+ vous?



 

Partagez | .
 

 Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }   Sam 17 Juil - 16:09
    Pourquoi je ressentais ce besoin pressant de respirer de l'air frais ? Pourquoi n'avais-je pas envie de rester enfermée dans ma Salle Commune, à faire mes devoirs, comme à mon habitude ? J'aurais au moins pu rester pour réviser les ASPIC, mais je n'en avais pas le courage. Savoir que je devais affronter deux années de parchemins et de cours, pour certains plus ennuyeux que d'autres, ça me désespérait. Ça n'était pas dans mes habitudes de baisser les bras comme ça, normalement, j'affronte bravement tous ces cours, sans broncher, sans me plaindre. Et je passais mon temps dessus. Mais là... Je n'arrivais même pas à savoir ce qui me faisait passer l'envie de ne pas revoir mes parchemins. Peut-être est-ce l'effet de mon bonheur récent qui était à l'origine de tout cela ? Non, je ne le pensais pas. Je savais quand même garder les pieds sur terre. Vraiment ? Parce que ce bonheur là, je ne l'avais connu que dilué dans du vent. Et là, c'était du bonheur pur, du concentré comme je n'en avais jamais vraiment eu. Il m'était arrivé en pleine face, sans que je m'y attendre vraiment. Je n'avais pas eu le choix que de me plier à cette volonté toute faite. Je devais apprendre à vivre avec.
    Sans que je le sache vraiment, mes pas me conduisirent devant les immenses portes du hall. Lorsque j'arrivais face à elle, je l'observais longuement, un sourire innocent sur les lèvres. Je mis du temps avant de comprendre qu'en fait, j'avais envie d'aller affronter la brise fraîche du Parc. C'était de ça que j'avais besoin. D'un petit vent frais pour me remettre les idées en place. Pour me faire redescendre sur terre, par la même occasion. Peut-être que même je découvrirais tout sous un autre jour. D'ailleurs, ça ne m'étonnerait pas du tout. Même que ce bonheur soudain me donnait envie d'aller parler avec mes ennemis, de me réconcilier avec d'autres personnes et d'entrer dans les bonnes grâces de certains autres élèves. J'avais tout à coup, le courage de faire ce que je n'aurais jamais osé faire. Comme quoi, l'amour donnait des ailes. Je poussais les immenses portes et vis le Parc qui s'étalait, vert et vivant, devant mes yeux. Je me dirigeais vers un grand coin d'herbe désert. Il n'y avait personne. Et je m'assis, tout en regardant les nuages défiler à différentes allures dans le ciel.
    Je m'allongeais ensuite sur le ventre. Je me trouvais face à des brindilles d'herbe d'un vert tendre et quelques pâquerettes qui poussaient. Elles étendaient sous mes yeux des pétales d'une blancheur éclatante et sous mon nez une odeur florale ( normal, me direz-vous, car ce sont des fleurs ). J'en arrachais une et fis tourner la tige entre mes doigts. Puis, je me mis à enlever ses pétales une à une en faisant le truc des enfants.


Danaé ♣ « Il m'aime un peu. Beaucoup. Passionnément... »

    A peine une minute passa lorsque j'enlevais la dernière pétale ( j'étais tombée sur « Pas du tout ». Foutaises ! Je savais très bien qu'il m'aimait plus que je ne voulais le croire ). Je relevais la tête et scrutais l'horizon. Je vis plusieurs personnes passer, parlant, rigolant entre elles. Je souris. Mais, l'une de ces personnes retint mon attention. Je l'avais déjà vu quelque part. Soudain, son visage me revint en tête. Oui, c'était celle que j'avais bousculé dans un couloir et sur laquelle j'avais passé mes nerfs. Ça me revenait, maintenant. Je me levais péniblement, lâchant le cadavre de ma fleur pour aller vers elle. J'allais vers elle d'un pas allègre et, lorsque je fus à ses côtés, je lui lançais d'un ton joyeux :


Danaé ♣ « Hey ! Ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }   Sam 24 Juil - 2:54
Danaé & Roxanne

    Blablablabla…ce livre commençait vraiment à m’agacer. Non pas que la lecture m’horripilais, à vrai dire ces temps-ci, je passais presque toutes mes journées à la bibliothèque. Cet ouvrage était d’un ennui mortel, mais hélas, c’était tout ce que j’avais trouvé pour réviser mes potions, matière où j’étais d’un nul accablant. C’était dans ces moments là que le monde des moldus me manquais…là-bas j’aurais surement trouvé un livre sur ce que je recherchais en deux minutes sous le titre de « Les potions pour les débiles », cela était certes dénigrant, mais cela s’avérait tout de même efficace. Je ne pus m’empêcher de sourire à cette pensée quelque peu idiote. Dans tous les cas, en ce moment précis je ne m’en sortais pas, et la chaleur de cette bibliothèque en devenait sérieusement oppressante. Je continuerais cela dans la soirée, car en ce moment la motivation n’y était pas vraiment. Je pris donc le soin de rassembler mes affaires et de les mettre dans mon sac, puis m’en alla le plus discrètement possible, histoire de ne pas me faire taper sur les doigts par la bibliothécaire qui tenait à ce que le temple du savoir reste d’un calme plat. Mais ce ne fut sans compter sur mes lacets qui étaient défaits et ma maladresse légendaire. La sentence ne se fit pas attendre, je me ramassai littéralement sur une étagère qui ne manqua nullement de tomber et de faire un boucan insoutenable.

    L’histoire se répétait, et Miss Pince devait dorénavant me détester, si cela n’était pas encore déjà fait. Je la regardai d’un air quelque peu confus, avant que celle-ci remette tout en place d’un simple coup de baguette. Pendant que son attention se portait sur ces ouvrages, je me hâtai tout doucement vers la sortie. Mais visiblement, cette femme avait des yeux derrière la tête. Sa réaction ne se fut guère attendre, et j’étais désormais interdit de séjourner dans ces lieux pendant un mois. Cela ne me dérangeait pas plus cela, car j’avais déjà fait mon plein de livres pour que mes soirées ne soient nullement trop longues. Je partis donc rapidement, n’étant pas vraiment d’humeur à entendre de quelconques sermons de la part de cette dame. Je m’excusai et poussa la porte, puis parti d’un pas rapide vers la sortie. Après ce genre d’émotions fortes, un grand bol d’air frais me ferait probablement le plus grand bien. Le soleil était au rendez vous, ce qui eut pour don de me mettre de nouveau de bonne humeur…après tout, je n’allais pas laisser cet incident me gâcher la journée, et il était maintenant temps de passer à autre chose. Une fois sortie de ce château, je décidai de me rendre au parc, pour une petite balade en solitaire comme je les aimer. J’adorais ces petits moments de solitudes qui me permettaient de me ressourcer complètement, et oublier les tracas de la vie quotidienne.

    Cependant, une personne eut l’impudence de venir me déranger pendant mon éternel moment de méditation. Non pas que cela me dérangeais, mais en me retournant je fus tout de même surprise de la trouvaille. C’était une jeune blondinette vêtu aux blasons de Poufsouffle. Son visage me disait quelque chose, mais j’avais un peu de mal à mettre un prénom sur cette tête qui m’était assez familière. Je me rappelai soudainement de notre dernière altercation dans les couloirs, et mon visage se fronça. Lors de notre première rencontre, celle-ci m’avait ouvertement bousculé, et s’en était plainte juste après, m’agressant littéralement, chose qui m’avait quelque peu abasourdi et énervé, car je n’avais nullement eu le temps de répliquer que celle-ci s’en était allée en trombe. Et voilà que maintenant celle-ci se ramenait comme une fleur et tout sourire, me demandant si j’allais bien. Je la regardai d’un air suspicieux, me demandant ce qu’elle me voulait. Si elle voulait de nouveau chercher la dispute, je n’aurais nullement de mal à l’envoyer balader. J’étais loin d’être une fille rancunière, mais ma naïveté avait tout de même ses limites. Je la toisai pendant un certain moment, et je n’aperçue aucune trace de colère sur son visage enfantin, et je me permis de dire :

    -Puis je savoir ce que tu veux ? Si tu es venue passer tes nerfs sur moi, je peux t’assurer que ce n’est vraiment pas le jour.

    Dis-je d’un ton assez direct.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }   Mar 27 Juil - 18:05
_« La vie apprend à savoir pardonner, à tout pardonner. »_
Paul Toupin


    Je regardais la Gryffondor avec stupéfaction. Bon, c'est vrai que la dernière fois, j'avais passé mes nerfs sur elle parce qu'elle m'avait bousculé. Il fallait dire que ce matin là, je n'étais pas dans mon assiette. J'étais nerveuse, peut-être soucieuse. J'avais eu ce besoin incessant de me défouler mais je n'en avais pas trouvé l'occasion. Puis, elle s'était présentée à moi sous la forme de cette Rouge et Or qui semblait sur les nerfs en ce moment. J'aurais voulu poser mes mains sur ses épaules pour la rassurer, lui taper dans le dos comme des vieux potes qui venaient de se faire une blague, j'aurais voulu lui dire quelque chose de rassurant afin de la calmer, mais rien ne me venait à l'esprit. J'étais ailleurs.


Danaé ♣ « Oh, et bien, je vais couper court car si t'es pas de bonne humeur... Enfin, je sais qu'il est peut-être trop tard mais je tenais quand même à le faire. Alors voilà. Je suis désolée de m'être acharnée sur toi, la fois dernière. Je n'aurais pas dû mais j'étais tellement remontée qu'il fallait que j'explose à un moment ou à un autre. Je sais que tu m'enverras sûrement balader, mais je tenais quand même à m'en excuser et si je pouvais faire quelque chose pour me racheter, je vais dire ça comme ça, je le ferais. »

    Je me tus ensuite. Puis, j'ouvris la bouche une première fois, la fermais aussitôt, l'ouvris une seconde fois et la refermais direct aussi. Puis, je baissais le regard, comme rongée par la culpabilité. Je relevais les yeux sur elle et esquissais un petit sourire timide, contrit, désolé. Puis, je me mis à soupirer. Je lui tournais le dos pour retourner d'où je venais. Avant de vraiment partir, je me retournais une dernière fois. D'une voix résolue, je lui lançais :


Danaé ♣ « A toi de voir »

    Puis, sans un regard, je retournais à ma place initiale et repris le cadavre de ma fleur que je retrouvais. Puis, je m'amusais à faire un noeud avec avant de le jeter au loin.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }   Sam 7 Aoû - 21:27
Danaé & Roxanne


    Avais-je été trop dure avec cette demoiselle ? Je n’en savais rien, et à vrai dire ce n’était pas l’une de mes préoccupations premières. Je ne m’étais pourtant nullement mise en colère, mais je trouvais sa réaction quelque peu gonflée. Ce n’était pas dans mes habitudes de me montrer aussi rancunière, mais je n’avais jamais affectionné ce genre de personnage se prenant pour le centre du monde. Je ne voulais en aucun cas la juger, mais son attitude avait été semblable à celle d’une jeune femme superficielle et sans cervelle. Bien sûr, si elle souhaitait me parler intelligemment, comme une personne civilisée, je n’allais guère la repousser, mais dans le cas contraire, je n’aurais probablement aucun regret à l’envoyer pétré, bien que cela ne soit pas réellement dans mes habitudes. Le regard de mon interlocutrice se fit plus insistant, pendant que mon visage garda sa neutralité. Ma réaction était surement disproportionnée, mais à vrai dire, en ce moment je ne réfléchissais pas trop. Mais dans tous les cas, je voulais que la jeune femme cesse de me prendre pour l’un de ses défouloirs, car cela allait surement mal se passer par la suite. Je la regardai, attendant une quelconque réplique de sa part, attendant qu’elle plaide coupable de son erreur.

    Ce qui ne se fit guère attendre, car celle-ci, à mon grand étonnement, s’excusa de cet affront qu’elle avait commis à mon égard. Sur le coup, je ne répondis pas. Quelque peu désorientée par ce virement de situation qui n’avait visiblement pas terminé de me surprendre. J’étais agréablement surprise, mais je ne savais que répondre à ses dires. Bien sûr, cela était maintenant pardonné, et pour moi cela demeurait du passé, même s’il était fort probable que nous n’allions nullement devenir les meilleures amies du monde. A la fin de son récit, la Poufsouffle hésita à ajouter quelque chose, ouvrant et refermant sa bouche à plusieurs reprises. Sur le coup, j’eu la stupidité de penser qu’elle avait un profond besoin de dégobiller, pour enfin conclure qu’elle voulait ajouter quelque chose. A l’entente de ses derniers mots, je l’a vi de nouveau partir s’asseoir vers les pelouses, reprenant de nouveau sa place, aux côtés d’une fleur qui avait été martyrisé quelques minutes plus tôt. J’hésitais pendant un certain moment à m’en aller, et à rejeter toute trace de conversation avec celle-ci, car après tout, je ne la connaissais pas.

    Mais mon caractère quelque peu diplomate m’en n’empéchait. Et puis, si elle s’était excusée, je me devais bien de m’expliquer avec elle, ou d’engager une conversation quelconque. Dans tout les cas, je devais lui dire que notre dernière altercation était maintenant oubliée. Je poussai un petit soupire, avant de rejoindre ma comparse, et de m’asseoir à côté d’elle. Je n’avais pas grand-chose à lui dire, étant donné que je ne la connaissais que très peu. J’avais pu une ou deux fois la voir avec Elliyöt, qui était je crois son petit ami. En ce moment précis, était en train de se passé une chose qu’on appelait communément un blanc, que j’eus un peu de mal à briser. Par quoi fallait-il que je commence ? Par me présenter peut-être…chose qui serait fortement judicieuse selon moi. Je passai ma main derrière ma nuque nerveusement avant d’enfin briser ce silence qui se faisait pesant.

    -Je me suis emportée, j’en suis aussi désolée.

    Dis-je simplement. Il est vrai que ma réaction avait été tout à fait justifiée, mais ce n’était guère dans mes habitudes d’agir de la sorte. L’indulgence avait toujours été l’une de mes qualités premières. Et puis vue que celle-ci s’était excusée, je ne voyais pas non plus l’intérêt de lui faire la tête pendant dix ans. Je lui adressai à mon tour un sourire sincère avant de poursuivre :

    -Je crois que nous n’avons jamais eu l’occasion de faire connaissance toutes les deux. Je m’appelle Roxanne Wilde. Je crois que tu es la petite amie d’Elliyöt non ? Celui-ci m’a beaucoup parlé de toi.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }   Lun 9 Aoû - 15:29
_« Ce qui est nouveau est rarement vrai ; ce qui est vrai est rarement nouveau. »_
Georg Christoph Lichtenberg

    Suite à ma première déclaration, la Gryffondor ne répondit pas. Peut-être qu'elle ne voulait pas répondre, tout simplement ? Je la laissais réfléchir quelques instants. Je constatais pourtant qu'au bout de plusieurs minutes, elle ne répondit pas. C'est à ce moment-là que j'avais tourné les talons pour retourner de là où je venais. Je la laissais choisir elle-même ce qu'elle désirait faire. Venir me parler, et ainsi on pourrait mieux se connaître ou me laisser seule, ne pas me parler, ne pas me connaître, et aussi, comme je pourrais le croire, ne pas accepter mes excuses. Je n'allais pas la forcer à faire quelque chose dont elle n'avait pas envie.
    J'étais assise et triturais entre mes doigts la tige vierge de mon ex-fleur. Je fixais l'horizon avec un regard un peu perdu, un regard songeur. Je vis du coin de l'œil la jeune fille venir me rejoindre et s'asseoir à côté de moi. Alors, je baissais le regard de l'horizon et je le tournais vers elle. Je n'engageais pas la conversation. Je ne savais pas quoi dire. Peut-être parce que j'avais épuisé mon stock d'excuses et qu'elle et moi n'avions rien en commun. Ce qui était fort probable. Je baissais alors les yeux vers mes mains qui tenaient toujours la tige de la fleur. Puis, ce silence, celui qui est pesant et qui s'installe lorsqu'on se sent mal à l'aise, se brisa. La Rouge et Or parla.
    Elle s'excusa. Quel revirement de situation ! Elle n'était en rien fautive dans cette affaire que j'avais déclenchée. Enfin, c'était quand même moi qui lui avais crié dessus, qui lui avais dit toutes sortes de choses pas très polies. Et c'est elle qui s'excusait. Je levais de nouveau la tête vers elle et j'esquissais un sourire un peu contrit. Elle s'était emportée, durant cette altercation ? Ah bon ? Je n'avais pas fait gaffe, j'avais été préoccupée par ma propre petite personne et par les mots tous plus grossiers les uns que les autres que je lui avais débité. L'autre élève m'adressa un sourire sincère que je ne pus que lui rendre.
    Et elle se présenta. J'avais donc à faire à Roxanne Wilde, une élève de Gryffondor qui savait que je sortais avec Elliyöt. Attendez, attendez. Elle le savait ? Il lui avait donc dit ? En même temps, je n'avais pas pu me taire lorsque j'avais parlé à Diana. Elle aussi le savait donc je le pardonnais largement. Je laissais tomber ma tige et regardais Roxanne avec un petit sourire sur les lèvres.


Danaé ♣ « Non, nous n'avons jamais eu l'occasion de faire connaissance. Ravie de faire ta connaissance, Roxanne. Moi, c'est Danaé de Chysellos et comme tu l'as si bien dit, je suis la petite amie d'Elliyöt. J'espère que ce n'est pas en mal, qu'il parle de moi. D'ailleurs, ça me fait penser que je dois encore... Enfin, là n'est pas la question. Je suis en septième année. Toi aussi, si je ne m'abuse ? »

Citation :
Désolée c'est court ><
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }   Aujourd'hui à 23:40
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand il faut le faire... { pv Roxanne W. }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Constitution de 1987:faut-il faire sauter quelques verrous ?
» Il ne faut pas faire traîner les angines [Livre I - Terminé]
» C'est dégradant... Mais il faut le faire ! Fallait pas salir.
» L'amitié il faut l'entretenir pr qu'elle grandisse [Ginger]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-