+ vous?



 

Partagez | .
 

 What's that? [PV Tim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Griffith Harftly
Nombre de chapitres écrits : 2696
Sang : Joyeuse
Supporter de : Anaconda 8D
© avatar, icon, signature : Avatar par Eden Memories; Signature Rom's
Date d'inscription : 28/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: What's that? [PV Tim]   Sam 1 Mai - 16:45
« Quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur. » -Beaumarchais


Tim & Griffith
    Les nombreuses injonctions qu’il émit envers son corps ne suffirent pas à en récupérer le contrôle. Ses mains étaient parcourues de convulsions, son cœur semblait avoir confondu son rôle avec celui d’un tambour de guerre dont le rythme accélérait sans cesse. Une sensation nauséeuse persistait dans son estomac et ses yeux étaient mouillés de larmes naissantes. Griffith n’arrivait pas à croire ce qu’il venait de se passer. Il refusa la mort de l’Auror, refusa le monstre lui-même. Rien de tout cela n’était arrivé. Il était juste en plein cauchemar et il se réveillerait dans peu de temps, il fallait juste que quelque chose pousse son esprit hors du domaine de l’irréel et qu’il remette les pieds sur terre. Mais malgré ses doigts qui pinçaient son bras sans ménagement, malgré la peau qui prenait une couleur rougeâtre et la douleur qui incendiait son membre, rien n’y fit. Il avait beau appuyer de toutes ses forces, il avait juste mal. Et ses yeux restaient ouverts sur le parc.
    Dehors, le ciel semblait s’être soudainement assombri, comme en écho aux évènements précédents. Après avoir jeté un coup d’œil aux nuages qui grisaient l’ambiance, Griffith continua sa route. Il ne savait pas où il allait, mais il voulait être seul.

    Lorsqu’il s’estima à une distance raisonnable du reste du monde, le Poufsouffle choisit minutieusement un arbre au pied duquel s’affaler. Il adossa son dos sur l’écorce, et se laissa glisser jusqu’au sol. Sa tête appuyait sur le tronc de l’arbre, et ses yeux regardaient le vague. Anaconda. Il voulait sentir son odeur de jasmin, voir un sourire illuminer son visage et boire le bonheur dont ses yeux débordaient. Elle était bien la seule personne qui était capable de remonter le moral du garçon à l’instant qu’il était. Malheureusement, la Serpentard ne suivait pas les mêmes cours que lui, et ils ne pouvaient que rarement se voir durant la semaine. Cependant, l’un connaissait par cœur l’emploi du temps de l’autre et la jeune femme aurait bientôt vent du drame. Griffith était certain que déjà la nouvelle était colportée dans tout Poudlard par des élèves qui passent leur vie à lancer des rumeurs ou faire tourner ce qu’on leur dit. C’était quelque chose qui échappait totalement au Poufsouffle qui ne croyait que ce que ses yeux voyaient, que ce que son cœur ressentait. La cupidité des humains l’étonnerait toujours.

    Une goutte d’eau s’échoua sur le front du garçon qui sursauta. Griffith remarqua alors qu’il avait faillit s’assoupir, peut-être trop fatigué par le tourbillon d’émotions qui l’avait traversé il y avait quelques minutes. La bête s’insinua une nouvelle fois dans son esprit, suivit de l’auror. Le Poufsouffle était comme hanté par ces images qui persistaient dans son esprit. Quelqu’un était mort devant lui, quelqu’un qui s’était battu pour protéger les élèves. Quelqu’un à qui il n’avait jamais parlé –il n’était même pas sûr de savoir quel était son visage- était mort sous ses yeux. Son cri empli une fois de plus les tympans de Griffith, et les larmes franchirent la limite de ses yeux. Doucement, le flot de larmes humidifiait ses joues, et malgré les mains qui essuyaient l’eau salée de temps en temps, il coulait sans cesse. Les yeux du garçon rougissaient et gonflaient à cause des frottements de ses mains sur ses yeux. Puis, renonçant à tenter de se battre contre l’émotion, il pleura. Comme un enfant, Griffith laissa passer toute la haine qu’il nourrissait désormais contre le monstre, et toute la peur qui ne quittait pas son cœur. Lorsqu’enfin le flux de larmes prit fin, le Poufsouffle prit une grande inspiration. Sa gorge était sèche, ses poumons semblaient en fusion, et ses mains semblaient prendre un certain goût à trembler. Griffith fut tenté d’aller boire une lampée d’eau du lac tant il avait soif, mais il se ravisa rapidement après avoir réalisé l’idée.


    *Aide moi, Ana ‘ !*

    Sa mâchoire se serra, et le Poufsouffle refoula une autre envie de pleurs. Ses paupières étaient alourdies autant que gonflées, et il lui semblait qu’elles pesaient une tonne.
    Des bruits de pas arrivèrent jusqu’à ses oreilles, et Griffith s’empressa de reprendre le contrôle. Il inspira une grande bouffée de l’oxygène qui était indispensable à la survie de tout être humain, puis frotta une dernière fois ses yeux pour être certain qu’aucune larme ne viendrait traduire son désarroi.
    Il n’était pourtant pas le genre de garçon à l’égo surdimensionné qui trouvait que pleurer était un signe de faiblesse, mais le Poufsouffle ne souhaitait tout de même pas passer pour la dernière des chochottes. Qu’il fut terrorisé était un fait, car son corps sursautait au moindre mouvement des buissons, à chaque odeur qui régnait dans l’air, mais que quelqu’un le voit dans cet état en était un autre. Son regard se figea sur ses mains auxquelles il intima l’ordre de stopper leurs mouvement convulsifs qui eux aussi seraient des traîtres s’il devait cacher au maximum la peur qui lui serrait les tripes.
    Se levant, il regarda circulairement autour de lui sans penser à protéger ses arrières.


    _Griffith Qui est là ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: What's that? [PV Tim]   Dim 2 Mai - 3:26
    Aprés que Tim se soit retiré du champ de bataille lors du cours désastreux du professeur de soins aux créatures magique, Martin Liebgott, il avait assisté totalement impuissant à la mort d'un auror, un dénommé Fishburns, si ses souvenirs étaient exacts. En effet, il avait entendu son oncle lointain et également chef des aurors Nathan Liegbott interpeller ledit auror, peu avant qu'il ne soit littéralement exécuté par la Bête. Tim avait été resté figé, stoïque, interdit. La surprise et surtout la violence de cette mort le laissait sans voix. Il n'avait fait que regarder, sans dire mot. Quelques secondes plus tard, grâce aux efforts conjugués de tous les aurors présents sur le terrain, la fameuse et assassine Bête avait été repoussée dans les bois, sans toutefois avoir pu être abattue.

    Les élèves aux alentours de Tim étaient en état de choc. Il étaient choqués par cette mort soudaine, et bien que l'on aurait pû s'attendre à ce qu'un des aurors aient pû êtres blessés, le choc et la surprise avaient fait leur oeuvre. En regardant les visages des élèves présents, on pouvait lire la tristesse, le desespoir, la détresse. Certains, jeunes, auraient surement préférés être n'importe où ailleurs que d'assister à pareille tragédie. Pour sa part, Tim avait évidemment été choqué par cette mort qui était survenue en face de lui, à quelques mètres à peine. Il venait de voir la mort en face, la mort par procuration. Bien entendu, il avait été éprouvé par le choc de cette "execution publique", secoué. Seulement, conformément à son caractère et son état d'esprit, il avait encaissé cette nouvelle sans laisser paraître sur son visage de sentiments, son visage se fermant juste quelques peu, comme pour éviter, parer la détresse qui emplissait désormais la majorité des coeurs des élèves présents. Nombres d'entre eux avaient déjà fuit, comme pour échapper à la douloureuse vérité. En regardant les élèves présents, et en voulant guetter leur réaction, Tim aperçut un Poufsouffle qu'il connaissait bien. Griffith Harftly, cinquième année, était un élève que le jeune homme bleu et bronze connaissait de vue ... et de nom, grâce aux rumeurs qui circulaient autour de lui dans un chateau qui semblait de plus en plus se prêter à des commérages. Ce dernier s'éloignait en marchant, tête baissée, dos tourné, apparemment en état de choc.

    Tim laissâ Angela, avec qui il était quelques secondes auparavant et suivît le jeune Poufsouffle qui semblait aller là où ses pas le guiderait, il ne semblait pas réellement avoir de but précis dans son vagabondage. Tim se fia ainsi à la démarche lente et hésitante, il semblait en effet zigzaguer, de son jeune ami de Poufsouffle. Seulement, alors que Tim allait rattraper Griffith, il réalisâ soudain qu'aller le voir tout de suite n'était peut-être pas une si bonne idée que cela. En effet, Tim s'était dit qu'il fallait aller voir les élèves (il avait voulu, en tant que septième année, montrer l'exemple) pour ne pas les laisser ressasser de pareilles choses, de pareils évenements, pensant qu'il fallait tout faire pour chasser ces pensées de leurs esprits, les faire s'interesser à d'autres choses. Mais tout bien considéré, Tim se dît que chacun avait besoin de faire son deuil, de repenser à tout ces évenements seul. Les personnes en état de choc pouvaient faire de choses terribles, n'étant pas de leur attitude normale. Alors que le jeune Poufsouffle se dirigeait vers un arbre bien distinguable parmis d'autre tant il semblait vieux et puissant, solide, le bleu et bronze fila vers le lac, pensant lui aussi aux évenements qui s'étaient passés quelques instants auparavant.

    Il n'était pas dans la nature de Tim de se laisser démoraliser, se laisser atteindre par quelque évènement que ce soit. Bien entendu, ce n'était pas un vulgaire évenement que de voir quelqu'un s'effondrer devant soi. Seulement, Tim dans son habituelle joie de vivre, pensait que l'Auror n'aurait pas voulu que l'on se rende malheureux pour lui, et qu'il ne fallait pas s'autodétruire lentement pour quelqu'un qui essayait justement de construire un monde meilleur pour les élèves. Ainsi, accroupi face au lac, Tim honorait l'homme tombé au combat pour les protéger. Il toucha l'eau du lac du bout des doigts, appréciant la fraicheur du liquide, réalisant que grâce à un tel auror, il pouvait encore profiter pleinement des bienfaits de la nature, des bienfaits de la vie, tout simplement.

    Aprés une vingtaine de minutes de réfléxion, il reprit son chemin pour enfin venir à la rencontre du jeune Harftly, le rassurer en quelque sorte, le faire s'évader. Aprés cinq minutes de marche, il rejoignait enfin l'arbre qu'il avait entraperçu quelques minutes auparavant, arbre vers lequel Griffith se dirigeait pour faire son deuil. Sans le faire exprés, Tim marcha sur un bout d'écorce qui craqua sous son pied, ce qui révéla sa présence. Le jeune Poufsouffle demandâ presque aussitôt qui se trouvait là, tournant circulairement pour se couvrir d'une éventuelle autre attaque. Tim le rassurâ presque aussitôt, de son habituelle voie mesurée, calme, mais joyeuse :

      "Du calme Griffith, ce n'est que moi, Tim."


    Un rayon de lumière, probablement dû à la lune éclairâ leur visages respectifs. Le Serdaigle pû inspecter celui de son camarade, où l'on pouvait lire une profonde tristesse, voir une détresse, et ce par les yeux rouges, gonflés, et par les joues rosies du jeune homme à cause des trainées de larmes ayant coulées sur la surface de sa peau. Il demandâ alors, comme l'on pouvait s'y attendre :

      "Ca va Griffith, tu te remet ?"


    C'était une question prévenante, calme. Tim voulait et savait inspirer le calme, la paix quand il le fallait. D'ordinaire, il était plutôt celui prêt à tout pour enflammer les foules. Mais, et on le savait moins, il savait faire preuve d'un flegme à toute épreuve, et il était toujours trés prévenant, gentleman avec son entourage ...
Revenir en haut Aller en bas
Griffith Harftly
Nombre de chapitres écrits : 2696
Sang : Joyeuse
Supporter de : Anaconda 8D
© avatar, icon, signature : Avatar par Eden Memories; Signature Rom's
Date d'inscription : 28/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: What's that? [PV Tim]   Dim 2 Mai - 13:21
    Lorsque le visage de Tim Bishop apparut devant lui, les tremblements incoercibles des mains de Griffith cessèrent. Il voulut détourner la tête, ne pas montrer le désespoir qui l’habitait, mais il jugea inutile de tenter de cacher ses peurs devant Tim qui visiblement n’avait aucunement l’intention de se moquer de lui.
    Le Poufsouffle n’avait jamais vraiment parlé à Tim. Seuls quelques mots échangés poliment lui avaient permis de faire la connaissance du garçon. Il n’était même pas sûr de s’être présenté, mais les rumeurs qui circulaient vicieusement à propos des deux garçons et de la petite-amie de Tim leur avait visiblement servit à en apprendre un peu plus sur l’identité de l’autre. Griffith se rappelait bien du rire qui l’avait emporté le jour où le ragot était parvenu jusqu’à ses oreilles. Il n’avait pas particulièrement démenti la rumeur, jugeant hilarant de subir les regards parfois outragés parfois moqueurs de certains élèves. Il n’était pas allé voir Tim pour justifier la chose, car il n’y avait rien à ajouter à ce bobard monumental qui l’avait fait pleurer de rire. Anaconda tant qu’à elle n’avait pour l’instant pas fait de commentaire. Griffith ne savait même pas si la Serpentard était au courant de ce qu’il se disait dans tout le château, et il se promit de lui en parler afin de partager un fou rire à deux.


    _Tim Ca va Griffith, tu te remets ?

    Le Poufsouffle tourna la tête vers Tim. Le garçon semblait avoir fait la part des choses concernant la mort de l’auror. Il ne semblait pas prendre cet évènement avec la tristesse que lui appropriait Griffith. La bienveillance lissait ses traits, mêlée à une pointe d’asthénie. Griffith fut tenté de lui répondre franchement. Non, il n’allait pas bien. Comment pouvait-il se remettre d’un tel choc, lui qui n’avait jamais connu la violence pure. Lui que ses parents avaient protégés contre cette partie de la vie. Son esprit ne réussissait pas à prendre la mort de Fishburns comme un beau sacrifice. Il lui était impossible d’assimiler son décès à quelque chose de bien. Il aurait à la limité préféré mourir plutôt que de le voir se faire ainsi transpercer, plutôt que d’entendre son cri déchirant.
    Le Poufsouffle ne répondit pas tout de suite à la question, prenant le temps de réfléchir. Et Tim, comment faisait-il ? Comment arrivait-il à passer outre ce que ses yeux venaient de voir avec un calme aussi frustrant ? Griffith ne connaissait rien du Serdaigle. Il savait seulement de lui qu’il était globalement populaire, apprécié de pas mal d’élèves, et qu’il menait une belle idylle avec une Serpentard dont le Poufsouffle ignorait jusqu’au nom. Sûrement était-ce la première fois que Tim voyait quelqu’un se faire ainsi ôter la vie. Mais lui avait été capable de comprendre que l’auror était sûrement heureux d’avoir perdu la vie afin de protéger des élèves. Qu’il n’attendait pas de ceux qui avaient assisté à ça que l’on pleure sur son sort, mais que l’on remercie son geste et l’honore.

    Griffith détacha son regard de Tim afin de fixer le lac. L’immensité était calme. Sa surface lisse mais brisée de dizaines de petites vaguelettes que le vent formait en soulevant l’eau avait toujours eu sur lui un effet apaisant. Il aimait cette force imperturbable, ce flot de puissance pure. Il aimait savoir le lac invincible même habité de ce monstre. Griffith n’était pas d’un naturel mélancolique. Il arrivait généralement à se remettre des aléas de la vie, car une blague d’un de ses amis lui suffisait dans la majorité des cas à laisser de côté ses peines. Mais ce deuil inacceptable était ancré dans son esprit à jamais. Il savait que les images tourneraient en lui jusqu’à ce qu’il aurait accepté l’évidence. Jusqu’à ce qu’Anaconda ait pansé sa plaie de mots doux, rassurants. Qu’elle l’ait bercé d’une étreinte douce et que ses lèvres touchent celles de Griffith.
    Ce dernier inspira longuement, prenant une grande bouffée de l’air qui s’était rafraîchit.


    _Griffith Je pense que j’irais mieux après avoir vu une certaine personne, mais je me remets.

    Tim était en septième année tandis que Griffith en cinquième. Il s’imagina alors que ce devait être une simple question de maturité. Savoir se forger des expériences de la vie, transformer les peines en force. C’était un concept que le Poufsouffle n’avait jamais compris jusqu’à ce jour. Jusqu’à ce que le sang coule. Mais désormais, il s’incrustait lentement en lui. Griffith mettait enfin un mot dessus. Ce qu’il considérait comme souffrance devenait acceptation.
    Il n’avait pas posé la question à Tim, jugeant qu’il valait mieux mettre fin à la discussion avant qu’elle ne commence. Aucun des deux garçons n’avait besoin de ressasser la mort de Fishburns. Ils avaient juste besoin d’une compagnie agréable avec laquelle se divertir. Laisser ce traumatisme de côté et ne plus pleurer sur le sort de l’homme. Ne plus y penser. Aussi, le seul sujet de parlote qui vint à Griffith fut bien évidemment la rumeur que quelqu’un avait colportée sur eux. Un sourire s’installa lentement sur le visage de Griffith. Il émit un petit rire puis reporta son attention sur Tim.


    _Griffith J’imagine que tu as eu vent de la rumeur qui tourne sur nous et ta petite-amie ? Je n’ai aucune idée de qui a pu inventer ça, mais grâce à lui ou elle, je me suis bien marré.

    Ce n’était pas la seule rumeur que l’on avait divulguée sur lui, au plus grand bonheur de Griffith qui en apprenait un peu plus chaque jour sur sa propre vie. La seule rumeur qui ne l’avait pas fait rire était celle sur Anaconda et un certain Evan. La confiance que le Poufsouffle avait en elle était indescriptible de puissance. Anaconda faisait parti de lui à part entière, et il était bien conscient que cela était réciproque. Cependant, Griffith n’aimait pas l’idée de savoir que certaines personnes pouvaient aller jusqu’à lancer des ragots pour faire voler leur couple en éclat. Il était conscient qu’un amour Serpentard/Poufsouffle pouvait être mal vu –et à vrai dire il s’attendait bien à des réactions peu amènes-, mais jamais le garçon n’aurait imaginé que cela puisse aller aussi loin. La seule chose qui le rassurait était que rien ne pouvait les séparer. Rien n’était assez puissant pour briser ce qu’ils construisaient ensemble. La fusion de leurs âmes lorsqu’ils se regardaient, les frissons qui parcouraient l’échine du garçon quand les lèvres de sa moitié touchaient les siennes, le contact électrisant de leurs deux peaux. Une petite rumeur ne pouvait absolument rien contre tout cela.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: What's that? [PV Tim]   Dim 16 Mai - 13:39
    Le Poufsouffle ne répondit pas à la toute première question du jeune homme bleu et bronze, se contentant de garder son calme du mieux qu'il pouvait. Et il y arrivait. Peu à peu, les traits de chagrin et de tristesse qui étaient visibles auparavant, ne se remarquaient plus. Apparement, il commençait à comprendre certaines choses, et peut-être, était-ce dû à l'attitude bienveillante de Tim. En tout cas, ce dernier fut ravi de voir son compatriote regagner quelques couleurs. Tim qui goutâit continuellement au bonheur, ne supportait pas de voir en face de lui des gens malheureux, en toute circonstances, et il faisait ainsi du mieux qu'il pouvait pour insuffler autour de lui un vent d'allégresse ...

    Il finit tout de même par répondre qu'il se sentirait mieux s'il voyait quelqu'un. Par "quelqu'un", Tim comprenait la petite amie de Griffith. C'était l'avantage d'être en septieme année, on connaissait tout sur tout le monde. Les prénoms des gens, leurs amis, leurs amours ... Ce n'était en aucun cas de l'espionnage, mais cela facilitait juste les rencontres. C'était du moins le mode de pensée du jeune homme. Tim lui répondit alors d'une voix douce, posée :

      - " On à tous besoin d'un proche en ces moments difficiles. On est toujours plus forts à plusieurs. "


    Ce n'était que des phrases toutes faîtes, mais ça réchauffait le coeurs. Les petites intentions font le grand bonheur, c'était bien connu. Et de plus, cette phrase était vraie. Lui aussi aurait bien aimé serrer dans ses bras sa belle, mais il avait voulu s'assurer de comment allait les autres, avant de penser à lui. Et la première personne qu'il avait voulu voir, c'était Griffith, petit Poufsouffle de cinquième année qui avait certainement trés mal vécu cette bataille. Il semblait cependant que cela allait mieux du côté du jeune homme. En effet, en plus d'avoir retrouvé de belles couleurs sur son visage, Tim l'entendît rire discrétement, ce qui le surpris légérement puis lui fît ensuite plaisir. Il le fixa et lui glissa qu'il avait entendu une rumeur sur eux deux et sur Angela, la petite amie de Tim ...

    A ce souvenir, Tim ne pût s'empêcher de sourire. Il avait éclaté de rire lorsqu'il avait entendu pour la première fois cette rumeur de la bouche d'une commère un peu trop imaginative. La rumeur parlait d'une idylle, certes, mais non pas à deux, entre Tim & Angela, mais à trois, en incluant Griffith. Il prenait ce genre de rumeur comme du pain bénit, car il savait qu'il riait beaucoup avec, bien qu'elles soient toutes fausses. Toutes l'avaient fait rire. Il passâ une main dans ses cheveux, et lui répondit.

      - " Elle m'a fait beaucoup rire, je dois le reconnaître. C'est ça de connaître tout le monde içi."


    C’était vrai. Connaitre du monde à Poudlard amenait certains ragots, que ne pouvaient cesser de colporter certaines langues de vipères. Mais Tim, bien loin de se vexer ou de s’enerver, prenait les choses calmement, et sans sérieux, comme à son habitude. Le sujet de la conversation s’était beaucoup allégé depuis qu’ils parlaient des rumeurs. Cela était nécéssaire, après le douloureux moment qu’ils venaient de passer, à vivre sous leurs yeux la disparition d’un auror, d’un adulte, d’un homme … Il fallait se changer les idées, et il l’avait parfaitement fait.

    Il continuât à beaucoup penser à ces rumeurs. Cela montrait au moins l’esprit de camaraderie qui régnait au château, dans un climat de peur générale. Cela montrait également qu’avant choisir la guerre, le clan dans lequel on veut être, les personnes içi sont d’abords des élèves, et des enfants. Il soulignait ce point mentalement, car avec tous les malheurs qui s’abattaient sur certains içi (disparitions de familles, amis …), quelques élèves avaient grandis trop vite, sans profiter pleinement de leur enfance. C’était malheureux.

    Ainsi, Tim continuât sur le même sujet de conversation en demandant quelque chose à Griffith :

      - " Et as-tu entendu celle sur toi et Amber Simmons ?"


    Tim sentait que si le Poufsouffle n’avait pas eu vent de cette rumeur-ci, ils allaient bien rigoler …
Revenir en haut Aller en bas
Griffith Harftly
Nombre de chapitres écrits : 2696
Sang : Joyeuse
Supporter de : Anaconda 8D
© avatar, icon, signature : Avatar par Eden Memories; Signature Rom's
Date d'inscription : 28/12/2009
Chocogrenouilles : 0
MessageSujet: Re: What's that? [PV Tim]   Ven 21 Mai - 0:43
    Les mots lui parurent fades. Inadaptés. La phrase préconçue de Tim laissait Griffith sur sa faim. Il trouvait ces paroles creuses. Douloureuses. Il lui était difficile de concevoir ce qu’il ressentait pour Anaconda d’une manière aussi détachée. Impossible de transcrire le sentiment qu’il vivait lorsque ses yeux rencontraient ceux de la jeune femme. Lorsqu’il plongeait dans le bleu abyssal de ses iris.
    Les mains du Poufsouffles sentaient presque le contact du corps d’Anaconda, pouvaient quasiment dessiner les fines et élancées courbes de son corps. Ses lèvres avaient le goût de celles de la Serpentard, et il pouvait presque humer son délicat parfum de Jasmin.
    Se rendant compte qu’il entrait dans une sorte de transe amoureuse, que sa tête dodelinait légèrement sous le plaisir que lui procuraient toutes ces sensations, il secoua les épaules pour reprendre contenance. Ne tenant pas compte de cette futile remarque –qu’il savait prononcée dans l’unique but de le rassurer-, Griffith passa ses mains sur son visage.

    Le bruissement que fit sa chemise lorsqu’il plia les bras, le vent qui insufflait une douce mélodie, la voix calme de Tim. Finalement, il n’était pas si mal. Un rayon de soleil se permit même une traversée de la lourde couche nuageuse qui obstruait le parc, bientôt suivit par d’autres faisceaux lumineux qui rendaient à l’endroit l’aspect féérique que Griffith lui aimait.
    Il se rappelait de ce jour d’automne, lors de sa seconde année au château. Griffith et ses amis s’étaient posés sur l’herbe, profitant d’une douce éclaircie pour passer un moment calme entre amis. Puis les nuages avaient peu à peu prit place dans le ciel, empêchant le commun des mortel d’accéder au rayonnement de l’astre du jour. Puis la lumière avait percé l’ombre. Subitement. Le ciel obscur avait été comme déchiré par un trait de lumière. Et le temps s’était arrêté. L’atmosphère semblait illuminée de milliers d’étoiles, emportant le cœur du jeune garçon qu’il était.
    Ce qui se produisait ce jour n’était pas tout à fait similaire, mais la vue du soleil était un baume au cœur important pour Griffith.


      _Tim Et as-tu entendu celle sur toi et Amber Simmons ?


    La voix de Tim sortit le Poufsouffle de sa torpeur. Le garçon pinça légèrement son menton de son index et de son pouce, signe de sa réflexion. Mais il avait beau chercher, tenter de retrouver l’instant durant lequel cette rumeur avait pu lui être révélée, rien ne lui venait à l’esprit. Griffith avait beau connaître un certain nombre d’élèves dans le château, il était indéniable que des personnes lui étaient inconnues. Et que ces mêmes personnes en savaient visiblement plus sur sa propre vie que lui-même.
    Griffith devait bien reconnaître que Tim était quelqu’un de vraiment populaire. Lui n’avait jamais vraiment recherché la notoriété –qu’il était certain de ne pas détenir-. Griffith n’avait jamais fait parti de ces élèves qui jouent au plus gentil ou au plus méchant pour se faire remarquer. Pour que leur prénom soit prononcé un maximum de fois dans Poudlard. Et ce à tous les prix. Un peu comme Alyssa Carter, la Préfète en chef. Il était persuadé qu’elle ne voulait qu’une chose : qu’on parle d’elle. Que ce soit en bien ou en mal –quoi qu’il doutât que quelqu’un puisse dire quelque chose de gentil sur cette femme-. Il fallait dire que la Serpentard faisait tout pour se faire détester et que visiblement, cela marchait à merveille.
    Lui préférait rester dans le monde des anonymes, ne niant cependant point que quelques saluts venant de personnes qui lui étaient inconnues n’était pas déplaisant.


      _Griffith Non, jamais. Mais à en voir le sourire qui naît sur ton visage, j’ai du souci à me faire. Quelle est-elle ?


    Il y avait cette infime appréhension. Car malgré tout le détachement qu’il faisait mine de ressentir, il était tout de même question de sa personne, et il craignait tout de même qu’un de ces mensonges puisse générer des conflits. Un peu comme celui dont il avait vaguement entendu parler, une histoire entre Anaconda et un autre Serpentard. Griffith avait surpris deux Poufsouffles qui chuchotaient vivement un soir, dans la salle commune. Lorsque le prénom « Anaconda » avait échappé à l’un d’eux, il s’était rapproché des deux élèves qu’il voyait s’affaisser en rentrant la tête dans les épaules. Tandis qu’il leur avait lancé un regard réprobateur durant les quelques secondes que lui avait pris la traversée de la salle, le Poufsouffle avait posé une main amicale sur les épaules des deux garçons en leur conseillant d’une voix calme mais glaciale de ne pas croire à ces niaiseries. Tandis que lui-même obligeait son être tout entier à se plier à cette nouvelle.
    Il n’avait même pas prit la peine de demander à Anaconda de démentir la rumeur. Il lui avait suffit un regard pour y puiser tout l’amour qu’elle ressentait pour lui. Pour lui clouer la bouche avant qu’il ne commette la funeste erreur de parler de ça.

    Fixant Tim, il eut un rire nerveux.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What's that? [PV Tim]   Aujourd'hui à 7:06
Revenir en haut Aller en bas
 

What's that? [PV Tim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-