+ vous?



 

Partagez | .
 

 An eventful first meeting {Kennedy H.]}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Sam 20 Mar - 20:47
Clarissa && Kennedy

Enfin. Enfin, elle arrivait au sommet de ces interminables escaliers. L’ascension de ces cinq étages avait été plus longue que prévus à cause de ces satanés escaliers qui ne tenaient pas en place. Clarissa poussa donc la lourde porte en chêne avec un soupir d’exaspération. Elle devait envoyer ce hibou au plus vite. Elle entra dans la large salle ouverte d’un pas déterminé. Elle fronça les sourcils : l’odeur était tout simplement nauséabonde. Les fientes des hiboux jonchaient le sol. Les petits cris stridents des volatiles ne cessaient de s’élevaient dans les airs. Il n’y avait surement pas d’endroit plus désagréable dans le château. Clarissa leva ses pupilles givrées pour regarder vers le haut. Sa chouette hulotte grisâtre descendait vers elle. Elle se posa sur le bras de Clarissa. Cette dernière sortit de la poche de son blouson de cuir un parchemin plié et celé par un cachet de cire rouge. D’un geste adroit de la main gauche, elle accrocha cette missive à la patte de l’animal à plume. Elle se dirigea ensuite de sa démarche féline vers une des larges arcades donnant sur l’extérieur. Le vent frais balaya ses longs cheveux blonds. Un frisson lui parcourue tout le corps. Elle regretta de ne pas avoir mis une robe plus longue, qui l’aurait un peu mieux protégée du froid. Elle approcha sa bouche de l’oreille de sa chouette et murmura doucement :


Emmène-ça à Augustus Rookwood, il se trouve quelque part dans la forêt de Brocéliande. Vas vite.

Elle prit les deux pattes de l’animal dans sa main droite et d’un mouvement vif, elle la jeta vers l’avant. Le volatile déploya ses ailes et en battit. Il s’élançait vers l’horizon rougeâtre de la fin de journée. Clarissa le regarda s’éloignait, ne devenir qu’un point dans le ciel. Elle pria intérieurement pour que la missive ne soit pas intercepter. Elle pensa à son père, au Seigneur des Ténèbres et à la cause. Bientôt, le jour où le Maître gouvernera de nouveau sera enfin arrivé. Bientôt, Clarissa rejoindrait l’ordre des Mangemorts et pourrait se battre pour une noble cause. Bientôt, l’heure de la vengeance allait sonner. Tout à coup, derrière elle, un craquement sourd se fit entendre et extirpa Clarissa de ses songes. Son sang ne fit qu’un tour. Elle saisit avec une vitesse effarante sa baguette et se retourna. Elle identifia une silhouette. Aussitôt elle effectua un moulinet avec son poignet et prononça :

STUPEFIX !

La silhouette fut projetée en arrière. Elle se heurta à un mur et glissa jusqu’au sol. Clarissa combla la distance qui la séparait de sa victime en un temps record grâce à quelques foulées de bons rythmes. Elle garda sa baguette pointée sur la personne qui se trouvait à ses pieds et s’exclama de sa voix de velours :

Mais qui es-tu ? Et qu’est-ce-que tu fous ici ?

Clarissa scruta le visage en colère qui l’observait. La personne était une jeune fille, plutôt jolie. Elle était brune et avait un visage angulaire. Elle et Clarissa assistaient parfois à des cours ensemble. C’était une Gryffondore, tout ce qu’il y a de plus inoffensif. Les lèvres de Clarissa s’étirèrent très légèrement : elle avait réagit un peu vivement. Du haut de son mètre soixante douze, Clarissa regardait la jeune fille étalait par terre avec un air amusé et moqueur. Ces Gryffondor, tous les mêmes !


Dernière édition par Clarissa Rookwood le Sam 20 Mar - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Sam 20 Mar - 21:13
Le temps n'était guère beau, aujourd'hui, à ma grande déception. Si le temps n'avait pas été aussi froid et pluvieux, je serais bien sortir faire un peu de quidditch. Malheureusement, la chance n'est pas avec moi. Je soupirais. Je ne savais pas quoi faire. J'avais toute ma journée de libre, puisque nous étions samedi, mais aucunes idées de ce que je pourrais faire. Parfois, je détestais les week-end. Mon cerveau était en mode pause. J'étais épuisée dû à la soirée d'hier. Note pour plus tard : Ne plus jamais oublier d'éteindre son réveil. En effet, comme une idiote, j'avais oublié que j'avais un réveil très - trop même - bien réglé, et qu'il était incapable de s'arrêter seul les week-end. Du coup, alors que je m'étais couchée vers 2h du matin, mon fichu réveil sonna à 8h et il eut droit à un merveilleux allé sans retour sur mon mur. Les filles de mon dortoir m'avaient incendié, je les avais bien évidemment envoyées paître et j'avais tenté de me rendormir. Puisqu'un malheur n'arrive jamais seul, je fus incapable de me rendormir. Je dus me rendre à l'évidence, j'étais partie pour passer un samedi à deux noises. Et j'avais bien raison.

J'avais décidé d'écrire une lettre à mes parents, petite preuve que j'avais toujours de l'affection pour eux malgré notre petite dispute d'il y a quelques semaines. J'avais longuement hésité à l'écrire et surtout à l'envoyer. Ils devaient m'en vouloir pour tout ce que je leur avais dit. Je n'avais pas été vraiment sympa, je ne pouvais que l'avouer. Mais ils l'avaient mérités. En aucun cas, ils n'avaient le droit de me forcer de ne pas voir mes amis lors des prochaines vacances. Je faisais ce que je voulais, avec leur accord, ou non. Finalement, je me rendis à la volière, bien décidée à envoyer cette lettre, tout en me disant qu'ils étaient mes parents et qu'ils n'allaient donc pas m'en vouloir. Du moins, je l'espérais. Je grimpais les escaliers discrètement et je rentrais dans la pièce sans un bruit aussi. Je remerciais intérieurement mes années d'exercices avec le quidditch car sans lui, j'aurais été essoufflé d'avoir monter tout ces escaliers.

Seulement, je ne pensais pas qu'il y avait déjà quelqu'un dans la pièce et je me retrouvais projetée contre un mur sans avoir eu le temps de me protéger ou juste même de l'éviter. Outch. Le sortilège avait été puissant mais pas assez pour me stupéfixier totalement. Je me me mis assise dos contre le mur, une grimace de douleur aux lèvres. C'est pas tous les jours que je me fais agressée ainsi pour rien du tout. Je relevais la tête, tout en regardant la jeune fille en face de moi avec un regard noir. Je ne répondis pas tout de suite à sa question, préférant l'examiner sans aucunes discrétions. Blonde, grande, yeux clairs. Et... Serpentarde. Géniale.

- Kennedy. Et toi, t'es qui pour oser me lancer un stupéfix alors que je ne t'ai rien fait?

Je me remis debout, et j'essuyais mes vêtements. Jean, chemise blanche laissée en dehors du pantalon et ma cravate de gryffondor à moitié défaite. Je lançais un "Evanesco" sur les tâches persistantes et me remit à fixer ma camarade, toujours aussi méchamment. Fierté quand tu nous tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Sam 20 Mar - 21:54
Clarissa était toujours debout, avec à ses pieds, une Gryffondor gisant au sol. Cette dernière la regarda longuement, de la tête au pied. Les lèvres de Clarissa s’étirèrent encore. Cette petite mine renfrognée avait vraiment un côté hilarant. La jeune fille finit par lui révéler son identité.


Kennedy. Et toi, t'es qui pour oser me lancer un stupéfix alors que je ne t'ai rien fait?


Clarissa eut du mal à retenir un fou rire. La dénommée « Kennedy » se comportait comme si elle avait été victime de l’injustice du millénaire. Un sortilège de Stupéfixion n’avait jamais tué personne, enfin … la jeune fille se releva et commença à faire son petit ménage, à retirer les quelques taches de poussières se trouvant sur ses vêtements. Clarissa prit un ton sarcastique et cynique au possible en prononçant ces mots :

Oh ! Pauvre petite Chose ! Tu t’es cognée peut-être ? Tu m’en vois désolée.


Elle marqua une pause. L’être de Clarissa tout entier respiré la provocation. Elle la regardait droit dans les yeux, un sourire machiavélique aux lèvres. Elle se tenait légèrement en avant. Elle scrutait son visage pour voir les signes de l’exaspération apparaitre, ce qui ne tardait pas à arriver. Clarissa adorait jouer avec les gens, et leurs sentiments, et voir cette jeune Kennedy totalement désemparée la faisait vibrer de bonheur. Elle continua donc d’une voix profonde et calme, qui donnait à ses paroles un caractère incontestable.


D’abord, tu n’as pas rien fait. Tu m’as surprise. Et ça, ce n’est pas rien. Moi, c’est Clarissa. Clarissa Rookwood. Et toi, tu n’as pas de nom de famille. Ou peut-être à tu honte de tes origines… Une Sang-de-Bourbe je suppose ?


Une vague de dédain était sortit de la bouche de Clarissa en même temps que sa dernière phrase. Elle observait le visage de la jeune fille en attendant avec impatience de nouveaux signes de son exaspération.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Sam 20 Mar - 22:45
Cette fille était bien une Serpentarde. Je détestais les Serpentards. Pour leur côté hautain, leur caractère de serpents, et... Leur exaspérance. Toujours à se croire plus fort que les autres, plus mieux. Surtout avec les née-moldus ou même les sang-mêlés. Comportement que je trouvais franchement abusif. Mais là, elle m'amusait. Si elle croyait me toucher avec ses propos digne d'une gamine de 3 ans. Si si, ma cousine avaient les mêmes. Un peu modifiés mais dans le contexte, ils étaient pareils. Je soupirais, la regardant avec une moue mi-amusée mi-exaspérée. La serpy qui m'énervait d'ors et déjà, se montrait d'une provocation incontestable. A croire qu'elle pensait me faire peur. Sincèrement, je sentais que -enfin!- quelque chose allait m'amuser dans cette journée pluvieuse de week-end pourri. Elle avait l'air de me penser désemparée, vu l'amusement qu'elle prenait à parler. Pauvre petit serpent. Tellement prise dans ses rêves qu'elle ne voit plus la réalitée. Une séance chez un psy l'aiderait peut-être, qui sait? Si ça pouvait la faire redescendre de son pied d'estale, je lui payerai la consultation! J'suis généreuse, hein? Oui, oui, je sais. Trêve de plaisanterie, cette fille, je la connaissais depuis pas longtemps, et elle m'insupportait déjà avec ses airs supérieurs là.

- Kennedy Harris. Et oui, je suis une née-moldue et alors?

Je la regardais, une lueur de défi dans le regard. Que croyait-elle? Qu'à cause de mes origines moldues, j'étais incapable de me défendre? Si c'était cela, elle se mettait le doigt dans l'oeil et profond. Je savais très bien me défendre, et c'était certainement pas une petite Serpy qui me ferait peur. Loin de là. Les gens de sa maison ne m'ont jamais fait peur et c'est pas aujourd'hui que ça commencerait. Je croisais les bras, et m'accoudais contre le mur. Je la défiais toujours du regard. Je n'avais pas peur, à quoi bon? Elle n'allait pas me tuer, elle risquait beaucoup trop. Donc, au pire, j'avais le droit à un aller pour l'infirmerie mais pas pour la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Sam 20 Mar - 23:47
Clarissa perçut très vite l’exaspération qu’elle attendait : une inspiration profonde, un léger froncement des sourcils. Ils marquaient un contraste étonnant avec une moue d’ « amusement » qui se dessinait sur les lèvres de la jeune Rouge et Or. Cette alliance, ce contraste enlaidissait légèrement le visage de la jeune fille. C’était tellement dommage, d’habitude, elle était plutôt belle. Mais l’expression dissymétrique révélait aussi à Clarissa que Kennedy la prenait pour une folle. Après tout, c’était un point de vue. Libre à elle de penser ce qu’elle voulait. Aux yeux de la Vert et Argent, la personne qui se trouvait face à elle n’était qu’une chose, un jouet. Elle se moquait donc totalement de ce que la Gryffondore pouvait penser d’elle. Cette dernière ouvrit la bouche.


Kennedy Harris. Et oui, je suis une née-moldue et alors ?

Clarissa ne put réprimer un nouveau sourire sardonique.

Et alors ?


Ces mots l’amusaient beaucoup. C’était très puéril, très banal. Clarissa aurait préféré que son jouet est plus de répartie. Cela aurait rendu le jeu plus distrayant encore. La jeune Harris s’appuya contre le mur, un air de défi dans les yeux. Un air de pseudo-supériorité, typique des Gryffondors. Ils étaient toujours persuadé d’être les plus courageux, les plus forts, ceux qui œuvre pour le « bien », les personnes respectables du Château. La vérité, c’est qu’ils fonçaient tête baissée dans tout les Guet-apens qu’on leur tendait et que leur témérité les aveuglait. Cette jeune fille ne contredisait pas la règle. Une inconsciente parmi tant d’autres. Clarissa la regarda fixement, droit dans les yeux. Elle s’approcha de la jeune fille et s’arrêta à moins de vingt centimètres d’elle. Clarissa était un peu plus grande qu’elle. Elle prononça d’une voix basse et intense :


Harris ? Américaine on dirait. Mais, qu’est-ce-que tu fais ici ? Tu n’es ni anglaise, ni sorcière …

Clarissa la fixai toujours de ses pupilles givrées. De grandes vagues d’arrogance émanaient d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Dim 21 Mar - 1:04
Je souris, laissant de côté mon exaspérance en son encontre. Aaaah, les serpentards. On ne les changera donc jamais. Tous manipulateurs et hautains. Les Gryffondor l'étaient aussi, mais pas pour les mêmes raisons. Nous, peut-être que nous foncions droit dans les pièges, mais au moins, nous étions pas lâches. Même si nous risquions notre vie, on allait se battre, on ne choisissait pas la facilité contrairement à certains. Je ne me surestimais pas, mais je savais que je n'avais pas peur des autres. J'étais épuisée et je n'avais pas l'envie de me battre contre quelqu'un aujourd'hui. De plus, je savais que mes sarcasmes ne l'atteignaient pas du tout, parce qu'ils étaient guère travaillés. Ils sortaient sous le coup de l'impulsivité. Mais, d'habitude, ils étaient bien mieux. Plus méchants. Plus jamais je ne ferais la fête la veille d'un samedi. Et je m'achèterais un réveil sorcier, ainsi, il ne sonnera jamais les samedis ni les dimanches. Et je pourrais me reposer comme ça. Et j'éviterai de me retrouver dans des situations pareils. Clarisse était très près de moi, mais elle était bien plus grande ce qui augmentait quand même un tant soi peu la distance qui nous séparait. On ne se lâchait pas du regard, et je la regardais plus avec de l'amusement, de la fatigue et de l'ennui. Que voulait-elle que je lui dise? J'avais l'esprit légèrement embrumé par la fatigue et le peu d'alcool qui me restait dans le sang.

- Si je ne suis pas une sorcière, tu peux me dire ce que je fous-là?

Ma voix était lasse, très peu amusée. Je croisais les bras, la regardant toujours dans les yeux. Je ne voyais vraiment pas ce que je pouvais répondre, et sincèrement, je m'en fichais. Complètement rien à foutre. Cette scène me rappelait la soirée d'hier où un mec un peu trop collant m'avait collé au mur. Enfin, il avait fini par terre, trop bourré pour réussir à se défendre lorsqu'un de mes amis l'avait foutu à terre. Je me mis à rigoler légèrement en y repensant. Je devais surement passer pour une folle. Bah, nous serions au même niveau ainsi. Je me plaignais de ma fatigue, mais au fond, j'avais passé une excellente soirée et j'avais fini dans un mauvais état mais ça m'avait fait du bien. Il y a des soirs comme ça, où on a qu'une seule envie, celle de boire jusqu'à être totalement saoûle et ne plus penser à rien. D'accord, je faisais des conneries, genre embrasser un inconnu et finir la nuit avec lui, mais à chaque fois, j'appréciais. J'oubliais tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Dim 21 Mar - 1:41
Clarissa s’attendait à une recrudescence de haine chez la jeune Gryffondore : ses paroles avaient été piquantes, elles auraient dû provoquer une réaction plus vive chez son interlocutrice et son air de défi. Mais bizarrement, la jeune fille se décomposa. Toute trace de défi s’effaça de son visage. Les paroles de Clarissa avaient été plutôt bien choisi, mais tout de même, de la à dissoudre le masque d’exaspération que c’était construite la jeune fille … Elle la regarda avec étonnement. Décidément, la jeune Rouge & Or n’avait pas beaucoup de détermination. Elle abandonnait tellement facilement … Et ça traitait les Serpentards de lâches !?!! Cependant, elle ne baissa pas les yeux. Une touche d’amusement était encore discernable dans ses prunelles. Elle répondit soudain :

Si je ne suis pas une sorcière, tu peux me dire ce que je fous-là ?


Sa voix était lasse, sans conviction, si peu charismatique. C’était déplorable ! L’agacement montait quelques peu en Clarissa même si elle ne le montrait pas. Elle avait trouvé un jouet qui répondait –frivolement, certes-, un jouet téméraire, donc distrayant. Et tout à coup, le jouet se ramollissait, devenait presque blasée. Clarissa décida donc de le réveiller un peu. Si elle ne réagissait pas, c’est qu’elle était vraiment docile et soumise.

Eh ! C’est exactement la question que je viens de te poser ! Mais, rien que pour toi ma Belle, je vais reformuler de manière plus explicite pour que tu puisses –enfin- comprendre ! Tu es Américaine, tu es une Sang-de-Bourbe, alors pourquoi te trouve-tu dans l’école de Sorcellerie du Royaume-Uni, hein ? Puisque tu ne sembles pas avoir les capacités mentales nécessaires pour répondre, je vais t’aider. Tu n’as rien à faire ici ! Alors, sois gentille et docile comme tu as l’habitude de le faire et rentre chez-toi ! Laisse la magie aux sorciers dont le sang est purement sorcier.


Sa voix avait été totalement sarcastique. Par mesure de prévention, elle posa discrètement sa main sur le pommeau de sa baguette magique. Clarissa sentait son taux d’adrénaline montait en flèche. Son cœur battait plus rapidement. Si la Gryffonne ne répondait pas à la provocation, il y aurait vraiment du soucie à se faire pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Dim 21 Mar - 2:23
Je levais les yeux au ciel. Ne se rendait-elle pas compte qu'elle était pitoyable là? J'haussais les sourcils, la regardant d'un air hautain. Je la détestais, elle me détestait. Ou comment se faire une ennemie en deux minutes top chrono. Je décroisais les bras, plongeant l'une de mes mains dans ma poche de jean, d'une façon désinvolte et décontracté. Je savais ce que j'allais faire. Je ne supportais pas que l'on m'insulte, c'était comme si on enlevait une partie de ma fierté et cela m'était insupportable. Elle se croyait une reine, j'allais la remettre à sa place et rapidement.

- Et toi, tu as même pas les capacités mentales d'un strangulot, alors, tu m'expliques ce que tu fous ici?

Je sortis ma baguette à une vitesse étonnante, dans ces cas-là je ne pouvais que remercier l'AD, et lançais un « Stupéfix » bien senti. Elle fut éjecter à l'autre bout de la pièce. Je m'approchais d'elle, un sourire provocateur aux lèvres. Et après ça, je n'étais pas une sorcière, hein? Et puis, qui a dit que j'étais américaine? Mon père l'était, mais pas ma mère. Désireuse de retourner dans sa ville natale, nous étions partis en Angleterre à mes cinq ans. Voilà pourquoi j'étais ici. Je me devais d'apprendre la magie et je n'avais que faire de ce que pensaient les sang-purs telles que cette fille. Je la regardais méchamment. Ne jamais m'énerver lorsque je suis fatiguée. Mes amis l'avaient su dés que nous avions commencé à nous fréquenter. J'étais déjà très colérique mais ça se multipliait fois mille lorsque j'étais épuisée comme aujourd'hui. Encore une fois, ça me rappelait une soirée que j'avais faite et qui avait mal tournée. Très mal.

- Et après, je ne suis pas une sorcière, hein? Sache pour ta gouverne, que j'ai beau être américaine, née à New-York, mais je vis à Londres.

Dans sa tronche à cette petite garce! J'étais pire qu'en colère et j'avais toujours ma baguette dans les mains et tendue vers elle. Je n'hésiterais pas à relancer un sort si il lui prenait l'envie de m'attaquer. Les cours de l'AD étaient très utiles et je savais manier plusieurs sortilèges que peu de personne de mon âge sauraient manier. Je ne pouvais que remercier le trio d'Or dans ces cas-là. D'ailleurs, ils arrivaient bien trop souvent ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Dim 21 Mar - 3:30
Enfin ! Enfin ses paroles avaient eu l’effet escompté ! Les paroles de Clarissa eurent l’effet d’un électrochoc ! La colère et la haine montait en la jeune Rouge & Or. Celle-ci mit sa main sur sa baguette et s’exclama :

Et toi, tu as même pas les capacités mentales d'un strangulot, alors, tu m'expliques ce que tu fous ici?

Sans lui laisser le temps de répondre, elle sortit rapidement sa baguette et la stupéfixia. Clarissa fut projetée avec violence vers l’arrière. Elle se heurta à une colonne non sens un claquement sourd. Elle tomba à terre, à quatre pattes. C’était ce qu’il lui fallait. L’adrénaline monta en flèche dans son corps. Elle n’entendait plus les sons qui l’entouraient : sa tête n’était emplis que par les battements violents de son corps. Le temps semblait se ralentir. Elle cligna doucement des yeux. Un frisson lui parcourue l’échine. Un rictus s’emparait peu à peu de son visage : sa lèvre supérieure se retroussait légèrement. Chaque terminaison nerveuse de son corps était aux aguets. Elle perdait le contrôle d’elle-même. Sa colère la transformait en prédateur redoutable. Au « loin », elle entendit des bruits de pas s’approchant. Elle entendit ensuite des paroles qu’elle ne sut identifier. Dans sa tête, seuls quelques mots résonnaient « Sang-de-Bourbe, Vengeance, Vengeance, Vengeance ». Avec une rapidité presque inhumaine, elle saisit sa baguette qui était dans la poche de son blouson. Elle tourna sur elle-même et hurla :


EXPELIARMUS !

La baguette de la Sang-de-Bourbe vola en arrière. Avant que la Gryffondore ne puisse réagir, Clarissa prononça une nouvelle formule inaudible, la baguette pointait vers la brunette. Elle se retrouva collée au mur. Elle ne pouvait plus bouger. Clarissa ne la quittait pas des yeux. Elle se déplaça en crabe et récupéra la baguette de son adversaire qui était au sol. Elle l’a rangea dans la poche intérieur de son blouson de cuir. Elle se dirigea ensuite d’une démarche féline vers la jeune fille collait au mur. Elle arriva près d’elle. Rapidement, elle cola sa main gauche sur le cou d’opaline de la Sang-de-Bourbe et pressa. La jeune fille toussotait, émettait des sifflements. Clarissa approcha son visage du sien. Elle s’arrêta a quelques centimètres de celui-ci. Clarissa avait toujours ce rictus sur la bouche, les traits de son visage étaient presque animaux. Ses yeux rayonnaient d’un éclat félin, violent, agressif. D’entre ses dents serrées, elle lança s’échappée les mots suivants.


Tu vas payer. Tu vas payer de ton sang et de celui des tiens. Je trouverais tes parents, et ils regretteront de ne pas avoir appris à leur fille de respecter ceux qui le méritent. Ensuite, je reviendrais vers toi. Tu finiras par me supplier de t’abréger tes souffrances en te tuant. La vengeance est un plat qui se mange froid ! Mais, n’oublies pas ! N’oublie jamais mon nom : Clarissa Rookwood. Clarissa Rookwood. Clarissa Rookwood.

Elle s’éloigna légèrement de la Sang-de-Bourbe. Elle lança un nouveau sortilège.

Levicorpus

La Rouge et Or se retrouva subitement suspendu par la cheville dans les airs. Clarissa explosa de rire, d’un rire hystérique et sonore, aux accents sadiques. Elle se dirigea vers une arcade et s’exclama de nouveau.

Avant ça, on va faire une chasse aux trésors ! Premier et dernier indice, le trésor a été envoyé du haut de la volière de Poudlard, quelque part dans le Parc.

A cet instant, Clarissa sortit la baguette de son adversaire de sa poche et l’envoya de toutes ses forces à travers l’arcade. De nouveau, elle rit à sa manière – hystérique et sonore-. Elle se retourna de nouveau vers la jeune Gryffondore et observa le petit asticot, pendu par la cheville, qui se débâtait vainement. Seul le contre-sort pourrait la délivrer.

Tu disais, Sang-de-Bourbe ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Dim 21 Mar - 12:47
Sale garce, sale garce. Je n'avais plus de baguette et voilà que j'étais suspendue en l'air après avoir été étouffé. Malheureusement pour elle, elle sous-estimait les capacités d'une sang-de-bourbe comme elle aimait le dire. Lorsque j'habitais encore à New-York, les viols sur enfants allaient bon train, mes parents avaient donc décidé de me faire prendre des cours de combat à corps à corps. Et là, je ne pouvais qu'en être heureuse, parce qu'ainsi, j'allais pouvoir frapper Clarissa et, j'espérais, la désarmer. Cette fille était tarée. Mais vraiment. Et si elle croyait qu'elle allait pouvoir toucher à un seul cheveux de ma famille, elle rêvait. Qu'elle ose les approcher de trop près, elle finirait son combat contre les né-moldus en enfer. J'étais tellement en colère que je ne cherchais même plus à bouger ou à tenter de me défaire. Seul le contre-sort pouvait me délivrer. Personnellement, ça me dérangeait pas de rester là des heures. L'air était mon élément et même la tête en bas, ça ne me dérangeait pas du tout de rester percher. Petite, je faisais le cochon pendu et je restais la tête en bas pendant des heures. D'ailleurs, je faisais vachement peur à mes parents quand je faisais ça. Mais ils ne comprenaient pas qu'être dans les airs, c'était ce qui faisait me sentir bien. C'était pareils pour les grands manèges. Du haut de leur 40m maximum, ils faisaient extrémement peur à mes parents, mais pas à moi. Au contraire, ils me vidaient la tête pour remplacer mes sentiments par la peur ou encore l'excitation. J'avais découvert la sensation de liberté avec le quidditch et le nombre de fois où mon fichu balai m'avait fait être la tête à l'envers, je ne les comptais même plus. Je croisais les bras, prenant un air je-m-en-foutiste. Je n'avais vraiment pas peur. Peur pour ma famille, mais pas pour moi. C'est dans ces moments-là qu'on voit que la témérité des Gryffondors devrait peut-être aller se faire voir chez les grecques. Parce qu'à chaque fois, on se retrouve dans des situations périlleuses comme celle-là.

- Oups, j'ai blessé ta fierté ma petite Serpy?

Voilà, j'allais la mettre encore plus en rogne mais justement. Qu'elle perde ses moyens. C'était ce qu'il fallait pour que mon plan marche. Parce que de là où j'étais, jamais je n'allais réussir à atteindre sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   Mer 24 Mar - 0:23
La colère. C’était ce qu’il fallait combattre. Clarissa devait se calmer. Elle venait de promettre à la Sang-de-Bourbe qu’elle allait faire souffrir ses parents et que la jeune Gryffonne serait là pour y assister. Bien sur, elle aurait aisément pu s’occuper de son cas maintenant. Elle se serait débarrassée du corps dans la Forêt Interdite, et tout le monde aurait cru à une fouge ou à un enlèvement de Mangemort, ce qui, dans ce cas, n’aurait pas été si loin de la vérité. Mais, elle ne voulait pas que la Née-Moldue s’en tire si facilement. Elle voulait la voir souffrir, pleurer, se sentir impuissante, désespérée, agonisante. Clarissa devait attendre pour que le calvaire soit plus long et cruel. Mourir en haut de cette tour aurait été trop simple pour elle, beaucoup trop simple. Clarissa tentait donc de faire ralentir son rythme cardiaque grâce à quelques méthodes de respiration sophrologiques. Peu à peu, il atteint son but. Elle se reconcentra alors sur la jeune fille toujours pendue en l’air par la cheville. Elle avait la tête en bas, ce qui donnait un aspect très comique à la scène. La jeune fille s’exclama alors ‘une voix qui se voulait pleine de sarcasme, mais qui n’eut pas l’effet escompté de part la posture dans laquelle elle se trouvait.

Oups, j'ai blessé ta fierté ma petite Serpy ?


Clarissa ne put se retenir de s’éclaffer. Une nouvelle fois, des accents hystériques se mêlaient à son rire. Elle passa une main dans sa longue chevelure d’or fluide. Tout en tachant de garder ses distances avec la Rouge et Or, Clarissa commença à déambuler dans la pièce, fixant intensément la « pendue ». Puis, l’héritière Rookwood finit par s’exclamer de sa voix si calme et voluptueuse tout en étant chargée de sarcasme:

Je ne dirais pas vraiment « fierté », mais plutôt orgueil. Mais, ne t’en fais pas, je ne t’en veux pas. Ce n’est pas ta faute si tes parents ne t’ont pas appris les notions de respect ! Je réglerais cela avec eux.


Un grand clin d’œil provoquant se dessina sur le visage de Clarissa. La torture morale était presque aussi jouissive que la torture physique ! Elle continuait de marcher avec une insolence démesurée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: An eventful first meeting {Kennedy H.]}   
Revenir en haut Aller en bas
 

An eventful first meeting {Kennedy H.]}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ted kennedy on obama's camp!!!
» U.S. Senator Ted Kennedy dies at 77
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Lou Kennedy [Pouffy]
» Meeting with the infinity

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard ::  :: Anciens RP-