+ vous?



 

Partagez | .
 

 Zombie [PV Lacey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Zombie [PV Lacey]   Jeu 6 Mai - 22:48
    Valentin venait de relire ce qu’il avait écris, le parchemin était rempli de différents détails de sa semaine. Il était doué lorsqu’il s’agissait d’écrire du blabla, tourné autours du pot, rajouter des couches de détails, qui au final ne sont là que pour décorer, car le fond du message en lui-même a été délivré depuis longtemps. Pourquoi brodait-il ainsi ses lettres, et bien parce que ces lettres il les écrivait à l’intention d’un personne bien particulière. Cette personne c’était Ethan, son frère jumeau. Dans ce reflet manuscrit de sa vie il racontait tout. Il ne mentait pas, ne s’embellissait pas, il était tout simplement soi-même. Valentin Kyle Irving dans « toute sa splendeur » on pourrait dire…

    Il avait terminé sa relecture à présent, ôtant la plume de sa bouche, il la pris délicatement entre ses doigts, il la fit tournoyer dans un geste nerveux entre ses doigts, un de ses tics, il adorait faire tournoyer ainsi des trucs entre ses doigts. A quoi ça sert ?? Absolument à rien, mis a à part que ça peut vous occupez en Histoire de la Magie & accessoirement être esthétique. Heureusement que les plumes magique empêchaient les giclé d’encre cependant sinon il en aurait foutue partout, mais bon. Vive la magie hein !!

    Comme à chaque fin de lettre qu’il adressait à son frère il grattait en bas de la page un « P.S. Je suis désolé ». Cette simple phrase le rendait toujours dépressif…’Fin peut-être pas dépressif, fallait pas pousser, mais ça lui plombait bien le moral quoi qu’il en soit… Cependant, il se devait de l’écrire, il le devait à Ethan. Savoir que son frère ne pourrais même pas lire cette lettre lui flinguais également le peu de bonne humeur qu’il lui restait. Les infirmières lisaient les lettres à ceux qui ne pouvaient pas le faire soi-même. Ca aurais pu en rebuter quelque uns, savoir qu’une inconnue lirait des choses personnelles. Val n’en avait rien à foutre, l’infirmière pouvait bien savoir que le jeune mister Irving se tapait des filles dont il oubliait le nom le lendemain, qu’il prenait des cachets & qu’il ne suivait lui-même pas le règlement que son poste de préfet lui imposait de faire respecter. Absolument rien à foutre, ce qui était important, c’était qu’Ethan sache. Mais le savait-il ?? Comprenait-il quelque chose ?? Etait-il un minimum conscient ?? Personne ne pouvait donner une réponse claire à Val’. Mais le jeune homme ne perdait pas espoir, on ne savait pas. Comment pouvait-il se permettre de trancher dans ce cas là ?? Couper les ponts surement pas !! Ce n’était pas quelqu’un de pessimiste par nature, ni influençable d’ailleurs. C’était surement pour ça qu’il ne réagissait pas comme ses parents. Qu’il n’oubliait pas Ethan, où plutôt qu’il ne faisait pas semblant d’oublier & ce foutre en l’air à la place. Ce que c’était facile d’avaler 2 ou 3 comprimés en trop et ne plus jamais se réveillé, pourtant, Val’ n’y avait jamais pensé. Fuir, ce n’était pas son truc, fermer les yeux à la limite, mais il avait toujours la possibilité d’un retour à la réalité.

    Val’ tourna la tête vers la fenêtre de la salle commune, le temps était bizarre, c’était le moins qu’on pouvait dire, on était en fin d’aprem’ pourtant le ciel était sombre, il avait d’ailleurs écrit sa lettre à la lueur des bougies posé sur la table basse devant lui. Le ciel avait un l’air menacent, comme dans ces mauvais films, à la fois aveuglant & obscur. Temps de merde quoi. Heureusement qu’il ne devait pas aller en cours de Soins aux Créatures Magiques. Il poussa un soupir, pris une pilule pour ce donner du courage et se leva. Il fit rouler ses épaules & sa nuque, puis pris le parchemin, le roula délicatement et le scella avec le bout de sa baguette. Allez, let’s go vers la volière.
    Val’ provoquait quelques retournement de tête sur son passage, c’était le week-end, il portait des vêtements moldus, la pluparts des gens portait des vêtements sorciers. Après tout c’était plus que logique, la communauté des sorciers était plus que surreprésenté à Poudlard. Il avait opté pour des baskets blanches, un jean séré taille-basse noir, un t-shirt manche longue blanc, remonté jusqu’au coude accompagné par un boléro gris & une écharpe aux différentes variantes de gris. Bien qu’il faisait froid, l’écharpe était là juste pour le style, Val était plutôt coquet dans ce faux genre destroy. Il n’avait pas froid, il n’avait jamais froid, où presque jamais. Un véritable radiateur ambulant ce mec.

    Bref, traversant les couloirs d’un pas lent, il finit par arriver à son point de destination : La tour aux Hiboux & accessoirement aux fientes d’oiseux. L’endroit top glamour quoi… Il faisait sombre dans les couloirs, les flammes dansaient au bout des torches, il y avait peu de monde, la plupart des élèves restaient bien au chaud dans leur salle commune. Malheureusement pour Val’ la tour des Serdaigles & la Vollière étaient à l’autre bout du château. Il monta les escaliers à l’extérieur de la tour, une goutte tomba à ce moment sur son nez. Puis une autre le frappa sur la joue. Un coup de tonnerre retentit derrière les montagnes qui entouraient Poudlard. Un orage pointait le bout de son nez. Val’ se désintéressa des oiseaux & alla s’appuyer contre le rebord en pierre froid de la fenêtre sans vitre de la tour. Regardant le ciel gris. Il avait l’esprit vide, ne pensant à rien. Un moment de bonheur, un moment ou les cicatrices se referment & où toute douleur disparait. Leur simple absence suffit à vous rendre heureux…
Revenir en haut Aller en bas
Constance Morel
Nombre de chapitres écrits : 834
Sang : Songeuse.
© avatar, icon, signature : Lush (avatar), Tumblr (signature) ;, Of Monster And Men (lyrics).
Date d'inscription : 28/06/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: Zombie [PV Lacey]   Dim 23 Mai - 2:04
In your head, in your head,
Zombie, zombie, zombie,
Hey, hey, hey. What's in your head,
In your head,
Zombie, zombie, zombie
Hey, hey, hey, hey, oh, dou, dou, dou, dou, dou..
Another mother's breakin',
Heart is taking over.
When the violence causes silence,
We must be mistaken.

< zombie – the cranberries >

    D'ores et déjà décidée à achever sa journée sans qu'une présence étrangère ne vienne la déranger, Lacey s'était prise à deux mains en honorant la volière de sa personne en veillant bien à s'abreuver autant que possible à midi, avant de passer dans la salle commune des Serpentard et de finir son devoir de Potions. Il n'était que ces moments de pur plaisir mental où elle avait la possibilité de s'isoler physiquement, de ne penser à personne et de laisser ce violent spleen intérieur la ravager de tout son soûl, où nul quidam malsainement curieux allait s'enquérir de son état spirituel. Parce qu'il apparaissait que son état physique n'était pas des meilleurs ; des cernes mille et une fois soulignés, la pupille terne, la bouche agitée de tics des moins agréables, la tenue vestimentaire, elle, était négligée. Sa chemise- copie conforme de celle de ses comparses de Serpentard- avait été abandonnée à partir du troisième bouton en partant vers le bas, le premier bouton du haut avait subi le même sort. La fermeture éclair de sa jupe était à peine enclenchée, et les chaussures qu'elles portaient étaient enlaidies par la noirceur qui faisait ressortir la saleté de ses chaussettes.

    Elle avait mis tant de volonté et tant de force à laisser apparaître ce semblant de paix depuis deux semaines, qu'elle savait que la moindre intrusion physique dans son périmètre allait faire voler ses convictions et l'ébranlerait au plus profond d'elle-même. Après avoir eu la force conséquente de supporter Drago, Carl, Matt et Théodore, malgré tout le soutien intimiste et implicite que lui avait offert Destiny, après toutes ces heures passées à regarder le vide, à imaginer ce qu'elle était- cet être moins bien vivant qui respirait dans ce corps tout à fait conservé-, à la hargne qu'elle éprouvait pour tous ces gens qui n'étaient pas elle, estimant qu'elle avait assez bien réfléchi pour qualifier son état de stationnaire. Il était évident cependant qu'il ne demeurait que temporaire et que tout fêlure à son château de cartes le ferait tomber.

    Tournant son regard face à la fenêtre nue de tout vitrage, s'avançant vers elle d'un pas hésitant, elle leva un bras, laissa avancer son index. L'étendue ne laissait voir d'elle qu'un éternel nuage gris morose qui annonçait une nuit agitée ainsi qu'un terrain de Quidditch trempé dans sa quasi-totalité. L'étudiante sentit un étau se resserrer non loin de ses poumons. Elle respira bruyamment, passant une main aux ongles trop longs dans ses cheveux entremêlés, longs, et sales. Impossible de déterminer quel avait été le facteur de cette soudaine agitation. Lacey se détourna de la sinistre vision de la fenêtre, se plaquant d'un bond contre la fenêtre, bouleversée. Elle plaça sa main droite entre ses seins, tentant vainement de se calmer.
    De ses doigts, grâce à sa main qui palpait sa peau laiteuse, elle avait la désagréable sensation du plastique de son soutien-gorge contre sa peau, qui paraissait y avoir adhéré à cause de la transpiration. Ou peut-être n'était-ce que la peur de cet infini, le monde? Peut-être craignait-elle la mort, le monde? L'écœurant sentiment de plénitude, l'odieuse sensation de bonheur? De ces gens qui lui riraient au nez, repus d'eux-mêmes et de leurs soucis? Lacey avait l'impression de vivre en toute lucidité depuis la mort de Luxine. Lui traversait parfois l'esprit le ressenti de toute l'anormalité de cette sensation ; quand bien même regrettait-elle sa mort et sa présence, elle arrivait à se sentir cohérente avec ce qu'elle faisait. S'il on y prenait le temps de dresser un bilan, excepté les ouvertes provocations qu'elle avait adressé à Drago, le rentre-dedans qu'elle avait fait à Matt, la perturbation dont Carl avait été la victime, les plaintes qu'elle livrait à Destiny enfin le harcèlement d'Amber, ses tendances immorales avaient été réduites de beaucoup ces derniers mois.

    Rien ne prouvait qu'elle ne pourrait replonger. Elle était tout à fait instable.

    Lacey humecta machinalement ses lèvres, s'apprêtant à aller observer la morne vie dont les hiboux étaient bénéficiaires, lorsqu'un pas lent et mesuré se fit entendre sur les marches vieillies qui ornaient la tour de l'extérieur. Quelqu'un montait ici. Laissant glisser ses maigres fesses contre le marbre froid, entendant distinctement le bruit de claquement que produisit son genou au mouvement de contraction de ses jambes. À croupi, les yeux ostensiblement fermés, la paume de ses deux mains posées à plat contre son front, Lacey se sentit faillir. Elle était incapable d'affronter qui que ce soit, pas même Destiny. Un léger glapissement de terreur vint rompre le long silence dont elle avait doté la pièce, à l'unisson aux pas incroyablement lents de la personne qui s'évertuait à prolonger son malheur.

    Son cœur s'éprit d'une course effrénée et sans fin, ses jambes tremblèrent.


      « Va t'en.. »


    Ayant l'indicible l'impression qu'elle allait vomir sur le champ, alors que sa vue s'assombrit, que ses dents claquent l'une contre l'autre, Lacey changea de position en s'allongeant sur le sol, veillant bien à plier ses jambes contre elle. Ouvrant une paupière, il apparaissait que toute la netteté des choses avait disparu, que le monde n'était pas droit et que tout semblait s'entrechoquer, que tout allait tomber, que Poudlard allait s'effondrer et qu'elle mourrait. Reculant sa tête au maximum, ouvrant la bouche pour inspirer et expirer aussi longtemps que possible, elle réalisa que si elle avait dû faire une crise épileptique en un tel endroit, elle serait tombée dans l'inconscience depuis bien longtemps. Elle s'était longtemps fait la confidence que ne penser à rien était une parfaite libération pour une personne comme elle, qui, à défaut de passer son temps à réfléchir sur des sujets qui ne la préoccupaient qu'elle seule, étalait son malheur dans les bras des autres. Et cet inconnu, que le peuple avait dérangé, lui aussi, qui avait décidé de se recueillir ici, sans aucunement envoyer de lettre à qui ce soit, qui avait prétexté un mensonge à ses camarades, ou peut-être n'avait-il tout simplement pas d'amis, juste qu'il n'avait rien dit.

    Une fulgurante douleur traversa son sein droit. Elle répéta sa prière d'une voix brisée.




    Don't listen to a word I say.– Hey !– The screams all sound the same.– You're gone, gone, gone away,I watched you disappear.All that's left is a ghost of you.– Now we're torn, torn, torn apart, there's nothing we can do,Just let me go, we'll meet again soon.– Now wait, wait, wait for me, please hang around– I'll see you when I fall asleep. ✖


L'ABSENTE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://amandement.wordpress.com
 

Zombie [PV Lacey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Koreha zombie desuka
» Divas Match : Lacey Vs Mickie Vs Michelle Vs Velvet Sky
» Rat zombie cybernétique
» Maryse Vs Lacey Vs Candice Vs Chrissie Vs Ravenya Simone
» In a zombie attack, bring Mario and Luigi [Victor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-