. Elle s'arrêta de parler puis elle recommença. Ah ! On ne la changera jamais, cette sacrée Diana !


Danaé ♣ « Ne t'inquiète pas, Di. Il sait très bien qu'il n'a pas intérêt à me faire mal. Je crois qu'on a assez discuté de tout ça tous les deux. Et puis, si jamais ça venait à arriver, je compte bien me venger. Vois-tu, je compte garder pour moi l'homme qui m'a fait devenir femme. Oh, et si ça dure longtemps, tu seras demoiselle d'honneur à mon mariage et marraine d'un de mes enfants. Bon, je sais qu'il est trop tôt pour voir aussi loin dans un futur probable, mais j'aime me projeter dans le futur. »

    Je la regardais, tout sourire. Encore et encore. Quand les sentiments de joie, de bonheur, d'amour, et tant d'autres se mélangeaient en vous, c'était souvent impossible de ne pas sourire. Sauf si vous êtes un gros déprimé de la vie et que vous savez que vous avez touché le fond. Bah là, vous êtes foutu. Mais ce n'était pas mon cas. J'étais tout. Heureuse. Amoureuse. Joyeuse. Je pris la Serpentard par la main et la forçais à se rasseoir sur le banc. J'avais déjà posé mes fesses dessus. Puis, je la regardais encore une fois avant de lui demander :


Danaé ♣ « Bon, maintenant, à toi de me raconter ce que je ne sais pas. A moins que tu veuilles que je continue de parler de MON Gryffondor et là, j'en aurais pour super longtemps parce que je pense que des simples mots ne suffiraient pas. Il faudrait des phrases à rallonges, des adjectifs ultra compliqués et des tas de pensées comme je peux avoir pour pouvoir le décrire. Des mots-musiques, des mots-poésies, des mots... Enfin.... »

    Je me laissais aller contre le mur derrière moi. Je soupirais encore et regardais le plafond. Puis, je fermais les yeux et je restais attentive aux bruits autour de moi. J'attendis la réponse de mon amie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Jeu 29 Juil - 18:29
Les seuls amis dignes d'interet sont ceux que l'on peut appeler a 4h du matin [ Marlène Dietrich ]


Je souriais à Danaé. J’avais l’impression qu’elle se laissait aller au bonheur, fermant les yeux pour mieux rêver. Et moi qu’est-ce que j’ai à raconter ?! Après ça rien du tout ! Rien d’aussi important et fascinant. Ma vie restait sans histoire intéressante. Un long fleuve tranquille imperturbable. Je n’avais rien d’intéressant à lui raconter. J’étais toujours la même. Toujours espiègle en cours, prête à faire des mauvais coups avec Alan et Phoebe, prête à protéger ceux qu’elle aime, prête ridiculiser les autres … Mis à part le fait que Diana sentait au fond d’elle-même que quelque chose se préparait hors de Poudlard, il n’y avait rien à dire, et elle ne comptait pas embêter sa meilleure amie avec des intuitions débiles ! Elle s’appuya elle aussi contre le mur de pierre froide, et se mit à regarder les élèves qui déambulaient dans le couloir :

- Oh tu sais moi, je suis toujours cette bonne vieille Diana. Tu sais tout. Je manigance encore un coup avec Phoebe et Alan, histoire de m’amuser un peu, on a prévu de donner une nouvelle teinture aux cheveux de certaine Gryffondor !! Mais je compte sur toi pour garder le secret …


La vert et argent sourit rien qu’à l’idée de voir toute les Gryffondors qui se baladeraient avec une teinture vert et argent. Personne ne saurait que c’est eux, et on ne pourrait pas en vouloir à Serpentard, sachant que d’autres auraient pu préparer le coup pour les faire accuser. En gros un nouveau plan génial.

- Mais d’ailleurs ça me fait penser, ça me fait un Gryffondor de moins à embêter !!! Il devra te remercier ! Grâce à toi il est totalement immunisé ! Je n’ai plus aucun droit pour le titiller. J’espère qu’il ne m’en voudra pas pour ses camarades d’ailleurs …

La jeune fille se mit à réfléchir, c’est vrai que c’était un Gryffi !!!!


- Ah au fait en parlant de coloration !!! Je suis passé à l’infirmerie parce que deux abrutis de Serdy ont voulu tester une nouvelle potion colorante sur moi et ils ont confondu le colorant avec je ne sais quelle ingrédient. Du coup ils m’ont brulé ! Quelle bande d’idiot ! Bon je vais leur en vouloir, ils m’ont donné une excuse pour échapper à un cours et j’ai rencontré le nouvel infirmier de Poudlard ! Donc voilà … Mis à part cela je ne vois aucune autre aventure palpitante !


Diana attacha ses cheveux avec une pince, et fixa Danaé. La Poufsouffle semblait paisible et heureuse, ça faisait plaisir à voir. C’est fou lorsque vous êtes auprès d’une personne heureuse et que vous aimé, cela vous met de bonne humeur même si vous avez une grande envie de pleurer. Bon ce n’était pas le cas pour Miss Hawkins puisque qu’elle n’était pas en mode déprime. D’ailleurs elle était encore prête à écouter le jaune et bronze. Au fond une véritable amie digne d’intérêt on peut lui parler et se lâcher à n’importe quel moment, même à quatre du matin s’il le fallait. Alors il n’y a pas de raison pour que Diana s’en aille. Elle n’était attendue nulle part, et passer du temps avec une personne qu’on aime beaucoup ben c’est mieux que de s’ennuyer à tourner en rond !!!!

- Je n’ai rien à te raconter, alors je t’écoute parle moi de TON Gryffondor ! Même si tu utilises des phrases à rallonge, des rimes, des adjectifs compliqués, je suis sûre que je comprendrai … Je sèche certain cours mais j’ai une assez bonne base de vocabulaire ! Alors raconte moi tout en détail, même si cela prends un temps fou je t’écoute ! Tu peux me parler de ce que tu veux sur lui. Mis à part si tu as d’autres choses incroyables à me raconter bien sûre …

Diana se mit en tailleurs sur le banc face à Danaé prête à être une amie telle que sa camarade le mérite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   Dim 8 Aoû - 20:52
_« Il n'y a pas d'ami, il n'y a que des moments d'amitié. »_
Jules Renard


    J'écoutais ma meilleure amie me parler du mauvais coup qu'elle envisageait de faire avec Alan et Phoebe. Les jeunes Gryffondor auront du souci à se faire avec eux. Et j'espère que ces Rouge et Or connaissent la formule pour enlever cette coloration. Se trimballer avec la tignasse d'une couleur peu naturelle, c'était... Comment dire ? Étrange peut-être ? Je n'aimerais pas me trouver à leur place. Pourtant, je me surpris à esquisser un sourire et, avant que je m'en rende compte, je lui dis :


Danaé ♣ « Tu es peut-être ma meilleure amie, mais je suis préfète avant tout. Tu feras gaffe à ne pas faire ce coup-là devant moi sinon, je vais devoir sévir. »

    Puis, elle revint sur Elliyöt. Oui, c'était un Gryffondor et oui les Gryffondor sont les cibles favorites des Serpentard. Mais, comme Diana le disait, il était immunisé. Oui, comme dans Koh Lanta, vous savez, l'émission moldue. Dès qu'un candidat trouve une statuette, il est immunisé. Et moi, j'étais la statuette de ce magnifique Rouge et Or. Celui qui le touche pour lui montrer qui est le plus fort, celui qui ose lui faire du mal, qu'il sache qu'il a dores et déjà plus de tête. On ne faisait pas de mal aux êtres qui me sont chers. Surtout si cet être venait de prendre une place très importante dans mon corps et que j'aimais cette personne plus que mes propres parents. C'était mon dieu à moi. Gare à celui qui le profanait.
    Et j'écoutais Diana me parler de ces imprudents Serdaigle qui avaient tenté de la prendre pour une tête à coiffer. Bon, ils n'avaient tenté que de lui faire une coloration. Encore, ça, ça passait, mais s'ils avaient tenté de lui faire une coupe ultra-tendance-mais-ultra-ratée et qui la rendra ultra-furieuse. Oui, parce que, telle que je la connais, elle ne restera pas les bras croisés en s'extasiant sur sa coupe ratée. Non, elle essaiera de leur faire bouffer ses cheveux coupés qui trainent par terre avec en prime quelques baffes et quelques sorts bien placés. Malheureusement pour elle, elle avait été brûlée et avait été à l'infirmerie. Heureusement pour elle, elle avait loupée une heure de cours et avait rencontré un nouvel infirmier. De quoi compenser. Pourtant, je savais aussi qu'un jour, elle leur ferait subir ce qu'elle avait subi. N'était-ce pas là l'un des traits de caractéristiques des Serpentard ?
    Un petit silence planait. Un silence durant lequel je continuais d'avoir les yeux fermés et durant lequel j'écoutais toujours les bruits autour de moi. Je rouvris les yeux lorsque ma meilleure amie se mit à parler. J'affichais sur mon visage un sourire qui aurait pu faire dix fois le tour de mon visage si je ne me restreignais pas à le réduire un peu. Mais il était quand même grand. Je me redressais sur le banc pour regarder Diana aller s'asseoir sur celui d'en face. Puis, je me penchais légèrement vers elle, je croisais mes mains sur mes jambes. Je les redéfis aussitôt sachant très bien que je ne pourrais contenir mon enthousiasme.

Danaé ♣ « Alors, que je te raconte tout depuis le début. On a tous les deux été abusés par celui ou celle dont on était amoureux. On croyait qu'avec cette personne, tout serait rose, et qu'un avenir radieux et super s'étendait devant nous. Pourtant, rien n'était vrai. On a été chacun trahi par la personne qui comptait à nos yeux. Et puis, je l'ai trouvé, lui, juste après qu'il ait rompu avec son ex. Je me suis sentie comme poussée par un élan de je sais pas quoi pour aller le réconforter. Ne me demande pas pourquoi, je n'en sais rien. Et puis... Aahhhhhhh ! J'ai l'impression que tout a réellement commencé lorsqu'on s'est vu à la volière, il y a quelques temps de ça. Au début, on a flirté ensemble, mais ensuite, on s'est vite repenti sur nos peines, nos douleurs, nos déceptions. Et là, chacun de nous a su la véritable histoire de l'autre. J'ai pleuré, en repensant à Cies. J'ai été idiote de croire qu'avec lui, tout serait rose, que tout marcherait. L'amour rend aveugle. Je l'ai été. Et j'ai pleuré en repensant à ce que ça aurait pu être avec lui s'il m'avait pas trompé. Mais je le remercie parce que ça m'a permis de trouver Elliyöt. Et on s'est réconforté. Enfin, il m'a réconforté. Et je crois que c'est à partir de ce moment là que tout a commencé. Il semblait au fin fond d'un trou profond, de ceux qu'on cruse que pour s'enterrer et pour ne jamais en ressortir. Et il m'a proposé qu'on s'en sorte ensemble, main dans la main, pour citer ses propres mots. J'ai accepté, ne sachant plus trop ce que je devais faire. Et j'ai compris presque aussitôt. Les rouages se sont mis en route. Et j'ai su que c'était moi qu'il voulait avoir près de lui. Pas une autre personne. Parce que nos histoires étaient assez semblables et qu'on saurait se remonter le moral en cas de coup dur. Depuis, je n'ai cessé de penser à cette déclaration cachée jour et nuit. Tu vois, ça me hantait au point de me rendre folle. Parfois, en pleine nuit, je me réveillais parce que j'y pensais tellement que ça revenait dans mes rêves. J'étais parfois prête à aller le voir pour lui demander la signification de tout ça. Mais j'avais peur d'y aller. Vois-tu, je n'étais peut-être pas prête à savoir ce que ça voulait dire. Puis, après, je l'ai retrouvé dans la Salle sur demande, alors que je patrouillais, enfin façon de dire puisque c'était le jour où je devais me reposer. Et il semblait si... Si perdu, paumé, fragile. J'ai été le voir. Parce que je ne pouvais pas le laisser se détruire alors qu'il m'avait promis qu'on essaierait d'en sortir ensemble. Et puis là, j'ai vu qu'il était... Déboussolé ? Désemparé ? Il avait perdu l'esprit en tout cas. Il délirait. Peut-être aussi à cause de l'alcool ? Enfin bref, toujours est-il qu'on était là tous les deux. Il me parlait de son enfance gâchée, de ses parents absents. Je l'écoutais sans rien dire et puis... Puis, j'ai commencé à me souvenir de ce que j'avais vécu moi-même dans ma propre enfance. Et j'ai cassé quelque chose. Des bouteilles, je crois. Et puis, ensuite, on a dansé. Et c'est durant cette danse qu'on s'est embrassé pour la première fois. Ensuite, je m'étais séparée de lui parce que je devais réfléchir à àa, ce qu ça entrainerait et tout. Il voulait me laisser seule mais, c'est là la partie la plus romantique de cette « soiréee ». Il était à la porte, en train de sortir. Il me regardait, et il me disait qu'il allait partir. Je murmurais qu'il ne pouvait pas partir. Et là, il a couru vers moi, s'est jeté à genoux par terre, devant moi, qui était aussi à genoux à ramasser les débris de verre – mais ça c'est une autre histoire, et il m'a serré contre lui, en me glissant dans l'oreille des « je t'aime, je t'aime, je t'aime ». Et, là, je me suis ouverte à lui. On a passé le reste de la soirée collés l'un contre l'autre, à se caresser le bras ou le dos, à se toucher les mains ou le visage, à s'embrasser aussi.
Alors, maintenant, je vais parler de lui en utilisant des termes que je n'ai jamais eployé pour les autres gugus qui m'ont servi de petits amis. Elliyöt est tout ce dont on peut rêver. Enfin je le vois comme ça. Je le trouve si... Si mignon, si beau, si majestueux. Et puis, tu verrais ses fossettes quand il te sourit ! A chaque fois que je le vois, je ne me dis qu'il ne peut pas m'appartenir, que ce n'est pas vrai. Et puis, quand je sens ses lèvres se joindre aux miennes, quand j'entends sa voix qui me chante les mots au lieu de me les parler, je le trouve parfait. Et c'est tellement... Enfin c'était si... Pfff, je trouve plus mes mots, mais là, j'ai l'impression de planer totalement, de vivre dans un autre univers qui ne serait composé que de lui et de moi. Elliyöt, c'est une bouffée d'oxygène à chaque respiration, une paire d'ailes qui permet de t'envoler à chaque pas. C'est... La liberté, si je peux appeler ça comme ça. »


    J'esquissais un immense sourire, un peu béat, mais c'était l'amour qui me rendait comme ça. Comment faire pour ne pas le montrer alors que tout votre corps en entier mourait d'envie de le crier à tout le monde ? Comment ne pas se retenir de ne pas le crier alors que les mots se bousculent sur vos lèvres pour exploser en un artifice de couleurs et de sons ? J'esquissais donc cet immense sourire et dans mes yeux, j'étais certaines que toutes les étoiles d'un ciel nocturne brillaient en cet instant. Je m'allongeais sur le banc, la tête orientée vers le mur, les pieds vers le couloir. Je regardais le plafond. Puis je croisais mes bras sur mon ventre et je soupirais. Je me repassais les derniers instants que j'avais passé avec mon Gryffondor.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }   
Revenir en haut Aller en bas
 

Oh, je t'ai pas raconté ? { pv Diana H }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Diana Dawson, l'ange de l'enfer [Validée]
» LILY C. MORGAN ? Diana Pentovich
» Lily Blackswood ? Diana Pentovich
» Diana • Rien n'est moins sûr que la vérité. Elle assassine sans tuer, et laisse à vif, écorché ?
» Apple Hell (svp j'hesite entre Diana Agron et Holland Roden et Shantel Van Santen)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-