+ vous?



 

Partagez | .
 

 Tout a un prix { pv Julian }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Tout a un prix { pv Julian }   Mar 27 Avr - 21:37
Passe ta souris sur les icons

    Je me laissais aller à quelques instants de répit. J’avais laissé de côté les bouquins, les plumes et les parchemins pour enfin me reposer, pour souffler un peu. Je me le devais bien car je travaillais trop. Toujours enfermée dans la Salle Commune ou dans la bibliothèque. Toujours aux prises avec mes devoirs. Il fallait bien, qu’à un moment, je mette tout ça sur pause pour le reprendre plus tard ! J’avais aussi mon rôle de préfète à exercer. Je ne devais pas le négliger, comme je le faisais pour tant de choses… Je ne voulais pas non plus être avec Elliyöt. Je devais le laisser respirer un peu au lieu d’être tout le temps scotchée à lui. Alors, j’avais choisi le lac pour aller souffler.
    [color:3a93=medium purple]Il n’y avait pas encore beaucoup de monde. Quelques élèves s’amusaient deçà-delà du lac, mais sans plus. Quelques personnes lisaient des livres au pied des arbres et certains autres dormaient, allongés sur la pelouse. J’esquissais un sourire. J’étais contente que tout se passe ainsi. Qu’il n’y ait aucun combat. Car, je le savais, tôt ou tard, il se passerait quelque chose. Je ne l’avais pas vu en divination, on ne me l’avait pas dit, mais je le pressentais. Ca me dérangeait, de penser à ça. Et j’avançais jusqu’à la berge du lac, plongée dans mes pensées.
    J’enlevais mes chaussures et je me trempais les pieds dans l’eau. Le bas de ma robe s’imbiba de cette matière précieuse mais je m’en fichais. Je marchais tout du long, au bord du lac. Puis, je levais la tête vers le ciel et offris mon visage à la brise qui soufflait. Puis, je me mis à penser à tant de choses… A la lettre que j’avais envoyée à mon père – il ne m’avait toujours pas répondu d’ailleurs, à ce qu’il s’était passé avec Elliyöt et aux ASPICs qui approchaient à grand pas. Tout se bousculait dans ma tête en une joyeuse cacophonie sans que je ne m’y prépare.
    Ma chouette était revenue bredouille de son expédition chez mon père. Je n’avais rien reçu de sa part et j’avoue que cela m’avait fait mal au cœur. Je m’attendais à ce qu’il me renvoie une lettre, j’avais espéré, en vain. Je continuais donc à vivre dans l’espoir qu’un jour j’en reçevrais une et qu’il s’excuserait du mal qu’il m’avait causé. Dans la lettre que je lui avais envoyé, je lui demandais pleins de choses auxquelles il ne pouvait pas rester indifférent. Je partis m’asseoir à quelques mètres du lac et j’observais sa surface miroitante. Un hibou fondit vers moi et me lâcha sur les genoux une lourde enveloppe. Je reconnus l’écriture de mon père. Je déchirais l’enveloppe et en tirais les feuilles. Il avait tout noirci.


    « Ma chère Danaé,
    Je suis désolé d’avoir été absent de ta vie durant de longues années. Je ne voulais pas t’infliger tant de mal même si tu es ma fille unique et qu’à l’époque, je ne me sentais pas l’âme d’un père. Je suis désolé de t’avoir infligé tant de maux durant ton enfance. Jamais je n’aurais dû battre ta mère, jamais tu n’aurais dû assister à cela. Les enfants sont mieux dans l’ignorance. Crois-moi, les problèmes d’adultes sont trop lourds à supporter pour eux. Je sais que tu étais capable, toi, de savoir ce que je faisais. Mais tu n’étais pas capable d’assumer l’erreur que j’ai faite. Je t’en supplie, ne m’en veux pas même si ça t’a blessé, même si tu n’as plus la même estime de moi. N’oublie pas que tu es ma fille et que je t’aime.
    Le divorce entre ta mère et moi était la seule chose qui nous permettrait de mieux comprendre nos erreurs. Aucun de nous voulions t’imposer ça car tu étais petite et tu avais besoin d’avoir des parents unis, des parents qui t’aiment de tout leur cœur, des parents présents pour toi. Divorcer permet de mieux se blâmer car on avait tous les deux nos torts. Toi aussi, tu vas en subir, de ces maux qui te heurtent, qui te fendent le cœur. Jamais je n’ai voulu divorcer de ta mère. Jamais. Si j’avais pu, je serais resté auprès d’elle car je l’aimais comme un fou, mais je sais que j’allais recommencer à la frapper. Maintenant, je m’en veux. Je m’en veux de vous avoir causé tant de torts.
    Tu dis que tu n’aimes pas Chris, le nouveau compagnon de ta mère ? Je ne comprends pas pourquoi. Il est tout ce que je n’ai pas su être. Un père comme j’aurais dû l’être, un homme aimant pleinement sa femme… Je sais que par des milliers de points, je suis un ingrat, un parjure, un idiot, un con et j’en passe. Tu sais que… »

    Lorsque je finis de lire la lettre, je levais les yeux vers le ciel et je regardais les nuages défiler. Il avait écrit tant de choses qui remuèrent toutes mes pensées, en éclipsant certaines. Je ne savais pas trop quoi penser de ce père qui avait été absent pendant la moitié de ma courte existence. Je ne savais plus comment réagir vis-à-vis de lui. Je ne savais plus où j’en étais. Mais, c’était moi qui avais fait le premier pas pour le retrouver. Jamais il n’aurait eu l’idée de prendre de mes nouvelles. Jamais. Je devais maintenant assumer ce que j’avais fait. Je m’allongeais sur l’herbe en serrant contre mon cœur la lettre du paternel.
Revenir en haut Aller en bas
 

Tout a un prix { pv Julian }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour ou contre dire la vérité à tout prix...
» Faut-il, à tout prix, privilégier la politique sur l’économique en Haïti?
» faut-il condamner a tout prix le populisme revolutionnaire?
» Tot ou tard, on n'en paye le prix [Mission]
» Tous sur Brown GP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-