+ vous?



 

Partagez | .
 

 Les Liens du Sang {pv Drago Malefoy}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Les Liens du Sang {pv Drago Malefoy}   Ven 18 Juin - 19:39

N a r c i s s a & D r a g o

« On aime les filles pour ce qu'elles sont et les fils pour ce qu'ils promettent d'être. »

Goethe




Le plus beau jour dans la vie d'une femme ? Certains pourront vous dire que cette question n'a strictement aucune importance : d'une part,si l'on passait son existence à se demander si oui ou non on touchait au bonheur parfait,on finirait par proprement louper ce moment si fatidique ; et d’autre part,l’appréciation d’un pareil jour se révélait des plus personnelles,si bien qu’à chacune correspondrait une réponse bien précise.Il y aurait celles évoquant avec extase leur premier baiser,celles songeant immédiatement à leur mariage,journée bénie des Dieux où l’homme de leur vie les avait épousées,et où l’objet de toutes les attentions avait été leur humble personne.Premier bal,première robe de soirée,première danse,premier voyage parfaitement seule face à l’immensité du monde et à l’impression grisante octroyée par la liberté.Cependant,un évènement reviendrait en boucle,évoqué avec tendresse et émotion : la naissance des enfants.La maternité a toujours représenté une source de félicité immense pour les femmes.Imaginez un peu : tenir dans ses bras le fruit de sa chair,le symbole vivant de son amour pour un autre être que soi-même.Imaginer dès la première seconde tous les jeux qui naîtraient entre vous et cette fragile mais non moins magnifique chose,les promesses que vous lui feriez tout au long de sa vie,toujours tenues.Les regards pleins d’amour,les milliers de fois où il vous ravirait,où vous pourriez être fière de lui ou d’elle.Se jurer à soi-même de se dévouer corps et âme à cet enfant,quoi qu’il arrive.Le protéger à chaque seconde.Lui apporter toute l’attention et les efforts que votre détermination et votre instinct maternel vous donneraient.
Comme de nombreuses mères avant elle,Narcissa Malefoy avait éprouvé tout ceci,peut-être même plus fort que le voulait la moyenne.Beaucoup pourraient critiquer la manière avec laquelle la Sang Pur avait éduqué son fils,lui passant tout ses caprices,ne le punissant en aucun cas,et n’haussant à aucun moment le ton.Il ne s’agissait pas d’une manière d'assurer pleinement le rôle d’une bonne mère,voyons ! L’argent lui permettait de le gâter,de faire naître sur ses parfaites lèvres des sourires ravis.Et si son âge ainsi que son désir adolescent d’indépendance ne l’avaient point contrainte à le laisser s’envoler vers l’école de Poudlard,Cissy l’aurait gardé près d’elle,jusqu’à la fin des temps sans doute,comme l’avaient secrètement souhaité toutes les mamans un peu trop aimantes.En réalité,derrière ce besoin affectif quasi pathologique de donner de son temps,de sa sueur et de son sang pour Drago,la mangemorte cachait un manque souvent douloureux d’attention.La richesse offrait les grandes réceptions,les amis hypocrites,les bijoux somptueux,mais enlevait un mari constamment pris par ses affaires au Ministère ou bien par les requêtes du Seigneur des Ténèbres l’ayant choisi comme plus proche disciple.L’affiliation de sa famille au Mal lui ôtait une sœur,et les années passant faisaient de son petit bout de chou un homme.Un homme,si vite ! Trop vite.Le garçonnet qui apprenait à peine marcher,à présent fer de lance de l’ultime plan ourdi Voldemort.Quelque part au fond d’elle,l’aristocrate se sentait volée,privée de quelque chose d’indescriptible.Pourtant,on ne pouvait vraiment dire qu’elle avait raté ne serait-ce qu’une minute en compagnie de sa progénitude,du moins lorsque cette dernière habitait au Manoir ! Il n’empêchait que la crainte constante de se voir un jour annoncer un terrible malheur concernant son fils la tenaillait souvent.À quoi bon s’encourager à se montrer courageuse pour les siens,alors qu’une simple et néfaste nouvelle pouvait la détruire ? Jouer au jeu du bonheur aussi parfait que monté de toutes pièces,son âme irrémédiablement incomplète en l’absence de son bébé ? Il fallait bien créer l'équilibre avec celles rejetant leur enfant avec dégoût dès le premier regard.Chaque journée sans le blondinet relevait de la journée de bagne.Une grande maison vide,si vide…
Alors la Black engrangeait.Chaque pensée attreyante,chaque détail qui aurait pu plaire à son enfant,elle le conservait,soit matériellement –des monceaux de cadeaux à lui envoyer par hibou-,soit mentalement,se promettant de lui raconter telle ou telle situation lui ayant rappelé telle ou telle date à laquelle la mère et le rejeton avait vécu telle ou telle magnifique expérience.Bien sûr,les rares fois où Drago se donnait la peine de rendre visite à sa mère,cette dernière passait son temps à le regarder avec tendresse,le trouvant de plus en plus beau,et se rendant compte à quel point la jeunesse poussait vite.Pas le temps de bavarder.De toute manière,il n’était pas dit que le Serpentard daignât écouter cette femme constamment collée à lui et ne sachant que l’aduler,quand bien même aurait-il commis les pires atrocités.Une maman poule débordante d’attentions ne constituait éventuellement pas ce dont le jeune homme avait besoin,ni même envie,pour dire ce qui est.Inutile cependant de tâcher de raisonner Narcissa : vous ne pouvez rien contre le pouvoir de l’amour,quelle que soit sa nature,sa forme ou sa force.Et cette résolution profonde,cette promesse de toujours prendre soin de l’être qu’elle adorait le plus au monde –et oui,Lucius passait en seconde position ; la partie se jouait extrêmement serrée- pourrait résister à tous les mouvements d'humeur et les rebufades imaginables.Quant à la rude tâche qui attendait notre étudiant,soyez assurés que la belle blonde ne le laisserait jamais prendre de risques inconsidérés sans au moins obtenir la garantie qu'un mangemort veillerait sur sa progéniture.Cela mènerait là où nous savons...
Mais bref.Mlagré toutes ces résolutions et ces constats,comme tous les matins en s'éveillant seule entre les draps,et en sachant sa demeure parfaitement vide -à part bien sûr les elfes de maison,mais ils ne comptaient pas-,la Malefoy éprouva une énième fois l'impression d'être totalement inutile.Elle ne formula pas ceci exactement comme cela;une femme de son rang se devait de détenir une confiance en elle totalement indéfectible.S'occuper devenait un besoin vital,une manière de se couper de cette platitude le temps de reprendre une respiration,telle une nageuse de haut niveau.Pourquoi ne pas écrire à son fiston,tient ? L'idée lui plut de suite,même si cela faisait la quatrième lettre depuis le début de la semaine,et nous n'étions que mercredi.Devait-elle une nouvelle fois lui proposer de passer au Manoir,alors que les vacances débutaient à peine ? Oh,le Lord avait certainement dû déjà s'emparer de son garçon,lui conférant une mission de taille dont la réalisation ne lui laisserait plus une seule seconde à lui.L'espoir déraissonné de le revoir,de simplement passer sa main dans ses cheveux... La belle blonde cherchait la formulation adéquate pour renouveler son offre sans paraître trop pressante -dépendance,quand tu nous tient à la gorge...-,lorsque le bruit de la porte d'entrée s'ouvrant la tira de cette rédaction précautionneuse.Fait pour le moins étrange : la bien née n'attendait personne,et si jamais quelqu'un avait voulu la rencontrer,il ou elle aurait sonné et attendu qu'on lui ouvre.
Abandonnant sa lettre sans même prendre la peine de reboucher son encrier,l'anglaise sortit de sa chambre,ignorant alors que sa missive ne partirait jamais.Tout en se demandant qui cela pouvait bien être,elle descendit les escaliers de marbre,ne s'attendant nullement à la surprise qui l'attendait en bas.La première chose que Cissy vut fut Arsenic,son elfe personnelle,respectueusement postée contre le mur,tête baissée et mains apposées contre ses maigres cuisses,comme attendant des directives.Pourquoi n'avait-elle pas guidé leur invité jusqu'au salon,et préférait rester planter là ? Quelle godiche celle-là ! Les dernières marches furent descendues,et ce fut seulement à cet unique instant que la sorcière comprit.
Une vague de bonheur.
Une seule identité en tête.
Un seul battement de coeur.
Une vague immense déferlant en elle et dilatant tout sur son passage en une immense envie de fondre sur place.
Un espoir devenu réalité.
Un coeur au bord de l'explosion.
Et un seul nom aux bords des lèvres,la sensation d'être enfin redevenue complète bloquant les mots dans sa gorge.


-Drago...

Les doigts entrelacés et ramenés sous son menton,la Malefoy accueillait son fils,se retenant pour ne pas s'élancer vers lui -après tout,une pareille effusion d'émotion l'aurait peut-être gêné,et puis il venait à peine d'arriver,et les domestiques rentraient encore ses valises-.
Les plus beaux jours dans la vie de Narcissa ? Ceux où son fils rentrait à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Les Liens du Sang {pv Drago Malefoy}   Lun 5 Juil - 3:27

Les liens du sang - Featuring Narcissa & Drago Malefoy .




    Il était temps que je rentre. Oui en effet, j'avais besoin de conseil et je ne savais pas vraiment vers qui me tourner. Vers mon père ? Non il était à Azkaban, impossible pour moi d'aller lui rendre visite, je n'ai pas envie de le voir habiller si pauvrement, alors que d'habitude, c'est un homme très élégant. Mes amis ? Je venais de m'embrouiller avec Alyssa, je n'allais pas encore aggraver les choses en lui parlant de ça. C'est alors que je décidais de rentrer au manoir de ma famille dans lequel j'ai passé toute mon enfance. C'était les vacances et je ne passais plus ces dernières à Poudlard, je n'en avais plus besoin, à vrai dire, j'avais besoin de retrouver mon chez moi, ma petite chambre qui faisait environ la taille d'une salle à mangée. Mais plus particulièrement ma mère, qui saurait quoi me dire pour me donner du courage, car oui j'avais peur. Je n'avais que seize ans et j'avais déjà une mission comme celle-ci, quoique je dise, quoique je fasse, j'étais obligé de la réaliser et l'astuce de l'oublier n'était pas à prendre en compte. C'était soit la vie de mon père, soit la mission. Pour sauver le paternel, je devais réussir ma tâche avant toute chose. J'étais en route pour le train qui était en direction de Londres, avant de poursuivre à pied. D'habitude, j'avais des bonniches qui venaient me chercher, me faire à manger, mais aujourd'hui, l'équipe n'était pas présente, aller savoir pourquoi. J'ai donc continué ma route, marchant lentement, regardant droit devant moi, j'espérais ne pas attiser les regards, je ne le voulais pas, je devais être discret, mais j'avais toujours cette petite impression de toujours tout foirer. J'en avais plus que marre et je dois dire que je devais absolument réussir cette tâche sinon, mon père allait sans doute rendre l'arme à gauche, mais bon je savais très bien que si je livrais cela au autorité, je ne ferais jamais sortir mon père de cet enfer. Je voyais finalement mon manoir se dessiner devant mes yeux, il était toujours aussi beau, toujours aussi grand, si spacieux. J'aimais mon petit chez moi et bien qu'il restait encore de la route à faire avec mes bagages, je ne pouvais point cesser d'observer le lieu de ma naissance, je me plais ici et je ne me vois vraiment changer de demeure. J'étais toujours avec ce même costume noir, qui faisait de moi quelqu'un de bien habillé et de très correct. Je n'aimais pas être mal fringué à vrai dire, j'ai toujours besoin d'avoir des costumes noirs, histoire de paraître inaperçu et puis je dois bien avouer que j'aimerais bien en avoir d'autres. Je posais mes valises, avant de poser ma main sur la poignée de la porte, en sonnant légèrement pour montrer à ma mère que j'étais rentrer. Les elfes de maisons venaient immédiatement placer ses dernières dans ma chambre, j'allais donc vérifier si tout était là avant de les faire repartir. Je regardais autour de moi, n'apercevant pas ma mère depuis la petite fenêtre qui donnait sur la cuisine, mais ou pouvait-elle bien être ? Je n'en sais rien. Elle descend les marches, avant de venir me saluer, je voyais bien qu'elle se retenait de quelques choses, mais de quoi je n'en savais guère plus que cela. Elle vient finalement déposer ses petites mains douces et froides sur mon menton et je dois bien avouer que ça me fait un petit peu chaud au coeur. Avec ma famille, je ne suis pas froid comme au lycée, bien au contraire. Avec ma mère, j'étais un véritable petit ange, car je ne voulais pas vraiment la chercher en ce moment. En faite cette mission m'a plutôt fait changer en bien, parce que finalement je suis devenu quelqu'un de plus mature, de plus sympathique et de plus serviable, avec ma mère c'est bien normal. Dans un petit murmure de sa part, j'entendais sa douce voix qui prononça délicatement mon prénom, j'en frissonnais légèrement avant lui répondre d'un petit sourire en coin et d'une petite parole bien placé.

    Drago : « Maman ... »

    je la regardais une nouvelle fois avec ce petit rictus sur mon visage qui montrait que je n'étais guère à l'aise en ce moment même. Je regarde un peu notre maison, avant de marcher, de faire les cents pas pour parler avec ma mère, je ne savais pas vraiment quoi lui dire. Que son fils avait peur de la vie quotidienne d'un serviteur de voldemort ? En faite je n'avais pas choisis de le devenir ou non, on m'avait imposé de le faire, pour sauver mon père. Je scrutais ma bague, tournant l'objet précieux autour de mon doigt, avant de regarder ma mère avec un grand sourire. J'allais donc m'allonger dans le canapé, mais elle venait se demander ce qu'il y avait, rien de bien méchant, mais je n'avais guère de réponse en faite, je voulais lui dire d'un côté, mais je pense qu'elle le veuille ou non, elle n'écoutera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Les Liens du Sang {pv Drago Malefoy}   Mer 28 Juil - 20:03
Posément,Narcissa suivit son fils des yeux,avant de lui emboîter le pas.De dos,le Serpentard était presque aussi beau que de face -presque,car l'on ne pouvait plus voir ses yeux d'un bleu iceberg si pénétrant- : des épaules finement dessinées,à la musculature aussi discrète que distinguée,d'où naissait une nuque gracile offrant à celui ou celle assez curieux pour l'observer une image de pureté et de fragilité,rapidement démentie si vous découvriez le Malefoy un peu plus avant.Comment autant de beauté pouvait-elle cacher tant de noirceur ? Il s'agissait de la carte de visite de cette ancienne famille de Sang-Pur,fort habituée à jouer sur les apparences,faisant mine d'être aussi blanche que neige,alors que de nombreuses tâches venaient assombrir le tableau,là-bas,loin des poses et des attitudes toute faites.On apprend à vivre avec ça,ce rôle imposé de naissance.Pas forcément avec le prix que celui induit,ce que découvrait le jeune homme,face à ses nouvelles fonctions.
Comme le pensait ce dernier,cependant,sa mère ne voyait pas plus loin que le bout de son joli nez.Cet aveuglement presque voulu -c'est si simple de se concentrer sur la félicité présente au lieu de buter sur les problèmes- relevait presque,je vous l'avoue,de la faiblesse d'esprit.Une battante aurait dégainé sa baguette et,aux côtés des mangemorts,apposé la dernière pierre à la sépulture du monde magique actuel ainsi que des Sangs de Bourbe polluant sa surface,avant d'asservir ces détestables moldus et délivrer tous leurs frères injustement enfermés à Azkaban,ainsi que son tendre mari ! Une Bellatrix bis,si vous préférez,en talons aiguilles et robes de haute couture.Au lieu de cela,Voldemort et nous-mêmes,témoins de cette étrange histoire,devions nous contenter d'une créature précieuse toute dévouée à une maison presque vide ainsi qu'à un enfant ayant largement dépassé l'âge qu'on lui mouche le nez.Cruauté de l'adversité,j'imagine... Quoi qu'il en soit,certains s'activaient,eux ! Il valait mieux pour les elfes de maison que les affaires du fils prodige nouvellement revenu sur les terres qui deviendraient bientôt siennes soient promptement montées dans sa chambre,pièce tenant presque lieu de sanctuaire où la sorcière venait parfois se recueillir,seule et en silence,se remémorant des épisodes d'un morceau de vie à présent révolu,ses doigts glissant doucement sur la couverture d'un lit à baldaquins ayant à présent retrouvé son locataire habituel.Il n'y avait bien que les nantis pour pouvoir ainsi s'adonner aux plaisirs de la conversation,entre amis ou en famille,alors que d'autres devaient travailler dur pour survivre.Et encore,ça,c'était dans le meilleur des cas possibles...
Cissy pénétra dans le vaste salon du manoir,et une fois encore,elle ne remarqua pas la foule de petits détails qui auraient ravi la moindre ménagère anglaise ayant pointé le bout de son nez pour la première fois entre ces quatre murs.Imaginez une pièce haute,aux fenêtres élancées parées de rideaux de brocart sombre,des meubles de bois précieux,des tableaux anciens possédant autant d'histoire que la batisse elle-même.Tout cela agencé avec goût et entretenu avec le plus minutieux des soins.Cet endroit,à maints égards,pouvait sembler beeau,recherché,aristocratique.Mais sans doute pas fondamentalement agréable.Il y manquait quelque chose d'essentiel,impalpable et inquantifiable,mais bien perceptible : la vie.Ce n'était la large cheminée où brûlait paresseusement quelques flammèches qui y changerait quelque chose.D'ordinaire,la Malefoy aurait soupiré,se demandant bien amèrement quand tout ceci finirait,quand les mauvais jours toucheraient à leur fin.Ce jour-là,une entité plus brillante qu'un soleil daignait réchauffer ce lieu ayant peu à peu dépéri depuis le retour de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Prononcer-le-Nom.Un visage qui aurait été tellement plus rayonnant avec un sourire,avec un regard un peu moins adulte et désabusé.

-Arsenic,ordonna la maîtresse de maison en claquant sèchement des doigts.Du thé.

Merci mon chien,comme dirait l'autre... Nulle trace de l'elfe,cependant : cette dernière savait satisfaire sa propriétaire en demeurant aussi invisible que silencieuse.Un mentra quasi vital pour quiconque comptait durer tout en restant au service des Malefoy.
Avec une grâce s'accordant parfaitement à sa personne comme à son rang,la magicienne prit place dans une causeuse tendue de soie noire attenant au sofa où reposait son enfant,les jambes divinement repliées sur le côté,toute portée -aussi bien métaphoriquement que physiquement,sans se montrer trop pressante- vers son fils.Sur ses traits,cette expression de mère attentive et bienveillante n'ayant pas bougé d'un pouce durant les seize années constituant la vie à peine débutée de Drago.Avec mille précautions,elle pausa sa main droite sur le crâne de son petit,caressant tendrement cet être tant aimé.


-Mon chéri...

Tant d'amour dans ces simples mots ! Et en même temps,une promesse.Celle que cette maison serait à jamais un hâvre de paix pour lui,un refuge où il trouverait assistance et affection quoi qu'il arrive.Le temps pouvait passer.Leur Maître mettre le monde à feu et à sang.Le coeur d'une mamn demeure à jamais le même,tout entier destiné à une seule et unique tâche : le bonheur de sa progéniture.D'ailleurs,ce serait de cela que la femme au foyer allait s'assurer :

-Tu dois être erreinté après ce voyage.Repose-toi.Ta chambre est prête,si tu désires t'y délasser avant le repas.

Un repas où seraient servis les plats préférés du jeune homme,cela va sans dire.Que le meilleur pour lui ! L'excellence à laquelle son sang,son nom,sa maison ainsi que son âme allait de soi,et lui serait donnée sans faillir.Le Serpentard n'avait pas besoin de demander,tout lui serait apporté sur un plateau d'argent,comme cela avait été fait depuis sa plus tendre enfance.Par contre,si lui n'avait pas de requêtes immédiates à formuler -du moins le laissait-il penser-,sa mère,au contraire,comptait par dizaines les questions qu'elle aurait aimé lui poser.De la plus simple -comment se passent tes cours à Poudlard ?- au plus épineuses -quelles oeuvres notre Maître t a-t-il demandé d'exécuter en son noble nom ?-.Cependant,la belle blonde ne pouvait les émettre,ayant elle-même remarqué que le retour à la maison pouvait avoir fourbu son fils.Une nouvelle attente,moins poignante que celle peuplant les journées de la mangemorte,mais tout aussi source d'impatience pour sa victime.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les Liens du Sang {pv Drago Malefoy}   Aujourd'hui à 12:05
Revenir en haut Aller en bas
 

Les Liens du Sang {pv Drago Malefoy}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Drago Malefoy is back ^^.
» Drago Malefoy
» Tu me tiens, je te tiens... || Drago Malefoy
» drago malefoy
» Drago Malefoy [Done]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-