+ vous?



 

Partagez | .
 

 Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Dim 6 Juin - 22:29

    Depuis ce matin même, Alyssa avait une très mauvaise nouvelle. Elle ne l'avait dit à personne. Elle savait que tout le château, ou presque, allait vouloir faire la fête en l'apprenant. Elle ne voulait pas leur donner ce plaisir, pas tout de suite, pas tant qu'elle ne l'aurait pas admis. Elle n'avait même pas fait sa ronde habituelle aujourd'hui. Elle n'en avait pas envie, puis elle n'en ferait plus avant... Jamais. Depuis ce matin, elle esquivait tout le monde. Elle n'avait parlé à presque personne. Juste à Sybille et Madison, et encore, elle avait juste fait "salut" puis plus rien. Si jamais on lui demandait ce qu'il se passait, elle répondait qu'elle avait ses règles et qu'elle était pas d'humeur. Pourtant ce n'était pas la période. C'était juste que la lettre qu'elle avait reçu la tourmentait :

    Chérie,

    Ton père et moi avons décidés que suite à ce qu'il se passe, tu rentres à la maison dans deux jours. Tu suivras des cours à domicile. On ne peut pas te laisser dans une école incapable de protéger ses élèves. Nous ne tenons pas à perdre notre fille unique, tu représentes beaucoup pour nous.
    Je viendrais te chercher à la gare.
    PS : Évite d'abuser sur le chocolat pour passer ta peine, tu es déjà assez grosse comme ça.


    La dernière phrase était digne d'une Carter. On se fait passer pour une gentille pour que la personne n'ait pas trop de mal à digérer puis à la fin, on lance une pique. Franchement, elle l'a voulait anorexique ou quoi ? Elle était bien comme elle était. Elle n'avait pas de compte à lui rendre. Elle ne savait même pas pourquoi elle lui obéissait, elle était majeure. Si elle ne le faisait pas, elle disait au revoir à l'argent, à un logement et tout ce qui va avec. Elle était incapable de se débrouiller par elle-même, elle avait besoin de son foyer, de quelqu'un pour l'aider. Si elle rentrait, elle ne pourrait compter que sur sa mère. Madison et Sybille seraient bien trop loin. D'ailleurs, elle ne leur avait même pas dit. Elle attendait un peu puisque pour le moment, elle savait qu'elle ne pourrait pas se contrôler, qu'il y avait une chance sur deux pour qu'elle se mette à pleurer en leur disant. Depuis quand une Carter pleurait ? La honte !

    Elle était assise sur le canapé, les jambes repliées et ses bras autour. Il était tard et il ne devrait y avoir personne. Son regard était posé sur le feu. Elle n'avait plus qu'un jour pour profiter de ce château. Elle y avait passé sept années de sa vie et elle ne voulait pas le quitter. Souvent, elle disait qu'elle en avait marre, qu'elle était pressée que ça soit terminé mais maintenant que la fin était proche, elle donnerait tout pour retourner en arrière. Qu'est-ce qu'elle allait faire sans Rogue ? Sans Madison, Sybille, Aaron, Drago et... Julian ? Sans parler de son rôle de préfète-en-chef qu'elle adorait. Personne ne pourrait occuper son poste aussi bien qu'elle le faisait. Elle se demandait comment est-ce qu'elle allait l'annoncer. Le dire ou tout simplement donner la lettre ? La deuxième solution était la meilleure. Ainsi, elle était sûre de ne pas pleurer et de passer pour une fille forte, chose qu'elle savait faire à merveilles. Elle trouvait sa mère très con sur le coup. Il n'y avait eu qu'un élève de mort. De plus, Alyssa avait fait face à la créature trois fois, ou du moins une fois et demie et une fois face à l'un de ses morveux. Elle n'aurait jamais dû s'en vanter auprès de sa mère pour être félicité et qu'elle soit fière d'elle. Elle ne s'était pas attendue à ce qu'elle réagisse comme ça. Quitter Poudlard, non mais franchement !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Dim 6 Juin - 23:56
Julian était toujours en train de se demander comment rattraper l’erreur monumentale qu’il avait faite avec Alyssa. Pas que sa réputation soit en danger direct, il y avait nombre de témoins pour dire qu’il était un très bon amant et puis au pire on dirait que c’était simplement qu’il n’aimait pas Alyssa. Sauf que il l’aimait. Mais comment l’avouer et le faire comprendre aussi ? Il perdait de plus en plus espoir. Et que se passait-il quand il perdait espoir ? Toujours la même chose : un grand n’importe quoi qui finissait en orgie avec une, deux, ou trois filles (soyons fous) pour oublier. Et justement, Julian revenait d’un rendez vous « galant » ce soir là.

La journée avait été éprouvante : que des devoirs sur table. Il avait désormais les réserves complètement épuisée. Physiquement et mentalement. Il voulait prendre son repos bien mérité. Son repos du guerrier. Mais Alyssa avait été bizarre aujourd’hui. Il le savait toujours quand elle allait pas bien, même si elle essayait de cacher. Il y avait des petites choses qui indiquaient son humeur : si elle gueulait sur des innocents, c’était qu’elle était de bonne humeur. Si elle s’en prenait aux serpentards : de très mauvaise humeur. Si elle ne disait rien ? Quelque chose la tracassait. Serait-ce lui ? Arrêtons de rêver. Il se savait irrésistible mais avec ce glaçon là…

Il entra dans la salle commune après avoir dit le mot de passe. Il n’avait pas croisé la préfète sur le chemin du retour. Evidemment, ça aurait été tellement plus pratique de la coincer dans un couloir et de… Ouais s’il avait pas juste avant épuiser toutes ses réserves sur une greluche de serdaigle, il aurait pu. On oubliait le plan sexe sauvage et on s’imaginait une scène ultra romantiquement mièvre mais oh combien touchante pour un cœur amoureux. Le feu brûlait et craquait dans la cheminée, jetant ses lueurs sur les murs lugubres du cachot. Fallait être dingue pour aimer ces murs verdâtres. Il les aimait pas.

Il la trouva assise sur le canapé. Immobile. Ses jambes étaient repliées au creux de ses bras. Le jeune homme ne put s’empêcher d’admirer la blancheur et les courbes de ses mollets qui semblaient fermes et… Oui bon c’était pas un morceau de viande non plus. Il nota ses yeux fixés sur le feu. C’était le regard de quelqu’un qui était triste et déprimé. Julian n’aimait pas savoir que celle qu’il aimait n’allait pas bien aussi s’approcha t il sans trop réfléchir. Sauf qu’une fois en face d’elle, il ne sut pas trop quoi dire… Il réfléchit une ou deux secondes avant de parler.

- Salut. Tu ne dors pas ?

Ok question stupide.

- Je t’ai pas vu faire ta ronde cette nuit, je me suis inquiété après toutes ces attaques…

C’était vrai. En un sens. Bon yavait aussi cette foutue rumeur… Il espérait que c’était QUE du faux ! Il enleva sa veste et la posa sur elle parce que même si yavait du feu, il faisait toujours froid dans ces cachots sombres et humides.
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 7 Juin - 1:37
    "Salut. Tu ne dors pas ? " Hein ? Quelqu'un était là ? Elle n'avait même pas entendu le mur bouger. Il venait peut-être du dortoir. Ah non. C'était Julian. Il venait forcément de dehors. Au début, elle avait été contre. Elle ne voulait pas qu'il sorte en dehors du couvre-feu, il risquait de leur faire perdre des points. Puis au final, elle avait lâché. Elle avait beau être contre, lui faire des remarques, il continuait. Elle qui, d'habitude, détestait qu'on ne lui obéisse pas, l'acceptait. Allez savoir pourquoi. Peut-être qu'elle n'avait tout simplement pas l'envie de se battre contre lui. Surtout que c'était un combat perdu d'avance. Elle leva les yeux au ciel. Quelle question intelligente ! Ben oui tiens, elle dormait les yeux ouverts et dans cette position. Qu'est-ce que c'est bête un mec... Elle préféra ne pas répondre. Ils allaient pas partir sur un mauvais pied. Oh et puis.. Pourquoi pas ? Il l'avait cherché. Elle l'avait embrassé et il n'avait même pas réagi. Il ne s'était même pas rattrapé depuis.

    - Non je suis en train de jouer au Quidditch, ça se voit pas ?

    Ironique bien sûr.

    A ce qu'il dit ensuite, elle regretta un peu ses paroles. Il s'inquiétait pour elle, que c'était mignon... Quoique c'était bien ce qu'il devait dire à chacune des filles qu'il croisait : "je t'ai pas vu, je me suis inquiété, et si j'me vidais les couilles avec toi ?". Pourquoi est-ce qu'elle attiré par un mec comme lui ? Le genre à se taper la première venue, à ne rien vouloir de sérieux... En même temps, elle était un petit peu pareil. Elle ne voulait rien de sérieux, trouvant ça inutile, et couchait quand même. Bon par contre, elle ne prenait pas le premier venu. Elle avait juste un ou deux mecs de côté qu'elle se faisait de temps en temps. Pas plus. Et c'était des mecs qu'elle connaissait. Elle n'avait pas envie de s'offrir au premier venu tout ça parce qu'il a les dents bien blanches et les yeux bleus. Elle laissait ce loisir à Madison.

    Elle soupira puis se passa une main dans les cheveux. Le lui dire ou pas ? Oui. Elle voulait voir sa réaction. C'était important pour elle. Il fallait qu'elle sache si ce qu'elle pensait ressentir était réciproque et si elle s'était fait un énorme film ou non.

    - J'ai reçu ça ce matin. Je pense que j'ai de quoi être de très mauvaise humeur.

    Elle lui tendit le bout de papier alors qu'il lui mettait sa veste sur ses épaules. Elle ferma les yeux. Il sentait bon, il était mignon, s'inquiétait pour elle mais... Il ne devait surement pas savoir embrasser. Sinon pourquoi est-ce qu'il ne l'aurait pas fait avec elle ? Il avait la réputation d'être un bon amant. Mais une rumeur disait qu'il payait les filles. Puis bon.. Elle avait bien eu récemment la réputation d'une alcoolo qui se marie à une citrouille... Elle rouvrit les yeux. Elle voulait vraiment voir sa réaction. Est-ce que ça lui ferait quelque chose ? Est-ce que ça le pousserait à se rattraper ? Rahh, trop de questions. Mais c'était pas sa faute, elle n'aimait pas attendre. Elle espérait qu'il sache lire d'ailleurs. C'est qu'il n'était pas réputé pour son intelligence, bien au contraire...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 7 Juin - 14:55
Bon on ne le dira jamais assez mais là était un fait: Julian était d'une extrême maladresse avec les personnes qu'il appréciait réellement, en tous cas celles pour qui il éprouvait de réels sentiments d'amitié (comme Cailean, ne rêvez pas Julian est exclusivement hétéro) ou amoureux (autrement dit pour son Alyssa). Ce sentimentalisme très idiot, il ne le maîtrisait pas et c'était bien d'ailleurs ce qui l'inquiètait. Mais devant eux, il avait du mal à mentir ou bien avec Alyssa à l'aborder. De là le fait que la plupart du temps il l'évitait d'une certaine manière. Et même si Alyssa avait une certaine emprise sur lui, il avait reçu l'éducation à l'ancienne où les femmes n'étaient rien de plus que des crachoirs à sperme toutes bonnes à simplement pondre des héritiers afin que la famille perdure. D'ailleurs, c'était bien pour ça qu'on ne choisissait jamais son épouse: la seule considération qu'on devait lui porter c'était son aptitude à pondre (bien que normalement elles soient censées être vierges au mariage, ce qui est une ineptie totale. Julian le savait bien, il comptait plus le nombre de filles qu'il avait défloré et de toutes façons qui allait se plaindre aujourd'hui? Les temps ont évolué, on est plus au Moyen Age enfin! )et sa dot autrement dit tout le fric ou options qu'elle apporterait à la famille du marié. Et Julian ignorait à qui ses parents avaient pensé mais quelque chose lui disait qu'il l'apprendrait bien assez tôt. Si c'était la pire connasse ou salope de Poudlard, pour sûr, la pauvre chose disparaîtrait mystérieusement ou bien il serait tellement désagréable qu'elle n'aurait d'autres options que le suicide...

Personne n'arrivait à lui donner d'ordres clairs. Surtout parce que l'ego de Julian ne le supportait pas et qu'il se trouvait obligé de braver les ordres, surtout s'ils venaient d'une fille, ce qu'était à priori Alyssa. Enfin pas depuis qu'il aurait découvert que c'était un homme sous la douche...Fallait être tordu pour aller chercher ça! Déjà c'était quoi cette rumeur débile? Alyssa était une fille, suffisait de voir son humeur quand elle avait ses règles! Bon après il avait rien contre la voir sous la douche alors il démentirait pas cette partie... Bref, elle avait abandonné le combat contre lui et ses sorties nocturnes et depuis il se faisait rarement attraper. Cela arrivait avec Rogue ou Slughorn qui trainaient toujours dans les coins qu'il fréquentait mais les deux n'étaient pas aussi impartial que la vieille Mc Go.

Evidemment, cette crétine lui servit une remarque acerbe. Il voulut répondre un truc méchant mais il préféra laisser passer parce que ça risquait de s'envenimer et franchement il était trop fatigué pour s'amuser à perdre son temps dans de vaines disputes. Ceci dit, il ne put s'empêcher de sourire: Alyssa et les histoires de balai fallait dire que c'était quand même historique... Il se souvenait encore du premier cours où le balai s'était relevé tout droit dans la figure de la préfète. Bon lui, il s'était barré trop haut et il pouvait pas l'enfourcher donc c'était pas mieux... Ils étaient cons ces balais de toutes façons...

Il posa donc sa veste sur elle et il remarqua qu'elle sembla se radoucir aux muscles de ses épaules qui se décontractèrent. Il vint finalement s'assoir à côté d'elle, tout aussi décontracté. Enfin quelque chose la tracassait, c'était sûr... Elle venait de passer la main dans ses cheveux et de soupirer. Ces deux gestes associés signifiaient donc que quelque chose n’allait pas. Et elle parla. Enfin.

-J'ai reçu ça ce matin. Je pense que j'ai de quoi être de très mauvaise humeur.

Elle lui tendit un bout de papier qu’il saisit sans oublier d’effleurer l’air de rien sa main(fallait bien profiter de ce qu’on avait tout de même ! ) et le déplia soigneusement avant de le lire.

Chérie,

Ton père et moi avons décidés que suite à ce qu'il se passe, tu rentres à la maison dans deux jours. Tu suivras des cours à domicile. On ne peut pas te laisser dans une école incapable de protéger ses élèves. Nous ne tenons pas à perdre notre fille unique, tu représentes beaucoup pour nous.
Je viendrais te chercher à la gare.
PS : Évite d'abuser sur le chocolat pour passer ta peine, tu es déjà assez grosse comme ça.


Eh ho ! Elle était pas grosse ! Ils allaient avoir des problèmes s’ils parlaient d’elle comme ça devant lui ! Non mais ! Si on insulte son Alyssa, on l’insulte lui et on ne déshonore pas un Westfield ! Pas sans conséquences. Bon ce premier choc passé, il fronça les sourcils et entreprit la lecture du tout. Attendez une minute… Ils voulaient retirer leur fille de l’école à cause d’un monstre à la con qui avait failli les bouffer ? Des cours à domicile ? Alyssa sans matage de Rogue ? … Pu de préfète qui vous favorise ? La MERDE ! FUCK ! C’était trop nul ! Il soupira à son tour, soudainement déprimé.

- En même temps ça se comprend… Elle a failli nous tuer déjà… Et la magie marche pas en sa présence…

C’était à chier. La vie était merdique ! Pourquoi l’école ne les envoyait pas étudier ailleurs, loin de la créature ?

-Mais si tu dois obéir, je me casse aussi. Et on demandera à regrouper nos cours. Parce que Poudlard sans toi c’est pas Poudlard !

Et puis vous imaginez ? Passer ses journées avec Alyssa, en cours particulier (voire très particulier) ? On pouvait penser qu’il n’était pas intelligent mais vous inquiétez pas, il a toujours de grandes idées quand il faut servir ses intérêts. Et puis c’était pas parce que il voulait profiter de la vie qu’il était idiot. Il se sentit obligé d’ajouter quelque chose et dit la première chose qui lui sortit par la tête :

- Et puis tu me manquerais trop.

Il prit une moue un peu désespéré et lui ébouriffa les cheveux. C’était pour la faire chier oui.

- Qui est ce que j’embêterai sinon après ? Mais je comprends pourquoi tu semblais si triste et énervée depuis ce matin maintenant…


Dernière édition par Julian Westfield Johnson le Lun 7 Juin - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 7 Juin - 18:33
    Il s'était assis à côté elle et elle avait une forte envie d'aller se blottir contre lui. Elle était sûre qu'elle serait bien dans ses bras musclés. Oui mais non. On ne s'expose pas ainsi. Et on lui fait pas ce plaisir. Une Carter ça se mérite. Qu'est-ce qu'il avait fait pour elle à part lui sauver la vie ? Rien. Il ne la méritait donc pas. C'était quand même qu'on voyait que sa fierté la rendait stupide. Il lui avait sauvé la vie et elle trouvait ça insuffisant. Comme si n'importe qui pouvait le faire. Ou aurait voulu le faire. S'il n'avait pas été là, elle aurait pu se faire bouffer. Quoique s'il n'avait pas été là, elle n'aurait pas été trainer près de la forêt et n'aurait pas non plus risqué sa vie. En fait elle n'avait pas tort, il lui avait sauvé la vie mais c'était pas suffisant puisque c'était lui qui l'avait mise en danger. Il n'avait fait que se rattraper. Mais merde ! Pourquoi est-ce qu'elle refusait d'admettre qu'elle le voulait ? En plus avec lui, elle en avait rien à foutre d'être "infidèle" à Rogue, elle y pensait même beaucoup moins depuis qu'elle côtoyait Julian.

    Elle guettait sa réaction. Elle allait étudier toutes ses mimiques. D'abord, il fronçait les sourcils. Donc il n'était pas content. Ça va, pour le moment, il réagissait plutôt bien. Par contre, sa première remarque ne passait pas aux yeux d'Alyssa. Elle rêvait ou il prenait la défense de ses parents ? Il était en train de leur donner raison ! Il était malade ! Ce fut qui fronça les sourcils à son tour avec une forte envie de l'étrangler. Il voulait qu'elle parte, voilà tout. Elle s'était fait des films. Pourquoi fallait-il qu'elle ait toujours envie d'hommes qui ne la désirent pas ? Rogue, lui...

    "Mais si tu dois obéir, je me casse aussi. Et on demandera à regrouper nos cours. Parce que Poudlard sans toi c’est pas Poudlard !" Hein ? Elle avait dû mal comprendre. Il ne voulait pas être à Poudlard si elle n'y était pas ? Mais... C'est qu'il tenait à elle alors ! Il était prêt à sacrifier Poudlard pour elle. Elle-même ne savait pas si elle l'aurait fait pour lui. Elle penchait pour le non. Elle aimait trop Poudlard.

    - Quoi ? Mais... Non ! Reste. Tu vas pas tout quitter tout ça parce que ma mère fait sa crise de la quarantaine. Non non non, je ne veux pas. Il faut que des gens restent pour massacrer ceux qui fêteront mon départ.

    Ça, elle en était sûre, beaucoup seraient contents. La préfète-en-chef détestée qui n'est plus là pour vous reprendre à longueur de journée lorsque vous ne respectez pas le règlement, quel rêve !

    "Et puis tu me manquerais trop. " Ohh... Il était temps qu'il avoue. Bizarrement, cette phrase lui fit plaisir. A croire qu'il lui en fallait vraiment peu. Alors qu'elle se disait qu'il était presque un "homme" parfait, il lui ébouriffa les cheveux. Elle détestait ça. Elle lui donna une tape sur la main pour qu'il dégage et pour se recoiffer juste après.

    - M'embêter ? T'y arrives jamais. Il en faut plus que ça.

    Elle mentait.

    - Tu as croisé Rogue dans les couloirs ?

    C'est qu'il fallait qu'elle aille lui parler. Ennn, et si... S'il l'embrassait pour lui dire au revoir ? Ouiiiiiiiiiiii. Elle serait sous le choc mais il risquerait surement de se faire violer après. Elle n'avait même pas parlé de lui pour rendre Julian jaloux. Elle n'y avait pas pensé. En plus la rumeur était sur un autre prof et elle. Elle s'était dit qu'elle en jouerait mais finalement, elle ne pourrait pas le faire, elle devait rentrer chez elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 7 Juin - 21:39
Julian hésitait à la prendre dans ses bras. C'est que ce serait très... Bizarre et puis après... Il ne serait plus sûr de garder son self control. Car comment pourrait-il ne pas tenter de lui caresser le bras, de caresser ses cheveux (dans le sens du poil cette fois), de l'embrasser... Non mieux valait conserver cette sacro sainte distance. Et puis il était encore un peu traumatisé de l’épisode de la dernière fois : il savait pas trop si elle l’avait embrassé sous le coup de l’émotion ou bien parce qu’elle ressentait vraiment la même chose que lui… Merlin que les femelles étaient compliquées des fois ! (enfin souvent). Heureusement qu’il n’en autorisait qu’une seule à lui prendre la tête, autrement il serait déjà parti en dépression ! Et puis tiens parolons-en ! Il lui avait sauvé la vie donc c’était à elle d’agir ! Parce que c’était de sa faute à ELLE si il était entré dans la forêt. Elle lui avait lancé le défi après tout ! En sachant parfaitement qu’il le relèverait ! Donc il avait failli mourir et rien que pour ça il n’aurait même pas dû lui sauver la vie quand elle s’était lamentablement ramassée… Evidemment, ça aurait ça aurait été une autre fille, il l’aurait lâché… Fallait vraiment être amoureux pour oser affronter un truc aussi laid !

Il la vit froncer les sourcils. Evidemment, vu sa mauvaise humeur, elle aurait probablement préféré qu’il lui dise que ses parents étaient deux vieux cons qui connaissaient rien à la vie et que surprotéger leur fille ne la mènerait nulle part. Que tout ça, c’était juste parce qu’ils voulaient en faire une putain de l’autre gros con qui pourissait la vie du monde entier (oui il n’oserait jamais le dire en face s’il Le croisait) ! Mais voilà… Sérieusement, il pouvait pas être là à chaque fois alors lui aussi, il serait moins inquiet si elle rentrait et puis comme déjà pensé plus haut : il se débrouillerait pour qu’elle vienne chez lui prendre les cours… Ce serait le pied ! Mais quelle chance que ça arrive ? Zero.

En d’autres circonstances, il aurait explosé de rire face à la tête de carpe que lui offrit la préfète. Bouche bée devant son rattrapage. Ben quoi ? Elle croyait quoi ? Ah oui, qu’il en avait rien à foutre de sa gueule parce qu’il s’était jamais officiellement intéressé à elle. Pourquoi il continuait de se faire souffrir inutilement ? C’était complètement stupide. Oh oui mais vous imaginez si quelque chose marchait entre eux ? Engagement. Erk. Il avait pas encore envie de s’engager, déjà parce que des engagements, on en avait pris pour lui il y avait longtemps de ça alors… Fallait à tout prix profiter de la vie libre qu’il avait ici (ou presque).

Elle s’offusqua alors et il trouva ça adorable. Whouaou on se serait cru dans l’un de ces livres sentimentaux, mièvres, pathétiques et effrayants dans leur platitude. Et eux, là, vivaient l’un de ces moment inoubliables mais qui pourtant en temps normal les auraient fait fuir, tant la honte qui en résulterait était insurmontable.

- Tu sais bien que je massacre pas grand monde ici… A part vormir sur ton remplaçant, je vois pas ce que je pourrais faire. De toutes façons l’ambiance devient trop irrespirable ici entre le monstre, les mangemorts et l’Elu… M’enfin si t’as peur de rester tous les jours avec moi…

Ok c’était du pur test pour voir ce qu’elle allait répondre. Nempêche, une partie de lui l’avait vraiment mal pris même s’il n’en montrait rien. Fallait pas trop en faire non plus et garder une barrière de sécurité afin de ne pas se viander lamentablement. Ben oui, là il le disait sur le ton de la plaisanterie, histoire de faire comme s’il s’en fichait au fond royalement mais… C’était qu’il se sentait pleinement concerné !

Elle lui mit une tape sur la main pour qu’il arrête, ce qu’il fit pour une fois. Il lui en fallait plus ? De sa part, oui. S’il voulait la taquinait, il suffisait de jouer sur ses points faibles, de la tourner en ridicule. Et la cible parfaite pour ça c’était de critiquer Rogue. Critiquez Rogue et Alyssa partait sur ses grands hypogriffes en vous traitant d’imbécile qui connaissait rien à la vie. En plus vulgaire certes… Il était un peu déçu d’avoir planté son coup. Il n’avait en effet pas déceler chez elle de réel agacement. Ah…Fallait qu’elle lui en parle. Ce qu’elle pouvait le saouler avec son Rogue ! Il était vieux, moche et débile. Enfin non, le moins débile des profs mais merde quoi ! Il était là, il lui disait de jolies phrases que cet abruti lui dirait jamais et elle, elle, elle en rêvait encore. Fallait arrêter d’avoir du crottin de sombral dans les yeux à la fin !

- Non. Apparemment il se serait absenté cette nuit…

Il mentait mais c’était plausible. Et puis pour le coup il n’avait pu cacher sa mauvaise humeur. Merde. Poufiasse. Penser à Rogue. Il ressassait ce fait dans sa tête. Et voilà, il était fâché maintenant ! Pourtant, il avait jamais été aussi détendu… Elle avait tout gâché ! Et encore pire : il l’avait insulté mentalement donc s’insulter lui-même. Evidemment il s’en voulut. Ce qui le fâcha encore. Il fixa le feu, dans l’espoir d’oublier sa rancœur dans les flammes…
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 7 Juin - 22:48
    Elle ne lâchait pas Julian du regard. En fait, elle faisait mine d'être attentive alors qu'elle ne l'était qu'à moitié. Elle se disait que c'était surement la dernière fois qu'elle le voyait alors pourquoi ne pas profiter ? A la fin de l'année, elle trouverait un travail ou ferait des recherches pendant un an, le temps que sa futur co-ministre finisse son année puis elles partiraient ensuite pendant environ cinq ans. Vu ce qu'elle avait prévu de faire, elle était sûre de ne pas le revoir. Elle partirait trop longtemps et il ferait sa vie avec une autre à cause d'un foutu contrat. Si elle ne le faisait pas maintenant, elle regretterait une bonne partie de sa vie de ne pas l'avoir fait. Elle pourrait même sans cesse se poser ce genre de questions :"et si je l'avais fait ? ". Elle pourrait au moins être sûre, savoir si oui ou non elle pouvait plaire à quelqu'un qui lui plait. C'est que jusqu'à maintenant... Ça l'avait pas trop fait. En même temps, il n'y avait que deux personnes. Une inaccessible et une qui l'était si elle ouvrait un peu les yeux et qu'elle arrêtait de se taper des pouffiasses. Elle ne savait pas si elle pouvait se lancer, elle avait trop peur de l'échec. La honte s'il la repoussait ! Elle n'en parlerait à personne et prierait pour qu'il fasse de même.

    - C'est pas que j'ai peur, c'est juste que je me demande si j'arriverais à te supporter... Puis toutes tes pouffiasses vont te manquer, je le sais, reste avec elles.

    Et hop, dans sa face. Elle montrait son désaccord sur son comportement. Elle n'aimait pas trop se dire que toutes ses filles avaient pu l'avoir alors qu'elle non. Il n'avait d'ailleurs pas l'intention de la faire profiter. Connard va.

    Elle avait demandé pour Rogue et apparemment il n'avait pas l'air de super bonne humeur. Ben tant pis hein. Si elle trouvait un mari qui n'était pas Rogue, il devrait accepter son admiration pour lui. Enfin son admiration... Sa fascination plutôt. Il était jaloux ? Nan, quand même pas. Quoique... Ça doit être dur de voir un homme parfait tel que Rogue et de savoir qu'on ne lui arrive pas à la cheville. Elle sourit. Pauvre mec... Peut-être qu'avec le temps il s'arrangerait. Peut-être... Mais, pourquoi est-ce qu'elle avait des pensées aussi négatives ? Elle était attirée par lui oui ou non ? Elle devrait plutôt le mettre sur un piédestal, le vénérer comme elle faisait pour Severus. Pourtant au contraire, elle ne faisait que le rabaisser. Surement parce que c'était plus facile de le dénigrer que d'avouer qu'il la faisait fondre. Oh et puis merde ! C'était la dernière fois qu'elle le voyait, elle pouvait bien se lancer même si, étant le mec, c'était à lui de le faire. Si elle le faisait, elle était sûre de n'avoir jamais de regret à part celui de quitter Poudlard, de ne pas l'avoir fait plutôt. En même temps, une relation à Poudlard elle ne savait pas si ça lui plaisait. Entre toutes les filles qui ne l'aimaient pas, une pourrait bien tenter de vouloir casser leur couple. Que tout le monde en parle ne la dérangeait pas, elle avait l'habitude qu'on parle d'elle, surtout en mal. Par contre, elle se sentirait comme espionnée, comme si les gens cherchaient le moindre faux pas pour répandre une rumeur idiote.
    Elle se redressa pour se mettre sur lui, une jambe de chaque côté. Elle le regarda dans les yeux avec un sourire amusé.

    - J'espère que ça sera mieux que la dernière fois...

    De toute façon on pouvait pas faire pire. Elle se pencha puis l'embrassa. Depuis le temps qu'elle en avait envie. Le premier qui venait interrompre ça serait tué sur le champ. Il se prendrait un avada direct.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Mar 8 Juin - 0:21
Ok. Qu'est ce qu'elle avait à le regarder comme ça elle? Le jeune homme était sorti avec assez de filles pour savoir de quoi il en retournait. Elles prenaient ce regard là quand elles étaient en train de fantasmer sur on ne sait quoi (mais en général il était concerné) ou bien en train de lui lancer un message subliminale du type : il serait temps que tu m’embrasses. Ouais, ça aurait été une autre, il l’aurait fait sans y penser mais là avec Alyssa il craignait de se planter alors… Alors il restait sourd au message. Il ne parlait plus depuis un moment mais les deux semblaient plongés dans leurs pensées : si elle partait, il ne la reverrait plus, pas avec le plan qu’il avait en tête. Le plan était simple : partir très loin, avec Cailean pour le côté moldu ce serait aussi plus simple, le temps qu’ils s’explosent tous la gueule. Comme ça lui, après, suivant qui gagne, il reviendrait comme une petite fleur et serait bien accueilli car quoi qu’il arrive il serait considéré comme un simple étudiant qui voulait découvrir le monde et la jeunesse, ah la jeunesse, elle faisait bien des erreurs ! Voilà, ce serait la sienne si le Dark psychopathe l’emportait. Si c’était le camp Potter bah il serait pas associé aux Mangemorts, autrement dit, pas un traître et il serait pas regardé de travers.

Il avait bien médité ce plan. Il restait encore à trouver comment fuir. Il devrait aussi en parler à Cailean voir s’il était d’accord de lui servir de guide dans le monde des sans magie. Bref, le temps qu’il revienne, ses connards de parents l’auraient marié à un pauvre mec et adieu Alyssa… Alyssa qui le ramena sur Terre en prenant la parole.

Ses « poufiasses » ? Heyyy ! Il avait très bon goût ! La plupart du temps. Pour le fun. Après le reste bah il s’y intéressait pas. La fille n’était qu’un faire valoir, une distraction pour se dire plus tard, quand il serait coincé avec une famille qu’il n’aurait pas voulu, qu’il avait bien profité de sa jeunesse. Combien de fois on en avait vu passer en larmes d’être jetées comme de vulgaire chemises ? On les comptait plus. Parce qu’il pouvait s’en passer ! Mais attendez une minute… C’était de la jalousie ça non ? Ok stop aux films, on va pas se faire du mal.

- Hmm… Si je te connaissais pas je penserais que tu serais jalouse. Mais pour te répondre, oui ça me manquerait de plus pouvoir m’amuser mais je suis prêt psychologiquement à affronter la dure réalité qui nous attend dehors…Tu peux pas reprocher aux gens de vouloir profiter de la vie.

Ok. Ce devait bien être la première fois qu’ils parlaient aussi sérieusement. Et ça l’effrayait en un sens car le terrain était plus que glissant. Mais que devait-il répondre à ça lui ? Un gros blanc lui répondit. Super. Génial. Vive l’attention hein ! Pourtant elle était pas blonde elle… Alors pourquoi elle agissait comme si s’en était une ?

Il se mit à imaginer une relation officielle. Cailean se foutrait de sa gueule. Mais Julian savait exactement comment le tenir en laisse maintenant alors il pouvait s’en accomoder. Malefoy s’étranglerait. Bien fait pour lui. De toutes façons, il l’aimait pas. Il avait rien compris aux temps modernes lui. Un blond quoi. Les autres filles… Certaines pourraient s’en prendre à Alyssa. Ou à lui. Par jalousie. Ce que ça craignait ! Elle se redressa soudainement dans le canapé et lui grimpa dessus.

*Je suis en train de rêver là… N’est ce pas ?*

Il toucha son bras et le palpa rapidement. Non, ça semblait bien réel. Bon peu importait, fallait bien réagir cette fois même si elle avait le don de le prendre de court. Et évidemment quand il avait épuisé ses réserves énergétiques et physiques hein ! Vraiment une chieuse. Elle plongea sur lui et cette fois, cette fois il était prêt ! Il répondit ardemment au baiser de la jeune fille, passionnément même. Un moment de pure extase. Heureusement elle embrassait bien. Ils étaient en parfaite harmonie mais… Il aimait pas que les filles soient au dessus de lui, surtout du type d’Alyssa. Tout en continuant de l’embrasser, il la rapprocha de lui encore et les fit basculer de telle manière qu’il se trouva au dessus. Et ses mains s’égaraient déjà sur le chemisier de la préfète, cherchant instinctivement la fin pour glisser ses mains en dessous et toucher sa peau. Ce qu’il trouva tranquillement d’ailleurs. Quand il devint évident qu’ils avaient tout deux besoin de respirer, il se recula. En tous cas, cette fois, il avait fait honneur à sa réputation.
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Mer 9 Juin - 14:40
    Si elle était jalouse ? Peut-être. Elle l'était car elle le voulait mais d'un autre côté, elle ne l'était pas parce qu'elle ne voulait pas être considérée comme un jouet. Elle ne voulait pas qu'il la saute comme il le faisait avec les autres, sans sentiment, juste parce qu'il voulait "profiter de la vie". Elle ne lui ferait pas ce plaisir. Ni même si elle en avait vraiment envie. Elle ne lui répondit pas, elle était parti dans ses pensées et avait d'autres choses à faire que de répondre à des imbécilités pareil. En plus, si elle lui disait qu'elle n'était pas jalouse, il ne la croirait pas puisque ça l'arrangerait. Elle tourna la tête vers les escaliers. Elle priait pour que quelqu'un descende avant qu'elle ne fasse quelque chose qu'elle regretterait surement. Oui parce que là, elle était vraiment tentée. Elle voulait passer sur lui et l'embrasser. Mais... Et si ça faisait comme la dernière fois ? Qu'il ne réagissait pas, qu'il s'en fichait ? Là ça serait vraiment la honte. Elle devrait partir, trouvant un prétexte. Sauf que là elle se voyait mal dire "je vais me laver". Elle pourrait toujours dire qu'elle allait dormir.

    Ne réfléchissant plus, elle était passée au dessus de lui. Il était trop tard pour faire demi-tour, elle passerait pour une folle. Puis il fallait bien tenter de temps en temps. Elle lui balança une phrase : "J'espère que ça sera mieux que la dernière fois..." puis l'embrassa. Et voilà. C'était fait. Miracle, il répondit au baiser. Elle qui avait longuement hésité, qui s'était demandé comment elle réagirait s'il s'en tapait, la voilà rassurée. Elle ne regretterait pas de ne pas l'avoir fait, elle regretterait juste de ne pas l'avoir fait plus tôt. Remarque, elle ne les voyait pas en couple, surtout à Poudlard. Elle l'aurait sur le dos tous les jours et ça la soulerait bien rapidement. On devinait facilement qu'elle n'avait jamais été amoureuse. Enfin bref. Il la rapprochait et elle se sentit basculer. Hein ? Ah... Il voulait être au dessus ? Macho va. Ça ne l'étonnait même pas, c'était un sang-pur après tout. Elle n'était pas pour mais sachant qu'il ne se passerait rien d'autre, elle le laissa faire. Ils ne faisaient que s'embrasser, rien de plus, elle pouvait lui laisser ce plaisir. Il mit fin au baiser et se recula un peu. Euh... Ok. Et ils faisaient quoi maintenant ? A part le regarder dans les yeux, elle ne savait vraiment pas quoi faire. Lui dire merci ? Et puis quoi encore ? Elle ne remerciait jamais personne. Puis merci... Il n'avait fait que son devoir d'homme. Allez Alyssa, trouve quelque chose à dire ! Gentil ou pas, on s'en fiche. Juste qu'il vaut peut-être mieux éviter les blancs. Lui dire qu'il a des beaux yeux ? Non, c'était trop gentil et ça ne lui ressemblait pas.

    - C'est beaucoup mieux que la dernière fois. En même temps, tu pouvais pas faire pire...

    Elle ne pouvait pas faire que de le complimenter, il fallait qu'il y ait une pique avec. Comme sa mère en fait. Elle faisait sa gentille et lui balançait après qu'elle était trop grosse. C'était bien une caractéristique des Carter. Elle l'avait dit avec un petit sourire en coin pour qu'il ne se vexe pas. Manquerait plus que ça, qu'il se vexe et se barre, elle aurait pas l'air bête plantée sur le canapé. 'Fin elle était plutôt fière d'elle, elle avait trouvé quoi dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 12 Juil - 22:48
Les choses étaient tellement compliquées alors qu’elles auraient pu être si simple si Julian et Alyssa n’avaient pas eu un ego surdimensionné… Malheureusement leur éducation basée sur des règles arriérées et parfois stupides les aveuglaient. Julian sortait avec n’importe qui d’assez belle pour attirer son regard. La fille n’était pour parler vulgairement comme un mec, qu’un trou. Un bouche trou pour être exact. Mais Alyssa, il ne l’avait jamais dragué ni même touché parce qu’elle avait quelque chose de sacré. Ce qui attira son attention fut qu’elle ne répondit pas à sa provocation. Avait-il vraiment touché juste ? Son cœur s’emballa alors qu’il ne le devait pas. Il espérait alors qu’il ne devrait pas être aussi dépendant d’une autre personne. C’était inconcevable, impardonnable, impossible.

Il en était là dans ses sombres pensées quand il sentit qu’on lui grimpa dessus. Il fixa de nouveau son attention sur la préfète. Mieux que la dernière fois ? Il vit son visage s’approcher du sien et comprit (ou bien crut comprendre) ce que voulait la jeune femme. Lorsque les lèvres d’Alyssa frolèrent les siennes, il sentit quelque part dans sa poitrine (ou son corps, il ne savait plus vraiment) une explosion, une joie tellement intense qu’il n’aurait jamais cru pouvoir connaître un jour. Et ce n’était qu’un baiser. Auquel il répondait. Il suçotait les lèvres de la préfète juste pour voir si une fois rougies elles seraient encore désirable. Question idiote car évidemment qu’elles le seront. Il appronfondit rapidement le baiser afin de s’assurer qu’il ne rêvait pas. Non on ne ferait pas deux fois ce rêve. Mais il y avait quand même un soucis : elle était au dessus et Alyssa c’était pas le genre de femme qu’il fallait laisser au dessus de soi. Oui, il ne fallait pas être une lumière pour le deviner. Alors le serpentard remédia bien vite à la situation. C’était lui qui dominait, pas l’inverse. Ou bien seulement quand il serait d’accord. S’il l’était… Car s’il lui accordait une phalange, elle serait bien capable de lui bouffer le bras. Lorsqu’il mit fin au baiser parce qu’il sentait qu’il allait définitivement perdre son self control, chose qu’il n’était pas encore prêt d’abandonner, il observa ses yeux. Elle réfléchissait. Il le voyait rien qu’à leur expression, au défilement de pensées ou d’images qui se faisaient derrière ces deux iris. Et elle trouva son idée. Sur le moment, il le prit mal. Mais il savait aussi qu’elle provoquait tout le temps et cherchait probablement à le taquiner. Qu’à cela ne tienne :

- Alyssa, on embrasse pas les gens après qu’ils vous aient sauvé la vie et qu’ils réalisent à peine qu’ils viennent d’échapper à une mort atroce (et qui ont eu en face d’eux une immondice).

Il eut un léger sourire avant d’ajouter avec tout l’ego qui lui est dû :

- Eh puis… Maintenant je sais que tu es folle de moi toi aussi. Car ce jour là, je pensais que tu l’avais fait sous le coup de l’émotion. Mais vu que tu viens de me sauter dessus dans un contexte plus calme, j’en déduis que c’était réfléchi et voulut. Et que tu es bien jalouse des autres…

Il eut un léger rire. Il la provoquait gentiment tout en la testant en même temps tant qu’à faire. Il disait ça vraiment sur le ton de la blague ayant trop peur de se prendre un break directement. Il passa une main dans ses cheveux, très satisfait de lui-même. Mais quelque part il était bien embêté : si elle lui tombait toute crue dans ses bras, il n’y avait plus de défis, plus de challenge et oh par Merlin ! Elle allait lui mener la vie dure avec son statut de préfète. Elle le menacerait et aurait plus de poids pour l’empêcher de vivre sa vie… Il voyait ça d’ici… Tant de choses à sacrifier qu’il ne voulait pas encore laisser partir. Il se mit à rire comme un imbécile heureux.

- Désolé, je repensais à l’autre fois… On a eu tellement peur…

Pour pas dire : je te revois par terre, je t’entend te prendre un mur… Yavait de quoi rire !

- Tu ne fais pas une infidélité à ton Rogue là ?

Il prit un air choqué et effrayé. Bah il aimait bien l’embêter aussi et puis elle le savait alors elle ne ferait que répliquer. Leur jeu de la répartie était bien la base de leur relation…
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Mar 13 Juil - 15:24
    Alyssa était un peu perdue. Elle avait agis sans réfléchir, c'était pas digne d'un Serpentard ça mais bien d'un Gryffondor. Elle s'était lancé, dévoilant ainsi une partie de ses sentiments à cet idiot. Certes, c'était bien. Mais et maintenant ? Qu'est-ce qu'ils faisaient ? Qu'est-ce qu'ils allaient devenir ? Elle partait dans deux jours, ils pouvaient soit faire chacun de leur côté soit ne plus se quitter. Puis après... Elle n'en savait rien et ça la troublait. Elle préférait tout planifier à l'avance pour être sûre de n'être jamais déstabilisée ou surprise. Ce baiser n'avait pas été prévu dans son emploi du temps super chargé. Ni même de passer du temps avec Julian. Voilà un de ses défaut : toujours en train de réfléchir. Elle avait un mec super canon au dessus d'elle qui voulait bien d'elle et voilà que mademoiselle partait dans ses pensées. Bravo Alyssa, c'est de mieux en mieux.

    Il lui rappela l'épisode de la bête qu'elle n'appréciait pas trop. Elle n'aimait pas le fait qu'il lui ait sauvé la vie. Ça voulait dire qu'elle lui redevait et devoir des choses à quelqu'un elle ne supportait pas. Elle n'y répondit même pas. Non, lui devoir quelque chose c'était vraiment pas son truc. Elle avait bien une idée en tête, du comment être à égalité mais... Non, pas ce soir. Il avait déjà eu l'honneur de pouvoir l'embrasser, c'était pas mal. Et voilà, il se la sentait plus parce qu'elle l'avait embrassé. En plus de ça, il pensait qu'elle était jalouse des autres. Ben voyons... Alyssa jalouse ? Jamais. Elle fit mine de lever les yeux au ciel, c'était du fait exprès. Elle voulait juste le calmer un peu, elle ne pouvait pas être trop gentille, c'était trop lui demander.

    - Te fais pas de film, je t'ai embrassé parce que je vais partir et que je voulais savoir si tu étais aussi bon que le prétend ta réputation.

    C'était faux. Elle ne pouvait pas lui avouer que oui, elle aurait aimé être à la place des autres, elle aurait aimé pouvoir se le faire ou pouvoir se retrouver dans ses bras musclés. Elle se rabaisserait trop, elle avait sa fierté. Parfois, elle trouvait qu'elle avait même trop de fierté mais bon, elle était comme ça. Elle leva les yeux vers lui, voulant croiser les siens. Qu'est-ce qu'il était beau purée... Pourquoi est-ce qu'elle était méchante avec lui alors que lui ne l'était pas ? Foutue fierté. Il passa une main dans ses cheveux et bizarrement, le geste lui plaisait. Merde, elle était quand même pas amoureuse ?! Naaaaan, pas elle. Elle se voulait bien trop rebelle pour ça. Une Carter amoureuse, ah nan, la blague. Elle ne pouvait pas en être fan on plus, elle n'était fan que de Rogue. Fallait juste trouver ce qu'il représentait pour elle.

    - Correction : TU as eu peur, moi j'étais à l'aise. La bête ne me faisait pas peur.

    Dit-elle avec un air innocent. Elle mentait bien évidemment. Puis elle plaisantait.

    Il lui parla ensuite de Rogue. OH ! C'était vrai... Et lui alors ? Bah, elle l'attendait. Elle se demandait même ce que lui attendait pour passer à l'action. Merde quoi, elle allait pas l'attendre cinquante ans non plus. N'empêche qu'elle avait bien aimé qu'il dise "ton Rogue" parce que oui, il était sien. Il lui appartenait à elle et à personne d'autre. La première fille qui lui souriait trop ou s'approchait trop n'avait plus que quelques minutes à vivre. Voire même quelques secondes. Elle se rappelait s'être énervée contre Angela pour ça. Elle avait cru qu'elle voulait séduire Rogue, ça avait été à base de "je te pousse" et insulte jusqu'à ce qu'elle lui avoue que non, elle ne voulait pas son fantasme. Elle s'était vachement sentie stupide après mais bon, c'était une fille.

    - Oh on a couché ensemble tout à l'heure pour se dire au revoir. Il embrasse mieux que toi d'ailleurs.

    Elle mentait, malheureusement. Si ça avait été vrai, elle serait encore dans les nuages avec un grand sourire. Elle ne s'en remettrait pas et ne serait pas en état de parler ou même marcher. Elle serait juste ailleurs. Dans son monde dédié à son professeur.

    - Tu comptes partir bientôt ? Parce que j'ai un autre rendez-vous dans trente minutes. Il n'y a pas qu'à toi que je dois faire mes adieux...

    Elle mentait, encore une fois. Elle voulait juste voir comment il réagirait. Si avec lui, elle aurait le droit d'aller voir ailleurs. Ils n'étaient pas ensemble, elle le savait, mais ça se verrait facilement si ça lui plaisait ou non. En tout cas, avec elle, on ne pourra pas dire que leur relation était basé sur la vérité mais presque que sur le mensonge. Elle ne faisait que mentir depuis tout à l'heure, juste pour le tester ou par fierté. Une vraie chieuse quoi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Dim 18 Juil - 22:38
Julian savait bien qu’Alyssa était une impulsive qui parfois (ou plutôt souvent) agissait sans réfléchir. Par exemple là, elle s’était jetée sur lui. Sauf qu’il n’y avait pas de monstre. La peur ne serait donc pas l’excuse. En fait, si Julian l’avait souvent observée de loin, il se rendit soudainement compte qu’au final, il ne la connaissait pas vraiment. Il pouvait dire son humeur à sa démarche (ou en fonction de la semaine du mois), pouvait dire si elle était fatiguée, si elle cherchait quelqu’un à ennuyer… Il savait si elle allait se fâcher. Oui, mais ne savait pas vraiment si c’était sincère ou pas ce baiser. Etait-ce un aveux ? Il aimait sincèrement à le croire. Déjà, il y avait eu la jalousie. Et son regard. Elle n’était pas du genre à hésiter mais pourtant, il l’avait vu chercher à briser le silence qui s’était établi entre eux. Ces choses n’arrivaient pas quand on embrassait quelqu’un comme ça sans y penser. Ces filles là allaient plus loin sans penser aux conséquences dans la relation. Par contre celles qui étaient amoureuses… Alyssa était elle vraiment amoureuse ? Serait-il lui toujours amoureux si elle lui devenait soudainement accessible ? Ne risquerait-il pas de se lasser ? Que se passerait-il si ils étaient vraiment tous les deux amoureux l’un de l’autre ? Elle partait dans deux jours. Comme il l’avait dit, ça ne l’effrayait pas et il s’arrangerait pour qu’ils aient cours ensemble. Parce que ce serait une formidable opportunité pour apprendre à se connaître. Dans l’autre cas, si elle restait, qu’ils se voyaient tous les jours tout le temps… Oulalala il n’y avait pas de pire tue l’amour… Il était peut être trop tôt pour qu’il s’avoue. Et puis si ça lui passait, qui pourrait bien la remplacer ? Avec le recul, il valait peut etre mieux ne pas trop la pousser à se dévoiler…

D’un autre côté, il lui avait sauvé la vie. Elle avait une dette envers lui et pouvait bien en profiter pour réclamer son fantasme ultime… Mais elle n’allait pas le prendre bien la connaissant alors valait mieux aussi éviter d’en abuser maintenant. Cette carte devait être jouer plus tard. Il la vit lever les yeux au ciel, comme pour jouer l’exaspérée. Mais c’était surjoué. Julian préféra y croire, sentant que la situation allait lui échapper et peut être bien échapper aussi à la préféte en chef. Ou non. Cette phrase, son cœur le prit mal mais sa tête elle remercia infiniment la créature en face de l’avoir dite.

- Je suis dix fois meilleur que ma réputation. Tout le monde le sait. En tous cas chez les filles.

Oui parce que Julian n’embrassait pas les hommes. Et n’aimait pas les hommes. En tant qu »ami » encore oui mais plus, fallait pas se leurrer. Alyssa avait des côtés trop masculins sur certaines choses. Enfin d’autres diraient modernes. Comme cette idée absurde que la femme est l’égale de l’homme. N’importe quoi. Suffisait de voir : les trois plus grands sorciers étaient… Hé bien des sorciers justement ! Pas des sorcières ! C’était une castratrice qu’il fallait maîtriser. Pour cela, il fallait la dépasser dans tous les domaines. Pour le moment Julian était pas encore tout à fait prêt. Bon il avait déjà prouvé être capable de lui sauver la vie et de la protéger des monstres. C’était une bonne chose car elle avait réagi typiquement comme une fille sur ce coup là. Bref, il devait encore s’assurer que c’était la bonne… Et qu’elle ne menacerait pas trop ses attributs masculins. S’il la dirigeait sur Rogue c’était simplement pour abaisser la tension « amoureuse » entre eux. Et aussi pour dire qu’elle ne le faisait pas passer en premier ce qui était une faute impardonnable. Question d’ego. Ah ba tiens ! Si elle souhaitait aller plus loin, elle allait être surprise ! Rien que pour la faire chier, il dirait non. De toutes façons il ne pouvait plus le faire physiquement là. Mais voilà, c’était pas un mec facile. Enfin si… Mais PAS pour ELLE ! Fallait pas déconner quand même !

En plus elle osait nier la peur phénoménale qu’elle avait ressenti. Si c’était pas débile ça. SI en plus elle minimalisait son action héroïque… Ah si tu le prends comme ça Carter on va jouer un peu. On verra qui va sortir vainqueur de cette situation. Mais une chose est sûre : ce sera pas une femme !

- Non elle ne te faisait pas peur. Elle te tétanisait à un tel point que tu es restée plantée sans bouger alors qu’elle arrivait sur toi. J’ai même dû te relever et te tirer pour que tu puisses penser à courir. Sans moi tu serais morte. Un autre que moi ne l’aurait sûrement pas fait vu le nombre d’ennemis que tu t’es fait… Ou bien n’aurait pas eu le courage de mettre sa vie en danger pour une préfète qui abuse de son pouvoir et qui prend un malin plaisir à ennuyer les gens. Des fois je me demande si t’es pas blonde en vrai…

Hmm. C’était tout aussi blessant en soi même. Il la dépeignait pas de la meilleur des façons mais il voulait l’éloigner physiquement de lui parce qu’il allait craquer sinon. Il avait de plus en plus de mal a empêcher son cœur de prendre le pas sur sa raison. Mais bon c’était dit aussi sur le ton de la plaisanterie et puis fallait voir ce qu’il se prenait depuis un moment quand même… Il voulait bien faire le chevalier servant mais fallait pas abuser. Le roi c’était lui, LUI et personne d’autre.

- Le mensonge est laid dans la bouche d’une femme. Si tu t’étais vraiment tapé Rogue, tu ne serais pas en train de jouer ta desespérée sur moi, tu crois pas ?

Jalousie quand tu nous tiens. Chez Julian, la jalousie et la colère se résolvait simplement : dans la violence verbale ou physique. Mais il n’en venait aux mains qu’avec les garçons.

- Un asexué peu difficilement bien embrasser. Je suis sûr que la seule chose qu’il a pu embrasser dans toute sa vie c’est sa mère. Ou une pute. Au choix.

Oui, c’était parti tout seul. Il se mordit la joue comme pour s’empêcher de parler. Fallait qu’il se calme. Quand elle poussa la provocation un peu trop loin. Et ça se vit dans ses yeux ce petit éclar de colère et de jalousie. Celui qui disait que non, il ne voulait pas la laisser partir, qu’elle était à lui seul et que le premier qui poserait ses doigts sur elle autre que lui serait définitivement mort. Il le décapiterait, il le torturerait jusqu’à ce que mort s’en suive, le pendrait aux plafond en attendant que les os se disloquent, il lui enfoncerait des tisonniers dans le corps histoire de lui montrer combien sa colère à lui se consumait dans son cœur. Il ferma les yeux un instant. Soupira. Et recula. Une fois éloigné de quelques pas il lui jeta un regard plutôt froid avant de lâcher :

- Hé bien vas y. Tu as eu ce que tu voulais non ?

Oui. Il était fâché. Vraiment fâché parce que là elle semblait lui échapper et toutes ses bonnes résolutions de la tenir éloignée s’envolait.

- Je t’ai toujours apprécié Alyssa parce que tu semblais différente. Mais au final… T’es comme les autres.

Bon il savait pas dire adieu non plus et puis si elle partait, qu’elle était mariée… Mieux valait tout détruire définitivement. Son cœur se brisa. C’était horrible. Il détestait cette sensation. Pourquoi il faisait ça ? Bon… Quitte à la perdre…

- Je sais pas pourquoi je suis amoureux de toi au final. Pour toi ya que l’autre vieux débile qui compte avec ses cheveux gras de merde.

Puis se rendant compte de comment il l’avait dit, il ajouta bien vite :

- Laisses tomber. Oublie ce que j’ai dit. Va voir celui qui attend derrière.

Il avait détourné les yeux. Parce que là oui ça faisait bien plus mal et il avait du mal à ne pas montrer que ça l’affectait plus qu’il ne le laissait paraître. Il finit par faire un sourire forcé avant de dire :

- Bon ben je crois qu’on a fait des adieux dignent d’une pièce de théâtre non ? Sérieusement. Si tu t’en vas, j’espère qu’on pourra se voir à l’occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Lun 19 Juil - 13:35
    Alyssa haussa un sourcil. Lui, dix fois meilleur que sa réputation ? Mouais. Il pouvait être sûr, c'était une chose qu'elle n'avouerait jamais. Sa réputation elle la connaissait mais de là à la confirmer... C'était beau les rêves. Un sourire en coin fit son apparition chez la jeune préfète en chef. Il n'annonçait rien de bon, du moins tout dépendait du point de vue. Mais bon, c'était pas le tout mais être en dessous de lui ça commençait à être un peu chiant. C'était largement mieux lorsque c'était elle qui était au dessus. Il était gros quand même ...

    - Ça, c'est ce qu'on te laisse croire mais crois moi, dans les dortoirs des filles, ou même dans les douches, ça y va dans ton dos ...

    Les dortoirs et les douches étaient des endroits ou, parfois, des groupes se réunissaient afin de papoter, rire et se moquer. Alyssa adorait ces moments-là, lorsqu'elles se foutaient sur un lit avec Madi, Sybille, Effy et d'autres afin de discuter des derniers potins. Elles le faisaient aussi tout en se préparant. C'était bien pratique pour être au courant de ce qu'il passait et ainsi pouvoir lancer des piques si jamais on tentait de l'embêter ou de remettre en cause son autorité.

    Elle avait dit que la bête en lui avait pas fait peur. Ben c'était sûr que comparé à la deuxième fois où elle l'avait vu, elle n'avait pas eu peur. Au cours de soins aux créatures magiques, lorsqu'elle était vraiment apparue, là oui, elle avait eu extrêmement peur. C'était limite si elle s'était pas dit "oh putain je vais mourir !" . Elle était énorme ! Et laide. Ses dents faisaient la taille de son bras et ses yeux la taille du souaffle. Bien sûr, étant à Serpentard, elle avait tendance à tout exagérer. Enfin bref, tout ça pour dire que la créature était horrible, qu'elle faisait peur et que c'était donc normal qu'Alyssa ait flippé sa race. Par contre, Julian, le mec aussi laid que la créature évoquée deux lignes plus haut, se trompait. Elle n'était pas resté tétanisé au point de ne pas bouger. S'il avait dû la relever c'était parce qu'elle était tombé ! C'était logique non ? Ah mais non, on parlait de Julian là, fallait oublier la logique. Elle fronça les sourcils. Elle rêvait où il était en train de dire qu'elle avait un cerveau de blonde ? Il tombait mal là. Déjà parce qu'elle ne l'était pas mais en plus parce que tout ses meilleurs amis étaient blonds et qu'elle ne les jugeait pas con, sauf Drago.

    - T'en as pas marre de raconter de la bouze ? Tu m'inventes carrément une vie. Je n'étais pas tétanisée non, j'ai glissé parce que l'herbe était mouillée et que je n'avais pas de chaussures adéquates ! Tu ne m'as pas sauvé la vie, j'étais en train de me relever et j'aurais pu le faire toute seule. Si tu as voulu jouer au prince charmant c'est ton problème mais j'aurais très bien pu m'en sortir sans toi. Sans parler du fait que si tu n'étais pas sorti de la forêt en courant avec la queue entre les pattes, tout ça ne serait pas arrivé. Tu aurais pu essayer de l'affronter, ou de sortir ailleurs que là où j'étais.

    Bah ouais, c'était quoi ça ? Le mec il attirait le danger vers elle puis après il se la pétait parce qu'il l'avait aidé à se relever. Nan mais lol quoi.

    "Si tu t’étais vraiment tapé Rogue, tu ne serais pas en train de jouer ta désespérée sur moi, tu crois pas ? " Sur ce coup là, il n'avait pas tort. Si elle s'était vraiment fait Rogue, elle ne serait surement pas avec lui et ne l'aurait pas embrassé. Elle aurait voulu que les lèvres de Rogue soient les dernières à avoir effleurées les siennes. Puis elle serait surtout en train de tout raconter à ses amies, dans les moindres détails. Sur ce coup là, il avait réussi à la faire sourire. Tout simplement parce qu'il disait vrai et qu'il la connaissait apparemment un peu.

    - C'est sûr que si c'était arrivé, je ne serai pas là à t'embrasser en l'imaginant lui.

    Oui, c'était vraiment pas très gentil. En plus, c'était faux.

    "Un asexué peu difficilement bien embrasser. Je suis sûr que la seule chose qu’il a pu embrasser dans toute sa vie c’est sa mère. Ou une pute. Au choix. " nan mais ... Elle rêvait ou il s'en prenait à Rogue ?! Il était suicidaire ! Elle refusait de penser que Rogue était asexué. Elle était même persuadée de l'avoir vu bander lorsqu'elle était venu le chercher en plein milieu de la nuit en tenue très légère. Bien sûr, c'était ce qu'elle aimait penser mais elle n'avait rien vu du tout puisqu'il n'y avait rien eu à cet endroit là. Mais bref. Alyssa étant la plus grande fan de Rogue et son garde du corps officiel, ne put s'empêcher de s'énerver, et bien. Elle dégaina tout de suite sa baguette.

    - Je te conseil de parler autrement de Rogue sinon ça va être toi l'asexué.

    Elle avait l'air en colère et l'était. Nan mais oh ! On ne critique pas Rogue !

    Alors qu'elle lui avait demandé s'il comptait rester puisqu'elle avait un autre rendez-vous, le voilà qui soupirait et qui se reculait. Ah bah enfin ! Elle pouvait respirer à nouveau. Oh c'était pas son odeur qui l'en avait empêché puisqu'il sentait bon mais... Bref. Il avait déjà subi assez de critiques comme ça. Elle se redressa pour ne pas rester allongée et avoir l'air d'une débile ou d'une fille en manque de cul qui appelait le mâle. Si elle avait eu ce qu'elle voulait ? Hum ouais, en partie, mais pas tout. Pourquoi il demandait ça lui ? Il était quand même pas fâché ? Qu'est-ce qu'il voulait ? Qu'ils couchent ensemble et qu'il lui fasse une dizaine de gamins ? Ah non.
    "Je t’ai toujours apprécié Alyssa parce que tu semblais différente. Mais au final… T’es comme les autres. " Alyssa haussa un sourcil. Euh... Qu'est-ce qu'il racontait ? Ah, il avait dû boire avant de venir. Elle comme les autres, jamais ! Elle était unique. Puis, comment ça comme les autres ? Stupide ? Hum non, il n'oserait pas. Alors qu'elle allait répliquer, elle entendit autre chose qui la stoppa net. Il... Il... Nan... Il était... Amoureux d'elle ?! Quoi ?! Elle était complètement perdue. Elle ne cessait se repasser la phrase en boucle dans sa tête : "Je sais pas pourquoi je suis amoureux de toi au final. Pour toi ya que l’autre vieux débile qui compte avec ses cheveux gras de merde. " . C'était pas possible, il devait forcément plaisanter. Ça devait être une mauvaise blague pour se venger. Pourtant, il avait l'air vraiment sérieux et même énervé . Elle était tellement choqué qu'elle ne répliquait même pas méchamment pour sa pique sur Rogue qui n'avait pas les cheveux gras. Il avait juste un shampoing qui donnait l'air d'avoir les cheveux gras. Elle ne répondit pas non plus à sa réplique suivante, lorsqu'il lui disait d'oublier ce qu'il avait dit. Mais merde. Qu'est-ce qu'elle devait faire dans cette situation ? Lui dire "moi aussi" alors qu'elle ne savait pas si c'était vrai ? Lui rire au nez pour lui faire avouer que c'était une blague ? Lui dire que ce n'est pas réciproque juste pour le faire souffrir ? Putain, elle ne savait vraiment pas quoi faire. Pour une fois dans sa vie, Alyssa était à court de réplique, on avait réussi à la réduire au silence, à lui clouer le bec. Elle ne savait pas si elle était amoureuse, elle ne l'avait jamais été et refusait de l'être. Alors qu'elle était toujours dans ses pensées, voilà que monsieur jouait sa victime. Il lui parlait de théâtre et tout le tralala. Elle ne l'écoutait qu'à moitié.

    - Tu étais sérieux ? Tu es vraiment amoureux de moi ?

    Elle devait savoir. C'était important. Ça la dérangerait surement qu'il dise oui parce qu'elle avait peur d'être amoureuse. Disons que c'était beaucoup plus facile d'être fan, de fantasmer sur quelqu'un qu'on aura pas plutôt que quelqu'un qui vous veut et avec qui vous ne savez pas sur quel pied danser. Puis elle ne se voyait pas en couple, dire "je t'aime" et tout le tralala. Puis voir toutes les filles lui tourner autour la rendrait complètement dingue. Cependant, au fond d'elle, mais vraiment bien profond, elle espérait que ça soit vrai.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Mer 21 Juil - 0:33
Lorsque le serpentard vit un sourire en coin apparaître sur les lèvres de la préfète il sut que les prochains mots seraient de la pure répartie. Un jeu entre eux et encore bien heureusement ! Bon la bonne nouvelle c’est qu’il était physiquement parfait. Bon, ok, il n’était peut être pas parfait mais il s’approchait assez de la perfection pour faire mouche auprès des filles de son âge… Ou plus vieilles… Ou même plus jeunes… Bon c’était l’un des sex symbols de l’école, tout le monde le savait et personne ne contestait ce fait. Sauf elle. Bien elle allait encore supporter un peu son poids parce qu’il commençait à fatiguer et là il y a avait en dessous de lui le meilleur matelas du monde… Il ne s’affala pas mais il relâcha un peu ses muscles qui commençaient à s’ankyloser.

- Oui. Je vous imagine bien avec vos délires, vos rires hystériques pour établir le meilleur fantasme que vous aimeriez vivre avec moi. Il y a longtemps qu’on espionne vos conversations tu sais…

Coup de bluff. Mais tout à fait possible à partir du moment où il y avait complice et pour les garçons de serpentard il n’était pas difficile de persuader une première année de déposer quelques petites choses pour espionner en échange d’une bonne rétribution. Il espérait qu’Alyssa s’en outragerait. Il allait tenter un coup de bluff.

- C’est pas toi qui racontait que tu voulais être prise par Rogue sur son bureau un soir après les cours ?

S’il voyait juste et qu’il gardait ce regard pensif et sérieux, elle le croirait peut être. Si elle marchait, il s’en amuserait bien. Elle serait outragée, fâchée et livrerait peut être quelques petits secrets au passage. On ne savait jamais ce qu’on pouvait récolter avec de telles machinations ! Il s’étonnait encore en son for intérieur d’être capable d’inventer de si bons petits stratagèmes, en totale improvisation. Oui, c’était bien de se lancer des fleurs quand vous aviez en face de vous une petite teigne qui cherchait à raboter votre amour propre. Il devrait le raconter à ses amis. Il était certain qu’ils apprécieraient et en plus c’était une excellente idée pour que son nom résonne à jamais dans ces murs : Julian Johnson, celui qui a ouvert la porte sur les petits secrets des filles. Non parce que elles avaient le droit de venir dans leurs dortoirs mais eux, ils avaient pas le droit ? C’était quoi cette injustice ? Ok plusieurs l’avaient rejoint dans son lit mais tout de même ! Fallait pas exagérer ! Ok aucune n’était venue vraiment… Il avait toujours expulsé l’intruse. Il partageait pas son lit avec n’importe qui lui et puis avec les autres autour dont Cailean… Il avait pas envie d’être taquiné après. Il taquinait. Pas l’inverse ! Ou moins…

Elle fronça les sourcils à son attaque concernant son intelligence. Oui il l’accusait d’avoir un cerveau de blonde, probablement le reste d’une autre vie sous une entité masculine. Oui, il était certain qu’elle avait été un homme dans une autre vie avec cette attitude castratrice… Au lieu d’obéir et de se la fermer elle se rebellait sur tout. En plus elle minimisait son aide. Ouais, c’était certain qu’elle avait dû avoir une autre vie antérieure avec ce type de comportement… Et sa mauvaise foi en plus… C’était bien un signe. Ok. Il était amoureux d’elle. Si elle était un homme psychiquement, lui il était quoi ? Oulalalala la tournure de ses pensées ne lui plurent pas du tout et il les chassa en se disant que ce type de questions philosophiques n’avait aucun intérêt. Il fallait qu’il se concentre de nouveau sur son Alyssa adorée. Il se gifla mentalement. Sur Alyssa.

- Je te rassure, je suis tombé sur toi par hasard car je ne savais pas où j’allais sortir. Tu ne faisais pas un geste. C’est bon, t’as pas besoin de te faire passer pour Merlin ! On a le droit d’avoir peur et de se faire sauver la vie par un gentil camarade qui a eu la grande présence d’esprit d’intervenir. Et ma queue oui par définition, elle est entre mes pattes…

Non mais ! C’était pas un chien non plus ! Et puis même c’était vrai ! Il sourit à sa petite réplique d’un air très satisfait de lui-même. Enfin bon, quand elle parlait comme ça, ça le dégoûtait. Dans ces moments là il regrettait même de l’avoir aidé. Il aurait dû la laisser par terre et se casser comme il en avait eu la première intention. Après tout, beaucoup de personnes lui auraient été reconnaissantes ! Il avait manqué une occasion de vaincre le dragon de l’école. En plus elle souriait quand il attaquait sur Rogue. Depuis quand elle souriait dans ces situations ? Ah… Il avait peut etre fait juste. Si jamais elle fantasmait sur lui… Elle fantasmait sur lui. Ce fut sa conclusion devant ses yeux rêveurs et la bave qui coulait de ses lèvres. Enfin métaphoriquement car il ne serait jamais amoureux d’une limace baveuse. Ouuuuh ce qu’elle le saoulait avec son Rogue. Fallait qu’elle baise avec lui une bonne fois pour toute (et qu’elle se rende compte qu’il est un pied dans le domaine) pour qu’elle rapplique définitivement vers lui, Julian, et happy end ! Mais non… Elle avait ce fichu prof en tête à chaque seconde et c’était lourd. Oui ça le gonflait carrément.

De là, il avait attaqué plus franchement. Oui il était jaloux d’un vieux. Mais qui le serait pas ? La fille la plus belle au monde était en train de fantasmer sur une vieille chauve souris au poil gras… Ah tiens ! Si les cheveux étaient gras, était ce le cas aussi pour… Les cheveux intimes ? ERRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRK ! Il venait de se dégoûter à vie. Ne plus penser au ça de Rogue, plus JAMAIS ! Un truc rabougri et … Eurk. Non fallait penser à autre chose. Tiens la poitrine d’Alyssa est pas trop mal dans le genre planche à pain. Bon. Ben il remonta ses yeux au niveau de la bouche de la préfète. Plus désirable. Oui, les mauvaises images s’effaçait devant la muse en face de lui.

Cette folle le menaçait. Elle le menaçait avec sa baguette magique. Fallait qu’elle se calme. C’était pas normal d’être aussi accroc à un prof qui jamais ne vous verrait. C’était vrai, elle était complètement trollée du cerveau ! A son âge, on sortait avec des beaux garçons comme lui et on fantasmait dessus. On ne rêvait certainement pas d’une chauve souris puante.

- Si tu menaces cette partie de moi je crains que Rogue suivra du côté des eunuques…

Et le pire jour de sa vie se déroulait sous ses yeux. Les mots avaient franchi ses lèvres avant même qu’il ne réalise ce qu’il faisait. Oui, son inconscient avait été le plus rapide et avait outre passé sa conscience. Putain de Scrout à Pétard de sang de bourbe ! Pourquoi avait-il donc lâché ça ? Il vit toutes les émotions passer sur le visage de sa préfète : le soulagement de récupérer son espace vital, l’étonnement, l’inquiètude… Elle haussa un sourcil après s’être redressée dans le fauteuil. Aie. Le haussement de sourcil n’était pas vraiment un bon signe en soi… Elle ouvrit la bouche et là, les derniers mots, les pires de tout ce qu’il avait déjà débité sortirent. Horreur et damnation. C’était fini. Sa réputation était finie. Il jeta un coup d’œil aux alentours mais personne ne semblait avoir entendu. Si jamais c’était le cas, il s’occuperait d’arranger un peu les souvenirs parce qu’il était hors de question que la honte de sa vie soit le sujet de moquerie de l’école ! Et le pire fut… Le silence qui s’ensuivit. Pour la toute première fois de leur vie, Alyssa venait d’être soufflée. L’absence de réaction fit monter son adrénaline. Une part de lui était en train d’avoir le fol espoir qu’elle se jetterait à son cou. Une autre part était mortifiée à l’idée de devoir faire une croix définitive sur l’Amour de sa vie. Que faire à présent ? Il était trop tard pour reculer… Il lui fallait une échappatoire. Peut etre qu’il n’était qu’un ami. Il devait resté son ami. Alors le seul truc qui lui vint fut de prétexter la blague. Mais il ne savait pas comment réagir et guettait les réactions corporelles de la préfète. Le langage corporel était le meilleur indice de ce qui pouvait se passer dans sa petite tête. Salazard ! Il avait pas envie d’être amoureux. On finissait con avec ça ! Fallait fuir. Vraiment. La zone était trop dangereuse. Hélas, on lui retira l’option. La question qui tue : « Es tu sérieux ? Es tu vraiment amoureux de moi ? ». Non c’est une blague ! Allez Ju, dis lui ça !

Mais l’homme est faible. Et si elle ne lui riait pas au nez, c’est qu’il devait avoir une ouverture. Il avança de nouveau vers elle et chercha à capter son regard. Il la regardait droit dans les yeux, essayant de sonder son cœur. Après tout, il savait bien que c’était là qu’il aurait un indice. Les filles amoureuses avaient toutes le même regard. Il passa une main derrière la nuque de la jeune fille et l’attira légèrement vers lui afin de rapprocher leur deux corps. Là, il l’embrassa de nouveau mais ce baiser fut bien différents de tous ceux qu’il avait pu donné avant. Car cette fois là, pour la toute première fois, il laissa son cœur prendre totalement le contrôle. Sa raison n’était plus. Le monde autour de lui n’était plus ou plutôt se résumait à Alyssa. Il finit par le rompre au bout de quelques longues secondes qui lui parurent éternité.

- Oui. Parce que je n’ai jamais dit ces mots à aucune fille et tu le sais. Je leur dis qu’elles sont belles, qu’elles me plaisent, qu’elles sont sensationnelles et dans leur ego elles entendent « Je t’aime » quand je ne faisais que penser à tirer mon coup. Alors oui je suis sérieux. J’ai des sentiments un peu plus qu’amicaux pour toi. Et je déteste le dire. Je n’aurais pas dû le dire. C’est contre tous mes principes…

Il soupira.

- Mais si jamais tu ne me vois qu’en ami… Je m’en contenterai. Mais vu que tu pars dans deux jours et vu l’avenir qu’on nous réserve… C’est mieux que tu saches je crois…

Son regard se perdit dans les ombres de cet avenir incertain, un mur auquel il faisait face et qui semblait soudainement insurmontable.
Revenir en haut Aller en bas
Alyssa Carter
Nombre de chapitres écrits : 11511
Sang : Pur
Supporter de : Du Dieu Severus Rogue
© avatar, icon, signature : Avatar : stereolove | Tumblr
Date d'inscription : 30/03/2006
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Ven 23 Juil - 2:21
    Alyssa sentit un peu plus de poids sur elle. Elle rêvait ou il se relâchait ? Non mais il se croyait où ? Chez mémé ? Elle grimaça pour lui faire comprendre que ça ne lui allait pas et qu'il s'il se relâchait encore, elle finirait par ne plus pouvoir respirer et y laisserait la vie. Elle plissa les yeux lorsqu'il lui avoua qu'ils espionnaient leurs conversations. Elle ne savait pas vraiment si elle devait le croire. En soit, c'était possible et ça ressemblait bien à des mecs, surtout de Serpentard. Mais de l'autre... Comment est-ce qu'ils auraient fait ? Lorsqu'elle parlait avec ses amies, elles viraient généralement celles qui ne faisaient pas partie de leur petit cercle privé. Bah merde alors. Ah mais, il devait mentir. C'était ça. Idiot va.
    "C’est pas toi qui racontait que tu voulais être prise par Rogue sur son bureau un soir après les cours ? " Putain ! C'était vrai ! Ils les espionnaient ! En même temps, c'était pas un immense secret. Presque tout le château savait qu'Alyssa était une obsédée de son professeur de DCFM. Puis depuis qu'ils avaient été au bal ensemble, les rumeurs y allaient de bon train. Bien évidemment, elle ne faisait rien pour faire taire les rumeurs. Ça n'empêche qu'à la réplique de Julian, Alyssa paraissait choquée. Elle l'était vraiment. Chercher à démentir ne servirait à rien, c'était vrai et vu la tête qu'elle venait de tirer, si jamais elle disait le contraire il devinerait facilement que c'était faux. Ou alors elle pouvait dire que ce n'était pas elle mais une autre amie. Non, ça ne tiendrait pas la route, la fille en question ne serait plus en vie.

    - C'est vrai. Mais si vous espionnez vraiment, tu devrais savoir qu'il n'y a pas que sur son bureau que j'aimerai être prise.

    Il y avait aussi ses quartiers, la cuisine, la salle de bain des préfets, sa chambre, les couloirs, la salle abandonnée, la Grande Salle commune, les vestiaires de Quidditch, au bord du lac, sa salle de cours, sa réserve personnelle... Hum en fait, tous les endroits étaient bons pour se taper Rogue. En fait, il ne manquait plus que lui. Il mettait du temps à se décider. Merde quoi, magne toi le cul. Parfois, elle avait envie de le pousser contre un mur, de lui arracher ses vêtements et de lui dire "mais t'attends quoi pour me sauter connard ?". Oui, c'était très vulgaire, mais disons qu'Alyssa n'était pas connue pour sa tendresse.

    Elle lui avait dit qu'elle n'avait pas eu peur ce qui, bien sûr, était un mensonge. Elle avait flippé comme pas possible mais elle était juste bien trop fière pour l'avouer. Après tout, un Carter n'avoue jamais ses faiblesses.

    - Je ne faisais pas un geste ? Tu voulais que je fasse quoi en t'attendant ? Que je danse ? Je ne me fais pas passer pour Merlin, je dis juste la vérité. Je n'ai Pas eu peur.

    Elle continuait et de toute façon, jamais elle n'avouerait avoir eu peur.

    Elle avait sortie sa baguette. Il avait insulté Rogue et elle ne l'acceptait pas. Après tout, elle était sa plus grande fan, son garde du corps et peut-être une des rares femmes à l'avoir aimé. Parce que oui, Alyssa était persuadée. Elle l'aimait. C'était pas forcément de l'amour du genre amoureuse. Juste. Elle le savait, c'était tout. Bien sûr, ce n'était pas réciproque mais ça, elle ne le savait pas. Ou du moins ne voulait pas se l'avouer. Elle était persuadée qu'il ne s'en fichait pas d'elle contrairement à ce que certains peuvent penser. S'il n'avait rien à faire d'elle, pourquoi est-ce qu'elle serait la seule à avoir le droit à des petits sourires pendant les cours ou dans les couloirs ? Pourquoi est-ce qu'il l'aurait invité au bal elle et pas une autre ? Donc non, il ne s'en fichait pas d'elle. Alors poye poye. Elle se doutait bien qu'elle avait peut-être été un peu trop loin en sortant sa baguette, que c'était le genre de choses à faire face à des Gryffondor ou autre, pas devant quelqu'un comme Julian mais bon, elle avait agis sur le coup, elle n'avait pas réfléchis avant. L'honneur des Carter était important à ses yeux, mais l'honneur de Rogue aussi. D'ailleurs, voilà que l'autre imbécile le menaçait à nouveau. Ça eut au moins pour effet de faire rire Alyssa.

    - Tu crois vraiment que t'arriverais à lui faire quelque chose ? D'une, tu devras passer par moi. De deux, il est bien trop puissant et intelligent pour que tu puisses réussir à lui faire quelque chose.

    Insinuation : t'es trop con et inférieur à lui pour lui faire quoique ce soit.

    La suite était beaucoup moins joyeuse pour nos deux Serpentard. Ils étaient les même sur un point : aucun des deux ne voulait s'engager. Alyssa trouvait ça stupide, niais et j'en passe. Pourtant, ils étaient tous les deux sur le point de "s'engager". Ils n'étaient même pas prêt mais voilà, ils pensaient tous les deux qu'elle allait partir dans deux jours. Alors forcément, lorsque c'est le dernier moment, qu'on croit que c'est peut-être l'une des dernières fois qu'on se voit, on profite sans penser aux conséquences. Il lui avait avoué qu'il était amoureux d'elle et elle, bête comme elle était, au lieu d'agir en conséquence, elle lui avait demandé si c'était vrai. Ça voulait dire quoi ça ? Que c'était fini les parties de jambes en l'air avec Teddy ? Qu'elle n'aurait plus le droit de fantasmer sur Rogue ? Oh mais non... Ça lui plaisait tout ça. Sauf si Julian était meilleur que Teddy. Mais bon, niveau physique, y avait pas à dire, Teddy était largement plus canon (Léo quoi.. ). Elle était un peu perdue, c'était limite si elle n'avait pas envie de lui dire "attends deux secondes je reviens" pour partir demander conseils à Madi et Syb. On ne lui avait jamais dit quoi faire dans ce genre de situations, à part rire au nez du mec. Oui mais le problème c'était qu'elle ne voulait pas lui rire au nez, ni même le repousser. Pour être franche, elle avait un peu peur que ça soit une blague de mauvais goût mais bon, il n'oserait pas, pas après la mauvaise nouvelle qu'elle avait reçu. Elle s'était levé parce que c'était la seule chose de bien qu'elle avait trouvé à faire. Elle ne contrôlait pas la situation et ça l'agaçait. Elle aimait tout contrôler. Là c'était comme s'il avait tous les pouvoirs sur elle, qu'il pouvait lui faire ce qu'il pouvait. Ah non c'était horrible comme sensation. Par contre, la sensation suivante était différente. Le voilà qu'il l'embrassait. Il avait passé sa main derrière sa nuque pour l'approcher et l'embrasser. Ça voulait dire quoi ça ? Que oui, il était sérieux ? Il pouvait pas le dire ? Elle se laissa aller, n'imaginant pas une seule seconde quelqu'un à sa place comme elle avait pu le dire quelques minutes plutôt.

    Voilà que monsieur se mettait à douter. Ça ne lui ressemblait pas, il devait être vachement sérieux. Putain mais... Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Pourquoi personne n'était là pour la conseiller ? C'était quoi ces meilleures amies qui n'étaient pas là dans ces situations ? Bon allez, elle allait pas attendre six heure du matin pour répondre. Elle sourit. Oui oui, Alyssa souriait. Il y avait de quoi en choquer plus d'un.

    - Et moi, ce que je crois, c'est qu'on a deux jours pour profiter alors profitons.

    Cete fois-ci, ce fut elle qui l'embrassa. Elle était incapable de lui dire qu'elle était amoureuse. Vraiment. C'était... Ça bloquait. Pas qu'elle ne le pense pas, enfin, en fait, elle n'en savait rien. Oui, il se passait quelque chose en elle lorsqu'elle le voyait, lorsqu'il l'embrassait, lorsqu'elle l'entendait mais... C'était quand même pas ça être amoureuse, si ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Sam 28 Aoû - 23:44
Tout viril et fort qu’il était, il serait bien fou de ne pas profiter des courbes moelleuses de la Préfète. Qui se révélait en fait pas si moelleuse. Il faudrait qu’il pense à l’engraisser un petit peu parce que les sacs d’os anorexiques, c’était pas son truc. Pas du tout même ! Déjà, ça le dégoutait pas mal. Il avait l’impression que la fille se casserait en deux à chaque pas, tomberait à cause d’un coup de vent un peu trop fort. Et puis même, c’était franchement dégueulasse de voir un squelette ! Alors qu’un peu de courbe, ça donnait déjà de jolies formes, agréables à regarder mais aussi et surtout rendait le tout bien agréable quand on se couchait dessus. Alyssa était bien. Mais elle pouvait être mieux… Deux kilos de plus bien placés seraient les bienvenus. Il devait donc songer sérieusement à lui proposer toutes ces choses auxquelles elle ne savait pas résister durant une semaine. Et là ce serait le B-O-N-H-E-U-R !

Il était tellement intelligent qu’il s’étonnait lui-même ! C’était le roi du bluff. Prêcher le faux pour savoir le vrai, c’était la plupart du temps très utile. Parfois, se faire passer pour un peu plus idiot qu’on ne l’est vraiment aussi. Car l’autre alors, ne se sentant plus de se croire supérieur lâchait parfois des informations qui, pense-t-il ne seront pas comprises mais c’était là une lourde erreur quand en face on a un esprit qui justement sait analyser, traiter et utiliser l’information ainsi récupérée. Le visage choqué de la préfète le conforta (et en même temps l’agaça). Pourquoi continuait-elle de fantasmer sur ce mec ? Etait-ce le métier ? Parce que si jamais c’était ça, il deviendrait prof lui aussi et la prendrait sur le bureau. Au moins ce fantasme là se réaliserait. Même s’il avait un peu plus d’ambition tout de même… Il avait bien envie de viser plus haut. Il la voyait réfléchir à comment se sortir du piège qu’il avait refermé sur elle. Merlin, s’en était quand même jouissif de réussir à complètement destabilisée la reine du contrôle du soi. Et elle entrait dans le jeu évidemment. Oh, pour lui ça n’était pas compliqué de comprendre Alyssa, en tous cas pas dans ce domaine.

- C’est certain… La réserve personnelle t’attire aussi. Ainsi que la douche des vestiaires… D’ailleurs, je te conseillerai plutôt la douche parce que certains ingrédients s’ils vous tombent dessus peuvent avoir des effets secondaires fâcheux. Une peau cloquée est définitivement pas sexy…

Mais lui, il adorerait tester des lieux encore plus existant comme inaugurer le bureau de Mme Pince qui les faisait chier avec ses « chhhhhhht » intempestifs. Ah ! Il serait toujours mort de rire ensuite en passant devant elle en pensant que quelques heures auparavant, ce bureau aurait été le lieu d’une dépravation sans borne. Le bureau de Rogue aussi, histoire de le narguer. Les vestiaires de quidditch étaient pas mal aussi… Mais trop connus. La Grande Salle, sur la table des profs. Le danger aussi était suffisamment excitant ici pour le maintenir éveillé longtemps dans la nuit. Les couloirs, les tours, celle d’astronomie notamment pour voir le reflet des étoiles dans les yeux de celle qu’il aimait. Oui, ce serait parfait. Le plus beau surement…

- Non. Que tu te lèves et cours aurait été suffisant… Mais tu n’aurais pas eu cette dette de vie envers moi alors finalement, ça m’arrange bien d’avoir dû te secourir. J’espère encore pouvoir le faire parce que s’il t’arrivait quelque chose je pense sincèrement que le responsable aurait de sérieux problèmes… Et puis ça me plaît de te protéger.

Et voilà elle le menaçait encore à cause du vieux. Elle se pensait l’une des rares femmes ? Il n’était même pas sûr qu’en dehors d’elle il n’y eut jamais une autre pour l’aimer. Il faisait un peu parti de ces « freaks », ces élèves persécutés et coincés qui n’arrivait jamais à sauter une fille, même pour le bon temps… Si déjà il aimait les filles… Et puis les élèves qui avaient des fantasmes sur lui, il devait y être habitué… Ou pas… Ou bien il les voyait pas car c’était humainement inimaginable pour tout le monde sauf une. Il souriait à tout ceux qui répondait bien et qui était de serpentard. Mais certaines semble ne voir ces gestes comme des attentions personnelles alors que c’est simplement une tentative de récompenser un élève issu de la même maison que lui. Et sourire était un bien grand mot. C’était le plus souvent une espèce de grimace. Elle se mit à rire. Valait mieux parce que si jamais elle osait le menacer d’un sort, elle aurait valsé avant même d’avoir pu dire Rogue.

- T’es pas si effrayante pour moi… Je saurais te gérer. Et lui n’est pas intouchable. Je pourrais donc avec un bon plan et des alliés parvenir à cette fin je suppose sans trop de problèmes… Ce ne serait pas la première fois. On a bien réussi une fois à pousser Trelawney dans un escalier pour annuler le cours de ceux qui ont eu la mauvaise idée de choisir son cours. Tu vois, c’est pas si compliquer.

Le paradoxe dans lequel ils se trouvaient avait de quoi être étriqué. L’engagement sans l’engagement. Impossible. Mais Julian savait ce qu’il voulait. Mais pas tout de suite. Parce que s’il le faisait tout de suite, il savait qu’il finirait par la tromper et ça, c’était bien une chose qu’il ne voulait pas faire avec Alyssa. Et puis sans parler du fait que ce serait dire oui à une faiblesse ce qui était bien ancré dans sa tête. Sa raison rejetter donc cette possibilité avec hargne. Mais son cœur lui… Brûlait, se consummait pour elle. Pas les autres. Les autres il s’en foutait mais elle… En même temps si elle partait… Et même s’il disait vouloir quitter lui aussi l’école, pas certain qu’on le laisse faire. Alors dans ces moments où on pense que la vie va séparer deux chemins, il est peut être bien de faire ce qu’on n’osait pas faire. Quitte ensuite à avoir des remords. Mieux valaient des remords que des regrets. Non, elle n’aurait plus le droit de coucher avec Teddy. Qu’il ne l’apprenne pas d’ailleurs. ( Leo ou pas Jensen est classé NUMERO 1 LUI ! et en plus Leo a brouté de l’herbe et imité une chèvre, ça casse un mythe). Le fantasme sur Rogue pouvait être toléré dans la mesure où ça restait du fantasme. Après si elle y tenait il voulait bien jouer au prof et à l’élève. Il y aurait un peu de piment dans leur vie sexuelle comme ça…

Il hésitait encore à annoncer que c’était une blague mais c’était trop tard maintenant. Et à part briser leur « amitié », il n’y aurait aucun bénéfice de ce type de comportement. Et même s’il était capable de méchanceté aussi dure, jamais il ne pourrait avec Alyssa, du moins pas temps qu’elle n’irait pas contre les principes du jeune serpentard. Il était mal à l’aise. Pour lui, c’était comme si il lui avait confié une partie de lui, qu’il était vulnérable à son bon vouloir. Il ne contrôlait plus tout son monde comme avant. Et lui aussi aimait tout contrôler. Là, elle avait du pouvoir sur lui. Il fallait accepter de prendre le risque. De partager. Pas dans sa nature première mais peut être pouvait il tenter de faire l’effort pour elle ? Il essaierait.

Il guettait chacun de ses signes pour découvrir un présage et quand vint le sourire il fut soulagé. C’était le sourire d’une fille qu’on avait convaincu. Et en plus elle proposait d’en profiter ! Bon pas ce soir là, il était un peu crevé du côté du petit Julian. Mais demain, promis, il l’honorerait jusqu’à que mort s’ensuive ! Il allait réponde mais elle le coupa en l’embrassant. Alors qu’il avait froncé les sourcils un peu fâché d’être interrompu, la manière restait agréable donc il lui pardonna. Merlin, elle allait pas devenir un poulpe hein ? Il approfondit le baiser et l’attira plus près du feu. La chaleur bienfaisante lui détendait les muscles et le reposait. Il les fit s’assoir l’un contre l’autre, Alyssa contre lui et inconsciemment la berçait. Il était tellement… attaché. Ce devait être ça être amoureux… Il le pensait mais n’était pas sûr. Avait-il ce regard débile des gens amoureux ? Ah non alors ! Il voulait pas ! Il lui caressait nonchalamment le bras.

- Dis… Tu as envie de faire quelque chose en particulier demain ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]   Aujourd'hui à 23:53
Revenir en haut Aller en bas
 

Home Sweet Home... Such a beautiful lie! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-